Aller au contenu


Photo

Refus d'un milliard pour Mère Terre, combat soutenu : c'est pa


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 Natura

Natura
  • Genre: Non spécifié

Posté 23 dcembre 2015 - 13:14

 

 

Canada : une tribu amérindienne refuse un milliard de dollars pour la construction d’un pipeline sur ses terres
792547_2fb3b186-1728x800_c.jpg

Même pas pour un milliard !!! Qui a dit que tout pouvait s’acheter ? Ce que la Cour suprême du Canada a permis aux autochtones canadiens de faire devrait être un exemple partout dans le monde. Ce devrait même être l’ONU qui devrait garantir le droit des peuples à disposer librement de leurs terres envers et contre tous, y compris l’état. Un peu partout à travers la planète, on assiste à une résistance croissante à l’accaparement des terres au nom de la modernité. Bien que la lutte soit inégale et que la résistance soit vouée à l’échec à long terme, celle-ci est nécessaire pour freiner les appétits et obliger les prédateurs à prendre en considération les aspects humains.

***

La tribu amérindienne Lax Kw’ alaams, vivant au nord-ouest de la Colombie-Britannique, vient de prendre une mesure forte afin de protéger ses terres. En effet, les membres ont refusé la construction d’un terminal maritime et d’une usine de gaz naturel liquéfié (GNL) ainsi qu’un chèque de près d’un milliard de dollars.

Un groupe dirigé par la société malaisienne spécialisée dans l’énergie Petronas avait proposé une énorme somme d’argent à la tribu Lax Kw’ alaams afin d’obtenir la permission de construire un terminal maritime et une usine de gaz naturel liquéfié à proximité de leur communauté éloignée.

La communauté des Lax Kw’ alaams, qui compte environ 3600 membres, a toujours rejeté le plan et n’est pas intéressée par l’offre de la multinationale. Dans une déclaration, l’un des membres s’est exprimé sur cette décision : « Ce n’est pas une question d’argent. L’enjeu est environnemental et culturel. » Le projet Petronas aurait en effet un impact certain sur les poissons et la faune dans la région et pourrait également causer de plus larges dégradations des terres sacrées des Lax Kw’ alaams.

Au Canada, la Cour suprême a statué l’an dernier en faveur des groupes autochtones afin qu’ils aient plus de contrôles sur leurs propres ressources naturelles. Ils ont plus de chance que des dizaines de tribus à travers le monde qui ont été déplacées pour laisser place à l’exploitation des sols.

Les études environnementales commandées par la Pacific NorthWest sont parvenues à des conclusions opposées sur l’impact des constructions sur l’environnement. Les résultats d’un examen par l’Agence canadienne d’évaluation environnementale ne sont pas attendus avant l’automne.

 

 

 



#2 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 23 dcembre 2015 - 14:16

Bonjour,

"Une petite bataille de gagnée mais certainement pas la victoire. La compagnie pétrolière annonce qu’elle continuera à évaluer la viabilité du projet pour répondre aux attentes des natifs amérindiens. De nouvelles « négociations » auront probablement lieu. Plusieurs batailles locales contre des projets similaires se déroulent au même moment au Canada, au Québec et dans le nord des États-Unis. À titre d’exemple, le projet Keystone XL, un pipeline géant devant transporter les sables bitumineux du Canada à travers les USA, est au point mort à ce jour. D’autres tribus aborigènes font opposition à cet autre projet de manière effective pour l’instant. Jusqu’à quand ces peuples vont-ils résister à « la marche du progrès » ? Le progrès ne serait-il pas désormais d’envisager de nouvelles énergies sans plus tarder?"

 

http://aquaculture-a...que-indien.html



#3 Natura

Natura
  • Genre: Non spécifié

Posté 23 dcembre 2015 - 18:08

Il est certain que le combat est loin d'être terminé, d'autant que les grosses compagnies assoiffées "sans plus tarder" de profits destructeurs qu'importe, tentent par tous les moyens de faire valoir leur crédibilité en prétendant consulter/demander l'avis par le biais de leur propre procédures d'évaluation environnementale dont je vous laisse deviner le degré de fiabilité afin d'esquiver de plus longues et légales procédures gouvernementales nommé Débat Public (6 mois minimum de consultation citoyenne, vous imaginez....comparé aux quelques jours torchés-pliés des compagnies) auxquels sont soumis des "aménagements du territoire d'envergure ayant un impact social, économique et environnemental" tel les oléoducs pour exemple, ce qui emmerdent au plus haut point les vampires de la Nature. Seul l'économique les intéressent. Rien de neuf.  L'Agence Canadienne d'évaluation environnementale au vue de son degré d'intégrité ou de corruption (la ligne peut être très subtile) fait contre-poids dans les faits du moins au Canada dans la majorité des cas, mais jusqu'ou ? En tout cas, rien ne peut être engagé tant que le gouvernement n'aura pas mis en place une étude d'impact environnemental avec consultation citoyenne à l'appui, soit pas avant l'automne...il faut juste le rappeler à l'ordre quand à ses devoirs parfois défaillant, les études scientifiques et leurs tournures vont dépendre du bord sur lequel elles sont sur scène et surtout en coulisses.....merci pour le document, cela prouve que les autochtones regroupés en association organisées sont fondamentales pour que respect soit appliqué, le Canada étant une terre promise pour les destructeurs de Nature de tous bords, j'avais beaucoup aimé l'avancé au Québec notamment quand à la démocratie participative concernant les projets d'aménagement du territoire néfastes - ils sont très impliqués à ce niveau-là sans pour autant savoir ce qu'il se passe niveau décisionnel en coulissescar attaqués de toute part pour la richesse naturelle du vaste territoire, les tensions sont multiples - en France, ça commence à bouger et je me rappelle de ces deux débats publics qui avaient fait l'objet de mon mémoire concernant deux projets de Grand contournement autoroutiers à Toulouse et Bordeaux (vaste supercherie, but économique à l'échelle Européenne pour une poignée de riches compagnies voulant éviter les embouteillages et circuler entre l'Espagne et le reste de l'Europe sans embuches....grillé grâce aux assoc hystériques, les experts environnements étant soit contre soit pour (une autoroute ne changera pas la décoration d'une forêt en la traversant..sisi, un cynique expert qui montrait des photos avant-après, l'autoroute traverse la forèt mais les arbres sont toujours là...l'objectivité lorsque pognon et prestige à l'appui, certains sont INTEGRES merci, passons : deux projets REJETES au final !

 

oui sans plus tarder, de nouvelles énergies !



#4 Natura

Natura
  • Genre: Non spécifié

Posté 23 dcembre 2015 - 18:17

et les pipelines ou oléoducs sont tous sauf de "nouvelles énergies", un transport par canalisation du pétrole n'intègre en rien une approche respectueuse avec risques et dangers multiples : il y a progrès et progrès...les civilisations anciennes étaient plus avancé niveau progrès selon son entendement que nos sociétés occidentales, si progrès sous-tend respect, la donne est différente...