Aller au contenu


Photo

L'energie verte


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Eärwen

Eärwen
  • Localisation:France - près de l'océan

Posté 22 octobre 2003 - 12:41

Petit article que je viens de trouver dans mes recherches et j'aimerais avoir vos avis !


Tandis qu'Américains et Européens signent des accords de coopération pour intensifier les recherches sur les piles à combustible, une équipe de chercheurs affirme qu'une plus grande utilisation de l'hydrogène pourrait détériorer la couche d'ozone.

Etats-Unis

20/06/2003 - Les piles à combustible font aujourd'hui figure de technologie « propre » et suscitent grandement l'intérêt pour leur potentiel écologique. Elles produisent de l'électricité à partir de l'oxydation du combustible qu'est l'hydrogène. Les piles dégagent alors essentiellement électricité, chaleur et eau. Rien pour nuire à l'environnement. Apparemment, les piles à hydrogène sont beaucoup moins nocives que la combustion classique des énergies fossiles. Le remplacement de toute la production énergétique polluante par une « économie hydrogène » suscite donc beaucoup d'espoir.

Cependant l'avenir semble moins vert qu'il n'y paraît. Des scientifiques du California Institute of Technology ont publié dans la revue Science les conclusions de leur étude sur les impacts environnementaux d'une économie basée sur le « tout-hydrogène ». S'appuyant sur les performances des technologies existantes, l'équipe américaine affirme que les problèmes de production, de transport et de stockage du gaz occasionneraient chaque année des pertes d'hydrogène dans l'atmosphère de quatre à huit fois plus importantes que les quantités actuelles. Or, ce gaz très léger, en montant vers la stratosphère, produit de la vapeur d'eau au contact de l'oxygène de l'air. Le modèle des chercheurs prévoit que l'augmentation de l'eau (30 % de plus) à cette altitude abaisserait les températures, et par la formation de nuages créerait des déséquilibres chimiques néfastes pour la couche d'ozone, surtout au niveau des pôles. Les chercheurs préconisent donc une stratégie prudente face au développement de l'industrie des piles à combustible afin d'en minimiser l'impact environnemental.

Selon le professeur Jean Hamelin, de l'Institut de recherche sur l'hydrogène à Trois-Rivières, « Cette étude reste un modèle théorique, qui ne reflète pas forcément la réalité. Je me félicite tout de même que pour une rare fois dans l'histoire, on puisse prévoir les conséquences d'une technologie future et prendre en compte les problèmes potentiels. »

Le traité signé à Bruxelles cette semaine entre les Etats-Unis et l'Europe rapportera plus de 2 milliards de dollars américains à la recherche sur l'hydrogène pour en améliorer, entre autres, l'infrastructure, le stockage, le transport. C'est le montant alloué au développement des véhicules électriques, à la production d'électricité pour l'habitat, l'industrie, à l'alimentation des ordinateurs portables ou des téléphones mobiles - 640 millions de ventes prévues d'ici 2005 : de quoi assurer une longue vie aux piles à combustible...



#2 Virgo

Virgo

    Amoureux de la vie

  • Membres
  • 96 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:France - Région Aquitaine

Posté 22 octobre 2003 - 15:20

Selon le professeur Jean Hamelin, de l'Institut de recherche sur l'hydrogène à Trois-Rivières, « Cette étude reste un modèle théorique, qui ne reflète pas forcément la réalité. Je me félicite tout de même que pour une rare fois dans l'histoire, on puisse prévoir les conséquences d'une technologie future et prendre en compte les problèmes potentiels. »


Je suis plutôt d'accord avec le professeur en question. Cette recherche des possibles effets néfastes des nouvelles technologies, quel que soit le secteur technologique, devrait toujours précéder leur mise en application.

D'ailleurs, si ça se trouve, une étude similaire sur le transport, le stockage et l'approvisionnement en carburants dérivés du pétrole serait probablement tout aussi édifiante. Que dire, en effet, des rejets de vapeur de carburant dans l'atmosphère chaque fois que nous allons tout simplement faire un plein ?

Modifié par Virgo, 22 octobre 2003 - 15:20 .


#3 Mani-pémé

Mani-pémé
  • Localisation:Dans les montagnes

Posté 24 octobre 2003 - 15:58

hehehehe

Le modèle des chercheurs prévoit que l'augmentation de l'eau (30 % de plus) à cette altitude abaisserait les températures


ben c'est pas bien ca ? ca contrerai un peu le rechauffement de la planete, non ?

;) ;) ;)

scusez moi j'ai pas pu m'en empecher. ;)

ceci dit, je suis tres contente qu'enfin on se pose des questions sur les consequences AVANT l'utilisation massive d'un truc... ca change... mais je ne sais pas trop quoi dire de tout ca... je pense qu'il faut attendre encore un peu, qu'on ai plus d'elements, et ne pas s'arreter aux etudes officielles...

Padme

#4 Eärwen

Eärwen
  • Localisation:France - près de l'océan

Posté 24 octobre 2003 - 17:07

Que dire, en effet, des rejets de vapeur de carburant dans l'atmosphère chaque fois que nous allons tout simplement faire un plein ?


La pollution de l'air effraie. Dans les villes, les véhicules en sont les principaux responsables !

C'est vrais ça ! Nous sommes en 2004 et ils ont pas encore trouvé le moyen de faire du carburant non poluant ! Pourtant si je me souviens bien, ils avaient bien dis que dans les année 2000 les constructeurs automobiles, chercheurs, ingénieurs et raffineurs étaient unis dans un meme combats : propulser les voitures sans polluer !

On les attends toujours je crois bien !