Aller au contenu


Photo

Sauver les arènes romaines de Saintes

sauvetage pétitions vestiges

  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 La ChouYette

La ChouYette
  • Genre: Non spécifié

Posté 20 juillet 2018 - 08:31

Bonjour !

Je suis depuis quelques temps une page facebook sur le combat des archéologues et des amoureux des vestiges antiques de Saintes qui se battent contre la dégradation systématique des arènes romaines de Saintes par la mairie.

Voici le site officiel de l'histoire et des recherches archéologiques sur ce secteur. 

Et voici une 2ème page, Mediactions, qui milite pour la préservation de cet espace unique.

 

Et la pétition

Personnellement, je ne suis pas très pétition. je trouve qu'un bon harcèlement médiatique, dans la durée, est plus efficace.Une espèce d'épine perpétuelle dans le pied, à chaque sortie du bonhomme...

 

Et voici un texte de Didier Catineau, ce matin, qui explique les pratiques de la mairie, et dénonce aussi la censure due à cette mairie...

 

 

L’information municipale relayée par le site internet Saintes.fr attaque délibérément la parole citoyenne !

Ce titre n’est pas une accroche pour faire sensation et capter un peu l’attention du lecteur de passage, il s’agit bien d’une évidence qu’il convient de dénoncer.

Le 19 juillet 2018, un « post » de Saintes.fr annonce la couleur : tous les défenseurs de l’amphithéâtre gallo-romain de la ville s’opposant au projet municipal de gradins visant à transformer les lieux en salle de spectacle à ciel ouvert font de la désinformation !

Ah bon ? A la lecture de cet « articulet » insipide autant que ridicule on met en doute les constatations de spécialistes en la matière qui, il y a plus de 20 ans déjà, dénonçaient l’usage excessif des arènes pour des spectacles tant le site est fragile.

On traitait (j’écris cela de tête car malheureusement –et je vais y revenir- tout a disparu comme par miracle de Facebook) ces mêmes défenseurs de s’opposer au progrès et même de mettre en péril le marché du travail des jeunes de la ville !

Oh oh ! l’affaire est donc très grave !

Comme il s’agit d’un article posté sur un site officiel municipal (Saintes.fr), il nous faut donc y apporter une attention redoublée.

Ce à quoi ne pouvaient s’attendre les initiateurs de cette attaque « journalistique » c’est que les réactions furent extrêmement nombreuses et quasi unanimes (à l’exception d’un seul abonné) : Non aux gradins dans l’amphithéâtre !

Deux autres pages : Médiactions et Médiolanum, Civitas Santonum ont apporté des éléments probants et motivés face à ce salmigondis de fadaises dirigées et ordonnées.

… en voici deux extraits parmi les plus convaincants …

Médiactions (19 juillet 2018)

… « Nous constatons que les remarques à l'encontre de notre association, écrites par la personne chargée de la communication de la mairie, sur la page "saintes.fr" ont été supprimées. Il est en effet préférable que cette personne évite ce genre de procédé. Nous rappelons à la municipalité que cela fait un an bientôt que nous demandons une réunion publique sur le thème du devenir de l'amphithéâtre. Pourquoi ne pas l'organiser ? Ne serait-ce pas plus respectueux de pouvoir échanger nos points de vue, librement et dignement... Utiliser quoi qu'il en soit une page de communication officielle pour raconter des stupidités sur les patrimoines fait partie des choses que nous n'accepterons pas. La Ville, c'est aussi nous, les citoyens et nous le rappellerons autant de fois que nécessaire, même sur les pages officielles. Beaucoup de citoyens ont justement écrit leurs ressentis sur la page de notre pétition, lecture qui pourrait enrichir les personnes peu renseignées et fermées à tout débat »....

