Aller au contenu


Photo

envie de vivre dans une cabane


  • Veuillez vous connecter pour répondre
51 réponses à ce sujet

#1 pelton

pelton
  • Genre: Homme
  • Localisation:ile de france
  • Intérêts:photographie, lecture, marche à pied, observer

Posté 11 juin 2016 - 17:10

Bonjour à vous,

 

Avant tout chose, c'est toujours un plaisir de revenir sur ce site que j'affectionne tout particulièrement.

 

Voilà en gros mon projet pour lequel je souhaite recueillir vos infos, conseils et avis. Bientôt je vais me retrouver sans logement et de ce fait, je recherche une alternative pour mon prochain logement.

 

Je voudrais du coup me tourner vers un projet que j'avais mis de côté et que je souhaite resortir et qui est de me trouver une cabane ou un cabanon sur un terrain ou sur l'eau pour y vivre un temps.

 

- y en a t'il parmi vous qui ont sauté le pas dans ce type de projet ?

- trouve t-on des offres et annonces de cabanes ?

- Est-ce plus ou moins bien structurer en terme de législation ?

 

Merci d'avance pour le temps que vous accorderez à la lecture de ce sujet

 

 

 

 



#2 pelton

pelton
  • Genre: Homme
  • Localisation:ile de france
  • Intérêts:photographie, lecture, marche à pied, observer

Posté 12 juin 2016 - 21:07

Bonsoir, je vise peu-être l'achat d'un étang oû je pourrais éventuellement y mettre une cabane flottante



#3 groslard

groslard

Posté 12 juin 2016 - 21:10

Bonjour, super projet !
J'avais envisagé la même chose, en imaginant construire la cabane (potentiellement dans un arbre) mais finalement on a opté pour une maison.
Je me souviens que d'un point de vue législatif, il était assez important de tomber dans une commune tolérante vis à vis de ce type d'habitat, car cela faisait une grosse différence. Être un peu discret aide aussi, d'après les retours d'expérience que j'ai eus ; on a tendance a laisser faire beaucoup plus facilement une personne qui ne fait pas de vague, voire qui participe un peu en bien à la vie locale. Par contre le simple fait que la cabane soit visible depuis la route, par exemple, peut faire que l'on commence à se poser des questions et trouver anormal la présence d'un "marginal" (car pour un certain nombre de personnes il s'agit avant tout de cela), et à partir de là le maire ou d'autres autorités peuvent se sentir obligés de mettre des bâtons dans les roues du quidam cabanophile. Donc si je me lançai dans ton projet j'aurai tendance à privilégier une situation un peu discrète et à tâter le terrain au niveau local avant un achat.

C'est pas grand chose mais ça te sera peut-être utile.



#4 pelton

pelton
  • Genre: Homme
  • Localisation:ile de france
  • Intérêts:photographie, lecture, marche à pied, observer

Posté 12 juin 2016 - 21:20

Merci beaucoup groslard pour ton retour et je te rejoins tout à fait sur le sujet de la discretion qui est de rigueur dans ce type de démarche. Je pense que une fois que j'aurai trouvé ce terrain ou cet étang, je m'attelerais sur les différentes demandes et démarches administratifs .

 

Merci pour cette chose utile :roi2:



#5 groslard

groslard

Posté 12 juin 2016 - 21:40

Tiens en passant, si tu achètes un terrain et que tu construis la cabane, sache que si le terrain n'est pas constructible tu n'as même pas le droit d'y faire un cabanon, même de moins de 20 m², et même de moins de 5 m², contrairement à ce qui se dit ici ou là.

Bon après entre le droit et l'application du droit... Ya tout un monde, qu'on appelle généralement "la vie" :)

Si tu te poses des questions sur la constructibilité en tous cas je peux sans doute t'aider.



#6 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 13 juin 2016 - 08:38

Pour mémoire, le forum a souvent et régulièrement discuté de ces questions entre liberté et réglementation.

