Aller au contenu


Photo

Livres divers


  • Veuillez vous connecter pour répondre
87 réponses à ce sujet

#81 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 24 septembre 2018 - 18:28

Un chouette bouquin !
 
 

Atlas de botanique poétique

Francis Hallé

  • Avec la collaboration de : Éliane Patriarca
Botaniste, explorateur des forêts tropicales équatoriales qu'il sillonne depuis quarante ans, carnet de croquis en main, Francis Hallé nous invite dans cet Atlas de botanique poétique à un voyage illustré à la rencontre de plantes extraordinaires.
Des innombrables carnets d'expédition qui tapissent les étagères de son bureau à Montpellier, il a extrait un échantillon des spécimens les plus étonnants. De Codariocalyx motorius, la plante qui danse, aux Solanaceae d'Argentine, ces arbres souterrains dont on n'aperçoit qu'un tapis de feuilles au sol, leurs modes de développement et d'adaptation dépassent souvent notre compréhension pour enchanter notre imagination.
Exubérantes, énigmatiques, dotées d'aptitudes surprenantes, les merveilles végétales présentées dans ce cabinet de curiosités inattendu plaident en faveur de la sauvegarde des forêts tropicales aujourd'hui gravement menacées.
 

Modifié par DzC, 24 septembre 2018 - 18:29 .


#82 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 12 octobre 2018 - 07:51

Les arbres nourriciers

http://natureiciaill...ourriciers.html



#83 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 12 octobre 2018 - 19:03

Au cours du XXe siècle, la défaite du sauvage a semblé totale. Nous avons progressivement fait le vide autour de nous. La litanie des disparitions se poursuit quotidiennement dans l’indifférence des décideurs, et les scientifiques prédisent une annihilation biologique qui ébranlerait jusqu’aux fondements mêmes de la civilisation humaine. Et pourtant, ce livre est un ouvrage optimiste. Tout n’est pas perdu, loin de là. Car, malgré tout ce que nous lui avons fait subir, la nature résiste. Mieux, elle revient ! Notre pays est le mieux placé pour faire en tête, la course de la plus belle nature européenne. Favoriser le retour de la nature sauvage est un excellent facteur de développement. Notre richesse naturelle est renouvelable et non-délocalisable. C’est l’enjeu économique de demain. La place pour la vie sauvage ne manque pas sur notre territoire ; elle ne manque que dans nos têtes. Nous voudrions contribuer à ménager cette place pour le bien-être et l’épanouissement de tous. Hommes, plantes et animaux : nous sommes tous liés et il est grand temps aujourd’hui de renouer avec notre famille. Il en va de notre survie. Une nouvelle alliance est possible, basée sur le triptyque abondance/diversité/proximité : ce livre le démontre.
 

Ils s’appellent Navajos, Maasaï, Kogis, Pueblos, Apaches, Lakotas, Surui, Tsaatans de Mongolie. Ils vivent dans des mondes d’avant notre civilisation et pourtant, détiendraient-ils des savoirs et une forme de sagesse universelle que nous aurions perdue ?

Ce livre rassemble onze passeurs que Frederika Van Ingen a rencontrés. Ces Occidentaux ont en commun d’avoir vécu avec les peuples « racines ». Chaque chapitre raconte leur histoire, ce qu’ils ont appris au contact des peuples, et comment ils mettent cette connaissance en pratique dans notre monde moderne : Lorenza Garcia qui représente en france la culture navajo, Eric Julien, sauvé par les kogis et qui a fondé une association pour leur restituer leurs terres, Xavier Péron qui transmet la spiritualité maasaï dans des conférences et ateliers, Corine Sombrun, chamane, qui travaille avec des chercheurs pour faire valider le phénomène de la transe, Kim Pasche qui accompagne les premières nations du Yukkon et organise des ateliers du sauvage, etc.

Ces peuples ont inventé le « développement personnel » voici plusieurs dizaines de milliers d’années et le mettent quotidiennement en pratique. Il nous transmettent leurs leçons pour :

• recréer du lien : à la terre, au vivant, à l’autre, à l’« invisible »

• définir un autre rapport à l’ego, aux émotions, à l’écologie intérieure

• réfléchir à d’autres règles du vivre ensemble, de la prise de décision, de l’intelligence collective

• repenser le rôle de l’imaginaire, de la pensée créatrice

• découvrir d’autres façons de soigner, etc.

http://www.arenes.fr...vre-aujourdhui/



#84 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 14 octobre 2018 - 18:56

Traité d'économie hérétique

...

C’est justement l’objet de ce livre  : regagner la bataille des idées, refuser ce qui peut paraître du bon sens, tordre le cou à ces prétendues «  vérités économiques  ».
Savez-vous qu’il y a eu plus de 165 réformes relatives au marché du travail depuis 2000 en France  ? Que nous avons déjà connu une dette publique représentant 200  % du PIB ? Que plus de la moitié de la dépense publique profite au secteur privé  ?
Dans ce traité d’économie hérétique, Thomas Porcher nous offre une contre-argumentation précieuse pour ne plus accepter comme une fatalité ce que nous propose le discours dominant.

https://www.fayard.f...e-9782213705903



#85 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 19 octobre 2018 - 06:37

Les dix millénaires oubliés qui ont fait l’histoire. Quand on inventa l’agriculture, la guerre et les chefs

 

Archéologue, Jean-Paul Demoule rappelle un fait essentiel, à peine effleuré dans les programmes scolaires : pendant 99 % de son histoire, l’être humain a été un chasseur-cueilleur nomade. L’agriculture, l’élevage et leurs corollaires n’ont que dix millénaires. Dix millénaires oubliés pendant lesquels se sont construites des sociétés agricoles sédentaires, hiérarchisées, immanquablement chapeautées par des religions promptes à légitimer l’ordre, les inégalités, etc., et à contrôler la sexualité (surtout féminine). L’auteur examine les ressorts de cette « révolution néolithique », responsable de l’explosion démographique, qui a vu émerger les villes, les rois, la course aux armements. Il explique surtout que cette histoire aurait pu s’écrire autrement, en citant des exemples d’effondrements de civilisations urbaines, probablement dus à l’exaspération des populations laborieuses face aux élites oisives et prédatrices.

