Aller au contenu


Photo

[Article] Le pouvoir du consommateur


  • Veuillez vous connecter pour répondre
31 réponses à ce sujet

#21 Nowar

Nowar
  • Localisation:Toulouse

Posté 17 septembre 2004 - 10:03

8) :)

Je crains que non,

il s'agit surtout d'une interrogation pour mettre en place une stratégie permettant de ramener les moutons noirs dans le troupeaux

Nowar

#22 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 17 septembre 2004 - 11:06

Je signale que tout ceci est hors la loi car le transport alimentaire est réglementé, certainement encore plus maintenant. A ce propos les normes européennes obligent les producteurs à des frais abhérent...(ça s'écrit surement pas comme ça!) mais en tout cas c'est dingue!

Point du tout. Pour la viande, les oeufs, le fromage; il te suffit d'une glaciére de camping et de faire un trajet de moins de 80 Km entre le lieu d'abattage , de ramassage, ou de fabrication.
Celà fait des années que les Felds et les Gabelous de la volante essayent de me coincer.
Quant à la vente directe à la ferme au marché noir et en liquide, elle se porte de mieux en mieux.
Poule, oie, chevreau, agneau.....
Pommes de terres, poireaux, tomates etc...
Celà vaut mieux que de faire de la figuration paysanne sur certaines foires agricoles touristique.
Quand je me fait arrêter et que l'on me demande à qui est destinée la marchandise:"Consommation familiale pour ma vielle mère ou pour mes enfants et petits enfants".
Ce type de réseau de distribution s'établit de bouche à oreille et par paraînage de confiance. Aussi il est facile de repérer les intrus. Quand tu connais pas tu n'a rien et lorsque quelqu'un vient de la part de quelqu'un tu vérifie avant de répondre.
Bien sûr, pas de pub, et pas d'annonce sur internet....
Pour vivre heureux vivons discret....

#23 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1 174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 03 octobre 2004 - 19:19

l'association équi'sol vient de sortir un guide du consom'acteur lyonnais en 36 pages (commerce equitable, marchés locaux, fêtes et foires ecolos...)

Equi'sol 8 quai marechal joffre 69002 lyon
tel : 04.72.56.07.05

#24 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1 174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 08 octobre 2004 - 20:29

YOUPI ! :bravooo:

dans le quotidien le monde daté du 15 juillet 2004 on apprend que la grande distribution serait désemparée face aux "alterconsommateurs". En effet pour la première fois depuis 10 ans les ventes de produits de grande consommation sont en baisse alors qu'elles augmentaient de 3% à 4 % par an ces dernières années. Le rejet de la consommation de masse par les consom'acteurs est évoqué comme l'un des facteurs de cette baisse. Issus des categorie à fort pouvoir d'achat, ils seraient 15 à 25% de la population, selon une enquète....


Source : revue Nature et progrès de septembre octobre 2004

pas de source pour l'enquète, je leur demande, mais toujours est il que c'est agréable de penser que c'est vrai et de façon sur que ça peut le devenir avec un pourcentage plus fort encore !

#25 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 09 octobre 2004 - 18:55

Il ne viendrait l'idée à personne que compte tenu de la baisse du pouvoir d'achat des retraités, des précaires de l'emploi, de tous ceux qui sont mis en état de survivance sociale, de la paupérisation générale des salaires, de l'insécurité du travail etc...
Une grande partie de la clientéle traditionnelle des grandes surface se soient mise depuis deux ans à restreindre ses achats sur le superflux et à compter ses deniers sur l'essentiel .
Non, il vaut mieux trouver une autre explication qui rassure le "moral" des ménages...et des investisseurs.
Depuis deux ans toutes les semaines, l'on supprime 200 emploie par mois ; et on ne parle seulement de ceux qui ont un impact sur les médias....
400 X52X2=41600 consommateurs qui rejoingnent la décroissance involontaire
Alors si en plus les quelques privilégiés qui conservent encore un pouvoir de consommation se mettent à bouder les produits pour restaux du coeur et autre banque alimentaire: où va-t'on ?
Si en plus des 30 % de la population qui ont décrus contraints et forcés, se rajoutent 5 à 8% de la population qui décroivent volontairement alors qu'ils ont les moyens de consommer; c'est la fin des haricots comme ont dit chez Findus.
Prix du baril de brut pour livraison novembre 52,90 US$. :bravooo:

#26 Nowar

Nowar
  • Localisation:Toulouse

Posté 11 octobre 2004 - 11:17

Effectivement, le landerneau de la grande distribution s'inquiète, mais l'inquiétude reste relative face à ce qui n'est pas un mouvement de rejet de la grande distribution.

