Aller au contenu


Photo

le travail, l'argent et moi ...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
47 réponses à ce sujet

#1 Ludiv3

Ludiv3

Posté 01 aot 2016 - 08:21

Bonjour à tous, 

 

Je ré-émerge après avoir passé mon temps à travailler ma formation et mon stage qui s'est terminé ce week end. J'ai passé une semaine magnifique durant mon stage de naturopathie et bouleversante. Diverses techniques de soin et d'accompagnement faisant émerger des choses ancrées depuis quelques temps, c'est éprouvant ...

Avant de partir vivre cette belle aventure, j'avais pris la décision de faire une pause dans ma formation, désirant prendre mon temps, profiter de mon petit loup et mettre de l'argent de côté. Et cette décision a été plus que difficile à prendre car :

- je ne me sens plus à ma place dans mon travail ;

- je suis confrontée à la dure loi du travail et de l'argent : sans travail pas d'argent et sans argent , difficile de mener à bien ses projets .donc difficile d'investir dans ma formation, et changer de métier n'est pas pour maintenant.

 

Je suis depuis quelques temps dans le mouvement "travail à mi-temps' afin de me dégager du temps pour ma famille et ne pas finir en burn out . Mais là, je crois que je vais devoir malheureusement "travailler plus pour gagner plus" ... Gagner peu m'oblige à faire des parenthèses dans ma formation et donc à rester plus longtemps que prévu dans l'entreprise dans laquelle je travaille et qui me tue le moral ... Nous vivons, ma famille et moi, pourtant dans une économie de vie assez remarquable bien que cela peut être usant au quotidien. 

 

Mon conjoint a démarré son entreprise qui galère lourdement à démarrer, j'avais pensé me lancer dans du libéral afin de ne pas être atteinte par mon entourage professionnel et par les lois de la santé publique qui déshumanisent. Mais travailler en libéral demande beaucoup d'heures de travail pour faire vivre son entreprise...

 

Je suis dans un dilemme aujourd'hui dur à supporter et je ne me sens pas clairement en forme. Mon moral chute au fur et à mesure avec un manque d'appétit. Vivre en décalage de sa philosophie de vie entraîne sans demi-mesure un mal être physique et psychique. 

 

Si vous avez des pistes, je les prends volontiers, moi je ne trouve plus d'alternatives . 

Merci à vous



#2 hazy

hazy

Posté 01 aot 2016 - 09:57

mettez vous en scop avec votre conjoint ?



#3 Gaueca

Gaueca
  • Genre: Femme
  • Localisation:64 - Pays Basque

Posté 01 aot 2016 - 09:59

A mon sens c'est la capacité à prendre de la distance avec l'affect qui va déterminer ton bien-être.

Tout est question de calcul, encore, pour le moment.

Tu as pu vivre une formation enrichissante qui t'a reconnecté(e) profondément à des choses en toi qui sommeillaient; il s'agit maintenant, non pas de les remettre sous clé, mais de batailler quelques temps en gardant la tête froide, afin de pouvoir enfin leur laisser la place.

Je suis dans le même type de situation que toi, à plein temps et enceinte.



#4 Ludiv3

Ludiv3

Posté 01 aot 2016 - 10:45

Hazy, 

 

Quel pourrait être l'intérêt d'une SCOP ? Je ne connais pas grand chose au statut juridique...

 

Gaueca, merci, ton message me fait du bien. J'accueille les émotions et je les accueille seule, c'est ça qui me peine le plus. Je ne sais pas encore bien quoi en faire ou comment leur donner du sens efficacement. 

A temps plein, je ne pourrais plus mais je pense revenir à un 80%, qui me semblé déjà beaucoup trop pour moi. Au moins, en burn out je serai en arrêt de travail :-)

Non pour être sérieux, il est vrai que j'ai plusieurs idées mais toutes pour l'instant ne me permettront pas d'atteindre à un état d'épanouissement. 

J'ai un enfant en bas âge et j'ai envie de lui donner le mieux possible, et j'avoue qu'avoir plus d'argent me rassurerait sur son avenir en tout cas, sur ce que je pourrais lui apporter. Même si on dit "ton enfant n'a besoin que de ton amour et de ta présence", lui assurer un avenir serein avec de l'argent de côté pour lui est, malheureusement, pour moi une nécessité.

 

Je suis issue d'une famille assez pauvre et bien que mes parents ont été plein d'attention et d'amour, j'ai ressenti un décalage par rapport à mes copains et copines d'école. Je n'ai pas pu faire de la musique ni pratiquer un sport collectif, car pas d'argent. Et j'ai bataillé pendant mes études pour m'assurer un toit en complétant l'aide de l'état par des boulots. Expérience enrichissante mais épuisante. Et démarrer dans la vie avec pas de grande finance m'épuise puisque je dois toujours trouver des alternatives pour économiser et malgré tout, l'argent part pus vite qu'il ne rentre. 

 

Ma philosophie de vie avec peu d'argent n'est plus en phase avec mes souhaits actuels et tous les témoignages que j'ai entendu à ce sujet ne me rassure pas : des bonnes façons de sortir du système mais toutes ces personnes avaient une bonne somme de côté. 

 

Sobre et heureux sûrement oui mais en démarrant avec un pactole  !



