Accueil » Infos pratiques » L'habitat

La construction en argile cuite

La construction en argile cuite, à l’inverse de celle en briques de terre crue, est résistante à l’eau. On trouve partout des briques creuses de construction dont les vides internes favorisent l’isolation thermique. Ces briques sont très employées et, comme les tuiles, leur bilan écologique les classes dans les matériaux acceptables, même si ce bilan est loin d’être parfait. En effet, l’extraction industrielle de l’argile en carrière nécessite de gros engins consommateurs de gasoil, sa transformation en usine nécessite encore de procédés lourds et la cuisson des briques est gourmande en énergie. Ensuite, leur transport est moyennement dépensier car, généralement, les briqueteries livrent dans un proche secteur. Leur poids est moyen, plus que le bois, moins que la pierre, ce qui ne provoque quand même pas une noria de camion. Leur mise en œuvre n’est ni simple, ni compliquée et peut se faire à la main. Leurs possibilités de recyclage sont faibles, on peut rarement les réemployer pour bâtir. Par contre, elles peuvent constituer de bons remblais, des assises de chemins, etc. Réduite en poudre, la chamotte, l’argile cuite sert à des bétons spéciaux comme pour la fabrication des poêles de masse. Son élimination ne provoque ni résidus ni toxiques et les débris de brique cuites ne sont pas nuisibles aux petits animaux.
Améliorer la filière de la brique d’argile cuite, c’est s’approcher d’un produit idéal. Avec des méthodes de cuisson propres, avec l’aménagement des carrières abandonnées, avec une forte amélioration des qualités isolantes et grâce à une méthode de montage performante qui ne consomme presque pas de mortier, la brique monomur Porotherm, ex-Sturm, est un bon produit au bilan très favorable. L’utilisation d’énergie renouvelable pour leur cuisson les rendrait encore plus écologiques.