Comme tu le soulignes, le caddy moyens est en baisse, mais essentiellement parce que les consommateurs choisissent de plus en plus de produits d'enseigne, ce qui ne va pas arranger les malheureux qui travaillent pour les marques.
D'autre part, le hard discount est en train de croitre en puissance sur le fumier de la misère et de l'exclusion. Samedi, sur radio Classique, le patron de publicis, commentant les chiffre se félicitait de leur présence pour permettre aux plus pauvres de pouvoir consommer aussi

Nowar

#27 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 15 mars 2005 - 12:42

Le pouvoir du consommateur est le meilleur moyen de réagir face à la bêtise de certains...

NANTERRE (AP) -- Le tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) a ordonné lundi à Milka Budimir, couturière à Bourg-les-Valence (Drôme), de transférer son site www.milka.fr à Kraft Foods, géant américain de l'agro-alimentaire, et propriétaire du chocolat Milka.

Dans leurs attendus, les magistrats ont estimé qu'en «utilisant le nom Milka.fr, Mme Milka Budimir a fait un emploi injustifié des marques dénominatives Milka dont la société Kraft Food est propriétaire».

En conséquence, le tribunal l'a condamnée à transférer le nom de son site à Kraft Food dans un délai d'un mois à compter de la notification de la décision sous peine de 150 euros par jour de retard.

«Nous sommes désolés de voir que le droit des marques triomphe sur le droit et le prénom des personnes», a dénoncé après l'audience l'avocat de Mme Budimir, Me Gérard Haas.

Le géant américain accusait la couturière de la Drôme de «cyber-squattage» avec ce site sur lequel figurent les adresses de ses deux boutiques et leurs horaires d'ouverture.

Les conseils du chocolatier faisaient valoir que «Milka» est une marque «de renommée» protégée, entre autres, par le Code de la propriété intellectuelle, et qu'en conséquence tout emploi non autorisé de Milka portait atteinte au fameux chocolat.

Le géant agro-alimentaire accusait Milka Budimir de «dilution de notoriété» car, par son activité de couture, elle affaiblirait «sensiblement le caractère distinctif de la marque en lui conférant un caractère banal».

La couturière réclamait 90.000 euros de dommages et intérêts et 10.000 euros de frais de procédure à Kraft Foods, estimant que la compagnie n'avait cessé de la harceler ces deux dernières années. Elle a été déboutée sur ce point. AP


Dernier point : ce sont les enfants de cette dame qui lui ont offert le nom de domaine... :sourire:
Et aussi, pour montrer a quel point ce sont des c***, le nom de domaine : www.chocolat-milka.fr est dispo.... :sourire:

Liste des marques appartenant à Kraft food :

- Grand’Mère
- Maxwell House
- Carte Noire
- Tassimo
- Jacques Vabre
- Velours Noir
- Côte d’Or
- Daim
- Suchard
- Toblerone
- Milka

Shivaya

#28 nomade

nomade

    Rongeur de frein, rongeur de chaîne, dormeur en réveil

  • Membres
  • 909 messages
  • Localisation:belgique

Posté 15 mars 2005 - 13:18

Le géant agro-alimentaire accusait Milka Budimir de «dilution de notoriété» car, par son activité de couture, elle affaiblirait «sensiblement le caractère distinctif de la marque en lui conférant un caractère banal».



c'est vraiment n'importe quoi tout ça. Finalement c'est officiel même notre nom ne nous appartient plus, il appartient aux grosses boites. Zallez voir que bientot on va prendre une taxe forfaitaire pour le cpyright de nos prénoms.

