Aller au contenu


Photo

Peuples premiers, natifs, indigenes, autochtones


  • Veuillez vous connecter pour répondre
59 réponses à ce sujet

#41 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 29 avril 2020 - 19:17

Les amérindiens d'Amazonie craignent un génocide, ébranlés par la pandémie de Covid-19 et l'accélération soudaine de la déforestation en temps de confinement. Alors que le Brésil, le Suriname mais aussi la France mettent en place des politiques de soutien aux miniers et aux bûcherons, les peuples autochtones sont de plus en plus en contacts avec les "garimpeiros", porteurs des virus. En soutien aux peuples autochtones confinés, une ONG, Planète Amazone a lancé une campagne pour approvisionner les villages confinés.



#42 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 31 octobre 2020 - 16:11

Louise Erdrich : "On veut vraiment qu'il dégage. On n'a rien à voir avec Trump"

Parlant de l'héritage amérindien et sa culture : "Ce qui m'inspire c'est la résilience et la fierté", regardez la renaissance des nations tribales, elles sont plus engagés dans les arts", et "notre peuple refuse de disparaitre et de s'évanouir".

 

https://www.francein...30-octobre-2020


Modifié par DzC, 31 octobre 2020 - 16:13 .


#43 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 2179 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 31 octobre 2020 - 23:33

Pour les amérindiens de Guyane ce qu'il faut savoir ayant eu comme mission de délivrer un message pour un réunion du chef Raoni de toutes les tribus :sleep:

Je devait passer un message aux divers groupes d'amérindiens de Guyane et je me suis fait jeter par le chef de Émerillons ( qui avait comme seul objectif de construire un hôtel dans une zone interdite :roule: > la réunion a eu lieu au brésil sans les amérindiens de Guyane  :rolleyes:

C'est du vécu et j'ai d'autres histoires tout aussi invraisemblable ......

Quand aux bucherons et au miniers , ( l'abattage est gérer par L'onf ) et les mines par le BRGM qui suit la chose de très près quoique raconte les gens. :fumeur:


Modifié par l'ombre, 31 octobre 2020 - 23:33 .


#44 Shivaya

Shivaya
  • Genre: Femme
  • Localisation:Sud est

Posté 13 janvier 2021 - 11:32

Notre jupiter national qui essaie de convaincre en faisant du greenwashing international et se fait épingler par les associations de protection de la nature et des droits des peuples autochtones... il est de plus en plus risible... et moqué...

 

One Planet Summit : Macron fait pression pour les 30 % alors que près de 200 organisations alertent contre une catastrophe

 

Le One Planet Summit, présidé par Emmanuel Macron et organisé par la France, avait été présenté comme le sommet où “décideurs politiques et acteurs économiques du monde entier se réunissent pour agir contre l’érosion de la biodiversité”.

 

Il semblerait qu’il ait surtout servi à affirmer une volonté de monétarisation de la nature – à travers les solutions basées sur la nature, comme les compensations – et l’adhésion d’une cinquantaine de pays, dont la France, à l’objectif désastreux des 30 %.


 

Le président français a souligné, à de nombreuses reprises, l’importance de la “Coalition de la Haute Ambition pour la Nature et les Peuples”, par laquelle la France demande que 30 % de la Terre soit transformée en aires protégées d’ici 2030. Un projet qui doit être décidé lors de la prochaine Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique.

Selon Survival International, le mouvement mondial pour les peuples autochtones, l’objectif de 30 % est un grand mensonge vert qui risque de nuire à la vie de 300 millions de personnes, dont des personnes autochtones, et qui ne sauvera en rien la planète.

 

Dans de nombreuses régions du monde, une aire protégée est une zone où les personnes qui y vivaient ne sont plus autorisées à le faire ni à utiliser la nature pour nourrir leurs familles, ni les plantes médicinales pour se soigner, ni à visiter leurs sites sacrés. Lorsqu’ils s’y rendent, ils sont battus, torturés, voire tués.

Partout dans le monde, des peuples autochtones mettent en cause cette industrie de la conservation de la nature qui bafoue trop souvent leurs droits. Lors d’une récente conférence animée par des députés du Parlement européen, des représentants et militants autochtones ont pu clairement exprimer leur ferme opposition.

