Aller au contenu


la quête du féminin

rabhi

  • Veuillez vous connecter pour répondre
83 réponses à ce sujet

#1 _khalil_

_khalil_

Posté 20 novembre 2015 - 09:46

La quête du féminin m’a toujours accompagné. Je ne parle pas seulement du désir charnel, mais du besoin de l’amitié, de l’affection des femmes.

Je crois à la nécessité d’en finir avec cette exaltation du masculin, entendu comme la volonté de puissance, l’agressivité, la domination. Je me sens profondément blessé par la subordination universelle de la femme. Combien d’hommes sont capables de s’assumer sans celles qu’ils jugent inférieures? Combien de filles n’ont pas accès à l’éducation? Combien d’épouses sont encore opprimées ou battues? Je suis déconcerté que tant de vies puissent naître de cette rencontre violente entre le masculin et le féminin. Les familles, les sociétés qui en résultent, ne peuvent que connaître un profond déséquilibre. Dans la nature, les deux sexes sont indispensables à la création. Le féminin l’est peut-être même davantage.


Lorsque j’étais éleveur, il y avait dans mon troupeau un bouc pour trente bêtes. Une fois qu’il avait fait son office, il pouvait disparaître sans que cela affecte nullement la vie des petits qui, en revanche, n’auraient pas survécu sans leur mère. J’ai toujours été un peu jaloux de cet état de fait. Comment, devant le miracle de la procréation, ne pas se sentir… un peu surnuméraire ? J’aurais tellement aimé vivre cette expérience fantastique de porter un enfant.

C’est sans doute cette jalousie fondamentale qui engendre la violence chez tant d’hommes. Leur peur, fantasmée, de ne pas être indispensables. Même dans les pays les plus égalitaires, il nous faut corriger l’injustice et l’arbitraire, rééquilibrer le désir de conquête par l’instinct de protection de la vie. Je ne dis pas que l’un est masculin et l’autre féminin.

Je crois à la présence de ces deux forces en chacun de nous. Je suis tout aussi révolté par ces discours qui mutilent les hommes en leur interdisant de pleurer, que par ceux qui prétendent réduire la féminité à la seule maternité. Il nous faut retrouver le sens de notre complémentarité. Entre nous, et en chacun de nous.

Sources : Pierre Rabhi via Chemin de vie

Modifié par khalil, 20 novembre 2015 - 09:51 .

  • Kaddha, Natura et Tithouan aiment ceci

#2 Anonimo

Anonimo

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1 615 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ztigania-celtika
  • Intérêts:Les plus divers, mais avant tout l'humain et l'environnement

Posté 20 novembre 2015 - 12:08

Je suis pleine séparation avec mon épouse.J'ai a cette occasion comme toujours étés le plus égale possible sur tout plans avec elle.

Jaloux je ne l'ai jamais étés , puisque je pense que nous avons tous besoin les uns des autres , tout comme l'on peut être indépendants! 

Tout est une question de respect, équilibre complicité et conventions voulut entre les deux parties!



#3 _Darryl_

_Darryl_

Posté 20 novembre 2015 - 15:26

 

 

Dans la nature, les deux sexes sont indispensables à la création. Le féminin l’est peut-être même davantage.

Ceci est la seule loi de la nature (sauf que tu aurais du dire "reproduction"), tout le reste est fait de constructions mentales et de conditionnements. 

 

 

Lorsque j’étais éleveur, il y avait dans mon troupeau un bouc pour trente bêtes. Une fois qu’il avait fait son office, il pouvait disparaître sans que cela affecte nullement la vie des petits qui, en revanche, n’auraient pas survécu sans leur mère.

Le concept de couple est une conséquence du patriarcat, contrôler sa descendance en réduisant la femme à une servante soumise et fidèle. Sans détailler les causes et les raisons du mariage (contrat financier), les hommes et les femmes, actuellement, confondent l'attirance sexuelle (nécessaire à la reproduction) avec l'amour. Ressentir de l'amour pour quelqu'un ne signifie certainement pas d'exiger un quelconque engagement ou exclusivité sexuelle.

