Aller au contenu


Photo

A quoi sert il d'apprendre l'histoire et la géographie ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
162 réponses à ce sujet

#1 alexandre

alexandre
  • Genre: Homme
  • Localisation:tarn, lavaur .

Posté 11 septembre 2015 - 10:11

*
MESSAGE POPULAIRE !

Bonjour à tous,

 

Les langues, l'histoire, la géographie, la musique, le sport, les math et le français au dela d'un certains niveaux ( bases ) ne m'ont jamais servi dans la vie de tous les jours.

Pourtant nous passons des années à apprendre ces matières et laissons de coté ce qui nous sera plus tard utile pour une autonomie et une responsablisation de nos actes ( plantes, mécanique, gestion de l'eau, santé ...)

 

Quelqu'un peut il me convaincre que ce qu'apprennent nos gosses à l'école leurs servira un jour ?

En considérant évidemment qu'ils ne seront pas prof d'histoire ou de langue ou attaché culturel dans une embassade ...

 

 


  • Valentiskex, Alliepymn, Lhomasvug et 3 autres aiment ceci

#2 _khalil_

_khalil_

Posté 11 septembre 2015 - 11:04

l'anglais, j'aurais bien voulu que l'école de la république m'apprenne à parler , communiquer, dialoguer...quand tu voyages un minimum d'anglais est utile....

 

De plus ce théme a été largement débattu, et re-battu sur ce forum !!! à toi de chercher le bon topic....


Modifié par khalil, 11 septembre 2015 - 11:21 .


#3 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 492 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 11 septembre 2015 - 11:05

Bonjour alexandre, bienvenu sur le forum,

Ambassade avec un "A"…

J'aimerais que tu détailles tes idées concernant la limite entre ce que tu appelles les "bases" et ce qui ne t'a jamais servi.

Tu évoques, les plantes, la mécanique, la gestion de l'eau, la santé. Je suis d'accord, chacun de nous serait bien d'avoir des savoirs utiles dans ces domaines.

 

Encore faut-il être en mesure de maitriser ces sujets au delà de maigres recettes pratiques et d'un apprentissage sur le tas dont on connait tous les limites.

 

Ton questionnement est intéressant, mais dans quelle tranche d'âge te situes-tu?



#4 trx

trx

    Grand commandeur de l'ordre du poireau

  • Modérateurs
  • 2 951 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 11 septembre 2015 - 13:19

Pour le sport je plussoie, d'ailleurs je n'y ai plus foutu les pieds des la 3eme. J'étais déjà contre le gaspillage d'énergie :D

 

Concernant le reste il ne faut pas perdre le vue que le systeme n'est pas là pour t'encourager à être autonome, encore moins à t'émanciper. Le but n'est autre que de faire de toi un des maillons de la chaine, au service de la sainte croissance... mais bon, je suppose que je ne t'apprends rien.



#5 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 492 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 11 septembre 2015 - 13:49

Inversement le Système a besoin de chair à canon, de con-sommateurs et d'une élite.

A choisir…

D'où la question, où mettre la limite de ce qu'il est utile de savoir pour ne pas se laisser manipuler ni dépendre de plus savants que soi.

 

"Nos ancêtres les gaulois" est une fable pour écoliers; par contre connaitre et comprendre l'histoire des peuples gaulois en lutte contre l'impérialisme romain peut avoir son intérêt.

Lire dans le texte les commentaires de Bello Gallico, de Jules C., peut y aider. Mais nous sommes certainement au delà de la limite que se fixe alexandre.



#6 alexandre

alexandre
  • Genre: Homme
  • Localisation:tarn, lavaur .

Posté 11 septembre 2015 - 20:43

A khalil : l'apprentissage de l'anglais devrait être un choix. Combien d'entre vous savent parler anglais grâce à l'école et seulement grâce à elle ( pas de parents parlant la langue ) ? La meilleur manière d'apprendre une langue est de vivre dans le pays pendant plusieurs mois en immersion, mais cela reste encore un choix.