 

Pranab Doley, du peuple mising, de Kaziranga en Inde a ainsi déclaré : « L’histoire a oublié les habitants des forêts qui se sont historiquement sacrifiés pour le parc national et pour les animaux. L’histoire de la conservation est parsemée de la colonisation et de l’appropriation de nos efforts. Notre travail doit être reconnu. […]

« Nous avons besoin que les gens se joignent à nous pour faire entendre nos voix car nous avons été battus, torturés, assassinés au nom de la conservation de la nature. »

 

Survival fait campagne pour que les peuples autochtones soient placés au centre du mouvement de conservation de la nature et pour que les projets ne se fassent plus à leurs dépens.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré : « Le gouvernement français porte des œillères. Il ne voit pas à quel point ces projets sont destructeurs pour les peuples autochtones qui ont habité et géré de prétendues “zones sauvages” pendant des générations – mais qui sont censés faire place à la conservation de la nature. Il ne réalise pas non plus à quel point il est arrogant et raciste de croire que “nous” trouverons une meilleure façon de gérer ces territoires uniques. L’objectif des 30 % ne suit même plus la science, qui a clairement montré au cours de la dernière décennie que les droits territoriaux des peuples autochtones sont essentiels à la conservation de la biodiversité. »

Notes aux rédacteurs :
Près de 200 organisations et experts ont mis en garde contre les graves conséquences pour les peuples autochtones et communautés locales des aires protégées si des normes contraignantes en matière de droits humains ne sont pas établies et si les droits territoriaux des peuples autochtones ne sont pas placés au centre des efforts.


  • flanar l'ancien aime ceci

#45 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 2179 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 13 janvier 2021 - 12:10

Faut juste connaître la quantité d'or que la zone interdite produit ....quelques milliers de Kg par ans

Au tarif actuel prêt de 50 000 € le kg

https://www.gold.fr/lingot-1-kg/

Et je parle du reste ....... :fumeur:



#46 Shivaya

Shivaya
  • Genre: Femme
  • Localisation:Sud est

Posté 19 fvrier 2021 - 11:35


WWF : la face cachée du panda dévoilée pour la première fois dans un documentaire sur France 2

 

Le reportage de Complément d’enquête, diffusé le jeudi 18 février 2021, expose les graves violations des droits humains soutenues et financées par le WWF et dénoncées par Survival depuis de nombreuses années.

Dans WWF : à quoi joue le panda ?, la journaliste Alexandra Colineau explore la face cachée du WWF, depuis les relations douteuses de l’organisation avec certaines des entreprises les plus polluantes au monde à ses liens avec la chasse aux trophées, ainsi que son soutien à la militarisation de la protection de la nature en Afrique centrale.

Si les zones d’ombre du panda avaient déjà fait l’objet de documentaires – notamment aux Pays-Bas, en Allemagne et au Royaume-Uni –, c’est la première fois qu’une enquête de cette ampleur est diffusée sur une chaîne publique française.

 

Survival International a participé au reportage pour parler de son travail mené depuis des années contre le colonialisme vert et les abus perpétrés par les écogardes contre les peuples autochtones. Le WWF, dans le bassin du Congo et en Inde, a financé et soutenu des auteurs de tortures, passages à tabac, viols et parfois meurtres, au nom de la protection de la nature. L’un des exemples les plus connus – dont il est question dans le documentaire – est celui de Messok Dja dans le bassin du Congo.

 

L’UE et l’ONU ont suspendu leurs financements à ce projet illégal suite à une campagne sans relâche du peuple baka et de Survival. Cependant, le WWF se refuse à rendre justice aux victimes et à enfin revoir son modèle de protection de la nature. La preuve : il est l’un des fervents partisans du projet de transformer 30 % de la Terre en aires protégées alors même que cela détruirait la vie de millions de personnes.

Fiore Longo, directrice de Survival France, a déclaré aujourd’hui : « Le documentaire de Complément d’enquête montre ce que Survival dénonce depuis des années. D’un côté, le WWF s’allie à de grandes entreprises qui détruisent les forêts du monde. De l’autre, il soutient des expulsions forcées et d’autres violations des droits des peuples autochtones, les meilleurs gardiens de la nature. Ce modèle ne bénéficie ni à la nature ni aux populations locales, mais aux industries, au tourisme et à la chasse aux trophées.

