Aller au contenu


Photo

Rénovation d'habitats troglodytes berbères pour un écovillage

écovillage troglodyte berbère tunisie économie solidaire fromagerie

  • Veuillez vous connecter pour répondre
80 réponses à ce sujet

#1 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 18 mai 2012 - 10:20

Bonjour,
Présents dans les montagnes sahariennes du Dahar tunisien depuis bientôt cinq années, nous nous sommes réunis avec la population berbère pour créer un écovillage dans des habitations troglodytes, nous les rénovons, nous installons une fromagerie, un atelier de tissage pour les femmes berbères, un atelier botanique. Nous réensemençons et irriguons les oasis...Nous voulons ainsi définir un projet pilote de développement durable. A l'issue de dix années nous proposons aux descendants des habitants de ce village abandonné, de réintégrer leurs racines et de continuer le développement économique durable que nous aurons implanté.

Rénovation
Irrigation
dynamique de développement durable
Accueils participatifs
Publications sur les ressources de la montagne pour les randonneurs

Cet écovillage de concept particulier est un projet de développement solidaire.
Si vous souhaitez le découvrir :
http://actionsahara.blogspot.com

Bienvenue à vous si vous souhaitez nous rejoindre et adhérer à ce projet, nous sommes regroupés en association loi 1901

#2 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 734 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 18 mai 2012 - 20:04

Très beau blog et sympathique initiative.
Bravo à vous & bonne chance (entre autres) pour votre projet.

#3 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 19 mai 2012 - 10:07

Très intéressant en effet.

"Village d'étape sur les grandes pistes du Dahar, ce lieu demande à renaître de ses cendres et à retrouver son abondance première grâce à la source abandonnée qui arrose encore quelques palmiers stériles."

Actionsahara, peux-tu nous expliquer pourquoi ces palmiers sont stériles ?

#4 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 19 mai 2012 - 11:29

Les palmiers sont stériles car abandonnés par l'homme qui doit les fertiliser manuellement tous les ans. Effectivement il y a des palmiers mâles et des palmiers femelles et par un curieux mystère de la nature, ils n'arrivent pas à se fertiler mutuellement sans notre intervention...

#5 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 19 mai 2012 - 11:34

Très beau blog et sympathique initiative.
Bravo à vous & bonne chance (entre autres) pour votre projet.

Merci :))
Nous n'en sommes qu'au début, mais très motivés !

#6 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 20 mai 2012 - 07:12

En fait il n'y a peut-être pas de mystère d'après cette page wiki qui me semble intéressante : https://fr.wikipedia...Palmier-dattier :

La pollinisation se fait par le vent (anémophilie), cependant en culture, le nombre réduit de palmiers mâles (dans les oasis algériennes ou tunisiennes, où ils sont appelés dhokkars, on en compte souvent un pour 100 pieds femelles) oblige à pratiquer une pollinisation artificielle.


Ce qui est plutôt encourageant car dès que vous pourrez le faire les palmiers devraient redevenir productifs dès la 1ère année.
Vous en avez beaucoup à polliniser ?

Et quels travaux d'amélioration envisagez-vous pour l'irrigation de l'oasis ?

Modifié par Tis, 20 mai 2012 - 07:22 .


#7 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 20 mai 2012 - 09:38

Merci pour l'info, heureusement que nous avons un spécialiste des oasis dans notre équipe tunisienne, car moi je ne connais pas beaucoup la culture des palmiers. J'aimerai d'ailleurs implanter dans l'oasis des abricotiers, et des agrumes (outre les grenadiers qui existent déjà et qui seraient à "rebooster" par une bonne taille. Il s'agit d'une petite oasis, pas plus d'une trentaine de palmiers.
Pour l'irrigation, l'eau existe, mais elle n'est pas canalisée, ou plutôt les canaux ont disparus. Nous allons donc nous atteler en premier à restaurer la circulation de l'eau en restaurant les ouvrages qui devaient dater à l'origine de l'époque romaine. Un travail passionnant.