 

https://www.monde-di...OUVERNEUR/59005

 

 

Rappel : http://www.onpeutlef...ivers/?p=272433


Modifié par DzC, 19 octobre 2018 - 06:39 .


#86 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 19 octobre 2018 - 06:41

Boulots de merde !
Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers
Julien BRYGO, Olivier CYRAN

Pas un jour sans que vous entendiez quelqu’un soupirer : « Je fais un boulot de merde. » Pas un jour peut-être sans que vous le pensiez vous-même. Ces boulots-là sont partout, dans nos emplois abrutissants ou dépourvus de sens, dans notre servitude et notre isolement, dans nos fiches de paie squelettiques et nos fins de mois embourbées. Ils se propagent à l’ensemble du monde du travail, nourris par la dégradation des métiers socialement utiles comme par la survalorisation des professions parasitaires ou néfastes.
Comment définir le boulot de merde à l’heure de la prolifération des contrats précaires, des tâches serviles au service des plus riches et des techniques managériales d’essorage de la main-d’oeuvre ? Pourquoi l’expression paraît-elle appropriée pour désigner la corvée de l’agent de nettoyage ou du livreur de nans au fromage, mais pas celle du conseiller fiscal ou du haut fonctionnaire attelé au démantèlement du code du travail ?
Pour tenter de répondre à ces questions, deux journalistes eux-mêmes précaires ont mené l’enquête pendant plusieurs années. Du cireur de chaussures au gestionnaire de patrimoine, du distributeur de prospectus au «personal shopper» qui accompagne des clientes dans leurs emplettes de luxe, de l’infirmière asphyxiée par le «lean management» au journaliste boursier qui récite les cours du CAC 40, les rencontres et les situations qu’ils rapportent de leur exploration dessinent un territoire ravagé, en proie à une violence sociale féroce, qui paraît s’enfoncer chaque jour un peu plus dans sa propre absurdité. Jusqu’à quand ?

 

https://www.editions...2707185457.html



#87 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 17 novembre 2018 - 18:23

9782226397157-j-tt-width-1475-height-224

Hélène L’Heuillet, Tu haïras ton prochain comme toi-même (Albin Michel)

 

https://www.albin-mi...e-9782226397157

https://www.lesinroc...eunes-11979022/

 

Tres interessant mais un peu trop centré sur le jihadisme donc a mal vieilli, la frenesie etant un peu passée.

Freud ou Lacan sont largement invoqués.

 

1542475771.jpg


Modifié par DzC, 17 novembre 2018 - 18:30 .


#88 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3 494 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté hier à 19:40

La fin de l'homme rouge Ou le temps du désenchantement Svetlana ALEXIEVITCH

Armée d’un magnétophone et d’un stylo, Svetlana Alexievitch, avec une acuité, une attention et une fidélité uniques, s’acharne à garder vivante la mémoire de cette tragédie qu’a été l’urss, à raconter la petite histoire d’une grande utopie. “Le communisme avait un projet insensé : transformer l’homme «ancien», le vieil Adam. Et cela a marché… En soixante dix ans et quelques, on a créé dans le laboratoire du marxisme-léninisme un type d’homme particulier, l’Homo sovieticus.” C’est lui qu’elle a étudié depuis son premier livre, publié en 1985, cet homme rouge condamné à disparaître avec l’implosion de l’Union soviétique qui ne fut suivie d’aucun procès de Nuremberg malgré les millions de morts du régime.
Dans ce magnifique requiem, l’auteur de La Supplication réinvente une forme littéraire polyphonique singulière, qui fait résonner les voix de centaines de témoins brisés. Des humiliés et des offensés, des gens bien, d’autres moins bien, des mères déportées avec leurs enfants, des staliniens impénitents malgré le Goulag, des enthousiastes de la perestroïka ahuris devant le capitalisme triomphant et, aujourd’hui, des citoyens résistant à l’instauration de nouvelles dictatures…
Sa méthode : “Je pose des questions non sur le socialisme, mais sur l’amour, la jalousie, l’enfance, la vieillesse. Sur la musique, les danses, les coupes de cheveux. Sur les milliers de détails d’une vie qui a disparu. C’est la seule façon d’insérer la catastrophe dans un cadre familier et d’essayer de raconter quelque chose. De deviner quelque chose... L’histoire ne s’intéresse qu’aux faits, les émotions, elles, restent toujours en marge. Ce n’est pas l’usage de les laisser entrer dans l’histoire. Moi, je regarde le monde avec les yeux d’une littéraire et non d’une historienne.”
À la fin subsiste cette interrogation lancinante : pourquoi un tel malheur ? Le malheur russe ? Impossible de se départir de cette impression que ce pays a été “l’enfer d’une autre planète”.

https://www.actes-su...de-lhomme-rouge

 

Je conseille la lecture de cet excellent livre.

Une preuve de plus que le communisme, bien qu etant (sur le papier ou dans les esprits) une belle ideologie, a été (et est tjrs) à l origine de souffrances inombrables.

 

Lire aussi son livre sur Tchernobyl (attention c est tres fort comme lecture) :

http://www.editions-...n-9782709619141