Aller au contenu


Photo

Les énergies renouvelables


  • Veuillez vous connecter pour répondre
75 réponses à ce sujet

#21 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 22 aot 2005 - 10:31

Plutôt d'accord avec toi Simon-RYW, mais comment peut-on faire quand Matt ne tient pas compte de nos remarques (même quand elles sont courtoises) et qu'on souhaite corriger des erreurs flagrantes dans les fiches techniques de Surréaliste ?
  • EdwinTig, ronnykingfew et BogdanGag aiment ceci

#22 jeandb

jeandb
  • Localisation:St Chamond

Posté 10 octobre 2005 - 12:30

En freinant l'eau qui va se perdre dans la mer on crée l'énergie de la pompe qui la puiserait dans les nappes phréatiques pour l'amener au même endroit...

Ok je recommence!!!

En suivant, grace à un bief , les courbes de niveau avec de l'eau prélever dans un cours d'eau lorsqu'il en a de trop on achemine une partie dans une zone qui serait séche en été. L'eau infiltrer en altitude descend lentement en rechargeant les espaces souterrains et en réalimentant des sources taries.

La gestion globale de l'eau est une énergie renouvelable propre.

Si en plus on compte la réduction des inondations et des incendies de forêts cela réduit aussi le carburant des pompiers et peut-être aussi le nombre de camions de pompier.

Oui on va me dire que cela va faire des chomeurs ....

Mais non les emplois disponibles creuseront des biefs.....

Image IPB

#23 Michel

Michel

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1573 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:38

Posté 24 octobre 2005 - 18:14

HYDROELECTRIC POWER STATION

http://www.lni.h12.ru/index_en.htm

#24 shinjiii

shinjiii
  • Localisation:sisteron (04)

Posté 27 janvier 2006 - 09:22

saviez vous ke si vous produisé de l'enrgie elctrique pour votre consommation personnel le surplux peut-etr revendu a EDF... a exploiter!!
Et n'oubliez pas l'hydroelectrique... c'est super interessant... ;)

#25 jeandb

jeandb
  • Localisation:St Chamond

Posté 04 aot 2006 - 14:15

Je rappelle que l'énergie hydraulique qui était présente sur tout le territoire avant l'invention de l'électricité a évolué techniquement en remplacant progressivement les roues à aubes par des tubines.
Par contre les roues à aubes étaient alimentées par des biefs qui permettaient de prendre une parties de l'eau de la rivière et lorsque la différence de hauteur était suffisante (4m environ: diamétre de la roue) on pouvait implanter un moulin hydraulique. En bout de bief le moulin avait une réserve d'eau (500 ou 1000m3) qui permettait de faire tourner le moulin pendant un temps plus court avec un débit plus important que celui de la rivière.

A l'arrivée des turbines les réserves d'eau sont devenue des barrages (2000 à 10000) et les biefs sont abandonnés pour être remplacés par des tuyaux sous pression.

Les turbines sous pression fonctionnent avec des vitesses d'eau élévées.

Bref les roues à aubes tournaient lentement et les réserves d'eau ne dénaturaient pas la rivière qui restait intacte.Les turbines ont été les premières aggressions écologiques des vivières.


Si ont fait le bilan global de l'énergie globale récupérable tout au long d'un rivière ont peut imaginer soit une séries de roues à aubes soit un seul grand barrage.
Quand on sait que l'énergie est le produit du débit par la hauteur , la somme des énergies produites par toutes les roues à aubes alimentées par des biefs et installées tous les 4m (diamètre des roues) est la même énergie produit par un grand barrage qui aurait la hauteur de la source à l'embouchure. Comme un rivière n'offre pas une topographie ( heureusement ) à construire un seul grand barrage il serait préférable de relancer une production hydraulique sur le principe des roues à aubes qui s'intègrent facilement dans le paysage sur l'ensemble des affuents .Ces machines hydrauliques pouraient aussi comprimer de l'air ou pomper de l'eau d'irrigation de coteaux sans produire d'électricité.


Pour accroitre encore la possibilité de production d'énergie hydraulique les biefs peuvent couvrir la totalité du territoire et non pas seulement rester dans le lit majeur des rivières. Le prolongement des biefs permet d'élargir le champ d'application de la micro hydraulique mais aussi d'autres retombées propice au développement de la bio masse ou de la lutte contre les incendies de forêts ou des inondations.