Une mère a bien d'autres préoccupations urgentes et indispensables que de se préoccuper des besoins de son partenaire sexuel qui, lui, n'est plus un enfant (normalement) et peut se débrouiller sans être materné.

 

 

J’aurais tellement aimé vivre cette expérience fantastique de porter un enfant.

Oui, c'est fantastique ! L'amour qui lie une mère à son enfant est incomparable avec le désir qu'une femme peut ressentir pour un homme. C'est difficile, voire impossible d'éprouver les deux émotions simultanément. 

 

 

 

les hommes en leur interdisant de pleurer, que par ceux qui prétendent réduire la féminité à la seule maternité. Il nous faut retrouver le sens de notre complémentarité. Entre nous, et en chacun de nous.

 

Paradoxalement, ce sont les femmes, par leur rôle d'éducatrice, qui inculquent à leurs enfants ces injustices et ces absurdités concernant les différences entre filles et garçons. C'est un conditionnement très puissant et quasi inconscient qui s'opère beaucoup plus dans les attitudes et les actes que par les paroles. 



#4 Gaueca

Gaueca
  • Genre: Femme
  • Localisation:64 - Pays Basque

Posté 20 novembre 2015 - 21:50

C'est quoi "une femme" ? quelqu'un qui a un vagin ?



#5 _(re)passant_

_(re)passant_

Posté 21 novembre 2015 - 04:18

"Le concept de couple est une conséquence du patriarcat"

 

Dans la nature il existe des espèces,  minoritaires j'en conviens, où le couple est stable et monogame: Loup . Oies  · Cygne · Cigogne · Pigeon · perruches, ...  


Modifié par (re)passant, 21 novembre 2015 - 04:19 .

  • Gaueca aime ceci

#6 _Darryl_

_Darryl_

Posté 21 novembre 2015 - 08:53

Je m'attendais à cet argument. L'être humain ne se considère pas comme un animal mais aime s'y comparer quand ça l'arrange. 

La notion de "couple" n'existe chez les animaux qu'au moment de la reproduction, aucun des deux partenaires ne domine ni ne contrôle l'autre constamment et les femelles ne sont pas considérées comme des subalternes.



#7 _(re)passant_

_(re)passant_

Posté 21 novembre 2015 - 09:31

J'ai des amis, plus exactement les parents d'amis, qui ont des perruches et les laissent se reproduire (faut gérer après ...). Les perruches appelées justement "inséparables" ont une vie de couple permanente sous forme de toilettage mutuel.   



#8 _Darryl_

_Darryl_

Posté 21 novembre 2015 - 09:41

Comment tu veux débattre de ce sujet en argumentant sur la vie des perruches ?



#9 Gaueca

Gaueca
  • Genre: Femme
  • Localisation:64 - Pays Basque

Posté 21 novembre 2015 - 11:04

De toutes façons peu importe d'où vient la notion de couple, au fond. Je ne suis pas persuadée qu'elle soit foncièrement socio-politique, d'ailleurs; je pense qu'elle est très psychologique, dans ses origines. La relation duelle est très, très particulière, elle forme un pont entre la solitude et le groupe.

Etre seul, ou vivre une relation triangulaire, c'est incomparable à la relation obtenue à deux. Je ne vais pas m'étendre sur le sujet, mais je pense que chacun comprend un peu ce que je dis...

 

Je n'affirme par contre pas que la relation à deux est "meilleure" ou "inférieure" aux autres, à la solitude, à la vie en groupe; mais c'est une relation spécifique et je ne suis pas étonnée que nous soyions nombreux(ses) à nous y attacher.

Chacun est libre de ses choix, je ne compte pas rejeter ou dévaloriser la notion de couple sous prétexte qu'elle s'originerait dans du "patriarcat".

 

 

Par contre, encore : c'est quoi, une femme ?



