Aller au contenu


Photo

GAZ de schiste


  • Veuillez vous connecter pour répondre
72 réponses à ce sujet

#21 ambre

ambre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 343 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 27 juin 2011 - 18:35

Bravo, Génolhac, c'est à 20 km de chez moi...On est tous concernés, alors maintenant que les politiques n'écoutent plus leur peuple, RESISTONS.

#22 Shivaya

Shivaya
  • Genre: Femme
  • Localisation:Sud est

Posté 01 juillet 2011 - 14:17

Hier...

Le Parlement français a interdit jeudi soir l'utilisation de la technique de la fracturation hydraulique pour l'exploration et l'exploitation des gaz et huile de schiste, sous la pression d'une forte mobilisation des populations concernées. Après l'Assemblée nationale, le Sénat a, à son tour, voté définitivement une proposition de loi UMP qui fera de la France le premier pays au monde à interdire l'usage de cette technique jugée hautement polluante. Le vote a été acquis par 176 voix contre 151. Seule la majorité sénatoriale UMP et centriste a approuvé le texte. La gauche a voté contre, dénonçant un "recul"

La suite là : http://www.lepoint.f...-1348093_28.php

Les permis sont donc suspendus à une nouvelle technique ou à un endormissement du sujet. Cette décision permet d'attendre que les choses se calment, que la mobilisation citoyenne retombe et d'ici quelques années, il sera facile d'y revenir discrètement, tout aussi discrètement que lors de l'attribution des permis.

En attendant...
"Les collectifs anti-schiste ont lancé l'organisation d'un "rassemblement citoyen" du 26 au 28 août dans les Cévennes, à Lézan (Gard), sur l'avenir énergétique de la France."

Les infos sont par ici : http://nonmercioui.revolublog.com http://www.convergenceenergetique.org/ et surtout : http://www.stopgazdeschiste30.com/

#23 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 752 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 07 juillet 2011 - 18:33

La loi sur les gaz de schiste a été définitivement adoptée le 1er juillet. Côté gouvernement, il s'agit d'une « interdiction » d'utilisation de la technique de forage hydraulique, très décriée. Côté mobilisations citoyennes, c'est presque le contraire, puisque le texte autorise « les expérimentations réalisées à seule fin de recherche scientifique ». Bref, une étape vers une exploitation prétendument « propre » un jour prochain, et pas l'abandon des énergies carbonées.

Du 25 au 28 août, la Coordination nationale des collectifs contre les gaz et huile de schiste organise à Lézan (Gard) des rencontres internationales pour une transition énergétique.

Voir les liens donnés ci-dessus par Milo & le calendrier d'OPLF



(Sources: Politis )

#24 Katastroff

Katastroff
  • Genre: Femme
  • Localisation:CT

Posté 08 juillet 2011 - 07:33

Un article intéressant lu cette semaine...


Gaz de schiste: nouveaux subprimes?

Modifié par Katastroff, 08 juillet 2011 - 08:14 .


#25 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 335 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 08 juillet 2011 - 09:17

Merci Katastroff.
Au vu de l'acharnement des entreprises à creuser des milliers de puits on pouvait s'en douter.
Et cela fait vraiment rager de voir qu'ils bousillent les nappes phréatiques, les terres et la vie de ceux qui vivent dessus pour du pipeau.

(Il y a une erreur de script dans ton lien donc je le remets ici : http://schiste.owni....s-ponzi-arnaqu/ )

#26 Alerte.Schiste

Alerte.Schiste

Posté 15 aot 2011 - 20:48

Bonjour,
J'ai essayé de récupérer les actualités concernant gaz de schiste en Europe, principalement en France: Resource gas de schiste
Jusqu'à présent un total de +875 liens.

#27 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 752 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 15 aot 2011 - 21:53

Bravo pour ton initiative et ton (sacré) boulot, camarade!

#28 chris26

chris26
  • Genre: Homme
  • Localisation:drôme

Posté 03 octobre 2011 - 22:26

Ouf :bravooo: enfin espéront que cela n'est pas comme bien des choses un calme avant une entreloupe. Les élections approche il faut calmer les esprits !!!!!!!


