Aller au contenu


Photo

vêtements toxiques


  • Veuillez vous connecter pour répondre
40 réponses à ce sujet

#21 forlu45

forlu45

    Bricoleur

  • Bannis
  • 754 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:haute savoie
  • Intérêts:moteur HHO

Posté 08 fvrier 2011 - 13:44

Image disparue de l'hébergeur

 

aie aie mes pieds !



#22 slcamille

slcamille
  • Genre: Femme
  • Localisation:gagny

Posté 08 fvrier 2011 - 14:46

heu...forlu45, c'est tes pieds?!!!
c'est arrivé comment ca??? :eek5:

#23 forlu45

forlu45

    Bricoleur

  • Bannis
  • 754 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:haute savoie
  • Intérêts:moteur HHO

Posté 08 fvrier 2011 - 17:34

non , non . c'est un clip qui circule avec des photos encore pires
mais je n'ai pas voulu martyriser les ames sensibles .....
cela correspond aux problèmes liés aux fauteuils chinois
si je peux , je vais inserer le clip ....

#24 forlu45

forlu45

    Bricoleur

  • Bannis
  • 754 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:haute savoie
  • Intérêts:moteur HHO

Posté 08 fvrier 2011 - 18:15

http://img46.imagesh...otospiedpdf.pdf


je ne sais pas si ça va marcher , mais attention à ...vos pieds

#25 _G.Lecolo_

_G.Lecolo_

Posté 09 fvrier 2011 - 10:49

Je viens de tomber sur un reportage très instructif concernant l'industrie du vêtement :

Du poison dans nos vêtements ici :
http://osi.bouake.fr...otre-risque-au+

(le danger le plus important reste quand même pour les ouvriers et leur environnement, et non nos petits corps délicats d'occidentaux)
Quand une teinture est reconnue toxique en Turquie, les sociétés europénnes re-localisent au Bengladesh... et hop!
Intéressant aussi le sujet du coton supposé bio.

Modifié par G.Lecolo, 09 fvrier 2011 - 11:01 .


#26 slcamille

slcamille
  • Genre: Femme
  • Localisation:gagny

Posté 09 fvrier 2011 - 20:54

oki impressionnant ces photos forlu...mais on sait à quoi c'est du?!une reaction allergique?chimique?brulure?c'est la premiere fois que je vois un truc pareil avec des baskets...c'est flippant...

#27 forlu45

forlu45

    Bricoleur

  • Bannis
  • 754 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:haute savoie
  • Intérêts:moteur HHO

Posté 09 fvrier 2011 - 21:22

je pense que c'est du aux produits qui composent les baskets . il se peux que la transpiration accentue la réaction
mais , personnellement , je ne pourrai pas supporter des baskets pendant une journée

donc un bon conseil faites attention à ce que vous achetez ! le "pas cher " peut revenir cher

#28 kiwinette

kiwinette

    Utopiste pragmatique

  • Membres
  • 123 messages
  • Localisation:Belvèze

Posté 14 fvrier 2011 - 21:48

Je ne suis pas sùre que le cher soit aussi synonyme de garantie...
Mais il paraît que la couleur "noire", très à la mode chez les occidentaux , est une des plus toxiques, tant à la fabrication que sur nous...D'ailleurs quand on y pense, le noir, ce n'est même pas une couleur: c'est une absence de couleur... :redeyes:

#29 _zézette_

_zézette_

Posté 14 fvrier 2011 - 22:05

Image disparue de l'hébergeur

 

aie aie mes pieds !



Euh , je connais ce genre de problème , mais désolé de vous décevoir , il n'a probablement rien à voir avec le matériaux des chaussures , mais est surement lié au contact avec une plante toxique (après une tonte par exemple)!
Pourquoi la marque des lanières ??? A cause des frottements qui accélerent la pénétration à ce niveau !
Mon Compagnon a eu ce problème avec une débrouilleuse ...marque au front à l'emplacement de la lanière qui supporte le casque !
Probablement à cause d'une sorte d'arum sauvage ... celle qui fait des boules rouges

#30 kiwinette

kiwinette

    Utopiste pragmatique

  • Membres
  • 123 messages
  • Localisation:Belvèze

Posté 14 fvrier 2011 - 22:38

Au contraire, c'est rassurant!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!lol! ;-)

