Aller au contenu


Photo

Assumer ses choix sans froisser les autres...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
125 réponses à ce sujet

#1 djeck49

djeck49

    Expert en Revendication

  • Membres
  • 800 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Angers
  • Intérêts:Tout ou presque. La liberté d'expression en particulier

Posté 02 juillet 2009 - 17:12

Bonjour à tous,

Forum OPLF, bureau des plaintes bonjour... :D

C'est après pas mal discutions avec des gens de mon entourage que l'idée de ce topic m'est venu.

ASSUMER SES CHOIX : Est-ce faire ce qu'on souhaite coûte que coûte, ou utiliser une partie de son temps (parfois beaucoup) pour convaincre les gens qui nous aiment (possiblement formatés) que nous ne sommes pas en danger?

Quels sont vos retours d'expérience?

Ceux qui répondent régulièrement à mes topics (merci!) savent que j'ai un soucis avec l'autorité (ou assimilable) de la société. Le patronat en particulier (pas les patrons mais le système des patrons... Qu'ils acceptent par ailleurs...)

De ce fait, j'ai décidé il y a un an de ne plus travailler et d'autoconstruire, par conviction. Après des emplois de cartographe, animateur, technicien informatique, hotliner, dessinateur, employé de ménage, déménageur, monteur de meuble, inventorié, formation, j'ai pu faire le bilan de ce que ca m'a apporté :

- J'ai connu des structures publiques et privé + l'associatif
- des salaires de tous niveaux
- des postes intellectuels et manuels (parfois les 2)
- j'ai côtoyé les différentes couches sociales
- je n'accorde plus aucunes confiance à quelqu'un qui est payé pour m'encadrer (il est là pour l'argent et encadrera dans le sens de l'entreprise en cas de gros problème, il a signé pour ça)
- j'ai développé une réticence automatique à ce que j'appelle la manipulation professionnelle. D'autres disent "management".
- j'ai pas mal été voir de médecins à la suite d'attitudes inappropriés d'une entreprise.
- Mon amie qui commence à en venir à la même conclusion et a vécu la dépression à cause d'un emploi de cadre supérieure
- je ne crois plus à la bienveillance "gratuite"
- je ne supporte plus l'artifice en général

Aujourd"hui, le fait est que mon entourage s'inquiète et cherche à savoir ce qui a motivé mon choix. Ils sont tous catastrophés et disent que je n'aurai à terme plus de couverture sociale, plus de relations enrichissante par le travail, pas de retraite et que je serai limité dans la société car pas de sous. Quand je creuse un peu, je vois que bien plus que de comprendre ce qui m'a conduit à penser cela, ils cherchent avant tout à ce que je reprenne le "droit chemin". Déstabilisant... J'ai l'impression que parfois, il y a un phénomène qui poussent les fidèles (gens formatés) à obéir à leur dieu (gouvernement), veillant toujours à rameuter les brebis galeuses dans la sphère sociétale.

Il me semble plus qu'évident que la moitié des arguments apportés par mes détracteurs sont dénués de sens. Pas dans leurs structures grammaticales mais dans leurs fonds.

J'en suis arrivé même à penser qu'une personne qui travail collabore tout simplement avec le mal qui ronge notre société.

Dernier exemple qui m'a frappé :
Des agents de sécurité avec lesquels j'ai eu des déboires (j'ai eu officiellement raison d'eux). Ils ont été violents vis à vis de moi. Une fois le calme revenu, j'ai demandé à une femme à l'accueil du magasin de se porter témoin. Elle s'est retournée et a ignoré ma demande. Cette dame est donc complice... Rien, je dis bien RIEN ne peut excuser de ne pas voler au secours d'une personne qui subit une injustice. Si on ne peut pas se regarder dans la glace le matin, c'est pas la peine de continuer un boulot sous prétexte qu'on a des enfants à nourrir ou je ne sais quelle **** de ce style. Ca se change un travail non?


Aussi, j'ai pu observer une "constante" dans tous les boulots que j'ai occupé : Le rendement. et la protection obligatoire (culturelle????) dans toutes proportions de son patron par le silence ou le détournement. Et le plus étonnant : le poste qui m'a le plus manqué de respect a été dans l'associatif. Un scandale...

Comment, vous, les décroissants heureux de vivre votre vie, arrivez à vivre en sachant que vos proches sont convaincus que vous allez mal ou que c'est pour bientôt? Y'a-t-il des gens qui ont décidé de ne plus travailler?

Modifié par djeck49, 02 juillet 2009 - 17:12 .

