Aller au contenu


Photo

Les landes (ajoncs, bruyères, genêts...)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 162 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 03 juin 2018 - 06:57

Dans un article publié en 2005, dans la revue «Histoire et sociétés rurales» Sylvain OLIVIER, historien, apporte de nombreuses informations complémentaires sur la culture du genêt d’Espagne dans la région.

   On y apprend notamment qu’au XIXème siècle, cette culture est courante, sur les lieux arides, en pente, sur des sols pierreux, là où les autres plantes végètent. Les genêtières ou « ginestières », dans le parler régional, sont estimées à une valeur double de celle des terres incultes.

   Ces plantations sont également destinées à l’élevage, selon un calendrier bien précis, de septembre à fin février. Les brebis, les chèvres y paissent pendant la période hivernale. Dès le début mars, au démarrage des nouvelles pousses, les animaux doivent être retirés. Les genêtières sont alors mises « en défens ». La récolte des tiges et des graines s’effectue fin août, début septembre.
   Pour créer une nouvelle genêtière, on sème en début d’année. Pendant deux ou trois ans les jeunes pieds ne seront pas pâturés pour assurer un bon enracinement et un bon démarrage des plans. Au printemps de la troisième année, la plante est rabattue pour l’obliger à produire de longues branches qui fourniront les fibres textiles. Après six ans, on procède au recépage de la souche pour la rajeunir.

http://www.amisdelun...draps-genet.htm



#2 Gaueca

Gaueca
  • Genre: Femme
  • Localisation:64 - Pays Basque

Posté 08 juin 2018 - 13:44

Notre terrain était -et est encore- plein d'ajoncs à l'achat.

Il arrivaient, pour certains, au dessus de mes épaules.

On a fait passer un machinchose agricole pour les mettre à bas (sur un petit hectare), et le broyat a été laissé sur place.

Maintenant ça repousse plus doucement, et on a en effet chèvres et brebis (4 en tout) pour les grignoter de façon à ce que ça ne pousse pas trop. sinon : on ne s'en serait pas sortis ! les racines sont enfoncées sur environ 30cm. Par contre, l'hiver, la plupart sèchent et/ou pourrissent à la base, et on peut les arracher.

ils font de très bons fagots allume-feu.

désolée pour l'écriture brouillon, je suis comme le lapin blanc d'Alice aux Pays des Merveilles : toujours en retard, en retard ! ;)


  • Panthera Pardhus aime ceci

#3 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 162 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 11 juin 2018 - 09:09

Si tu souhaites garder tes brebis et tes chèvres toute l'année, il serait utile de ne pas détruire totalement ces ajoncs qui ont peut-être été semés dans les environs pour nourrir les bêtes.

Les naturalistes en lutte ont écrit un article très intéressant sur L'usage des communs à NDDL. On y trouve entre autres ces 2 passages qui permettent de voir les landes d'un autre œil :

 

Les usages traditionnels

Contrairement à ce que firent nombre d’agronomes à partir du XVIIIe siècle, les agriculteurs n’opposaient pas des « landes stériles » à « des terres productives » tant ils étaient convaincus de la complémentarité de ce qu’ils appelaient les « terres froides » et les « terres chaudes ». À leurs yeux, une bonne ferme devait obligatoirement comporter un espace de landes proportionné à celui des espaces labourables et des prairies : « la meilleure propriété qui n’en posséderait pas une certaine étendue, ne trouverait pas de fermier dans le pays » écrit en 1864 J.-C. Crussard qui fut directeur de la ferme-école de Trécesson en Campénéac et président du comice agricole de Ploërmel.

Les principaux usages étaient le pâturage et la coupe de la végétation (« fauchage, litiérage et paccage » selon certains actes) pour faire du fumier (fumier produit dans les étables ou dans les cours et les chemins où l’on étendait la litière et tous les débris végétaux récupérables)

 

Les landes ne furent pas totalement détruites car les agriculteurs eurent longtemps besoin de litière. Ils continuèrent à semer de l’ajonc pour nourrir les chevaux jusqu’au milieu du XXe siècle. Michel Tarin, né en 1938 et agriculteur à Chavagnes dans la commune de Treillières, raconte que son père allait du côté de Châteaubriant (soit une cinquantaine de kilomètres) acheter des graines d’ajonc.

https://naturalistes...ory/les-landes/