#8 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 23 mai 2012 - 11:14

Est ce que quelqu'un aurait une idée sur l'implantation de l'abricotier en zone montagneuse saharienne ?

#9 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 23 mai 2012 - 13:11

S'il n'y en a pas dans ton oasis c'est peut-être à cause de cela :

Dépérissement de l’abricotier dans les oasis tunisiennes Une grave affection due à Nattrassia mangiferae
2003 - A.Ennamsi, A.Zouba, M.A Triki

Cette présente étude a pour but d’élucider l’étiologie de la maladie du dépérissement de l’abricotier sévissant dans les oasis tunisiennes et d’étudier sa répartition géographique. Cette maladie attaque les abricotiers jeunes ou adultes, sans discrimination. Son évolution spatiale est très rapide et ses symptômes progressent rapidement dans le temps. La répartition spatiale des arbres malades, dans un foyer infesté, indique une distribution aléatoire. Les isolements effectués sur des tissus ligneux brunis du cylindre central ont mis en évidence la présence régulière d’un champignon imparfait Nattrassia mangiferae (H. & P. Syd.) Sutton & Dyko. Son pouvoir pathogène a été confirmé sur des jeunes plants d’abricotiers et 72 % des plants ont dépéri. Il a été aussi confirmé la présence de ce même pathogène sur des abricotiers malades, dans toutes les oasis du Sud-Ouest tunisien et même dans la région de Sidi Bouzid, au centre de la Tunisie.

http://cat.inist.fr/...cpsidt=14941821

D'après ce document les fruitiers cultivables dans les oasis de montagne sont les abricotiers, amandiers, oliviers, pistachiers, pêchers, pruniers (japonais), pommiers et poiriers (précoces) et bien sûr figuiers.
Les conseils productivistes qui y sont donnés sont à prendre avec des pincettes en particulier pour le choix des variétés. Et si vous visez plutôt l'autoconsommation que l'exportation mieux vaudrait me semble-t-il chercher à préserver les variétés locales présentes dans les autres petites oasis de la région..
http://ressources.ci...11/CI901506.pdf

Modifié par Tis, 23 mai 2012 - 13:15 .


#10 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 23 mai 2012 - 14:22

Merci, j'ai lu les textes ressources. Il s'agit effectivement de production locale pour permettre au village de vivre en quasi-autarcie. C'est le but recherché. Les figues poussent ici naturellement, il y a eu autrefois des grenadiers, les palmiers à réensemencer. J'ai également pensé au raisin et aux citrons. Je précise que le climat est assez hostile. Les températures descendent à 0° l'hiver, l'été elles montent à 50 ° voire plus. Beaucoup de vent violent desséchant, et parfois le sirocco l'été. Bon, bilan catastrophe ? Je ne suis pas certaine que ce soit catastrophique, car les bergers m'ont parlé d'une époque "jardin d'eden" pleine de fruits...Mais voilà quelques dizaines d'années ont passé.
Pourtant j'y crois et je voudrais tenter l'expérience de diversifier juste un peu les cultures pour créer "un second miracle"... :smile: avec l'aide d'une irrigation ajustée et d'une présence humaine attentive.

#11 Yamabushi

Yamabushi
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne(29)
  • Intérêts:Vivre sainement, l'élevage d'oiseaux, l'habitat bioclimatique autonome, l'autarcie mais pas reclus, ... et plein d'autres choses.

Posté 23 mai 2012 - 22:12

Simpa le projet !
Surtout la rénovation du batis (pour un prof de maçonnerie cela me passionne !)
Au cas ou si cela peut te servir, j'ai ce lien que je trouve interressant :
http://www.dailymoti...festyle?start=3
Et oui je m'interresse aussi à l'amélioration de l'existance des gents sans le besoin de l'industrie qui nous alienne.

#12 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 24 mai 2012 - 07:15

Merci beaucoup ! Cette vidéo est excellente, c'est exactement ce que je cherchais pour dynamiser la culture dans cette zone aride. Néanmoins, ici nous avons beaucoup de pierres, c'est très rocailleux par endroit. Mais je vais quand même essayer ! après tout c'est l'expérience qui nous instruira.
A propos du bâti, il est tout simplement exceptionnel, ces habitations troglodytes sont agréables à vivre, harmonieuses...c'est un bonheur de les rénover !

