Aller au contenu


Photo

nourrir les poules


  • Veuillez vous connecter pour répondre
41 réponses à ce sujet

#21 geispe

geispe
  • Genre: Homme
  • Localisation:Strasbourg

Posté 21 juin 2012 - 20:54

Cette pratique qui dure depuis 15 ans contredit toutes les mises en garde de ce topic.


mise en garde quand même justifiée, à mon avis, je faisais aussi comme tu décris, jusqu'au moment où une poule plus intelligente que les autres a compris que dans un oeuf il y a quelque chose de très bon... et elle s'est mise à manger les oeufs dans les pondoirs et du même coup certaines autres ont aussitôt appris par imitation. j'ai réussi à leur faire passer la mauvaise habitude en leur faisant oublier la chose : çà m'a par contre obligé à relever les oeufs six fois la matinée pendant une semaine, afin de les enlever tout de suite pour qu'elles n'aient pas le temps de s'y attaquer... tout en donnant momentanément une ration un peu plus importante de blé afin qu'elles soient amplement rassasiées et en oublient leur gourmandise... :smile: j'ai ensuite rallongé de nouveau progressivement les épisodes de ramassage des oeufs jusqu'au retour à la normale...
il vaut d'ailleurs mieux ne pas laisser les oeufs trop longtemps dans les pondoirs pour cela, et les relever assez rapidement.
un petit HS encore, pour l'anecdote : je me demandais un jour où passaient certains oeufs parce qu'il en manquait pas mal... jusqu'au moment où j'ai surpris mon chat en train de guetter, tout à côté, une poule qui pondait : dès l'oeuf pondu, il l'a pris dans sa gueule et est parti avec pour le manger ensuite. et il faisait çà à la chaîne...

#22 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 22 juin 2012 - 03:07

L'appétit du chat pour cette source de protéines facile à gagner, peut s'expliquer pour un animal vieillissant… ou particulièrement intelligent. ;)

Un complément de blé dans la ration des poules apporte de l'énergie et il en faut pour la fabrication d'un œuf.
Il manque parfois un peu de protéines dans une ration riche en céréales.
De la verdure, type trèfle ou luzerne, et les bestioles dénichées sur un parcourt herbeux apportent certainement les acides aminés utiles.
Un sable coquiller type falun, s'avère une source utile de calcium sous la forme de petits grains.

Je ne suis pas sûr, Geipse, qu'on puisse parler de "gourmandise" ni de "mauvaise habitude", quand il s'agit simplement de la recherche d'un complément pour une ration déséquilibrée.

#23 Gallizour

Gallizour
  • Genre: Homme
  • Localisation:Villelaure

Posté 22 juin 2012 - 06:27

Parfois on croit que ce sont les poules qui mangent les oeufs alors que ce sont les rats. Cette année a un moment il y avait des oeufs cassés j'ai éliminé les rats (malheureusement anticoagulant ) plus d'oeufs cassés.
Selon les principes des transmutation biologique les poules peuvent transmuter la silice(sable) en calcaire.

http://www.jeanpaulb...nsmutations.htm

#24 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 23 juin 2012 - 14:47

Il me semble que cet article résume et complète assez bien ce qui a déjà été dit ici :

On peut dire que la poule est un omnivore. Son régime alimentaire est des plus éclectiques. Elle mange des végétaux divers - herbe et légumes du jardin (salades, épinards, blettes, tomates,...); graines et céréales, fruits divers et variés ainsi que des petits animaux. Les fruits qui tombent des arbres sont consommés assez rapidement, ce qui évite la présence de guêpes l'été.
Les légumes verts combattent l'anémie et notamment ceux riches en fer (les orties hachées sont excellentes). On peut aussi leur donner des pissenlits , des choux verts,...

Les poules mangent volontiers tout ce qui passe à leur portée (vermine, cloportes, chenilles, sauterelles, limaces et escargots, souris, petits lézards et bien sur des vers de fumier). Elles ne dédaignent pas des insectes de petite taille comme les fourmis dont elles consomment les oeufs en détruisant les fourmilières le cas échéant.