J'ai toujours insisté sur le fait qu'une habitation en milieu sauvage engendrait inévitablement des perturbations écologiques, qu'il ne faut pas méconnaitre quand on met en avant un discours écolo.

 

Autre point, le terme "cabanon" est néfaste car péjoratif…  Si le projet est bien celui d'une habitation permanente et durable, le mieux consiste à parler de "maison à ossature et bardage bois", c'est plus crédible et respectable!  ;)


  • Anonimo aime ceci

#7 groslard

groslard

Posté 13 juin 2016 - 08:43

Tu as raison Floyd pour "cabanon" mais parfois il vaut mieux utiliser le terme péjoratif pour pas trop faire le malin et passer entre les gouttes :) Je pense que pelton saura quand utiliser quel mot =)

Et pour l'habitation en milieu sauvage ce que tu dis es vrai aussi, mais j'ajoute que l'homme fait partie de la nature, et qu'en étant intelligent, l'impact peut être très positif.



#8 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 13 juin 2016 - 09:06

Impact positif?  ça je ne crois pas, on peut introduire un nichoir, semer des graines de fleurs mélifères, et penser avoir agit avec intelligence.

 

Je connais également le discours des carriers qui  te démontrent (et c'est vrai) que l'impact de leurs travaux a été positif, pour quelques oiseaux nicheurs ou quelques migrateurs palmipèdes.

Mais le sol et la flore des prairies n'étant plus là, toute une écologie a été définitivement modifiée.

 

L'habitat humain génère des bruits, des lumières, des odeurs, des fumées, des mouvements… qui sont perçus par la faune qui préfère déserter ces voisinages.

L'humain lui ne perçoit pas ces impacts complexes. Il faut être un naturaliste chevronné pour savoir à quoi s'en tenir à propos des impacts immédiats, durables ou pas, ou des impacts à long terme.

L'écologie est une science en progrès.



#9 groslard

groslard

Posté 13 juin 2016 - 09:45

un nichoir ou de la prairie fleurie, c'est un peu comme fermer le robinet quand on se lave les dents, c'est une bonne idée qui ne change pas grand chose.

Mais l'homme peut avoir un rôle très positif, en apportant de la diversité dans les espèces végétales, animales, dans les milieux naturels. L'homme fait partie intégrante de la nature. Bref c'est pas grave si on n'est pas d'accord, ne faisons pas trop dévier le sujet.



#10 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 13 juin 2016 - 11:04

Trop souvent l'humain fait partie "désintégrante" de la nature… à de rares exceptions prêt sans le savoir ni s'en rendre compte.

Le pire du pire c'est quand il introduit dans un biotope des espèces exotiques.

 

Mais je parlais surtout de l'impact de la présence d'un habitat permanent, celui qui induit des perturbations nombreuses et sournoises.

Voilà pourquoi je n'encouragerai jamais à cette intrusion de l'humain dans un espace naturel.

 

Je comprends parfaitement qu'on puisse avoir envie de ne pas avoir de voisin, d'avoir un territoire à soi, de pouvoir tenter toutes sortes de pratiques, d'essais.

Surtout après avoir passé une partie de mon week-end à Crocus avec les amis de l'Escampe… sous la pluie. ;)


  • Anonimo aime ceci

#11 pelton

pelton
  • Genre: Homme
  • Localisation:ile de france
  • Intérêts:photographie, lecture, marche à pied, observer

Posté 13 juin 2016 - 14:41

Merci Floyd de ton intervention pour laquelle on porte une grande attention. Je comprend bien là le message que tu souhaites faire passer.



#12 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 13 juin 2016 - 19:38

Merci.

Après, il y a des secteurs dits "anthropisés", c'est à dire déjà marqués par la présence humaine plus ou moins ancienne, plus où moins persistante.

