Aller au contenu


Les faux produits du terroir


  • Veuillez vous connecter pour répondre
45 réponses à ce sujet

#1 _strychnine_

_strychnine_

Posté 28 octobre 2012 - 09:37

Article très intéressant sur Résistance Inventerre ( J'aime bien ce blog ) http://resistanceinv...n-de-marseille/





Les faux produits du terroir : charcuterie, melon, huile d’olive, moutarde, savon de Marseille …

Publié le 26 octobre 2012 by kozett


(source Ministère de l’agriculture)

Image IPB

Les champignons de Paris

De Paris, ils n’ont que le nom. Pire: 88% d’entre eux viennent de l’étranger, les rayons des supermarchés regorgeant le plus souvent de champignons issus des États-Unis, de la Chine ou des Pays-Bas, les trois principaux pays producteurs. En France, s’ils ont pendant longtemps été élevés dans la capitale, les fameux champignons ne poussent désormais plus qu’à Saumur. La ville dans le Maine-et-Loire regroupe 70% de la production nationale (12 % du global consommé).

La charcuterie corse

Elle est présentée comme un des plus purs produits du terroir français. Et pourtant : la charcuterie corse ne dispose d’aucune « Appellation d’origine contrôlée ». Le consommateur ne trouvera donc sur les rayons des supermarchés du continent que des produits dont les matières premières proviennent d’ailleurs à plus de 90 %. Ainsi, par exemple, malgré les têtes de Maure et les mentions « produit de l’ile de Beauté » sur les étiquettes, le saucisson d’âne est importé d’Argentine et les jambons sont pour la plupart composés de carcasses issues de chine.

Le jambon d’Aoste

C’est l’un des jambons les plus consommés de France, mais ce dernier n’a rien à voir avec la charcuterie de la ville italienne d’Aoste. Ce produit est en fait fabriqué en France à partir de carcasses chinoises et américaines, dans une commune du même nom mais située en… Isère! Et contrairement à son homologue transalpin, qui est un jambon cru, il s’agit d’un jambon mi-cuit. Le subterfuge a fonctionné pendant des années puisque la marque déposée « Jambon d’Aoste » a été la propriété du groupe Aoste (Cochonou/Justin Bridou), leader français de la charcuterie. Il aura fallu que la Commission européenne interdise récemment (2008) l’utilisation de cette appellation qui prête à confusion pour que l’ambiguïté cesse. La marque a depuis été renommée « Jambon Aoste ».

L’A.O.C de Bretagne

Présentée comme de purs produits du terroir français, les charcuteries de Bretagne disposent d’une « Appellation d’origine contrôlée » qui n’oblige les fabricants qu’à une seule chose: posséder au moins un lieu d’emballage ou de transformation en Bretagne. Le consommateur trouvera donc sur les rayons des supermarchés des produits dont 82 % des matières premières proviennent du monde entier. Ainsi, les carcasses de porcs, souvent issues de Chine, de Hollande ou de Pologne, le sel dit de Guérande, importé d’Argentine et du Vietnam, et les boyaux d’andouilles importés pour la plupart de Corée. L’andouille dite de Vire, et autres charcuteries « De Bretagne », rejoignent ainsi la mythologie des produits bretons, comme le beurre et la pâtisserie, dont 73% provient de la communauté Européenne et d’Asie.

La moutarde de Dijon

Pour faire de la moutarde de Dijon, il faut du vinaigre, de l’eau, du sel et des graines du… Canada! Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la moutarde utilisée dans la préparation de la fameuse pâte ne vient pas de la région de Dijon. Une explication à cette bizarrerie : à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec la mise en place de la Politique Agricole Commune, les agriculteurs se sont désintéressés de la moutarde, qui ne leur permettait pas de recevoir les subsides de l’Union européenne. Résultat : 90% de la production utilisée pour la moutarde de Dijon provient maintenant du Canada.