  • pelton et rantanplan aiment ceci

#2 _strychnine_

_strychnine_

Posté 02 juillet 2009 - 18:23

Je suis un peu dans le même cas que toi, Djeck49. J'ai fait des études supérieures poussées, ai eu d'excellentes opportunités au niveau du boulot, et pourtant, aujourd'hui, je vis sur la retraite de mon mari ( petite la retraite ), dans un autre pays, j'élève mes enfants, je jardine et fais le maçon :D
La grande phrase qu'on me sort est en général : Avec ton bagage, comment peux-tu vivre comme ça? Moi à ta place...
Et là, ma réponse est toujours la même : tu n'es pas à ma place.
Moi, jesuis heureuse, je suis avec mon mari, mes enfants, je ris tous les jours, je fais ce qui me plaît aujourd'hui. Demain, on verra. et justement parce que je sais faire beaucoup de choses différentes, je suis capable de rebondir.
Chacun ses rêves. Pour certains, c'est une télé grand écran, pour d'autres, c'est un enduit terre ou l'autonomie énergétique...
Et si les gens "s'inquiètent" pour toi, tu peux toujours leur dire que tu t'inquiètes pour eux qui seraient bien démunis en cas de crise énergétique majeure...

#3 djeck49

djeck49

    Expert en Revendication

  • Membres
  • 800 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Angers
  • Intérêts:Tout ou presque. La liberté d'expression en particulier

Posté 02 juillet 2009 - 18:41

merci de ta réponse!

"Et si les gens "s'inquiètent" pour toi, tu peux toujours leur dire que tu t'inquiètes pour eux qui seraient bien démunis en cas de crise énergétique majeure... " Je ne manque pas d'arguments en fait. Le problème de vivre "à contre courant" est qu'on contredit la majorité. Alors, de fait, çà ne gène pas une personne de m'allumer d'arguments tout faits puisqu'il sait que tout le monde le pense ou presque.

Cette notion de dupplicité est pas facile à gèrer parfois. Manger autour d'une table avec que des formatés, quand les discutions partent sur la politique ou la société, c'est soit tu te tais et tu passes pour un renfermé, soit tu parles et tu passes pour un marginal, soit ils te provoquent pour lancer le sujet de ta vie... Parfois c'est tendu!

Sans compter qu'on peut pas, aux yeux de la plupart des gens, refuser le travail sans passer pour un feignant! De plus, je déploie 10 fois plus d'énergie à construire ma maison, 10 fois plus de détermination qu'eux (qui préfereront travailler pour faire faire une maison...) Par ailleurs, j'ajoute qu'ils sont peu à posséder leur propre habitat, ce qui me semble être l'une des choses le plus importantes.

Modifié par djeck49, 02 juillet 2009 - 18:49 .


#4 gaetan le breton

gaetan le breton
  • Genre: Homme
  • Localisation:morbihan
  • Intérêts:nature lecture musique ...

Posté 02 juillet 2009 - 18:59

salut , ta question est axée sur le fait de ne plus travaillez et de l'assumez ,
je pense que l'on peux élargir un peu sur le fait de vivre différemment .

Tu parles de convaincre , et j'étais dans cette dynamique pendant un moment , avec un côté très incisif , et ce fut toujours l'impasse , je pense que convaincre est un mot à oublier .

Je ne cherche plus à convaincre mais à simplement exposé , à partager mon point de vue , et il ya des clefs à avoir qui change tout , c'est la confiance en soi , la sérenité , la gentillesse , et en tout premier l'humilité .

Mais chacun sa vision des choses , son chemin de reflexion .

Si tu as affaire à des gens bornés , il n'y'a pas grand choses a faire .

Quand on capte la réalité , quand on devient conscient , c'est comme si on avait des ailes on peut alors s'élever et voir la vie , eux n'ont pas ces ailes donc ce sera tres difficile de se faire comprendre .

Il ya ceux qui ont capté ce qu'est l'existence réelle , et les autres qui vivent dans leur existence régie par leur mentale encrassé par le system .

C'est tres difficile a partir du moment ou la personne en face n'a jamais entamé son chemin de reflexion , j'ai la chance d'avoir autour de moi des gens qui l'ont commencé et qui , au fur et à mesure du temps acquérissent les clefs et on se comprend de plus en plus .

Je le répète : humilité , ouverture , gentillesse , compassion , humour , amour , autodérision .

Modifié par gaetan le breton, 02 juillet 2009 - 19:04 .


#5 djeck49

djeck49

    Expert en Revendication

  • Membres
  • 800 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Angers
  • Intérêts:Tout ou presque. La liberté d'expression en particulier

Posté 02 juillet 2009 - 19:09

Oui, j'ai parfois cette impression (confirmé par ton témoignage gaetan). Ce sentiment que l'envie de convaincre est contre-productive et qu'elle ne mène qu'à l'enfoncement, au noircissement du tableau par les interlocuteurs (quand ils écoutent...)

Il m'est arrivé de faire comme toi. D'être un peu véhément, brute de décoffrage... Et de demander avec agressivité pourquoi, alors que je suis heureux et que je ne semble pas dépérir, on me prend la tête sur des sujets déjà abordés!

#6 gaetan le breton

gaetan le breton
  • Genre: Homme
  • Localisation:morbihan
  • Intérêts:nature lecture musique ...

