Aller au contenu


Ecoles alternatives


  • Veuillez vous connecter pour répondre
147 réponses à ce sujet

#141 Livy-Dagore

Livy-Dagore
  • Genre: Homme
  • Localisation:France
  • Intérêts:L'écologie,les écovillage,la permaculture,la spiritualité,Le Yoga,et les alternatives éducatives.

Posté 07 janvier 2016 - 12:39

Eh bien je ne sais pas,c'était juste une question que j'ai posé.Il doit existé des écoles alternatives ou expérimentales qui sont autogérée,mais dont les élèves ne choisissent pas nécessairement leur professeur.Il existe dans l'Education Nationale des collèges et lycées expérimentaux.



#142 noir

noir
  • Genre: Homme

Posté 07 janvier 2016 - 12:45

très peu/ trop peu de collèges et lycées expérimentaux.



#143 Livy-Dagore

Livy-Dagore
  • Genre: Homme
  • Localisation:France
  • Intérêts:L'écologie,les écovillage,la permaculture,la spiritualité,Le Yoga,et les alternatives éducatives.

Posté 13 janvier 2016 - 11:06

C'est vrai,il y en a très peu!



#144 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 111 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 13 janvier 2016 - 14:27

Les expérimentations successives

Les écoles nouvelles de la Libération
En France, à la Libération, tandis que la commission Langevin-Wallon prépare un plan de réforme du système éducatif français en s'appuyant sur les travaux réalisés par le conseil de la Résistance, différentes expérimentations liées aux idées de l'éducation nouvelle sont lancées.
Gustave Monod, directeur de l'enseignement du second degré, crée à Sèvres les classes nouvelles de la Libération, à partir de la classe de sixième, puis jusqu'à la troisième. Il crée également à Enghien-les-Bains un lycée qui prendra son nom.
À cette époque sont créées entre autres l'école Decroly de Saint-Mandé et la Nouvelle École de Boulogne, expérimentation confiée par le ministère de l'Éducation nationale aux CEMEA.
 
Les lycées expérimentaux créés en 1982
En 1982, alors que François Mitterrand est Président de la République depuis peu, Gabriel Cohn-Bendit interpelle le Ministre de l'éducation Alain Savary en lui écrivant la lettre au camarade Ministre.
Plusieurs projets reçoivent carte blanche pour créer des lycées expérimentaux cogérés afin de tenter de trouver des réponses à l'échec scolaire :
Centre expérimental pédagogique maritime en Oléron
Collège lycée expérimental d'Hérouville-Saint-Clair
Lycée autogéré de Paris
Lycée expérimental de Saint-Nazaire
Collège expérimental "Le Montaud", à Anduze

Les créations soutenues par le CNIRS en 2000
Le conseil national de l'innovation pour la réussite scolaire est un organisme consultatif de l'éducation nationale française créé en octobre 2000 par Jack Lang, alors ministre de l'éducation nationale. Il était composé d'experts et de personnels éducatifs et présidé par Anne-Marie Vaillé.
Le rôle de ce conseil était de soutenir, évaluer et diffuser les initiatives prises dans les différents établissement scolaires. Il permit la création d'une quinzaine d'établissements expérimentaux, dont quatre ouverts à tous les publics :
le collège de la septième île à Brest
le Collège-Lycée Expérimental (CLE) à Caen (dont les enseignants se battent contre les restrictions budgétaires)
le collège Anne Franck au Mans, sous la direction de Marie-Danielle Pierrelée
le collège pionnier de la Maronne, qui s'ouvre à la rentrée 2001 à Saint-Martin-Valmeroux
le collège Clisthène à Bordeaux, sous la direction de Jean-François Boulagnon
Dès 2002, suite au changement de gouvernement, l'existence des établissements expérimentaux de Brest et Saint-Martin-Valmeroux est remise en cause; par contre l'ouverture du collège Clisthène, encore à l'état de projet, est effectuée. Le collège de la septième île ferme en 2006. Le collège de la Maronne fermera à son tour en septembre 2009.
 