Bonne soirée à toutes et tous :piout:


Chris

#29 Shivaya

Shivaya
  • Genre: Femme
  • Localisation:Sud est

Posté 04 octobre 2011 - 08:05

Les élections approche il faut calmer les esprits !!!!!!!

C'est tout à fait ça : le gouvernement vient d'annuler les permis de Nant, Villeneuve de berg et Montélimar, c'est à dire la région Drome Ardèche où la mobilisation a été la plus forte et la plus structurée. Il reste une soixantaine de permis encore en cours : les régions concernées savent désormais ce qu'il faut faire pour les faire annuler. Se bouger ou etre pollué, pas d'autres choix.

Le gouvernement abroge les permis de recherche de gaz de schiste

Le gouvernement a décidé d'abroger les trois permis exclusifs de recherche de gaz de schiste dans le sud de la France accordés au printemps 2010, a annoncé lundi à l'AFP la ministre de l'Ecologie Nathalie Kosciusko-Morizet.

«Nous avons décidé d'abroger les trois permis de recherche de Nant (Aveyron), Villeneuve-de-Berg (Ardèche) et Montélimar (Drôme)» attribués, pour les deux premiers à la compagnie américaine Schuepbach et pour le troisième à Total, a indiqué la ministre.

Cette décision était attendue depuis quelques jours. Après le vote d'une loi en juin interdisant la technique controversée de la fracturation hydraulique, la seule permettant aujourd'hui d'exploiter les hydrocarbures non conventionnels, les industriels avaient deux mois pour déclarer la technique qu'ils comptaient utiliser. La compagnie Schuepbach ayant indiqué qu'elle ne renonçait pas à la fracturation hydraulique, cela entraînaît quasiment de facto le retrait de son permis.

La même décision a été prise pour le permis accordé à Total. Le 12 septembre, le groupe pétrolier avait pourtant annoncé souhaiter continuer à rechercher du gaz de schiste dans le sud-est de la France, mais sans avoir recours à la technique de la fracturation hydraulique.

Le Parlement avait voté une loi sous la pression d'élus locaux et à la suite de plusieurs manifestations dans le sud de la France pour dénoncer la fracturation hydraulique, technnique notamment accusée de polluer les nappes phréatiques.

Trois autres permis d'exploration ont également été accordés dans le bassin parisien concernant l'exploration de l'huile (ou pétrole) de schiste, un autre type d'hydrocarbures non conventionnels.
http://www.20minutes...che-gaz-schiste



#30 polaris

polaris
  • Genre: Homme
  • Localisation:Sud

Posté 04 octobre 2011 - 10:05

Bonjour,
J'ai essayé de récupérer les actualités concernant gaz de schiste en Europe, principalement en France: Resource gas de schiste
Jusqu'à présent un total de +875 liens.


Bonjour et merci aussi pour ton travail, notamment pour le recensement des collectifs. C'est qu'il va falloir se regrouper pour espérer pouvoir contester légalement ces projets criminels, voir le post ici par exemple : L’État se débarrasse des associations qui dérangent
J'en profite pour donner le lien de notre petite association de Seine et Marne près de Doue. Rien n'est abrogé ici :(
A.D.S.E.N.E.

#31 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2 752 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 21 mars 2012 - 23:47

Un peu d'actu sur le sujet:
(par Geneviève Azam, Attac ; Emmanuel Poilane, directeur de la fondation France Libertés ; Martine Laplante, des Amis de la Terre ;Sandrine Mathy, présidente du Réseau action climat)