Le couteau Laguiole

L’abeille, la lame fine légèrement relevée, la croix sur le manche… Beaucoup croient que ces symboles apposés sur les couteaux de Laguiole sont des signes d’authenticité. Erreur ! Malgré leur charme et leur beauté, elles n’attestent ni de l’origine du couteau ni de sa qualité de fabrication parce que la marque du plus célèbre des couteaux français n’a jamais été déposée. Laguiole est depuis plus d’un siècle l’objet de contrefaçons en France et à l’étranger, 80% proviennent de Chine et du Pakistan. Résultat : moins de 10% des Laguioles sont fabriqués dans le bourg aveyronnais !

Le savon de Marseille

Avec le pastis et la lavande, c’est l’autre symbole de la Provence. Seul hic, les savons estampillés « savon de Marseille » ne sont pas fabriqués dans le Sud-est. Car si les savonniers marseillais ont inventé le procédé de fabrication au Moyen-âge, l’appellation n’est pas protégée. Résultat : les plus gros fabricants sont aujourd’hui les Chinois et les Turcs ! Et les huiles végétales utilisées pour la fabrication du savon, notamment l’huile de palme, proviennent de l’étranger, les savons passant à Marseille uniquement pour être parfumés et emballés.

Le melon charentais

C’est l’emblème du melon français. Jaune ou vert, le melon charentais fait la fierté des producteurs de la région de Cognac où les sols argilo-calcaires sont parfaitement adaptés à sa culture. Mais contrairement à son cousin de Cavaillon, le melon de Charente ne possède pas d’AOC. Résultat : 80 % des melons charentais que l’on trouve sur les étals ne viennent pas de Cognac mais ‘Espagne, du Maroc, des Caraïbes, de Chine et du Sénégal.

Le camembert

Emblème de la gastronomie française, le camembert de Normandie est de loin le fromage le plus copié dans les rayons des supermarchés. Une explication à ce phénomène : tombé dans le domaine public, le nom « camembert » peut-être utilisé par n’importe quel producteur de n’importe quel pays. Et malgré une AOC « Camembert de Normandie », qui existe depuis 1983, de nombreux fabricants utilisent le terme très proche de « Camembert fabriqué en Normandie ». Les différences : du lait pasteurisé au lieu du lait cru, un affinage raccourci et une fabrication qui n’est soumise à aucune règle. Ils sont présentés comme les fleurons du terroir, mais quand on y regarde de plus près, on découvre que leur appellation est douteuse. Matières premières importées de l’étranger, (30 % du lait vient de Chine, 50 % de toute l’Europe), étiquetage souvent mensonger, additifs non précisés, fabrication hors des limites de la région où seuls existent de vagues bureaux de courtiers.

L’huile d’olive

Rare et chère, l’huile d’olive française est certainement le produit qui compte le plus d’étiquetages frauduleux. En 2006, seulement 56% des échantillons analysés étaient « conformes » à la réglementation, certaines bouteilles contenant jusqu’à 50% d’huile de tournesol ou présentant une fausse indication d’origine ou de variété d’olive. Le symbole de la cuisine méditerranéenne ne comptant que 7 appellations d’origine protégée et une AOC « Huile de Provence », de nombreux producteurs jouent en effet sur la confusion en ajoutant sur les étiquettes des paysages évoquant le Sud ou des origines non-reconnues comme « huile de Provence-Côte d’azur ». Sans parler de l’une des fraudes les plus courantes qui consiste à remplacer l’huile d’olive par l’huile de grignons d’olive, un résidu de la pâte d’olives difficile à détecter pour le simple amateur.

About these ads









#2 syl20

syl20
  • Genre: Homme
  • Localisation:Terre
  • Intérêts:La Vie

Posté 28 octobre 2012 - 10:25

Salut,

Biensur, tout cela est vrai si on reste dans les supermarcher.

Au marcher et en choisissant sont commerçant, on mange du local...