Un nouvel appel en 2007
En septembre 2007, un appel à la création de nouveaux collèges expérimentaux a été lancé par Gabriel Cohn-Bendit, fondateur du lycée expérimental de Saint-Nazaire, avec l'accord de Xavier Darcos, alors ministre de l'éducation, et recueille en quelques jours près de 200 adhésions d'enseignants. Un comité de pilotage est constitué, et en février 2008 désigne les établissements concernés par ces projets pédagogiques innovants : le collège Jean-Jaurès et le lycée Lumière à La Ciotat, le collège Beaumarchais à Meaux, le collège Chevreul à L'Haÿ-les-Roses, le collège Vallès à La Ricamarie et le collège Les Explorateurs à Cergy. Soutenu uniquement dans l'académie de Créteil, puis réduit en nombre de postes à pourvoir, début mars 2008 le projet est en passe d'être abandonné.
Toutefois, en 2009, les choses changent et le projet repart porté par l'Académie de Créteil. Constatant la réussite du collège Chevreul, l'académie de Créteil soutient l'ouverture en septembre 2009 de neuf collèges expérimentaux : le collège Laplace à Créteil, le collège Joliot-Curie à Fontenay-sous-Bois, le collège Chevreul à L'Haÿ-les-Roses, le collège Brossolette à Villeneuve-Saint-Georges, le collège Molière à Ivry et le collège Karl-Marx à Villejuif. En Seine-et-Marne : les collèges Pyramide à Lieusaint, Jules-Verne et Marie-Curie à Provins. En Seine Saint Denis, le collège Jean-Vilar à La Courneuve.

https://fr.wikipedia...ge_expérimental



#145 Livy-Dagore

Livy-Dagore
  • Genre: Homme
  • Localisation:France
  • Intérêts:L'écologie,les écovillage,la permaculture,la spiritualité,Le Yoga,et les alternatives éducatives.

Posté 01 fvrier 2016 - 11:30

Tis les informations que tu laisses,sont intéressantes.



#146 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 111 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 04 fvrier 2016 - 10:54

En fait, je préfère chercher ce qui existe car la plupart des expériences me semblent très méconnues.
 

Le collège expérimental qui bannit les notes et mélange les âges
29 avril 2011 / Bérengère de Portzamparc

Ouvert suite à la création du Conseil national de l’innovation pour la réussite scolaire, le collège expérimental Anne Frank, au Mans, ne note aucun de ses élèves et les laisse choisir leur programme, afin de permettre aux collégiens de retrouver le goût de l’école et le plaisir d’apprendre. Zoom sur ce collège à la pédagogie innovante qui fête ses 10 ans cette année.

« Quand j’étais instituteur remplaçant, à chaque nouvelle classe, les enfants s’empressaient de m’indiquer qui était le premier de la classe, et qui était dernier ou le plus dissipé ! ». Voilà notamment pourquoi Eric Demougin, coordinateur au collège Anne Frank au Mans (Sarthe), apprécie cet établissement expérimental où les élèves ne sont pas notés ni séparés selon leur âge, afin de permettre à l’élève de sortir des préjugés. Suite à la création du Conseil national de l’innovation pour la réussite scolaire, le collège Anne Frank a été ouvert en 2001 à l’initiative de Marie-Danielle Pierrelée (1) et de parents d’élèves attirés par une nouvelle pédagogie pour leurs enfants, où l’enseignement est adapté au rythme et à la demande de chaque enfant.
 
Pas de note ni de sanction

Plus de classe définie par un même âge donc, mais des groupes qui se font et se défont en fonction des cours et selon des cycles. Chaque élève choisit sur le planning, avec l’aide de son tuteur, le cours qu’il souhaite suivre en respectant un cycle qui peut être de une à six semaines. Mathieu ne veut plus entendre parler des maths ? Il pourra ne pas suivre ce cours pendant plusieurs cycles, jusqu’au moment où, ayant repris assez confiance en lui, il acceptera de lui-même de retrouver le chemin des équations. « Certes le mur existe toujours, mais il a été reculé, le temps de trouver la force en soi pour le franchir », synthétise Eric Demougin.

Autre particularité fondamentale dans ce collège expérimental, l’absence de notation. « Toute la violence, qui peut être perçue par l’élève avec les notes et surtout la comparaison avec les autres, est ainsi annihilée ». Les professeurs et les élèves, qui se tutoient entre eux, donnent des évaluations au cours et à sa compréhension et un bulletin trimestriel reprend ces indications. Pas de note au collège Anne Frank, pas de sanction, ni de règlement intérieur non plus. « Notre structure ne se base que sur l’acceptation par tous d’un vouloir vivre en commun qui se traduit par l’usage intensif de la médiation, et ça marche !»
 
