Aller au contenu


Photo

apiculture


  • Veuillez vous connecter pour répondre
278 réponses à ce sujet

#261 trx

trx

    Grand commandeur de l'ordre du poireau

  • Modérateurs
  • 3 492 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 22 mai 2018 - 21:30

Une reine fécondée que tu achètes ?



#262 mb100d

mb100d
  • Genre: Homme
  • Localisation:vaucluse

Posté 23 mai 2018 - 07:31

Non,
Cette année j’ai divisé une hausse en 3 et dedans je veux faire quelques reines, j’en ai une qui va naître, dès quelle est fécondé et quelle pond je veux l’introduire dans cette ruche.

#263 trx

trx

    Grand commandeur de l'ordre du poireau

  • Modérateurs
  • 3 492 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 23 mai 2018 - 20:17

Je te déconseille de l'introduire direct, le risque de supersédure est très important.

 

On constate de bien meilleurs taux d'acceptation sur des reines qui pondent depuis au moins 2 mois.

 

Perso je réduis ce délai à un moins et demi mais guère moins. Ca limite évidemment les taux de rotation dans les nucs mais au moins on ne travaille pas pour rien et on peut mieux juger de la qualité de ponte avant l'intro.

 

Introduire en cagette jaune avec chamallow ou candi et sans accompagnatrice.



#264 mb100d

mb100d
  • Genre: Homme
  • Localisation:vaucluse

Posté 24 mai 2018 - 07:03

Je te remercie pour ce conseil.
Mais pour ma question dans la ruche ou j’ai supprimé la reine combien de jour après je peux introduire la nouvelle reine dans cette ruche, le jour même ? ? Quelques jours après ??

#265 trx

trx

    Grand commandeur de l'ordre du poireau

  • Modérateurs
  • 3 492 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 24 mai 2018 - 07:17

Oui, je jour même, au bout d'une heure les abeilles se sentent déjà orphelines.

 

A noter qu'un effectif faible favorisera aussi l'acceptation. Une colonie réduite à 3 ou 4 cadres avec une partition c'est pas mal.



#266 mb100d

mb100d
  • Genre: Homme
  • Localisation:vaucluse

Posté 24 mai 2018 - 08:37

super je vais acheter des chamallow il y a longtemps que j'en ai plus mangé  :-D



#267 trx

trx

    Grand commandeur de l'ordre du poireau

  • Modérateurs
  • 3 492 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 24 mai 2018 - 09:12

Je te laisse ma part. Berk.



#268 joseck

joseck
  • Genre: Homme
  • Localisation:Sospel
  • Intérêts:Spagyrie et Aromathérapie

Posté 02 juin 2018 - 08:10

Des centaines de millions d'abeilles mortes au Canada

 

C'est la catastrophe pour les apiculteurs d'un bout à l'autre du pays. Selon des données préliminaires, la moitié des abeilles du Canada pourraient avoir trouvé la mort ce printemps. Radio-Canada a appris que les apiculteurs du Québec sollicitent l'aide du gouvernement provincial, comme l'ont fait leurs collègues de l'Ontario.

 

https://ici.radio-ca...tinoides-ruches



#269 noir

noir
  • Genre: Homme

Posté 02 juin 2018 - 16:28

comme en France, l'hécatombe est de plus grande ampleur cette année.



#270 joseck

joseck
  • Genre: Homme
  • Localisation:Sospel
  • Intérêts:Spagyrie et Aromathérapie

Posté 03 juin 2018 - 15:00

Le coup de gueule d'un apiculteur désabusé : «J'accuse tout le monde, sans exception»

 

https://www.ladepech...apiculteur.html



#271 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 15 juin 2018 - 23:56

Ils résument bien les raisons du déclin :

 

Les raisons de la catastrophe annoncée sont dues entre autres à la disparition ou diminution progressive des ressources mellifères.