#26 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 14 aot 2006 - 13:59

jeudi 3 aout 2006, 9h30

Pis de vaches et éoliennes: une ville allemande autosuffisante en énergie
Par Jutta HARTLIEB


FREIAMT (AFP) - Hannelore Reinbold-Mench, le maire de Freiamt, en Forêt Noire, est fière de l'engagement de ses 4.300 administrés pour les énergies renouvelables: "nous produisons 13 millions de Kw/h par an, plus que nos propres besoins", déclare-t-elle à des journalistes après une visite de terrain.

Dans cette ville touristique et agricole à 25 km au nord de Fribourg, un agriculteur, Walter Schneider, utilise la chaleur du lait sortant du pis des vaches pour chauffer l'eau de sa douche. Son voisin a installé un toit photovoltaïque sur sa grange. Avec son installation au biogaz, Gerhard Reinbold chauffe sa ferme mais aussi ses voisins dont un club de sport.

Et sur les hauteurs de cette cité touristique tournent quatre éoliennes. Chacune produit près de 3 millions de Kw/h, de quoi approvisionner mille foyers en électricité.

La petite ville allemande fait feu de tous bois depuis quelques années: panneaux solaires pour la chaleur, panneaux photovoltaïques pour la production de courant, copeaux de bois pour le chauffage, moulin, éoliennes et biomasse.

Depuis l'application de la nouvelle loi sur l'energie renouvelable (EEG), deux à trois millions des kw/h produits par éolienne peuvent être vendus 18 centimes d'euro le km/h au distributeur local d'électricité, précise Mme Reinbold-Mench.

Les 50 m2 de panneaux photovoltaïques installés par un agriculteur sur le toit de sa grange ont produit en douze mois 30.000 Kw/h qui peuvent être vendus à 53 centimes d'euros le km/h, selon la nouvelle loi. Pour ce fermier qui cultive 38 hectares de céréales, il s'agit d'un apport financier non négligeable.

Son exemple a fait tache d'huile et aujourd'hui il y a 75 installations photovoltaïques dans la commune, dont deux au-dessus de blocs de logements sociaux.

150 foyers ont recours aux panneaux solaires pour chauffer leur eau, un moyen très utilisé parce qu'il ne suppose pas d'autorisation et qu'il s'amortit vite.

Walter Schneider n'en a pas besoin. Ses 45 vaches produisent quotidiennement 900 litres de lait qui sortent à 32 degrés du pis mais doivent être refroidis à 4 degrés pour la commercialisation. Un échangeur de chaleur lui permet de chauffer l'eau de sa douche et de son évier.

Deux scieries et un meunier utilisent l'eau de la rivière Brettenbach grâce à des turbines et des générateurs. "Cela me fait gagner 8.000 euros par an", se réjouit le meunier Friedrich Mellert.

Malgré le prix encore élevé de l'installation, une cinquantaine de foyers se chauffent aux copeaux et déchets de la coupe des bois. La commune a acheté une machine à cet usage.

"L'exemple de Freiamt montre que l'on peut faire beaucoup pour peu que les politiques suivent", estime Erhard Schulz de l'association fédérale allemande WindEnergie.

Le ministre féderal de l'Environnement Sigmar Gabriel (SPD) croit en un "boom" des énergies renouvelables. Leur part dans la production totale de fourniture de courant électrique va passer de 10% actuellement à au moins 20% d'ici à 2020, a-t-il indiqué récemment.

http://fr.news.yahoo...fisante-en.html

#27 _Lohey_

_Lohey_

Posté 02 novembre 2006 - 10:31

C'est pas souvent que le mass-média pointe sur des initiatives consciencieuses, alors j'aime le souligner quand, avec un gros retard, ils finissent par le faire : http://www.liberatio...e/214510.FR.php

Ci-dessus un lien vers un article concernant la ville de Linköping en Suède qui a choisi le biogaz depuis 1991, issu de déchets organiques.

Extrait : "[...] A Linköping, taxis, bus, camions poubelle et même le train régional, reliant la ville de 82 000 habitants à Västervik, à une centaine de kilomètres, carburent au biogaz. Un combustible renouvelable qui a le vent en poupe en Suède, où déjà plus de 8 000 voitures en consomment.