 

« En continuant avec cette idéologie coloniale de conservation de la nature, le WWF ne sauve ni les forêts tropicales ni les espèces emblématiques dont les grandes organisations de protection de la nature se servent depuis des décennies pour collecter des fonds.

« Les intérêts des différentes parties prenantes sont tellement puissants que l’organisation refuse toujours de changer son fonctionnement malgré de nombreuses dénonciations. Seul un tollé mondial pourra changer cela. Nous luttons pour la décolonisation de la protection de la nature : pour les peuples autochtones, la nature et toute l’humanité. »

Notes aux rédactions :

Fiore Longo, chargée de la campagne Décoloniser la protection de la nature et directrice de Survival International France est disponible pour des interviews.

Source


  • flanar l'ancien aime ceci

#47 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 19 fvrier 2021 - 12:57

et ça fait d ailleurs un moment que le fonctionnement du WWF est dénoncé. Encore un de ces machins internationaux pourri de conflits d interêts et par le carrièrisme.


  • l'ombre aime ceci

#48 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 2179 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 20 fvrier 2021 - 16:59

Et encore personne n'a soulever les fonds qu'ils ont a disposition

Domicilié à Gland dans le comté de Vaud, en Suisse, le WWF se réclame d’un soutien de près de six millions de personnes à travers plus de cent pays, et emploie six mille salariés. À la différence d’autres ONG comme par exemple Greenpeace (cette dernière est toutefois financée, dans certains pays, par des Fondations), le WWF noue des partenariats avec des acteurs publics mais aussi les entreprises, et bénéficie notamment de financements de ces dernières (telles Apple, HSBC, Coca-Cola et IKEA en 2016). L’ONG affiche trois types de partenariats avec les entreprises : pour la mise en place de pratiques durables dans les affaires économiques ; en faveur de la prise de conscience et à des fins de communication ; des partenariats philanthropiques. En 2016, date de son dernier rapport disponible, son financement se chiffrait à 707 millions d’euros.

https://www.novethic...detail/wwf.html

Et je ne parle pas de Politiciens qui grâce a eux ont un tremplin politique > en France



#49 pierre paul jacques

pierre paul jacques
  • Genre: Homme

Posté 20 mars 2021 - 03:06

Les Peuples Premiers et les plantes médicinales : qui sont les Cherokees?

Avant tout un petit mot sur le peuple Cherokee. Très rapide car l’histoire de ces peuples premiers est complexe et souvent remplie de souffrances à cause de la colonisation.

Je ne suis pas historien, ceci est basé sur mes lectures, donc par avance mes excuses de simplifier un sujet qui n’est pas simple du tout.

Les Cherokees sont un peuple premier d’Amérique du Nord. Ils ont vécu principalement dans la région sud-est, dans une zone tout autour des Appalaches. Donc Virginie, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Géorgie, Alabama, Tennessee, et Kentucky. Ça, c’est avant l’arrivée des colons.

A partir du 17e siècle, les choses commencent à se gâter pour eux avec l’arrivée des Britanniques. Au fil des années, on va de plus en plus occuper leurs territoires. Il va y avoir plusieurs périodes de l’histoire coloniale qui vont beaucoup les affecter.

  • La guerre de Sept Ans qui oppose la France à l’Angleterre entre 1756 et 1763.
  • La guerre d’indépendance, pendant laquelle les colonies américaines ont décidé de rompre les liens avec la couronne d’Angleterre, guerre qui a durée de 1775 à 1783 et qui débouche sur la reconnaissance de l'indépendance de ces colonies par l’Angleterre.

Le pays adopte alors le nom d’États-Unis d’Amérique. Et à partir de ce moment-là, il va y avoir une volonté d’expansion nouvelle vers l’ouest. On va essayer de se débarrasser des Cherokees qui gênent l’expansion, et on va les repousser du côté ouest du Mississipi à l’intérieur des terres.