Collège pour tous… dans des préfabriqués

Le collège Anne Frank accueille tous les collégiens : en difficultés scolaires ou disciplinaires mais aussi des enfants précoces, handicapés ou tout simplement qui souhaitent un autre système pour apprendre avec plus de liberté. Aujourd’hui, le collège accueille 96 élèves pour 16 membres de l’équipe pédagogique, dont 11 professeurs qui travaillent 24 heures et qui sont choisis sur profil. Il fêtera cette année ses 10 ans d’existence, et voici venue l’heure du bilan.

D’un point de vue matériel tout d’abord, les préfabriqués installés dans la cour du collège Ronsard du Mans ont visiblement perdu leur fonction temporaire. Mais la situation semble bloquée. En effet, l’inspection académique ne reconnaissant pas la pérennité du collège qui est « expérimental », le Conseil Général refuse la construction de locaux en durs.

D’un point de vue scolaire, pas facile de quantifier les résultats pour une structure qui n’aime pas les chiffres, mais pour 75% des élèves, ce sera la filière professionnelle ou l’apprentissage et pour les 25% restant, la filière générale. « Le taux de réussite au brevet est plus bas que la moyenne nationale mais on n’y mesure que des acquis et non des capacités à apprendre, ce que nos jeunes mettront en valeur par la suite dans leur cursus. Grâce à notre collège, ils retrouvent une réelle confiance en eux, une facilité d’intégration et une autonomie nouvelle », conclut le coordinateur manceau, qui se base sur une enquête réalisée auprès des anciens élèves à l’occasion des 10 ans du collège.

(1) auteur de l’Insurgée (éd. Seuil, 2000) et de Pourquoi vos enfants s’ennuient en classe ? (Éd. Syros, 1999). Elle est par ailleurs la fondatrice de l’Auto-école ( http://ecolesdiffere...e.fr/art23a.htm) en Seine-Saint-Denis.

http://www.vousnousi...les-ages-504646

 

Et 5 ans après cet article ce collège est toujours actif : http://clg-annefrank.sarthe.e-lyco.fr/



#147 Livy-Dagore

Livy-Dagore
  • Genre: Homme
  • Localisation:France
  • Intérêts:L'écologie,les écovillage,la permaculture,la spiritualité,Le Yoga,et les alternatives éducatives.

Posté 08 fvrier 2016 - 11:29

Un collège expérimental qui bannit les notes,et mélange les âges,c'est formidable.



#148 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 196 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 26 avril 2018 - 19:12

Bernard Collot a poursuivi la logique des pédagogies alternatives comme celle de Freinet (dont il a été longtemps un militant) ou Montessori. En une quarantaine d’années de pratiques dans l’école publique, il est ainsi arrivé à ce qu’il a appelé “une école du 3e type” ou “l’école de la simplexité (en référence aux travaux d’Alain Berthoz). Par son expérience et ses réflexions dans ses livres et son blog (http://education3.canalblog.com), Bernard Collot est le théoricien français du sens et de l’efficacité des apprentissages informels et autonomes dans une école démocratique de fait.
Dans ce 2e livre, il poursuit, toujours au travers de vécus concrets auquel il donne sens, l’exploration de la construction de l’enfant en adulte autonome dans un environnement social où les adultes (enseignants ou parents) n’ont plus les mêmes regards ni les mêmes comportements vis-à-vis des enfants. Les notions de liberté et d’apprentissage informel sont simples, mais leur mise en oeuvre demande une remise en question difficile.
Son livre donnera des clés aux enseignants qui souhaitent s’engager dans cette aventure enthousiasmante et apportera aux parents et à ceux qui se préoccupent de l’avenir de l’école (ou de la refondation du système éducatif), la preuve de l’efficacité des apprentissages libérés des programmes et des emplois du temps. Depuis quelques années, Bernard Collot est cité en référence dans de nombreux projets d’écoles alternatives.

 

http://www.linstantp...du-3e-type.html