Aller au contenu


Photo

Les banques alternatives


  • Veuillez vous connecter pour répondre
84 réponses à ce sujet

#81 Roland2

Roland2

Posté 17 aot 2007 - 23:01

Bonjour,
Toujours pour les Belges....
Après m'être fait spollié pendant des années par une grosse banque, je suis passé chez Argenta. C'est peut-être pas une vrai banque alternative, au sens éthique du terme, mais elle a le gros avantage d'être quasi gratuite. Je n'ai encore eu aucun frais. Ouverture du compte gratuite, carte banquaire, netbanking,phonebanking, tout est gratuit. Ca me fait une sacrée différence.

Pour la petite histoire, dans la grosse banque, j'avais ouvert un compte avec un copain pour une association d'étudiants. Et du peu qu'il y avait sur se compte (+50 Euros versé par erreur dessus, j'avais donné le numéro de ce compte-là au lieu du mien à une personne...), la banque en a subtilisé plus de la moité!

#82 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 386 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 02 novembre 2009 - 19:27

Chouette alors, les arnaques de Western Union peuvent enfin être évitées !

16-10-2009       
par Etienne Tassé

Afrique, Europe
Europe-Afrique : des transferts d'argent plus adaptés aux immigrés

(Syfia Cameroun) Ouverture de compte bancaire avec ou sans papiers, envoi peu coûteux de fonds, rémunération de l'épargne à des taux plus favorables… En Suisse, les immigrés développent des solutions pour que les Africains expatriés ou vivant dans leurs pays d’origine aient accès à des services bancaires adaptés et plus avantageux.
Permettre aux Africains de la diaspora de se constituer un bas de laine dans leurs pays d'origine ou d'envoyer de l'argent à leurs parents sans payer des fortunes. Tels sont les défis que tentent, notamment, de relever deux Africains résidant à Genève (Suisse). Diagne Ahmedoune Dida est sénégalais et Terence Niba camerounais. Depuis 2002, leurs diplômes de gestion en poche, ils ont créé Osmose Finances, une entreprise d'intermédiation financière. Money cash, l'un de ses produits phares, est un service de transfert de fonds vers une vingtaine de pays d'Afrique. "Nous l’avons lancé pour pallier le problème des frais très élevés à Western Union (WU)", précise Diagne.
Au mur de leur bureau à Genève, des affiches avec des drapeaux de divers pays africains annoncent de nouveaux tarifs à prix cassés. Par Money cash, les frais frôlent les 1 % pour un envoi de plus de 2 000 Francs suisses (860 000 Fcfa, 1 320 €), et ne dépassent guère 4 % pour des montants de moins de 130 000 Fcfa (200 €). Une alternative à WU dont les frais, à montant égal, peuvent être deux à trois fois plus élevés. "Avant, je payais à chaque virement sensiblement 10 % de commission à Western Union", compare Sylvie Ngo Tama, qui envoie maintenant plus régulièrement environ 200 000 Fcfa (300 €) par mois au Cameroun.
Ce système fonctionne également pour les transferts de l'Afrique vers la Suisse, comme l'atteste Nadège Dzoualy, étudiante camerounaise à l'Université de Genève, à qui ses parents envoient ainsi de l'argent. Des accords ont été passés avec des établissements locaux de microfinance, à l'instar du Crédit communautaire d'Afrique (CCA) installé dans les grandes villes camerounaises. Adapté aux besoins des Africains, ce service fonctionne même dans les villages privés d'Internet, mais disposant d’un réseau de téléphonie mobile.

Sans papiers, mais avec un compte en banque
A 33 ans, dont 12 passés en Suisse, Eneme Ngome, camerounais, prépare son retour au pays en se faisant construire une maison à Buea. Pour financer les travaux, il a ouvert un compte-épargne au CCA, par l'intermédiaire d'Osmose Finances, sur simple présentation d'une simple pièce d'identité nationale. Une opportunité pour les sans-papiers qui, en général, ne peuvent pas accéder aux services bancaires européens, car la réglementation de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme y soumet l'ouverture d'un compte à la présentation de titres de séjour en règle.
La Banque Atlantique, un groupe ivoirien installé dans divers pays francophones d'Afrique occidentale et centrale, entrée dans le capital d'Osmose Finances, rend le même service aux immigrés. "Le compte ouvert dans cette banque (en Afrique) permet à son titulaire d'avoir une carte de crédit qu'il va utiliser en Europe", précise Diagne. Les versements sur le compte épargne sont par ailleurs rémunérés à 3,25 % contre 1 % dans les banques suisses.