Les manières employées sont diverses, on négocie des traités qui ne sont pas respectés, on utilise l’alcool pour corrompre ces nations, on les harcèle, on envoie l’armée, on va justifier tous les moyens possibles pour dégager ceux qui habitent le territoire depuis des millénaires. Ils vont peu à peu être repoussés jusqu’en Oklahoma.

Une migration dans des conditions terrible : La Piste des Larmes

Cette migration sera d’ailleurs appelée la «piste des larmes» par les cherokees.

L’armée les a chassés en plein hiver, des milliers de Cherokees vont mourir sur ce chemin. Ils vont être ensuite pris dans la guerre civile américaine de 1861 et 1865 qui oppose les états du nord aux états du sud.

Les cherokees veulent tout simplement défendre leur nouveau territoire, mais on les force à prendre parti. Cette guerre va dévaster le pays, et au moment où les Cherokees se relèvent enfin de cette destruction, l’expansion vers l’ouest, qui continue, va provoquer la disparition complète de ce territoire qu’on leur avait donné.

Il y aura aussi une intégration forcée puisqu’on va supprimer leur gouvernement tribal, leurs écoles, leurs institutions. Pour enfin leur donner certains territoires qui sont considérés exclusivement Cherokee aujourd’hui.

Il y a 3 peuples cherokees officiellement reconnus par l’état fédéral, en Oklahoma et en Caroline du Nord. Aujourd’hui, ces peuples ont gardé une partie de leur culture et de leur tradition, mais ils ont aussi adopté une grande partie de la culture Américaine.

C'est une histoire complexe, souvent tragique, qui a laissé de nombreuses blessures. Je vais m’arrêter là, mais je voulais juste resituer mon petit conte dans un contexte historique.

Minuscules nous sommes, mais avec un rôle à jouer

Nous ne sommes pas le centre de l’univers, nous ne sommes pas la créature la plus aboutie. Au contraire, dans leur système, nous sommes ceux qui ont le plus à apprendre. Nous sommes à la fois une minuscule partie du grand tout, nous n’avons rien de spécial, mais nous avons aussi un rôle très important à jouer dans cet ensemble.

 

Si j’abime un arbre, ou que je fais souffrir un animal, c’est une partie de moi et de mon peuple que j’abime.

Ce qui amène à la fois un grand respect de ce qui nous entoure, un sentiment d’appartenance et la conviction d’avoir une place donnée. Se sentir petit, mais connecté et utile. Si on vivait tous nos vies dans cet esprit-là, je peux vous dire qu’on aurait déjà trouvé des solutions aux grands problèmes actuels.

C’est dans cette belle vision du grand tout que cette légende doit être racontée. J’ai pris la liberté de l’adapter dans mes propres mots, tout en restant aussi fidèle que possible à la légende.

Je vous ai aussi mis des petites notes explicatives pour vous aider à interpréter le texte.

Par exemple, lorsque la légende évoque les éléments des 4 directions, ceci englobe tout ce qui appartient à l’existence, animé ou pas, donc ceci inclut les pierres, les montagnes, le vent, etc.

Et puis, juste pour information, dans le passé, je sais que certains ont réagis à ce genre d’histoire, parce qu'on y positionne les animaux un peu comme les humains, avec parfois quelque chose qui pourrait ressembler à un esprit de vengeance.

Bien sûr que les animaux n’ont pas d’intentions mauvaises. N’allez pas sur-analyser cette petite histoire.

C’est une légende qui a été racontée depuis bien longtemps, une légende qui s’inscrit dans une philosophie de respect total de la nature. Elle est remplie de messages importants… alors prenons du recul.

Certains passages peuvent paraître peut-être un peu crus pour les enfants sensibles. Si vous voulez raconter l’histoire à un enfant jeune, il faudra peut-être l’adapter et l’adoucir un peu. Je vous laisse juger par vous-même.

 

 

Les Peuples Premiers et les plantes médicinales, le conte Quand tout était harmonie 

Les anciens disent qu’il fut un temps pendant lequel toutes les créatures de la création parlaient le même langage.

Les plantes pouvaient communiquer avec ceux qui avaient des nageoires, les 4-pattes pouvaient parler avec les arbres, les pierres pouvaient parler avec le vent, et même la plus dépendante des créatures, la plus pitoyable de la création, les 2 pattes (NDLR : c’est-à-dire nous, les humains) pouvaient aussi parler avec toutes les autres parties de la création.

