Aller au contenu


Photo

La Ferme du Moulin du Larchat condamnée


  • Veuillez vous connecter pour répondre
40 réponses à ce sujet

#1 zen33fr

zen33fr
  • Genre: Homme
  • Localisation:Cantal

Posté 07 fvrier 2004 - 21:10

Venez réagir aux propos tenus par Nathalie MONDOT sur la ferme du Moulin du Larchat condamnée à la suite de ce topic.


Modifié par Shivaya, 17 fvrier 2016 - 00:49 .


#2 lool

lool
  • Localisation:Bruxelles

Posté 08 fvrier 2004 - 09:37

Une seule solution : tenir le coup. :D
et communiquer l'absurdité du système !

dés que mon :D de site refonctionne je publie ce témoignage sur la hp

#3 oplf82

oplf82
  • Localisation:Montauban 82
  • Intérêts:l'Aide sous toutes ses formes :-)

Posté 15 fvrier 2004 - 18:15

:D à toutes et tous !

Ce, que j'aimerais comprendre, est :
- comment la ferme s'est retrouvée devant les tribunaux ?
- quelles sont les motivations de leurs "agresseurs" ?

Après, nous comprendrons, peut-être (?), mieux les décisions de "justice" ! je le mets entre-parenthèses parce qu'elle est rarement rendue avec JUSTICE, qui comprend le mot JUSTE
""juste adj., n. et adv. A. adj. I. (Par oppos. à injuste.) 1. Qui agit, se comporte conformément à la justice, au droit, à l’équité. © Hachette Livre, 1997""

Merci à Nathalie, si elle peut nous répondre !

Cordialement

Bernard

#4 Nath19

Nath19
  • Localisation:Vienne, Poitou-Charentes

Posté 17 fvrier 2004 - 11:23

Bonjour à toutes et à tous,

Lorsque j'ai envoyé ce mails à mon entourage et à toutes les personnes qui nous ont contacté à La Ferme, je ne m'attendais pas à une telle envergure.
Mon mail était une réaction, certes mûrement pensée, dans l'espoir qu'il circule afin que tous les lieux de vie alternatifs ou futurs lieux puissent savoir à quoi s'attendre.
Je ne pense pas non plus détenir la vérité !
Aujourd'hui, nous nous renseignons depuis presque 15 jours sans relâche sur les textes officiels, les Codes rural et sanitaire, les Décrets de Bruxelles, auprès des Services vétérinaires, de la Chambre de l'agriculture et j'en passe.

Et quoi ?

Aucun texte ne définit la taille d'une étable si ce n'est un minimum de 2,5 m² par bovin, notre étable fait environ 15 m² d'après mes souvenirs pour 2 génisses... Nous avons été condamnés sur ce point.

Quant à l'élevage d'ovin et de caprin rien n'est définit, nulle part !

Pour ce qui est de la fromagerie, nous avons trouvé un décret qui joue en notre "défaveur", il s'agit du Décret n° 99-35 du 26 avril 1991 fixant les prescriptions en matière d'hygiène concernant les denrées, produits ou boissons destinés à l'alimentation humaine, etc. Il est disponible sur Internet en tapant dans votre moteur de recherche préféré " Décret n° 99-35 du 26 avril 1991 ".
Bon en gros, il est stipulé qu'il est rigoureusement INTERDIT de détenir des produits susceptibles d'être dangeruex pour l'Homme. En d'autres termes, nous ne pouvons fabriquer notre propre fromage dans une fromagerie de fortune même s'il n'est pas destiné à la vente mais uniquement aux memebres de notre ferme. Si nous allons plus loin, il vous est interdit de détenir dans votre réfrigérateur un produit, destiné à votre consommation, périmé ...

Auprès de tous les interlocuteurs que nous avons eu, tous sont stupéfaits des chefs d'accusation dont nous avons dû répondre. Aucun ne comprend.
C'est rassurant...

Cependant, ce que nous avons découvert, et nous continuons nos investigation à ce sujet car c'est bien obscur, il s'agit du rôle du vétérinaire ou du technicien des services vétérinaires en cas de contrôle comme nous avons eu.
En fait cette personne est Juge et Partie dans ce cas.
C'est uniquement, d'après ce que nous avons lu, sur son jugement et sur ses déclarations qu'est rédigé le procès verbal...