#5 Pedro74

Pedro74

Posté 01 aot 2016 - 12:11

Salut.

Bah de toute facon, un naturopathe fait payer sa prestation, donc tu auras toujours une relation avec l'argent, et pour avoir de l'argent, tu devras faire des heures en tant que naturo, non ? remarque, pour faire moins d'heure et avoir un salaire correct, tu peux faire comme la majorité, cad avoir des honoraires de malades du secteur PRIVE, mdr.

 

Ca me fait penser a un bagage que j'ai eu en formation : shiatsu en relaxation.

bah les eleves qui le font ce stage, bien que compétents, ils galèrent tous par la suite pour s'installer......

Car il faut un cabinet et il faut donc pas mal d'argent pour debuter, et quand on arrive a payer le loyer du cabinet, on le fait sans clientèle et sa dure pas bien longtemps....

Du coup, les profs de shiatsu, les profs de naturo ont compris le truc :

 

Comme ils arrivent pas a vivre de leur bagage, bah ils vivent de formation.................. qu'ils font payer 700 a 1000 euros la semaine, pour des metiers non reconnus par l'etat, enfin presque.Arf, ce mode de bisounours m'eclate d'une facon, vous pouvez pas savoir, mdr !

 

 

Le dileme des pauvres c'est qu'ils s'epuisent a economiser ce qu'ils n'ont pas, et le peu qu'ils ont, fond comme neige au soleil, car y'a toujours les IMPREVUS, PTDR.

A un moment, ils comprennent, que ne plus en avoir du tout, les protegent plus que s'ils en avaient, hihihihihihihi.

 

Mais ta solution, pour l'instant, est la bonne : mettre de l'argent de coté par tous les moyens possibles legaux on va dire, lol.

prendre sur soi au travail........

Pis prendre son envol, et vivre son reve sans argent, ou peu.

Tu l'as dit toi meme : tous ceux qui sont partis, bah ils avaient un pecul de coté.

 

La boucle est bouclée, tous les cadenas sont bien cadenacés.

 

Une formation d'avenir : COIFFEUR.

10.000 euros le mois a l'elysée, qui dit mieux ???????

tu t'es trompée de formation.



#6 Panthera Pardhus

Panthera Pardhus
  • Genre: Femme
  • Localisation:entre un jardin et une rivière
  • Intérêts:manger des graines,faire tourner la roue de ma cage

Posté 01 aot 2016 - 12:17

*
MESSAGE POPULAIRE !

Oula...

Stop, appuie sur pause et reconsidère chaque élément un par un.

Tu transposes ton vécu sur le futur vécu de ton petitou. Rien ne dit qu'il voudra faire du sport ou de la musique ou autre chose qui nécessite un budget conséquent. Rien ne te dit non plus qu'il voudra faire des études longues. Et encore moins que rien ne t'assure que l'argent que tu lui mettras de côté aura la valeur d'aujourd'hui et lui permettra de faire demain ce qu'on peut faire avec cette somme aujourd'hui.

Mon "pactole de départ" après séparation était de 238 euros + un ado de 17 ans....j'ai misé sur l'ado et oublié le pactole :). J'ai retrouvé les savoirs mis de côté, ramé parfois, soupiré souvent, mais...je bosse depuis 2 ans à temps partiel, suis quasi autonome en production légumière, troque, donne, vends pour compléter le budget si besoin. Plus de voiture, plus de télé depuis longtemps, plus de carte bleue, plus de plein de choses, mais riche d'expériences diverses dans lesquelles je peux puiser des solutions adaptables à un problème. Ces solutions pour pallier les manques matériels deviennent une seconde nature et je les vis comme une vraie liberté et non comme une contrainte. J'aime me rendre compte que mon neurone travaille indépendamment de moi à me faciliter la vie.

Traduction du jour: j'ai pété ce matin le récipient en verre de la cafetière. Neurone chéri m'a rappelé que j'avais un grand bocal en verre sur lequel le porte-filtre tiendrait sans problème et que je ne serais pas obligée de le tenir entre les dents, tête renversée pour boire mon café en direct :)


  • Gaueca, Ludiv3, Pedro74 et 1 autre aiment ceci

#7 Brunito

Brunito
  • Genre: Non spécifié

Posté 01 aot 2016 - 12:23

Panthera Pardhus,  de la pampapantherajungle .. je t adore ! :shy:  :sun:



#8 Ludiv3

Ludiv3

Posté 01 aot 2016 - 12:35

Panthera Pardhus, 

 

J'aime beaucoup ton témoignage et c'est ce que j'essaie de vivre actuellement ... Mais sans que ce soit tous les jours facile. Tu n'es pas d'accord avec moi pour dire que ceux qui vivent "sobre et heureux" , je parle de ceux qui y sont après avoir réalisé des projets de maison autonome ou acheter un big terrain pour cultiver des légumes et faire de l'élevage, ne partaient pas à la base avec un pactole ? J'entends très bien ton expérience mais avais-tu les mêmes envies que moi .. Nous sommes tous différents. J'aimerais réellement vivre comme toi mais mes peurs enkystées ont resurgi de sphères bien profondes que je ne connaissais pas. Imaginons que mon petit loup désire jouer du violoncelle , admettons : où je trouve l'instrument pour pas cher et à quel club je l'inscris si je vis avec 800 euros par mois sans comptez les frais quotidiens, maison et autres ... Je lui propose quoi ? Je sais que mes questions peuvent paraître absurdes pour la majorité des gens qui vont me lire mais ce sont des peurs anciennes que j'avais oublié. Et mon vécu a tellement refait surface lors du stage qu'il me tape en pleine figure... 