[...] A l'époque, la station d'épuration récolte déjà le gaz produit par le traitement des eaux usées. Mais sa teneur en dioxyde de carbone est trop élevée pour s'en servir de carburant. Il faut en extraire le CO2, afin de produire un combustible répondant aux spécifications du gaz naturel, composé à 97 % de méthane. Des techniques sont testées. Et finalement, les cinq premiers bus, livrés par le constructeur suédois Scania, entrent en service en 1991. L'expérience est concluante. Toutefois, la production de biogaz est limitée. Une idée germe alors : pourquoi ne pas utiliser les déchets «propres» des abattoirs et des usines agroalimentaires du coin, pour produire du méthane ? «C'était faire d'une pierre trois coups, résume Carl Lilliehöök. Les abattoirs cherchaient à écouler leurs déchets. Nous manquions de matière première. Et les agriculteurs avaient besoin de fertilisants.» [...]"


#28 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 05 janvier 2010 - 12:41

Décidément les allemands ont beaucoup à nous apprendre :

Dardesheim: la ville qui fonctionne au vent, au soleil et à l'eau

    Dardesheim, dans la région du Harz, à l'aplomb de la colline de Druiberg, fait parler d'elle comme "ville de l'énergie renouvelable". En effet, elle a déjà atteint l'autonomie énergétique et produit même annuellement 30 à 40 fois plus d'électricité qu'elle n'en consomme.
    Les besoins en électricité de cette commune d'un millier d'habitants s'élèvent au total à 3 millions de kilowattheures, dont un million pour les habitations privées. Les installations photovoltaïques placées sur les toits des entreprises, des étables, de l'école, de la caserne de pompiers, de nombreux particuliers et de la salle communautaire du village produisent 400.000 kilowattheures, ce qui couvre environ un tiers de l'électricité ménagère. Les éoliennes de la montagne produisent quant à elles environ 135 millions de kilowattheures. En face de la mairie, un compteur indique aux passants la quantité d'énergie solaire produite en temps réel et d'émissions de CO2 ainsi économisées. "En plus, c'est économiquement intéressant, car il est possible de revendre le surplus aux opérateurs du réseau", explique Ralf Voigt, adjoint au maire.
    Cependant, Dardesheim ne peut pas se contenter du vent et du soleil, deux formes d'énergie aléatoires car dépendantes de la météo et difficiles à stocker. Dans une phase pilote, une centrale au biogaz a donc été construite à l'entrée de la ville. Enfin, pour compléter le dispositif, le parc éolien de Druiberg est désormais relié à une centrale hydraulique à Wendefurth, à une trentaine de kilomètres. Lorsque les éoliennes produisent un excédent d'énergie, elles alimentent deux énormes citernes de la centrale hydraulique. Lorsque le vent tombe ou que le soleil s'efface, les vannes des bassins sont ouvertes de manière à faire tourner deux turbines de 40 MW chacune.
    Le même concept doit maintenant être étendu à une plus grande échelle dans la région du Harz. Le projet, lancé début décembre 2008, est subventionné par l'Etat fédéral à hauteur de 10 millions €. Ainsi, d'ici quatre ans, la région du Harz prévoit de recourir exclusivement aux énergies renouvelables produites localement pour couvrir les besoins en électricité de ses 250.000 habitants, grâce à un système combiné de centrales recourant aux énergies éolienne, hydraulique, solaire, géothermique, ou à la biomasse. "Le gouvernement considère qu'il s'agit d'un modèle pour l'avenir. Si cela fonctionne ici, notre système pourra être développé ailleurs en Allemagne", affirme Ulrich Narup, chef du projet.
    Par ailleurs, mi-2008 a été inaugurée au parc solaire de Druiberg (EDG: Energiepark Druiberg Verwaltungs GmbH), la première station-service électrique renouvelable. Avec d'autres entreprises de la région, l'EDG prévoit l'installation d'un réseau de stations-service électriques fonctionnant à partir d'énergies renouvelables ainsi que la construction d'une flotte régionale de voitures électriques [1].
    L'histoire à succès de Dardesheim a commencé avec une éolienne d'environ 300 m de haut, que l'entrepreneur Heinrich Bartelt a édifiée à Druiberg en 1994. "A cette époque, le changement climatique ne jouait pas encore un grand rôle", se souvient-il. Peu de temps après, il a déposé une demande de permis de construire pour d'autres éoliennes. A présent, ce sont au total 28 éoliennes d'une capacité totale de 62 MW qui se dressent sur la colline de Druiberg. "Elles ne sont pas si bruyantes, surtout les plus récentes", fait remarquer le directeur technique, Thomas Radach. Au fond du site trône l'éolienne la plus puissante du monde, d'une capacité de 6 mégawatts (MW).
    "Il y a eu très peu de protestations contre le parc éolien", affirme l'opérateur Bartelt. "Tout le monde se sent concerné et impliqué dans le projet énergétique". Chacun est informé en détail des projets ; de nombreuses sessions de conseils généraux ont lieu. Les habitants de Dardesheim et des environs payent l'électricité 23 centimes par kilowattheure, et Bartelt reçoit 8 centimes par kilowattheure pour l'énergie intégrée au réseau. Des modèles commerciaux seraient actuellement testés pour obtenir des conditions optimales.