#10 _(re)passant_

_(re)passant_

Posté 21 novembre 2015 - 11:07

Je veux simple dire que quelque espèce d'animaux vivant sans le moindre conditionnement et suivant uniquement leur instinct naturel vivent en couple stable et monogame leur vie durant. Donc ce concept existe donc dans la nature.

 

Je me suis occupé de chevaux, le dominant est toujours un mâle entier si il  y en a un.

 

L'homme est-il naturellement monogame ? Pas sur du tout,  :rolleyes:  Par contre le couple stable monogame dès nos ancêtres chasseurs cueilleurs garantissait une meilleure survie des enfants le temps qu'ils soient autonomes.      



#11 _(re)passant_

_(re)passant_

Posté 21 novembre 2015 - 11:09

Par contre, encore : c'est quoi, une femme ?

Génétiquement et hormonalement c'est assez simple à définir.



#12 _Darryl_

_Darryl_

Posté 21 novembre 2015 - 12:19

Une femme est un humain de sexe féminin. C'est quoi cette question bizarre ?

 

Prendre exemple sur quelques espèces qui n'ont qu'un seul partenaire sexuel ne justifie pas que le monde est fait par les hommes et pour les hommes et que le pôle féminin de l'humanité est totalement occulté, brimé et même ridiculisé. Les femmes ont à ce point perdu tout sens logique qu'elles se sont mises à avoir de l'ambition et à convoiter le pouvoir sur les peuples pour se prouver à elles-mêmes qu'elles sont "comme les hommes". Cette attitude relève de la schizophrénie car ce sont bien les femmes qui éduquent les enfants et qui inculquent ces concepts absurdes.

 

@ (re)passant, je connais aussi très bien le comportement des chevaux et je n'ai pas observé le même phénomène que toi.

 

 

La jument la plus vieille est souvent dominante. C'est elle qui accède en premier aux ressources limitées (nourriture, boisson). Dans le groupe existe une hiérarchie de type dominant/dominé, établie en fonction de l'âge des individus et de leur tempérament. Cette hiérarchie est cependant parfois difficile à cerner. En général, la hiérarchie est linéaire (A domine B, qui domine C, qui domine D...). Cependant, des hiérarchies triangulaires apparaissent : A domine B, B domine C, mais C domine A21. Le plus souvent, les plus vieux dominent les plus jeunes jusqu'à ce que ceux-ci arrivent à trouver leur place dans le groupe et à se faire respecter.

 Donc, tu vois bien qu'il n'y a rien de commun avec les humains puisque la hiérarchie est basée sur un ordre naturel et non sur des concepts artificiels de type "enfant roi" ou "femme active jonglant entre carrière et éducation de leurs progénitures". Personne n'a jamais vu un poulain faire la loi dans sa famille ni un étalon exiger que les femelles lui cirent ses sabots.  :-D

 

 

e ne suis pas persuadée qu'elle soit foncièrement socio-politique, d'ailleurs; je pense qu'elle est très psychologique, dans ses origines. La relation duelle est très, très particulière, elle forme un pont entre la solitude et le groupe.

Etre seul, ou vivre une relation triangulaire, c'est incomparable à la relation obtenue à deux. Je ne vais pas m'étendre sur le sujet, mais je pense que chacun comprend un peu ce que je dis...

 

Je n'affirme par contre pas que la relation à deux est "meilleure" ou "inférieure" aux autres, à la solitude, à la vie en groupe; mais c'est une relation spécifique et je ne suis pas étonnée que nous soyions nombreux(ses) à nous y attacher.

La relation de couple telle qu'elle est conçue  est une relation de type névrotique. Chacun des partenaires projette sur l'autre des attentes impossibles à obtenir. Chacun des deux doit pouvoir satisfaire les besoins affectifs, matériels et sexuels de l'autre. Nous ne sommes même plus dans une relation "homme dominant/femme dominée" mais dans une situation où chacun des deux veut le pouvoir sur l'autre. Un couple homme/femme fonctionne tous les deux selon le principe masculin et éduquent leurs mômes dans ce sens, tout en entretenant les vieux schémas du rôle homme/femme. C'est juste débile !!!



