Aller au contenu


Photo

Lieu de Sevrage et de Retour à la Vie pour Drogués.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
22 réponses à ce sujet

#1 fanny25

fanny25

Posté 26 janvier 2012 - 20:19

Bonjour!

Je suis toute nouvelle sur ce forum. Et bien heureuse de vous trouver.

Je m'appelle Fanny. J'irais me présenter ailleurs :)

Pour le moment, je voudrais faire appel à votre aide et vos connaissances.

Je n'ai pas vu de topics au sujet des dépendances à la drogues. Mon petit frère est drogué depuis lontemps. Il cherche à se sevrer en ce moment. C'est dur pour lui.

Il n'y a pas de centre réellement approprié pour ce genre de chemin de vie. On croie qu'ils sont faibles ou idiots et on ne leur fait plus confiance. Ils doivent prendre des médicaments et attendre que ca passe.

Mais je sens qu'il y a bien mieux au fond de nous pour pouvoir soutenir de telles personnes dans leur chemin.

Mon frère est très solide, et créatif. Il a un savoir inné sur des choses et d'autres l'effrayent trop. C'est pourquoi il fume.
Mais qui peut juger? Personne.

Moi je l'aime et je veux l'aider.

Donc, ce qui serait merveilleux serait de mettre la main sur un centre de soins et de retour sur soi proposant des activités interéssantes. Telles que la construction d'habitats écologiques, le travail de la terre, la vie près des animaux, que les choses reprennent du sens.

Un homme a besoin de se perdre pour mieux se trouver. Mais alors, il a besoin de s'aimer. Et rien de tel que de s'investir dans des activités pleines de sens.

J'aimerais tellement qu'un centre existe ou bien un éco-lieu de cette sorte.

Voilà, ainsi est mon appel, si vous connaissez un lieu ou faites partie d'un lieu qui pourrait accueillir un homme riche de sa vie pour l'aider à se retrouver, alors dites le moi :)

Merci!

Fanny

#2 Yamabushi

Yamabushi
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne(29)
  • Intérêts:Vivre sainement, l'élevage d'oiseaux, l'habitat bioclimatique autonome, l'autarcie mais pas reclus, ... et plein d'autres choses.

Posté 26 janvier 2012 - 21:44

C'est joliment dit. Bravo on sens toute ta passion dans ce que tu dis.
Je ne connais pas de centre dans ce style mais je garde en mémoire ton appel si j'en croise un et j'en profiterai pour poser la question à l'infirmiere de mon établissement scolaire des fois qu'elle en connaisse un.
tu cherches plus particulièrement vers ou au fait ?

#3 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 11 617 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 26 janvier 2012 - 23:26

Un ami me racontait avoir travaillé jadis dans un centre d'aide contre les addictions, alcool, tabac, drogues.
Le professionnalisme de toute une équipe pluridisciplinaire parvenait assez souvent à redonner une liberté toujours fragile aux personnes dépendantes.
Ces centres sont effectivement rares. Le coût de la prise en charge pose problème.

Savoir aussi qu'il n'est pas possible légalement de contraindre un majeur à poursuivre une cure, si son envie faiblit ou si la tentation revient malgré tout l'amour d'une mère ou toute l'affection d'une sœur.

On se réjouit des succès du père Michel Jaouen, "seul Père à bord après Dieu", qui embarque depuis 60 ans sur la mer, des gamins en délicatesse avec la Terre et ses lois… (selon la formule trouvée sur la toile).

Peut-être son association saura indiquer où trouver le lieu, les gens qui conviennent à ton frère, Fanny.
Bon courage.

#4 leadthump

leadthump
  • Genre: Homme

Posté 27 janvier 2012 - 00:42

Salut ,ton frère a quelle age et il se défonce à quoi et depuis combien de temps ?
Fumes t'il des cigarettes ?
bois t il de l'alcool?
fesait il du sport avant ?
cela vient il dune enfance difficile , avez vous vos parents ?
va t'il voir un psy ?
travail t il ?
pratique t il un art ?
est il bricoleur ?
çà fait combien de temps qu'il veut arrêter la fonzdé ?
et toi çà fait combien de temps que tu cherches a l'aide pour çà ?
tu dis qu'il fume ,mais il fume quoi ,du crack ? de l'héro ?
suivant sa dépendance il peut avoir besoin de produit de substitution ..faut faire gaffe..
Si c'est juste du cannabis ,c'est pas trop grave, dans une ferme il pourrait s'épanouir si c'est ce qu'il veut vraiment ... sait il ce qu'il veux ??
Mais si c'est un camé ,c'est plus problématique...