Plusieurs raisons à ce phénomène :

- Des fauches de trèfle, pissenlit et autres fleurs spontanées, dans les parcs et jardins sont réalisées systématiquement en pleine floraison. Cette rupture totale et brutale de ressources crée un traumatisme pour l'environnement. Toute une chaîne de vie est stoppée net.

- L'implantation de plantes non nectarifères ou non polllinifères dans les programmes fleurissement des villes alentour (pour obtenir la fameuse troisième ou quatrième fleur du programme "ville fleurie"). Les plantes choisies sont stériles (hybrides et élevées sous serre) n'attirent pas suffisamment les insectes et sont gourmandes en eau).

- La disparition ou diminution de friches et délaissés. En effet la densification du tissu urbain  a réduit considérablement les espaces inoccupés. Le tiers paysage est pourtant riche en diversité floristique comme le lierre ou les ronces par exemple. Ce tiers paysage défini par Gilles Clément, écrivain, entomologiste, paysagiste, ingénieur agronome, botaniste et auteur entre autres du Manifeste du tiers-paysage, mériterait un intérêt plus important. Les Butineurs du Val de Bièvre proposent de les mettre en valeur en les aménageant d'une façon écologique et les classant "réservoirs de biodiversité".

 

ob_6c5c06_img-9101.jpg
ob_bc3dd4_img-20170613-092122.jpg

Les tontes de pelouses se font toujours aux beaux jours au meilleurs de la floraison et cela dans tous les parcs. Une habitude néfaste aux insectes butineurs.

- La diminution et le grignotage des espaces verts dus à des travaux en tout genre pour développer les moyens de communications ou construire des complexes immobiliers.

- Des compensations biodiversité inappropriées, oubliées et sans suivi dans le temps par les services en charge de les mettre en place.

La combinaison avec d'autres paramètres aggrave la situation.

- L'utilisation de biocides répandus sur tout le territoire en toute bonne foi car "ceux-là" la loi les autorise. Les dommages sur les insectes sont identiques.

- Le nombre de ruches sur le territoire est excessive. Le nectar est une ressource qui se partage, mais la quantité est limitée selon les miellées pour des raisons, météorologiques mais aussi de concurrences entre abeilles.

- Nous devons nous remettre en cause. Les Butineurs s'engagent de plus en plus dans une apiculture écologique après plusieurs années de tâtonnements et de recherche. L'utilisation du sucre, des traitements chimiques, les récoltes au détriment des réserves d'hiver deviennent des pratiques qui affaiblissent les colonies sur le long terme.

L'apiculture de façon industrielle est une pratique contraire aux activités de défense et de respect de l'environnement. Heureusement, les abeilles restent un apport de nourriture pour les oiseaux, d'autres insectes et peut-être les humains demain.

http://www.lesbutine...nt-de-faim.html


Modifié par michmuch80, 15 juin 2018 - 23:58 .


#272 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 985 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 23 juillet 2018 - 19:25

Quelle peinture utiliser pour une ruche ?

Une peinture à l ocre est ok ?



#273 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 28 janvier 2019 - 00:47

Mortalité des abeilles : des origines multifactorielles ! https://www.coordina...ns/abeilles.pdf



#274 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 604 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 28 janvier 2019 - 10:46

J'ai butiné deux ou trois choses sur l'article mis en lien par Michmuch.

Gilles Clément est de formation ingénieur horticole, et non ing. agronome: j'ai eu la chance de le rencontrer, tant durant ma formation, que dans un cadre professionnel.

Justement parce qu'à cette époque il avait publié sur le jardin en mouvement, et sur la place nécessaire qui devait être laissée à la spontanéité botanique dans tout parc, tout jardin. début des année 1990.

- Plusieurs communes, et villes, en Sarthe se sont saisies de la question des abeilles. Mise en place de ruches, création d'un rucher municipal, formation des amateurs, et orientation ferme donnée à un fleurissement à la fois ornemental et mellifère.

Je cite en particulier la ville de la Flèche, un modèle du genre.