Elles mangent également tous les restes du repas familial et des patées à base de pain.

Elles mangent aussi des féculents : pomme de terre, pâtes alimentaire, cuites à l'eau bien salée, le sel est indispensable et évite des pathologies, surtout chez le poussin.

Pour favoriser la ponte et la prise de poids pour les races à chair, elles ont besoin de protéines. On peut leur donner des protéines végétales sous forme de tourteaux (soja, colza).


Les volailles ont également besoin de calcium notamment sous forme calcique que l'on peut trouver dans les coquilles d'huîtres, coquillages divers, os de seiches, escargots, moules... On peut trouver dans des coopératives agricoles ou dans des jardineries des coquilles d'huitres broyées que l'on peut incoporer dans la nourriture des pondeuses.

Le corps de la poule, de même qu'un oeuf, contient 72% d'eau. Les volailles font passser très rapidement les aliments ingérés dans leur tractus digestif., gardant ceux-ci de 30 secondes à 12 minutes dans le gésier. C'est pourquoi il faut être attentif au fait que les poules aient toujours en abondance de l'eau propre et des graviers ou du gros sable. Cette habitude de consommer petites pierres et graviers découle de l'absence de dentition. Le rôle de ce granulat est de triturer et de broyer les divers aliments à l'intérieur du gésier. Ces derniers se sont accumulés dans le jabot où ils ont été ramollis par les différents sucs digestifs. Les aliments descendent l'oesophage jusqu'au gésier où ces graviers concassent la nourriture, en broyant les restes et en déchirant les enveloppes protectrices des céréales. On peut trouver dans le commerce des petits granulats appelés "GRIT". Les plus efficaces sont constitués de grains de granit calibrés. Ces différentes catégories de gravier réduisent les aliments en particules tellement petites que les sucs digestifs agissent rapidement sur les protéïnes, le gras, les hydrates de carbone, les minéraux et les vitamines emprisonnés dans les particules alimentaires. L'objectif est de les convertir en forme facilement absorbable au niveau de la circulation sanguine.
Le gravier favorise donc la digestion, la conversion alimentaire et la croissance. Certains fabricants de GRIT indiquent que la ponte peur être stimulée de 20% avec la même quantité de nourriture ingérée.
Autres avantages du GRIT: les surfaces rugueuses peuvent broyer les copeaux de litière les plumes et autres matériaus fibreux qui peuvent obstruer le passage digestif. Le gravier fortifie les organes en enlevant le mucus intestinal et en diminuant le risque d'apparition d'agents pathogènes.

Plusieurs éléments relatifs à l'alimentation, jouent un rôle important dans la formation de la coquille. Parmi eux figurent le calcium, le phosphore, le soufre, le magnésium et la vitamine D.

Dans la mesure où on ne peut pas faire autrement, il existe des granulés que l'on se procure dans les coopératives agricoles ou dans des magasins spécialisés (ceux-ci présentent l'avantage d'avoir une composition équilibrée et peuvent contenir des anticoccidiens à titre préventif). Il est important de lire les étiquettes pour connaitre les différents éléments présents, notamment la présence d'OGM que l'on retrouve dans pratiquement toute la nourriture animale industrielle, mais aussi les taux de protéïnes, de sels minéraux que l'on retrouve dans les cendres, d'oligo éléments, vitamines,...
Ces aliments spécialisés élaborés par des industriels sont adaptés à des phases particulières de la vie de nos animaux. Il y a les "miettes" pour le démarrage des poussins, puis le granulé de croissance, le granulé pour pondeuse,...


