Aller au contenu


Filière Bleu-Blanc-Coeur

filière nutrition bleu blanc coeur association lin alimentation naturelle

  • Veuillez vous connecter pour répondre
9 réponses à ce sujet

#1 _XurtulXor _

_XurtulXor _

Posté 17 avril 2012 - 15:35

Bonjour tout le monde !

Je voudrais porter à votre connaissance l'existence d'une filière de nutrition (animale et humaine) appelée Bleu-Blanc-Coeur.
J'ai connu cette filière via un client à moi qui a les meilleurs interntions du monde pour le bien être général !
J'ai donc promis de lui ouvrir une tribune plus large, ce que je fais maintenant.

Bleu-Blanc-Coeur c'est quoi ?



Notre Démarche



Qui sommes-nous ?


Bleu-Blanc-Cœur rassemble toute une filière qui s’engage pour vous offrir une alimentation plus saine, plus savoureuse et plus équilibrée.

- Une idée simple et naturelle

Il s’agit d’une association, de type loi 1901, qui a vu le jour en l’an 2000.
Depuis toutes ces années et loin de tout effet de mode, notre travail s’est construit sur la base d’une idée simple :

« Pour bien nourrir les hommes, commençons par prendre soin de nos cultures et de nos animaux. »

Image IPB


Nous nous attachons à respecter cette notion fondamentale qu’est la chaîne alimentaire. La nature est bien faite et c’est parce que nous l’avons observée, parce que nous la respectons et la reproduisons, que nous sommes aujourd’hui capables de vous apporter des produits de qualité.

Nous réunissons tous les métiers de la filière lin du producteur au consommateur, en passant par les transformateurs ou encore les distributeurs. Nous nous occupons du contrôle et de la promotion des produits issus de cette agriculture positive afin de permettre au plus grand nombre d’entre vous d’avoir accès à une alimentation à la fois naturelle et mieux équilibrée en Oméga 3, ces lipides essentiels au bon fonctionnement de notre corps.

> D’autres informations sur ce thème, dans la rubrique « la nature »


- Une idée santé

Nous avons fait le choix de militer pour une agriculture à vocation santé, en réintroduisant, à la base de nos chaînes alimentaires, la graine de lin – et d’autres sources végétales d’Oméga 3, comme l’herbe ou la luzerne.


Image IPB

Le lin est la plante la plus riche en Oméga 3. Lorsque les animaux la consomment, leurs œufs, leurs viandes, leurs laits affichent un profil nutritionnel plus équilibré, et notamment en ce qui concerne les Oméga 3. De même, lorsque l’on choisit cette petite graine pour fabriquer du pain ou des biscuits par exemple, on offre aux produits un profil nutritionnel amélioré.

Utiliser ces végétaux nous permet de défendre un enjeu de taille puisque, aujourd’hui, notre consommation de lipides est déséquilibrée. Nous consommons trop de graisses, et pas les bonnes. Par exemple, nous ne comblons, en moyenne, qu’un tiers de nos besoins en Oméga 3. Et notre corps est incapable de fabriquer cette bonne graisse, pourtant indispensable au fonctionnement de notre organisme.

> D’autres informations sur ce thème, dans la rubrique « Omega 3 »

- Une belle idée qu’il a fallu concrétiser

Si l’idée peut sembler évidente, nous avons dû, pour la mettre œuvre, rassembler et organiser autant de bonnes volontés que de corps de métiers. Bleu-Blanc-Cœur se charge en effet de fédérer tous les acteurs de la chaîne alimentaire, du cultivateur de lin au consommateur en passant par les fabricants d’aliment, les producteurs, les distributeurs, etc.

Et puisque nous n’affirmons que ce que nous avons mesuré et prouvé, l’association a construit un cadre de validation scientifique solide, basé sur des études cliniques publiées. Elle a également établi des cahiers des charges qui lui permettent de garantir la qualité et la cohérence nutritionnelles de ses produits à chaque étape de leur production, du champ jusqu’à votre assiette.

> D’autres informations sur ce thème, dans les rubriques « Nos métiers, Nos garanties produits »


- Une idée qui ne date pas d’hier


Image IPB

Il s’agissait de remettre le lin au goût du jour, puisque la petite fleur bleue était déjà au goût d’hier.

