Aller au contenu


Photo

Une SCIC en maraichage bio


  • Veuillez vous connecter pour répondre
187 réponses à ce sujet

#1 hazy

hazy

Posté 15 aot 2016 - 20:32

Edit modo : le débat ayant dévié, ce sujet fait suite à ce message :  http://www.onpeutlef...-15#entry260358

 

=======

 

 

@ brunito

 

Dommage que tu ne fasses pas un petit effort, on a besoin de toutes les bonnes volontés ;)

 

Je repars sur un petit HS, pas si petit que ça :

 

Vers chez moi ( ariège ), je suis en train de lancer un chouette projet, qui existe déjà ailleurs en france :

 

Une SCIC en maraichage ( bio, bien sur ).  Les utilisateurs de cette SCIC seront la cantine centrale du canton ( 500 repas / jours ), la biocoop du coin ( volumes de l'ordre de 500 kg de carotte par mois, par ex ), probablement la maison de retraite ( encore à négocier ) etc.

 

La cantine centrale et la biocoop ont déjà donné un accord de principe, avec volumes et prix à l'année.

 

Selon les premiers calculs de rendement, il faudrait environ 4 hectares cultivés, dont 1.8 de serres ( venlo paroi verre )

 

Avec un chef de culture compétent, en partenariat avec le lycée agricole du coin, et 5 employés agricoles qui peuvent tourner.

 

Considérant le prix des serres, les 12 premiers mois de salaires à verser sans avoir de légumes, plus les frais annexes, on parle de 300 000€ d'endettement, à une vache près.

 

Ceci considérant que les terres sont mises à dispo par les communes, comcom, etc.

 

Sur cette base, je suis un fervent partisan de la permaculture, du biochar, des associations légumières, et pour tout vous dire, je cuisine même l'ormus.

 

Et ben vous savez quoi ? Pour lancer ce projet, je vais labourer, filmer, et irriguer.

 

Pourquoi ? Parce que la part de risque est trop grande à utiliser des techniques trop peu calibrées, référencées, documentées, etc.

 

Et pour toutes les grosses structures c'est pareil : mieux vaut une méthode médiocre mais fiable qu'une panacée qui peut totalement planter.

 

Alors certes, je compte bien mettre1000 m² de serres en expérimentation, pour pouvoir, doucement, muter.

 

Mais je ne trouve personne, personne, qui soit prêt à s'engager sur le succès d'une permaculture, un rendement, etc..

 

C'est une cause à mon avis majeure de la stagnation de toutes ces solutions alternatives :

 

Des acteurs éparpillés, jamais d'accord, peu fiables, qui ne font aucun effort pour se faire comprendre ( spéciale dédicace ), bref, des gaulois.

 

Alors, les gaulois, moi, je vous invite à passer dans la cour des grands : 300 000 € de dettes, 6 emplois, un canton à nourrir.

 

Toujours aussi sûrs de vous ?


  • groslard aime ceci

#2 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 329 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 15 aot 2016 - 22:29

Je rentre après avoir passé des heures très sympas à Crocus.

Ma réponse viendra mais pas ce soir! Je suis un peu vanné car nous avons bien bossé toute la journée sur la charpente du paligloo.

… et pas demain, car j'y retourne.



#3 Pedro74

Pedro74

Posté 15 aot 2016 - 22:45

Tres beau projet, hazy ! Et d'envergure.

Mais pas pour moi et tu sais pourquoi, y'a 2 zeros de trop et trop de surface.

 

Je comprends bien tres bien ta facon de faire, elle est adaptée au systeme capitaliste, et c'est comme cela que tu y arriveras sans te planter.

Pour moi, tu prends la bonne decision de culture, pour quelqu'un qui souhaite vivre dans cette société, je ne peux que t'encourager, meme si je suis aux antipodes de ca.

 

Sur la stagnation du phenomene perma a grande échelle, tu as aussi raison, d'un point de vue d'un gars adapté a la société, no critique.

Vision d'un gars non adapté : c'est le systeme en place qui n'est pas adapté a la permaculture.

Pour aller plus loin : S'il n'y avait pas d'emprunt et d'argent en jeu, tu la ferais cette perma, n'est ce pas ?

 

La cour des grands dont tu parles, c'est la cour de ceux qui s'adaptent a un systeme limitatif, tu viens toi meme de nous donner les limites. No critique, just constatation !

Allons plus profondement dans les trefonds du sujet : faire du Bio n'est pas aussi ethique qu'on veut bien le croire et le faire croire, quand tu fais du bio, tu ne sorts pas du systeme financier, mais au contraire, tu le nourrit, je ne dis pas des choses pour toi mais dans l'ensemble, si bien que tu ne changes strictement rien au probleme du sortir de ce foutu systeme, a moins qu'il te plaise ainsi, et la c'est JACKPOT pour toi.

 

Le rendement n'a jamais été le soucis principal de la permaculture, ce sont les lecteurs, les passionnés de maraichage, les maraichers et les romanciers, qui ont mal compris le but d'une perma et l'ont mal retranscrit : le soucis principal c'est de s'attacher aux conditions ideales, QUI UNE FOIS REUNIES, offrent aux plantes le loisir d'un CERTAIN rendement.