Il est important de retenir aussi, que toute personne détenant des animaux, chiens, chats, ovins, caprins, poules, canards et j'en passe, peut subir un contrôle vétérinaire et de devoir répondre du "Juge et Partie" du contrôleur ...

Nous continuons nos recherches sur les documents officiels qui nous permettrons au moins de nous situer et de comprendre le pourquoi du comment.
Lorsque nous aurons de nouveaux éléments, je vous en ferais part.

Je reste à votre disposition pour toute discussion à ce sujet et à votre écoute si de votre côté vous pouvez nous apporter des éléments !

Bon courage à toutes et à tous, mais il ne faut en aucun cas nous décourager pour autant.

Nathalie, La Ferme du Moulin de Larchat.

#5 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 18 fvrier 2004 - 22:58

Bienvenue Nath19 et merci pour ton temoignage. :D

J'aurais juste quelques questions : avez vous eu des plaintes de qui que ce soit ? Si oui pourquoi ?
Si non : qui a declenché cette procédure judiciaire à votre encontre ? (ou pourquoi ?)
Avez vous été condamné ? Si oui, quelles sont les peines ?
Avez vous fait appel ?

Merci des réponses. Si tu preferes repondre en MP ou par email, il suffit de cliquer sur un des petits boutons sous ma signature :D

Shivaya

#6 Nath19

Nath19
  • Localisation:Vienne, Poitou-Charentes

Posté 19 fvrier 2004 - 08:51

Hello !!

Je vais répondre aux yeux de tout le monde ...

1. Est-ce que nous avons eu des plaintes ?
réponse : aux dernières nouvelles, Non.

2. qui a declenché cette procédure judiciaire à votre encontre ?
réponse : qui en est à l'origine, pour ma part aucune idée !

3. Avez vous été condamné ? Si oui, quelles sont les peines ?
réponse : OUI !!! à tous les chefs d'accusation nous avons été condamnés, soit un total d'environ 600 euros d'amende. Mais nous ne savons toujours pas pour autant ce que nous devons faire maintenant aux yeux de la justice !

4. Avez vous fait appel ?
réponse : et ben non... d'accord j'aurais préféré mais... il y a toujours un mais. nous avons bénéficié de l'aide juridictionnelle vu que nous n'avons pas de revenu. Cependant l'avocat qui nous a représenté n'était en aucun cas spécialisé, d'ailleurs il en existe peu et si vous en connaissez un, on est preneur ! Donc... en plus il s'agissait d'un tribunal de proximité, si le procès a duré 10 minutes c'est le bout du monde... Notre avocat nous a fait passé pour des nostalgiques d'un temps passé, avec le côté fleurs bleues et compagnie. Rien compris.

Voilà... bien sûr mes propos n'engagent que moi !

Je vais tâcher de vous envoyer un communiqué de La Ferme suite au jugement...

nath

#7 Nath19

Nath19
  • Localisation:Vienne, Poitou-Charentes

Posté 19 fvrier 2004 - 08:54

Voici le communiqué envoyé peu après le jugement.

Si vous souhaitez je peux vous l'envoyer par e-mail afin de l'imprimer dans toute sa splendeur !!!!!


« Ami entends-tu le bruit sourd du pays qu’on enchaîne. »
(Chant des partisans)


Nous l’attendions ?
La voilà qui atteint les lieux de vie alternatifs : la Marée Noire de la répression.
Pour nous, La Ferme du Moulin de Larchat, elle a pris la forme d’une audience, digne du Père UBU, du Tribunal de Police pour avoir :

 Détenu des animaux (chèvres et moutons) dans un enclos susceptible de présenter des dangers.
Lisez : Un parc de 10 hectares en zone de montagne avec ravins, rochers et ancienne bergerie.
=> Amende

 Logé des animaux (deux vaches) dans un local archaïque et restreint.
Lisez : Une étable du 19ème siècle de 15m² alors que le label bio prévoit 6m² par bovin.
=> Amende

 Exploité un local de transformation et de stockage de produits alimentaires sans autorisation d’agrément.
Lisez : Fabrication des aliments destinés à la communauté (fromage, conserves…)
=> Amende


