Aller au contenu


Photo

Malaria, Paludisme

comment soigner la malaria

  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 tonino108

tonino108
  • Genre: Homme
  • Localisation:FRANCE

Posté 07 juillet 2018 - 13:07

https://www.facebook...NDQ5NjI1OTQ5NA/



#2 tonino108

tonino108
  • Genre: Homme
  • Localisation:FRANCE

Posté 07 juillet 2018 - 13:10

https://positivr.fr/...udisme-ile-yeu/ Sur l'Île-d'Yeu, l'artemisia afra cultivée biologiquement contre la malaria

 

Sur l’Île-d’Yeu, une plante millénaire employée dans la médecine africaine est cultivée biologiquement pour ses vertus médicinales, à titre expérimental. C’est l’artemisia, également connue sous le nom d’armoise, et elle pourrait sauver de nombreuses vies.

Chaque année, 500 000 personnes meurent de la malaria. Toutes les 30 secondes, un enfant est emporté par cette terrible maladie. Une simple tisane à base d’artemisia permettrait-elle de s’en prémunir ou d’en guérir ? L’association More for less, présidée par Lucile Cornet-Vernet, en est convaincue.



#3 tonino108

tonino108
  • Genre: Homme
  • Localisation:FRANCE

Posté 07 juillet 2018 - 13:15

http://www.jeuneafri...artemisia-afra/

 

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) déconseille vivement l'usage naturel et en monothérapie de l'armoise, une plante dont l'une des substances actives combat le paludisme. Son bureau africain a cependant décidé de se rapprocher d'une association pour se pencher avec plus de précision sur les bienfaits possibles de l'espèce d'armoise qui pousse en Afrique.

« Depuis la mi-février, nous sommes sous convention de collaboration avec le bureau Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), à Brazzaville. C’est un vrai changement ! », se félicite Jérôme Munyangi, médecin et chercheur congolais (RDC). Le médecin, qui a rencontré des représentants de l’OMS dès 2017 en compagnie de la chercheuse camerounaise en pharmacie Rosine Chougouo, fait partie de ceux qui pensent que la prise naturelle d’artemisia, aussi appelée armoise, peut aider à combattre le paludisme, qui tue toujours 438 000 personnes par an.

 

Vu que l'OMS est finance en grande partie par les laboratoires, on peut se poser les bonnes quetions, sur leur neutralite.