#13 Eric17

Eric17
  • Genre: Homme
  • Localisation:Charente-Maritime
  • Intérêts:Astronomie, ornithologie, travail du bois, vieux gréements, nature, bricolage, lecture, sciences.

Posté 21 novembre 2015 - 12:37

Comme je l'ai entendu dire par Brel, j'ignore si c'est de lui ou s'il a emprunté la formule, "la maternité est une réalité, la paternité, une simple vue de l'esprit".

J'aime bien l'idée que nous autres humains soyons encore des animaux au plus profond de nous. Ce n'est pas tenter de se défausser de ses actes ou de ses responsabilités que de dire que nous somment toujours guidés par des réflexes ancestraux. Il en va ainsi du désir de la maternité chez les femmes et ce désir est le plus souvent perçu comme quelque chose de positif, de beau. Pourtant ce désir n'est qu'une pulsion de pérennisation de l'espèce qui nous vient de nos origines animales. Or une autre pulsion primitive, puise à la même source chez les hommes, celle de s’accoupler avec des femelles plus jeunes dès que sa femelle principale devient moins fertile avec l'âge. Curieusement cette pulsion là est beaucoup moins bien vue par nos compagnes, je sais pas pourquoi, pourtant la motivation est la même, pérenniser l'espèce.

Sont compliquées ces femmes. :rolleyes:


Modifié par Eric17, 21 novembre 2015 - 12:40 .


#14 _Darryl_

_Darryl_

Posté 21 novembre 2015 - 12:49

 

 

Il en va ainsi du désir de la maternité chez les femmes et ce désir est le plus souvent perçu comme quelque chose de positif, de beau. Pourtant ce désir n'est qu'une pulsion de pérennisation de l'espèce qui nous vient de nos origines animales

Oui mais l'instinct de reproduction EST positif puisqu'il permet de perpétuer l'espèce  :rolleyes:  La vie (dans son ordre naturel) a créé beaucoup de chose positives sinon aucune espèce ne voudrait rester en vie  ;)



#15 Gaueca

Gaueca
  • Genre: Femme
  • Localisation:64 - Pays Basque

Posté 21 novembre 2015 - 13:49

Eh bien, tout comme il vous semble incongru de juger du comportement humain à l'aune du comportement d'autres espèces animales, il me semble, à moi, un peu fou de parler "des femmes".

Je suis d'accord, une femme c'est une femelle, biologiquement, point.

Ca ne veut en aucun cas dire qu'une femelle va porter intrinsèquement certaines qualités, défauts, aptitudes ou incapacités.

Elle a juste un vagin.

 

C'est quoi être "féminine" ? être dotée en quantité de douceur, patience, tendresse ? être "moins forte qu'un homme physiquement" ?

C'est quoi être "masculin" ?

 

Vous trouverez en grandes quantités des qualités "féminines" chez des sujets mâles, et chez des individus femelles on remarquera facilement une grande force et endurance physique, une capacité à être "impressionnante", "charismatique".

Segmenter les caractéristiques selon l'appareil génital, c'est complètement fou, au fond...

 

Le couple, qu'on le laisse vivre ! qu'il soit constitué d'un mâle et d'une femelle, de deux femelles, d'un mâle qui se sent "féminin" et d'une femelle qui se sente "masculine", ou encore de deux individus pansexuels et pansexués...

Toujours selon le "vivre et laisser vivre", laissons les gens vivre seuls, vivre asexués/els, vivre en trio, en libertinage. Tout cela n'importe pas, cherchons simplement ce dont nous avons besoin dans le fond et non dans la forme.



#16 _Darryl_

_Darryl_

Posté 21 novembre 2015 - 14:39

 

 

Eh bien, tout comme il vous semble incongru de juger du comportement humain à l'aune du comportement d'autres espèces animales, il me semble, à moi, un peu fou de parler "des femmes".