Pourquoi nous forcer à apprendre une langue étrangère qui ne nous servira statistiquement pas ? 

 

A floyd : J'ai 34 ans et deux enfants dont une viens de rentrer au CP.

Les limites dont je parle à propos des math : savoir calculer des angles et utiliser les inconnues simples ( suffisant pour construire une maison ). J'ai fabriqué ma véranda et d'autres constructions avec des rudiments de math, pour l'instant ça tiens !

Les limites dont je parle à propos du français : halte à la grammaire ! J'arrive à écrire à peu prés correctement grâce à la lecture de bouquins de toute sorte ( romans en étant ado , doc technique maintenant ). Les seuls notions de grammaire qui me servent sont certains trucs mnémotechnique ( exemple : verbe en er ou é remplacé par " vendre" ou "vendu" ).

 

 

En nous obligeant à apprendre bon nombre de notions inutiles, l'école nous renvoie l'image d'une société qui ne valorise que le travail intellectuel au détriment du travail manuel. On a peur ou pas envie de se salir les mains ni de se fatiguer.

Quand un ami vous dit : " j'ai fait 10000 € de chiffre ce mois ci avec les contrats publicitaires que j'ai obtenu " cela ne vous fait pas rêver évidemment ...

 

Quand un autre ami vous dit : " Les abeilles m'ont donné 50 kilos de miel cette année, tu veux gouter ? " cela vous intéresse bien sur !

 

Les notions abstraites ne passionnent pas grand monde alors que celles qui s'ancrent dans le monde physique, qu'on peux toucher, sont accessibles à tous et nous interpellent et ce dés le plus jeune age !



#7 Panthera Pardhus

Panthera Pardhus
  • Genre: Femme
  • Localisation:entre un jardin et une rivière

Posté 11 septembre 2015 - 21:17

A khalil : l'apprentissage de l'anglais devrait être un choix. Combien d'entre vous savent parler anglais grâce à l'école et seulement grâce à elle ( pas de parents parlant la langue ) ? La meilleur manière d'apprendre une langue est de vivre dans le pays pendant plusieurs mois en immersion, mais cela reste encore un choix.

Pourquoi nous forcer à apprendre une langue étrangère qui ne nous servira statistiquement pas ? 

 

Moi.

J'ai appris l'anglais en première langue vivante, sept années avec des profs carrément géniaux (merci Monsieur V. St****l qui nous a fait revisiter à sa façon les Beatles, M. Jacskon, Simon and Garfunkel, Bowie, U2, Genesis, etc...) et durant ce cursus, je n'ai passé que 3 semaines en Angleterre.

28 ans plus tard, je parle anglais couramment et en ai eu encore l'usage tout l'été dans la  boulangerie où je bosse. Je suis capable de renseigner sur les produits vendus, leur composition, expliquer comment se rendre à tel endroit et quoi y trouver etc..Sans vouloir me faire mousser, la quasi totalité des clients anglophones m'ont félicité pour ma maîtrise de leur langue et ont été surpris de savoir que je l'avais seulement appris à l'école. Ma meilleure récompense c'est le sourire large comme la main et parfois l'énorme soupir de soulagement :) des personnes qui se rendent compte que je parle leur langue.

J'ai aussi pu faire la "traductrice" entre la maréchaussée et un couple d'Australiens. La dame avait perdu son passeport et avait bien du mal à se faire comprendre.


  • FLOYD aime ceci

#8 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 492 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 11 septembre 2015 - 22:00

Au XIXe il se disait dans les campagnes que les paysans n'avaient pas besoin de savoir lire et écrire… De bons esprits prétendaient  que l'agriculture s'apprend sur le terrain. D'ailleurs même les paysans acceptaient l'idée.