Compléments alimentaires :
Des vitamines sous forme buvable peuvent être administrées dans plusieurs cas, soit pour préparer les animaux à la ponte, lors de la reproduction en fin dh'iver, lors de la mue, ou lorsque l'alimentation n'est pas assez variée.
Les volailles ont également besoin d'un peu de soufre, notamment lors de la mue et du remplacement de plumes, ainsi que dans le processus de fabrication du jaune d'oeuf. Une pincée dans la nourriture suffit.
La Boisson:
La boisson est primordiale. Les volailles en consomment en poids et volume davantage que les aliments. Elles doivent avoir de l'eau en permanence et relativement propre. La cohabitation avec les canards est déconseillée, car ces derniers salissent énormément l'eau.
On peut rajouter quelques centilitres de vin dans la pâtée. Des études menées entre 1905 et 1910 ont démontré que des poules qui avaient consommé du vin dans leur nourriture pondaient davantage que celles qui n'en avaient pas consommé. En fait, il semblerait que le vin stimule la ponte et l'accélère. La ponte étant plus précoce, on peut avoir l'impression que les poules pondent plus.

http://elevageamateu...limentation.php

Modifié par Tis, 23 juin 2012 - 14:50 .


#25 _Philbill_

_Philbill_

Posté 29 novembre 2012 - 06:58

Tout à fait d'accord...
Nous redonnons systématiquement les coquilles aux poules et elles n'ont jamais touché à leur ponte!
Mes "Harco" et mes rouquines ont une vie équilibrée, on va dire!
Pour la nourriture, ce sont des granulés pour pondeuse (Sans OGM et sans traces de produits chimiques ou pesticides) auxquels je rajoute un mélange blé/orge bio.
Puis elles courent la prairie quelques heures par jour et elles ont droit à pas mal de restes de la cuisine (La poule est omnivore)... Sinon pas d'agrumes!
Le fait de "piquer" les oeufs est souvent lié à un stress provoqué par des conditions de vie inadaptées.

#26 Noëlmh

Noëlmh
  • Genre: Femme
  • Localisation:Moselle

Posté 12 dcembre 2012 - 16:56

Edit G.Lecolo : sujets combinés

 

Bonjour,

J'ai depuis plusieurs mois 6 poules et je leur donne des restes et des graines en mélange bio  que  me fournit un ami agriculteur.

En rupture une première fois, je suis allé dans le magasin vert de mon coin et ai acheté un petit sac de aliment complet pour poules pondeuses. Il y avait là-dedans un mix de plein de choses, mais pas de grains. Heureusement le sac était petit.

Je me suis retrouvé dans la même situation cette semaine, et suis allé dans un moulin, ayant au préalable téléphoné pour savoir s'il y avait des graines pour les poules. La réponse étant oui, j'ai chargé quelqu'un de récupérer 50 kg.

Et voilà ce qu'il y a dans ce sac.

 

Blé,

maïs,

orge,

Tourteau d'extraction de soja génétiquement modifié cuit,

son de blé,

carbonate de calcium,

drèches de distillerie de blé,

luzerne,

gluten feed de blé,

farine fourragère de maïs,

prémélange d'additifs : (Vitamines E672,E671, 3a700, Oligo-éléments E1,E2,E3,E4,E5,E6,E8, un améliorateur de digestibilité 4a 1600 3-phytase EC3.1.3.8,

et du colorant cantaxanthine E181 g;

remoulage de blé

Ce sont des petits granulés mélangés aux grains.

 

Cela me désole. . Ce n'est pas l'argent qui compte, c'est le fait que l'on vende une telle merde pour nourrir les animaux.

Je viens d'organiser la projection du film "tous cobayes" et c'est encore "doublement pire".

je pense que je vais petit à petit brûler cette saleté dans mon poêle. Je ne me vois pas le jeter aux animaux sauvages, ni même au compost.



#27 trx

trx

    Grand commandeur de l'ordre du poireau

  • Modérateurs
  • 4361 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 12 dcembre 2012 - 17:07

Le mieux est de se servir en direct pour éviter ce genre de déconvenues. Je ramasse du maïs en épi que j'égraine tout au long de l'année selon les besoins + j'achète du triticale chez un paysan bio ou, s'il n'en a plus, direct au silo en vrac mais non bio.  Avec ça plus un parcours suffisant l'alimentation est équilibrée.