 

Hazy, j'espere que je m'explique bien, ton projet est un projet de société, pas un projet de changement de société, je n'ai pas a juger cela, meme au contraire je le comprends 5/5 et le respecte 5/5.

 

Le probleme de fond dans nos discussions, et le mot est mal choisi, c'est que y'a un groupe qui s'adapte a la société et un autre qui fuit cette adaptation.

Dans ces 2 groupes, y'a pas la meme philo, pas les memes techniques de culture, pas le meme porte feuille, etc, etc.

Il convient donc de respecter cela pour se comprendre et de toujours etre en mesure d'en faire le distingo !

 

Meme si je suis ainsi, j'irrai jamais cracher sur un mec qui s'adapte et qui voit les choses a sa facon tout en essayant de faire au mieux, et mieux que ce que le systeme force a faire, donc ton projet ! J'irrai meme donner un coup de main si y'a besoin, c'est une certitude.

 

Dans tout ce que j'ai dit maladroitement, c'est pour ca que tu vois la perma d'une facon, et nous d'une autre.

 

Il y a deux mondes :

 

1 Celui du capitalisme ou jamais la perma ou autre methode naturelle sera reine, car pas adaptée a L'ARGENT.

2 Celui ou tout est gratis, recuperer, bricoler, ou la perma est adaptée.

 

Dans ces deux mondes tres opposés, une vie sociale regne, avec des us, des coutumes, des philosophies, des sciences, etc.

Comme c'est tres opposé on a tendance a se fricoter et a ne pas se comprendre.

 

Pour conclure, je te dirais meme que je m'en fou que mon voisin utilise des pesticides, tant qu'il me respecte et me crache pas a la gueule.

Hazy, tu sais, c'est pas facile de vivre comme moi quand je demande juste une reciprocité et qu'elle n'est jamais au RDV, moi je m'en fou que tu veuilles bosser 10 heures par jour et gagner un bon salire (je l'espere de tout coeur), moi ce qui me fou les boules, c'est qu'on nous rejette sans cesse et qu'on nous donne pas le droit de vivre a notre facon, alors que moi j'empeche personne de vivre a sa facon.

 

Le gouvernement nous tue a petit feu, et j'ai pas l'impression que ca emeuve beaucoup de coeurs ici, ptet que parce que vous savez pas ?

C'est pas moi qui ai inventer ce putain de pognon, et le gouvernement nous fait crever petit a petit, forcant le systeme a toujours etre de plus en plus payant, ce qui nous etouffe chaque jour un peu plus, et a un moment................

 

Sinon tout va bien, Fonces si c'est ta conviction du bonheur et du mieux.


  • hazy et groslard aiment ceci

#4 hazy

hazy

Posté 15 aot 2016 - 23:07

bel échange, merci pedro :)

 

pour répondre à ta question : Même avec l'argent, je suis prêt à la faire, cette permaculture.  Je ferais pareil : d'abord, respecter mes engagements, puis, essayer de faire mieux.

 

Avec toute cette dialectique autour des " 2 mondes ", du " système" , je constate une seule chose : ceux qui veulent faire autrement finissent dans leur coin et laissent, chaque jour, les dominants se renforcer.

 

Pour moi il n'y a qu'un monde, en transition. On a déjà gagné. C'est ma conviction la plus profonde, je n'ai aucun doute.

 

Si je ne lance pas ce projet directement en agroforesterie comme je le souhaiterais, c'est par défaut de forces vives, ou, comme ils disent, de ressources humaines. De gens convaincus, compétents, solides.

 

Quand je pose ce projet sur la table, tout les grands parleurs fuient. " bouh, l'argent c'est mal " " bouh, tu serre la main au maire, soit maudit " " bouh, les biocoops sont des esclavagistes " etc etc .

 

Mais toi, tu es fort, tu vis selon tes convictions, bravo. Un bel exemple d'ultralibéralisme débridé.

 

Les vieux, les enfants, ceux qui en chient tous les jours et ne peuvent pas s'ouvrir car n'ont pas les moyens de faire leur permaculture pour manger sainement, on les laisse crever.

 

Et les agriculteurs conventionnels, ceux qui font de l'ensilage et vaccinent leurs vaches, quand je leur poserait le projet sur la table, je te parie qu'ils vont y aller.

 

Pourquoi ?? pourquoi nous autres, alter-tout, n'arrivons pas à nous unir pour FAIRE les choses ??

 

Si tu es si sûr que la perma peut réussir, même avec une productivité moitié plus faible, moi ça me va.

 

Rien à voir avec l'argent.  Si je m'engage à produire, je dois remplir mes engagements. That's it. On peut pas réunir 1500 personnes dans un projet sans un minimum de garanties.

 

S'il faut payer 10 mecs au lieu de 5, on aligne les chiffres, et si c'est possible, ça me va.