Te sents pas obligé de répondre

Sinon tu as les drogués du forum comme floyd complètement accros avec une moyenne de 5,5 messages par jour et yamabushy addict qui le talonne avec 2,5 messages par jours :shy:

Modifié par leadthump, 27 janvier 2012 - 01:49 .


#5 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 11 617 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 27 janvier 2012 - 12:37

Tu vois leadthump, je décroche lentement moi, après des pointes à plus de 6 messages en moyenne par jour. ;)

Bon, ceci dit, le CV du frère de notre amie Fanny n'est pas le cœur du problème.

Restons positifs et concrêts; proposer un lieu, des gens, une vie qui ait du sens.

#6 leadthump

leadthump
  • Genre: Homme

Posté 27 janvier 2012 - 13:24

Forcément je pense le contraire, le niveau de toxicomanie du spécimen en question est important pour savoir ce qui lui conviendrait le mieux.
Je sais de quoi je parle

#7 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 11 617 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 27 janvier 2012 - 13:55

Oh!
Tu fais fort… spécimen toi-même. ;)

Proposons des lieux et Fanny et son frère choisiront.
Nul besoin d'exposer cette partie de sa vie privée et délicate sur un forum public.

#8 POP

POP

Posté 27 janvier 2012 - 15:32

Bonjour à tous :)
Du méme avis que leadthump, tout dépend d'où il en est en lui, avec quoi il se drogue, avec qui il est, et ce qu'il rêve de faire.
Il suffit d'harmoniser certaines de ces questions avec son environnement et on peut trouver des solutions.
Mon ami qui passe en cure de désintox parfois en revient un peu mieux mais il revient dans son environnement initial où il n'y a pas grand chose à faire, car pas beaucoup d'argent et beaucoup de temps à dépenser.


Ce qui marche bien selon moi c'est ce qu'on fait ici, la recherche vers l'autonomie (une fois conscientisé l'échec de cette societé), couplé aux arts (une fois conscientisé l'unicité de chacun, notre potentiel infini que l'on découvre dans notre lâcher prise) , et le regroupement, l'organisation avec des personnes positives, qui ont de l'espoir, de la technique à partager, des ambitions (une fois conscientisé que l'unité est la solution).

#9 leadthump

leadthump
  • Genre: Homme

Posté 27 janvier 2012 - 16:23

Fanny si tu veux discuter en priver . je suis à ta disposition.

#10 fanny25

fanny25

Posté 27 janvier 2012 - 20:48

Bonsoir à tous,

Merci des réponses.

Je n'ai pas envie de donner des réponses sur la vie privée de mon frère. C'est une question que je pose à tous ceux qui connaissent un peu le milieu des associations alternatives.

Est ce qu'un tel centre dans lequel on pourrait redonner un sens à sa vie, vivre le sevrage, avec du soutien de personnes engagées, existe?

Sinon je vais devoir le créer.... :)

Merci!

Fanny

#11 l'ombre

l'ombre
  • Genre: Homme

Posté 27 janvier 2012 - 20:53

saint anne paris 75014 = addiction

#12 leadthump

leadthump
  • Genre: Homme

Posté 27 janvier 2012 - 22:02

:shy: ici nous sommes pratiquement tous dans l'alternative ...