Tout existait en harmonie. Les plantes, les animaux, et les éléments des 4 directions (NDLR: c’est à dire tout ce qui appartient à l’existence, qu’ils soient animés ou pas, donc ceci inclut les pierres, les montagnes, le vent, etc.), tous savaient que pour que les 2 pattes arrivent à survivre, ils auraient besoin d’aide.

Les animaux ont donc accepté de donner leur vie, de se sacrifier, afin que les hommes puissent obtenir de la nourriture. Ils savaient aussi que leur peau était beaucoup plus adaptée à la survie que celle des humains. Ils permirent donc aux humains de prendre leur peau et de l’utiliser pour faire des habits et construire des abris.

Ceux qui avaient des nageoires, ceux qui rampaient, ceux qui volaient, permirent aussi aux humains de les utiliser, pour qu’ils arrivent à survivre. Les plantes, les arbres, et les rochers s’offrirent aux humains afin qu’ils aient de la nourriture, des habits, et des abris.

Mais ils avaient aussi forgé un accord : il fallait que les créatures à 2 pattes demandent la permission pour obtenir ces cadeaux, et qu’ils remercient ces créatures pour ce sacrifice. Et tout irait bien.

Mais voilà. Les 2 pattes ont commencé à devenir de plus en plus nombreux, et se sont sentis supérieur aux autres créatures. Ils commencèrent à croire que la grande toile de la vie s’organise autour d’eux, qu’ils en sont le centre.

Quand les 2 pattes rompirent  l'harmonie Ils ignorèrent le fait qu’ils n’étaient pas le centre, mais juste une minuscule partie du cercle. Et les 2 pattes commencèrent à tuer sans demander la permission. Et ils commencèrent à prendre plus que ce dont ils avaient besoin. Et ils arrêtèrent de remercier. Toutes les parties de l’accord avaient été rompues.

Les animaux se réunirent pour déterminer ce qu’ils pourraient bien faire pour corriger cette situation. Ils avaient besoin de se protéger contre la destruction et l’éradication provoquée par les 2 pattes.

Il fut donc décidé, par décret du conseil des animaux, que si un membre du clan était tué par les 2 pattes sans en avoir demandé la permission et sans remercier pour ce sacrifice, l’esprit chef pour cet animal irait affliger le tueur irrespectueux d’une maladie dévastatrice.

Les ours furent les premiers à se réunir sous la montagne Kuwâ’hĭ (qui se trouve dans les Appalaches). C’est le vieux chef des ours blancs qui présida cette assemblée. Après que chaque ours ait déposé sa plainte au sujet des hommes qui ont tués leurs amis, qui ont mangé leur chair, qui ont utilisé leur peau pour leurs propres intérêts, on décida de démarrer sans attendre une guerre contre lui.

Un ours demanda : "quelles armes l’homme utilise pour détruire les ours?"

«Des arcs et des flèches bien sûr» répondirent tous les ours à l’unisson.

«Et ces armes sont faites en quel matériau» demanda l’ours?

«L’arc est fait de bois, et la corde est faite de nos entrailles» répondit un des ours.

On proposa alors de fabriquer un arc et des flèches pour voir si on pouvait utiliser les mêmes armes contre les hommes. Un ours alla chercher un beau morceau de bois de robinier faux-acacia, et un autre se sacrifia pour le bien de tous en fournissant un morceau de ses entrailles pour la corde.

Une fois que tout fut terminé, un ours se porta volontaire pour essayer l’arc. Mais en voulant faire voler la flèche, ses longues griffes s’accrochèrent à la corde, ce qui fit voler la flèche de travers. C’était très ennuyeux. Un ours suggéra alors qu’il se coupe les griffes, ce qui fut accompli, et on s’aperçut alors que la flèche pouvait voler droit dans sa cible. Mais le chef, le vieil ours blanc, s’opposa à cette mesure, en disant que les ours avaient besoin de leurs longues griffes pour pouvoir grimper aux arbres.

«Un de nous s’est déjà sacrifié pour fournir la corde, si maintenant nous coupons nos griffes, nous allons mourir de faim. Il vaut mieux faire confiance aux dents et aux griffes que la nature nous a donné, et il est clair que les armes des hommes ne sont pas faites pour nous».

