Produire de l'électricité autrement...
Deuxième partie

De l'électricité grâce au vent
Il y a une vingtaine d'années, un essai de production électrique éolienne a été expérimenté par l'Etat et EDF dans l'île d'Ouessant. Après quelques semaines seulement, le grand aérogénérateur s'est écroulé et on a dit que l'alternative éolienne n'était pas bonne, pour continuer tranquillement à favoriser le nucléaire. Mais au Danemark, les éoliennes fonctionnaient très bien. Alors ? Eh bien, il fallait mettre de petites éoliennes et ce n'est pas pour rien que les moulins de l'île étaient si enterrés. Et puis pourquoi l'hélice n'avait-elle que deux pâles alors qu'il en faut trois ? Avec la grande éolienne d'Ouessant, les vibrations d'une pâle se répercutaient sur l'autre, s'amplifiaient et elle a cassé. Ce phénomène était bien connu, et ceci depuis les débuts de l'aviation au moins mais les technocrânes d'oeuf d'EDF ont voulu innover en agrandissant un petit modèle existant et ca n'a pas fonctionné. Cette erreur de calcul des technocrates de l'électricité est à l'origine d'un échec, peut-être bien programmé, qui a en tous cas autorisé les responsables de nos politiques énergétiques à condamner un programme éolien en Bretagne, région pourtant parfaitement prédisposée à la production d'une telle énergie.

Dans de nombreux pays, le programme éolien a démarré et gagné des parts de production sans faire d'effet de manche. Il suit son petit bonhomme de chemin et assure, sans carburant ni rejet, la fourniture d'électricité avec des rendements en hausse constante. L'Espagne s'en couvre à grande vitesse, les pays tropicaux aussi. Les Etats des pays en voie de développement sont particulièrement intéressés.

En s'amortissant mieux grâce à l'engagement de pays pionniers, l'éolien a fait un parcours de baisse des prix qu'aucune autre énergie n'a jamais connu. Les matériels sont maintenant parfaitement aboutis et produisent d'ailleurs de l'électricité en quantité puisque plus de 30 000 de grande puissance sont installées dans le monde. L'affaire est si intéressante que les banquiers misent dessus partout où c'est possible et on voit apparaître en France de parcs éoliens privés qui assurent des rentes à certains, exactement comme ce fut le cas des micro-turbines hydro-électriques, il y a une vingtaine d'années.
Il se passera d'ailleurs probablement la même chose, à savoir que, dans peu de temps, tous les sites exploitables le seront, tant il est vrai qu'ils ne sont pas nombreux. En France, le littoral de la Manche et l'embouchure du Rhône offrent de très bonnes conditions et se prêtent à une exploitation d'aérogénérateurs de très grandes tailles, seuls capables d'alimenter des villes et ayant la hauteur suffisante pour fonctionner sans interruption. On envisage donc la création de parcs éoliens directement en mer sur des radeaux et ce n'est pas bêtes du tout. Mais ailleurs, et même dans les endroits qui paraissent venteux, l'exploitation de l'énergie éolienne devient aléatoire.

Pour le particulier, l'éolien vient parfois en complément d'une installation solaire en service. Il est trois fois moins cher que le photovoltaïque à même puissance installée. En théorie, les aérogénérateurs tournent jour et nuit et produisent quatre fois plus à un budget égal. L'écobilan des appareils est bon : l'éolienne produit en un an l'énergie nécessaire à sa construction et à son élimination en fin de vie, tandis que, pour un panneau photovoltaïque, ce retour énergétique est de deux à cinq ans selon que les cadres soient issus d'aluminium recyclé ou non.
Mais ce tableau idyllique ne doit pas cacher que les sites favorables sont très rares. Il est donc indispensable de faire faire une étude préliminaire avec l'aide d'un anémomètre qui mesurera le vent à différentes période de l'année.

L'érection d'une grande éolienne demande l'obtention d'un permis de construire. La fabrication de l'appareil doit offrir une sécurité absolue car, les pâles tournant à grande vitesse, la force centrifuge fait apparaître une puissance d'arrachement de plusieurs tonnes à leur base qui peut projeter une pâle à plusieurs dizaines de mètres dans la maison voisine ou tuer quelqu'un dans la rue.
Les petites éoliennes ne produisent qu'à grande vitesse de rotation, c'est-à-dire seulement par grand vent. On ne peut donc compter sur elles, mais l'hiver ou par temps couvert elles complètent merveilleusement les panneaux photovoltaïques.