Une faible visibilité
Avec huit succursales en Suisse, d'autres au Canada, en France, en Angleterre, et en Côte d'ivoire, Osmose Finances compte 8 000 clients pour un chiffre d'affaires de plus de 2 milliards de Fcfa (plus de 3 millions d'€) en 2008. Au sein des communautés d'immigrés en Suisse, d'autres initiatives similaires émergent. Aurélien Mophou, informaticien camerounais, a lancé en 2007 Cash Express. "En un an, les recettes couvraient déjà les charges", lance-t-il. Les Latino-Américains, eux, ont créé Money & Com SA, pour couvrir les pays d'Amérique du Sud et d'Afrique. Ces petites structures recrutent leur clientèle essentiellement dans les communautés d'origine des promoteurs, soit à peine la moitié des pays d'Afrique. Leur visibilité est par ailleurs assez faible même dans les pays couverts où leur présence ne dépasse guère les guichets d'un ou deux établissements de microfinance installés dans les grandes villes.
Les promoteurs affirment n'avoir pas ressenti pour le moment les effets de la crise financière internationale. "Depuis le début d'année, la moyenne journalière des gens qui viennent pour envoyer ou recevoir de l’argent ici reste stable à 40 personnes", indique Ghislain Mbogne, responsable du service transfert dans un établissement de microfinance de Douala au Cameroun. La Banque mondiale prévoit, en 2009, une baisse de plus de 7 % des fonds transférés par les ressortissants vivant dans les pays développés vers les pays en développement. Une baisse encore plus importante, de l'ordre de 20 %, est prévue au Sénégal dont les fonds des migrants représentent 19 % du PIB.

http://www.syfia.inf...&idArticle=5201

#83 Cornedebouse

Cornedebouse

Posté 22 dcembre 2010 - 09:21

Dommage que ce fil, d'une actualité très aiguë avec tous les risques bancaires qui s'accumulent, ne soit pas plus fourni ?

Les sociétaires de la NEF sont ils toujours satisfaits de leur "banque" ?

LA NEF ne doit elle pas rejoindre un réseau européen de banques alternatives ?

Une chose est certaine : avec la réglementation "Bâle 3", les banques vont être de plus en plus agressives pour faire venir à elles les liquidités, car pour pouvoir prêter, elles vont devoir augmenter leurs fonds disponibles et leurs fonds propres.

Préparons nous donc à voir une floraison d'offres façon "Epargne Orange", Barclays (qui a rémunéré les investissements monétaires jusqu'à 10% sur 3 mois), et corrélativement à une explosion du prix des services...

#84 riesling

riesling
  • Localisation:France

Posté 26 dcembre 2010 - 12:44

LA NEF ne doit elle pas rejoindre un réseau européen de banques alternatives ?

c'est en cours, voir ici
http:// www.lanef.com/forum/viewtopic.php?t=576&sid=8becac8eff3c2a886933f8e5b05a9dc1 (lien coupé)

#85 Chabine

Chabine

Posté 03 janvier 2012 - 02:36

Bonjour à tous.
La préfecture a validé mon association "Bouger pour Mumia". ( Plus d'informations ici pour les curieux : http://www.facebook....252856941420208 )
Je souhaite inscrire au plus vite mon association à la Course des Héros, qui permet de véhiculer notre combat et de récolter de l'argent pour soutenir ce prisonnier politique... mais je sais qu'il faut d'abord que j'ouvre un compte bancaire pour l'association.
Quelqu'un pourrait-il me faire quelques conseils à ce sujet ? On m'a dit qu'il fallait que j'évite d'ouvrir un compte dans la même banque que la mienne.
Ce n'est pas mon domaine et j'ai bien du mal à prendre une décision.
J'ai pris rendez-vous au Crédit Mutuel et à la banque populaire pour voir lequel prendrait le moins de commissions car cette petite association sera amenée à envoyer des sommes aux Etats-Unis et j'aimerai faire en sorte, bien sûr, que le maximum soit sauvegardé pour cette lutte (je crois, que ce sont les banques les plus solidaires parmi les banques "normales").
Maintenant,ce que je n'arrive pas à savoir, c'est si les banques dites alternatives ou solidaires, comme le Crédit coopératif, COOPABANQUE ou la Nef prennent davantage de commissions. C'est évident que si elles n'en prennent pas plus, je préfèrerai favoriser ces dernières.
Je suppose qu'en faisant encore des recherches, je finirai par trouver mes réponses mais si quelqu'un peut m'aider à y voir plus clair rapidement, je lui en serai vraiment reconnaissante ; je ne connais personne qui s'y connaisse et j'ai déjà perdu beaucoup trop de temps.