Aller au contenu


Photo

Monnaies alternatives : la richesse est ailleurs


  • Veuillez vous connecter pour répondre
12 réponses à ce sujet

#1 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 16 fvrier 2011 - 20:59

La crise économique en cours (car elle n'a pas encore dit son dernier mot) fait prendre conscience à beaucoup de monde de l'arnaque planétaire orchestrée par les banques. Cette arnaque opère de surcroît avec le consentement de nos gouvernements. Une raison de plus, et non des moindre, de s'indigner !

Ces derniers mois, il se publie un peu partout sur la toile des articles sur des monnaies locales, alternatives, libres ou fondantes. Ces dernières permettent non seulement d'effectuer des échanges locaux, mais aussi de créer du lien social.

Une bande dessinée en ligne, publiée par l'excellent site journalistique OWNI.fr, illustre bien la problématique de l'économie actuelle, tout en introduisant le concept des monnaies alternatives.

Je vous invite à prendre 10 minutes pour la visualiser.

Vous pouvez aussi lire l'article attenant, une petite interview/présentation de Philippe Derudder et de son activité autour des monnaies libres.



#2 Myryad

Myryad
  • Localisation:normandie
  • Intérêts:simplicité

Posté 18 fvrier 2011 - 22:45

Bonsoir Ecliptux

Merci pour ces très bons liens. Voilà des idées fort intéressantes !
Sous forme de BD, ce sera plus ludique pour certains :bravooo:
Bonne nuit...

#3 forlu45

forlu45

    Bricoleur

  • Bannis
  • 754 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:haute savoie
  • Intérêts:moteur HHO

Posté 19 fvrier 2011 - 10:27

ici , la monnaie , le budget , les banques , n'interressent personne ( ou très peu de monde ) d'après les réactions sur d'autres sujets ayant un point commun : l'argent

#4 ghp

ghp

Posté 19 fvrier 2011 - 13:54

Bonne BD, d'un point de vue création artistique. Par contre, il faut déjà être un peu au parfum de certaines notions alternatives sinon, ça semble un peu abscon. J'ai bien aimé, merci. (C'est combien d'euros la version papier ? ;) :okjesors:

#5 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 019 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 19 fvrier 2011 - 15:28

Perso j'avoue préfèrer l'interview à la BD que je trouve un peu trop simpliste malgré un graphisme attrayant (peut-être parce que je suis une grande dévoreuse de BD).
En tous cas, merci pour cette découverte Ecliptux car les articles d'Owni valent le détour.

Par ailleurs il y a pas mal d'infos sur les monnaies locales en cours ou en projets sur ce site : http://monnaie-local...lementaire.net/

#6 _strychnine_

_strychnine_

Posté 11 avril 2012 - 06:28

Un article intéressant sur le Wir suisse : http://www.novethic....isse,137179.jsp


Il serait, selon certains observateurs, une des clés de la légendaire stabilité économique helvétique. Créé il y a près de 80 ans, en pleine crise économique, le wir, monnaie complémentaire interentreprises suisse louée pour ses vertus anticycliques, suscite de plus en plus d'intérêt dans l'Hexagone.

« C’est tout sauf du folklore », assure Jean-Marc Ayrault évoquant le projet de lancement d’une monnaie locale complémentaire sur l’agglomération nantaise. L’objectif affiché du député-maire est d’aider les entreprises à faire face à la crise des liquidités et à faciliter l’accès au crédit à une période où les défaillances de PME se multiplient. « En 2008, beaucoup d’entreprises sont parvenues à passer le cap parce qu’elles avaient de la trésorerie. Aujourd’hui, elles se trouvent en difficultés parce qu’elles en sont dépourvues, » souligne Pascal Bolo, adjoint au maire de Nantes chargé des finances, du dialogue citoyen et de l’évaluation des politiques publiques.
Si les élus nantais sont aussi convaincus, c'est aussi qu'ils ont en tête le succès de monnaie locale, comme le Wir. Créée en 1934 pendant la grande dépression, par une poignée de petits patrons zurichois, la banque Wir, cette société coopérative sans but lucratif émet sa propre monnaie : le Wir (« nous » en allemand opposé au « Ich », le « je » français). L’objectif des initiateurs du projet était de créer une organisation d’entraide et de suppléer à la pénurie d’argent liquide due, selon eux, à une excessive thésaurisation de la monnaie. Cantonné à la Suisse, le Wir circule aujourd’hui au sein d’un réseau de 60 000 PME adhérentes, soit 20% des PME helvétiques. Ici, pas de taux d’intérêt. Les avoirs ne sont pas rémunérés en application des thèses du théoricien monétaire Silvio Gesell (1862-1930) qui s’était fait l’apôtre d’une monnaie fondante, c'est-à-dire d’une monnaie qui se déprécie si on ne l’utilise pas. Les Wir qui ne sont pas utilisés perdent de leur valeur du fait de l’inflation. Le système a été conçu pour encourager la circulation de la monnaie. « C’est la rotation de l’argent qui permet à l’économie de se développer et de prospérer. Celle-ci doit être la plus rapide possible», insiste Hervé Dubois, le responsable de la communication de la banque qui « coule sous les demandes d’interviews ».
L'équivalent de 1,6 milliard de francs suisses