Une éolienne qui tourne, c'est beau et ceux qui disent le contraire n'ont pas les yeux du coeur. Une éolienne qui tourne ne fait pas le bruit d'un avion comme on le dit. Un aérogénérateur de grande taille, comme ceux installés dans l'Aude qui produisent près d'un méga-watts chacun, ne s'entend plus du tout à deux cents mètres et, si le vent apporte le bruit à cette distance, ce n'est qu'un chuchotement. J'en suis sûr, je suis allé le vérifier par moi-même sur place pour pouvoir contredire les arguments fallacieux que certains leaders d'opinion opposent à cette salvatrice solution alternative de production énergétique.
Pour finir, n'oublions pas de distinguer les aérogénérateurs destinés à produire de l'électricité et les éoliennes utilisées pour le pompage de l'eau.

De l'électricité grâce à l'eau
Il est possible d'utiliser la force d'un courant d'eau pour actionner les pâles d'une turbine. Les modèles de micro-turbines commercialisés aujourd'hui sont vite efficaces et un débit de dix-huit litres d'eau à la seconde dans une chute d'un mètre de haut suffit à la production d'électricité.
Que l'on se rende compte : une petite turbine hydro-électrique au fil de l'eau dans une rivière ou un canal d'irrigation débite très facilement dix kilowatts à l'heure, de quoi alimenter simultanément six ou sept machines à laver le linge ou aspirateurs, ou encore plus de cinq cents ampoules fluocompactes. Et encore ne parle-t-on ici que d'un tout petit modèle de turbine. On comprend pourquoi EDF a installé autant d'ouvrages dans nos montagnes.

La rentabilité de la force hydraulique est très forte. Gratuite, renouvelable, ne demandant que le montage d'équipements technologiquement éprouvés et faciles à construire. Se décider à l'employer peut même devenir une source de revenus et les petites communes de montagne pourraient bien trouver là de quoi améliorer leur budget annuel. Dans le cadre de la Loi Montagne, ces communes ont en effet le droit d'avoir une activité commerciale, et vendre de l'électricité rentre bien dans ce cadre. L'EDF rachète toujours l'électricité produite et, pour quelques temps encore, elle y est obligée à cause de son monopole de distribution. Avec une micro-turbine fournissant cinq cents kilowatts à l'heure, on engrange pas mal d'euros. Difficile de dire combien, car la tarification est particulière et très variable selon de nombreux facteurs. Savez-vous que le tarif EDF comporte plusieurs milliers de prix de vente ou d'achat pour la même électricité ?
L'amortissement se fait généralement en quelques années mais pour réellement gagner des sous avec une centrale hydraulique, le débit de l'eau doit se compter en mètres cubes par seconde, pas en litres. Quant à la chute, elle doit être de plusieurs dizaines de mètres dans le cas d'un petit ruisseau. Là, parfois, c'est une belle rente qui est assurée et les banques sont toujours d'accord pour prêter l'argent sur un gros projet. Les véritables investisseurs connaissent d'ailleurs très bien ce filon et la plupart des sites exploitables en France le sont déjà.

Si l'énergie hydraulique est intéressante, elle n'est réellement acceptable sur le plan écologique que si elle ne perturbe pas les cours d'eau et la vie qui les habite. Le rivage des rivières est le biotope le plus riche de tous. Des plantes et animaux de toutes sortes s'y abritent et s'y reproduisent. Or, les lâchers d'eau des barrages de montage bouleversent les rivages en détruisant l'habitat de quantité d'espèces.
Des réglementations assez strictes gèrent les cours d'eau et nombre d'entre eux ne sont pas légalement aménageables dans le sens d'une telle exploitation. Les textes indiquent aussi comment un barrage doit être construit pour garantir la sécurité des riverains, la préservation du site, l'écoulement normal des eaux même par temps d'orage, la régularité du débit, et d'autres dispositions encore. Parmi celles-ci, la circulation normale des poissons, aussi bien à la descente qu'à la remontée, pour laquelle des passes spécifiques doivent obligatoirement être bâties. Bref, il faudrait dix livres comme celui que vous tenez entre vos mains pour vous donner une information complète.
Seule solution : consulter un bureau d'étude professionnel et avoir un bon ami banquier. Il n'empêche que ceux qui disposent d'un courant au débit régulier devraient se renseigner de plus près et nous livrer le résultat concret de leurs démarches. Nous approfondirons le sujet avec eux pour notre prochaine édition. Une installation pico-hydraulique bien faite délivre une quantité d'électricité qui dépasse les besoins habituels d'une maison. Un hotel au bord d'une rivière devrait pouvoir atteindre son autonomie sans problème. C'est donc une alternative tout à fait viable.

Une mini pico-centrale hydroélectrique pour se faire plaisir
Ca aussi on peut le bricoler : créer un petit moulin avec deux roues de vélo enserrant des pâles de zinc et le mettre à l'eau ne devrait quand même pas provoquer l'intervention de la Gendarmerie. Il faut faire du pico-hydraulique ludique, par plaisir, en se disant que ceci plus cela, c'est toujours ça. Un peu d'énergie supplémentaire pour compléter l'éolienne ou pour alimenter une mini-pompe capable de remonter l'eau du courant jusqu'au jardin potager en toute autonomie.
Avec un peu d'expérience et un bricolage plus sérieux, on peut facilement alimenter toute une maison, mais alors, mieux vaut ne pas en demander l'autorisation, créer un moulinet démontable et, s'il est un peu gros, le cacher dans la verdure. Quelques courroies de transmission, des vieilles dynamo de bicyclettes ou un moteur de machine à laver rapidement adapté, une ou deux batteries, et voilà ! Toujours ça de pris !