Comment les maladies arrivèrent aux humains

Personne ne put proposer un meilleur plan, donc le vieux chef mit fin à l’assemblée et les ours se dispersèrent dans les bois sans avoir pu élaborer un moyen de contrer les humains.

Ensuite, ce furent les cerfs qui se rassemblèrent, sous la direction de leur chef, Petit Cerf.

Après une longue discussion, ils décidèrent d’envoyer des rhumatismes à chaque chasseur qui tuerait sans demander pardon pour cette offense.

Ils prévinrent les tribus de peuples dans les environs pour leur rappeler ce qu’il fallait faire lorsque ceux-ci devaient tuer un cerf par nécessité. Et à partir de ce moment-là, lorsqu’un chasseur tuait un cerf, le chef Petit Cerf, qui était rapide comme le vent et ne pouvait pas être blessé, se rendait immédiatement sur le lieu, se penchait sur le corps de l’animal mort, et demandait à l’esprit du cerf s’il avait entendu la prière du chasseur qui demandait pardon pour ce qu’il avait fait.

Si la réponse était oui, alors tout était pour le mieux, et Petit Cerf pouvait repartir. Mais si sa réponse était non, il suivait le chasseur jusqu’à sa cabane et l’affligeait de rhumatismes, pour le paralyser.

Vint le tour des poissons et des reptiles. Ils se rassemblèrent et décidèrent de provoquer des rêves déplaisants chez ceux qui les avaient tués, et dans ces rêves, des serpents iraient s’entortiller autour de l’homme et irait souffler une haleine putride dans son visage. Dans les rêves, ils feraient aussi manger à l’homme du poisson cru ou en décomposition afin de lui faire perdre l’appétit. C’est pour cette raison que les hommes rêvent parfois de serpents et de poissons (NDLR: ici je suppose que les peuples premiers, proches de la nature, rêvent souvent de poissons et de serpents).

Et puis ce fut le tour des oiseaux, des insectes, et de tous les petits animaux. Et le chef de ce conseil, ce fut le ver de terre.

Chaque animal pu exprimer sa frustration. La grenouille parla en premier en disant qu’il fallait agir pour maitriser l’augmentation du nombre des 2 pattes ou ils deviendraient si nombreux que tous les animaux n’allaient plus avoir leur place.

Elle dit «regardez comme ils m’ont donné des coups de pieds parce qu’ils me trouvent laide, et maintenant mon dos est couvert de pustules» (NDLR: donc une explication de comment le crapaud en est venu à avoir des pustules)

Ensuite c’est l’oiseau qui parla et qui condamna l’homme qui l’empalait sur une broche et le faisait griller sur un feu.

Et peu à peu, chaque animal pu s’exprimer, et on décida d’infliger une maladie différente pour chaque espèce d’animal tué dans l'offense.

C’est comme cela que les maladies s’installèrent dans la vie des humains.

Quand les plantes eurent pitié des 2 pattes

Les plantes, en revanche, furent très accablées par cette décision.

Et elles dirent aux animaux : «Ils nous font du mal, à nous aussi. Ils nous déracinent. Ils nous piétinent. Ils nous brûlent. Et ils ne nous écoutent même pas lorsqu’on essaie de leur expliquer toute l’aide qu’on peut leur apporter. Et pourtant, nous ressentons de la compassion pour les 2 pattes. S’ils ont du mal à comprendre leur place dans la grande toile de la création, ils ne pourront pas apprendre de leurs erreurs si nous les éradiquons avec toutes ces maladies. Ils ont besoin de notre aide, donc pour chaque maladie que vous apporterez, vous, les animaux, nous, le peuple des plantes, nous leur donneront un remède. La seule chose que les 2 pattes auront à faire, c’est nous écouter lorsque nous leur parlerons».

C'est ainsi que les 2 pattes purent se soigner de tous les maux dont les animaux les avait accablés. Et c'est ainsi que les Peuples Premiers découvrirent les plantes médicinales.

Fin de l’histoire.