 

C'est juste qu'il faut Y ALLER. Faut y'aller putain ! Juste faire les choses. S'engager, et aller jusqu'au bout.

 

Ce monde est à nous, si on s'en fait chasser, c'est juste qu'on ne l'habite pas, au sens littéral du terme.


  • Pedro74 aime ceci

#5 Pedro74

Pedro74

Posté 16 aot 2016 - 01:54

Je bloque..........PTDR, ca fait 5 minutes que j'essaie d'ecrire un truc, j'efface, j'ecris, j'efface..............T'as tout dit, je rejoins cela.

Plus serieusement, si pour moi, au 25 aout de mon hospitalisation, j'en ressort indem, mdr, y'a moyen d'en parler tous les deux ?

 

Rien de serieux pour l'instant.

3 choses m'arretent : un peu malade tu l'as compris, peut etre que je vais etre pris par mes grottes, peut etre que je vais etre pris a la fois par elles et par mon poto chez qui y'a du taf a mort en batti, animaux, et surtout paysagisme, projet d'installe pour lui..... pour te dire, y'a 2 sequoia devant sa demeure de maitre qui part en brioche............;bois classé, une grosse chienlit, bref.

Mais peut etre que je vais etre pris par ma maladie tout court......et la si quelqu'un m'invitait  pour quand meme travailler, a mon rythme, je dis pas non, y'a deja lolo le poto.

 

Mais dans l'optique de venir te filer un coup de main, ca me pique !

Oublies le salaire d'emblée on parle de coup de main, si les evenements font que je peux venir, ca sera avec plaisir, desfois je peux donner 6 mois de temps, surtout de octobre a mai.

 

Rien de serieux, mais........

 

Pour revenir au sujet de ton projet : Rien ne t'empeche de faire sur bache tout en commencant un gros travail de paysagisme, pour dessiner petit a petit, une perma, puis une agro.

Bien sur, le primordial restant les planches productives, le reste secondaire, comme prendrait le temps d'une terra formation, lol.

Tu peux le faire sans te faire peur, y'a pas de cahier des charges en perma, toute facon c'est la terre qui decide, meme sur bache, donc comme tu dis, faut se lacher et y aller, y'a que ceux qui se sont pas lachés qui critiquent.

 

Les bases d'une agro respectueuse sont nombreuses, mais tres accessibles niveau QI, c'est la difficulté de la perma, il faut maitriser d'innombrables trucs super faciles a faire et a comprendre, mais y'a tellements d'especes, tellement de trucs a changer en paysagisme, etc, que ca fait peur, mais fo le faire a son rythme et tout devient facile.

 

Chez les permaculteurs de philosophie, il y' a ce genre de dicton : Quand tu as mis le temps, enfin, de reussir ton entreprise d'harmonisation du lieu, et que tu observes le resultat, tu t'appercois finalement que ce qui a eu le plus d'interet pour toi, c'est d'avoir été en action et pris par celle ci, plutot que de jouir de ce que cette harmonisation va t'apporter.

 

C'est de se lancer, tu as raison, qui est le plus important, le mouvement c'est la vie, car c'est de l'energie !

Si je peux, que tu veux, que tu peux, je viendrais.



#6 hazy

hazy

Posté 16 aot 2016 - 04:09

just do it   (mince, c'est déjà pris )

 

Bises :)



#7 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 450 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 16 aot 2016 - 07:11

Selon les premiers calculs de rendement, il faudrait environ 4 hectares cultivés, dont 1.8 de serres ( venlo paroi verre )

 

Avec un chef de culture compétent, en partenariat avec le lycée agricole du coin, et 5 employés agricoles qui peuvent tourner.

 

Considérant le prix des serres, les 12 premiers mois de salaires à verser sans avoir de légumes, plus les frais annexes, on parle de 300 000€ d'endettement, à une vache près.

 

 

Hazy, la surface en cultures de serre me semble trop importante par rapport aux cultures de plein champ qui seraient beaucoup plus rapidement rentables avec un investissement moindre.



#8 hazy

hazy

Posté 16 aot 2016 - 10:39

Je t'écoute ?

 

Pour l'instant, les 18000m² de serres venlo en polycarbonate alvéolaire 8mm me coutent 51 000 €. ( je suis un gros vilain, je fais designer et produire en chine )

 

Et les volumes que souhaiterais acheter un des associés de la scic pour l'instant, en kilos par an :

 

artichaut 300 betterave 300 aubergine 300 brocoli 600 carotte 3000 celeri branche 120 concombre long 3600 unités concombre court 1200 choux rouge 720 choux vert 360 melon 4800 oignon 2100 tomate 12000 pdt 3000

 

 

Réussir ça en plein champs en Ariège, ça veut dire, au mieux, une production extrêmement brève, non ?



#9 groslard

groslard

Posté 16 aot 2016 - 12:08

hazy, Pedro, merci pour votre échange ! A la lecture du premier message de hazy j'allais faire une réponse extrêmement similaire à celle de Pedro (mais plus courte car je suis flemmard).