En 2011, ils avaient dû faire profil bas. Les soutiers du gaz de schiste avaient été pris de court par la colère de citoyens furieux que l'Etat français envisage, et ce sans même leur demander leur avis, de vendre les richesses de leur sous-sol et d'hypothéquer leur cadre de vie. Le vote en juillet d'une loi interdisant la fracturation hydraulique - cette technique dispendieuse en eau et qui peut entraîner de graves pollutions des nappes phréatiques - fracassait leurs derniers espoirs de forerrapidement le quart du territoire concédé ou en passe de l'être. Total devenait la risée des industriels du secteur, puisqu'incapable de faire la loi - au sens propre comme au sens figuré - dans son propre pays.
En ce début 2012, le vent a tourné. Depuis l'abrogation en octobre dernier des trois permis emblématiques de gaz de schiste, les industriels du pétrole et du gaz essaient de reprendre la main. La balance extérieure de la France est plombée par les importations d'hydrocarbures et le nucléaire n'a plus autant la cote. Quant aux programmes d'efficacité énergétiques et de développement des énergies renouvelables, ils ont été torpillés. L'heure est donc propice pour lancer l'offensive. Objectif ? Rendre les gaz de schiste acceptables auprès de l'opinion publique. En novlangue, "faire passer la pilule" se dit "acceptabilité sociale".
En quoi consiste cette stratégie marketing ? Comment donner envie aux Français que soit exploité "leur" gaz de schiste ? En leur racontant une belle histoire. En leur disant que la fracturation hydraulique "made in France" est une technique maîtrisée et maîtrisable à 100 % et que la mise en exploitation de milliers de puits n'aura que des impacts marginaux sur l'eau, l'air et les paysages d'Ardèche, du Jura ou du plateau du Larzac. En leur faisant croire que la mise à disposition de quantités colossales de gaz naturel représente une chance pour limiter les effets du changement climatique. En leur murmurant que le prix de l'énergie va mécaniquement chuter quand seront forés les premiers puits "français". En expliquant, enfin, que gaz de schiste rime avec emplois et balance commerciale équilibrée. Mais tout cela n'est que mensonge, escroquerie intellectuelle et contre-vérités scientifiques.
Les Etats-Unis nous offrent un précipité sans concession des conséquences sanitaires des gaz de schiste. Plus de 500 000 puits y ont été forés en l'espace d'une petite dizaine d'années. Sans aucun contrôle. Car l'administration Bush fils avait tout corseté pour empêcher les autorités en charge de l'environnement desurveiller les conséquences de ces forages. "Pas d'analyse, donc pas de problème", auraient dit les Shadocks... Sauf que devant la multiplication des incidents, accidents et pollutions, des scientifiques émérites ont chaussé leurs bottes. Leurs conclusions sont accablantes. Nappes phréatiques souillées, bétails, poissons, hommes et femmes empoisonnés, terres contaminées, air corrompu ; les poisons que l'on injecte et qui remontent du sol ont stérilisé des régions entières.
Avec cette pseudo "révolution énergétique" des gaz de schiste, la limitation du réchauffement climatique à 2 degrés avant la fin de siècle sera définitivement balayée. Deux études publiées dans des revues scientifiques de premier ordre démontrent que son impact sur le climat est pire encore que celui du charbon, à cause des importantes fuites de méthane des puits. Sur le plan économique, les quelques poignées d'emplois très temporaires créés pour exploiter le gaz de schiste ne compenseront jamais les milliers d'emplois liés à l'agriculture et au tourisme et qui nécessitent de préserver la qualité des territoires. Sans oublier les dizaines de milliers d'emplois dans les énergies renouvelables. C'est donc à cela que pourrait ressembler, chez nous, le monde que sont en train d'essayer de nousvendre les industriels de l'énergie.
A la lecture des éditoriaux énamourés et des interviews complaisantes qui fleurissent ces jours-ci, cette stratégie du mensonge semble pourtant payante. Et les candidats à l'élection présidentielle, qu'en pensent-ils ? Les écologistes et leFront de Gauche sont résolument contre. Le président-candidat jure devant les caméras que "la fragmentation (sic) hydraulique, c'est non". Mais les faits sont têtus : les permis du bassin de Paris, qui supposaient il y a quelques mois encore, l'utilisation de la fracturation hydraulique, sont toujours valides et l'administration française continue de délivrer des permis d'exploration pour du gaz et du pétrole de schiste. C'est que Nicolas Sarkozy compte parmi ses amis deux capitaines d'industrie très impliqués dans la partie : Albert Frère et Paul Desmarais. Le premier détient 5 % du capital de Total. Le second a des participations dans Arkema, fabricant de produits utilisés dans la fracturation hydraulique. Ensemble, ils ont la main sur 5,2 % de GDF Suez, dont le PDG Gérard Mestrallet estime "qu'il ne faut pas a priori fermer la porte pour toujours à l'exploitation de cette ressource, cela serait une erreur majeure".
Une position à l'unisson de celle d'Eric Besson, ministre de tutelle, puisque l'Etat français est actionnaire de GDF Suez à hauteur de 35,7 %. De son côté, François Hollande ne veut insulter personne, et surtout pas l'avenir... Il y a quelques jours, il déclarait "qu'il ne faut jamais rien écarter, surtout si des recherches démontrent qu'on peut obtenir ce gaz sans nuire à la nature". Une position qui démontre que le candidat socialiste n'a pas du tout saisi les urgences énergétiques, climatiques et écologiques qui se dressent devant nous.
Une énergie bon marché... Une énergie moins émettrice de CO2. Une énergie exploitée "proprement". Une énergie "made in France". A les croire, ils auraient donc trouvé la nouvelle pierre philosophale. Comme n'importe quel conte merveilleux, une telle histoire s'appuie sur des opérations magiques et des événements miraculeux. Mais nous ne sommes plus des enfants et la réalité est cruelle. Et complexe. Face à la fin du mythe d'une croissance infinie, place aux véritables défis : ceux de la sobriété énergétique et de la résilience de nossociétés. Pas de quoi remplir la poche des actionnaires mais une étape essentielle de la transition écologique. Pour réenchanter le monde. Et le réinventer.