Le lin est, en effet, l’une des plus vieilles cultures du monde. Les Égyptiens ou les Grecs s’en servaient pour tisser leurs vêtements, mais aussi pour nourrir leurs animaux ou fabriquer leurs pains.

Le soja et le maïs, rentables céréales, ont vu, au fil du temps, leurs cultures s’étendre et sont devenus les éléments majoritaires de la composition des aliments du bétail. Il y a plusieurs années de cela, nos grands-parents avaient pourtant également l’habitude de donner du lin aux animaux malades ou faibles afin de les remettre sur pied. Ils avaient déjà observé, sans connaître l’existence et les vertus des oméga 3, les bienfaits du lin sur les animaux.

> D’autres informations sur ce thème, dans la rubrique « L'histoire du lin »

- Une idée qui a du goût

Une démarche naturelle, une agriculture à vocation santé, des traditions revalorisées, mais également des saveurs retrouvées puisqu’il a été prouvé, grâce à des tests gustatifs réalisés sur un nombre conséquent de consommateurs, que les produits Bleu-Blanc-Cœur étaient plus tendres et avaient plus de goût que des produits conventionnels d’où le lin est absent de la chaîne alimentaire.

Voilà ! A votre bon coeur M'sieur-dame ! Faites connaître les filières et label de ce genre autour de vous ;)

#2 _G.Lecolo_

_G.Lecolo_

Posté 17 avril 2012 - 17:07

Salut lembal-sans-majuscule! :smile:

Ben, euh....
A titre perso, je partage pas ton enthousiasme vis-à-vis de ce label, comme des labels, en général.
J'y vois essentiellement un argument commercial (comme dans le fromage blanc "enrichi" en calcium)... un moyen détourné de ne pas nous intéresser vraiment à la façon de nous nourrir.
Les oméga, y'en a en effet dans le lin. Pourquoi le chercher dans des produits d'origine animale (je me pose d'ailleurs la questions si ces bestiaux sont pas sur-nourris en oméga pour que nous puissions en profiter un peu) plutôt que de les prendre directement d'origine végétale?
Ton label (enfin pas le tien, hein, celui que tu nous présente) s'intègre bien dans dans le dispositif agro-alimentaire actuel, qui cherche à trouver des nouveaux débouchés (plus-value), sans remettre en question l'ensemble de la filiaire (non-OGM, non-traités, animaux à l'air libre, pas de surmédicalisation préventive, etc...)

Donc, pour ma part, pas convaincu du tout...

merci Danone

En effet, pour l’équipe commerciale d’EVIALIS Normandie qui s’en est occupé, ce projet fut une opportunité commerciale extraordinaire, puisqu’il leur a permis de démarcher intensivement de janvier à avril de nouveaux éleveurs sous la bannière de Danone, avec un accueil globalement favorable. Sept technico-commerciaux d’EVIALIS (Jean-Luc Leroux, Philippe Fourmi, Vincent Frerot, Pierre Thierry, Denis Plaquevent, Jean-Luc Plouviez et Jean-Pierre Warnault) ont également été formés à la ration spécifique à conseiller aux éleveurs avec la gamme enrichie. Ce fut aussi une expérience très enrichissante. «Entre octobre 2007 et janvier 2008, reprend Bertrand Desforges, Danone a organisé pour les éleveurs de très nombreuses réunions d’information auxquelles nous étions présents.


Modifié par G.Lecolo, 17 avril 2012 - 17:23 .


#3 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 807 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 17 avril 2012 - 22:35

Pas très emballé par ce qui est l'équivalent d'un "publi-reportage" dans un magazine à grand tirage.
Une certaine forme de pub…
Quoi d'autre?

#4 _XurtulXor _

_XurtulXor _

Posté 18 avril 2012 - 08:12

Merci pour vos retours !
C'est autant d'arguments que je retournerai à mon client ;)
J'entends bien que cetet filière s'intègre bien dans le cadre agro-alimentaire actuel mais reste que leurs méthodes et choix (pas ou peu d'antibiotiques/vaccins sur les animaux par exemple) n'est pas du tout apprécié ni compris par les autres acteurs du secteur... et que, en ce sens, ils sont considérés comme sectaires voire dangereux !
Bref : le discours habituel du prêt-à-pensée unilatéral diffusé par les cartels concernés (Big-Pharma, Bio-Tech, Agro-Alimentaire...)