#3 _strychnine_

_strychnine_

Posté 28 octobre 2012 - 10:34

Je n'habite pas en France donc je ne suis pas exactement confrontée à ce genre de souci.
Moi ce qui m'a marqué tout au long de l'article, c'est le fait que beaucoup de produits bruts arrivent de Chine. Je ne m'en étais pas rendue compte jusqu'à présent. Savoir que 30% du lait des camemberts vient de Chine, ça me paraît ahurissant...
Le cochon aussi pour les jambons. :hein:
Je pense que peu de gens sont au courant de ça. Donc ça veut dire que la viande, le lait, tout ça contient aussi des tas de choses qui ne rentrent plus dans la législation européenne ( hormones de croissance par exemple, antibiothérapies... ).

#4 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 10 990 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 28 octobre 2012 - 14:00

"Savoir que 30% du lait des camemberts vient de Chine, ça me paraît ahurissant..." et pas qu'à toi Strychnine.
Le lait voyage mal et le prix payé à la production toujours tassé sous le plancher…
Une origine si lointaine supposerait la deshydratation du lait et surtout une capacité à exporter de la RPC dont je doute.
J'en arrive à demander les preuves et arguments qui ont permis d'écrire de telles affirmations dans un article à la mode d'aujourd'hui: lancer l'alerte en bombardant le lecteur de chiffres non sourcés.

Nous avons en Sarthe des producteurs de champignons de Paris et des salaisonniers sérieux… Si vous avez un doute sur ce que l'on veut vous faire manger, venez sur nos marchés.
Comme l'écrit mon amie Françoise Le Floch, nous avons les pieds sur terre!
http://www.editionsr...r-terre-89.html

#5 _strychnine_

_strychnine_

Posté 28 octobre 2012 - 14:39

J'en arrive à demander les preuves et arguments qui ont permis d'écrire de telles affirmations dans un article à la mode d'aujourd'hui: lancer l'alerte en bombardant le lecteur de chiffres non sourcés.

Les sources sont indiquées en haut : le ministère de l'agriculture.
L'article est en partie pompé sur un article de Politis http://www.politis.f...cole,16542.html

#6 ambre

ambre
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 28 octobre 2012 - 14:55

Oh là là Strychnine, j'étais au courant mais pas à ce point là....Merci pour l'info.

#7 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 10 990 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 28 octobre 2012 - 17:50

OK, j'alerterai Stéphane Le Foll la prochaine fois que je le croise en Sarthe; on lui cache des chiffres très inquiétants! ;)

Bon, je vais commencer par demander à Françoise, si ses collègues de la rédaction de France Bleu sont au courant eux aussi.

#8 (re)passant

(re)passant
  • Genre: Homme
  • Localisation:IDF
  • Intérêts:Décroissance, récupération, recyclage

Posté 28 octobre 2012 - 19:58

Pour le lait chinois je n'y crois pas, la Chine n'est pas exportatrice de produits qu'elle peine à produire. Je sais de source sure et locale que le fromage de brie est fait avec du lait hollandais. Pour la Corse j'avais beaucoup entendu parler de porcs et de salaisons industrielles de Bretagne voir de Pologne, le porc chinois je n'y crois pas trop non plus.

#9 _strychnine_

_strychnine_

Posté 28 octobre 2012 - 20:25

Je recherche depuis tout à l'heure des chiffres ou des données sur le lait. La Chine importe son lait en grande partie mais se met à en produire aussi, en achetant des cheptels entiers.
Les produits laitiers ne font pas partie de la culture chinoise, sauf dans certaines régions du nord. Pourtant la Chine est le 4ème producteur mondial.
La question que je me pose est celle-ci : l'UE a décrété un embargo sur les produits laitiers chinois en 2002, mais en a interdit l'importation en 2008 suite à l'intoxication du lait infantile à la melamine. Pourquoi interdire ce qui est déjà interdit ?
Il semblerait ensuite que les Chinois se méfient de leur propre production et achètent le lait d'importation. Lait venant de nouvelle Zélande, d'Australie, de France....
Mais qu'est-ce qui empêche justement de revendre le lait chinois aux autres pays, puisqu'il a de faibles débouchés intérieurs.
On connaît tous les magouilles de ré-étiquetage.
En regardant les commentaires sous l'article de Politis, on se rend compte qu'il y a eu un article sur hoaxbuster sur le sujet, démontrant que ces allégations sur le lait chinois sont faux. Peut-être le journaliste s'est-il surtout servi des chiffres du ministère d'avant 2002. C'est possible aussi.
Je crois que ça mérite de fouiner un peu....

