Aller au contenu


Photo

Le revenu de base (ou d'existence)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
175 réponses à ce sujet

#41 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 656 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 09 dcembre 2012 - 12:06

 

 

Pour moi l'argent est et restera un problème, pas une solution.

 

Justement, offrir à tou(te)s le pouvoir de n'avoir pas à courir après est un grand pas vers la suppression du côté pernicieux de l'argent.



#42 Ptitanne

Ptitanne
  • Localisation:Vers Nantes

Posté 09 dcembre 2012 - 16:35

La mentalité capitaliste s'est infiltrée presque dans tous les esprits, parmi ceux qui ne sont pas encore contaminés il y en a beaucoup qui n'ont pas encore eu accés à suffisamment d'argent pur l'evisager, mais dès qu'ils ont l'oportunité d'en recevoir, leur préoccupation devient : comment le faire fructfier?

C'est plus facile de se dire généreux quand on a rien, alors que le problème actuel majeur est un problème de mentalité et il se trouve aussi bien chez les riches que chez les pauvres. Je n'inclu pas les méga riches de l'hyper classe qui vivent sur une autre planète. Il n'y a pas les gentils pauvres et les méchants riches, pas plus que les gentls salariés et les méchants patrons, les tricheurs et les roublards sont des deux côtés, commes les honnêtes gens. Mais ces derniers sont rares et c'est ça le problème.

Il y a un manque d'intégrité globale, et chacun se trouve des excuses bidons en accusant le système. La réponse aux problèmes actuels ne sera jamais satisfaisante tant que l'on comptera sur la tête de la pyramide pour la mettre en place.Dans notre sociète actuelle chacun compte sur la collectivité pour prendre en charge les vieux, les jeunes, les chômeurs, les handicapés, les malades... à force de se substituer à l'entraide naturelle toutes les aides ont contribuées à rendre les gens égoïstes, aigris, envieux et déresponsabilisés. Chacun veut un travail rémunéré et payer ses cotisations pour s'ouvrir des droits : retraites, assurances maladie, chomage... c'est potoyable.

Mon constat est sombre mais je pense qu'il est lucide, ça me permet aussi de savoir voir les bonnes personnes et il y en a aussi.

En conclusion, je ne pense pas que le revenu de base soit la solution.



#43 syl20

syl20
  • Genre: Homme
  • Localisation:Terre
  • Intérêts:La Vie

Posté 09 dcembre 2012 - 18:46

Salut,

 

Bon, d' accord. Mais il y a déjà trois pages d' ouvertes. Du pour, du contre, mais toujours pas de propositions nouvelles. C' est aussi un peu le problème de notre société, on râle, on gueule, on est pas d' accord mais dans tout les post contre, je n'y ai vu aucune autre proposition...Alors? c' est vide? 

 

Je me demande bien comment vous feriez sans argent car aujourd'hui, qui vie sans tune? (sur le forum...) Alors, qui?

 

L' argent, est un très bon outil d' échange, le seul problème est qu' aujourd'hui, il ne "circule" plus. L' argent stocké en masse devrai perdre de sa valeur, alors que c 'est le contraire.

 

Je compare le revenu universel de base à un don de temps. Le gars à qui l' on donne, on va dire 1000€, n' est plus obligé d' aller chez un patron pour qu' il soit payer pour qu' il paie ses taxes, son énergie,...  Il a une "marge" de temps disponible en plus. Il en fait ce qu' il veut. 

 

On ne peux pas comparer ça avec aucun RMI, RSA ou autre car ces revenues sont issu de notre société. Le revenue universel ne peux pas exister dans notre système économique et n' existerai que dans une autre économie. Comment comparer une chose existante et une autre non existante?

 

Cracher dans la soupe est facile. Qui vie sans tune?

 

@+


  • flanar l'ancien et Shivaya aiment ceci

#44 Frido

Frido
  • Genre: Homme
  • Localisation:La Patrie
  • Intérêts:Écovillage, energie renouvelables, simplicité volontaire.spiritualité, animisme.

Posté 09 dcembre 2012 - 19:13

La transition passe par le partage de ce qui est en trop, pas de ce qui vient de la surexploitation.

La supposée richesse dont certains disent qu’elle existe est le fait d’une dette environnementale et sociale qui s’accroît, pas d’une valeur en lien avec ce que la nature peut offrir.