Des centre de réhabilitation il y en a ,j'ai déjà vu dans un reportage une ferme alternative pour gros toxico sans dent ..
mais est ce vraiment çà qu'il faut ,si ton frère est jeune et est un petit consommateur de pétard tu vas pas le placer avec des mecs qui se piquent ..
et a contrario si c'est un gros toxico a la seringue ,faut pas l'envoyer dans une ferme de bisounours engagé ...

tu parles de vivre le sevrage ? parce que dans certain cas le sevrage ne se fait pas i facilement ? faut des médicaments pour les toxicos dure..
pour le cannabis par contre il n'y a pas de sevrage puisqu'il n'y a pas de dépendance ...le jeune ne se rendent pas compte qu'ils sont surtout accros a la nicotine et en faite souffre d'un profond mal être. faut une thérapie ..
ton frère a t'il vraiment envie d'arrêter ou il te dit çà pour te faire plaisir ou avoir la paix..


la drogue dans nos société est partout , tu n'es pas la seul a souffrir qu'un procha soit au plus mal ...
j'ai tapé dans gaagle "potager pour toxico man "
voila ce que j'ai trouvé

http://www.interdepe...es_perspectives


bonne chance

Modifié par leadthump, 27 janvier 2012 - 22:24 .


#13 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 11 617 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 27 janvier 2012 - 22:05

Sinon je vais devoir le créer....

… et pourquoi pas?

#14 leadthump

leadthump
  • Genre: Homme

Posté 27 janvier 2012 - 22:30

Si tu parles du profil de ton frère ,une personne pourrait se dire ; "tiens çà m'intéresserai d'aider ce gars " et le prendrait sous son aile le temsp d'une saison ..(exemple)
l'alternative n'est pas forcément la ou on la cherche .. ou bien on peut y être sans en avoir conscience ..

Modifié par leadthump, 27 janvier 2012 - 22:52 .


#15 sebashi

sebashi

    Apprenti terrien

  • Membres
  • 343 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Aveyron

Posté 28 janvier 2012 - 13:01

Bonjour Fanny,
J'ai une connaissance proche qui est héroînomane, elle c'est rapprochée de cette association http://www.amtarcenciel.fr/ et ensuite à été en Lozère dans un centre qui est en milieu tres rural et isolé ...

Le centre " Les airelles noires "
L'estampe
48250 Chasserades

En faisant une recherche pour retrouver l'adresse du centre, je suis tombé la dessus, qui semble en regouper plusieurs .

La volonté de celui qui veut se sevrer est mis à rude épreuve, courage à lui .

#16 fanny25

fanny25

Posté 28 janvier 2012 - 15:37

Grand merci Sebashi.

Je sais qu'il a du courage. Il sera bien prêt un jour, d'ici là, on aura trouvé des endroits à lui proposer :)

Fanny

#17 kesak1

kesak1

Posté 29 janvier 2012 - 15:44

Si, c'est important de savoir qu'elle drogue il prend, ayant été moi-même polytoxicomane et étant à ce jour sous traitement de substitution, c'est très important de savoir a quoi il est dépendant si tu veux qu'on puisse te donner des pistes pour aider ton frère, car selon sa dépendance les possibilités sont radicalement différentes.

Ensuite qu'importe la drogue pour arréter il faut que sa vienne de lui et uniquement de lui, si c'est une petite amie, un parent, un frère/une soeur qui le pousse a arréter ça servira a rien... (parole de connaisseur)

En effet tu dis qu'il fume donc plusieurs possibilités:

- Si il fume du cannabis, comme dis précédemment le fait de changer d'environnement pour se retrouver avec des non-fumeurs et loin de tout endroit où il pourrait s'en procurer devrait suffir. De plus il faut qu'il retrouve goût a des activités sans fumettes et qu'on lui propose des activités interessante, car si il passe ses journée vautrée a rien faire sûr qu'il aura envie de s'en rouler un. Le dernier point peut être d'ordre médical; souvent les fumeurs de cannabis fume avant de se coucher et quand on arrête on galère souvent à trouver le sommeil, il existe beaucoup de plantes pouvant pallier à se problème. Ayant moi même eu des gros problèmes de sommeil quand j'ai arrété l'héro mon medecin de l'époque m'avait plus ou min "conseillé" de fumer un peu de cannabis le soir plutôt que prendre des hypnotiques, bon là c'est pas franchement une bonne idée vu que cest ce qu'il veut arréter. Il pourrait prendre de la valériane, du passiflore, de la laitue vireusse et du millepertuis pour les passages de petites déprime. Le manque de cannabis n'est pas PHYSIQUE, des troubles physiques peuvent apparaitre (suées, insomnie,...) sont d'ordre psycho-somatiques et j'insiste ur ce point là. Le manque est surtout psychologique; irritabilité, manque de motivation, habitude gestuelles et journalière (fumer le matin pour commencer la journée, le soir avant le coucher,...)
Juste de partir dans de la famille, dans une ferme coopérative devrait suffire ar contre faut se méfier de certaines communautés où le nombre de fumeur est conséquent...