http://www.bulletins...lites/57586.htm

#29 naturel

naturel

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 3027 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bruxelles (Belgique)
  • Intérêts:énergies douces, spiritualité, parapente...

Posté 05 janvier 2010 - 13:12

Se faire chauffer l'eau avec les pis de vaches.. :calin: sait un moyen de se rendre dépendant d'elle.
tous comme utiliser les "déchets" de viande des vaches pour faire du biocarburant.
pourquoi ne pas utiliser alors le corps humain pour faire du biocarburant???au lieu de l'incinérer bêtement?? on montrerait l'exemple parmis nos amis les "bêtes".

#30 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 05 janvier 2010 - 14:02

L'échangeur de chaleur sur le tank à lait de cet éleveur allemand lui rend certainement service…
Ne pas oublier cependant que ce même lait refroidi à 4°C devra être transporté et porté à Ultra Haute Température (UHT) dans des usines régionales pour garantir sa longue conservation.

Ceci pour insister sur la nécessité de relocaliser production/consommation, seule véritable et durable source d'économie d'énergie.

Pour en produire, et "couvrir les besoins en électricité de ses 250.000 habitants, grâce à un système combiné de centrales recourant aux énergies éolienne, hydraulique, solaire, géothermique, ou à la biomasse" même nos voisins allemands ont visiblement encore un long chemin à parcourir pour passer du discours à la démonstration probante.

Si les français apprécient les combines les allemands préfèrent les Kombinats, qui sont leurs complexes industriels…

#31 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 27 avril 2010 - 11:48

Les locaux hébergeant les serveurs informatiques (data centers) deviennent de plus en plus nombreux et gigantesques et la consommation énergétique nécessaire pour les refroidir est exponentielle.
De multiples solutions sont imaginées pour le faire à moindre coût écologique. Si j'ai bien compris, à Londres l'un d'entre eux chauffera bientôt gratuitement plus de 1000 logements voisins : http://www.greenbiz....at-london-homes
D'autres sont déjà installés à proximité de piscines municipales et Gogol envisage même paraît-il de les localiser en mer !

#32 ezza

ezza

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2920 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Sud

Posté 27 avril 2010 - 17:32

oui la délocalisation des datacenter pour des zones plus froid est en route
50% de la conso d'énergie et pour les infrastructure et refroidissement des serveurs

"Situé à une trentaine de mètres en dessous de Stockholm en Suède.
C’est le fournisseur d’accès Suédois Bahnhof qui s’en occupe.
C’est un datacenter à l’abri d’une attaque nucléaire et possède des portes blindées.
Niveau décoration je n’ai jamais vu ca ^^ cascades d’eau, un mur recouvert de plantes, ......."
http://www.youtube.c...player_embedded
http://www.admin6.fr.../InfoBunker.gif

alors Londres ou Stockholm :D ....... :sourire:

salut Tis

A+
source: http://www.admin6.fr...rains/#more-350

#33 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 28 avril 2010 - 10:32

La déco n'est sans doute pas superflue pour éviter que les gens qui y travaillent ne deviennent neurasthéniques ! (Perso je ne tiendrais pas longtemps dans un boulot sans fenêtreS.)