Le salaire de base est un mensonge servi à des menteurs, ces sociétés riches qui vivent au dessus de leurs moyens en affamant le tiers monde et en rapetissant la biodiversité planétaire pour la remplacer par des espèces productives mais inefficaces.

Les solutions passent d’abord par une réduction majeure de la consommation et un abandon de ce qui est inutile, La majorité des gadgets que nous utilisons. Retour à la terre et troc.

Cesser d’utiliser les surfaces cultivables pour produire la protéine animale ou des fleurs pour es mariages ou enterrements, bref tout ce qui est inefficace.

Etc etc


  • (re)passant aime ceci

#45 Shivaya

Shivaya
  • Genre: Femme
  • Localisation:Sud est

Posté 09 dcembre 2012 - 19:37

En fait, je rejoins syl20 ; soit c'est "contre" sans proposition, soit c'est "contre" et enfonçage de porte ouverte. Sans blague, Frido, heureusement que tu nous a dit tout ça, on y aurait pas pensé sans toi, ici... "Etc, etc"

Pour commencer, ce n'est pas "salaire" mais revenu et il y a une grande différence. Ensuite, ça ne sert pas à payer les gadgets et l'inutile, mais la "base", c'est à dire un le logement et la bouffe.

 

Le problème que je lis dans les posts de ceux qui sont "sortis du système" est qu'ils croient souvent que tout le monde peut faire comme eux, c'est tout simple... retour à la terre : ben si plusieurs millions de français retournent à la terre dans les mois qui viennent pour suivre ton exemple, on n'est pas dans la mouise, parce que je ne vois pas comment ça va se faire en pratique. Parce que les idées, c'est bien, mais le faire c'est autre chose.

Bref, j'enfonce moi aussi des portes ouvertes parce que ce sont des discussions que l'on a eu maintes fois ici et que les recommencer ne m'amuse plus.

 

Entre le tout ou rien, y a la voie du milieu, et la voie du milieu peut passer par la solidarité et la diminution des inégalités.

Et on ne parle pas de surexploitation, mais de redistribution de ce qui est mal distribué actuellement.

 

Il n'y a pas une solution, mais plusieurs, heureusement, parce que chacun peut trouver la sienne.

Le revenu de base en est une parce qu'il nécessite une économie différente.


  • flanar l'ancien aime ceci

#46 _Henri_

_Henri_

Posté 09 dcembre 2012 - 19:41

presque un français sur deux se considére comme pauvre ?

 

Boursier.com) -- Près d'une personne sur deux (48%) a le sentiment d'être pauvre ou d'être proche de le devenir, selon un sondage CSA pour 'Les Echos'. Dans le détail, 11% des interrogés se déclarent pauvres, tandis que 37% croient être en train de le devenir. "Il ne s'agit pas ici de tester un sentiment de déclassement, ou bien un processus de paupérisation, mais bien un diagnostic sur son état social, actuel ou anticipé", explique CSA

 

et la solution est individuelle ...si j'ai vécu pauvre, mes solutions de vie ne sont pas forcément applicable pour chacun. Le revenu de base est une belle idée car applicable au plus grand nombre ?

frido a le mérite d'avoir trouvé sa solution ?

vivre sans travailler ?


Modifié par Henri, 09 dcembre 2012 - 19:49 .


#47 trx

trx
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 09 dcembre 2012 - 19:49

En parlant de façon théorique il y a en gros, en france, un hectare par habitant, largement assez donc pour que chacun puisse subvenir à ses besoins.


Modifié par trx, 09 dcembre 2012 - 19:50 .


#48 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 656 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 09 dcembre 2012 - 20:31

En parlant de façon théorique il y a en gros, en france, un hectare par habitant, largement assez donc pour que chacun puisse subvenir à ses besoins.

 

 

Et les besoins collectifs? Routes, hôpitaux, etc. comment on les finance si on supprime la redistribution et qu'on laisse chacun se débrouiller dans son coin? 

Et puis surtout, qui a décrété que le retour à la terre était la solution idéale, qu'elle convient à tous?