NOus devons retaper la maison, fenêtres en mauvaise état avec un hiver glagla, je ne peux pas proposer encore une fois à mon enfant de vivre dans le semi-froid pour une nouvelle saison hivernale, il faut changer les fenêtres et ça a un coût.  Je dois bien trouver un moyen de les financer et avec ma position professionnelle pas trop dégueu d'un point de vue sécurité autant en profiter... Mais en profiter pour finir peut être en burn out !! 

 

De plus, je ne vis pas seule, et mon conjoint, bien qu'ayant la même philosophie que moi, est beaucoup trop optimiste à mon goût et envisage des choses futures qui ne me semblent pas réalisables. Je suis peut être trop terre à terre mais je pense être bien réaliste. 

 

La naturo, il faut déjà que j'arrive à financer le reste de la formation et ce n'est pas gagné .

 

Enfin voilà où j'en suis aujourd'hui après une joie intense de vivre de façon autonome et sans argent, comme quoi notre passé enkysté nous rattrape toujours ....



#9 Panthera Pardhus

Panthera Pardhus
  • Genre: Femme
  • Localisation:entre un jardin et une rivière
  • Intérêts:manger des graines,faire tourner la roue de ma cage

Posté 01 aot 2016 - 12:55

*
MESSAGE POPULAIRE !

Ma belle amie, là tu vis dans l'angoisse d'un futur et tu passes à côté du présent.

 

Un instrument type violoncelle se loue environ 17 euros par mois, et il est probable qu'une école de musique propose des tarifs groupés encore plus intéressants. Petitou sera probablement scolarisé à l'heure où il lui prendra l'envie de faire de la musique et il te suffira de consacrer l'allocation de rentrée scolaire aux extras comme le sport ou la musique.

 

Les fenêtres (même en mauvais état) ne sont pas l'élément le plus énergivore sur la facture. Si tu ne peux pas les changer, tu peux pallier en mettant des tentures épaisses (powered by Emmaüs, of course :)). A noter que la notion de froid est très subjective. Etant gamine, je vivais à la frontière de la Belgique, les hivers étaient plus rigoureux que maintenant, et il n'y avait pas de chauffage dans les chambres (et on oublie les doubles vitrages bien sûr). Curieusement, je ne me rappelle pas avoir jamais eu froid à cette époque même en cherchant bien.

Non, les débuts ne sont pas forcément faciles, je dis juste qu'avec "l'entraînement' vient l'endurance et la capacité à supporter, solutionner et à relativiser. Je ne possède rien, pas même le bout de terrain sur lequel je cultive mes légumes, mais finalement, est-ce si important que ça?

Prends le temps d'évacuer tes peurs et laisse toi porter par l'optimisme de ton conjoint. L'important dans une vie, n'est pas de réaliser tous ses rêves, mais d'être toujours en mesure de rêver quoiqu'il advienne. Parce que c'est de là que tu tireras ton énergie et ta motivation. Dans quelques années, tu te retourneras sur ton parcours et tu te diras que tu t'en es bien sortie.

 

Ne jamais poser le premier genou à terre même si tu as pour le moment l'impression d'être au fond du trou.


  • DzC, michmuch80, lilou43 et 3 autres aiment ceci

#10 Ludiv3

Ludiv3

Posté 01 aot 2016 - 13:13

Merci infiniment Panthera Pardhus pour ce beau message. 

Dois-je donc arrêter de penser à travailler plus et à me satisfaire de ce que j'ai ? Ce n'est pas simple comme tu le dis surtout qu'en ce moment, il y a de l'investissement pour le maraîchage ... Je le trouve où cet argent ? Je deale  :fumeur:  !!!

 

Pauvreté quand tu nous tiens ! :-)

 

Surtout que j'ai de quoi gagner plus avec mon taf mais il faudrait que je me mette en mode robot pour ne pas subir le rythme et l'incohérence de ma vie !

 

Pauvre de moi ! :-)



#11 Panthera Pardhus

Panthera Pardhus
  • Genre: Femme
  • Localisation:entre un jardin et une rivière
  • Intérêts:manger des graines,faire tourner la roue de ma cage

Posté 01 aot 2016 - 13:15

C'est quoi ton investissement pour le maraîchage?



#12 Brunito

Brunito
  • Genre: Non spécifié

Posté 01 aot 2016 - 13:24

au Quebec , l hiver .. les gens qu on pas  de rond , ou qui vivent dans le bois , agraphent du plastique , vendu   en rouleau  a l exterieur des fenetres . La lame d air fait un tampon isolant super efficace .