Voilà le peu de nuances que j'aimerai apporter :

Je vis clairement dans le "deuxième monde", celui des permaculteurs anti-capitalistes, mais pourtant je n'ai pas l'impression que l'état me fait crever. Je suis pour son abolition, certes ;) mais aujourd'hui il ne me gène plus beaucoup. Lui et moi on s'évite ! Je crois que chacun de nous fait un peu peur à l'autre ;) Ok, tout devient de plus en plus payant, il y a de plus en plus de taxes, etc, mais la police n'est jamais venu me mettre en prison et cela ne semble pas devoir arriver. Quand aux gens du "premier monde", la plupart me comprennent, beaucoup me respectent et m'encouragent même à continuer à dévier.

Vous avez parlé de faire évoluer les choses, développer la perma tout ça, vous avez dit qu'il faut agir, je suis pas trop dans ce trip là ; est-ce que la seule chose qu'on puisse faire vraiment évoluer, ce n'est pas soi-même ? Et si on se fait évoluer soi-même, est-ce que ce n'est pas cela qui fait le mieux évoluer le reste ? Ou alors, est-ce que de toutes façons les évolutions vers la permaculture et le respect de la nature ne sont pas inéluctables ? Et nous de simples témoins, ne pouvant que décider de notre façon de vivre cette évolution qui nous dépasse ?

hazy je respecte ton projet et ton attitude, "just do it" peut être ta devise, elle n'a pas besoin d'être celle de tout le monde. Pour ma part ce serait plutôt "just be" en quelque sorte, mais cela continuera sans doute à changer au fil des années :)

En tous cas merci encore pour votre échange respectueux c'est très agréable à lire.


  • hazy aime ceci

#10 hazy

hazy

Posté 16 aot 2016 - 12:48

Je suis aussi très heureux de cet échange :)

 

Je me demande comment je suis passé de pieds nus dans mon teepee au camp des capitalistes, ceci dit. :D

 

Ici aussi, l'ancien monde ne me dérange plus : pas de vaccins, pas de permis de construire, et d'autres qui ne peuvent être dites publiquement.

 

Tout va bien, je vis selon mes règles.

 

Je rève de pouvoir passer ce projet en permaculture, mais je ne trouve personne qui ait les compétences + l'envie d'y aller.

 

Peut être parce que l'évolution personnelle vous mènent à " être le changement " plutôt qu'à changer les choses, comme on dit.

 

Mais sincèrement : dans cette démarche individualiste, quelle est la part de la fatigue, de la perte de motivation, de la peur, bref, honnêtement : dans quelle mesure les multiples pressions de l'ancien monde vous ont amenés là où vous êtes ?

 

Une petite place où on vous laisse tranquilles tant que vous ne faites pas chier ?

 

Je trouve le mécanisme, du point de vue de nos ennemis, d'une grande habilité : on vous pourrit la vie, on vous décrédibilisé, pour vous mener à un point ou vous ne désirez plus qu'une chose : qu'on vous laisse vivre selon votre volonté.

 

Désir respectable, et qui devrait être évident.

 

Mais au final, on retrouve des gens alternatifs, les forces vives du seul monde viable, qui vont toutes se cacher de leur plein gré.

 

perso, ça me fout les boules. Je voit ça comme une grosse manip, on en arrive à un point ou un argumentaire idéologique s'est construit pour justifier cet individualise, on pourrait assimilier cette posture de retrait social à une névrose, non ?

 

Allez, je vous aime tous très forts hein, on reste cool ?



#11 groslard

groslard

Posté 16 aot 2016 - 13:19

les pressions qui m'ont mené à quitter le monde capitaliste sont intérieures. J'étais chef de petite entreprise avant de "basculer" et ça fonctionnait bien. C'est en allant au bout de la réussite au sens classique du terme que j'ai compris que ce chemin là ne menait nulle part, et qu'il n'offrait des satisfactions qu'à mesure qu'il causait du tort à d'autres (particulièrement à travers la guerre faite à toute une partie de la population mondiale, et à travers l'aliénation globale humaine créée par le monde marchand). Cette prise de conscience a créé des pressions très fortes en moi, qui m'ont d'abord fait déprimé, puis changé radicalement. Le système n'a pas exercé de pression sur moi de manière directe, il en a exercé seulement par sa nature macabre et inhumaine.

De mon point de vue il n'y a pas du tout de "lutte" entre le système et ses marginaux. Je ne crois plus à ces paradigmes guerriers qu'on m'a enseigné (les maladies sont des organismes qui agressent le corps ; les terroristes sont des fous qui agressent notre civilisation ; le système capitaliste guerroie contre ses marginaux ; ...), donc quand tu dis "le mécanisme du point de vue de nos ennemis est d'une grande habileté", cela ne me correspond pas.

D'autre part, je suis loin d'être isolé, j'ai d'ailleurs beaucoup plus de contacts sociaux de qualité depuis que j'ai arrêté de travailler. Et ces contacts sont des occasions systématiques, et pas toujours volontaires, de semer des petites graines de réflexion à droite et à gauche. L'exemple de certains amis marginaux m'a permis de beaucoup réfléchir. Je sais qu'à mon tour, mon mode de vie fait réfléchir d'autres personnes.