#49 trx

trx
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 09 dcembre 2012 - 20:45

Comme je l'ai précisé ce n'est que théorique. Tout cela pour dire que beaucoup d'endroits sont encore disponibles pour ceux qui souhaiteraient faire un retour vers la terre, vers l'essentiel. Quand je vois que plus de 3/4 des français vivent en ville et que même pas une dizaine de pourcent nourrissent tous les autres cela me laisse perplexe, pantois voire dépité. Ne me dis pas que ces 90 % restants ne se consacrent qu'à des activités utiles.



#50 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 656 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 09 dcembre 2012 - 22:51

Non, pas du tout: le pays (et pas que) est encombré de personnes qui, faute d'avoir eu les moyens à un moment ou un autre, de donner un sens à leurs vies, se sont laissées enfermer dans un système où ils sont devenus esclaves volontaires, même si, heureusement pour eux, ils n'en ont pas toujours conscience.

Le revenu de base leur permettrait d'ouvrir les yeux ou simplement d'oser partir. De chercher, de trouver ce petit lopin de terre qui leur permettra de cultiver leur bonheur, loin des contraintes des crédits et de la représentation sociale qu'ils se croient obligés d'assurer. Tous ne le feront pas, et Ptitanne a raison: beaucoup croiront trouver leur chemin dans le consumérisme. Il faudra du temps pour construire de nouvelles bases, offrir comme un possible un monde, une vie, débarassé du miroir aux alouettes qu'on jette tous les jours devant leurs yeux.

Mais c'est l'idée d'un possible qui est fantastique. D'un possible de liberté où l'on n'impose pas, dans un sens ou dans l'autre, d'être esclave de ses crédits et du salariat ou d'être prisonnier des nouvelles normes dictées par l'écolobienpensance intellectuelle.

Aujourd'hui, la grande majorité subit.sa vie. En libérer quelques uns (ceux qui rêvent sur OPLF, par exemple) avec le revenu de base donnerait de la visibilité à ce mode de vie que tu revendiques et que tu as de la chance d'avoir pu mettre en oeuvre. Et participerait à un effet boule de neige.

Il faut savoir être un peu optimiste parfois, non?



#51 _strychnine_

_strychnine_

Posté 10 dcembre 2012 - 05:53

C'est une transition. de même que les personnes qui ont subi une faillite personnelle ( avec saisie de tous leurs biens ), repartent souvent sur des bases saines et justement sont débarrassées de ce superflu, n'en ont plus envie. 

A la maison, nous vivons sur un "revenu de base" ( retraite ). Un de nos amis nous a qualifiés un jour de rentiers ( c'est amusant car il passait sa vie à la gagner à jouer au sudoku dans un beau bureau )... Mais le jour où il nous a dit ça, sur le moment, cela nous a indignés car l'idée de rentier implique une abondance qu'il n'y a pas dans notre cas, plus de la maladie... Mais finalement, à la réflexion, c'est une  petite rente. Elle nous permet de ne pas nous inquiéter. La santé va aussi mieux du coup. Et nous nous concentrons à vivre notre vie au lieu de la passer. Et curieusement ( ou pas ), nous ne dépensons pas cette rente entièrement. Parfois, un mois nous fait plus de 2 mois.


  • flanar l'ancien aime ceci

#52 _Henri_

_Henri_

Posté 10 dcembre 2012 - 10:32

.....Aujourd'hui, la grande majorité subit.sa vie. En libérer quelques uns (ceux qui rêvent sur OPLF, par exemple) avec le revenu de base donnerait de la visibilité à ce mode de vie que tu revendiques et que tu as de la chance d'avoir pu mettre en oeuvre. Et participerait à un effet boule de neige.

excuses moi, de revenir précisemment sur ce passage " tu as de la chance" (trx) ?  les individus qui vivent au contact de la nature, se sont souvent battu pour vivre leur rêve, on ne peut parler de chance : c'est pas tomber du ciel ou de supposé allocations : il faut se remuer le cul ?  donner un coup de pouce financier pour démarrer, oui, mais toucher une rente à vie, autant passer par la case retraite dès 20 ans ?

 y a un tas d'individus qui sans moyens financiers ont réussi à vivre à la campagne grâce à un travail acharné qui en maraichage, en élevage, en coupe de bois..etc.. tout le monde n'est pas fait pour vivre à la campagne ? sans doute....


