Aller au contenu


Photo

Toitures végétalisées


  • Veuillez vous connecter pour répondre
231 réponses à ce sujet

#221 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6665 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 05 juin 2016 - 18:06

oui ça semble effectivement peu probable que rien ne pousse sur cette terre.



#222 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6665 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 17 juin 2016 - 07:23

Voici ce que j ai obtenu ici (plantes glanées + plantes arrivées par les airs) :

 

160617083520449568.jpg

 

160617083542422314.jpg

 

160617083610328401.jpg



#223 groslard

groslard

Posté 17 juin 2016 - 08:48

Excellent merci pour les photos !! La toiture est en place depuis combien de temps ?



#224 DzC

DzC

    As du bricolage

  • Membres
  • 6665 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 17 juin 2016 - 09:21

Excellent merci pour les photos !! La toiture est en place depuis combien de temps ?

 

3 ans.

Elle a connu des hauts et des bas (qq episodes de secheresse notament en 2015) mais finalement le vegetal

a été, comme souvent, d une resilience estomaquante ! Respect !



#225 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 02 aot 2016 - 22:03

Quelle biodiversité sur les toits végétalisés ?
Le 02.05.2016 Par Lisa Garnier

En ces temps de recherche sur la ville de demain liant biodiversité, agriculture et modes de vie durable, je me suis dit qu’il était temps de présenter les travaux de Frédéric Madre, ancien doctorant du laboratoire Cesco et co-fondateur de l’entreprise Topager créée et gérée par des passionnés d'agro-écologie urbaine.
 
De l’entreprise à la recherche
Frédéric, spécialiste de la végétalisation des bâtiments, a démarré une thèse en écologie après avoir travaillé quatre ans dans le secteur privé. « Je voulais approfondir le sujet, qui à l’époque était trop simpliste dans cette branche. Tout ce qui est vert sur un toit n’est pas biodiversité ! Je voulais véritablement comprendre la dynamique de la vie des plantes sur les toits ».
 
Un inventaire de la faune et la flore des toits
Il a donc étudié 115 toitures végétalisées réparties dans des régions françaises situées au nord du pays en réalisant des inventaires floristiques et faunistiques et en notant les différentes techniques et d’entretien de chacune d’entre elles.

Un sol et des plantes s’invitent !
Premier résultat : tous les toits végétalisés ne se ressemblent pas ! De la profondeur du sol perché dépend l’habitat associé pour les espèces plantées et les sauvages qui s’y invitent (ici le lien vers l'article scientifique). Frédéric a ainsi déterminé 76 espèces de plantes colonisatrices sur les toits dont près de 90 % avait une origine locale. Malgré leur isolation dans le paysage urbain, les toits verts représentent donc un lieu d’accueil pour les plantes sauvages, notamment adaptée à des conditions chaudes et sèches.

C’est au tour des invertébrés
Second résultat : tout comme pour les plantes, plus le sol est profond sur un toit, plus la diversité en invertébrés, tels qu’insectes et araignées, l’est aussi. Frédéric et ses chercheurs complices, Philippe Clergeau, Nathalie Machon et Alan Vergnes, l’expliquent par l’augmentation du nombre de « couches » de végétation. Les micro-refuges augmentent, les invertébrés qui y trouvent leur logis aussi… attirant par la même occasion les oiseaux.

Le bestiaire
Quelles espèces sont les plus communes ? La coccinelle, le bourdon lapidaire, les fourmis noires et les gendarmes. Plus rarement, on observe des fourmis rouges, des bourdons des forêts et des espèces associées aux dunes, prairies côtières, grèves de galets…Le bord de mer sur les toits….

La rapidité de la colonisation
« Ce que je trouve surprenant » m’a dit Frédéric « c’est la vitesse de réapparition des espèces spontanées ainsi que de leurs relations. Par exemple, les espèces parasites des insectes arrivent très rapidement à plusieurs mètres de hauteur. Il y a une rapidité d’installation d’un écosystème fonctionnel et d’une chaîne alimentaire associée ».

(...)

http://vigienature.m...its-vegetalises

Cette étude me semble confirmer l'excessive minéralisation de la plupart des toits végétalisés réalisés par des professionnels en France. Constat que je fais malheureusement trop souvent de visu, y compris dans la moitié sud.

On est bien loin des 175 espèces végétales indigènes recensées à Genève et à Zurich ! (voir ici et )



#226 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15380 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 03 aot 2016 - 14:48

"  tout comme pour les plantes, plus le sol est profond sur un toit, plus la diversité en invertébrés, tels qu’insectes et araignées, l’est aussi. "

Il faut donc encourager, les constructeurs et les propriétaires à investir dans des structures constructives plus solides et capables de recevoir des épaisseurs de sol plus importantes.

La course à la "minceur" n'est pas la solution.  ;)

 

Ceci dit, un inventaire faune et flore bien mené révèlera beaucoup plus d'espèces qu'un regard rapide et peu compétent.

