Aller au contenu


Crime maritime:Destruction du sarin par les USA en mer


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 _strychnine_

_strychnine_

Posté 14 janvier 2014 - 19:36

Ni vu ni connu, merdouille j'T'embrouille...

http://escales.wordp...are/#more-24300

 

 

 

 

Chut ! Un grand crime (maritime) se prépare

Comme d’habitude, les informations sont limitées et fragmentaires mais avec ce qu’on sait (qu’on espère savoir) il est permis de dire qu’il se prépare quelque chose de terrifiant. En mer, bien entendu…
• Je parle ici de la destruction des armes chimiques syriennes qui devraient avoir lieu prochainement. Il s’agit d’éliminer quelques centaines de tonnes de substances toxiques dont le célèbre gaz sarin. Ce délicat produit est inodore, incolore et volatile, de la famille des organophosphorés, un neurotoxique pour l’homme et l’animal. Même à très faible dose (10 parties par milliard !) il peut être fatal. On estime qu’il est environ 500 fois plus toxique que le cyanure !
• Les opérations d’élimination en mer devraient être confiées à un navire américain, le MV Cape Ray, un cargo de 200 mètres appartenant à la flotte de réserve, et possédant les équipements nécessaires (?)  pour mener à bien cette mission.
Environ 150 fûts contenant les agents chimiques considérés comme les plus redoutables, devraient être détruits d’ici à avril 2014.
Comment ?
Très peu de précisions, sauf quelques vagues généralités  ; des réacteurs en titane, des FDHS (Field Deployable Hydrolysis System) permettraient de les rendre inoffensifs grâce à un mélange d’eau portée à très haute température et de composants chimiques (?). Ce processus n’a jamais été employé en opération. Si cette solution est retenue, indique le site Infodéfense, rien ne prouve qu’elle ne dégrade pas l’environnement maritime. Elle offre en tout cas davantage de garanties de sécurité et de discrétion. Bon, on peut voir les choses comme ça. N’empêche qu’on s’interroge toujours sur le destin des déchets ultimes qui vont aller… Aller où ?
• A l’évidence personne ne sait précisément l’ampleur des dégâts écologiques, donc humains, que pourrait provoquer cette opération exceptionnellement hasardeuse.
Faute d’assassiner des gens, le sarin assassinera la mer…
Cyrano
Ok Cyrano, mais le grand crime n’est-il pas d’avoir créé ces armes de destruction massive dont peut user n’importe quel dictateur ? Il fallait bien trouver un moyen, même douloureux, de s’en débarrasser…
Porthos
 • Image -  Le MV Cape Ray qui devrait «traiter » le redoutable produit. 

 

 

 

Personnellement, je taxe ce genre de choses de crime contre l'humanité, crime contre la Terre...


  • SHERLIE aime ceci

#2 zen33fr

zen33fr
  • Genre: Homme
  • Localisation:Cantal

Posté 15 janvier 2014 - 07:11

Les médias des pouvoiirs ont fait leurs unes au sujet des armes chimiques syriennes:  elles représentaient un danger planétaire.

Et à présent qui s'interesse au devenir de ces armes chimiques?  Ce n'est plus un danger planétaire?

Les faits nous montrent que les pouvoirs en place et les médias qui les servent avaient d'autres raisons qu'humanitaire, pour leur guerre en Syrie.

 



#3 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 808 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 15 janvier 2014 - 20:25

Tout un tas de considérations de géopolitique et de commerce justifiaient de désarmer la Syrie. Ce n'est pas un scoop.
Les gouvernements occidentaux préféreront toujours éliminer un danger connu et aléatoire (suspendu au dessus d'un tête comme une épée de Damoclès) , fusse au prix d'un danger mal connu pourvu qu'ils en maîtrisent l'échéance.

Quant au choix de diluer un toxique, rien de nouveau, ce sera toujours immédiatement la solution la moins coûteuse.
Pourtant il semblerait logique de reconvertir les usines où ces molécules ont été synthétisées, en centre de transformation (hydrolyse, pyrolyse, catalyse…) des gaz toxiques.

Mieux mais plus cher et faut-il:
- imputer les coûts à la Syrie ou aux industriels qui ont fabriqué les gaz toxiques?
- regrouper à nouveau ces gaz toxiques dans un pays toujours aussi incertain?