#5 crepidule

crepidule
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:centre bretagne

Posté 18 avril 2012 - 10:43

Pour moi ce n'est rien d'autre que du spam ET du "greenwashing"!

#6 _strychnine_

_strychnine_

Posté 18 avril 2012 - 16:20

Moi je connais ce label depuis 7 ou 8 ans. C'est un copain toubib belge qui m'en avait parlé parce que cela lui semblait intéressant, au niveau médical, mais aussi de simple logique.
Il n'y a pas de raison de prôner d'un côté une nourriture à la Seignalet, ancestrale, et de ne pas l'appliquer sur le bétail.
Dans nos contrées, le bétail mangeait en effet du lin, de la luzerne, de l'herbe... Au niveau des sols, c'est aussi plus intéressant que le maïs ou le soja, qui sont souvent cultivés dans des zones où franchement, c'est de la pure connerie...
J'ai vu un lien sur e-santé qui semble aller dans ce sens aussi : http://www.e-sante.f...coeur/blog/1180
  • libertie aime ceci

#7 _XurtulXor _

_XurtulXor _

Posté 18 avril 2012 - 17:49

Pour moi ce n'est rien d'autre que du spam ET du "greenwashing"!


Wow carrément ! C'est un peu dur là... :-?

Moi je connais ce label depuis 7 ou 8 ans. C'est un copain toubib belge qui m'en avait parlé parce que cela lui semblait intéressant, au niveau médical, mais aussi de simple logique.
Il n'y a pas de raison de prôner d'un côté une nourriture à la Seignalet, ancestrale, et de ne pas l'appliquer sur le bétail.
Dans nos contrées, le bétail mangeait en effet du lin, de la luzerne, de l'herbe... Au niveau des sols, c'est aussi plus intéressant que le maïs ou le soja, qui sont souvent cultivés dans des zones où franchement, c'est de la pure connerie...
J'ai vu un lien sur e-santé qui semble aller dans ce sens aussi : http://www.e-sante.f...coeur/blog/1180


Ouf ! Merci... j'avais peu d'accréditer un mouvement sectaire bientôt... :D

#8 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 807 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 18 avril 2012 - 22:59

Dans nos contrées, le bétail mangeait en effet du lin, de la luzerne, de l'herbe...
La luzerne apporte la matière azotée digestible, l'herbe aussi et de la cellulose qui est nécessaire pour que se forment les acides gras volatiles dans la panse par l'action de la flore bactérienne.
Apporter du gras de qualité, pourquoi pas… est-ce nécessaire, a-t-on jamais vu un bison ou un éléphant rechercher le gras pour vivre?

Fournir à des ruminants une ration riche en protéines, en lipides, en sucre type amidon… c'est du luxe et un certain gaspillage.
Une forme bien connu d'élevage intensif, raisonné, tout auréolé d'un discours magique et d'une imagerie trop gentille.

Pensez-vous, le lin… connu des égyptiens. La belle affaire!

#9 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 19 avril 2012 - 09:56

Danone, Hénaff, Evialis tout cela n'est en effet qu'un coup de pub pour de l'élevage industriel.

Le seul élevage valable, "naturel" et de qualité s'effectue en effet à l'herbe, en plein air et en bio et de préférence dans de petites exploitations faisant de la vente directe.

#10 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 807 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 19 avril 2012 - 21:58

… et comme on disait déjà dans les années 70, "l'herbe ça se cultive" et on parlait bien des graminées et des légumineuses associées pour produire le pâturage et le fourrage sec de qualité.

Bon, ça marche pour les ruminants, ça reste insuffisant pour les porcins qui, omnivores, ont besoins de faire un peu de gras avec glands, chataignes, pommes de terre et restes divers.

Encourager une fois encore les futurs ou les jeunes éleveurs à bien connaître les principes de la nutrition animale et les méthodes pour produire une ration suffisante et équilibrée pour un coût maîtrisé.
Le choix des ingrédients exige encore de savoir les produire sur place au lieu de s'en remettre au fournisseur… de solutions toutes faites, avec le bon de commande à signer en même temps que le gros chèque.



Aussi étiqueté avec filière nutrition bleu blanc, coeur association lin, alimentation, naturelle