- la loi Labbé, maintenant en vigueur, a très fortement restreint l'usage des insecticides au jardin. Il est vrai que les spécialités à base de pyrètres, avec ou sans label bio, sont toxiques pour les abeilles. Il faut continuer à sensibiliser les "jardiniers" ayant la gâchette du pulvérisateur trop sensible.



#275 Shivaya

Shivaya
  • Genre: Femme
  • Localisation:Sud est

Posté 08 fvrier 2019 - 10:25

Tribune. Entre les bénéfices de quelques multinationales, les pollinisateurs et le vivant, les représentants des ministres de l’agriculture des pays européens viennent de trancher. Le 24 janvier, réunis au sein d’un comité technique de l’Union européenne, le comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation [en anglais Standing Committee on Plants, Animals, Food and Feed (Scopaff)], ils ont décidé d’enterrer un document fondamental qui aurait permis d’enrayer le déclin dramatique des pollinisateurs en Europe.

Pour les insectes butineurs, la nature en général, les citoyens et la démocratie en particulier, c’est un coup de grâce. Pour l’agrochimie, un coup de maître. Car cette décision irresponsable et scandaleuse couronne cinq années de lobbying intensif de sa part. Le document en question a été publié en 2013. Commandité par la Commission européenne à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et rédigé par un panel réunissant plus de trente scientifiques indépendants, il établit de nouvelles « lignes directrices » pour les tests d’homologation des pesticides.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « En finir avec l’hypocrisie sur la question des pesticides »

Cette mise à jour permet de combler les graves et nombreuses lacunes du système actuel : tests de toxicité obsolètes et inadéquats, effets délétères non testés, conflit d’intérêt patent… Ce texte détaille les tests scientifiques indispensables pour évaluer correctement l’impact des pesticides sur les pollinisateurs avant leur mise sur le marché. Les lignes directrices préconisent de prendre en compte la contamination des insectes butineurs par le pollen, l’eau, les poussières, les effets des pesticides sur les larves, la toxicité chronique (exposition à de faibles doses sur le long terme), les effets sublétaux (troubles qui entraînent la mort à terme), les effets cumulatifs (l’accumulation d’une substance dans l’organisme)…

https://www.lemonde....20072_3232.html

 

La suite est réservée aux abonnés, mais bon...



#276 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 09 fvrier 2019 - 15:33

Protection des abeilles : l’Anses émet des recommandations afin de renforcer le cadre réglementaire https://www.anses.fr...forcer-le-cadre

UN GROUPE DE TRAVAIL POUR FAIRE ÉVOLUER LA PROTECTION DES POLLINISATEURS Depuis plusieurs années, on observe un déclin et un affaiblissement des colonies d'abeilles. Pourtant, près de 80% des espèces de plantes dépendent des insectes pollinisateurs, dont les abeilles font partie.[/size]

D'après une enquête réalisée par le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, [/size]le taux moyen de mortalité chez les pollinisateurs durant l'hiver 2017-2018 avait atteint près de 29,4%, soit presque trois fois plus que le taux naturel de 10%. Une mortalité qui s'explique par plusieurs phénomènes, parmi lesquels le recours aux produits phytopharmaceutiques ou le parasite varroa.[/size]

Le groupe de travail associera l'ensemble des parties prenantes et devra définir les mesures permettant de limiter les risques liés aux produits phytosanitaires, tout en prenant en compte les contraintes techniques pour les agriculteurs.[/size] UNE ACTION GOUVERNEMENTALE CONSÉQUENTE POUR PROTÉGER LES ABEILLES Ce groupe de travail ne constitue pas la première action du Gouvernement, il s'inscrit dans le prolongement du travail gouvernemental.[/size]

Depuis le 1er septembre 2018, [/size]la France a interdit l'utilisation de tous les produits phytopharmaceutiques de la famille des néonicotinoïdes. Une [/size]interdiction qui va être étendue, en application de la [/size]loi agriculture et alimentation, [/size]aux substances insecticides possédant un mode d'action identique à celui des néonicotinoïdes.