-bonjour madame je voudrais savoir pourquoi on me réclame 2500€
-c'est pour vos arrierés de paiement de location de votre prénom.
-hein?
-oui monsieur, le prénom David a été repris par la firme Kraft Food dans le cadre d'une campagne de publicité pour sa marque grand'mère et comme chaque personne a aussi une grand mère, les frais d'utilisation de ce nom réservé sont aussi inclus dans votre décompte d'arrierés.
-hein? mais y a jamais eu de campagne de pub avec mon prénom je l'aurais remarqué
-en fait cette campagne n'a jamais abouti. Mais nous savons également nous montrer conciliants et étant donné votre méconnaissance des reglementations je ne retiendrai aucun frais ni poursuite à votre égard: le prénom David n'est pas à vous, il vous est loué par la firme Kraft Food. Si toutefois vous désirez éviter les frais je peux vous conseiller une procédure de changement de nom...


et voilà, les enfant, comment, au début du 21° siècle a commencé la reglementation nominale qu manquait tant à nos ancetres. -{D@V1D_D@K1Ll@}- cesses d'embéter ta soeur! Viens t'assoir ici Julye0028 et ne fais pas l'innoc... euh non oubliez ça le mot a été réservé...

c'était lesbelles histoires de l'onc N0M@D3 qui vous explica comment on en viendra à devoir ruser pour parler cuisine à ses enfants et les appeler sans etre en infraction...

#29 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 274 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 18 mars 2005 - 07:53

Jouer de la rumeur pour mieux vendre un produit
LE MONDE | 03.03.05
Aux Etats-Unis, les entreprises spécialisées dans le bouche-à-oreille fleurissent. La plus importante compte 76 000 bénévoles, qui incitent les consommateurs à acheter jeans, livres ou saucisses.
Ce pourrait être une scène du film Truman Show. Le 4 juillet 2004, jour de la Fête nationale aux Etats-Unis, un bataillon de 2 000 personnes a secrètement participé à une campagne de promotion. A des voisins, des collègues, des membres de leur famille, elles ont vanté les mérites d'une nouvelle variété de saucisses Al Fresco, marque qui avait loué les services de BzzAgent, une société de marketing créée trois ans plus tôt et spécialisée dans le bouche-à-oreille.

Résultat, une hausse de 100 % des ventes enregistrée dans certains magasins. "Cette idée - la commercialisation du bavardage - ressemble au scénario paranoïaque d'un roman de science-fiction mettant en scène un futur dans lequel les compagnies sont devenues si puissantes qu'elles peuvent enrôler des armées entières de laquais pour infiltrer les barbecues des familles", écrivait le journaliste Rob Walker dans le New York Times du 5 décembre 2004.

Depuis un an, cette forme discrète de porte-à-porte est en plein essor. Al Fresco ainsi que des grandes enseignes telles que la maison d'édition Penguin, Estée Lauder, Lee, Weight Watchers, Kelloggs, Air Train Airways, Coca-Cola, les chaussures Johnston & Murphy ont déjà fait appel à BzzAgent pour susciter un bouche-à-oreille favorable au lancement d'un produit, un parfum, un jean, un dentifrice, du café, mais aussi un livre. Le tirage du premier roman d'un jeune auteur, Frog King d'Adam Davies, aurait ainsi été épuisé en trois mois, grâce à l'effervescence orchestrée dans les librairies new-yorkaises, les forums de discussions, etc.

Plus personnalisée encore que le marketing viral propagé par les marques grâce à la technologie ("textos", courriels, forums de discussion, blogs), cette démarche à plus grande échelle et plus sournoise que les réunions Tupperware, le buzz (bourdonnement, brouhaha), de consommateurs à d'autres consommateurs, est désormais formalisée.

La société BzzAgent compte une douzaine de permanents et 76 000 volontaires qualifiés, outre-Atlantique. Au brand evangelists (évangélistes des marques) s'ajoutent un millier de personnes supplémentaires par semaine ; ces recrues, - étudiants, retraités et une majorité de salariés - s'inscrivent sur le site Internet pour participer à une campagne, et reçoivent par courrier des échantillons ainsi qu'une liste d'activités à accomplir.

Pour les saucisses Al Fresco, il s'agissait, par exemple, de recommander de les acheter à un inconnu croisé au rayon charcuterie ; de suggérer aux organisateurs d'un pique-nique de quartier de les utiliser, voire d'en vanter le goût à des dîners d'amis.

Pour un livre, il convient de faire référence dans une conversation à quelques passages - résumés à l'avance par la société BzzAgent -, de bien montrer la couverture dans les transports en commun et d'envoyer des commentaires à la librairie en ligne, amazon. com.

"Dans tous les cas, ce sont des choses que les gens font tous les jours - montrer le produit à quelqu'un, l'offrir en cadeau, le demander dans un magasin où il pourrait être vendu, l'emporter au travail, faire connaître le site internet de l'entreprise -, tout ce que nous faisons est de rendre conscientes ces activités", explique-t-on à BzzAgent, qui imagine actuellement plusieurs opportunités d'expansion en Europe.