Modifié par Henri, 10 dcembre 2012 - 10:35 .


#53 Anonimo

Anonimo

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1 615 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ztigania-celtika
  • Intérêts:Les plus divers, mais avant tout l'humain et l'environnement

Posté 10 dcembre 2012 - 11:19

Le revenue de base en tant que "argent" c est juste pour le coté "pratique"!!
Effectivent une fois reçu le "RdB" on pourrais habiter ou on veut ,manger ce que nous aimons plus
autres choses ecceteras...
Il est donc logique que gents veuillent avoir leur choix ,quant a leur vies!
Mais on pourrais aussi immaginer que l'etat donne le RdB sous forme d'habitation, et de tikets pour l'alimentation!...ainsi aucune forme de dérivece se produirais! après si les gents veulent acheter des biens de consommation , peuvent toujours aller bosser!
Mais cette manière se rapproche du communisme!
Je pense que le RdB , n'est q'une forme de redistribution des richesse , et que contrairment
a ce q'on peut croire il n'y aurait pas plus de fenéants que dans le systeme actuelle!
au contraire les gents s'invistirais d'avantage dans des activité de la vie ,sociales,associatives,collectives , sans aucun état de competition puisque il y a rien
a gagner!les liens sociaux et familiaux serait nettement mellieurs.
Le RdB n'est pas la solution idéale par dessus les autres , mais en alternative elle serait en revenche une premiere étape de transition vers des forme ideales de mode de vie!
Je dis bien "formes" parceque il est illusoire de croire d'une part q'il y ai q'un seul mode de vie,et que tout les habitants de la planete;aspirent a vivre en mode "simple" comme bcps d'entre nous! Je pense d'ailleur que plusieurs modes peuvent coexister,faut aussi tenire compte du facteur
evolutif des modes de vies! mais je pense aussi q'il faudrais etre intransigeant sur le plan ecologique et bannire le capitalisme!

Modifié par Anonimo, 10 dcembre 2012 - 11:21 .

  • flanar l'ancien et Shivaya aiment ceci

#54 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 656 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 10 dcembre 2012 - 12:20

excuses moi, de revenir précisemment sur ce passage " tu as de la chance" (trx) ?  les individus qui vivent au contact de la nature, se sont souvent battu pour vivre leur rêve, on ne peut parler de chance...

 

Tout individu se doit de trouver sa propre chance à travers certaines étapes dans sa vie, dans ses actes. Il n'est pas question ici d'un matérialisme supposé, mais de facteurs inhérents à chacun: rencontres, prise de conscience, part de l'inné, etc...

Je ne m'étends pas car un peu HS.



#55 syl20

syl20
  • Genre: Homme
  • Localisation:Terre
  • Intérêts:La Vie

Posté 10 dcembre 2012 - 12:40

FRIDO Les solutions passent d’abord par une réduction majeure de la consommation et un abandon de ce qui est inutile, La majorité des gadgets que nous utilisons. Retour à la terre et troc.

 

Retour à la terre et trocs, je suis d' accord, Frido. Je fais des fruits et du miel. Pas de problème, je les trocs déjà contre des légumes et du pain (sans rire!). Par contre, EDF ne veux pas de ma production comme moyen de payement (sans rire!)... Il n' y a personne à côté de chez moi qui produit assez d' électricité ( et encore moins de pétrole) pour plusieurs foyers. Je suis obligé d' avoir de la tune pour continuer. C 'est simple.

 

Je ne souhaite pas non plus un retour en arrière, je ne connais pas beaucoup de monde qui en serai capable. Nous jouons tous dans notre cour à consommer le moins possible (, mais quand à consommer que ce que nous produisons... (je parle aussi de l' énergie)

 

En tout cas, si un pays (dans le reportage, il y a la Suisse et l' Allemagne) essais, je me demande si je ne vais pas apprendre la langue et migrer pour voir ce que ça donne. De toutes façon, aujourd'hui, chaque pas qui est fait (par la société en générale) est un pas de destruction. Que perdons nous à essayer?

 

@+


Modifié par syl20, 10 dcembre 2012 - 12:49 .


#56 Bastringue

Bastringue
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne

Posté 10 dcembre 2012 - 13:25

"Que perdons nous à essayer?"

 

Notre dignité peut être.