Total de la facture + de 600 euros


Bien que nous soyons conformes à la réglementation concernant l’élevage en plein air, la dimension des bâtiments d’élevage et le droit à l’autoconsommation, le jugement s’abat sur nous.
Pas si surprenant alors que la recherche d’alternative sonne comme une menace aux oreilles de l’état.
La Ferme du Moulin de Larchat est une ferme collective, un lieu d’expérimentation de l’alternative libertaire.
Dans nos démarches de recherche d’une autre vie, nous devons maintenant tenir compte du facteur «répression». Il faut sans doute constituer collectivement un groupe de travail juridique, préparer un «guide du lieu de vie alternatif», une caisse mutuelle d’entraide et bien d’autres choses encore.
Ce qui frappe aujourd’hui La Ferme n’est pas uniquement Son problème, il est aussi le vôtre.
Il est de notre devoir de vous prévenir de ce que vous encourez en sortant des sentiers battus.
Pour nous, toutes les aides sont les bienvenues : financière, coup de main et/ou soutien moral !
La Ferme lance un appel à souscription de 12 euros la part, remboursable dès renflouement des caisses.


Alternatifs de toutes philosophie et de tous pays unissez vous !


Les Permanents de La Ferme du Moulin de Larchat

#8 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 19 fvrier 2004 - 11:06

Cependant l'avocat qui nous a représenté n'était en aucun cas spécialisé, d'ailleurs il en existe peu et si vous en connaissez un, on est preneur !

Jean-Pierre Joseph, auteur du livre les "Radis de la colère" et avocat de la communauté agraire Horus il y a quelques années connait relativement bien le sujet.
Après il vaut voir : ses honoraires, sa disponibilité etc.... :D

#9 Nath19

Nath19
  • Localisation:Vienne, Poitou-Charentes

Posté 19 fvrier 2004 - 11:34

MERCI !!


Il se trouve dans quel coin ???
histoire de retrouver sa trace ...

nath

#10 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 18 janvier 2005 - 17:01

Message reçu à l'instant :

Pourquoi partir ?

Il y a un an quasiment jour pour jour, nous préparions nos cartons. Un déménagement décisif se préparait. Je quittais la sécurité d’un salaire mensuel qui nous faisait vivre à deux. Nous quittions le confort d’un appartement de 64 m². Notre destination : la ferme du Moulin de Larchat.

Pourquoi cette destination ?

Alors que nous commencions à trouver le pourquoi de notre insatisfaction dans la vie de tous les jours, un projet naissait en nous. La perspective de compter nos années bossées pour espérer toucher une retraite nous tentait guère. Une nouvelle guerre éclatait dans le monde. Les peuples n’étaient plus sûrs d’être écoutés par leur dirigeant. L’environnement foutait déjà le camp certes bien avant notre naissance… Ce fameux pouvoir d’achat se révélait alors à nos yeux comme une vaste connerie.

Bref, je finis par découvrir la ferme du Moulin de Larchat suite à une annonce que j’avais passée "recherche formation en élevage caprin et cultures diverses contre mes bras ". Des réponses viennent. Nous découvrons la ferme du Moulin de Larchat. Et nous partons à la fin mars 2004 là-bas. Dans nos valises, notre projet à savoir éco-construction, autonomies énergétique et alimentaire, phytoépuration, toilettes sèches, récupération d’eau de pluie, etc. Nous arrivons dans un lieu, ancienne communauté dont il ne reste qu’une seule personne : le berger.

A peine le temps d’ouvrir un carton ou d’installer notre lit, nous mettons la main à la patte pour conduire le troupeau de brebis et de chèvres au pâturage, tous les jours, 365 jours par an. Il faut aller donner à boire aux deux chevaux de trait, aux deux génisses et aux deux poneys, nourrir les lapins. Un début sous un ciel pourri, l’air est glacial. On s’accroche. Nous commençons à semer les petites graines. Dans notre projet, le potager a une place importante car il doit nous permettre à la fois une autonomie alimentaire mais aussi une qualité de produits.