 

je comprend tres bien les angoisses de Ludiv , parce que j ai eu les memes etant jeune . Parce que d un milieu tres modeste , et carrement ultra pauvre pour mes grands parents bretons , sans electricite,  sans eau courante , le sol en terre battue , et les  toilettes pres du potager au fond  de la cour .. et ma jeunesse en banlieue prolo , grise, la violence aussi  etc... Et le conditionnement familial , du rejeton qui doit se sortir de la deche ... et quelle pression !!!  sans arret , si tu bosses pas a l ecole , tu seras manoeuvre maçon comme ton grand pere .. vous voyez le genre .. et permanent.  Je me suis libere avec le temps , et d abord avec la bio energie reichienne .. j avais beaucoup a evacuer de  ces stress de ma condition sociale. Besoin d autres horizons , et d espoir . Le fric , bah oui , a l arrache , en usine des que j ai pu avoir l age , et retrouver dans le meme bain,  mes oncles et cousins de l usine Renault ..  les cadences que j arrivais pas a suivre , des nettoyage d egouts de cabine peinture .. bref , la decouverte de la vie en generale .. quand on a pas eu le cul borde de nouilles , et pas eu la naissance avec une cuiller en argent dans le fion MDR

 

mais , jamais perdre l espoir , deprimer c est pour les riches  , se battre toujours . et puis se deconditionner , plus vivre au present .. Panthera a raison .. si tu te projetes trop dans l avenir des ..et si et ça .. tu perds le fil , tu te fais un cinema interieur qui est base sur des possibilites mais pas du reel ..  et ton gosse sentira ce stress et sera angoisse par son futur .  s il est pas capable de vivre avec ce qu il a , de vouloir etre comme . peut etre. ses potes plus friques , ben il devra apprendre a faire sa vie a lui , avec ce qu il a , et apprendre surtout .. toujours,  que d etre aime et d aimer ,  vaut tous les tresors du monde .



#13 gunday

gunday

Posté 01 aot 2016 - 15:33

Tu n'es pas d'accord avec moi pour dire que ceux qui vivent "sobre et heureux" , je parle de ceux qui y sont après avoir réalisé des projets de maison autonome ou acheter un big terrain pour cultiver des légumes et faire de l'élevage, ne partaient pas à la base avec un pactole ?

Tout dépend de ce que vous souhaitez.
Si vous reprenez une batisse hors des zones recherchés, vous pouvez avoir des batiments sympa, vivable en l'état avec un terrain correct pour des prix accessible.

Imaginons que mon petit loup désire jouer du violoncelle , admettons : où je trouve l'instrument pour pas cher et à quel club je l'inscris

En cherchant 10 minutes, je suis tombé sur un instrument à 400, 5s de plus, sur 1 à 250, 10s de plus, sur 1 à 100€ où il manque les cordes. (et encore, j'ai pas poussé la recherche, en me contenant de lbc).
Pour les cours, avec un SEL, vous pouvez les avoir pour 0€ (mais en échange de temps)

il faut changer les fenêtres et ça a un coût. Je dois bien trouver un moyen de les financer

Astuce pour des fenêtres pas cher : allez chez un constructeur/poseur, et demandez si vous pouvez prendre des déclassés.
Il s'agit souvent des fenêtres avec une erreur de mesure qui parte à la benne.
L'entreprise qui me l'avait dit, m'a indiqué qu'il renvoyait tout dans un entrepot et qu'une fois par an, il vendait à prix bradé (genre 50€ la fenêtre haut de gamme). Par contre, c'est en fonction du stock.


Je ne possède rien, pas même le bout de terrain sur lequel je cultive mes légumes, mais finalement, est-ce si important que ça?

Je possède un terrain non constructible. (donc sans réseau d'eau, ni d'électricité)
Vous savez quoi ?
Je ne trouve personne qui souhaite le cultiver, alors que je demande un loyer exhorbitant de 0€. (enfin pour être honnête, un voisin utilise 50m² sur 1200 pour faire son potager)
Je le garde pour raison familliale, mais franchement, un peu dommage de voir un terrain non utilisé.

#14 groslard

groslard

Posté 01 aot 2016 - 16:49

Bonjour Ludiv, cette discussion que tu suscites est passionnante.

Pour ma part je me suis en effet affranchi du travail grâce à un "pactole" ; j'ai pu économiser environ 30 000 € en travaillant à mon compte (seule façon pour moi de supporter temporairement le monde du travail) ce qui m'a permis de payer ma maison (autoconstruite à 100%). Et j'ai un emprunt en cours pour mon terrain, donc il me faudra encore gagner de l'argent de temps en temps pour le payer, pendant encore 7 ans. J'ai souvent parlé de ce sujet avec mes amis, et je vois ce "pactole de départ" comme la somme que les esclaves ont, de tout temps, payé à leurs maîtres pour racheter leur liberté.

Mais les réponses des autres sont plus optimistes que la mienne, car comme tu le vois ils trouvent des solutions gratuites pour tous les problèmes !

J'ai vu des gens construire leurs maisons pour la somme de 0€, avec de la récup, du troc, etc... Les terrains à loyer nul existent, comme le dit si bien gunday.

Bizarrement, je suis capable de gagner beaucoup d'argent (je viens de refuser 4000€ net/mois pour 3h de travail par semaine en télétravail), car je suis un excellent informaticien, mais j'ai appris par choix à vivre avec très peu, et moins j'ai d'argent, plus je suis heureux. D'où mon refus de ce boulot qui peut sembler incroyablement intéressant pour 99% des gens.