Quand au retrait social, je ne pense qu'une vie marginale soit un retrait social, car comme je le disais il n'empêche pas d'avoir plein de relations. Tu sais ce qu'en disait Krishnamurti (je paraphrase) : "c'est très mauvais signe d'être bien adapté à une société malade". Je perçois beaucoup plus de névroses chez les capitalistes que chez les communards.

Moi aussi je vous aime tous très fort =)



#12 hazy

hazy

Posté 16 aot 2016 - 13:29

Mais au final, un projet local qui nourrisse enfants et vieillards de manière saine, ce serait dommage de ne pas le soutenir non ?

 

Quand je dis que je vais me retrouver à suivre les prescriptions d'un lycée agricole, c'est réel et ça me déprime un peu...

 

Vous voulez pas, vous tous qui avez pris de nombreuses années pour progresser, participer un peu à la société civile ?

 

Quand à l'absence de " lutte ", elle est sans doute vraie pour toi. Mais à nddl, à bure etc.. certains luttent, et tu en bénéficies. Ne l'oublions pas. :)



#13 Pedro74

Pedro74

Posté 16 aot 2016 - 15:48

Hazy, c'est couillon de demander ca, mais tu es maraicher ? Avec diplome ?

Gros lol.

 

Sinon, tu as le calendrier cultural des midis pyrénées de disponible, avec le guide varietal des legumes bio adaptés au midi pyrénés, sur la toile, ou me semble sur le fofo maraicher midi pyrénées, qui s'intitule, de memoire, la FRAB.

 

Sinon, connais tu la methode pour elaborer un plan de culture ?

Style tu prends le rendement moyen d'un legume x au metre carré, les pertes inherentes, la quantité a produire, la quantité demandée, et tu as ta surface par un ti calcul simple.

La pour exemple, en plein champ ou sous abris froid, 600Kg de carottes a produire, c'est 200m2 de surface au sol pour produire tes carottes, sachant que c'est carotte vrac de janvier a avril, et carottes bottes de avril a juillet, la caroote botte se vend avec les fanes, donc logiquement moins de surface, mais on ne se prends jamais la tete comme ca, lol, on compte pas le poids des fanes, hihihihhi, seulement sur la balance avec le client, lol. Donc 200m2 au sol pour tes carottes, en sachant que j'ai compté 20% de pertes pour la 1ere année, apres au fil du temps on peut passer a 15, puis 10, mais pas en dessous, deja a 10, c'est un peu risqué, la météo peut jouer des tours.......

 

Fais chier d'etre limité...........j'suis vraiment plus un paysagiste finalement !

 

Comme je ne connaios pas ton niveau, excuses moi Hazy, j'ai pas fait de recherche sur toi, PTDR, pourrais tu nous en dire plus sur toi et sur le projet surtout !

Car la, moi je me dis que t'es pas maraicher, et que tu vas chercher un chef de culture et des ouviers, et que toi tu fais le reste, c'est ca ?????

Ou alors t'es maraicher, mais besoin d'un chef de culture, et ca je capte pas l'interet ?

Désolé, j'ai des manques, lol.

 

Bref, comme je suis plus paysagiste, moi c'est plus les plans, plans de culture, plan d'implantation, analyse de sol, ombrage selon les saisons, luminosité, etc, etc.

Donc la en fonction des demandes de tes clients, on peut deja facilement faire le plan de culture au metre pret, calculer le poids total en amendement necessaire, prevoir les rotations de culture, prevoir la surface en engrais verts, etc, etc. ca donne deja une bonne vue d'ensemble, le seul truc que je sais pas, c'est si le rendement moyen d'un legume x est élaboré régions par régions ???????

 

On s'aime tous, y'a du changement, le vrai il est maintenant, lol.


Modifié par Pedro74, 16 aot 2016 - 15:54 .


#14 hazy

hazy

Posté 16 aot 2016 - 17:15

Non pedro, je ne suis pas maraicher. Pourquoi ?

 

D'ailleurs tous les super géniaux maraichers du coins, réunis, ne fournissent pas 1% des légumes bio consommés. 

 

Il vaut peut être mieux un bon gestionnaire de projet que des génies de la permaculture pour nourrir les gens ?

 

Tes "gros lol", PTDR, et autres, soit je les ait mal compris, soit tu peux de te les mettre ou je pense. mais bon, passons.

 

Blague à part, des rendements à l'ha, on trouve du simple au quintuple.  J'ai RDV avec le le sivam 09 pour des données locales plus fiables, et pour affiner les calculs.

 

Vers chez moi, par exemple, tous les avis ont été clairs : sans serre point d'espoir.  Même la pdt primeurs va mieux sous serre.

 

Si tu me sors 600kg de carottes par mois sur 200m², je t'offre un voyage aux baléares mec :D

 

Donc, en effet, la valeur clé qu'il me manque c'est un taux de rendement à l'ha plausible.  Que je diviserai par deux  par prudence pour le lancement

 

de ce taux découle les surfaces de plein champ et couvertes, ainsi que le temps de travail.