#13 Yamabushi

Yamabushi
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne(29)
  • Intérêts:Vivre sainement, l'élevage d'oiseaux, l'habitat bioclimatique autonome, l'autarcie mais pas reclus, ... et plein d'autres choses.

Posté 24 mai 2012 - 11:21

La premiere chose étant de garder sur place un substra avec des plantes qui le retiendront.
Et si possible de faire faire aux meme plante leur propre substra pour les prochaines plantes.
Il y a surement un solution pour créer ou recréer un support de culture et de retenir l'eau.
Dans la vidéo ils ont meme des champignons qui poussent spontanément.
On peut meme imaginer ensemencer le paillage avec des champignons commestibles du coin si possible.

#14 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 24 mai 2012 - 12:11

La petite hydraulique dans le Sud-Est de la Tunisie

(...) On peut comprendre que le Sud-Est tunisien, caractérisé par un climat aride, des quantités de pluie ne dépassant que localement les 200 mm, dans les reliefs situés entre Matmata et Béni Khédache, pose un problème d’eau, d’autant plus délicat à résoudre que le Sud-Est ne dispose pas de source naturelle susceptible de fournir de l’eau en provenance des nappes profondes. De surcroît, les quelques sources existantes ont des débits très limités. En tout cas les populations ne peuvent nullement compter sur l’apport de ces sources pour faire face à la rareté de l’eau. Dans une telle situation de rareté des sources naturelles, les habitants de la région ont toujours combattu la pénurie de l’eau : ils ont construit des citernes pour la collecte d’eau de pluie, creusé des puits où existe une nappe phréatique, en vue de satisfaire leurs besoins domestiques. Autant dire que puits et citernes qui parsèment le plateau du Dahar, le Jebel Abiadh et les plaines de Jeffara et d’El Ouaara constituent des points d’eau d’un intérêt vital pour une population appelée à se déplacer, même temporairement (semi-nomadisme), avec ses troupeaux à la recherche de pâturages.
C’est ainsi qu’on peut apprécier les Jessour, un aménagement hydraulique traditionnel adapté aux conditions du milieu naturel. Aménagement d’autant plus nécessaire que les pluies sont souvent de type torrentiel et s’abattent sur la région sous la forme d’averses donnant lieu à des ruissellement violents. Les eaux de ruissellement se concentrent et s’écoulent dans les ravins, les vallées et les cuvettes, colmatées en plusieurs endroits par des sables argileux qui constituent les seuls bonnes terres de culture de la région. Le système de Jessour (Jesser au singulier), dénomination locale d’un système d’aménagement qualifié de petite hydraulique permet une maîtrise de l’eau de ruissellement tout à fait adapté aux conditions du milieu naturel. Il s’agit d’installer dans les ravins et les oueds des petits barrages destinés à retenir une partie de l’eau de ruissellement (référons-nous au cas de Naxos, en Grèce) et des sédiments. Un Jesser correspond à une petite élévation de terre dressée dans le lit de l’oued et également à la surface exploitable pour l’agriculture qui se situe à son amont. L’ouvrage est équipé d’un déversoir construit en pierres sèches ou placé sur la roche en place. De cette manière, chaque Jesser retient seulement une partie de l’eau de ruissellement et des sédiments fins qu’il reçoit et laisse passer à travers son déversoir le reste au profit des Jessour situés à son aval.
Les Jessour se succèdent d’amont en aval et constituent ainsi un paysage marqué par l’intervention humaine avec des jardins disposés en gradins faiblement inclinés. Ainsi le système des Jessour joue un rôle capital dans l’activité agricole du Jebel, en permettant, d’une part, la conservation des eaux et des sols et la réduction des effets de l’érosion, et, d’autre part, une très bonne gestion des ressources naturelles. Le système est conçu, réalisé et entretenu manuellement par les habitants du Jebel grâce à un savoir-faire empirique et traditionnel transmis de génération en génération depuis plusieurs siècles.
Le rétablissement du système des Jessour est aujourd’hui menacé d’abandon dans plusieurs régions du Sud-Est tunisien en raison des changements socio-économiques qui conduisent ce Sud-Est à un délaissement progressif des pratiques agricoles et des aménagements des petites hydrauliques et de nature à garantir un développement durable dans plusieurs régions du Sud-Est tunisien. Il s’agit de noter que ces aménagements de petite hydraulique pratiquée depuis plusieurs siècles représentent un patrimoine naturel et culturel pour la sauvegarde d’un environnement fragile à la porte du désert. (...)