On peut le réaliser à chaque saison, soit 4 fois dans l'année. C'est encore plus instructif.


  • Tis aime ceci

#227 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 26 dcembre 2017 - 16:58

Un autre exemple intéressant, à 1100m d'altitude dans les Pyrénées, montre comment il est possible de rénover à moindre frais une toiture :
 

Après de nombreuses réflexions nous décidons d’expérimenter un toiture végétalisée de 45° de pente. C’est d’ordinaire déconseillé à plus de 35° mais nous prenons exemple sur les toitures norvégiennes couvertes de plaques d’herbe.

En images, la pose de la charpente, couverte de tôle ondulée puis d’un film étanchéifiant en PE.

Pour aider les végétaux à se fixer nous posons conjointement du grillage à poule et des pannes en acacia pour limiter le glissement de la terre. Les plaques d’herbe sont découpées aux alentours. Ces plaques prélevés sur place sont « pré-tissés » par la nature, ne demandent aucune énergie nécessaire à leur fabrication, sont faciles à prélever puis à poser. Une très petite épaisseur de substrat prélevé avec les plaques, de 5 à 10cm suffit. L’acclimatation est ainsi immédiate. Le système s’auto-fertilise comme une prairie de montagne.

L’isolation thermique assurée par la terre et l’herbe évite les déphasages thermique, nous ne constaterons pas de point de rosé sur la tôle ondulée à l’intérieur.
 

1514302171.jpg


La couverture à parfaitement résisté à la neige et aux grosses pluies de printemps.

https://grangeforain...re-vegetalisee/
 

La toiture test végétalisée* de 15m2 à 45° de pente  que nous avons conçu il y a exactement un an ne se détériore pas. Elle s’embellit au fil du temps, le biotope végétal s’enrichit, et s’équilibre. Les plantes gourmandes en eau se concentrent sur le bas du toit et les plantes plus rocailleuses sur le haut. Elles se distribuent à chaque étage à l’image d’une montagne miniature.

 

1514302719.jpg

 
La toiture végétalisée représente une excellente solution d’isolation thermique la terre est également un excellent isolant phonique.
Elle protège l’étanchéité sous elle par le fait que les matériaux imperméabilisants résistent plus longtemps à l’abri des ultraviolets et du rayonnement thermique solaire.
Les substrats utilisés permettent de filtrer les eaux de pluie, ce qui favorise la régulation des débits hydriques.
Elle offre un lieu d’accueil et de la nourriture aux oiseaux. Sur notre toit les chardonnerets picorent à loisir les graminées.
Elle réintègre esthétiquement le bâtit dans son milieu.
 
Le toit végétalisé est à l’automne très proche du traditionnel toit de chaume. A toute saison il se fond dans le paysage et crée un très bon plan de continuité visuelle entre le minéral des murs et les prairies environnantes. Nous aimerions tester à grande échelle ce type de toiture, parce qu’elle représente aujourd’hui le choix le plus cohérent en terme de développement durable et propose une alternative au choix historiciste actuel (chaume,ardoise ou tôle).

https://grangeforain...ges-de-montagne
 
+ d'infos et de photos sur le blog.



#228 _hao-bao-Fanch29_

_hao-bao-Fanch29_

Posté 26 dcembre 2017 - 20:51

je suis trèèèèèès tenté d'essayer, je dois faire une cabane dans mon verger, et le prélèvement des touffes d'herbe sera l'occasion de créer le potager. Et j'aurai le toit de ma maison en rénovation à réutiliser. J'ai tout à disposition sauf les compéténces et un camion! :-(



#229 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 28 dcembre 2017 - 16:42

Il n'y a pas de problème... il n'y a que des solutions !

Le camion peut être emprunté, avec ou sans chauffeur, à un proche en échange d'un coup de main.

Pour les compétences c'est en forgeant qu'on devient forgeron et en construisant, par exemple, un abri pour son tas de bûches qu'on peut se lancer dans la charpente rudimentaire d'un toit à un seul pan.



#230 _hao-bao-Fanch29_

_hao-bao-Fanch29_

Posté 18 janvier 2018 - 22:43

Tis, c'est exactement ce que je vais faire, commencer par le commencement et apprendre en faisant ;-)



#231 _hao-bao-Fanch29_

_hao-bao-Fanch29_

Posté 19 janvier 2018 - 08:07

Je viens d'entendre dans "la tête au carré" qu'ils ont trouvé une truffe sur un toit végétalisé de Paris, au pied d'un charme. Et ça n'était pas Anne Hidalgo!



#232 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7524 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 06 juillet 2019 - 11:44

Comme souvent, en cherchant autre chose, j'ai repéré cet autre exemple montagnard qui est situé à 1920 m d'altitude, dans les Alpes, sur une cave en pierre dont le toit plat est en béton
 

1562410577.jpg 
http://www.refuges.i...ortain/La-Cave/