#10 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 6 098 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 28 octobre 2012 - 21:00

J'ai de gros doutes aussi car la production chinoise de lait et de porc a été réduite à plusieurs reprises :

Outre les problèmes environnementaux, plusieurs scandales récents liés à l’agro-industrie (grippe porcine, lait frelaté, impact des pesticides, etc.) ont suscité de fortes méfiances à l’égard du modèle actuel. La crise sanitaire porcine de 2007 a ainsi occasionné l’abattage de 40 millions de porcs. Le secteur laitier chinois est entaché depuis 2008 par le scandale du lait à la mélanine, un additif qui a provoqué la mort d’au moins six enfants et des problèmes rénaux et urologiques chez près de 300 000 autres. En avril 2011, une nouvelle affaire de contamination par du nitrite a éclaté. Près de la moitié des laiteries chinoises ont reçu l’ordre d’arrêter leur production suite à un audit de l’administration25.
De même, on découvre encore du clenbutérol, un anabolisant qui réduit la graisse au profit des muscles, dans la viande de porc, alors que ce produit est responsable de problèmes cardiaques et a entraîné une centaine d’hospitalisations.
Malgré l’adoption d’une loi sur la sécurité sanitaire en 2009 pour rapprocher des centaines de normes chinoises des normes internationales et que des progrès ont été faits, le pays manque de moyens de contrôle, avec un inspecteur pour 10 000 personnes26.
Les problèmes environnementaux et sanitaires contribuent à diminuer certaines exportations alimentaires. La complexité apparente du système de gestion de la qualité alimentaire suscite également les doutes des consommateurs chinois et importateurs étrangers sur le contenu des produits alimentaires chinois27.

http://agreste.agric...ravail40112.pdf

#11 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 10 990 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 28 octobre 2012 - 21:35

Le Laboratoire Départemental Vétérinaire de la Sarthe, dispose des moyens humains et matériels nécessaires pour rechercher et doser les pathogènes biologiques ou chimiques qui de la "fourche à la fourchette" sont susceptibles de contaminer l'alimentation des humains et des animaux.
Des gens en blouses blanches pour la plupart, qui veillent et qui dissuadent les tricheurs. A choisir je préfère ça à l'ambiance de là-bas polluée au clenbutérol et à la mélanine.

#12 1968Philippe

1968Philippe

Posté 10 fvrier 2013 - 10:57

Je vis et travaille en Chine à plein temps depuis 1998. Dirigeant de société de renseignement dans le domaine des fraudes, 100% indépendant de toute administration, organisation et entreprises. 

Je confirme le contenu de la source Ministère d el'Agriculture connu chez nous comme source "Que Choisir Bretagne 2010".

Oui le porc chinois est utilisé massivement en Europe en matière première rentrant en carcasse surgelée principalement. Il n'arrive pas obligatoirement en France directement. Les industriels préfèrent évidement le faire acheter par leurs sous-traitants transformateurs et fournisseurs localisés sur d'autres territoires européens comme l'Italie, la Grèce, l'Espagne, la Pologne, la Roumanie. Le pays importe peu et n'est pas responsable. Ce sont les industriels impliqués dans la sous-traitance en cascade qui sont les responsables.

Sous-traitance en cascade dans l'industrie agro-alimentaire + délocalisation = impossibilité préméditer de tracer la fabrication du produit ET les marges ajoutées à chaque étape.