 

Dans ces lieux, j'allais dire moins naturels, une installation respectueuse du biotope aura potentiellement des impacts moins graves.

Il est alors intéressant de réaliser un inventaire faune/flore et de mettre en place quelques actions pour rétablir même partiellement les conditions d'existences d'animaux et de végétaux normalement présents.

- Maintenir les arbres à cavités pour les chouettes et hiboux, les chauve-souris…

- Eviter les clotures trop grillagées qui empêchent le passage des hérissons…

- Laisser les accès pour la nidification des hirondelles…

- Retarder les fauchages pour permettre aux espèces végétales d'achever leur cycle…

- Restaurer une mare pour maintenir les batraciens, les libellules…

- Parier sur la flore mellifère pour sauvegarder les insectes butineurs et pollinisateurs…

Bref penser  et agir sur cet environnement, en évitant de s'imposer en humain dominateur de la nature.



#13 singe bavard

singe bavard

Posté 13 juin 2016 - 20:24

Je me permets de réagir sur ces remarques très pessimistes de FLOYD. On touche à un des points qui m'empêchent de me définir comme écolo, à vrai dire, mais le destin de pelton n'est pas de s'isoler du monde réel avec sa cabane pour se punir d'être humain. L'homme est une espèce animale que la nature a portée jusqu'à aujourd'hui. C'est beau de vivre avec une intelligence de la vie autour de soi, de contribuer à un espace riche et équilibré, mais n'est-il pas possible de compter l'homme parmi les espèces locales, avec son impact naturel ? Si vivre dans une cabane est encore un mode de vie destructeur pour l'environnement, alors la vie ce n'est vraiment pas drôle, et il va falloir songer sérieusement à mettre du poison dans les réseaux d'eau potable ou un truc du genre pour rendre le bonheur humain possible à nouveau ; ce serait plus efficace que saper le projet de pelton à mon avis.


  • Shivaya, Anonimo et groslard aiment ceci

#14 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 13 juin 2016 - 23:16

Vivre dans une cabane aura un impact sur le biotope et les espèces qu'il héberge.

Il me parait difficile de le nier.

On peut êtres tenté de le voir comme "modéré", mais un impact se mesure à partir d'un état initial connu après un inventaire précis et détaillé.

D'année en année on suivra les différentes populations végétales ou animales; ce qui permet de réagir selon l'évolution constatée.

 

Mais il est clair qu'il faut éviter à tout prix d'implanter une habitation dans un secteur naturel préservé.

Ce n'est pas punir l'humain que de lui demander d'être lucide et vigilant.

 

Aujourd'hui que l'on cartographie la trame verte et bleue, pour ne plus rompre sans le savoir des continuités écologiques entre des réservoirs de biodiversité, il est important que chacun s'implique dans cette entreprise de la dernière chance pour de nombreuses espèces… y compris l'humain.

 

Le projet de Pelton doit pouvoir trouver sa place dans un secteur anthropisé, là où il sera tout à fait pertinent d'agir pour rétablir la biodiversité.

Une telle ambition décuplera le bonheur de vivre dans une cabane.



#15 gunday

gunday

Posté 14 juin 2016 - 08:22

Une remarque quand même pour FLOYD, l'installation dans un milieu naturel génère effectivement des perturbations.
Néanmoins, l'installation dans un milieu non naturel, en amenant les préceptes qui tu indiques permette à une partie de la faune et de la flore de se redévelopper normalement.

Pour pelton, il existe des mares avec cabane de pêche.
Donc il est possible d'y vivre. Même si dans l'idée, c'est un logement de vacance et non un logement à l'année.
Le sujet a déjà été évoqué ici, sur le principe de vire à l'année dans un logement prévu en résidence de vacance.

Modifié par gunday, 14 juin 2016 - 08:22 .


#16 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 14 juin 2016 - 09:01

… permette à une partie de la faune et de la flore de se redévelopper normalement.