Posté 02 juillet 2009 - 19:24

Dans ce cas là il vaut peut être mieux les laissé parler et tant pis pour eux , et un jour ils percevront peut être , de part la vue de ton expérience , la différence entre bonheur et simple distraction , ( à propos du bonheur , j'ai mis un texte sympa dans la section une petite pause " les phrases qui nous bottent" )

Les gens qui vivent comme nombre des participants de ce site , c'est comme ci ils décidaient de se tailler leur chemin dans la cambrousse , et puis il ya ceux qui préferent prendre l'autoroute .

#7 djeck49

djeck49

    Expert en Revendication

  • Membres
  • 800 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Angers
  • Intérêts:Tout ou presque. La liberté d'expression en particulier

Posté 02 juillet 2009 - 19:35

super ce texte sur le bonheur!!! J'ai vu d'autres phrases super sympas aussi! Des gens arrivent à poser les mots de façon tellement fluide!

#8 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 02 juillet 2009 - 21:30

… cartographe, animateur, technicien informatique, hotliner, dessinateur, employé de ménage, déménageur, monteur de meuble, inventorié, formation, …

… et auto-constructeur…
Avec cette large palette d'expériences, tu peux sans difficulté offrir tes services en étant ton propre patron. Reste à savoir si tu supportera les clients, qui sont parfois "spéciaux".

#9 djeck49

djeck49

    Expert en Revendication

  • Membres
  • 800 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Angers
  • Intérêts:Tout ou presque. La liberté d'expression en particulier

Posté 03 juillet 2009 - 08:00

slt Floyd.

J'ai fait pas mal de Chèque emploi service pour de la formation ou du dépannage informatique. J'ai noté une ingratitude trop fréquente. Je ne l'ai jamais prise directement pour moi car je sais que c'est le système qui veut ça. Mais les gens pensent avoir raison d'allumer le type qui vient réparer leur machine. Ce même type qui a décidé à sa prise de poste de ne facturer que ce qui lui semble facturable, pour ne pas voler et avoir ainsi un équilibre saint avec sa clientèle.

Pour la réinstallation d'un système d'exploitation, par exemple, n'importe quel technicien indépendant prend 90 euros. Moi, je prenais un truc comme 40 euros car ce qu'il faut savoir (pour ceux qui l'ignorent) : la réinstallation de windaube se compose ainsi => 5 minutes de "cliquage" et 40mn où le PC travail tout seul... Je ne vois pas comment on justifie 90 euros. On a peu de charge, pas de matériel, pas d'investissement... Du coup, si tu pratique des tarifs pas cher, tu n'es pas crédible. L'argent, encore l'argent....

Un concurent m'avais reproché de former à des logiciels libres et gratuits...

#10 coulemelle

coulemelle
  • Localisation:LIMOUSIN
  • Intérêts:ECOLOGIE MEDECINES DOUCES ALIMENTATION

Posté 03 juillet 2009 - 08:23

bonjour Djeck,

Je te rejoins à 100 % dans ton observation du monde du travail et des relations en général.
Pour le monde du travail je dirai que c'est la malveillance organisée poussée à des extrêmes effrayants (vécus, observés) le respect humain n'existe plus, d'ailleurs peu savent encore ce que cela veut dire. je travaille dans le social maintenant depuis 16 ans, je pensais à l'époque y trouver une forte humanité, pensez donc du social soi disant à l'écoute des plus démunis (dans tous les sens du terme) là aussi il m'a fallu déchanter et vite..... ici c'est comme ailleurs.

quant à ton entourage qui ne comprend pas tes nouveaux choix de vie, qui s'affole, il me semble que bien souvent leurs réactions faites de moqueries, méchancetés, jugements, sentences et j'en passe ne sont que le reflet d'une grande peur irraisonnée et inavouée chez eux et cela les rend agressifs, accusateurs. En effet, de part tes changements de vie, tu les interpelles, c'est une violence pour eux, une forme d'aggression, cela leur est insuportable :D donc il faut annihiler celui qui sort du rang.

Il ne sert à rien de vouloir leur démontrer que tu ne mets pas ta vie en danger car il ne s'agit pas de Ta Vie en l'occurence, dans leur inconscient c'est la leur de vie que tu mets en danger..... du fait que tu les obliges (bien innocemment) à avoir un autre regard, à modifier leurs perceptions du monde qui les entoure et cela c'est trop effrayant, trop déstabilisant. Le changement de l'autre oblige celui d'en face à se resituer, à se repositionner et cela lui est intolérable.

En ce qui me concerne j'ai fait le choix de ne plus, ou très peu, essayer de convaincre et même de témoigner des mes choix de vie (nourriture, soins, choix de vie décroissants) l'incrédulité (dans le meilleur des cas) l'ironie, la méchanceté et les calomnies sont la réponse à nos différences. Alors chacun son cheminement et sa liberté, sinon on y perd notre zénitude (ou ce qu'il en reste).

