Aller au contenu


Photo

impression 3d : une revolution en marche


  • Veuillez vous connecter pour répondre
23 réponses à ce sujet

#21 nemo32

nemo32
  • Genre: Homme
  • Intérêts:multiples : nature.sciences humaines.société. histoire . techniques . astronomie...etc..etc...

Posté 29 juillet 2015 - 11:42

pour ceux qui s intéresseraient a mon post précédent : http://presse-inserm...-element/19851/



#22 Anonimo

Anonimo

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1 615 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ztigania-celtika
  • Intérêts:Les plus divers, mais avant tout l'humain et l'environnement

Posté 17 aot 2015 - 19:35

Un enfant retrouve une main a partir d'une prothèse conçu par une imprimante 3d

http://www.lemonde.f...27820_3224.html


Modifié par Anonimo, 17 aot 2015 - 19:36 .


#23 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 454 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 01 septembre 2020 - 08:01

Grâce à son imprimante 3D, la Ligue pour la protection des oiseaux de Clermont-Ferrand est pionnière sur les dispositifs de soins
Publié le 24/11/2019
 
Chaussons orthopédiques pour rapace ou attelles sur mesure ultralégères pour ailes cassées : le centre de sauvegarde pour oiseaux de la LPO Auvergne, fabrique des prothèses sur mesure à Clermont-Ferrand.

Qu'est-ce qu'on peut faire avec une imprimante 3D ? Depuis qu'il a installé la sienne, le centre de sauvegarde pour oiseaux sauvages de la LPO Auvergne est entré dans une autre dimension.
C'est le le premier, en France, à en tirer toutes sortes d’objets pour le soin des oiseaux sauvages.
Pour faire simple, on n'a plus à se prendre, ni la tête, ni de bec, pour fixer des attelles sur des histoires d’ailes cassées. L’imprimante 3D et la créativité d’Adrien Corsi, responsable et capacitaire du centre, font du sur-mesure super pratique.

Prothèses, orthèses ou contentions : le centre exporte même ses idées.

Petit aperçu dès l’entrée du bureau qui héberge un inventaire d’objets bizarres et faits maison : le squelette d’un oiseau sur pattes, de drôles de gouttières en « J », une sorte de bout de patte articulé, et des choses aux fonctions indéfinissables…
Formé à la programmation et à la sauvegarde de l’avifaune régionale, Adrien a bien compris « le potentiel d’une imprimante 3D ».
La révélation remonte à 2016, devant un reportage sur un aigle pygargue à tête blanche privé d’une partie de sa mâchoire : « Grâce à la modélisation et à l’impression 3D, il a pu être réintroduit en milieu naturel avec un bec fonctionnel ».
Adrien a donc proposé à sa LPO l’achat d’une imprimante semi-professionnelle.
3.000 € plus tard (grâce au financement participatif), la production locale d’attelles en « J » commençait à montrer son efficacité sur les fractures de la main (ailes).

« On gagne deux à trois jours de consolidation sur dix »
Plus besoin de s’agacer avec les plumes et les mouvements des oiseaux à la pose et au retrait du sparadrap : l’attelle moulée sur mesure s’enfile en un clin d’œil.
 
1598948192.jpg
Attelle en J pour consolider les fractures 

Le bénéfice est évident : temps gagné pour d’autres soins, réduction de stress pour l’oiseau, possibilité de contrôler le membre sans perdre le pansement ou l’attelle, maintien en position plus efficace pour réduire les fractures… « On a constaté que l’on gagne non seulement deux à trois jours de consolidation sur dix, mais aussi qu’il se forme un cale moins gros, ce qui facilite la rééducation ».

Depuis, d’autres centres ont adopté les attelles « maison »

A l’inventaire de production du centre figurent déjà : une minerve pour chouette chevêche, une gouttière pour maintenir dans l’axe le bec fracturé d’une hulotte, des attelles en « J » pour des huppe fasciée, pinson, héron cendré, cigogne et rapaces divers…
Ce matin-là, Adrien est concentré sur une sorte de croix en résine souple qu’il tortille. Il voudrait fabriquer un substitut aux bandages de pattes. Un truc souple, lavable, non blessant, qui serait aussi réutilisable et ajustable pour plusieurs gabarits d’oiseaux. Mais le système d’attache ne le satisfait pas.

Un truc souple, lavable, non blessant, qui serait aussi réutilisable et ajustable...

« Tu saurais, toi, faire un système coulissant ? » demande-t-il à à Gautier Gousset qui offre bénévolement son assistance. Le Clermontois s’est spécialisé en conception 3D de dispositifs vétérinaires (SARL Occilor, à Saint-Jean, en Haute-Garonne).

Avec sa complicité, le centre LPO, a récemment conçu une sorte de chausson orthopédique pour un milan royal qui tenait sa serre gauche fermée. « Le vétérinaire a fait des radios pour voir s’il avait de l’arthrose, des injections pour la douleur… Rien. Alors on s’est dit qu’on pourrait essayer de maintenir sa patte dans une position naturelle, dans un esprit de microkiné », explique Adrien.

Le dispositif a été conçu sur mesure, à partir des radios de la patte. Un système de fentes au-dessus des doigts permet de l’enlever et de le remettre comme on enfilerait un gant. Ce jour-là, on l’enlève justement. Et les soigneurs ont le sourire. Ce n’est pas gagné mais le rapace tient déjà sa serre plus ouverte. 

Anne Bourges

 

L''article complet avec d'autres photos : https://www.lamontag...soins_13687579/


Modifié par Tis, 01 septembre 2020 - 08:02 .


#24 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 454 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 17 septembre 2020 - 14:16

Une biopâte à base de bois offre une voie plus écologique pour l’impression 3D

Publié le 25 août 2020
 
À l’état naturel, la lignine est un polymère organique étroitement réticulé qui joue un rôle important en donnant aux plantes et aux arbres leur rigidité. Mais lorsque ces ressources sont transformées en papier, le processus de fabrication laisse d’énormes quantités de lignine à la casse. Des scientifiques allemands ont mis au point une technologie qui pourrait donner une nouvelle vie au polymère organique, en transformant les déchets en la base d’une pâte biologique adaptée à l’impression 3D.

https://www.infohigh...limpression-3d/