#31 riesling

riesling
  • Localisation:France

Posté 15 fvrier 2011 - 13:41

tout ça tend à prouver que nos pieds, il vaut mieux les protéger dans du coton (chaussettes) et pas porter du plstique à même la peau

#32 Interrail

Interrail
  • Genre: Homme
  • Localisation:Yvelines
  • Intérêts:Permaculture, maraîchage, autosuffisance, autonomie énergétique

Posté 17 septembre 2014 - 14:24

Bonjour à tous,

 

Je relance le sujet afin de savoir quelles sont les alternatives utilisées par ceux qui essayent de revenir à des matériaux écologiques, non traités et donc sains. Sachant qu'y allier le côté local est d'autant plus compliqué ! En tout cas ce sujet m'intéresse très particulièrement, si vous avez de bonnes adresses pour tout ce qui est sous-vêtements, vêtements etc. je suis preneur :)



#33 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 24 septembre 2014 - 08:27

Achetant la plupart de mes vêtements d'occasion et les autres par lot en les choisissant le plus durable possible, je ne sais pas trop ce qui existe actuellement dans ce domaine.
Cet article qui date de 2006 pourra peut-être t'aider :
 

Coton, comment s’y retrouver ? Les labels textile

Les labels écologiques textiles restent une garantie de qualité qu’utilisent de nombreuses marques comme par exemple Bout’Chou (Monoprix), La Camif, Armor Lux, Somewhere ou Petit Bateau. Aujourd’hui, seul Max Havelaar propose une certification pour le coton équitable, mais uniquement en Afrique, et sur du coton conventionnel. Il n’existe pas encore de label pour les vêtements équitables qui prenne en compte à la fois la culture du coton et la confection sur l’Inde ou le Pérou.

BioRe a élaboré un cahier des charges commerce équitable pour le coton. De leur côté, les labels internationaux

Oeko-Tex 100 et 1000 sont apposés sur des textiles ne contenant pas d’éléments chimiques nocifs pour l’humain et son environnement.

  • > Oeko-Tex 100 garantit que les textiles ne contiennent pas de substances indésirables pour la santé et pour la peau.
  • > Oeko-Tex 1000 garantit non seulement que les textiles ne contiennent pas de substances indésirables, mais aussi que les fabricants respectent des normes écologiques de production sévères.

Citons enfin, The Craft center est une association à but non lucratif, vouée à améliorer la vie des artisans marginalisés à travers le Monde, en favorisant leur indépendance économique, au travers d’une production artisanale respectueuse des règles du commerce équitable.

http://www.consoglob...l-blanc-1528-cg


Modifié par Tis, 24 septembre 2014 - 08:36 .


#34 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 25 septembre 2014 - 14:01

Il y a des produits chimiques et du plomb dans vos vêtements

 

Malheureusement, il y a une utilisation des produits chimiques très mauvais à la fois pour la santé des ouvriers du textile, mais également pour les consommateurs finaux, c'est-à-dire nous. Les géants du "fast-fashion" doivent nécessairement faire appel à des procédés de coloration des vêtements rapides et peu coûteux. Des colorants volatiles donc, que l'on peut retrouver dans les rayons enfant des enseignes bien connues, mais également du plomb, le plus souvent dans certains accessoires, comme les sacs à main, ou les ceintures… Et nous connaissons tous les effets importants du plomb sur la santé : cela peut amenuiser la fertilité des femmes, ou augmenter les risques cardiaques.

Mais est-ce vraiment étonnant lorsque ces mêmes marques fabriquent à quelques centimes un T-shirt, comme H&M par exemple, et qui revend 170% en moyenne plus cher ?

http://www.atlantico...ez-1720382.html


Modifié par Tis, 25 septembre 2014 - 14:02 .


#35 Interrail

Interrail
  • Genre: Homme
  • Localisation:Yvelines
  • Intérêts:Permaculture, maraîchage, autosuffisance, autonomie énergétique

Posté 29 septembre 2014 - 15:42

Merci pour ta réponse Tis,

 

j'ai travaillé sur le sujet du textile pendant un moment et c'est clair que c'est très inquiétant, surtout pour les ouvriers et ensuite pour les acheteurs. Pour l'instant ce que je trouve de plus raisonné et accessible est le coton bio (il y a différents labels) non teinté mais forcément l'empreinte écologique si ce n'est que du voyage (turquie, inde) est assez importante. Je ne connais pas d'alternative "plus locale", si ce n'est qu'européenne...