J'ai (cru) comprendre il y a quelques années que finalement le travail n'est pas la liberté, comme on veut bien nous le faire croire, c'est un piège, une prison, un étouffoir, où l'on invite les individus à laisser de côté le meilleur d'eux mêmes pour devenir des moins que riens, des salauds.......
La solidarité y est inexistante, je l'ai vécu, j'ai vu la bassesse humaine.

Pour répondre à ta dernière question, oui je veux arrêter de travailler mais je ne veux pas démissionner (pas pour l'instant en tout cas), je réfléchis au comment faire...... il me semble qu'un topic ici avait traité cette question sur OPLF mais je ne retrouve pas sa trace.


Courage à toi Djeck, reste digne et droit dans tes convictions et méfies toi des pervers qui t'invitent à t'exprimer sur tes choix de vie (autour d'une table par exemple) bien souvent c'est pour mieux te réduire à néant, c'est la jouissance des insignifiants. Ces gens là ne t'aiment pas en vérité. Ici il y a un peu plus d'amour, virtuel certes mais réel. :roll:

#11 _G.Lecolo_

_G.Lecolo_

Posté 03 juillet 2009 - 08:25

Salut Djeck et tout l'monde,

Quand tu assumes tes choix, tu renvoies aux "autres" leurs contradictions en pleine face. (C'est comme ça ; ils se projettent sur toi ; c'est pas personnel, faut pas que ça te travaille...)
Quand tu définis tes besoins réels, beaucoup restent dans la confusion besoins/désirs.
Ou encore pour beaucoup "être comme tout le monde" semble être un réel besoin. (notions surréalistes de sécurité, ordre, stabilité, norme...)
Ce qui a un moment de ta vie t'as apporté un cadre épanouissant (famille, amis, proches...) peut devenir un véritable boulet.
La libération, à mon avis, ne se fait pas sans douleur. L'acceptation semble être une solution.
Pour ma part, je suis aussi encore sur ce câble de funambule et le travail rémunéré à temps plein ne fait pas partie de mes besoins essentiels. :D

#12 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 03 juillet 2009 - 09:22

… n'importe quel technicien indépendant prend 90 euros.

Vois déjà le tarif horaire d'un garagiste pour faire une vidange huile moteur. Souvent 40 euros et c'est l'arpète qui fait le travail.

En indépendant, tu sais bien qu'il y a des coûts pour le déplacement, la facturation, la compta, la formation continue, et ces petits frais généraux que sont les charges sociales perso.

Mon activité (BE indépendant) me permet de facturer "à la tête du client". Mon tarif de base est plutot dans les 80 euros/h. Quand je fais le décompte des heures réellement passées sur un dossier, y compris à papoter avec le client (même si c'est sympa et ça arrive heureusement), au final c'est seulement 50 euros/h.

Il m'arrive de proposer un forfait du genre 40 euros pour 2 heures. Un, ça ne gêne pas les gens, deux, ils tirent encore facilement 1/2 heure de rab.

Depuis le temps je suis blindé. C'est vrai que j'aime mon métier et que j'en connais des pires. Il reste que sous ce fallacieux prétexte, des clients s'imaginent qu'il y a nul besoin de rémuner, ni mon temps, ni mon niveau de qualification et d'expérience (bac+5+30), ni le service rendu, ni la disponibilité…

Bref… pour revenir à ton cas djeck49; dis à tes chers compatriotes que tu factures tes prestations à 90 euros de l'heure, prix d'amis. Il te verront avec un autre œil.

#13 lynia

lynia
  • Localisation:banlieue parisienne

Posté 03 juillet 2009 - 09:58

Le travail n'est qu'une forme d'organisation humaine, je ne pense pas qu'il créé des personnalités mauvaises mais leur permet de s'épanouir dans certains cas. Donc que tu travailles ou non, que tu sois indépendant ou non, tu seras toujours confronté à des c... qui se la joue petit chef ou autoritaire. Personnellement si je suis confrontée en ce moment à de gros égo qui cassent la motivation en freinant la résolution de problèmes, auparavant j'ai toujours eu affaire à des chefs "normaux" et je les plaignais sincèrement de devoir manager certains de mes collègues qui bien que non chef arrivaient à rendre le travail un véritable enfer pour tout le monde.

Et comme on peut le voir dans un groupe d'amis, dans une famille, dans une association, dans une ong, il y aura toujours celui qui tire la couverture à lui, celui qui fait d'une montagne de rien, celui qui en fera pas une, celui qui déclarera avoir la vérité vraie, celui qui jouera au chef, celui qui créera exprès des problèmes, celui qui essayera d'éjecter l'autre qui n'adhère pas à sa vision des choses...des êtres humains.

Après tout, même si ici on essaye d'apprendre à faire un maximum de choses, il sera toujours mieux de faire appel à quelqu'un plus doué pour faire quelque chose et pareil il y aura le choc des personnalités pour un même but.