 

En France, après son initiation en 1793, avec Louis Joseph Charlier, et des transformations successives sous la Révolution française puis après la Révolution de 1848, l'instruction obligatoire laïque et gratuite est instituée par la loi du 28 mars 1882 (dite « loi Ferry »). L’instruction primaire devient alors obligatoire pour les enfants des deux sexes âgés de six ans révolus à treize ans révolus. Elle peut être donnée soit dans les établissements d’instruction primaire ou secondaire, soit dans les écoles publiques ou privées, soit dans les familles, par le père de famille lui-même ou par toute autre personne qu’il aura choisie.

 

https://fr.wikipedia...ion_obligatoire

 

Cette école primaire et son certificat d'études ont longtemps fait référence. Paysans, ouvriers, soldats savaient enfin  lire et écrire pour communiquer, apprendre, s'informer.

Mais ce qu'on sait, ce qu'on croit avoir compris, ce qu'on a retenu à 13, 14 ans, peut-il suffit pour toute un vie d'homme?

 

J'affirme que non. Penser ou laisser croire le contraire, c'est pousser les gens à rester dépendants des autres ou à consacrer une part importante de leur temps, de leur énergie pour tenter de combler des pans entiers d'inculture.

Pour quelques grands patrons qui revendiquent n'avoir pas le bac, combien de gens humbles qui sont coincés quand ils pourraient être plus utiles à eux, à leur famille, à leurs concitoyens.

 

Quant à le jeune génération, le langage SMS et les réseaux sociaux ne vont pas forcément les aider comme pouvaient le faire l'accès à une bibliothèque, une médiathèque moderne et bien équipée.

 

Non fermement, je crois que tu te trompes, alexandre.
Le travail manuel ne se suffit pas d'un CAP et encore moins d'une expérience acquise sur la toile.

 

Il faut une culture technologique et des ouvertures sur de nombreux domaines pour faire à bac+ 2, un entrepreneur efficace.

Un chef d'entreprise, y compris en charpente, sera passé par une formation longue, comme celle délivrée par les compagnons du devoir.

 

Il faut arrêter de dire que notre société ne sait pas reconnaitre la valeur des métiers dits manuels.

Un jeune compagnon-charpentier trouve un vrai travail très correctement rémunéré, quand un master2 dans les métiers de la culture aura le choix/la chance d'accepter un "service civique" en attendant mieux.



#9 _Darryl_

_Darryl_

Posté 12 septembre 2015 - 07:55

 

 

J'ai appris l'anglais en première langue vivante, sept années avec des profs carrément géniaux (merci Monsieur V. St****l qui nous a fait revisiter à sa façon les Beatles, M. Jacskon, Simon and Garfunkel, Bowie, U2, Genesis, etc...) et durant ce cursus, je n'ai passé que 3 semaines en Angleterre.

C'est ce que je nommerais une excellente méthode pédagogique !! Tu as eu une chance incroyable d'avoir un tel professeur !  Mais 7 ans pour apprendre une langue c'est anormalement long, comme tout ce qu'on apprend à l'école. 

Pendant l'adolescence j'avais une amie portugaise qui a débarqué à l'école sans connaître un seul mot de français. Après 6 mois, elle parlait couramment !

 

La méthode d'apprentissage la plus efficace est bien évidemment la motivation et le sens que l'on pose sur cet apprentissage. C'est ce qui est le plus souvent inexistant à l'école.



#10 alexandre

alexandre
  • Genre: Homme
  • Localisation:tarn, lavaur .

Posté 12 septembre 2015 - 07:57

Panthera, en caricaturant un peu, peut on dire que 7 ou 8 ans d'apprentissage de l'anglais ne te servent maintenant qu'a renseigner les touristes ? Pense tu que tant de temps passé à apprendre vaillent ce résultat ? C'est une vrai question et non un jugement attife.

 

Floyd, je me suis peut être mal exprimé mais je ne pense pas qu'un enseignement 100% pratique serait l'idéal, plutôt 50% intellectuelle et 50% pratique. Et surtout mélanger les deux dans un même cours, mais cela demanderait plus de compétences de la part des professeurs ( ou des cours à deux profs soyons fou ! ) .