 

Donc, je suis pas maraicher, c'est peut être pour ça qu'on va réussir à faire quelque chose ??

 

Je viens par exemple de recevoir les premiers devis pour les serres venlo, parois double vitrage, toit sécurit. Pour une surface de 20000 m², 65000$, soit 3.25€ le m2.

 

Sinon, je vais trouver toutes la terre nécessaire, mise à disposition gracieusement.

 

Tu négocies souvent des contrats annuels avec volumes et prix d'achat garantis ?

 

Bref, chacun son job.

 

Après, si tu as vraiment toutes les compétences que tu dis, ben , c’est des gens comme toi que je cherche. Il faut juste faire ce qu'on dit, that's it.

 

Je pense avoir trouvé le chef de culture parfait, aussi :)

 

Le poids d'amendement, la répartition exacte de chaque m² de carotte, les rotations, soyons clairs : je m'en fout. Je peux pas tout faire.

 

Un mec compétent dont c'est la passion sera ravi de ne pas gérer la paperasse, la compta, les achats, les ventes, les négociations...

 

Donc, chacun fait ce pour quoi il est bon, et on fait des choses utiles et à une échelle qui commence à avoir un impact sérieux ?

 

Si tu veux, tu me MP et on en parle plus sérieusement :)

 

Sinon, sur le coté philosophico / politique, cet échange tourne autour de plein de trucs, je veux bien continuer en zone public :)



#15 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 450 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 16 aot 2016 - 18:40

Hazy, ton projet est intéressant mais je me demande s'il ne serait pas judicieux de le monter par étapes comme l'ont fait la plupart de ceux qui durent ?

Par exemple, cette scic : http://www.lebiaujar.../notre-histoire

Près de 2 ha de serres en bio c'est énorme et en cas de maladie ou d'attaque par des insectes cela sera très difficile à gérer.

 

D'autre part, les quantités de légumes-fruits demandées par ton associé me semblent nettement disproportionnées par rapport au reste.

 

Quelques précisions sur le terrain seraient utiles aussi pour mieux comprendre ce que tu veux faire : type de sol, altitude, orientation, pluviométrie, ensoleillement, ressource en eau (gratuite ou payante ?), etc.


Modifié par Tis, 16 aot 2016 - 18:43 .


#16 Pedro74

Pedro74

Posté 16 aot 2016 - 18:42

Ptdr, parce que c'est ironique mais pas a ton encontre, m'en fou des diplomes et du reste, tu reussiras sans doute comme t'as dit, un chef de culture a la culture, et un gestionaire a la compta, poin barre, c'est du logique de chez logique.

 

Pour les 600Kg de carottes, c'est  le calcul pour la saison entiere sur 200m2 de planches, 4 mois composent la saison, donc surface a multiplié par 4, soit 800m2 de planches, avec 20% de perte et un rendement de 3Kg au metre carré, chiffre bio de ta région. Mais comme tu dis, on trouve tout et son contraire..........

Moi je trouve raisonnable en terme de rendement/m2, si tu vois un peu le Binz, une planche de 3 rangs, un carré de 1m, 1m de rang donne 1 kilo et 3 rangs donc 3 kilos, moi je vois mieux comme ca.........

 

Tu kifferas en tant que comptable, la vente de la carotte primeure/fane/botte !!!!

Si tu sais pas, y'a une coutume qui perdure encore, et on vend toujours la primeur en pesant le feuillage avec, ca date du temps, car les gens attendais avec impatience de pouvoir cuisiner la fane de carotte, donc enclins a payer la fane avec. Ca double presque le benef !

 

Surtout ne divise par deux le plan de culture qu'on te donnera, car le taux de perte et d'enmerdements sont deja inclus dans le plan. A la limite enlèves O,5 pts pour te rassurer, mais par 2, tu vas bouffer trop de surface au sol, un gros inconvenient ! faut pas oublier que les zones de passage de cueillette, bouffent deja le tiers.......... bref je sais que tu captes ca, prends le en compte.

 

bon je comprends mieux ton projet maintenant et qui tu es, un peu.

tu communiques deja avec ton chef de projet ?

 

Novembre va arriver vite, c'est le mois ou dans ta région, tout devra etre planter et/ou semer dans les serres, alerte rouge, apres c'est DEAD !

tu penses faire partir le bouzin quand ? vrai debut du lancement ?

 

bonne soirée.

 

 

PS : je ne poserais jamais de questions embarassantes ou autres sur le fofo public, sois en assuré.

 

Quelle mecanisation envisages tu ? stp ?

achat ? pret ? location ?

 

bref, histoire de nous montrer tes reves et tes idées, c'est pas moi qui viendrait t'embeter, juste de la curiosité, de voir la package !!!!

 

bonne soirée.