Mais comme nous sommes dans une grande société, c'est beaucoup plus dur de faire changer les choses, parler de travailler pour vivre au lieu de vivre pour travailler, ne pas souhaiter une grande maison ni des habits de marques, faire un potager à 24 ans, ne pas trouver bizarre les tlb, savoir exactement ce qu'implique les ogm (nan ils ne font pas de meilleurs rendements!!) et la "sécurisation" à outrance, avoir un lombricompost, parler bio et voilà que la famille, la belle-famille et les amis ricanent ou sont génés...

On a une vision trop chrétienne de la société genre étape après étape puis le paradis et le repos immuable, non toute la société repose sur un équilibre entre différentes forces sur un balancier, un parfait équilibre un jour, puis le jour d'après une force prend plus de poids et si l'autre force ne réagit pas, paf l'autre force gagne, puis cela casse l'équilibre complètement, cela apparait intolérable, révolte et hop retour à l'équilibre avec une légère supériorité de la force vaincu auparavant et ainsi de suite, l'Histoire...

Modifié par lynia, 03 juillet 2009 - 10:04 .


#14 djeck49

djeck49

    Expert en Revendication

  • Membres
  • 800 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Angers
  • Intérêts:Tout ou presque. La liberté d'expression en particulier

Posté 03 juillet 2009 - 11:01

Merci de participer à ce topic!

Je suis content aussi de voir que des gens ont déjà franchi le pas.

J'ai lu plusieurs fois une idée selon laquelle l'obligation qu'on les autres à se resituer car moi j'ai bougé déclenche de l'agressivité. C'est exactement le cas! Je n'arrivais pas à poser les mots comme cal. Alors que tout est clair pour moi (ce qui est le principal), je vois que les autres se permettent au final (par leur réflexions dérisoires) de réfléchir à ma place. Mais je doit confondre, ils ne réfléchissent pas. Il se contentent d'essayer de flinguer celui qui n'est pas comme eux. Celui qui représente le risque de faire tort à la famille, celui qui pourrai "gangréner" le reste du groupe.

Avec du recule, je me rend compte que cela a commencé assez jeune vers les 13 ans. Quand j'ai commencé à m'insurger devant l'injustice, ils ont commencé par dire "tiens, bah cuila il sera avocat ou juge". Puis, vers mes 15 ans on a dit "c'est une tête de mule". Ensuite, vers 17 ans "C'est un insoumis, un fouteur de merde, un contestataire de base". Vers 20 ans les choses ont changé : je devenais basiquement un antisocial (je ne perdais pourtant pas mon sang froid...).

Maintenant que les faits leurs paraissent possiblement irréversibles, je ne fait plus l'objet d'insultes en tous genres, mais de tentatives par tous les moyens pour que je reprenne une place jugée convenable.

Sans compter aussi qu'étant avec mon amie (6 années de vie commune), on m'accuse en cachette, à demis mots, de l'entrainer dans mon "délire". Hors, le fait est qu'elle me rejoint toute seule car elle voit, qu'elle sent les choses. Elle se découvre progressivement viscéralement concerné par les problèmes du monde. Bien sur, je lui parle de mes convictions... Mais elle n'était pas comme cela avant. Donc je représente à moi seule le danger pour elle... De plus, elle travail et moi non. Je vous laisse imaginer ce qu'il se dit dans mon dos.

Oui Lynia, le travail est seulement une activité. Une activité parmi plein d'autres! Le but de la manœuvre c'est d'être actif pour se construire. On "peut "choisir" de passer par un système qui prend plus qu'il ne rend, qui prend du temps et éventuellement la santé (ca ne dure pas bien longtemps...). C'est la travail. On peut aussi faire sans ou peu...

Comme les poulets de batterie, on va travailler dès qu'on peut, on fournit le plus possible et le plus vite possible puis on ne sert plus à rien. Quand arrive le moment fatidique, on panique... L'être humain n'est pas une volaille pourtant, mais tout le monde se suit... :D

Avec tout cela je ne sais plus quel animal ) attribuer à chaque catégorie de personne..vipères pour les méchant, de moutons pour les formatés, jeune loup pour les managers, poulets de batterie pour les dingues du boulots, vache à lait pour les administrés, manchot pour les politiques.... :roll: :horreur_grosyeux:

#15 _Dempsey_

_Dempsey_

Posté 03 juillet 2009 - 16:05

Bonjour à tous,

Forum OPLF, bureau des plaintes bonjour... :D

Comment, vous, les décroissants heureux de vivre votre vie, arrivez à vivre en sachant que vos proches sont convaincus que vous allez mal ou que c'est pour bientôt? Y'a-t-il des gens qui ont décidé de ne plus travailler?