 

Le problème est surtout pour les jeunes avant 1 mois. Je fais des lots d'une cinquantaine de poussins et pas moyen de trouver de l'aliment sans soja ogm importé par chez moi. Résultat je ne fais plus d'élevage depuis un moment en attendant de trouver une solution. L'alimentation que je donne aux adultes est insuffisant, ils s'attaquent entre eux, manque de protéines.

 

Voilà où nous en sommes...



#28 _Philbill_

_Philbill_

Posté 13 dcembre 2012 - 06:06

Il y a quelques mois, j'ai fait une petite enquête sur le présence d'OGM et autres produits chimiques présents dans la composition des aliments que je donnais à mes animaux... Résultat édifiant et effrayant! Je les empoisonnais à petit feu...

Pour mes pondeuses, j'ai trouvé (enfin) une marque de granulés complets qui ne contient pas tout cela: REGAL BASSE COUR, de la société EVIALIS.

 

http://www.evialis.f...s-cereales.html

 

Je me fournis dans le réseau CAP ANIMAL (Malheureusement 5 magasins en France...), mais en appelant la société, on devrait te fournir la liste des autres revendeurs.

 

Sinon, je leur fais des pâtés en hiver, avec du chou cavalier et des patates essentiellement.

Si l'on rajoute les épluchures de légumes, un mélange seigle/blé bio pris chez un agriculteur (30 ctmes le kilo), les coûtons de pain sec et les balades en plein air, ces dames sont en pleine forme!



#29 razatega

razatega

Posté 13 dcembre 2012 - 06:51

eeeeet oui ,c'est les cochonneries que l'on met dans ces pastilles , note que l'on pourrait faire facilement nous-même

ces pastilles ( pellets) des petites machines existent , et il y en a même qui en on fabriqué! pour faire des pastilles de bois , mais le principe est le même si ce n'est

la pression ! Il ne reste qu'a trouver les déchets des oléagineux ( non ogm bien sur ) , et faire nos mélanges nous-même  avec des graines etc... de la châtaigne seiche , 

du lupin , que sais-je encore !

 Mais en hiver , effectivement le best c'est comme dit phibill : une pâté chaude et de l'eau chaude, à -5 quand j'habitais dans les Cévennes mes poules continuaient 

à pondre !

 Pour les machines , tapez "pellet" sur youtube , vous verrez certaines inventions ! :)



#30 Gallizour

Gallizour
  • Genre: Homme
  • Localisation:Villelaure

Posté 13 dcembre 2012 - 08:58

Il y a forcement des fabricants d'aliments bio vers chez toi ou tout au moins des éleveurs qui achète des produits complémentaire bio pour leur poulets. Me s'il utilise leurs blé ou maïs pour les poulets. Chez moi il y un distributeur  a 30km. Peut-être demander à la chambre d'agriculture même si tu n'est pas paysan.



#31 _G.Lecolo_

_G.Lecolo_

Posté 13 dcembre 2012 - 10:06

topics combinés! :)



#32 Noëlmh

Noëlmh
  • Genre: Femme
  • Localisation:Moselle

Posté 17 dcembre 2012 - 07:45

Topics combinés, oui et non.

En fait je souhaitais faire passer mon effarement ou plutôt horreur. Car demandant des graines pour poules, je reçois de l'aliment complet pour poules. Je me sens trompée et envahie.

 Là vraiment, je me sens cobaye, impuissante et victime de tout ce système pourri.

En fait, mes poules, ont un parcours de 400 m2. Elles s'entendent très bien avec l'anesse maintenant et partagent même leurs épluchures. Les poules sont plus rapides.