-Si, il fume de la coke, (freebase) càd du crack, le problème est beaucoup plus difficile car il n'existe pas de traitement de substitution à proprement parler. Il lui faudra sans doute prendre contact CSAPA (Centres de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie, anciènnement CSST) où des éducateurs, des infirmiers, des medecins et surtout des psy pourront le soutenir et l'aider à décrocher. En effet la consommation de crack entraine souvent une marginalisation due au coût élever de la coke ou des cailloux, mais surtout la conso de cette drogue entraine souvent de gros troubles psychologiques voir même souvent psychiatriques (parano,...), auquel cas un accompagnement est plus qu'indispensable pour réussir a arréter la conso et se ré-insérer.
De plus pour l'aider il faut réussi à le faire s'éloigner de ses "amis", enfin ses connaissances et de tout endroit où il pourra s'en procurer car il fera tout pour en trouver. Après le manque de coke est surtout psychologique, le manque physique peut être existant pour les consommateurs de crack de rues, mais disparait en quelques jours. Après le manque psychologique, comme pour toute les drogues "dures" est le plus dures à combattre

-Si, il fume de l'héro, sur de l'aluminium, càd "chasser le dragon". C'est là où je pourrais le plus te conseiller puisque c'est la drogue que j'ai le plus et le plus longtemps consommer, j'ai essayer pluieurs methodes; sevrage "à la dure", substitution subutex et enfin aujourd'hui substitution methadone, la seule qui fonctionne pour moi. Personnellement je ne fumais que très peu, j'étais un sniffeur et un injecteur.
Bon commençant par le sevrage " à la dure", personnelement je n'y crois pas trop. Fut une époque où on avait pas le choix puisque les traitements de substitution n'existaient pas, aujourd'hui de par mon experience et celle de personnes de mon ancien entourage c'est une methode quasi systematiquement voué a l'échec. moi j'ai jamais tenu plus d'une semaine. Le gros problème de cette methode est que même si on arrive à passer le manque physique, on ne sera pa guéri psychologiquement; la pluspart du temps on aura garder le même rythme de vie, les même connaissance et les même désire de défonce.
Du coup si ton frère consomme depuis un moment il sera sans doute obligé de passé par la substitution, et oui, et ce n'est pas une honte ou une preuve de faiblesse, c'est juste le choix le plus réaliste qui s'offre à tout toxicomane qui désire arréter. De là il existe deux traitement et deux protocoles :
- Tout d'abord pour le subutex, il peut aller voir son medecin traitement qui le connait le mieux ou tout autre medecin, qu'il rencontrera d'abord toute les semaine, dans ce cas là ton frère pourrait en plus commencer un suivi psychologique extérieur afin de comprendre les raison de sa consomation. Cependant il peut avoir aussi accès au subutex dans un CSPA (Centres de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie) où il trouvera un accompagnement complet: medecin, infirmiers, educateur et psychologue qui lui permetront de se soigner physiquement, psychologiquement et aussi de se ré-inserer socialement. trois éléments idispensable à l'arret de toute drogue?
Un des problème du subutex est la possibilité de le sniffer et de se l'injecter, d'où son usage très souvent détourné et donc l'échec du traitement
- la dernière possibilité de traitement est la substituion par methadone, le protocole est beaucoup plus strict que pour le subutex; obligation d'aller dans un CSAPA, analyse d'urine régulière, obligation de suivi psy (enfin selon les centres), prise en charge socio-educatif. liste des centre methadone : http://www.rvh-syner...-en-france.html
Pour moi la methadone à été la meilleur solution puisque ininjectable et surtout un accompagnement parfais pour moi (medical, psy et surtout de l'aide pour ma re insertion)