Pour le lait chinois : tout est véridique à 100% . Il arrive sous forme de lait en poudre facilement transportable. Il est vendu par les industriels chinois aux clients situés dans les mêmes pays cités ci-dessus (liste non exhaustive)  qui fournissent ensuite du lait en poudre "de leur pays" aux industriels français. Ce lait n'arrive pas que dans le camenbert. J'ai tracé du lait "italien" jusque dans des fromageries régionales en Ardèche et dans la Drôme par exemple.

Un problème : oui, la Chine produit beaucoup plus de lait que n'en fournissent les vaches laitières dans le pays. Le lait est soit coupé et se voit enrichit d'additifs (parfois des vitamines et souvent des trompeurs de machines test comme la mélamine).

Du faux lait synthétique à 100% est présent en permanence en Chine. Rien ne permet de garantir que ces faux lait n'arrive pas en production alimentaire en Europe aujourd'hui. Le principe de traçabilité et de test systématique pro-actif sur les lots de produits (comme cela est le cas dans l'industrie pharmacieutique) n'est quasiment jamais appliqué par les industriels ni les organismes publics de contrôle (aux frontières et après passages de frontières).

Et pour couronner le tout, la législation européenne vient de changer en 2011, applicable en 2012 qui interdit quasiment le marquage de l'origine du produit à l'industriel ou au fabricant contrairement à ce que chaque pays essaie de faire croire à sa population respective. Depuis début 2012 sur de plus en plus de produits d'hygiène ou alimentaires, la mention "fabriqué en Allemagne, Chine, etc" à disparu, pour laisser place à...rien. Un blanc. Seulement une adresse "service consommateur", une adresse de siège social. 

Pour information, en Chine, il y a des usines de recyclage en circuit fermé des huiles alimentaires usagées qui une fois filtrées des égoûts, sont remises en bouteilles. Il y a des usines de faux oeufs 100% de synthèse, des usines de sauce de soja fait 100ù à partir de la cuisson de cheveux humain, des usines dédiées strictement à la transformation des porcins morts de maladies et animaux morts ramassés sur les voies publics, des usine de transformation de viande de porc en "viande de boeuf" (un néophyte ne peut faire la différence!), des fabricants d'oreilles de cochons en "plastique", etc. Cette liste n'est pas exhaustive. 

Et ce ne sont pas mes affirmations mais des infirmations validées par 100 des médias et autorités chinoises. Pas disponibles en langues non chinoises. Toutes les semaines en Chine, ces "produits" font l'objet de reportages TV, presse écrits largement illustrés. 

Vous ne pouvez simplement pas imaginer ce qui est inimaginable dans une civilisation occidentale éduquée et contenue par des principes religieux. En Chine, il n'y a en pratique pas assez de nourriture et d'eau potable pour satisfaire l'ensemble de la population, ce qui pousse beaucoup d'intervenants à "créer", "fabriquer" et "recycler" des matières premières alimentaires. 

Nos industriels, nos organismes d'états de contrôle, nos législateurs, ne risquent pas de voir ce qu'ils ne veulent pas voir. Ou ne risquent pas de trouver ce qu'ils n'imaginent pas exister (là je suis diplomate). 

Pour ceux que cela intéresse, je peux fournir des éléments complémentaires...
Donc en conclusion provisoire, je confirme que seul l'option d ese fournir chez les petits producteurs de proximité  (vérifiés comme tels) vous permet d'être à peut près sûr de ce que vous ingérez.

 

 



#13 ambre

ambre
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 10 fvrier 2013 - 11:14

Ben oui on veut bien des éléments complémentaires......



#14 _strychnine_

_strychnine_

Posté 10 fvrier 2013 - 11:18

Je marque que j'aime, alors que je suis juste affolée à chaque fois que je lis ce genre d'infos.