Je pense qu’on a tellement à apprendre de ces peuples premiers. Le fait que nous ne sommes qu’un petit grain de sable dans la grande toile de la création. Le fait que nous avons un rôle important à jouer, mais pas plus important que les autres animaux, ou que les arbres, ou que les plantes, ou que les rivières.

Le fait que chacune de nos actions peut perturber ce grand équilibre naturel.

Et lorsque cet équilibre est perturbé, c’est la santé globale de la planète qui est perturbée, et nous ne pouvons pas être en bonne santé si la planète souffre, vu que nous sommes une partie d’elle.

Je pense que vous serez d’accord sur le fait que c’est exactement ce qu’on est en train de vivre aujourd’hui. Ces peuples premiers ont intégré ce respect du vivant dans leur culture depuis des millénaires, une sagesse que nous, peuples «civilisés», avons perdu il y a bien longtemps.

Et puis demander la permission, remercier, vivre dans la gratitude de ce que la nature nous offre. Il est peut-être temps qu’on se réveille et qu’on écoute la sagesse des peuples premiers. Et qu’on écoute aussi ce que nos bonnes herbes ont à nous dire, dans le respect, afin de retrouver une santé meilleure.


https://www.altheapr...gende-cherokee/

 


  • DzC aime ceci

#50 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 17 avril 2021 - 06:34

Tuer l'indien dans le coeur de l'enfant

Adopté au Canada en 1876, l’Indian Act avait pour but de faire des Amérindiens des citoyens de seconde zone séparés de la population blanche, et de sédentariser un peuple nomade pour mieux contrôler ses territoires et ses ressources. Un génocide culturel, des générations d’enfants violentés : une enquête implacable sur l’origine des traumatismes qui hantent les communautés autochtones du Canada.

"Ils nous ont détruits parce qu’ils voulaient notre terre. Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? J’étais juste un enfant." Dans les deux mille réserves amérindiennes du Canada, les communautés des Premières Nations tentent de survivre aux traumatismes causés par la politique d’acculturation du gouvernement. Adopté en 1876, l’Indian Act avait pour but de faire de leurs membres des citoyens de seconde zone séparés de la population blanche, et de sédentariser un peuple nomade pour mieux contrôler ses territoires... et ses ressources. L’Église et l'État ont tenté de faire des enfants amérindiens de "bons petits chrétiens" et de les "civiliser" en les enfermant dans des "pensionnats autochtones", dont le dernier n'a fermé ses portes qu'en 1996. Des générations de filles et de garçons furent arrachées à leurs parents et victimes de tortures (notamment à la chaise électrique) et de viols. L’alcoolisme, la toxicomanie, les féminicides et les vagues de suicides qui frappent aujourd’hui les Amérindiens en sont les conséquences directes.

 

https://www.arte.tv/...ur-de-l-enfant/



#51 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 29 avril 2021 - 17:08



#52 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 14 mai 2021 - 07:57

Quelques docs sur la hutte de sudation/sweat lodge/Inipi (Lakotas)/suerie/bain de vapeur etc...  :

 

210514090845641438.jpg

 

210514090723546566.jpg

 

210514090823592584.jpg

 

210514090908780927.jpg



#53 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 14 mai 2021 - 11:53

210514010328765975.jpg

 

210514010347894518.jpg

 

210514010405452718.jpg

 

210514010455115474.jpg

 

210514010515859815.jpg

 

210514010533555755.jpg



#54 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 14 mai 2021 - 18:27

210514073844267278.jpg

 

210514073910894640.jpg

 

210514073926266836.jpg

 

210514073942176625.jpg



#55 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 15 mai 2021 - 12:23

210515013404632587.jpg

 

210515013509126578.jpg

 

210515013528930598.jpg

 

210515013548199553.jpg

 

210515013604289477.jpg



#56 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 01 juin 2021 - 06:13

Considéré comme un des grands anthropologues français du XXe siècle, Philippe Descola réalise son premier terrain en Amazonie. En ethnographe, il vit des années durant au sein de la tribu des Jivaros Achuar, et observe les relations que ces Amérindiens entretiennent avec les êtres de la nature. En ethnologue, il montre que l’opposition traditionnellement établie en Occident entre nature et culture ne se vérifie pas chez les Achuar, qui attribuent des caractéristiques humaines à la nature. En anthropologue enfin, il définit quatre modes de rapport au monde que sont le totémisme, l’animisme, le naturalisme et l’analogisme permettant de rendre compte des relations de l’homme à son environnement.
En un texte clair et didactique, Philippe Descola nous restitue les grandes étapes de son parcours et nous introduit de manière vivante à la pratique de l’anthropologie et à une « écologie des relations ».