http://www.lemonde.f...72844_3232.html

#32 _strychnine_

_strychnine_

Posté 05 juillet 2012 - 06:35

Une société de Singapour veut chercher du gaz de schiste en Corrèze : http://www.lamontagn...ze-1212250.html





Hexagone Gaz a déposé une demande dite de Brive pour rechercher du gaz de schiste sur un périmètre englobant les sites les plus touristiques de la Corrèze, du Lot et de la Dordogne.
Eric Porte
La demande de permis d'exploration date de 2010 mais n'a été rendue publique que le 8 juin, lorsque la nouvelle ministre de l'Ecologie a décidé la " transparence " sur ces dossiers. Et, petit à petit, la nouvelle fait son chemin entre le sud de la Corrèze, le nord du Lot et une partie de la Dordogne.
Une société pétrolière basée à Singapour a officiellement déposé un dossier auprès des autorités françaises pour obtenir, sur cette zone, " un permis exclusif de recherches d'hydrocarbures liquides ou gazeux ". Cette procédure porte le nom de " demande de Brive ".
Hexagone Gaz a délimité un périmètre (voir carte) qui pourrait correspondre à un possible gisement de gaz de schiste. Cette ressource est présentée comme une alternative à la dépendance énergétique. Ce gaz est dit non conventionnel car il est piégé dans la roche. Pour son exploitation, des forages horizontaux et une fracturation hydraulique des roches profondes sont souvent mis en oeuvre, une technique décriée pour son impact sur l'environnement. Les opposants dénoncent les risques de pollution des nappes phréatiques et des sols. Elle consomme par ailleurs d'énormes quantités d'eau pour extraire un gaz dont la consommation aura un impact négatif sur l'effet de serre.
Dans un courrier daté de novembre 2011, consultable sur le site Internet du ministère de l'Ecologie, la société Hexagone Gaz se dit convaincue " qu'il ne sera pas nécessaire d'utiliser la fracturation hydraulique " pour la demande de Brive.