Les autres sources renouvelables pour la production d'énergie électrique
Toutes les forces naturelles capables de fournir un travail et donc de l'énergie sont connues depuis des siècles. Certaines resteront inexploitées aussi longtemps qu'on ne saura pas les domestiquer, la force des volcans par exemple et même celle des éclairs. L'énergie contenue dans le carbone est utilisée de toutes les manières possibles, aussi bien pour le carbone vivant et renouvelables du bois que pour le carbone fossile du charbon, du pétrole ou du gaz. Seule la recherche fondamentale peut nous conduire sur de nouvelles voies, comme elle l'a fait en trouvant des techniques nouvelles permettant de créer de l'électricité avec de la lumière solaire grâce au comportement atomique du silicium face au rayonnement lumineux. Des innovations de la sorte, complètement originales, il en émerge de plus en plus chaque jour.

Les générateurs de demain
La recherche de solutions alternatives pour la production d'énergie, à usage domestique ou automobile, bat son plein. Des dizaines de chercheurs officiels et officieux ouvrent de nouvelles voies technologiques passionnantes. Au niveau des grands industriels, les nouvelles technologies sont issues de recherches fondamentales qui oeuvrent dans des concepts nouveaux comme la supraconductivité, la bioélectronique et ces machins-là. Mais, au niveau des bricoleurs, le génie et la persévérance donnent des résultats tout aussi révolutionnaires même s'ils font parfois appel à des technologies simples et connues. En fait, les passionnés pénètrent dans des brèches qui ont été souvent abandonnées par manque de rentabilité objectivable.
Lorsque par bonheur, un petit génie ouvre la perspective d'une énergie abondante et presque totalement gratuite en mettant au point une petite machine pas bête, il cherche à en tirer bénéfice et dépose un brevet à La Haye, au bureau international des brevets.
Là-bas, les traîtres et les espions à la solde des industriels scrutent ces inventions et, chaque fois que l'une d'entre elles met en péril notre système financier et économique, son inventeur croise inopportunément un agent de la CIA qui se charge de l'éliminer. Non, ce n'est pas de la paranoïa : les accidents et maladies étranges qui fauchent la vie de jeunes scientifiques ou d'inventeurs très prometteurs se multiplient fortement depuis quelques années. Voyez-vous, non seulement l'étasunien moyen veut son propre bonheur mais celui ci ne lui semble total que si les autres n'y ont pas accès.

Le moteur Pantone appliqué à un groupe électrogène
Paul Pantone a mis son invention sur Internet pour éviter de connaître le sort de certains de ses prédécesseurs. Là, sur le web, une fois que l'information est partie, on ne peut plus l'arrêter. Le monde entier devient témoin instantané, s'empare de la nouveauté et créé des forums mondiaux sur le sujet. C'est d'ailleurs sa vocation première puisqu'Internet a été précisément mis au point pour permettre à la communauté scientifique de partager ses connaissances instantanément.
Paul Pantone a donc bien fait, et de nombreux sites web se sont créés pour développer son idée. Des centaines de personnes se sont maintenant lancées dans les essais. Il existe même depuis peu des Club Pantone où l'on se retrouve pour partager les expériences et défendre l'incroyable alternative du moteur à eau ou à huile.

Le MEG
Alors là, avec le MEG , on touche à des phénomènes incroyables, des théories nouvelles, des concepts de science-fiction. Que deviendra le MEG ? Nul ne sait. Mais si cet espoir fleurit et donne des fruits, nous entrons dans un nouveau monde.
Un article sur le sujet sera prochainement disponible sur ce site.
En attendant, vous pouvez aller sur la page de Jean-Louis Naudin

Si vous voulez réagir à cet article, cliquez sur ce lien.

Lecture complémentaire :
[Article] Produire de l'électricité autrement... (1ère partie)
[Article] Introduction au moteur GEET de Paul Pantone
[Fiche tech.] Comment construire un moteur Pantone ?
Le site officiel de Quanthomme


Sources
Guide de l'Habitat Ecologique, Editions du Fraysse


Cet article a été lu fois
depuis le 18/10/03
Editorial · Accueil · Articles · Ils l'ont fait ! · Infos pratiques · Fiches techniques · Le Bickel du mois · Liens utiles · Forum · Chat
Livre d'Or · Petites annonces · Historique du site · Remerciements · Contactez-nous
Onpeutlefaire.com · Reproduction et distribution autorisée sous réserve d'indiquer les sources