Tout à fait vrai; la question est de savoir quelles espèces en particulier.

En effet, on peut provoquer le départ ou la disparition d'une espèce rare sans s'en rendre compte et se réjouir un peu vite de voir venir des espèces opportunistes banales.

 

Une panne de tondeuse a permis à des amis de découvrir que leur pelouse hébergeait des orchidées qu'ils n'avaient jamais aperçues…

… et dans le potager tout neuf de voir avec ravissement des coquelicots, souvenir de l'ancienne parcelle de céréales.

 

A propos de mares ou de pièces d'eau, parfois on est surpris par les chants des grenouilles et des crapauds, en saison.

Et je passe comme tout les gens qui construisent en points bas, sur les risques d'inondation.



#17 groslard

groslard

Posté 14 juin 2016 - 09:07

Si 99% des humains (en occident...) d'aujourd'hui ont effectivement un impact négatif sur la vie sauvage, ce n'est pas du à la nature de l'homme, mais à ce qu'il a aujourd'hui dans la tête, à savoir l'idée qu'il doit dompter la nature.

Donc interdire toute implantation en milieu sauvage, c'est effectivement punir le 1% qui reste et lui interdisant d'avoir une vie normale au contact de la nature, et c'est continuer à penser que le ratio 99/1 ne changera jamais.



#18 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 14 juin 2016 - 13:19

Mais c'est quoi "une vie normale au contact de la nature"?

Même les amis naturalistes ont un impact sur les biotopes qu'ils viennent étudier; c'est un exemple, quand ils attrapent un papillon au filet, ce n'est pas rare que le papillon souffre et que leur piétinement écrase une touffe d'orchidées.

 

Je ne crois pas un instant que ce 1% de la population occidentale, amoureux d'une vie proche du sauvage, puisse éviter de nuire aux biotopes où il cherche à vivre.

Ce n'est même pas en cherchant à dominer ou dompter la nature, c'est  déjà simplement en entrant et en marchant et à plus forte raison en allumant un feu, en faisant du bruit, en diffusant ses odeurs corporelles.

Toutes ces nuisances dépassent en outre, largement le périmètre de la petite propriété chèrement acquise ou du coin privatisé sans droit ni autorisation.



#19 pelton

pelton
  • Genre: Homme
  • Localisation:ile de france
  • Intérêts:photographie, lecture, marche à pied, observer

Posté 14 juin 2016 - 14:37

Je me dois juste de dire que l'on est plus ou moins tous conscient du problème que tu évoques Floyd mais si on pouvait juste revenir sur le sujet principal sans mettre de côté l'empreinte de l'homme sur la nature



#20 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 14 juin 2016 - 15:56

- y en a t'il parmi vous qui ont sauté le pas dans ce type de projet ?

- trouve t-on des offres et annonces de cabanes ?

- Est-ce plus ou moins bien structurer en terme de législation ?

Pour répondre à ces trois questions initiales;

- sont pas nombreux ce qui font des retours sur leur nouvelle vie.

- oui on trouve des offres qui concerne des habitations légères de loisirs, (HLL)  terminologie officielle…

- oui le Code de l'urbanisme et les Plans Locaux d'Urbanisme encadrent de lois et de règlements les zones où les HLL sont autorisées.

 

A contrario, la cabane au fond des bois comme le cabanon installés en dehors des zones dites constructibles, sont interdits.

Voilà l'esprit de la Loi qui en France protège les zones agricoles et les zones naturelles du mitage, c'est à dire d'un habitat diffus qu'il soit précaire ou résidentiel. 

 

Et cela ne sert à rien de dire que l'Etat, les élus et les propriétaires sont des c… tu risques de fâcher ceux du forum qui sont devenus propriétaires. ;)

 

As-tu recherché une location genre maison du jardinier dans une grande propriété boisée ou étudié l'acquisition d'une petite maison d'une pièce dans un petit village un peu à l'écart?