 

Au sujet de ton enfant et de son avenir, c'est peut-être le point le plus compliqué, et la réponse de Panthera est excellente. Si ton enfant veut faire du violoncelle et que tu n'as pas assez d'argent, peut-être qu'il n'en fera pas. Peut-être qu'il fera de la guitare parce que tu as trouvé une guitare gratuite et qu'un copain donne des cours pendant que tu recouds ses rideaux. Je ne sais pas. Mes enfants ne pourront probablement pas faire d'études, car ma femme et moi n'aurons probablement pas d'argent pour les leur payer. Je n'ai aucune envie de travailler dans un monde économique de merde pour gagner l'argent leur permettant de rejoindre ce monde économique de merde. Donc en les "privant" d'argent pour leurs études, je fais le choix qui me semble en fait le plus éthique.

Si tu apprends à ton bout de chou à vivre avec rien et à être heureux de tout, il sera épanoui toute sa vie, et tu ne peux pas lui faire de plus beau cadeau, j'en suis persuadé. Si à l'inverse tu t'uses à lui gagner l'argent des cours de violoncelles, pas sûr qu'il y gagne grand chose.

 

"Qui n'est pas capable d'être pauvre, n'est pas capable d'être libre" - Victor Hugo :D

 

Je te souhaite plein de bonnes choses, je suis certain que tu passeras ce cap rapidement, car quand on pose les questions, on obtient les réponses :) Surtout avec les intervenants de ce forum :)


  • Gaueca et Brunito aiment ceci

#15 michmuch80

michmuch80

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1687 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 01 aot 2016 - 22:51

Bonjour,

Dans les années 50 - 60, pas d'isolation ni de chauffage dans les chambres. Je me souviens des dessins féeriques que faisait le givre à l'intérieur des vitres, mais pas d'avoir eu froid.

L'idée du film plastique en guise de double vitrage provisoire est pas mal aussi.

 

Ce qui compte, dans une vieille maison est de solutionner les fuites de toiture ou de gouttière pour éviter le pourrissement des pièces de bois et permettre de reporter les gros travaux.  



#16 gunday

gunday

Posté 02 aot 2016 - 09:04

@Ludiv3, serait il indiscret de te demander ton lieu de vie ?
(enfin même juste la région)
Car entre un hiver océanique (type landes ou bretagne) et un hiver continental, voir montagnard, il y a quelques écarts de température & co.
Egalement si tu es en ville ou campagne, y a pas mal de variation dans l'approche.

Sinon, je vois que c'est le 2ème message orienté sur les fonds.
Est ce que faire une approche plus financière avec établissement d'un budget, des axes d'améliorations, ... pourrait être une piste ?

#17 Ludiv3

Ludiv3

Posté 02 aot 2016 - 09:21

OUI gunday, l'argent est une grande préoccupation actuellement. Nous sommes très juste tous les mois et devoir investir dans le maraîchage et la maison me fait peur. Je ne comprends pas bien ta question sur les fonds. J'apprends à vivre avec peu de ressources mais je trouve ça au final incertain, stressant ...

 

A Panthera Pardhus, les investissements dans le maraîchage se situent autour d'une pompe électrique (beurkkk) pour capter l'eau du pluits à l'arrosage. Mon conjoint a déjà tiré pendant plusieurs heures de l'eau du puits avec des seaux et traverser tout le terrain je ne sais combien de fois pour arroser les courgettes entre autres ... Il était exténué. Des outils, peut être une serre à voir, on se débrouille sans pour le moment mais avec des récoltes perdues. 
Nous vivons dans les Ardennes et sommes exposés au vent. Le climat n'est donc pas très chaud et je peux vous dire que le stomates n'ont pas donné grand chose et les arbres ne donneront pas de fruits cette année à cause de belles gelées tardives qui ont cramé toutes les fleurs. Notre démarche d'autonomie se confronte aux aléas climatiques dans notre région. Nous avions prévu pleins de conserves, et une vente importante de fruits et de noix qui n'aura pas lieu. 

D'où mes inquiétudes actuelles : comment rester dans une démarche autonome quand on sait et subit les imprévus ...  

 

J'entends très bien vos suggestions pour les fenêtres mais je ne suis pas prête à accepter de vivre dans une maison à moitié refaite et isolée pendant des années. Je m'adapte au peu de confort mais en ce qui concerne le froid , j'y suis moins. La cuisinière à bois va devoir turbiner pour chauffer deux pièces, je préfère opter pour la solution de l'isolation et être tranquille. 

OUi c'est vrai qu'à l'époque nos anciens vivaient dans des conditions que nous ne sommes plus, en majorité, capables d'accepter. J'avoue que je les admire sur plusieurs points, l'autonomie alimentaire par exemple. 

 

J'aimerais rendre la maison plus accueillante et plus confortable. Je me rends compte que , contrairement à d'autres, je ne me contente pas non plus de peu alors que je me projetais même pendant un temps à vivre dans une yourte. Parfois je ne me suis pas ...



#18 gunday

gunday

Posté 02 aot 2016 - 11:13

OUI gunday, l'argent est une grande préoccupation actuellement. Nous sommes très juste tous les mois et devoir investir dans le maraîchage et la maison me fait peur. Je ne comprends pas bien ta question sur les fonds. J'apprends à vivre avec peu de ressources mais je trouve ça au final incertain, stressant ...