Ce qui est certain c'est qu'il est plus intelligent de recycler la chaleur pour des logements ou des piscines plutôt que de modifier encore de nouveaux milieux naturels (rivières souterraines, mer, etc.) ou de gaspiller l'énergie comme le font la plupart des entreprises. En voici un témoignage typique :

11/12/2009 11:41    Patrick Chauloux 
Je travail dans une usine de production chimique d'un groupe pharmaceutique français, (c'est un peu éloigné des TIC) et je voulais vous faire part de mon expérience sur la (non) prise en compte des préoccupations écologiques dans leurs investissements de production.
Je suis chargé d'étude en méthodes industrielles et je participe à la conception des installations de production.
Ces installations sont réalisées par des société d'ingénéries spécialisées;
Lors d'une revue de conception sur un projet en cours de réalisation j'ai évoqué la possibilité de récupérer une partie de l'énergie sortant d'un équipement de refroidissement pour la réinjecter dans un échangeur pour préchauffer un solvant.
La réponse à été assez surprenante, car la société d'ingiénérie concernée m'a répondue qu'elle n'était pas là pour faire de l'écologie.
En effet , l'intégration des préoccupations d'économies d'énergie passe actuellement au second plan. L'objectif prioritaire étant de pouvoir mettre en exploitation le plus rapidement possible les équipements de production et celà au déteiment des pb écologiques.

http://sites.radiofr...78852&pg=avenir

#34 néothé

néothé
  • Genre: Femme
  • Localisation:environ montelimar

Posté 28 avril 2010 - 11:23

c'est pourquoi il y a encore beaucoup de boulot!!!l'écologie devrait être déclinée à tout niveaux!!! :D

néo

#35 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 07 dcembre 2010 - 22:47

Trouvé ça qui devrait intéresser ceux qui cherchent des trucs fondés sur l'effet thermoélectrique et qui marchent…
Bon, tous ne sont pas simples ou sans danger mais ça vaut le détour, non?
http://energiein.e-m...que,428804.html

#36 christian ardèche

christian ardèche

    Bricoleur autonome

  • Bannis
  • 1548 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:autoconstruction, autonomie alimentaire, autolimitation face à la technologie et la consommation .Travail autour de "la pauvreté conviviale des espaces vernaculaires" dans la vigilance et la lucidité

Posté 08 dcembre 2010 - 14:14

"Actuellement des assemblages appelés module thermoélectrique "segmenté"allant jusqu'à 7 métaux chauds et 7 métaux froids donnent un rendement vingt fois supérieurs au photovoltaïque, 4 fois moins chère et beaucoup plus simple à produire."

Passionnant ce document, floyd.

Je me disais, pourquoi alors faire du photovoltaïque ?? Peut-être tout simplement parce que c'est 4 fois plus cher et beaucoup plus compliqué.....

#37 Romu50

Romu50
  • Localisation:50

Posté 08 dcembre 2010 - 16:33

Bonjour,

je voudrais revenir sur l'hydroélectricité. Aavant toutes choses, il faut se poser la question de la réalité écologique des centrales hydroélectriques et encore plus de la microhydroélectricité.
Au cours des dernières années, d'importantes campagnes publicitaires (orchestrée notament par EDF) ont vanté les mérites de l'hydraulique comme source d'énergie renouvelable et l'on fait passer pour une "énergie verte" (ce qui totalement faux)
Parmis les effets néfastes de ces ouvrages :
- modifications des régimes hydrauliques de nos cours perturbant notament les transports solides (ex : blocage des sédiments à l'amont engendrant une érosion avale ou un enfoncement du lit)
- modification des systèmes d'eau courantes en eaux dormantes provoquant une destruction de la flore et la faune (destruction de frayères, colmatage des fonds, modifications d'habitats)
- les vidanges de retenues ont des effets catastrophiques sur les milieux
- la retenue "booste" les phénomènes d'eutrophisation et augmente la température de l'eau ce qui dégrade significativement la qualité de l'eau
-modification des peuplements piscicoles et entrave à la circulation piscicole
- etc

De plus la microhydroélectricité n'est pas une solutionà grande échelle aux problèmes énergétiques, je travaille sur un fleuve côtier bas-normands qui fait à son embouchre 20m de large, une étude a montré que les 7 micro-centrales produisaient moins de 30% d'une éolienne... Pour le cas de la central la plus à l'aval, elle ne peut turbiner à rendement maximal que 5 semaines par an hors période de crue ou de haute marée qui casse la chute et hors période réglementé pour assurer la dévalaison des poissons.