D'autres entreprises se sont engouffrées dans ce créneau. La multinationale Procter & Gamble a ainsi créé son propre département de marketing verbal pour des marques à destination des adolescents. Dans ce réseau baptisé Tremor, 250 000 jeunes leaders d'opinion usent du téléphone arabe, formule que les Anglo-Saxons traduisent par "soupir chinois" (chinese whisper), pour encenser les qualités d'un shampoing ou d'une ligne de vêtements.

Invités à s'exprimer dans de nombreux colloques et séminaires, les trentenaires Dave Balter (le PDG de BzzAgent) et Mark Hugues son créateur, sont devenus les chantres de cette communication officieuse, qui entend détrôner les formes traditionnelles de promotion, les spots ou affiches de publicité qui saturent les consommateurs.

"La publicité classique est dépassée si elle ne conduit pas les gens à parler et les médias à écrire dessus, surtout dans un marché saturé. L'Amérique dépense chaque année plus d'argent dans le marketing - 234 milliards de dollars - que le produit intérieur brut du Mexique", estime ainsi Mark Hugues. Dans le livre qu'il publiera en juillet chez Penguin/Portfolio, Buzzmarketing (nom de sa société) résume sa philosophie : "La rumeur représente un média alternatif dont l'efficacité réside dans la crédibilité même du messager." "Quand, écrit-il, un ami, un collègue, un membre de votre famille vous parle d'un film, un produit ou un service, vous le croyez... D'autant plus qu'ils ne sont pas payés pour le faire", ajoute-t-il.

Car, contrairement aux hommes-sandwichs et aux distributeurs de tracts, ces avocats d'un troisième type ne reçoivent, de fait, aucune rémunération, juste des gratifications. "Soyez les premiers à tester de nouveaux produits", "Participez gratuitement", vante Tremor à sa communauté d'ados, alléchés par des informations exclusives et l'accès éventuel à des soirées événementielles. En remplissant des rapports sur leurs missions, les recrues de BzzAgent accumulent des points échangeables contre des cadeaux.

A Buzzmarketing, les informations concernant les "influenceurs" sont tenues secrètes. "En général, une part de la récompense consiste toujours à posséder "le crédit de la rumeur", à savoir "être dans le coup" et parfois avoir quelque chose de nouveau et d'intéressant à raconter, qui vous donne du crédit", déclare au Monde Mark Hugues.

Sa recette ? Que les volontaires captent l'attention d'autrui en lui donnant une histoire à raconter. Rien de mieux selon lui que des phrases comme : "Tu ne vas jamais le croire...", "Eh ! as-tu déjà entendu..." susceptibles d'éveiller la curiosité des auditeurs. Mark Hugues a même identifié plusieurs façons pour engager une conversation, ce qu'il appelle les "six boutons de la rumeur" : le tabou, l'inhabituel, le scandaleux, l'hilarant, le remarquable et le secret.

Devant l'émoi suscité par ces pratiques, la jeune Association du marketing par bouche-à-oreille (Womma) qui fédère 38 sociétés vient d'élaborer une charte éthique enjoignant aux recrues d'être honnêtes, et de ne pas taire leurs motivations ni leurs véritables opinions. Un credo qu'elle martèlera lors du premier sommet qu'elle organise à Chicago les 29 et 30 mars. Son credo ? Cet adage d'Oscar Wilde : "Il n'y a qu'une chose dans la vie pire que le fait qu'on parle de vous, c'est qu'on vous ignore."

Macha Séry



#30 charlyvale

charlyvale

    Relayeur de la vie

  • Membres
  • 602 messages
  • Localisation:Territoire de Belfort

Posté 18 mars 2005 - 08:49

Pauvre Terre... :cpasmafaute:

Tiens, une autre armée de téléguidés !!!

#31 _mirza_

_mirza_

Posté 18 mars 2005 - 19:27

oui Tis, j'en avais entendu parler un peu plus tôt; ah ben tiens ça venait du Monde aussi je crois...

c'est marrant quand-même comme quoi qu'on fasse, on trouve toujours une citation pour "le justifier".

#32 David

David

    Bricoleur du dimanche

  • Membres
  • 301 messages

Posté 18 mars 2005 - 23:23

J'ai bien aimé « L'Amérique dépense chaque année plus d'argent dans le marketing que le produit intérieur brut du Mexique », à mon sens ça résume tout !