 

Je suis conscient que le programme de l'éducation nationale est fait par des gens qui ne vivent pas dans le monde réel et qui n'ont surement jamais "sués" de leur vie, des fonctionnaires de grandes écoles qui ne sont arrivé là que grâce à de longues études ennuyeuses. Ce constat étant surement partagé par beaucoup sur ce forum, on entend beaucoup parler d'écoles alternatives, de travail à la maison, mais tous ces systèmes rentrent malgré eux "dans le moule" de l'éducation nationale car ils respectent son programme.

Quand on considère que le programme est très mal fait et qu'on veux enseigner à son gosse ce qui nous semble essentiel ( maison ), on se met hors la loi et on décide plus ou moins à l'avance que sont enfant ne pourra pas passer de concours et n'aura pas de diplôme. Mais de par ma propre expérience, je sais qu'un diplôme n'est pas essentiel pour s'épanouir et trouver du travail.

Néanmoins, une solution plus simple ne serait elle pas de s'impliquer à fond dans l'école publique ( projets nature, pratiques ect...), de beaucoup dialoguer avec les profs pour modifier ce qui ne va pas, d'impliquer les autres parents au fonctionnement de cette même école ? Tout cela étant bien sur limité par le bon vouloir du corps enseignant ...



#11 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 492 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 12 septembre 2015 - 08:58

Penser que les études longues sont nécessairement ennuyeuses, que les diplômes vous tombent tout crus, que les enseignants-chercheurs sont des nantis payés à ne rien faire sont autant d'à priori qu'il est dommage de propager.

Une mauvaise orientation, un mauvais choix peut bien évidemment produire des  cas, rares, où l'étudiant a le sentiment de perdre son temps. Ce n'est pas la généralité.

 

Par contre se rendre compte de l'étendue des savoirs à découvrir et de l'immense champ de ce qui reste à découvrir, participe du bonheur de "faire des études".

Enfin, au fil des années et des savoir acquis et maitrisés, ne boudons pas le plaisir du partage et des services que l'on peut rendre à tout un chacun.

 

Bref, j'ai l'impression alexandre que tu as la critique facile des gens qui ont eu une expérience difficile de l'enseignement supérieur, ou malheureusement n'ont pas eu la chance de pouvoir y accéder.

 

Ceci dit, pour la rénovation de l'enseignement en classes primaires, des chantiers sont en cours. Notre ami Noir pourra t'en dire plus, mais il fait sa rentrée.

Il y a dans tes bonnes suggestions, alexandre, comme un retour à l'école de Jules Ferry, mais avec l'implication de la parentèle.



#12 _Darryl_

_Darryl_

Posté 12 septembre 2015 - 10:13

@ alexandre, n'ai-je pas lu plus haut que ton enfant est inscrit à l'école ? Pourquoi tenir un discours exactement contraire à tes actes ?  :rolleyes:



#13 _TheRoom_

_TheRoom_

Posté 12 septembre 2015 - 10:15

 

Les langues, l'histoire, la géographie, la musique, le sport, les math et le français au dela d'un certains niveaux ( bases ) ne m'ont jamais servi dans la vie de tous les jours.

 

Cette phrase est inquiétante ; si on apprend pour que cela "serve" à quelque chose, on est dans le pétrin. On apprend par plaisir, pour être moins bête. On s'intéresse à l'histoire pour savoir dans quel monde on vit, à la philosophie pour développer sa pensée, à la géographie pour comprendre les enjeux géostratégiques, par exemple.

 

Le problème Alexandre, c'est ta vision utilitariste de l'apprentissage ; l'apprentissage intellectuel n'a pas à "servir" à quoi que ce soit, en tout cas de la manière dont tu l'entends.

 

 

Panthera, en caricaturant un peu, peut on dire que 7 ou 8 ans d'apprentissage de l'anglais ne te servent maintenant qu'a renseigner les touristes ? Pense tu que tant de temps passé à apprendre vaillent ce résultat ?