#17 Brunito

Brunito
  • Genre: Non spécifié

Posté 16 aot 2016 - 19:04

wow ,   c est  coooool un ecolo repentit qui  s eclate au polycarbonate chinois ,ça en met plein la vue , le chimique c est juste chinoiser en rigolant

 

 D office , bobo 1er , c est lui LA  tete qui fait courir les jambes des simples , qui eux  ont pas eu de tete .. pfff  Pedro a bien fait de remettre le pendulon a l heure , parce que ce que dit Pedro , c est bien comme cela , le bon sens realiste et terre a terre paysan .. pas en comptant les oeufs dans le cul de la poule , ni en vendant la peau de l ours avant de l avoir vu .

 

Dans mon small is beautiful  actif et acheve , j en ai RIEN a  foutre de nourrir des rebuts de marmailles , deja bien trop en excedent ,et qui menace l espece ,  j ai agis avant , et j en ai pas !

 

 

 Je ne vois pas pourquoi et en quel honneur je devrais devenir esclave a mon tour , a nourrir des envies de leurs parents , tu veux que je les torche aussi ?

.  Qu il se fasse donc un potager dans leurs ecoles , aider par leurs geniteurs et genitrices , passeront moins de temps en pokemon go .. quand aux vieux , idem potager , les travaux durs ,c est pour  leurs gardiens de mouroirs qui  pourront le faire , et ces vieux qui nous offert leur societe si merveilleuse ,ils  sortiront de leurs 4 murs et de devant leurs teles , et au moins sucrer les fraises prendra tout son sens !

 

 

mes projets c est pas de faire a la place de .. mais juste des methodes qui pourront etre copiees,  si estimees valables ..mais ce sera pas moi qui vait faire la job non plus ... pis quoi encore ? je suis general et soldat dans mon entreprise .. et on y voit pas de polycarbonate sur des milliers de m2

 

apres chacun est libre , je paie bien des monceaux d impots pour le monde de ceux qui aiment tant leurs marmailles,  qu ils se marrent en les voyant vivre dans la contamination .. oh la liberte du bobo qui refuse de vacciner ses morpions , on verra quand ils iront a l hopital et que la receptionniste ne lira pas ses mises a jours vaccinales,  sur sa puce ... la , le bobo va comprendre le monde et y revenir ..

 

merci de m avoir lu , je suis sincere et sans syntaxes , l idee est la,  PTDR et gros LOL :)


Modifié par Brunito, 16 aot 2016 - 19:39 .


#18 hazy

hazy

Posté 16 aot 2016 - 19:13

@  Tis,

 

J'ai regardé les différentes étapes du lien que tu m'as envoyé, et j'ai un peu de mal à faire un parallèle avec le projet ici, je t'avoue.

 

Sur le principe, je suis 100% d'accord à faire les choses par étapes.

 

Aurais tu des éléments précis à conseiller ?

 

Quand aux 2ha en serre, et au risques de maladies / insectes etc.  :

 

1) on parle de venlo, grandes chapelles ventilées, en trois ilots de 6000 m².

 

2) La difficulté à gérer l'hygrométrie et la chaleur semble bien moindre qu'en tunnels ( d'après ce que j'ai pû comprendre, n'étant pas maraicher. )

 

3) je ne suis pas maraicher, et si le chef de culture m'annonce qu'il peut produire les quantités volues en utilisant seulement 5000m² de serres, moi ça me va.

 

De mon point de vue, en espérant un lancement début 2018, je dois faire avancer le bouzin.  Donc, je prends les rentabilités les plus basses et je divise par deux, je prends le temps de travail le plus haut je rajoute 20%, et, 3e contrainte, la serre : je tape au max, si on doit ajuster je préfère que ce soit à la baisse.

 

S'il faut lever des fonds, faire des business plans, je préfère commencer par la pire éventualité, et aller vers du mieux.  Habitude personnelle.
 

 

D'autre part, les quantités de légumes-fruits demandées par ton associé me semblent nettement disproportionnées par rapport au reste.

 

Je ne suis pas sûr de comprendre. Tu veux dire que le projet est disproportionné par rapport aux objectifs ?

 

Si oui, voici quelques éléments :

 

1) les volumes d'achats donnés à titre d'exemple sont pour une biocoop. Il y a d'autres utilisateurs en lice. pour donner un ordre d'idée, en plus de la biocoop, j'espère rentrer 1000 repas / jour.

2) en terme de temps de travail, j'ai fait un constat simple : les gens ne veulent pas faire 70h par semaine. Je pars donc sur du 35h/ semaine, payé autour de 1400€ net. Simplement car c'est ce que j'estime un minimum. Ca peut être ajusté.

3) le volume de serres. J'ai bien conscience que le mode " p17, sulfate de cuivre, irrigation " va irriter les jeunes et moins jeunes pleins de convictions. Il leur faudra un espace expérimental, qui m'intéresse aussi beaucoup beaucoup. Mais durant ce temps, il faudra livre les produits promis. Je n'ai pas l'intention de présenter le projet comme ça aux banques, qui vont devoir nous financer un bac à sable sans le savoir.  Appelons ça une rétro-commission ?