ne plus travailler pour les autres : oui, je l'ai décidé il y a 20 ans, quand je me suis rendu compte qu'aucuns métiers ne me convenaient ( impossible de mettre un prix sur mes prestations, on arrive à un moment où on a pas de prix = notion de gratuité )
aussi depuis j'achéte et je revends des maisons; je fais çà à mon rythme, pas de patrons, pas d'horaires, bq de créativité,bq de changement de régions, bq de travail : mais peut-on encore appeller cela du travail ? c'est vrai que les proches croient que je suis tjrs en vacances, à voyager, sans domicile fixe....quand est-ce que tu vas commencer à travailler ? les pôvres, s'ils savaient ? le mieux c'est de ne rien dire, rien argumenter, rien expliquer: c'est deux mondes différents...je les plainds !!!
les vacances, les WE , les RTT , les gréves, la retraite, je ne connais pas ! et pourtant je vis et même pas mal .Chacun doit trouver sa solution , et s'adapter aux circonstances... (notion de flexibilité)
froisser les autres : à mon âge, cela n'a aucunne importance; il faut être impertinent trés tôt....en général les gens sont trop sages, trop éduqués, trop policés...mettre un peu de folie dans sa vie, jouer à quitte ou double, surtout ne pas se la jouer pépére...

#16 _vibe_

_vibe_

Posté 03 juillet 2009 - 17:48

" un équilibre saint avec les clients." :D double lapsus, rigolo. les relations commerciales doivent elles êtres nécessairement sanctifiées? ...........et la sainteté aurait-elle un penchant mercantile dans certains inconscients? ou était-ce une parfaite ignorance du mot sain qui aurait mieux convenu ici? en tout cas merci, j'ai bien ri. :roll: et merci à tous pour vos réflexions et analyses. :horreur_grosyeux:

#17 pitibonom

pitibonom

    Apprenti décroisseur.

  • Membres
  • 385 messages
  • Genre: Homme

Posté 03 juillet 2009 - 20:13

Coucou à tous !!!

Ca c'est du topic comme je les aime ! :horreur_grosyeux:

Nous aussi, ma moitié et moi meme avons tout plaqué. La raison initiale ?
Pour ma douce, bosser pour des cons irrespectueux du travail réalisé, et
pour des clopinettes, est vraiment trop couteux en 'âme'.
Pour moi, créer, développer, inventer des choses dont l'unique caractéristique
est de faire du fric et faire rentrer des 'projets' dans des 'cases' est également
trop couteux en 'âme'.

Voila les deux triggers qui nous ont fait quitter le monde ou l'on trime
pour engraisser les 'riches de paris' et assurer leur train de vie à l'élysée.

Nous avons également plaqué la maison de notre banquier qu'il avait gentiment
choisi de nous offrir au bout de 25 ans de travail débile.... Et aujourd'hui nous
autonconstruisons sur fonds propres et serons immédiatement propriétaires du
résultat. Si la maison est une croute, ce sera pour notre pomme. Mais là aussi il
faut savoir assumer.

Vivre sans revenus, ca signifie tendre vers l'autonomie en bouffe, en énergie, en
flotte, en assainissement, etc..... Ceci dit, ce n'est qu'une facade, car les racketteurs
ne sont jamais tres loin. Et Se feront un plaisir de lancer une saisie sur les biens du
'malade mental qui fait de la décroissance', au premier défaut de réglement des
taxes foncières et habitations.
Vivre sans revenus, c'est également avoir le droit légitime de crever sur le bord du
trottoir, au vu et au su de tous les prostitués du travail qui détournent le regard. En
effet, sans sous, pas d'assurance sociale. Même les claudos doivent déclarer leur
obole pour avoir ce droit.

Je ne pense pas me tromper, Djeck, en disant que tu n'as pas arreté de travailler.
Tu as juste arreté d'etre esclave et d'engraisser ceux qui se croient nantis. Sois
béni ! dans quelques années, c'est toi qui passeras pour un nantis. Et sois sur
que cela lèvera contre toi moultes jalousies. Ca fait chier les gens quand on fait
pas comme eux ( c'est Brassens qui disait un truc comme ca je crois ).

Finalement, quand on a atteint un certain degré d'autonomie, et qu'on a plus que
les quelques frais dus au rackett foncier et autres malhonnèteté, le fin du fin serait
de trouver un moyen de toucher le RMI afin que l'argent sale retourne se salir là
d'ou il vient.

Juste pour ce qui est de l'argumentaire anti travail.... On peut résumer en affirmant
que les plus cons sont ceux qui bossent pour un salaire.
Développement: Pour une journée......
- On bosse pour 60€
- on paye le loyer: 16€; reste 44€
- la flotte, l'électricité, le chauffage : 14€; reste 30€
- les impots, taxes et diverses conneries hors TVA: 6€ reste 24
- Les transports pour aller bosser: 6€ reste 18€
- les assurances et autres racketts institutionnels genre frais bancaires: 5€ reste 13€
- les fringues et autres trucs indispensables pour etre 'fashion': 8€ reste 5€
- 5€ pour bouffer (de la merde ).....
Et j'ai oublié les couts des vacances, les frais des mômes, les divertissements, le toubib
etc etc etc.... On voit clairement que les esclaves sont voués au mur. Même les animaux
a qui on ferait subir un tel régime finiraient par douter et se rebeller....