 

https://www.cnrsedit...-des-relations/



#57 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 09 juillet 2021 - 08:14

On sait désormais que la richesses des pays industrialisés repose principalement sur l'exploitation de travailleurs locaux ou à l'étranger (pays colonisés) et sur le pillage de diverses matières premières
(or, argent, cacao, caoutchouc, minerais etc...).
Un des pillages fondateurs du système capitaliste : l'or et l'argent volés en Amerique du Sud par les espagnols au 16éme et 17ème siècle * et qui alimentat les économies européenne puis états-unienne.

* Potosi... Aujourd'hui encore, le nom de cette bourgade de 160.000 habitants située sur le territoire de l'actuelle Bolivie renvoie aux pires excès de la conquête et de l'exploitation du Nouveau Monde par les Espagnols. Là, de 1545 aux premières décennies du XVIIIesiècle, des millions d'Indiens ont extrait dans des conditions souvent épouvantables des quantités astronomiques d'argent - plusieurs millions de tonnes -, avec lesquelles, selon certains auteurs en mal d'imagination, il aurait été possible de construire un pont entre l'Amérique latine et l'Espagne !
https://www.cairn.in...8-1-page-16.htm
https://www.rtbf.be/...ors?id=10495954
https://fr.wikipedia...org/wiki/Potosí

 

210709092645216899.jpg

 

210709092704543520.jpg

 

Source : CE QUE NOUS DEVONS AUX INDIENS D’AMÉRIQUE
Et comment ils ont transformé le monde
JackWEATHERFORD


 


Modifié par DzC, 09 juillet 2021 - 08:15 .


#58 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 27 aot 2021 - 07:48

Des milliers d'indigènes en tenue traditionnelle ont manifesté mercredi à Brasilia où la Cour suprême devait rendre un jugement crucial sur leurs terres ancestrales.

 

https://information....s-terres-421836

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

La grande histoire des peuples d'Amérique

 

De l'Alaska jusqu'au Brésil, plongée dans la vie quotidienne des premiers peuples des Amériques, entre culture, science et spiritualité. Cette série documentaire en quatre épisodes vous emmènes au fil de treize mille ans d'histoire.

 

https://www.arte.tv/...d-amerique-1-4/


Modifié par DzC, 27 aot 2021 - 07:49 .

  • FLOYD aime ceci

#59 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 19 septembre 2021 - 09:49

'Terra Libre'

Un film de Gert-Peter Bruch, produit par Planète Amazone

 

 

L’Europe, qui continue de participer outrageusement à la déforestation, doit rendre des comptes à ses citoyens. Les dernières lignes de défenses de l'Amazonie et de ses gardiens (les peuples indigènes) érigés depuis plus de vingt ans par une coopération internationale sont sur le point de rompre brutalement. Dans ce contexte, l’accord de libre-échange UE-Mercosur, signé en 2019 après de très longues négociations, est vécu par nombre de ses citoyens comme un renoncement de l’Europe à les protéger des désastres climatiques. L’accord augmenterait ainsi la participation européenne à la destruction de l'un des écosystèmes les plus importants de notre Terre Mère. Il devrait entrer en application à la fin de l’année 2021. Il faut l’en empêcher ! 

 

https://www.change.o...r-immediatement


Modifié par DzC, 19 septembre 2021 - 09:51 .


#60 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6662 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 25 septembre 2021 - 08:06


Ce-que-nous-devons-aux-indiens-15.jpg

 

Ce-que-nous-devons-aux-indiens-16.jpg

 

Ce-que-nous-devons-aux-indiens-17.jpg

 

 

Source : CE QUE NOUS DEVONS AUX INDIENS D’AMÉRIQUE
Et comment ils ont transformé le monde
JackWEATHERFORD


Modifié par DzC, 25 septembre 2021 - 08:09 .