 

Mis à part ces éléments, je suis totalement preneurs de toute estimation divergente.  D'autant plus si elle peut être un peu étayée. Pour l'instant, les utilisateurs de la SCIC sont présents, motivés, les mairies et autres commencent à frétiller, mais du coté des cultivateurs quelle que soit leur obédience, ben, je suis tout seul.

 

Pour les terrains, j'ai deux options, que j'hésite à combiner.

 

Pour faire simple :

 

1) 400m altitude, vallon ensoleillé, bord de l'arize, terre limoneuse, tout bien, on voit la neige tous les 10 ans.

2) 900m d'altitude, terre de paturages, très ensoleillé, avec grosse source ( source de l'arize ) captée il n'y a pas eu plus de 3 semaines de neige cette année, mais ça peut varier sérieusement.

 

Il semblerait qu'il y ait des espèces, ou des combinaisons espèce/saison, qui sortent mieux en, altitude ( poireau, pdt primeur )

 

on pourrait diviser l'installation en deux zone, mais c'est à bien étudier, car c'est un cauchemar logistique. ( du à la traction animale, et à la desserte, la zone de montagne étant ... sportive )

 

Merci de ta sérieuse attention, je suis à ton écoute.



#19 hazy

hazy

Posté 16 aot 2016 - 19:49

@pedro :)
 

 

Tu kifferas en tant que comptable, la vente de la carotte primeure/fane/botte !!!!

 

 

Je ne suis pas comptable, et je ne kifferais rien du tout. Le concept est que le prix d'achat est fixé conjointement dans la SCIC par le producteur et l'utilisateur, pour que chacun s'y retrouve, y compris le client final.

 

J'ai déjà une vie, un métier, et je suis bénévole sur ce projet..
 

 

Surtout ne divise par deux le plan de culture qu'on te donnera, car le taux de perte et d'enmerdements sont deja inclus dans le plan. A la limite enlèves O,5 pts pour te rassurer, mais par 2, tu vas bouffer trop de surface au sol, un gros inconvenient ! faut pas oublier que les zones de passage de cueillette, bouffent deja le tiers.......... bref je sais que tu captes ca, prends le en compte.

 

 

Aujourd'hui, je n'ai personne de compétent dans le projet qui soit prêt à s'engager sur des chiffres, comme tu le fais sur le forum.  Donc, je noircit le trait, histoire d'avoir une base de travail.

Le jour ou un chef de culture me dit : ok, je prend le poste, le salaire, je signe le contrat, bref, je m'engage, il héritera d'une sale responsabilité : si la rentabilité est 50% plus basse que ses promesses, c'est vers lui que je me tournerai pour trouver des solutions.

T'es chaud ?  ;)
 

 

bon je comprends mieux ton projet maintenant et qui tu es, un peu.

tu communiques deja avec ton chef de projet ?

 

 

à la base, je suis un mec qui a fait un peu de business pour payer un carré de terrain planqué dans les montagne où élever plein de gosses, histoire qu'ils changent le monde. Pieds nus, poches vide, tête pleine.

lol, si je communiquais avec mon chef de projet, j'aurais de sévère troubles psy ;)

 

Novembre va arriver vite, c'est le mois ou dans ta région, tout devra etre planter et/ou semer dans les serres, alerte rouge, apres c'est DEAD !

tu penses faire partir le bouzin quand ? vrai debut du lancement ?

 

 

J'ai prévu une première année, rémunéré sur le crédit, sans production.  Installation des serres, transformation des prairies en parcelles cultivables, premiers tests, etc ..

 

Donc, probablement début de la phase d’installation fin 2017 ou début 2018.

 

Quelle mecanisation envisages tu ?

 

 

Encore une fois, ce n'est pas moi qui aurait le dernier mot sur cette question. Je sais que la tendance, qui me parle à titre perso, est sur la traction animale. Après, que ce soit du percheron ou du croix de st andré, franchement à l'heure actuelle je n'en sais rien.

 

J'ai demandé des modèles de venlo ( les serres ) qui soit conçus de manière à bien ventiler naturellement, je pense que l'on pourra se passer de ventilation mécanique.

 

S'il reste d'autre postes mécanisables que je ne connais même pas, je ne saurais me prononcer à leur sujet.

 

Reste, évidemment, la livraison, qui se fera par la route et pas à cheval.
 

 

achat ? pret ? location ?

 

 

Si besoin ponctuel d'un tracteur, on pourra toujours s'arranger :)

 

Ravi de toutes ces questions, qui m'aident à affiner.  :)  :)


  • FLOYD aime ceci

#20 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 450 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 16 aot 2016 - 19:49

Si le risque d'inondation n'est pas trop important, le terrain à 400m semble beaucoup plus réaliste. Mais du coup je ne comprends pas pourquoi les cultures de plein champs ne réussiraient pas. Est-ce à cause des vents ?

 

Pour l'installation progressive, pourrais-tu installer 3 x1000 ou 2000 m² et attendre 2 ou 3 ans pour voir s'il est vraiment utile de les agrandir ?