Sur place, en rapport avec notre projet, notamment l’autonomie énergétique, il y a de quoi faire. Il y a un ancien moulin qui conserve son droit d’eau. Il y a aussi une ancienne pisciculture. Mais pas le temps de se consacrer à cette partie, il faut s’occuper des animaux. Mener chaque jour en pâturage libre les chèvres et les brebis, environ 80 adultes et une quarantaine de petits. Pas de clotûre, non les parcs cloturés sont réservés aux chevaux, aux vaches et aux poneys.

Le temps passe. Nous défrichons, avec l’aide de volontaires de passage, un second potager et nous le mettons en culture. Nous vendons quelques lapins sur le marché. La ferme redémarre !

Si je fais le bilan de cette année, j’ai obtenu une partie de formation en élevage caprin, une vision tout du moins. Je sais traire et même transformer le lait. J’ai pu éduquer un chien de berger à la conduite du troupeau. J’ai fait un peu de potager entre les pâturages. J’ai rencontré pas mal de gens.

Mais… et bien oui il y a un mais ! En partant à la ferme, nous avions omis un point : l’aspect communautaire des lieux. Et bien on n’est pas du tout dans ce trip ! Maintenant c’est confirmé. Ensuite, les différences de caractères font que des fois il est préférable de ne pas s’étendre sur le sujet. Après, je me suis laissée bouffer par les activités de la ferme en oubliant " notre projet ". Pourtant la ferme se dit antiautoritaire et libertaire, même anticapitaliste. Bon, elle se dit aussi écolo… mieux vaut ne pas trop laisser les yeux traîner dans certains coins.

Une somme de petites choses qui ont bien failli tout foutre en l’air.

En partant nous nous demandions pourquoi la ferme ne comportant qu’un seul habitant avec tant de possibilités (habitat, terres, animaux, etc) ne parvient –elle pas à se repeupler ?

Nous avons notre réponse.

Aujourd’hui, nous refaisons nos cartons. Nous partons presque un an après notre arrivée. Nous partons à la recherche de nos propres terres.

Voilà, il y a des fois où il faut aussi avoir le courage de quitter un lieu aux mille possibilités si on ne veut pas se laisser pourrir la vie !

Cela reste bien évidemment ma vision du lieu. Cela n’a pas marché avec moi, mais ce n’est fort heureusement pas une généralité ! Il y en a avec qui ça marche !

La ferme aujourd’hui est en partie redémarrée, remise sur le bon chemin, elle attend d’autres habitants.

nath
nateclo@free.fr



#11 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 19 janvier 2005 - 22:26

Triste Bilan.


Et nous partons à la fin mars 2004 là-bas. Dans nos valises, notre projet à savoir éco-construction, autonomies énergétique et alimentaire, phytoépuration, toilettes sèches, récupération d’eau de pluie,


C'est plus proche de l'écolieu que d'un projet agroécologique autonome.

A peine le temps d’ouvrir un carton ou d’installer notre lit, nous mettons la main à la patte pour conduire le troupeau de brebis et de chèvres au pâturage, tous les jours, 365 jours par an. Il faut aller donner à boire aux deux chevaux de trait, aux deux génisses et aux deux poneys, nourrir les lapins.


C'est le lot quotidiens de quelques miliers d'éleveurs de nos pays de montagne dont certain on dépassé la soixantaine.
S'occuper des bêtes est ce que je fais 365 jours par ans.
C'est une des caractéristique de la polyagriculture en agrobiologie sous tous les soleils du monde.
Au fait en agrobiologie; on garde les caprins, les ovins et les oies; on ne parque pas. La garde est l'auxilliaire de la tenue des parcours et des terrains.

Dans notre projet, le potager a une place importante car il doit nous permettre à la fois une autonomie alimentaire mais aussi une qualité de produits.


Ce serait con d'avoir une bonne terre et de l'eau pour aller chercher ses légumes chez Ed L'épicier.
Mais çà aussi c'est un boulot et la terre est basse et parfois ingrate.

Mais pas le temps de se consacrer à cette partie, il faut s’occuper des animaux. Mener chaque jour en pâturage libre les chèvres et les brebis, environ 80 adultes et une quarantaine de petits. Pas de clotûre, non les parcs cloturés sont réservés aux chevaux, aux vaches et aux poneys.
Après, je me suis laissée bouffer par les activités de la ferme en oubliant " notre projet ".