Elles recoivent donc des épluchures, des restes de repas, ce qu'elles trouvent dans leur parc et dans le compost voisin.......... et dans le potager (que je vais devoir clôturer ou surélever le grillage du parc). En effet, ces dames et monsieur, prennent tous les jours la poudre d'escampette et volent par dessus le grillage pour aller vagabonder. Elles pondent aussi un peu partout, dans le panier du chat par exemple. On va essayer des les cantonner dans le poulailler durant 2-3 jours pour qu'elles reprennent l'habitude du pondoir.

Après une période sans ponte de près de 2 mois et une mue importante, (elles faisaient peine à voir), elles pondent en ce moment pratiquement un oeuf par jour. Lorsqu'il a fait très froid, elles sortaient quand même, mais allaient se percher chez l'anesse ou sous le poulailler au sec.  

Les grains, c'est pour le complément.



#33 Gallizour

Gallizour
  • Genre: Homme
  • Localisation:Villelaure

Posté 17 dcembre 2012 - 22:58

En effet, ces dames et monsieur, prennent tous les jours la poudre d'escampette et volent par dessus le grillage pour aller vagabonder.

Pour éviter que tes poules volent par dessus le grillage tu peu leur couper une aile ou plutôt quelques plumes d'une aile pour déséquilibrer leur vol elle ne passeront plus par dessus le grillage.



#34 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 18 dcembre 2012 - 10:16

Il peut être dommage d'empêcher les poules d'aller dans le potager où elles trouvent elle-mêmes une grande partie de leur nourriture (limaces, vers, larves, fourmis, etc.)

 

Hardworkinghippy a expliqué sa méthode pour protéger ses semis et mis de belles photos de son jardin avec ses 40 poules :

 

http://www.onpeutlef...e-2#entry106109

http://www.onpeutlef...e-3#entry108060

http://www.onpeutlef...e-3#entry135250



#35 Noëlmh

Noëlmh
  • Genre: Femme
  • Localisation:Moselle

Posté 19 dcembre 2012 - 12:27

Merci Tis. Je crois que j'avais déjà vu ces images, mais les avais oubliées.

En ce moment le potager est vide. Mais j'avais encore des bettes au début où elles sont arrivées et elles ne m'ont laissé que la tige. Et en ce  moment, elles ont enlever toutes les feuilles mortes et autres paillis que j'avais déposé sur mes buttes. Elles les ont aussi partiellement aplanies en grattant. C'est le chantier.

 

Elles ont un parc de 400 m2 à côté de leur poulailler, où elles peuvent aller gratter. Mais je pense que c'est plus attrayant dans le potager, car la terre est meuble. Je vais les laisser aller cet hiver, mais au printemps, stop.

Je mettrais des panneaux d'interdictions :smile:  :-D  :-D



#36 _Philbill_

_Philbill_

Posté 19 dcembre 2012 - 20:24

Hardworkinghippy a expliqué sa méthode pour protéger ses semis et mis de belles photos de son jardin avec ses 40 poules

 

Images magnifiques! On sent une belle harmonie, et le potager est magnifique... J'adore la photo de la poulette en ballade dans les allées!

Les miennes aussi ont accès au terrain dès l'automne et durant l'hiver, mais chez nous aussi, dès que les beaux jours pointent leur nez, c'est ter-mi-né! 



#37 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 18 aot 2016 - 14:28

Il y a un moyen tout simple qui permet que les poules forment des jaunes d’œufs bien jaunes même en hiver: Je leur donne dans le jardin d’hiver de la fleur de foin que je trouve dans le fenil.

Les avantages de cette fleur de foin sont évidents: pas de frais, pas de transports, aliment de la ferme, cycle fermé, et les poules ont quelque chose à gratter, quel plaisir!
Désavantages: Personne n’y gagne quoi que ce soit, les jaunes sont seulement jaunes et pas  jaune-orange, la méthode est trop simple pour attirer l’attention de la recherche et des très gros producteurs d’œufs...

Que tous les lecteurs et lectrices se régalent de bons œufs bio!