Pourtant, dans son dossier de 2010, la société pétrolière mentionne ce procédé d'extraction tout en évoquant aussi celui des " puits horizontaux et multilatéraux ". Entre-temps, les directives gouvernementales françaises ont évolué : la fracturation hydraulique est interdite dans l'Hexagone depuis un an.
Si c'est la première fois que la Corrèze et le Limousin sont concernés par ce genre de demande d'exploration, le Lot et la Dordogne sont déjà en première ligne. Deux permis, dit de Cahors et de Beaumont-de-Lomagne (Tarn-et-Garonne), sont en cours d'instruction suscitant la vigilance d'associations.
Hexagone Gaz est à chaque fois à l'origine de ces demandes qui se situent sur les marges d'un bassin aquitain connu pour concentrer une grande partie des gisements pétroliers et gaziers français.
Les permis d'exploration, d'une durée de cinq ans, sont soumis à une procédure très encadrée, soumis à l'autorisation du Parlement, après avis d'une commission. Reste que la " demande de Brive " s'inscrit dans un contexte particulier : son périmètre englobe les parties les plus touristiques des départements de la Corrèze, du Lot et de la Dordogne.









#33 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 335 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 05 juillet 2012 - 16:14

Merci pour cette info Strychnine car je n'étais pas encore au courant.

#34 _Henri_

_Henri_

Posté 01 septembre 2012 - 11:34

Nouvel épisode dans la bataille autour du gaz de schiste: une association de professionnels de l'industrie pétrolière, l'AFMP, accuse l'Association santé environnement France de propager des "contre-vérités" pour avoir affirmé que leur extraction était dangereuse pour la santé.

avec Montebourg (le nucléaire une énergie d'avenir..), on peut s'attendre à tout ?
Les grandes manoeuvres sont lancées, que pésent les écologistes dans cette course à l'énergie ...Je parie que le gaz de schiste sera autorisé en france d'ici peu ?

#35 _louise élie_

_louise élie_

Posté 01 septembre 2012 - 16:07

Quelle horreur! les gaz de shiste, la fracturation !! ... symbole tellement évident qu'une partie de l'humanité ne sait pas ce qu'elle fait ! comment développer la sensibilité pour le Monde Vivant chez ceux qui en sont totalement dénués ??

Au Québec, une comission siège en ce moment pour réformer les lois sur les mines.
Ce qui jette un moratoire sur les extractions, expropriations, prises de possession sauvages favorisées par la loi non réformée.

Le pire de ce côté ci de l'Atlantique, c'est l'immensité du territoire qui fait que les minières peuvent agir loind des yeux de tous... avec des barrières infranchissables et que la journée où les médias ou les inscpecteurs peuvent enfin se rendre sur un site en toute légalité le mal est déjà très avancé.

Le conseil municipal du village où je compte m'installer sous peu a voté une résolution CONTRE toute forme d'exploitation minière en particulier des gaz de shiste sur son territoire et a produit des documents d'info pour les habitants , des lettres de refus légales à signer en cas de recrutement par une minière, et surtout les conséquences et responsabilités qui incombent au propriétaire consentant quand la minière se retire après avoir bien profité ! des dommages qui seraint occasionnés sur les terrains voisins... empoisonnement des puits, affaissement de terrain, dommages aux fondations, perte de bétail, etc...

Saint-Nérée de Bellechasse agit dans le sens de la protection de la qualité de son territoire pour ses habitants.
Un exemple à suivre.
Souhaitons que la réforme québécoise de la Loi sur les Mines sera ''intelligente'' et fera des petits dans le monde entier.

pas lâché
loulie

#36 ambre

ambre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 343 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 08 septembre 2012 - 11:16

Permis d’Alès : Mouvoil SA demande une autorisation de circulation de camions sismiques !

http://www.stopaugaz....php?article327

Appel à bloquer les camions dans le Gard et lm'Ardèche

Modifié par ambre, 08 septembre 2012 - 11:17 .


#37 ambre

ambre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 343 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 05 octobre 2012 - 20:02

Gaz de Schiste sortie maires Ardéchois préfecture Privas MouvOil Bassin d'Alès 27/09/2012

(et ils ne rigolent pas)ici;



Il y avait 150 personnes A Nîmes et 650 à Privas pour accompagner les maires en préfecture contre le permis bassin d'Alès, MouvOil SA.

A Nîmes et à Privas, le déroulement global de la rencontre a été presque identique. Au final les Préfets du Gard comme de l'Ardèche ne prennent aucune décision et indiquent qu'il vont faire remonter auprès du gouvernement l'opposition des maires.