Entre les bêtes, le bois, l'entretient des terrains, des batiments, le travail de la terre, le bricolage et l'entretien des outils etc...Il y a des saisons ou l'on n'a même pas le temps d'aller aux champignons et je ne parle pas des autres loisirs necessitant des déplacements ou des absences.
Mais là encore c'est le lot quotidien du paysan.

Mais… et bien oui il y a un mais ! En partant à la ferme, nous avions omis un point : l’aspect communautaire des lieux. Et bien on n’est pas du tout dans ce trip !


Il me semble que s'il y avait eu un aspect communautaire celà aurait dù justement alléger la charge de travail.
Ce qui se pratiquait dans le temps avec la communauté non idéologique de la famille.

Nous partons à la recherche de nos propres terres.


Sauf a se lancer dans l'alterbusiness: ecotourisme, agrotourisme, stage, animation etc...
Se lancer dans un projet agricole à deux même sur ses propres terres me parrais tout aussi galère.

Au fait la Ferme du Moulin de Larchat vendait ses productions sur les marchés. Et vous n'avez pas encore compris d'où vous sont venu les problèmes avec la justice ?

Un ans, çà fait court comme expérience dite "communautaire".
Si j'ai vu la petite annonce; la communauté réduite à un individus recherche toujours des gens de passage pour filer un coup de main.
Pourquoi ne pas chercher des gens qui s'inscriraient dans un projet de maniére définitive.
Au fait la ferme du Moulin de Larchat c'est une co-propriété en indivis ou celà reste la propriété du dernier des "Mohican", celui qui reste ?

En conclusion; je pense qu'il n'y avait pas adéquation entre votre projet et les réalités agricoles de base: ce qui a certainement été une difficulté supplémentaire à l'aspect cractériel du "Berger" et au projet communautaire.

J'éprouverais certainement quelques difficultés sur l'aspect vie en communauté en rejoignant la nef des fous. Mais pas de probléme d'adaptation à la frugalité et aux difficultés de la vie rurale .

Buon coradge Nat.

#12 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 20 janvier 2005 - 08:19

Voilà, il y a des fois où il faut aussi avoir le courage de quitter un lieu aux mille possibilités si on ne veut pas se laisser pourrir la vie !

Bravo d'avoir tenu aussi longtemps et bonne chance pour votre projet ! :calin:

#13 biomat

biomat

Posté 20 janvier 2005 - 15:06

Bon courage, bravo et merci d'avoir essayé !!!!!

#14 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2938 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 13 fvrier 2007 - 17:52

qq'un sait-il si la ferme de larchat a encore une actualité? si l'expérience communautaire a repris?
leur site n'est plus actualisé & je ne trove rien en vadrouillant sur le net.
merci d'avance.

#15 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 16 fvrier 2007 - 15:56

C'est Nath qui avait créé le site internet et il n'y avait pas d'autre ordinateur que le sien quand j'y suis passée.
Tu trouveras peut-être des nouvelles dans la revue PasserelleEco.

#16 Nath19

Nath19
  • Localisation:Vienne, Poitou-Charentes

Posté 07 juin 2007 - 10:52

Bonjour,

Je viens transférer quelques nouvelles du Moulin de Larchat car je viens d'en recevoir.
A cet effet, le site internet de la Ferme est supprimé à la demande des membres du Moulin.
Le moulin est en ce moment en pleine réorganisation suite à différents évènements qui l'ont marqué depuis ce début d'année.
Pour reprendre leurs termes, le Moulin de Larchat ne souhaite plus accueillir "les touristes alternatifs".
Je pense que c'est suffisemment parlant, pas la peine que je vous explique...
Vu les événements politiques, le Moulin préfère rester prudent et tend à fonctionner par le bouche à oreille.
Si vous désirez vous y rendre, leurs coordonnées sont facilement disponibles. Mais prenez le temps de leur écrire et de réfléchir à vos motivations.