Le décroissant lui, vit dans le luxe d'avoir tout gratos pour un peu de son temps....
- quelques heures par semaine au potager pour avoir des beaux légumes VRAIMENT BIO
- quelques heures ........ a l'atelier pour bricoler les petits trucs pour l'entretien de la maison
autonome, autoconstruite et qui ne coute rien ( et surtout qui libère du fil a la patte
qu'on a quand on habite pendant 25 ans chez son banquier )
- quelques heures a rendre des services à droite et à gauche en échange d'autres
services, voir d'une pièce 'au juger'
- quelques heures a causer avec les gens et à échanger pour essayer de leur monter
qu'ils se font profondément niquer et que les décroissants sont libres
- le reste du temps, passé à ce que on veut.....

C'est du travail efficace, sans impot ( l'état a depuis longtemps renoncé a se faire payer en
poulets ou en tomates du jardin :D ) et de la liberté pure et simple.


Voila. De notre coté, nous ne somme pas encore à l'autonomie, mais c'est comme cela que
j'imagine notre futur. S'il faut refaire un peu de prostitution pour y arriver, on le refera.
La fin justifie les moyens, et finalement, vendre son cul c'est ce qu'il y a de plus facile, vu
que le passsage est déja fait :roll:

En tout cas, un grand BRAVO a tous ceux qui comme Djeck quittent le système pour éviter
de crever avant l'age, pour des gens qui n'en sont pas dignes.

Juste aussi Djeck....
Moi mon discours aux 'consommateurs standards' concernant une vie moins débile et
donc décroissante est également très mal compris. Du coup, j'ai changé de tactique.
J'utilise les moyens utilisés par les médias pour convaincre les moutons:
- la peur
- le choc
- l'envie
- la culpabilisation
- etc....
Je ne pratique néanmoins pas la sod.mie. Ceci est réservé à l'élite de notre nation...

Et en fait, ca marche plutot pas mal.... Quand un des membres de ma famille s'indigne du
train de vie de matignon, je leur affirme que c'est de leur faute. Ils ne font rien pour que
cela change et pire !!!! Ils cautionnent cela en acceptant de travaille et payer des taxes.
Chose que MOI je ne fais plus.... ( marrant de voir comme ca fait réfléchir ca ).
Idem sur les prix de l'électricité.....
grrr c'est de plus en plus cher !!!! ----> passes au solaire ou à l'éolien.... En fait, ce
sont les mots qui me manquent, car les ficelles de la peur, choc, envie, etc.... qu'utilisent
les médias marchent réellement HYPER BIEN.... C'est ahurissant.

Encore bravos a tous qui etes bien fous ! Les folies d'aujourd'hui seront les règles de demain.


Bonnes routes à tous !

#18 pitibonom

pitibonom

    Apprenti décroisseur.

  • Membres
  • 385 messages
  • Genre: Homme

Posté 03 juillet 2009 - 20:23

Ah juste un truc rapide.....

Je me suis rangé ( et j'ai par la même également rangé certains d'entre vous ) dans
la CASE DE LA DECROISSANCE....

Je tiens a etre clair la dessus car c'est un point d'importance. Le mot décroissance
est utilisé pour donner une 'direction suivie'. Par opposition à la croissance. En aucun
cas ce mot doit devenir l'identité de ceux qui comme moi et vous autres avons choisi
une voie vue comme débile par les 'bien-pensants'.
Une des gangrènes de notre société est le clonage mental que subissent ses membres.
Essayons de ne pas attrapper cette maladie...

De notre coté nous forgeons nos vies et nos expériences individuelles. Et c'est de ces
expériences uniques et fortes que naitra notre succès collectif à venir. Ces expériences
ne suivent pas de règles ou de chemin, si ce ne sont ceux de nos coeurs et nos ames
respectifs. A mon sens, le qualificatif de 'décroissant' est déja trop restrictif et endoctrinant, et
de plus il amuse ou effraye les 'endormis'.

Méfions nous des mots. Ils peuvent etre aussi nos ennemis, car e sont aussi ces armes
qu'utilisent les pouvoir en place.

Moi j'aime bien le qualificatif 'ceux qui changent de voie'. C'est neutre et ca veut dire plein
de choses. Autant pour les endormis que pour les éveillés :D

Bonnes routes à tous !

Modifié par pitibonom, 03 juillet 2009 - 20:24 .


#19 mathilde

mathilde
  • Genre: Homme
  • Localisation:les pieds sur terre

Posté 03 juillet 2009 - 21:27

Quelques petites expériences foireuses m'ont aussi dirigées vers le choix de l'autonomie:

Ma patronne qui était avec moi au lycée: "Ma petite Mathilde je crois que tu as un sérieux problème avec la hiérarchie". Evidemment quand on me passe le balais chiotte sans me regarder en me disant tu vas les laver, pendant que je débarasse les tables et qu'elle se boit un verre de vin en me regardant, je lui réponds: tu peux les faire toi-même... Bon ça n'a pas passé et ma période d'essai s'est arrété là.