 

Et qui te dit qu'elle ne se sert de son apprentissage que pour ça ?

 

Elle peut ouvrir un bouquin en anglais et apprécier le style original ; rien que pour ça, ca vaut le coup. J'ai d'ailleurs appris l'anglais pour cette raison (et pour le prix des traductions aussi :-P)

 

-

 

Pour ce qui est de la revalorisation des compétences manuelles ; là je suis entièrement d'accord. Il y a bel et bien une survalorisation des diplômes et une dévalorisation constante des métiers manuels ; et ce n'est pas près de s'arranger puisqu'on se dirige vers une société de la "connaissance".


Modifié par TheRoom, 12 septembre 2015 - 10:37 .


#14 Panthera Pardhus

Panthera Pardhus
  • Genre: Femme
  • Localisation:entre un jardin et une rivière

Posté 12 septembre 2015 - 10:39

Exactement, j'ai pu me faire le plaisir de lire les 8 tomes de la petite maison dans la prairie en anglais. Quand on m'envoie des articles sur des sujets qui m'intéressent, je les comprends, idem pour les films en vo. Renseigner un touriste, c'est un peu réducteur, il y a d'abord le plaisir du partage d'une conversation et en général, les personnes te demandent de leur apprendre en retour à prononcer certains mots ou certaines expressions en français correctement en français.



#15 Panthera Pardhus

Panthera Pardhus
  • Genre: Femme
  • Localisation:entre un jardin et une rivière

Posté 12 septembre 2015 - 10:47

C'est ce que je nommerais une excellente méthode pédagogique !! Tu as eu une chance incroyable d'avoir un tel professeur !  Mais 7 ans pour apprendre une langue c'est anormalement long, comme tout ce qu'on apprend à l'école. 

Pendant l'adolescence j'avais une amie portugaise qui a débarqué à l'école sans connaître un seul mot de français. Après 6 mois, elle parlait couramment !

 

La méthode d'apprentissage la plus efficace est bien évidemment la motivation et le sens que l'on pose sur cet apprentissage. C'est ce qui est le plus souvent inexistant à l'école.

Oui, ma classe a eu de la chance. C'était un professeur qui tirait tous ses élèves vers le haut et on se serait mis en quatre pour qu'il soit fier de nous. 7 ans à raison de 3 heures par semaine et 5 heures (je crois) à partir de la seconde, c'est pas tant que ça si on y regarde de plus près.

Ca m'a aussi permis de suivre la scolarité de fiston dans cette matière. C'est con mais ça aide.



#16 _Darryl_

_Darryl_

Posté 12 septembre 2015 - 11:08

 

Cette phrase est inquiétante ; si on apprend pour que cela "serve" à quelque chose, on est dans le pétrin. On apprend par plaisir, pour être moins bête. On s'intéresse à l'histoire pour savoir dans quel monde on vit, à la philosophie pour développer sa pensée, à la géographie pour comprendre les enjeux géostratégiques, par exemple.

 

Le problème Alexandre, c'est ta vision utilitariste de l'apprentissage ; l'apprentissage intellectuel n'a pas à "servir" à quoi que ce soit, en tout cas de la manière dont tu l'entends.

Il me semble que la moindre des choses, lorsqu'une société impose un enseignement, c'est que ce dernier soit utile. L'état n'a pas à définir ce qui procure ou non du plaisir ni à poser des normes afin de définir qui est bête et qui ne l'est pas. Ce qui est inquiétant dans tes propos c'est de sous-entendre que l'humain est bête de naissance alors que c'est exactement le contraire ! 



#17 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 492 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 12 septembre 2015 - 11:51

L'humain n'est pas bête de naissance, il est doté de tous les moyens pour apprendre. Mais il doit être stimulé pour valoriser le potentiel qui est en lui.

L'environnement au sens le plus large qui soit, a toute son importance dans ce développement. 