Par fonds, je voulais dire argent, mais je ne voulait pas trop me répéter...
La question que je posais est de savoir si vous avez posé votre budget à plat et analyser vos dépenses pour regarder ce qui est optimisable.
Par exemple notre voisine avait des difficultés, mais en analysant son budget, elle a remarqué que son abonnement internet était hors de prix, que sa banque lui prélevait 3 assurances, mais qu'elle ne savait pas à quoi ça correspondait, sa voiture était assuré tout risque (pour un vieux tacot, ...), ...
Tout ça qui ligne par ligne alourdissait le budget jusqu'à le rendre ingérable.


A Panthera Pardhus, les investissements dans le maraîchage se situent autour d'une pompe électrique (beurkkk) pour capter l'eau du pluits à l'arrosage. Mon conjoint a déjà tiré pendant plusieurs heures de l'eau du puits avec des seaux et traverser tout le terrain je ne sais combien de fois pour arroser les courgettes entre autres ...

Pourquoi ne pas être féniant ?
Capter l'eau de pluie dans un réservoir en hauteur (j'ai eut le mien gratuitement, à côté, il en vendent des neufs 1m3 à 50€). Surélevé avec des parpaings massifs (anciens) laissé par le prédécesseur.
Bonus jackpot, le chien trouve le coin sous la cuve sympa : il est planqué du soleil, voit ce qui se passe et le m3 d'eau isole bien. ;)
En surélévant le réservoir, vous avez juste à brancher un tuyau pour arroser. (la pression fait le boulot).
Reliez la cuve avec une pompe à main, et vous pouvez remplir quand bon vous semble
En plus, une pompe à main d'occasion, ça doit se trouver pas trop cher (bien que pas forcément facilement)


Des outils, peut être une serre à voir, on se débrouille sans pour le moment mais avec des récoltes perdues.

Les outils, d'occasion, y a moyen d'en avoir.
La serre, en auto-construction, le plus couteux est le verre, et encore d'occasion, doit y avoir des fenêtres ou autre pas trop cher.
Perso j'ai prévu batisse massive avec murs en paille et verrière au Sud. (enfin, dés que j'ai trouvé une place sans trop d'arbre.. :-D)


Nous vivons dans les Ardennes et sommes exposés au vent. Le climat n'est donc pas très chaud et je peux vous dire que le stomates n'ont pas donné grand chose et les arbres ne donneront pas de fruits cette année à cause de belles gelées tardives qui ont cramé toutes les fleurs. Notre démarche d'autonomie se confronte aux aléas climatiques dans notre région. Nous avions prévu pleins de conserves, et une vente importante de fruits et de noix qui n'aura pas lieu.
D'où mes inquiétudes actuelles : comment rester dans une démarche autonome quand on sait et subit les imprévus ...

C'est l'inconvénient de toute démarche autonome, vous ne pouvez pas aller contre la nature.
Je suis un poil plus dans le Sud, nous c'est pas la gelée qui a fait un massacre mais l'eau. (certains champs n'ont pas été cultivé, ou très partiellement)
Par contre, c'était une année à tout ce qui avait des feuilles. Donc les choux perpétuels sont beaux comme jamais en période estivale.
Les orties poussent à toutes vitesse. D'après ce que je vois, oseilles/épinards/chénopode/blette/... devraient bien réussir cette année.
Les rutabagas semblent avoir bien poussés aussi (mon père commence déjà à essayer d'en refiler).
Les topinambours ne comptent pas, c'est increvable.
Les framboises qui faisaient la gueule en début de saison, ont profités de l'absence de chaleur pour ne pas griller, et balancer une 2ème tournée. (et vu le chargement et le temps, peut être encore 1 ou 2 autres tournées)
Quand aux muriers, il est en retard mais je pense que je vais avoir quelques 10aine de kilos de fruit.
Groseille/cassis ont donné correctement (une année normal pour eux).
Les pommiers semblent un poil moins chargé, mais difficile à diagnostiquer, les miens ont l'air d'être plutôt orienté slow production. :-D

Donc comme tout les ans, certaines plantes n'ont pas aimés, d'autres ont adorés.
Et comme tout les ans, les plus rustiques sont les plus généreux.


J'entends très bien vos suggestions pour les fenêtres mais je ne suis pas prête à accepter de vivre dans une maison à moitié refaite et isolée pendant des années. Je m'adapte au peu de confort mais en ce qui concerne le froid , j'y suis moins. La cuisinière à bois va devoir turbiner pour chauffer deux pièces, je préfère opter pour la solution de l'isolation et être tranquille.

L'isolation, c'est dans l'ordre : le toit (isolation par les combles par exemple), les murs (isolation intérieur ou extérieur), le sol et les fenêtre à égalité.
Donc avant de s'attaquer aux fenêtres (sauf si trou béant), vérifiez que toit et murs sont isolés.