 

Je suis un prolo et je ne veux pas devenir un bourgeois qui vit de ses rentes dans un monde si inégalitaire. La richesse supposée de nos sociétés est due à l'exploitation de la main d'oeuvre des pays tiers qui triment pour nous fournir à bas prix des biens de consommation.



#57 trx

trx
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 10 dcembre 2012 - 16:24

Où ais-je dis à quelqu'un qu'il avait "de la chance" ? Je ne retrouve pas.



#58 _Henri_

_Henri_

Posté 10 dcembre 2012 - 16:33

explication de texte : quand flanar dis " tu as de la chance" il s'adresse à trx ? cqfd



#59 trx

trx
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 10 dcembre 2012 - 16:40

Mouais, bref, je ne retrouve pas quand même.



#60 Frido

Frido
  • Genre: Homme
  • Localisation:La Patrie
  • Intérêts:Écovillage, energie renouvelables, simplicité volontaire.spiritualité, animisme.

Posté 10 dcembre 2012 - 18:54

Salut

 

Il y a dans ces conseils de la lucidité et cela n’est pas vendeur chez les urbains habitués à des emballages élaborés et spectaculaires. Les orientaux disent de cette façon d’arnaquer, aussi large la face aussi large le dos, pour souligner que plus l’emballage est important plus le contenu est vide.

Qu’en est il d’un emballage pauvre et modeste ? Le contenu est alors riche et abondant, tout comme des conseils qui semblent inintéressants parce qu’ils ne promettent pas mers et mondes sont porteurs de vérité.

Rappelez vous du proverbe ; qui consent facilement tient rarement parole.

Confier à d’autres, souvent de purs étrangers, le soin de nous nourrir c’est de courir le risque de se faire servir de la mauvaise qualité par ceux qui recherchent le profit avant tout.

Nous avons l’exemple des élevages d’animaux nourris de déchets ou encore des monocultures engraissées de boues venant d’usines d’épuration qui laissent passer les métaux lourds et les molécules chimiques issues des médicaments que consomment les citadins.

L’idée du salaire de base est en lien avec la production industrielle alimentaire irrespectueuse, celle qui le financera et qui offrira ses produits aux bénéficiaires. C’est une extension de l’idée d’état providence qui aura générée une population dépendante et contrôlable par des partis politiques acoquinés avec l’industrie, la même qui accélère le réchauffement du climat, l’intoxication du sol, de l’eau et de l’air.

Prenez vous en main, refusez de vous faire enfermer dans des enclos où vous ne contrôlez rien de ce qui s’y trouve, libérez vous.

Cela ne sera pas facile et cette difficulté initiale est nécessaire à la pousse de vos racines. Lorsqu’après cette traversée du désert vos racines s’étendront au loin vous pourrez enfin voir vos branches grandir et vos feuilles se déployer pour tirer du soleil une part bien méritée.

Si vous regardez plutôt du côté des solutions miraculeuses, vous allez de toute évidence vous retrouver dans des difficultés insurmontables, le chemin facile finit toujours par devenir difficile.

L’idée du salaire de base est un appât sur un piège a cons.

Pensez y bien, ne vaut il pas mieux partager directement les récoltes que de donner des sous que plusieurs dépenseront en bonbons et bébelles ? C’est le milieu qui permet au microbe de se multiplier de manière exagérée et de devenir pathogène lorsqu’il contient des ressources qui le permettent. Sans ces bonbons et ces bébelles le microbe est en santé et ne contamine pas son environnement. Regardez autour de vous, lucidement, voyez vous vos proches, voisins concitoyens acheter ce qui est bien ou ce qui est mieux ? Tous se sont fait entraîner dans un manège étourdissant par les marchands et ils achètent les gadgets comme de dociles moutons qui suivent le troupeau conditionné par un fast food médiatique assaisonnée de molécules qui titillent les sens et rendent les produits irrésistibles. Ils croient que le bien est insuffisant et qu’ils ont besoin de ce mieux bien enrobé d’un crémage qui goûte tellement bon qu’ils en redemandent .

Pourtant vos ancêtres vous avaient dit que le mieux est l’ennemi du bien, que lorsqu’il apparaît l’autre disparaît. C’est l’absence de bien qui fait que l’on avance résolument dans le mal.