 

Mais on peut rester inculte, dans maints domaines sans que cela se voit; l'illettrisme par exemple complique la vie de tous les jours, mais on annonce un nombre impressionnant de personnes qui ont perdu les acquis (lecture/écriture) faute de les pratiquer assidûment. Ces personnes ont une vie différente: ils prendront du plaisir à regarder à la télé, la "petite maison dans la prairie" et les pubs qui vont avec.

 

Quant au rôle de l'Etat, rendre obligatoire l'enseignement n'a aucun rapport avec la notion très subjective de "plaisir".

Le plaisir que nous évoquions, est en sus, même si c'est une puissante motivation.

 

Enfin, pour causer un peu des "normes", chacun  fonctionne avec son échelle de valeur; si je vais voir un maçon, j'espère vivement qu'il en sache plus que moi sur sa technique et qu'il en maitrise toutes les subtilités.

Je m'en assure en jetant un œil sur ses travaux récents et en écoutant avec attention ses explications. J'émets inconsciemment ( ou pas) un jugement. Si j'ai un doute, je vais voir un autre maçon et je compare.


Modifié par FLOYD, 12 septembre 2015 - 11:52 .


#18 _TheRoom_

_TheRoom_

Posté 12 septembre 2015 - 12:10

J'aurais peut être du préciser que je ne parlais pas spécialement de l'apprentissage scolaire. Je parlais de l'apprentissage en général. Pour ce qui est de la scolarité j'aurais du mal à me servir de mon expérience personnelle, ayant détesté l'école de bout en bout ; je n'ai appris que sur le tard. Et en effet j'aurais apprécié qu'on me sorte de ce calvaire.

 

Le plus important est de donner envie à l'enfant d'apprendre par lui même, de rester curieux, sans s'en remettre forcément à l'éducation nationale. Certains enfants y parviennent par l'apprentissage scolaire, pour les autres c'est aux parents de faire en sorte de trouver des moyens alternatifs.

 

L'humain n'est peut être pas "bête" de naissance, mais en tout cas il doit apprendre à mener sa vie comme il l'entend. Et c'est un travail de longue haleine.


Modifié par TheRoom, 12 septembre 2015 - 12:19 .


#19 _Darryl_

_Darryl_

Posté 12 septembre 2015 - 12:29

 

 

Je m'en assure en jetant un œil sur ses travaux récents et en écoutant avec attention ses explications. J'émets inconsciemment ( ou pas) un jugement. Si j'ai un doute, je vais voir un autre maçon et je compare.

Oui et ceci démontre que le diplôme n'est qu'un "accès à la profession" et non une preuve de savoir faire. Mon père était un très bon maçon, très demandé et n'avais pourtant aucun diplôme. C'était l'époque où l'on apprenait encore avec de vrais artisans et non avec des professeurs. Je n'ai aucune difficulté à affirmer que mon père ne savait rien des fonctions exponentielles ni du sinus de l'angle machin-chose  ;)

Ma mère n'avait aucun diplôme non plus et pourtant elle était très qualifiée dans son domaine et percevait un salaire très correct. Elle a commencé tout en bas de l'échelle et son métier la passionnait. Elle était incollable. Ensuite, tout un tas de réglementations ont été instaurées et elle s'est retrouvée bloquée dans parcours professionnel, dommage.  :cry:



#20 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 492 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 12 septembre 2015 - 13:01

Le diplôme est la validation officielle d'un cursus et de l'acquisition  de savoir et de savoir-faire.

On peut tout à fait acquérir des savoir et des savoir-faire sans être passé longtemps par un établissement de formation.

 

Je rappelle qu'au XVIIIe  les apprentis payaient le patron pour avoir le droit de travailler et d'apprendre  le métier durant de longues années.

Ensuite ces apprentis devenus ouvriers, restaient encore redevables de quelques années à passer au service du patron.

Patrons qui bien évidemment n'imposaient pas l'obligation de la formation à leurs héritiers pour qu'ils deviennent à leur tour patron.

 

Alors? Quelle solution préférer?


Modifié par FLOYD, 12 septembre 2015 - 13:01 .