Adossé au franc suisse (1 wir = 1 franc suisse) mais non convertible, le wir est une monnaie purement scripturale. Pas de pièces, ni de billets mais des ordres de virement qui fonctionnent comme des chèques et des cartes qui s’utilisent comme des cartes de crédits. En 2010, le chiffre d’affaires cumulé réalisé en wir a atteint l’équivalent de 1,6 milliard de francs suisses. Le bâtiment figure en tête des secteurs qui recourent le plus à cette monnaie complémentaire, suivis par le commerce de gros et de détail et les prestations de services. En règle générale, les factures sont payées en partie en wir (20 à 30%) et en partie en franc suisse. «1,6 milliard de wir injectés dans l’économie génèrent un chiffre d’affaires 10 à 30 fois supérieur, ce qui n’est pas rien », analyse Roland Canonica, directeur régional de la banque Wir à Lausanne. En effet, de nombreux investissements ne se réaliseraient pas si les PME ne pouvaient puiser dans leurs avoirs en wir.
Un stabilisateur pour l’économie suisse

C’est un économiste et professeur d’Université américain, James Stodder, qui a mis le doigt sur ce phénomène. Dans les périodes de forte croissance de l’économie, le volume des échanges en wir se réduit. En revanche, il gonfle et prend de l’ampleur dès qu’une récession ou un ralentissement économique pointe le bout de son nez. « Lors de la dernière récession qui a frappé la suisse, dans les années 1990, des milliers de PME ont pu survivre sans trop de dommages grâce au système Wir » affirme Hervé Dubois. « Sans le Wir, mon hôtel n’existerait peut-être plus » affirme, de son côté, cet hôtelier de Saint Blaise qui a pu rénover son établissement grâce au taux d’intérêt attractif (1,7% au lieu de 6 à 8% sur le marché) que lui a consenti la banque Wir. Depuis 1998, celle-ci octroie des crédits commerciaux et hypothécaires en WIR et en francs suisses et accepte des dépôts et placements en francs.
« En 1992, en pleine crise quand l’activité était au plus bas, j’ai maintenu la totalité de mes emplois grâce au wir», jubile Norbert Voyame. Ce patron romand de deux PME d’une trentaine de salariés -une entreprise d’architecture-construction et une autre de fabrication d’horloges- réalise environ 20% de son chiffre d’affaires en wir. « L’échange monétaire est presque éclipsé par la relation humaine », poursuit-il soulignant la convivialité de ce marché captif. Les 5 foires annuelles, organisées par le réseau, permettent aux clients wir, qui se soutiennent en achetant les uns chez les autres, de faire plus ample connaissance. « Le wir nous apporte des clients supplémentaires. Ils se déplacent car ils ont des wir à dépenser », note Thierry Trachsel, patron d’un magasin d’électro ménager à Genève. « Ce n’est pas nous qui cherchons le client, c’est le client qui nous cherche », s’amuse ce garagiste zurichois. Le nombre d’entreprises partenaires et le volume des échanges monétaires en wir étant beaucoup plus développée en secteur alémanique, le Suisse Romand ne doit pas renâcler à se déplacer. C’est un des revers de la médaille avec le surcroît de travail généré par le deuxième budget réalisé en wir.
« Le wir demande une gestion particulière, une anticipation des dépenses et des encaissements. L’idéal est de se demander comment on va dépenser ses wir avant même de les encaisser », lance, de son côté, Roger Peytrignet, opticien à Renens, en Suisse romande. Les travaux de construction et de rénovation, de renouvellement d’équipements représentent les dépenses les plus fréquentes réalisées en wir par les patrons de PME qui utilisent aussi cette monnaie pour leurs besoins privés : construction d’une maison, achat de matériel bureautique, courses dans des supermarchés. A quand un Wir dans l’agglomération nantaise ? La monnaie complémentaire locale devrait être opérationnelle durant l’été 2013.



#7 _G.Lecolo_

_G.Lecolo_

Posté 19 dcembre 2012 - 07:57

Philippe Derudder a fait un petit film en 7 chapitres, ludique et didactique.

La monnaie, du pouvoir d'achat au pouvoir d'être

J'espère que ce film contribuera à ouvrir vos horizons. 2012 s'achève. On parle beaucoup de fin du monde, ou de fin d'un monde. Si l'ancien monde se meurt effectivement, un nouveau est en train de naitre, et beaucoup d'entre nous, souvent sans le savoir, en sont déjà les accoucheurs. J'espère que ce film facilitera cet accouchement.

 

Trouvé ici