J'ai aussi assisté avec amusement à une scène d'esclavagisme dans laquelle je me suis volontairement laissée prendre au jeu pour voir jusqu'où ça irait. J'étais serveuse et mon patron était un gros cochon suintant qui testait avec fierté son QI devant "qui veut gagner des millions" pendant qu'on trimait à côté de lui. Des fois il n'y a rien à faire dans la restauration, alors on papotait avec les collègues. Il est devenu tout rouge. "C'est qui le chef ici???????" "C'est moi!!!!!" Alors vous allez me frotter les pieds de chaises!!!" Evidemment je ne suis pas restée très longtemps non plus dans ce boulot.

Le patron accoudé sur un piquet de vigne qui surveille le boulot pendant qu'on sue devant lui.... "T'as oublié une grappe... plus vite..."
Et tant d'autres...
Non, non, non, plus jamais ça!!!

Cela dit j'en ai de très bons souvenirs (des mauvais aussi mais bon...) de cette découverte de certains penchants de l'homme, moi qui étais fleur bleue jusqu'au bout des ongles...

Donc me voici très heureuse sans boulot, je n'ai pas de chômage ni de RMI, je fais des pantalons que je vends au Black, en récupérant les tissus à Emmaüs ou à des amis qui se débarrassent, je bosse le jardin d'une amie au Black en allant chercher cailloux, terre et autres dans la fôret ou y'a tout ce qu'il faut, brocante et récup' par ci par là...

Mais pour le moment niveau finances c'est pas la joie, même si j'ai le ventre plein tous les soirs...

Y'a la location à payer, l'assurance voiture, la mutuelle des petits, le fuel pour le chauffage, l'eau, l'électricité, à manger, internet, les PV...
Loin d'être autonome pour le moment!!!

Le regard des autres sur ma situation? Je m'en fous royalement et je ne cherche même pas à m'expliquer, ça ouvre la porte à tout un tas de questions et remise en question chez les gens, j'ai assez à faire avec les miennes. Mes choix actuels je les assume entièrement, pour moi c'est comme dire "le soleil chauffe" ou "les ânes ont de grandes oreilles". C'est acquis et plus besoin d'en discuter... :D

En transition vers quoi? On verra bien!!! C'est pas la destination qui compte mais le chemin!!!

Bonne soirée à tous

#20 _vibe_

_vibe_

Posté 04 juillet 2009 - 08:51

la fontaine, le pouet, a déjà bien soulevé les problématiques que vous soulevez ici.la cigale et la fourmi, le loup et l'agneau et tant d'autres. l'histoire de l'humanité ne se résume- t-elle pas à cela: argumenter, séduire, se battre, pour défendre sa peau et son bien-être. tchouang tseou prenait l'exemple de l'arbre dont nul ne pouvait rien en faire que l'on laissait croitre en toute liberté. ni feu, ni charpente. mais c'est présupposer que ses sources de vie sont inépuisables et infinies. finalement la décroissance et ce que vous projetez n'est rien d'autre qu'un nouvel ordre social, d'ailleurs pas mal libéral puisque vous hurler contre les taxes. quel est le meilleur chemin? se confronter directement à la bêtise humaine dans ses diverses formes( syndic, politique, affirmation des soi et de ses valeurs) dans des valeurs d'équité sociale ou prélever ce que l'on peut comme on peut à moindre cout ( âme) mais forcément au détriment d'autres si loin soit-ils. quels sont donc nos rapports à l'autre et notre communication si l'on n'est pas capable de démontrer au patron qu'il abuse de sa position pour mettre en place des rapports de domination au lieu des rapports de travail . perso je fait un travail que peu de gens accepterait. masochisme primaire... avec une population de droite majoritairement et toutes les valeurs de travail, famille, patrie :D ils encensent le dont de soi pour le travail , la compétition et l'enrichissement matériel. je les aiment bien quand même. je leur suggère gentiment de reconsidérer leur conception des valeurs humaines . qu'est ce qui leur donne du réel bonheur? le travail ou la capacité à faire le bonheur? cela à déjà le mérite de créer la dissociation de travail et bonheur :roll: c'est semer en espérant récolter, pour moi ou mes enfants.
en tout cas faites attention de ne jamais vous trouver dans une impasse pour cause de réaction excessive, la société n'est pas très altruiste comme dit ptibonom. et j'en ai vu qui sont mort de n'avoir pu retrouver un équilibre et une reconnaissance dans leur rejet et leur sortie des règles admises. et sinon, le black, c'est bien pour soi et pour toutes les mafias du monde et trafics en tout genres. sans cette réserve d'incertitude, plus difficile.
allez, soyer des oasis pour les chercheurs et vous avez compris que je n'ai pas encore réellement choisi :horreur_grosyeux: