Aller au contenu


L'homme de Néandertal se soignait-il par les plantes ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
28 réponses à ce sujet

#21 miki

miki
  • Genre: Homme
  • Localisation:Carcassonne
  • Intérêts:les energies renouvelables
    bricoler sur tout ce que je trouve mais toujours dans un but de récupérer

Posté 24 juillet 2012 - 09:03

*
MESSAGE POPULAIRE !

Certaines plantes sont très simples a reconnaitre et les enfants apprennent tellement vite (pas encore touché par le déficit d'attention ?)

Le plantain est très utile sur les petits bobos pour désinfecter

Il y a les racines de valériane en infusion qui fais un très bon somnifère avec un sommeil réparateur ou un calmant en fonction des dosages, elle est utilisé depuis très longtemps, peut être de depuis plus de 40 000 ans qui sais ?
  • Welchbaxy, Lorrinepr, AntoineEt et 2 autres aiment ceci

#22 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15379 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 24 juillet 2012 - 09:15

… le volume cérébral de Néandertal était, en moyenne, supérieur à celui des humains actuels (en moyenne 1 700 cm3 contre 1 500 cm3).


Effectivement tout cela a de quoi inquiéter…
Espérons que le volume ne fasse pas tout. ;)

Pour préciser le sens de mes questions, certes un peu marginales par rapport au sujet, mon interrogation personnelle serait; comment des groupes humains "primitifs" peuvent-ils acquérir, mémoriser, exploiter, diffuser des informations à caractères sanitaires et botaniques?
Le tout sans le recours à l'écriture ou à tout autre système physique de conservation durable de l'information.

La transmission orale et la mémoire, comme seules média, je sais que cela fonctionne. Rapidement cela aboutit comme pour les marabouts d'Afrique noire, à la création d'une caste spécialisée. Les savoir se transmettent au sein d'une lignée et s'entourent de mystères et de secrets jalousement gardés.

#23 _strychnine_

_strychnine_

Posté 24 juillet 2012 - 09:38

Peut-être était-ce le cas, peut-être pas. On parle chez les Neandertal d'un groupe plus petit par rapport au groupe humain, où il n'y avait pas vraiment de spécialisation, l'homme comme la femme ayant la même "armature", donc une musculature relativement équivalente, donc les mêmes pratiques, donc chasse pour les deux.
Il n'y a pas que dans les pays d'Afrique noire qu'il y a des castes spécialisées qui gardent jalousement le monopole de la connaissance, qui emploient un vocabulaire spécialisé et des rituels visant à empêcher les non -initiés à pratiquer. Chez nous il y a la caste médicale ( s tu n'es pas des leurs, tu exerces illégalement la médecine et tu es taxé de charlatanisme ), la caste des scientifiques ( bidouillage si tu ne suis pas les balises ), la caste des juristes ( vocabulaire spécialisé et obligation de se faire représenter par les spécialistes, avocats, avoués... )... ;)

#24 miki

miki
  • Genre: Homme
  • Localisation:Carcassonne
  • Intérêts:les energies renouvelables
    bricoler sur tout ce que je trouve mais toujours dans un but de récupérer

Posté 24 juillet 2012 - 09:44

je pense que sa devais être transmis à tout le groupe plutôt que de créer une caste spécialisée, il pouvais quand même arriver quelque chose à cette personne à tout moment et alors tout le savoir serais perdu.
Ils était cueilleur ils devais donc forcement connaitre les plantes comestibles et celles qui ne l’était pas et donc facile de connaitre aussi les plantes médicinales, pour la retransmission sa devais être oral ou y ressembler (en suposant quils aient un langage)
Une enfant de 3 ans y arrive je ne vois pas pourquoi eux ne pourrais pas.
Je considère qu'ils n’était pas plus con que nous, nous avons seulement des connaissances différentes.
Par contre d’où vient ce savoir au départ ? Par des expériences ?

Modifié par miki, 24 juillet 2012 - 09:47 .


#25 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7523 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 24 juillet 2012 - 10:07

Pour les plantes ayant des propriétés hémostatiques, la découverte de cette propriété a peut-être été fortuite.
Pour reprendre l'exemple de Strychnine, ayant fait pas mal de randonnée seule, lorsque je me blessais, j'utilisais tout d'abord instinctivement pour empêcher le sang de couler les feuilles à ma portée comme on se sert aujourd'hui d'un mouchoir en papier ou en tissu. Peut-être nos ancêtres néandertaliens faisaient-ils de même ?

#26 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15379 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 24 juillet 2012 - 10:32

Je souhaitais rester centré sur les médecines traditionnelles à transmission orale, en citant à titre d'exemple, les marabouts.

On est effectivement tenté comme Miki, de supposer un "savoir de départ".
Une bonne partie de la question est là.
On peut même imaginer que les origines de ce savoir remontent aux grands primates.

A la différence prêt, que les pathologies en période glaciaire sont différentes des fièvres tropicales.

D'accord avec toi, Tis, une bonne partie des acquis provient de pratiques fortuites, instinctives.
Reste à les compiler et à les transmettre.
Reste également à faire le tri entre ce qui a marché par hasard et ce qui est fiable, tant en diagnostic qu'en prescription.

Si Néandertal est capable de découverte empirique, il peut aussi avoir conceptualisé divinités et monde invisible.
Les pratiques magiques viennent compléter l'arsenal des solutions à visées thérapeutiques.

#27 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 2179 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 24 juillet 2012 - 11:46

tout découverte est du au hasard ,puis vient la reflexion et l'observation puis la conclusion et cela depuis l'aube des temps

je suis dans cette logique depuis tout petit :salut:

#28 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7523 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 26 juillet 2012 - 10:49

Et comme Néandertal se déplaçait à pieds, il avait largement le temps de s'adapter et de rechercher de nouvelles thérapeutiques en passant d'un climat à l'autre.

De toutes façons nous avons encore beaucoup à apprendre sur lui, comme le montre cet extrait d'un article récent :

Sibérie : terre d’accueil pour les Néandertaliens

Des vestiges caractéristiques de l’homme de Néandertal ont été trouvés tout près du cercle polaire arctique par une équipe internationale de chercheurs dont des Bordelais. Datés de 28 500 ans, ces restes sont postérieurs à la disparition théorique des Néandertaliens.
Cette découverte publiée dans Science ce vendredi 13 mai pourrait révolutionner notre connaissance du paléolitique

Et si l'homme de Néandertal avait survécu bien plus longtemps qu'on ne le pense ? C'est l'une des hypothèses à laquelle conduit la découverte effectuée par Hugues Plisson, du laboratoire bordelais PACEA, avec une équipe franco-russo-norvégienne.
Le site russe de Byzovaya, au nord de l'Oural, à 170 kilomètres du cercle polaire, est connu depuis longtemps pour son trésor d'ossements de mammouths et d'outils. Mais ce que l'on n'avait jamais constaté, c'est que ces outils sont du pur moustérien, une technique de fabrication d'outils exclusivement néandertalienne.

« On connaissait ces outils depuis l'époque soviétique mais on les avait presque cachés car ils ne correspondaient pas au cadre de référence », explique Hugues Plisson. Ils sont incongrus pour deux raisons : jusqu'à présent, on supposait que l'homme de Néandertal n'était jamais allé aussi loin au nord, car on le croyait incapable de s'adapter à des conditions aussi difficiles. Mais surtout, ces outils datent d'il y a 28 500 ans. Or, l'homme de Néandertal se serait éteint il y a 40 000 ans dans la majeure partie de l'Europe, et au maximum 36 000 ans dans la péninsule ibérique.

Une adaptation à des conditions extrêmes

A partir de ces éléments étonnants, deux hypothèses concurrentes s'imposent, publiées par Hugues Plisson et ses collègues dans le prestigieux magazine « Science » : « Soit l'homme de Néandertal a trouvé un refuge tardif très au nord » et aurait ainsi vécu au moins huit millénaires de plus que ce que l'on supposait. Accessoirement, il se serait donc adapté plus facilement aux conditions extrêmes qu'on ne le pense habituellement. Soit ces outils sont le fait d'Homo Sapiens mais alors, pour que celui-ci fasse du moustérien, cela implique que ceux installés à Byzovaya font partie d'une vague migratoire très antérieure à celles connues. Quelle que soit la réponse à l'énigme, elle remet en cause bien des certitudes acquises sur le paléolitique, d'autant plus que le gisement de Byzovaya est loin d'être le seul à proposer ces caractéristiques en Sibérie. Pour Hugues Plisson, « une telle découverte élargit la complexité et c'est salutaire. » Elle ne donne pas d'explication sur la fin de Néandertal mais « on est au début de quelque chose de nouveau. »

Jean-Luc Eluard


http://www.infoscien...-neandertaliens
http://www.infoscien...tere-neandertal

#29 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6652 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 26 juillet 2012 - 11:10

Je souhaitais rester centré sur les médecines traditionnelles à transmission orale, en citant à titre d'exemple, les marabouts.
escription.
...
Si Néandertal est capable de découverte empirique, il peut aussi avoir conceptualisé divinités et monde invisible.
Les pratiques magiques viennent compléter l'arsenal des solutions à visées thérapeutiques.



extraits du lien cité il y a qq jours (Les enfants de la Terre).

Hommes et femmes ne possèdent pas les mêmes souvenirs. Les hommes chassent, ce que les femmes n'ont pas le droit de faire, mais ils ne savent pas reconnaitre les plantes et leurs vertus. De même, les guérisseuses sont toujours des femmes, transmettant généralement leur statut de mère en fille car ainsi, les souvenirs sont plus vivaces.

Le sorcier ou mog-ur est le lien entre le monde des esprits et les humains du Clan. Il célèbre les divers rituels qui rythment la vie du clan.