Ici en Hongrie, la répression des fraudes a fait une descente chez Auchan Budapest, et a analysé les produits laitiers Auchan. Quelques jours plus tard, ils sont revenus pour mettre dans le magasin des feuilles A4 à l'emplacement des produits pour signifier que ces produits ne pouvaient pas être qualifiés de "laitiers" par les normes hongroises, car ne contenant pas ou trop peu de lait.



#15 G.Lecolo

G.Lecolo
  • Genre: Non spécifié

Posté 10 fvrier 2013 - 11:57

Dans la même thématique (avec moins de risque pour la santé), il y a

la coquille Saint-Jacques labellisée "produit en Bretagne",

qui n'est ni pêchée sur les côtes bretonnes , ni de la coquille Saint Jacques...



#16 NAYAT

NAYAT
  • Genre: Homme

Posté 10 fvrier 2013 - 12:15

les escargots de bourgogne,meme pour la grosse fete en leurs faveur,  viennent de pologne il me semble,en tous cas des pays de l est.



#17 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 499 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 10 fvrier 2013 - 12:40

Le cracking: un procédé qui permet de faire plus d'un litre de lait avec un litre de lait! (Une manipulation détaillée par Véronique Richez-Lerouge dans son livre "France, ton fromage fout le camp!): Le lait est trituré pour devenir un concentré. On le déstructure pour le transformer en eau sucrée composée de lactose d'un côté, et en concentré de l'autre. On concentre le sérum, appelé aussi petit lait, et on en extrait les protéines sériques, que l'on chauffe pour les réintroduire dans le lait. Il suffit de réhydrater les molécules de caséine devenues bien plus grosses pour obtenir plus de lait qu'au début du processus. CQFD.

Aucune mention sur les étiquettes, bien sûr, de ces produits fabriqués avec ce lait "gonflé". L'histoire ne dit pas (encore?) si la consommation indirecte de ce lait présente des risques.

Au même rayon, évoquons le cas du faux fromage utilisé par l'industrie. Il est élaboré à base d'huile végétale, de soja et de bactéries créées en laboratoire sans aucun rapport avec celles des vrais fromages. Ces "analogues" sont principalement utilisés dans les pizzas, lasagnes et cheeseburgers industriels qui, si on lit leurs étiquettes, ne comportent pas le mot fromage mais d'aimables litotes comme "spécialité fromagère".

 

Surprenant, le texte ci-dessus est extrait de "Cuisine Actuelle HS 01-02/13) qui vire sa cuti et passe son temps à dézinguer la malbouffe alors qu'habituellement ils ont plutôt tendance à faire de la pub à Nestlé & consorts.



#18 l'api-jp

l'api-jp

Posté 10 fvrier 2013 - 13:45

Vous pouvez tendre ça à l'infini sur les produits alimentaires et autres ça restera comme ça tant que le loi ne change pas puisque dans toutes les AOC/ AOP,etc..., c'est le lieu de "TRANSFORMATION" qui compte et pas le lieu de production de la matière première. Donc, c'est totalement règlementaire !............ Autre exemple, je suis classé en zone montagne d'un point de vue agricole. Je pourrai par ex vendre du "miel de montagne" en achetant du miel de colza de plaine puisque le siège de l'exploitation est en montagne. Inversement: qq qui a ces ruches en montagne et qui vit en plaine ne pourra pas vendre miel de motagne si il transfome en plaine...........................etc..............

on marche sur la tête



#19 _strychnine_

_strychnine_

Posté 10 fvrier 2013 - 13:50

Anecdotiquement, suite au dernier scandale à la mode, le trajet de la viande en UE

parcours-de-la-viande-findus-18154-jpgg_



#20 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1 548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 10 fvrier 2013 - 14:16

Je vis et travaille en Chine à plein temps depuis 1998. Dirigeant de société de renseignement dans le domaine des fraudes, 100% indépendant de toute administration, organisation et entreprises. 

Et tu travailles pour qui, pour quoi, en Chine ?