Ainsi une semaine après la réunion des maires du Gard en préfecture de Nimes, après les rassemblements de la journée mondiale contre les gaz de schiste, et après la réunion en préfecture de Privas, le gouvernement a pu prendre la mesure de la détermination des élus et des citoyens.

Alors, en Privas: le rassemblement et le défilé des élus, pendant la réunion l'action citoyenne devant la préfecture. Ici, c'est apres, en sortie du Prefecture.

Pendant que les Maires des 4 communes de l'Ardèche sont reçus par le Préfet,
devant la préfecture l'action se poursuit. Le Préfet a accepte trois représentants du Collectif des élus: Sabine Buis, Pierre Chante et Hervé Ozil.
Catégorie :
Actualités et politique
Licence :
Licence YouTube standard
1 "J'aime", 0 "Je n'aime pas"

#38 ambre

ambre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 343 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 20 octobre 2012 - 20:44

Les collectifs Gardèchois + VIA du Gard lancent un site central
d'alerte que vous pouvez trouver en suivant ce lien:
http://www.rochegude-sur-ceze.fr.

Notre équipe vous invite à le visiter et à diffuser le lien sans
modération autour de vous.

Le feu tricolore indique le niveau d'alerte, il se réactualise
toutes les 15 minutes. VERT = Rien à signaler; ORANGE =
Vigilance; ROUGE = Ils sont là!

Cliquez sur le feu allumé pour savoir où se trouvent les camions
et où se rassembler, vous y trouverez aussi les derniers messages
de la VIA (Vigilance Action Alerte). Laisser votre écran allumé
ainsi que le haut parleur, lors d'une alerte orange ou rouge, une
musique vous avertira (efficace si vous n'utilisez pas votre
ordinateur lorsque l'alerte arrive).

Vous trouverez également un lien pour être alerté personnellement
et instantanément: inscrivez votre adresse mail et/ou numéro
portable IMPERATIVEMENT, et si vous avec un compte Twitter,
suivez nos Tweets. N'hésitez pas à vous inscrire même si vous
êtes déjà inscrit ailleurs (pyramide d'alerte), mieux vaut être
sûr d'avoir l'information.


Le jour J, vous pouvez aussi suivre les vidéos de la mobilisation
en direct grâce au streaming via Internet et chatter avec nous.

Page d'accueil: http://www.rochegude-sur-ceze.fr
Inscription: http://www.rochegude...inscription.php
Position actuelle de l'alerte:
http://www.rochegude...-ceze.fr/screen
Twitter: https://twitter.com/bassindales


A diffuser largement, informez la population!

Mouvoil ne forera pas!

#39 _Henri_

_Henri_

Posté 12 novembre 2012 - 15:28

L'avis du trés écologiste michel Rocard , on s'en fout un peu, non ?
Mais à force de répéter qu'on est bénie des dieux....

, Michel Rocard n’en est pas moins favorable à l’exploitation controversée des gaz de schiste en France. Après la remise du rapport Gallois au gouvernement, qui préconisait de s’intéresser aux ressources d’énergie souterraines de la France, l’ancien Premier ministre socialiste a déclaré samedi dans Le Monde que la France «serait au gaz de schiste ce que le Qatar est au pétrole».
«Je n'ai rien lu qui soit complètement convaincant»

Michel Rocard remet donc de l’huile sur le feu après le refus en bloc du gouvernement de rouvrir les discussions sur le gaz de schiste. «La France est bénie des dieux», a-t-il insisté, «Peut-on s’en priver? Je ne le crois pas». Mais quelle mouche a piqué celui qui, durant la campagne présidentielle, disait vouloir «écologiser la politique» et se disait «scandalisé» de l’absence de l’écologie dans les thèmes évoqués par les candidats?
Michel Rocard précise dans l’entretien accordé au Monde que, sur le sujet des gaz de schiste, «étant très écolo, je me suis longtemps abstenu. Mais je n'ai rien lu qui soit complètement convaincant. On a un réflexe fantasmé un peu du même type que face aux OGM. Quand on sait que le gaz de Lacq était extrait par fracturation hydraulique sans dégâts sur place, on s'interroge».