#36 Interrail

Interrail
  • Genre: Homme
  • Localisation:Yvelines
  • Intérêts:Permaculture, maraîchage, autosuffisance, autonomie énergétique

Posté 10 octobre 2014 - 13:40

Bon je suis parti sur du coton bio non teinté (malheureusement l'empreinte environnementale reste assez mauvaise) dans un premier temps, par facilité d'accès. Je vois tout de suite une différence au niveau de la qualité du textile et même au niveau de la peau! Convaincu à ce jour donc pour les sous vêtements !



#37 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 28 fvrier 2019 - 12:46

Comme dans beaucoup d'autres domaines il est possible de produire plus écologiquement car les techniques existent déjà et sont rentables :
 

Disons-le sans tourner autour des coutures, le jeans tient de l’aberration environnementale. Les 600 grammes de denim (et quelques rivets) qui la composent livrent une sale addition. Ils représentent, pour un seul jeans, 75 grammes de pesticide et 2 kilos d’engrais chimiques. Avant d’arriver sur les rayons de vos magasins, ils auront parcouru dans les 27 700 kilomètres, ce qui nous donne une moyenne de 25 litres de pétrole. Toujours pour un seul et unique pantalon. Sa confection aura nécessité entre 5000 et 25000 litres d’eau. Selon les sites et les calculs, il se vend de 90 millions à 2 milliards de jeans par an. Nanti de tous ces paramètres, des marques commencent à se dire que cette industrie pourrait mieux se comporter avec ses ouvriers (22 000 morts, chaque 12 mois, à cause du coton). Dans ce milieu où la calculette règne en impératrice souveraine, RedElec, depuis Riddes (VS) propose une approche verte au bleu denim. David Crettenand a mis au point un procédé de teinture qui consomme dix fois moins d’énergie et d’eau.

Voir la vidéo : https://alternative-...ans-sans-blues/

 

Douze ans après sa création, une PME valaisanne s’apprête à révolutionner l’industrie du textile grâce à un procédé permettant de diviser par dix l’empreinte écologique de la teinture du denim. Son fondateur, David Crettenand, docteur en chimie de l’EPFZ, a breveté en 2007 sa technologie permettant de rendre soluble la teinture d’indigo en utilisant de l’électricité plutôt que de la chimie, indique Le Nouvelliste.

Dans la foulée, il crée l’entreprise RedElec avec le soutien financier de sa famille et de ses amis et s’installe sur le site BioArk à Monthey. Hélas, le marché s’avère plus compliqué qu’espéré et la PME peine à décoller pendant plusieurs années. L’entrepreneur finit par céder l’exploitation de sa technologie à un grand groupe italien qui fonde Sedo Engineering à Riddes, un contrat en forme d’investissement de 2 millions de francs. Une première machine est installée à Milan en 2015, avant de partir à la conquête de l’Asie en 2017.

Pari réussi puisque le carnet de commandes de l’entreprise affiche complet. La PME compte désormais produire une machine par mois, capable de teindre 30 000 jeans par jour, et s’implanter dans tous les pays producteurs, comme la Chine, l’Inde ou le Bangladesh, avec l’espoir de rendre beaucoup plus écologique l’énorme marché mondial du blue-jean.

https://www.pme.ch/a...-pme-valaisanne
 



#38 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 4 446 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 28 fvrier 2019 - 13:02

Personnellement je n'achète aucune fringue neuve !!! Et je n en ai d ailleurs pas bcp acheté depuis que je suis en age de le faire

(j ai jamais aimé aller dans les magasins et encore moins essayer des fringues, et maintenant c est plus un acte ethique).

Et puis chez Emmaüs ou en vide grenier ya tout ce qu il faut. Bon ok parfois on m offre un futal ou un pull, alors je refuse pas.

Exception qd même : slips et chaussettes.

 

1551355426.jpg

 

1551355454.jpg

 

Par contre le con-sot-mateur est friand de sapes si l on en juge le nombre de boutiques de fringues et les rayons vetements

des grande surfaces. Decidément ils meritent leur effondrement ces cretins !!!



#39 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 807 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 28 fvrier 2019 - 16:20

Moi aussi j'ai du mal avec la communication bienveillante .  ;)

 

Ceci dit, merci Tis pour l'information.