La France va renouveler sa demande à la Commission européenne d'actualiser les méthodologies d'évaluation des risques pour les pollinisateurs, à partir desquelles les substances actives sont approuvées. En effet, au-delà de la toxicité aiguë, la toxicité chronique pour les abeilles doit être mieux prise en compte afin d'améliorer le niveau de protection des pollinisateurs. [/size]https://www.gouverne...-pollinisateurs


Modifié par Shivaya, 10 fvrier 2019 - 10:12 .


#277 tonino108

tonino108
  • Genre: Homme
  • Localisation:FRANCE

Posté 12 fvrier 2019 - 11:42

https://www.lapresse...odD4WOH943n7jUs

 

Il n'y a pas que les abeilles qui disparaissent, mais tous les insectes etc...

 

Déclin mondial sans précédent chez les insectes

Papillons, coccinelles, fourmis

Selon une étude parue fin 2017 et basée sur des captures réalisées en Allemagne, l'Europe aurait perdu près de 80 % de ses insectes en moins de 30 ans, contribuant à faire disparaître plus de 400 millions d'oiseaux.

Oiseaux, mais aussi hérissons, lézards, amphibiens, poissons... tous dépendent de cette nourriture.

À l'origine de cette chute des insectes, les chercheurs australiens désignent la perte de leur habitat (urbanisation, déforestation, conversion agricole) et le recours aux pesticides et engrais de synthèse, au coeur de l'intensification des pratiques agricoles ces soixante dernières années.

L'étude se base notamment sur les cas de l'Europe et des États-Unis, où l'on dispose des suivis les plus réguliers. « Mais vu que ces facteurs s'appliquent à tous les pays du monde, les insectes ne devraient pas s'en tirer différemment dans les pays tropicaux et en développement ».

À ces raisons s'ajoutent les agents pathogènes (virus, parasites), les espèces invasives et enfin le changement climatique mais surtout à ce stade dans les régions tropicales.

Le recul des insectes, qui forment les deux tiers des espèces terrestres, remonte au début du XXe siècle, mais s'est accéléré dans les années 50 et 60 pour atteindre « des proportions alarmantes » ces 20 dernières.

Parmi les plus affectés, les lépidoptères (les papillons), les hyménoptères (abeilles, guêpes, fourmis, frelons... présents sur tous les continents sauf en Antarctique) et les coléoptères (scarabées, coccinelles).

Quelque 60 % des espèces de bousiers sont ainsi sur le déclin dans le bassin méditerranéen. Et une espèce d'abeilles sur six a disparu au niveau régional, dans le monde.

Les insectes aquatiques ne sont pas épargnés, qu'il s'agisse des libellules ou des éphémères.

« Restaurer les habitats, repenser les pratiques agricoles, avec en particulier un frein sérieux à l'usage de pesticides et leur substitution par des pratiques plus durables, s'imposent urgemment », soulignent les auteurs du rapport, qui appellent aussi à assainir les eaux polluées, en ville comme en milieu rural.



#278 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 985 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 12 fvrier 2019 - 12:55

eh oui, et on va encore accuser les pesticides, euh pardon les produits phytosanitaires !!!  ;)



#279 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 604 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 12 fvrier 2019 - 13:20

Non pour une fois le terme de pesticide est le bon, car il inclus les molécules utilisées pour protéger les bois, les meubles, les vêtements, et nombres de médicaments à usages vétérinaires comme le fipronil.

Mais aussi:

 

Pourquoi ces deux chats en bonne santé sont-ils morts si brutalement au cœur de l’été ? « Notre vétérinaire a demandé si nous avions utilisé un produit particulier récemment. » Oui : Marianne et son mari avaient traité les parquets, deux jours plus tôt, contre une invasion de puces. « Nous lui avons apporté le flacon et il a tout de suite vu que le produit contenait de la perméthrine. »

https://www.60millio...-les-chats-7802