20 minutes.fr

#40 _strychnine_

_strychnine_

Posté 13 novembre 2012 - 09:31

J'aime bien cet article de blog qui commente les propos de Rocard http://fabrice-nicol...dex.php/?p=1418
Il a raison. C'est des boulots de branleurs. Ils étudient des trucs... Ils font des rapports sur des sujets que visiblement ils n'ont pas étudiés... Des vraies pompes à fric public... :vomi1:


Un branleur parle des gaz de schiste (le cas Rocard)
Publié le 12 novembre 2012
Michel Rocard est un (vieux) branleur. De la même façon que Sarkozy, plus jeune que lui d’une génération (voir ici). Avant de laisser tomber votre lecture, deux précisions. La première, c’est que dans l’acception que je retiens, branleur veut dire : « Personne qui emploie une partie significative de son temps à ne rien faire d’utile ». La seconde : je vous demande de bien considérer que Rocard a été le Premier ministre de la France, et qu’il a bien failli être président de la République. On ne présente plus Sarkozy. Et en tout cas, ou j’insulte pour mon seul plaisir onaniste deux hautes personnalités; ou bien notre pays est malade, qui hisse au sommet des hommes incapables d’une œuvre utile aux autres. Ou, ou, ce qui s’appelle une alternative.

Vous lirez plus bas le long entretien que Rocard a accordé au journal Le Monde, dans lequel il déclare de façon burlesque : « Avec le gaz de schiste, la France est bénie des dieux ». Il y proclame son extraordinaire ignorance de tout. Ainsi dit-il avec aplomb que les gisements de gaz de Lacq (Pyrénées-Atlantiques) auraient été exploités par fracturation hydraulique - le procédé utilisé pour les gaz de schiste - sans nul problème. Je suis convaincu qu’il croit ce qu’il dit. Il oublie tout ce qui distingue radicalement la récupération des gaz conventionnels de ceux stockés dans les couches sédimentaires.

Parmi les évidentes différences, je pense spontanément à deux d’entre elles. Un, le gaz conventionnel est en règle très générale concentré dans des zone délimitées, ce qui exclut donc de dévaster des régions entières, sur des dizaines ou centaines de kilomètres. Deux, si l’on utilise - à tort d’ailleurs - l’expression gaz de schiste pour évoquer le gaz non conventionnel, c’est que celui-ci est piégé dans des roches sédimentaires, jusqu’à quatre ou cinq kilomètres de profondeur. La perméabilité de ces roches profondes est incomparablement moindre que celle de roches comme celles de Lacq. Le gaz des roches profondes se trouve dans des pores mille fois plus petits que ceux par exemple du grès, roche qu’on rencontre souvent dans les réservoirs traditionnels. Et c’est bien pourquoi, quand on veut exploiter du « gaz de schiste », il faut exploser les couches sédimentaires profondes par fracturation hydraulique pour espérer récupérer un gaz s’étendant sur de vastes surfaces souterraines. Avec des conséquences que l’industrie ne maîtrise pas.

J’espère ne pas avoir été trop chiant. J’ajoute que je suis tout, sauf un spécialiste, et que je ne serais aucunement vexé d’être repris sur tel ou tel point. Mais moi, au moins, je me renseigne. Pas ce pauvre Rocard. Pas lui ! Il dit n’importe quoi sur les gaz de schiste, et les journalistes politiques du Monde - responsables et coupables à mes yeux - le laissent déblatérer, d’autant plus aisément qu’ils sont aussi ignares que lui. Je n’ai pas fini. Oh non ! Cet imbécile de Rocard se présente dans l’entretien ainsi : « Sur ce sujet, étant très écolo, je me suis longtemps abstenu ». Il serait donc écolo. Pourquoi pas ? Jean-Vincent Placé prétend bien l’être. Et ma foi, ne l’est-il pas ?