bonne chance dans vos démarches

#17 skla

skla

Posté 12 juin 2007 - 20:21

Je découvre, j'me balade, je flâne au gré de mes envies sur ce forum très riche et je tombe sur ce sujet...
Spontanément me revient une confidence faite par une gentille vendeuse d'un très réputé fromager de Tours (37) ville de mes études. Elle m'apprenait (en 1996 déjà) que certains de ses fournisseurs avaient une devanture officielle, aux normes C.E., une belle fromagerie asseptisée avec tout comme y faut, trois fromages et 1/2... pendant qu'à la cave, sur leurs lits de seigle, s'affinaient des fromtons de chèvre bien coulants, bien roots, ceux dont tout le monde raffolle, ceux avé la crème sous la croûte, ceux qui ont le goût de noisette et que tu manges d'un coup tellement que tu ne veux pas en laiser aux zaut'...
Ca fait longtemps que les alternatives existent, à défaut de devenir la norme, continuons le combat, chacun à notre échelle d'être humain !
;)

#18 Deun

Deun
  • Localisation:92

Posté 21 avril 2008 - 10:09

Au fait la Ferme du Moulin de Larchat vendait ses productions sur les marchés. Et vous n'avez pas encore compris d'où vous sont venu les problèmes avec la justice ?


Je m'interroge, là-dessus. Est-ce que les règles juridiques relatives aux denrées alimentaires s'appliquent si elle ne font pas l'objet d'un achat/vente ?

Si on prend le décret cité "Décret n° 99-35 du 26 avril 1991" :

Les marchandises qui ne répondent pas aux caractéristiques microbiologiques ou hygiéniques mentionnées à l'alinéa ci-dessus ne peuvent être détenues ou exposées en vue de la vente, vendues ou distribuées à titre gratuit.


http://www.legifranc...eTexte=20080421

Il faut s'interroger sur l'expression "distribuées à titre gratuit" puisque le texte parle de marchandise ? Est-ce que le pot de confiture de ma grand-mère est une marchandise ?

En effet le champ d'application du décret est :

Sont soumis aux dispositions du présent décret les denrées, produits ou boissons destinés à l'alimentation humaine, à l'exclusion des denrées animales ou d'origine animale mentionnées aux articles 258, 259 et 262 du code rural, des eaux destinées à la consommation humaine et des eaux minérales naturelles. Les matières premières entrant dans la composition ou la fabrication de ces denrées, produits et boissons sont également régies par le présent décret.

Les denrées, produits ou boissons et matières premières mentionnés à l'alinéa ci-dessus sont désignés par le terme "marchandises" dans le présent décret.

Les dispositions du présent décret ne font pas obstacle à l'application des dispositions des articles 343 à 355 et 360 à 362 du code rural relatives au contrôle phytosanitaire.


tout cela n'est pas très clair. J'aimerais savoir si la ferme de Larchat a été condamnée parce qu'elle vendait sur les marchés, ou bien si elle aurait été condamnées également en donnant ses produits, ou en tout cas en les faisant circuler sans contre-partie en argent ?

Modifié par Deun, 21 avril 2008 - 10:09 .


#19 Deun

Deun
  • Localisation:92

Posté 21 avril 2008 - 10:14

A priori j'ai ma réponse car le décret si-dessus s'applique aux "denrée" qui me paraît être un synonyme de marchandise.
La distribution de denrée gratuites est différentes de la circulation de produits dans un cadre non-économique. Il est logique que le décret s'applique aussi si un commerçant fait cadeau d'une marchandise.

EDIT : Mais on parle aussi de "produits" ... alors ?...

Modifié par Deun, 21 avril 2008 - 10:21 .


#20 totof

totof

Posté 19 janvier 2013 - 18:45

Nous vivons dans une dictature oligarchique.

 

Autant faire comme depardieu et aller en Russie,tant qu'on fait pas de politique on nous fais pas chier. Rien à foutre d'être gouverné par Poutine ou Hollande,pour ce que ça change concrètement pour moi ...

 

Autant rien avoir, faire sa ferme "illégale",se taper des amendes qui resterons de toute façon pas payé si on a rien. En réalité on risque plus en ayant 1 ferme clandestine que si on détourne des millions: Normal.

 

On ferme des tribunaux, en cas de réel besoin,on ne peutpas réellement compter sur la justice, par contre, on ne respecte pas la norme x2103.14 pondu par des crétins n'ayant jamais vu de poules, c'est proche du crime.

 

Bonjour l'avenir de société. Je crois que le meilleur service que j'ai rendu à mes gosses,c'est de pas en faire.


  • Shivaya, trx et r00tslife aiment ceci