Ce n'est pas incongru si l'on compare des espèces comparables  ;) La seule référence raisonnable serait les grands primates. Que choisir ? Les gorilles vivant en groupe sous la protection d'un mâle dominant, le mec qui est là pour protéger (dos argenté) et mettre de l'ordre dans les disputes trop agaçantes ou bien les bonobos qui n'ont aucune hiérarchie et passent presque tout leur temps à avoir des relations sexuelles avec n'importe qui ?  ;)

 

 

 

Ca ne veut en aucun cas dire qu'une femelle va porter intrinsèquement certaines qualités, défauts, aptitudes ou incapacités.

 

Difficile à dire pour une espèce qui vit complètement hors sol et totalement programmée mentalement. De par les différences hormonales, certaines aptitudes seraient différentes comme celle de l'ouïe et la vision ainsi que sur la façon de s'orienter dans l'espace. "Qualités" ou défauts" sont des critères subjectifs.

 

 

Segmenter les caractéristiques selon l'appareil génital, c'est complètement fou, au fond...

 

Oui sauf qu'une femme qui est mère aura des comportements différents et se verra développer des aptitudes supplémentaires.

 

 

 

Toujours selon le "vivre et laisser vivre", laissons les gens vivre seuls, vivre asexués/els, vivre en trio, en libertinage. Tout cela n'importe pas, cherchons simplement ce dont nous avons besoin dans le fond et non dans la forme.

 

L'idée de base n'était pas la tolérance sur les différents types de couple mais bien de prendre conscience que notre société est basée sur le principe masculin dont le couple en est une conséquence.

L'image qui suit n'a aucune réalité, c'est une illusion, un conte pour enfant :

photos-mariage-couple-big.jpg



#17 _Darryl_

_Darryl_

Posté 21 novembre 2015 - 14:59

Dans cette photo, il y a beaucoup de messages subliminaux. La femme est jeune, vierge (la robe blanche), jolie et sexy selon les critères en vigueur et semble être protégée par son mari, jeune et beau (toujours selon les critères en vigueur). Tous deux semblent relativement à l'aise financièrement et vivent une vie idyllique : la plage, l'expression de bonheur qu'on peut voir sur leurs visages.

Il s'agit purement et simplement d'une mise en boîte des aspirations des hommes et des femmes selon des rôles bien définis. 



#18 _TheRoom_

_TheRoom_

Posté 21 novembre 2015 - 16:57

Tu décris l'habitus Darryl ; rien de très nouveau.

 

 

"La domination masculine est la forme par excellence de la domination symbolique" :

 

https://youtu.be/ZRGOxuxB_3A?t=40m


Modifié par TheRoom, 21 novembre 2015 - 16:59 .

  • FLOYD aime ceci

#19 _khalil_

_khalil_

Posté 21 novembre 2015 - 19:28

"...Et les études montrent que, de manière générale, les femmes sont très peu satisfaites de leur corps. Quand on leur demande quelles parties elles aiment le moins, c'est toujours celles qu'elles trouvent trop " grandes" ou trop " grosses " ; les hommes étant au contraire insatisfaits des parties de leur corps qu'ils jugent trop " petites ". Parce qu'il va de soi pour tout le monde que le masculin est grand et fort et le féminin petit et fin. Ajoutez les canons, toujours plus stricts, de la mode et de la diététique, et l'on comprend comment, pour les femmes, le miroir et la balance ont pris la place de l'autel et du prie-dieu..." Bourdieu le corset invisible
lire aussi "l'homme décide , la femme s'efface"
http://www.homme-mod...ue/tele981.html

#20 Gaueca

Gaueca
  • Genre: Femme
  • Localisation:64 - Pays Basque

Posté 21 novembre 2015 - 19:36

... donc, solution ? laisser chacun vivre son corps comme il le préfère. Bannir tout un tas de termes enfermants type "les femmes pensent que", "c'est dur pour les hommes de", "féminin", "masculin"... et laisser s'exprimer tous les individus librement, un nouveau langage se bâtir et à travers lui une nouvelle forme de pensée.





Aussi étiqueté avec rabhi