L'article complet : http://www.partagede.../article77.html

 

1451630983.png

http://www.lk.iwmi.o.../34-Jessour.png



#15 Yamabushi

Yamabushi
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne(29)
  • Intérêts:Vivre sainement, l'élevage d'oiseaux, l'habitat bioclimatique autonome, l'autarcie mais pas reclus, ... et plein d'autres choses.

Posté 24 mai 2012 - 14:56

Excellent !
Comme quoi tout existe déjà.
C'est juste la fainéantise humaine et l'énergie facile qui nous a pervertis.
Quoiqu'ici, une fois le travail fait il n'y a qu'un entretien a faire régulier et profiter.

#16 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 24 mai 2012 - 16:31

Oui, c'est un article excellent, effectivement, cette région qui possèdes des oliviers millénaires n'a pu survivre que grâce à ces jessours. Mais la violence des eaux qui déferlent avec les rochers des montagnes a dévasté beaucoup de constructions hydrauliques pourtant gigantesques. C'est un travail colossal à refaire car les oueds sont larges et les dévers de montagne très nombreux. Une partie du désastre actuel est dû à cet abandon des reconstructions...mais que font les instances publiques à part se manger le museau pour se réserver les meilleurs morceaux ? C'est une catastrophe pour le sud tunisien d'avoir abandonné ces systèmes ingénieux. Le projet que nous mettons en place est également une manière d'interpeller les dirigeants sur la nécessité d'agir rapidement...

#17 Yamabushi

Yamabushi
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne(29)
  • Intérêts:Vivre sainement, l'élevage d'oiseaux, l'habitat bioclimatique autonome, l'autarcie mais pas reclus, ... et plein d'autres choses.

Posté 24 mai 2012 - 17:24

ça serait un projet très interressant d'ouverture sur le monde que de faire venir une classe sur un projet de ce genre avec comme but de refaire une habitation et un jesser.
Par contre, cela risque d'etre un sacré casse tete administratif.

#18 actionsahara

actionsahara
  • Genre: Femme
  • Localisation:Tataouine
  • Intérêts:écologie, faune et flore, déserts

Posté 24 mai 2012 - 22:09

Pour l'école, peut-être en passant par un Club Unesco, ce serait vraiment génial comme programme de classe !

#19 Yamabushi

Yamabushi
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne(29)
  • Intérêts:Vivre sainement, l'élevage d'oiseaux, l'habitat bioclimatique autonome, l'autarcie mais pas reclus, ... et plein d'autres choses.

Posté 24 mai 2012 - 23:33

Pour l'école, peut-être en passant par un Club Unesco, ce serait vraiment génial comme programme de classe !

C'es

C'est bizarre tu écris et cela marque toujours 0 message.
J'en parlerai à une prochaine réunion on sait jamais.

#20 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 25 mai 2012 - 08:04

Actionsahara, je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de faire appel aux "instances publiques" car les jessour ont probablement été victimes de leur modernisation et de la volonté de l'état d'agrandir la superficie des oasis. Actuellement les terres arables sont l'objet de toutes les convoitises des multinationales et de certains états et il me semble plus prudent de créer un petit projet autonome à la mesure de la population locale sans trop faire de bruit autour.

Modifié par Tis, 25 mai 2012 - 08:08 .