Attention il faut bien prendre en compte le bilan écologique global et non pas seulement un bilan carbone ou énergétique.

#38 _strychnine_

_strychnine_

Posté 29 juin 2011 - 06:34

Je viens de trouver cet article sur le chauffage par les ordinateurs . Je trouve le concept très intéressant.

http://www.faiteslep...ale-chauffante/

Une cathédrale chauffante
13/01 par Dimitri dans A la une, Energie géothermique, Innover 2 Commentaires »

Les dessous de la cathédrale orthodoxe

Quand il fait froid, on ne perd pas une calorie !

En visitant Helsinki, les touristes font souvent un détour par la péninsule de Katajanokka afin d’aller admirer la cathédrale Uspenski, la plus grande église orthodoxe d’Europe de l’Ouest. Ce que les visiteurs savent moins, c’est que les sous-sols de la cathédrale ont lontemps servis d’abri anti-atomique. Obsolète aujourd’hui, les finlandais lui ont trouvé depuis quelques années une autre utilité : héberger un gros « data center » informatique. Les ordinateurs émettant beaucoup de chaleur avaient besoin d’être refroidis. Comble du renouvelable, ils l’étaient jusqu’alors par un procédé SWAC, pompant de l’eau de mer froide, la faisant cheminer dans des tuyaux afin de capter la chaleur et rejetant ensuite les calories à la mer… Mais le gouvernement finlandais a changé son fusil d’épaule, en décidant qu’il n’était plus question de gaspiller ces calories! L’opérateur Helsingin Energia a donc décidé d’envoyer cette eau chaude vers un échangeur de chaleur qui l’injecte désormais directement dans le système de chauffage de la ville. Ce système de récupération permet de fournir assez de giga-calories recyclées pour chauffer 500 maisons individuelles. Simple et efficace !


La Finlande explore la co-génération.

Déjà sur la 3è marche du podium des pays européens utilisant le plus d’énergies renouvelables, la Finlande ne compte pas se reposer sur ses lauriers, et s’impose notamment dans le domaine de la co-génération d’énergie.

Pour preuve, en septembre 2010, le lancement dans le sud du Pays du projet de l’énorme centrale destinée à valoriser énergétiquement les déchets. Avec une capacité de traitement de 250 000 tonnes par an, la centrale de Lahti produira 90 MW de chaleur et 50 MW d’électricité. Ce projet a ainsi le double avantage de remplacer une ancienne centrale au charbon et de réduire considérablement la mise en décharge.

Crédit photos :
Photo d’ouverture : M. Rusilowicz
Le Data center d’Uspenski. Photo: Jakke Nikkarinen/Helsingin Energia.


Modifié par strychnine, 29 juin 2011 - 06:34 .


#39 flanar l'ancien

flanar l'ancien

    promeneur égaré

  • Membres
  • 2938 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Ariège
  • Intérêts:8% Minimum.
    Éventuellement, on en discute.

Posté 11 novembre 2014 - 11:01

Je déterre ce sujet pour ne pas en ouvrir un nouveau.

J'ai longtemps cru (et crois encore un peu) que les énergies renouvelables étaient l'avenir. Après, quand je vois, par exemple, des écolos anti-éoliennes etc., je me dis qu'on nage dans le pâté, fût-ce celui-ci bio et végétarien.

Mais aussi, et surtout, je viens de lire un article sur le montant astronomique des subventions aux énergies fossiles, et -crénom de b*** de m***- c'est pas ça qui va aider à aller dans le bon sens!

http://www.lemonde.f...21521_3244.html


  • Gallizour et loupblack aiment ceci

#40 Gallizour

Gallizour
  • Genre: Homme
  • Localisation:Villelaure

Posté 11 novembre 2014 - 16:50

Oui c'est le grand n'importe quoi. En plus le renouvelables est maintenant moins que le fossile et sans subvention.

 

 

http://lenergeek.com...le-kwh-solaire/

 

Mais c'est dans le renouvelable qu'on investi le plus... pas en France.

 

http://energie.lexpa..._a-32-8164.html


Modifié par Gallizour, 11 novembre 2014 - 16:57 .