Pour les fenêtres, je ne partage pas forcément l'avis des autres témoignages.
Mais je me répète, pourquoi ne pas viser des fenêtres d'occasion ou déclasé ?
Je viens de chercher ardennes, fenêtres sur mon site de petites annonces favoris, je trouve des double vitrages basique à 15/20€. Et des fenêtres qui ont l'air plus choc à 30/40€.
C'est certes un budget au final, mais ça reste accessible.
Dans notre maison, ce qui nous a couté assez cher, c'est les plaques d'isolant.
On voulait de la laine de roche (cause poele à bois), une épaisseur importante, et une hauteur spécifique (260 peu classique et plus cher).
Soit une facture d'environ 2500/3000€ sur la maison (livré à domicile par camion).
Ensuite, beaucoup vient de l'occasion (par exemple, une partie de l'isolation des combles vient d'un délestage sauvage d'un pro en pleine nature, repéré lors d'une promenade).
Typiquement, seul les matériaux ont été acheté neuf, le reste, meubles, baignoire, ... c'est soit de la récup, soit de l'occasion.
Exemple : cuisine intégrale avec plan de travail, meubles haut et bas, évier massif, plaque de gaz de marque pour 50€. Bon on a refait quelques trucs, changer le plan de travail (3 fois trop grand), mis du grés céram, ... pour entre 50 et 100 euros. (plan de travail hudrofuge neuf à carreler : 15€, grés céram 10€ la boite de 10carreau, scellement chimique et tige filleté pour les meubles hauts,...)
J'ajoute 50€ pour le lave-vaisselle b*sh)
Donc en gros on a une cuisine comme neuve pour 200€. (avec des meubles juste énorme, on a pas encore réussi à tous les placer, ...).

Pour les matériaux, j'en ai vu de l'occasion en ligne, mais aussi chez emmaus proche de chez nous.

Donc, tout dépend du budget que vous avez pour les travaux, mais en faisant vous même, en visant l'occasion, en étant imaginatif, les prix restent contenues.

Au passage, vous devriez regarder du côté des aides pour l'amélioration énergétique de l'habitat.
Du côté de l'ANAH, je crois qu'il y a des aides sous condition de revenus. (mais par contre, là faut faire faire)

#19 Brunito

Brunito
  • Genre: Non spécifié

Posté 02 aot 2016 - 14:26

Attend pas trop de l ANAH , beaucoup de paperasses pour pas grand chose , en fonction des depenses , parce que l aide est juste un pourcentage sur les materiaux et pas la main d oeuvre (ou truc du genre , je me souviens plus , j avais fait tout ces dossiers pour mes parents il y a des annees) . En gros , c est toujours une arnaque de gouvernements , tu depenses beaucoup , et tu reçois quelques miettes , et a condition de ne pas faire soi meme .. C est beaucoup plus d economies de faire soi meme .. apres ça depend   quoi . la plomberie tu peux , l electricite doit etre approuvee .. le probleme vient quand il faut vendre .. systeme cadenasse , etudie pour ..

 

bah sans fric en France , moi je choisirais la yourte , quand c est possible .. la France est un pays libre mais libre de quoi ? avec des interdictions a tous les etages ..



#20 Pedro74

Pedro74

Posté 02 aot 2016 - 16:42

*
MESSAGE POPULAIRE !

Pour le maraichage, je peux intervenir, pour le reste panthera a tout dit, il faut vivre le present a fond, base de tout.

Pour le maraichage :

 

Je te donne des ordres d'idées qui pourront peut etre vous aidez, car mon ami et moi (c'est lui le boss, le proprio) sommes maraichers sur 1 hectare, moi j'ai que 5.000 m2 a moi + 1000 non cultivés et un autre 700 non cultivé. Les 5000 j'y fais pour l'instant que des experiences, donc non rentable. Bref, entre temps mon pote s'est associé avec un jeune pour le lancer, donc ce jeune a fait un pret, ca fait 8 mois qu'il attends les resultats de sa banque, il l'aura pas, lol.........;alors qu'il a deja un previsionnel, normal on lui a refiler 2 amaps, une a 36 paniers, l'autre a 20 paniers, elbeuf et rouen.

 

Voici l'ordre d'idée.

Nous : nous avons 5 serres, une retenue d'eau dont je sais pu le cubage..;désolé, et on consomme 3 metres cube/jour, en secheresse c'est vide, on doit remplir, et on paie la facture d'eau.........

Dans le champ a 2 bornes de la ferme, on a la chance d'avoir l'eau de ville.

 

le jeune : pas de serres, pas d'eau de la ville......Et il nous fait de tres belles fraises sous nantais, de beaux choux d'ete, de belles courgettes, etc, mais il bosse de 7H00 a 22H00, un truc de malade que je ne ferais pas, meme a 20 balais. Il arrose en micro tracteur, du moins il fait les voyages de flotte avec.......apres c'est a l'arrosoir.....

 

Vous avez plusieurs options de maraichage, soit a fond investissement et pret et aides, soit investissement 0, huile de coude de malade au debut, systeme D bien penser pour arrosage, travail de la terre, etc, matos d'occase.

 

 

Pour un maraichage disons pour 0 :

Faire ses semences, faire ses plants, les vendre, pas acheter de serres mais faire du plein champ avec les legumes adaptés a la region uniquement, faire marcher le principe d'achat revente sur la pomme de terre, et les legumes qui demanderaient obligatoirement une serre dans votre région. Deja avec ca en principe de base on evite tous les gros investissements.