Mediolanum, Civitas Santonum (19 juillet 2018)

… « Le Maire de Saintes nous accuse publiquement de faire de la "désinformation" (voir la page FB de Saintes.fr) quand on alerte sur les problèmes causés par des réaménagements modernes dans des monuments antiques et qu'on contredit ses propos… En réalité j'ai plus l'impression de faire du ‘fact-checking’. Quelques exemples : il fait référence aux gradins de l'amphithéâtre de Syracuse alors qu'il n'en a pas ; il dit qu'il ne connait pas d'amphithéâtre en France qui n'ait pas de gradins modernes alors que seuls 5 en ont sur plus d'une soixantaine ; il prétend que moins de 10% de notre amphithéâtre est authentique ce qui n'est qu'une interprétation des chiffres, évidemment que l'amphithéâtre est authentiquement antique, ce n'est pas parce qu'un mur a été restauré qu'il n'est plus antique !

Il passe son temps à détourner la vérité pour arranger son discours et justifier son projet farfelu, à se poser en victime d'attaque politicienne alors qu'on ne fait qu'alerter sur un projet dangereux pour le monument. Et quand il n'a plus d'argument, il fait du chantage à l'emploi et nous traite d'élite conservatrice... Notre amphi est le monument le plus visité de Saintes avec plus de 50 000 visiteurs par an, il est donc populaire et non pas élitiste et les gens viennent le voir pour ce qu'il est ! »…

... Mais revenons donc à ce procédé digne de certains régimes politiques visant à calibrer chaque information et à la rendre acceptable pour le peuple.

Je voudrais rappeler un principe fondamental : celui de la liberté d’expression (qui fait partie intégrante de la Constitution de notre pays) et celui également de la libre information.

J’accepte que Saintes.fr aligne des absurdités qui servent le discours officiel. Je n’accepte pas que les 7 600 pétitionnaires s’élevant contre le « gradinage » de l’amphithéâtre ainsi que les 50 000 visiteurs annuels du site soient traités comme de simples consommateurs d’une culture qui vise à l’unicité car plus pratique à manipuler. Ils ne constituent aucunement une élite !

Alors, bien sûr, face à toutes les remarques faites le 19 juillet 2018 à la suite de « l’articulet » en question, la décision de tout retirer est emblématique d’un tout.

Les faits sont là et nous sommes très nombreux à veiller et aussi à nous faire entendre puisque depuis une année à présent, aucune réunion n’a eu lieu, aucun citoyen n’a pu s’exprimer face à une obstination farouche municipale à ignorer cette « vox populi » qui dérange les projets fantasmatiques de la ville. Des associations sont là pour s’exprimer, proposer et toujours dans le respect de l’autre.

Le citoyen est-il respecté lorsqu’on lui assène des contre-vérités au point que les contradictions argumentées sont étouffée par le mépris et le silence ?

Alors non, nous ne voulons pas de gradins. Alors oui, nous souhaitons que l’amphithéâtre soit revalorisé, consolidé, réparé, restauré. Alors oui, nous avons conscience de cet héritage fantastique sur lequel nous devons tous veiller. Alors non, nous ne pouvons nous taire et pour reprendre une déclaration de Jean Jaurès :

« Je ne plierai pas.
Je ne m’en irai pas en silence.
Je ne me soumettrai pas.
Je ne me retournerai pas.
Je ne me conformerai pas.
Je ne me coucherai pas.
Je ne me tairai pas.
Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire : c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant ».

Je reste libre de ma parole car je ne dois rien à quiconque.

Persiste et signe. Didier Catineau – Journaliste-Ecrivain. 20 juillet 2018.

PS : on peut bien évidemment transférer ces propos au plus grand nombre : la faiblesse serait que le silence s'abatte sur de tels procédés visant à museler l'expression citoyenne.

 

 

 

Je précise que je ne suis pas une fan de Facebook, mais que ces pages contestataires sont d'une grande utilité dans le combat citoyen. Parce que justement, il y a tellement de monde qui y va, c'est tellement simple à mettre en oeuvre, que ça en devient visible,donc efficace en terme de combat.