Tout ça pour dire que pour pouvoi bien aider ton frère il nous faudrait savoir ce que ton frère consomme.
Mais on peut déja te dire que pour n'importe qu'elle drogue il faut:
-absolumment que la démarche vienne de lui et de lui seul et que ce ne soit pas une émarche contrainte, c'est indispensable pour la réussite d'un sevrage ou de l'arrêt 'une drogue.
-essayer qu'il s'éloigne des personnes qui consomme autour de lui (pour le cannabis il pourra les revoir quand il sera asser fort pour dire non, pour les autres drogues, comme pour l'alcool, cela sera plus difficile), et de la possibiliter de s'en procurer
-savoir demander de l'aide auprès de proffessionnel; medecins de familles, CSPA(http://www.drogues-i...ntre-de-Soins-d), drogue info service(http://www.drogues-info-service.fr/)
-surtout se méfier des communautés non-officiels, existe moult de mouvements sectaires s'interessant aux drogués en effet nous somme un public facile à embrigader car en recherche de notre nous et souvent la toxicomanie est le reflet d'un malêtre personnel du coup il faut se méfier de "toutes" les associations de reconstruction personnels et tout les trucs de devellopement personnel.
-ne pas le dénigrer si il n'y arrive pas du premier coup, si il rechute ceci ne doit pas être obligatoirement comme un échec mais comme un incident de parcours non-fatidique.
-enfin tout arrêt e drogue devrait s'accompagner d'une réinsertion socio-professionnel; re trouver du travail, changer de profession, trouver une formation, pour ne pas continuer à aller au travail, à l'école à reculons ceci entrainant une sorte de malaise qui n'aidera pas à garder le moral et donc à arréter sa conso. De plus un regain d'intérêt pour une activité donne un nouvel élan à la vie et donc une nouvelle confiance en soi...
Ceci peut aussi être trouver dans une relation amoureuse, dans la reprise d'une activité sportive, culturelle, de militer au sein d'une association...

Il existe aussi des centre et structure de soin "à la campagne" se sont généralement de petites structures avec du personnel très qualifier où de nombreuse activités sont proposées en plus de l'accompagnement médical et psychologique "classiques"

Je sais pas si ces conseil seront d'une quelconque utilité mais si tu as d'autre question n'hésite pas, mais pour bien t'aider il nous faudrait un poil plus de détail même si cela te parait intrusif.

Il existe des associations d'aide à l'entourage d'une personne toxicomane, d'ailleurs au sein des CSAPA on reçoit les familles afin de discuter et d'aider les famille, mes parent y étaient aller à quelques rendez vous lors du début de mon traitement methadone pour se faire expliquer la necessiter et la durée d'un tel traitement, ainsi que la déculpabilisation des familles.
Sur ce site tu trouveras des informations sur differentes drogues, ainsi qu'un forum d'auto-support aux usager et à ceux qui les entourent très bien construit où tu pourra poser tes questions, trouver des réponses sans aucun préjugés...
le site: http://www.asud.org/
le forum : http://www.psychoact...forum/index.php (lieu d'échange entre usagers de drogues et ceux qui les aiment)

D'autres sites pour trouver de l'aide:
structure de prise en charge :http://www.drogues.gouv.fr/etre-aide/lieux-daccueil/structures-de-prise-en-charge-des-usagers/ ( onglet "communautés thérapeutique")

desolé si c'est un peu long et un peu fouilli comme réponse... :-)
peace

KESAK

#18 fanny25

fanny25

Posté 29 janvier 2012 - 16:58

Merci à tout le monde pour toutes ces informations.

Les informations complémentaires sur mon frère ne regarde que lui. J'espère que vous comprenez ce besoin de respecter sa vie privée autant que celui de l'aider.

Vos réponses m'apportent déjà de bonnes solutions, merci.

Fanny

#19 kesak1

kesak1

Posté 29 janvier 2012 - 20:01

être drogué n'est pas une honte comme le soutienne certaine association "anonymes" pour ne viser personne, il faut asumer ce que l'on ai pour pouvoir comprendre pourquoi on consomme et ainsi pouvoir aller de l'avant...

#20 leadthump

leadthump
  • Genre: Homme

Posté 30 janvier 2012 - 01:29

Salut Fanny ,j'ai manqué de tact avec toi , je suis désolé et confus.
Tu trouveras souvent du soutient ici et du bien plus aimable que moi.

Bon courage.

Modifié par leadthump, 30 janvier 2012 - 01:41 .