Faire de l'aromate, on dirait pas, mais ca pousse bien sous nantais, ca donne pas mal de benef si on donne du choix, ca repousse pas mal de prédateurs, ca graine tout seul comme du chiendent, bref moi j'aime bien faire l'aromate, surtout basilique citron, basilic thai, commune, citronnelle (la vraie), etc, etc, comme ca tu vends les recettes exotiques avec, lol, et les clients sont comblés et reviennent ; si t'as pas la recette, t'es mort, normal, c'est comme si tu vendais du croquant ou du shiatsu (courge) sans en connaitre le gout et l'assaisonnement, mdr.

 

Faut bien chiadé ses ventes, entre legumes racines, feuilles, etc. Y'a des legumes rois, si tu les a pas, t'es mort : carotte, patate, tomates, poireaux, salades. en gros.

Mais a coté tu peux proposer en achat revente : oeufs bio, pain,  beurre, fruits, huile, cidre, biere, miel, des articles ou tu marges pas enorme, juste pour fixer ta clientele qui est a tres large proportion demandeuse !

Bien chiadé ses prix, nous on opte pour les prix fixes, ca bouge jamais

Racines a 2.30 euros

Pommed e terre nouvelle : 3.00 euros

Salade 1.40, 2 salades 2.00 euros

Choux : 2.00 euros

Tomates collection, rose de berne, noir de crimée, ananas : 4.50

Tomate plain champ basique : 2.50

Bette : 3.00

etc, etc, on est les moins cher du coin, bon ca reste pour moi encore trop cher, mais au moins le prix bouge pas, et le client, du moins ici, prefere cela.

 

 

ne pas oublier que le manger des legumes coute cher : tourteaux de ceci et de cela, bref faut y penser, sinon t'auras jamais de gros choux tres gourmands, comme les poireaux, l'ail qui demandent des apports enormes pour satisfaire le client.

sinon pour soi en s'en fou, on amende pas autant, on demende pas la meme chose, mais meme les clients qu'on a assez extremistes dans l'alternatif, lol, bah ils ont quand meme du mal si les legumes sont trop difformes, petits..........;

 

Pour la lutte contre les predatyeurs ::plein champ : filet

serre : lutte avec elevage d'acariens et de predateurs specifiques achetés en sachets, et ca fonctionne pas mal, mais ca fonctionne mieux quans les serres sont isolées avec de la moustiquaire, et ca coute cher........;on essaie de laisser aussi dans chaque serre, une planche non desherbée et non cultivée pour laisser de la place a nos amis les insectes.

 

On a 5 ruches, beaucoup de fleurs, de grosseilles, de framboises, de moutarde, de kiwis, on a aussi 1 retenue d'eau avec poissons, grenouilles, crapeauds, beaucoup de chouettes, d'oiseaux nocturnes, de pies, d'ecureilles, de noix, de noisettes, et une floppées d'orties plus hautes que moi et des mauvaises herbes a pu savoir qu'en faire et qu'on laisse pousser avec plaisir, meme les chardons qui se plaisent enormement ici, mdr et qu'ils sont beaux ses princes !

 

bref, pour moi, moins un maraicher de petite surface va investir, et plus il va etre apte a s'en sortir, mais a ce niveau, faut pas s'attendre a sortir 3.000 par mois net dans sa poche, quoi que c'est tres largement realisable.

 

Si vous voulez un pret, faut obligatoirment un previsionnel, sans ca, pas de pret.

Quand pas de preveisionnel, donc pas de pret, faut faire au plus important, au moins payant, au mieux adapté au climat pour pas de risque de pertes, et faire ses premiers investissements sur :

 

eau

intrants

frigo

baches, arceaux, filets, etc.

Travail de la terre : tracteur ? micro tracteur ? pas de travail du sol, mais a ce moment, il faut palier

semences

 

le tout adpaté au milieu, au sol, aux vents dominants, a l'exposition solaire.

 

une bonne prise de tete qui vaut le coup dans votre cas.

 

Tunel nantais, au lieu d'acheter les filets anti insectes qui coutent un bras, faut acheter un lot de sac a patates, faire un doublage a la machine a couture, et le tour est joué !

Les arceaux se font avec de la section fine de fer a beton, ne pas acheter tout pret !

 

Pour la conservation, pas de frigo !

Opter pour l'enfouissage a 2m sous terre avec aeration naturelle, et on peut faire avec climatisation naturelle pour l'été ; je connais pu le nom de cette technique, mais ca fonctionne tres bien, la preuve est que j'ai un collegue sur evreux qui le fait de depuis au moins 3 ans.

 

Pour l'eau : nerf de la guerre !

Il faut des le commencement de ses semences, prendre un peu de surface au sol pour faire de la selection, ainsi quelques années apres, on a des graines et des plants qui resistent mieux et sont moins gourmands en eau. ca, faut le preparer des les 1eres années, de facon a faire des économies au plus vite.

Et en meme temps, bien penser a faire les captages, avec des materiaux DURABLES (pas de bois), sinon, a refaire tous les 4 ans, et ca fatigue pour rien.

Bref, il faut pecho de l'eau GRATUITE, et elle vient du ciel ou du sous sol : peut etre chercher de l'eau sur votre parcelle a l'aide d'un sourcier, mais avoir l'eau sur son terrain, meme si faut creuser, investire, bah c'est indispensable.

C'est le premier investissement a faire, du moins le prevoir comme primordial.


  • FLOYD, gunday, michmuch80 et 4 autres aiment ceci