Claudia Capaul, Paysanne bio, Perrefitte BE

http://www.bioactual...cteurs-2016.pdf



#38 bobox71

bobox71
  • Genre: Homme
  • Localisation:sagy

Posté 19 aot 2016 - 09:11

Hélas les miennes sacagent les fleurs, le potager si elles sont en liberté. Et le renard fait souvent sont prélèvement avant que j'ai le temps de fermer le poulailler avant la nuit. Maintenant elles sont cloturées avec une cloture électrique. Elles ont quand même 300m2 pour divaguer sous un bois pour 8 vollailles.



#39 Titus

Titus
  • Genre: Homme
  • Localisation:Lorraine
  • Intérêts:Apprendre sur les ovins

Posté 21 aot 2016 - 07:21

Les miennes ont une nourriture équilibré, un parcourt herbeux et tous va pour le mieux pour elles.



#40 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 01 janvier 2018 - 10:13

Quelques idées pour diversifier leur menu et développer leurs défenses immunitaires :
 

La ferme de M. Constantinides couvre 5 hectares. Elle est entourée d’un terrain trois fois plus grand. Ses 6 500 poules pondent environ 5 000 œufs par jour, une production importante dans le secteur du bio puisque sur les 400 000 œufs produits quotidiennement à Chypre, toutes catégories confondues, seulement près de 7 000 sont bio. Ce qui fait de George Constantinides le plus gros producteur d’œufs bio du pays. Il les commercialise sous la marque Ygea, signifiant à la fois « terre » en grec ancien, et « bonne santé ». En clair, et tel un slogan : une terre saine fournissant des produits saints.

Des poules qui mangent des oranges !
Alors que les œufs industriels sont en majorité issus de gallinacés élevés en batterie, entassés dans des cages sans accès à un espace extérieur et souvent sans voir la lumière du jour - sources de stress et de maladies -, ici les poules gambadent fièrement à l’air libre toute la journée et ne rentrent au poulailler qu’au coucher du soleil. Elles s’épanouissent sur de vastes espaces. Elles se délectent régulièrement d’herbe, graminée fourragère riche par excellence en minéraux et en protéines nécessaires à la fabrication des œufs. Mais la singularité de leur alimentation ne réside pas là. A la différence des poules élevées ailleurs, celles de George Constantinides mangent - en plus de l’herbe et des graines certifiés organiques composés de blé et de maïs - des… oranges ! Du jamais vu ! Coupées en deux, ces agrumes sont disséminés sur leurs parcours. Le fermier les cultive et les vend au marché. « Ça leur donne de la vitamine C et ce n’est pas cher », soutient-il en riant.

Réduire les coûts de production
Outre les orangers, George Constantinides fait pousser aussi des figuiers de Barbarie. Appelées parfois « cactus-raquettes », ces plantes grasses produisent des fruits juteux comestibles contenant de nombreuses graines riches en vitamines que les poules de M. Constantinides adorent. Et ce n’est pas tout : « Nous cultivons également de la sauge et de l’origan, que nous ajoutons au régime alimentaire des poules. L’origan est bon pour leur système immunitaire et leurs intestins. La sauge améliore la qualité des œufs et empêche les bactéries de se développer sur le nez des poules ». En fait, il cultive tout ce qui permet de réduire les coûts de production, comme cette variété de plants de pois, qui demandent peu d’arrosage. Des petits pois que semblent apprécier ses poules.

« Tout ce qu’on donne à manger aux poules influence le goût et la couleur du jaune d’œuf, dans le bon ou le mauvais sens. En tant que producteurs d’œufs bio, nous n’utilisons pas du tout de carotène pour colorer artificiellement les jaunes d'œufs », précise George Constantinides avant de rappeler que « les jaunes d’œufs bio ne sont pas identiques et leurs nuances varient d’une poule à l’autre » en fonction, par exemple, de la quantité d’herbe absorbée.

http://www.rfi.fr/eu...e-environnement