Les chiffres m'étonneront toujours, surtout les 75 grammes de pesticides. Chiffre qui me parait élevé!  On ne se refait pas…



#40 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 03 mars 2019 - 08:30

Floyd, perso je préfère la bienveillance aux petites réflexions vachardes semées ici ou là pour discréditer les propos de ses interlocuteurs sans vraiment assumer ce que l'on dit.
 
Et ce qui me perturbe beaucoup plus c'est le retard pris par les industriels pour utiliser enfin les techniques propres qui existent depuis des décennies et qui pourraient éviter de bousiller l'environnement et la santé des populations concernées par leurs productions.
 
Puisque les chiffres t'étonnent voici quelques précisions
 

L’industrie textile du coton, des impacts à tous les niveaux
Natura-Sciences | Mis à jour le 26/03/2018 - Publié le 18/04/2014

Le coton correspond à environ 40% de la production textile mondiale. Pour faire des vêtements en coton, il faut tout d’abord cultiver le coton! Sa culture est l’une des plus polluantes au monde. Elle couvre environ 2,5% des surfaces cultivées mondiales, mais engloutit 25% des insecticides et 10 % des herbicides selon l’Organisation Mondiale de la Santé. Et en 2016, 64% du coton cultivé dans le monde était génétiquement modifié. 

Chlore, ammoniaque, soude, acide sulfurique, métaux lourds, formaldéhyde, solvants organiques et aromatiques… sont des produits utilisés quotidiennement dans les usines de l’industrie textile conventionnelle. La teinture est une étape critique. Si les colorants avec métaux lourds et le formaldéhyde sont interdits en Europe, il n’y a souvent pas de contrôles sur les produits importés. Ces produits contaminent les vêtements en résidus toxiques, polluent l’air, les sols, et les eaux à la sortie des usines. Il n’est pas rare d’observer une hausse inhabituelle de nombreuses maladies et cancers chez les travailleurs ou les riverains de ces usines.
Greenpeace a publié en 2011 le rapport Dirty Laundry. Il montre comment les rejets de l’industrie textile empoisonnent l’eau de certains fleuves chinois. Suite à cette dénonciation, des marques se sont engagées à éliminer de leurs processus de fabrication toute substance toxique d’ici à 2020. La route est longue !

Des vêtements toxiques
Dans son rapport Dirty Laundry 2, Greenpeace a étudié la présence d’ éthoxylates de nonylphénol dans les vêtements neufs de plusieurs marques fabriquées notamment en Chine, au Vietnam, en Malaisie et aux Philippines… Les marques dont les vêtements analysés contenaient des traces d’éthoxylates de nonylphénol sont Adidas, nike, Uniqlo, Calvin Klein, Li Ning, H&M, Abercrombie & Fitch, Lacoste, Converse et Ralph Lauren
Ces contaminants ont été détectés dans deux tiers des 78 échantillons achetés dans 18 pays. Les éthoxylates de nonylphénol sont des perturbateurs endocriniens fréquemment utilisés dans la production de textiles naturels et synthétiques. Ils se décomposent en nonylphénol, sous-produit supposé toxique pour les organes reproducteursDes traces de nonylphénol sont relâchées lorsque les vêtements sont lavés. Ils regagnent alors le milieu aquatique où ils peuvent contaminer le milieu et différentes chaînes alimentaires dont la nôtre.

De l’eau en abondance
Les experts s’intéressent aujourd’hui à l’empreinte eau qui représente le volume total d’eau virtuelle utilisée pour fabriquer un produit. Le Water Footprint Network se charge de comptabiliser et diffuser l’empreinte eau de différents produits du quotidien. L’association informe que l’empreinte eau moyenne de la fabrication de coton est de 10 000 litres par kilogramme. Ceci signifie qu’un tee-shirt de 250 grammes requiert environ 2 500 litres d’eau; un jean de 800 grammes nécessite 8 000 litres rien que pour l’irrigation !
Ces chiffres sont bien évidemment des moyennes, l’empreinte eau dépendant du pays de fabrication. Si  elle est de 6000 L/kg en Chine, elle sera de 8 100 L/kg aux Etats-Unis, 9 600 L/kg au Pakistan et 22 500 L/kg en Inde, précise le Water Footprint Network. Ainsi, pour produire 1 kg de fibres de coton, l’irrigation requiert entre 6 000 et 27 000 litres d’eau ! Lors de leur transformation ultérieure, les fibres de coton affichent également d’importantes quantités d’eau et des effluents chargés en composés toxiques…

http://www.natura-sc...ie-textile.html