Le 13 mars 2009, Sarkozy - voyez qu’il n’est pas loin - nomme Rocard « ambassadeur de France chargé des négociations internationales relatives aux pôles Arctique et Antarctique ». On se doute que la disparition accélérée de la banquise arctique est la question la plus urgente à étudier. En juillet de la même année, François Fillon demande à ce même Rocard, qui flirte alors avec les 80 ans, de présider une conférence d’experts sur le climat, laquelle remettra peu après un rapport impeccable sur le sujet, directement jeté à la broyeuse. Or donc, il est manifeste que Rocard est un expert de la question climatique, et un gigantesque « écolo ». Qui n’est pas même foutu de considérer deux éléments qui se contredisent totalement.

D’abord, la loi Énergie de juillet 2005 oblige la France à diminuer de 80 % ses - nos - émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050. Pour atteindre un objectif aussi colossal, il va de soi que nous devrions commencer maintenant. Plus exactement, nous devrions avoir diminué notablement nos émissions. Ce n’est pas le cas, et malgré divers subterfuges à destination des gogos, elles augmentent. Deuxième élément, contradictoire : exploiter le gaz de schiste se trouvant en France augmenterait dans des proportions géantes nos émissions. D’une manière parfaite et mécanique. Ce qui signifie que Rocard, dans son entretien au Monde et avec la bénédiction de ses journalistes, suggère de violer la loi de son pays. Je note avec vous qu’il n’est pas en taule.

Allons un peu plus loin. Rocard se fout du climat avec une gourmandise qui laisse rêveur, mais cela ne date pas d’hier. Le 8 janvier 2010, l’AFP, noble agence de presse, écrit de Rocard qu’il « travaille de longue date sur la question du réchauffement climatique, de la mise en place - lorsqu’il était à Matignon - de la Mission de l’effet de serre à ses travaux récents sur la taxe carbone ». Voyez-vous, le vrai tragique est que c’est vrai. Dans l’insondable vide qui occupe nos politiciens, il y a de la place pour des gestes, quantité de gestes qui ne seront jamais des actes. Rocard a bien accumulé des gestes, sans rien d’autre derrière.

Poursuivons. Cette dépêche de l’AFP arrive après une déclaration fantastique de notre excellent ami sur France-Inter, le 29 juillet 2009. Repérez cette date : à ce moment de sa drolatique histoire, Rocard est censé présider une Commission sur le climat. Et il en profite pour faire de la pédagogie à propos de l’effet de serre. Ce qui donne, en un saisissant verbatim : « Le principe, c’est que la Terre est protégée des radiations excessives du soleil par l’effet de serre, c’est à dire une espèce de protection nuageuse, enfin protection gazeuse qui dans l’atmosphère est relativement opaque aux rayons du soleil. Et quand nous émettons du gaz carbonique ou du méthane ou du protoxyde d’azote, un truc qu’il y a dans les engrais agricoles, on attaque ces gaz, on diminue la protection de l’effet de serre et la planète se transforme lentement en poêle à frire. Le résultat serait que les arrière-petits-enfants de nos arrière-petits-enfants ne pourront plus vivre. La vie s’éteindra à sept huit générations, ce qui est complètement terrifiant. »

Je ne ferai pas l’exégèse de ce grand document. Tout est déconnant à la racine. J’ai beaucoup ri en pensant à ces gaz - hilarants ? - qui attaquent d’autres gaz. C’est une bien jolie pignolade, et elle démontre que Rocard ne sait rien. Rien. Mais qu’il parle pourtant au nom de tous. Est-ce grave ? Chacun jugera en conscience. Sachez du moins que, lorsqu’il sort des inepties sur les gaz de schiste, il ne fait que poursuivre sur une route déjà encombrée. Par ailleurs, si vous voulez avoir une idée de la lamentable carrière politique de Michel Rocard, qui aura raté dans ce domaine toutes ses entreprises, jusqu’à devenir le petit télégraphiste de Mitterrand, qui le méprisait tant, vous pouvez lire un mien article, qui date de près de trois ans.

Sur ce, je vais lire quelque chose qui me plaira. Peut-être Ferdynand Ossendowski, auteur de récits magiques sur la Sibérie sauvage, entre 1898 et 1905.