Aller au contenu


Photo

Torchis et colombages


  • Veuillez vous connecter pour répondre
68 réponses à ce sujet

#61 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 277 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 25 mai 2011 - 22:42

Nous avons donc plusieurs points en commun, dont ces responsabilités associatives pour la préservation d'un patrimoine locale toujours en péril.
Je sévis depuis plus de 30 ans en Sarthe. Il y a assez de terres argileuses pour la poterie et le bâtiment. On cuisait briques, tuiles et céramiques. On bâtissait en terre, il en reste peu de chose, mais souvent de beaux éléments. Ceux restaurés dans le vieux Mans ont retrouvé belle allure.
j'aime en particulier cette petite chose suspendue par dessus une ruelle; à la fenêtre on peut apercevoir dans la réalité, l'ours le plus photographié de toute la Sarthe.
Image IPB

#62 j.mouche

j.mouche

    Stagiaire Balai/ Toile à pavés

  • Membres
  • 778 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Au bout de son marteau
  • Intérêts:Auto-construction ; écologie ; géologie ; toponymie ; histoire

Posté 22 aot 2011 - 08:43

Bonjour les gens,

Du nouveau de la maison et de son torchis,
Je suis actuellement en vacances, ouf! j'apprécie au calme l'architecture caractéristique des maisons des causses (Gorges Tarn et Jonte).

Cependant, avant les vacances, nous avons latté tous les colombages de notre maison ; désespéré 10 jours avant le départ en vacances, aucune latte n'était posée, et pire! aucune rainure n'était taillée dans le chêne. Nous avons réussi le tour de force de tout rainurer à la main et clouer les lattes de châtaigner à 3 (ma femme, un excellent ami GROS MERCI A EUX, et moi même), en 6 jours. Je ne sais toujours pas mettre de photos ici, mais je peux vous dire que c'est beau!

Nous partîmes sereins, courbaturés, mais sereins!

La date du chantier "2ème couche de terre" est prévue les 24-25 septembre prochains. Pour ma part et dès le retour de vacances je pose les torches, je ne dois pas dépasser la date fatidique du 8 septembre (débordement possible jusqu'au 10) car je souhaite que les torches stabilisent bien avant la grosse journée du 24, où une vingtaine d'amis viennent pour nous aider et accessoirement baffrer à la fin du chantier...

J'ai rentré toute ma paille (balle ronde pour le torchis et 300 ballots pour l'isolation), le lattis de châtaigner que, donc, nous avons posé aussitot (il m'en reste si vous avez besoin de petites quantités ; ndla : idéal pour les tuteurs à tomate!), l'abreuvoir et... c'est tout, mais c'est déjà pas mal! Nous avons également nettoyé intégralement le chantier et monté un échaffaudage securisé pour le pignon en colombages, reste plus qu'à bacher les pieds de murs pour les cochons qui en foutraient partout...


Bises à l'oeil

Jérôme

#63 j.mouche

j.mouche

    Stagiaire Balai/ Toile à pavés

  • Membres
  • 778 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Au bout de son marteau
  • Intérêts:Auto-construction ; écologie ; géologie ; toponymie ; histoire

Posté 16 novembre 2011 - 18:53

Bonjour à tous,

Cette fois ça y est, c'était en septembre, c'était une journée merveilleusement ensoleillée, trop peut etre? mais nous l'avons fait! toute le torchis est fait. éprouvant mais avec le recul c'était génial.

Nous avions posé toutes les torches 15 jours avant (après avoir fait le lattage) réquisitionné, baches pelles brouettes et seaux, le champ du voisin pour garer les autos et c'était parti.

Au plus fort de la journée nous étions 40 pour étaler 4m3 de torchis autant dire que ça l'a fait. Début à 9h00 fin à 17h00, c'était parfait. Tout le monde était content et le soir même certains furent beaucoup plus contents que d'autres (surtout après l'apéro plutot fourni)

Seuls bémols (car ils étaient plusieurs) : ma dalle béton s'est transformée en terre battue, mes colombages furent enduits de boue, et le plus grave... c'est l'importante rétractation constatée aujourd'hui

Les mélanges terre sable paille eau ne furent pas parfois correctement respéctés... du coup certains panneaux ont tendance à se décoller des torches et on constate pour tous une rétractation moyenne de 7mm sur toute la périphérie des panneaux, c'est chiant mais on verra ça au printemps...


Des idées sur la question?
Comment puis je faire pour l'enduit chaux qui va suivre? gobetis ou pas?

Bref, je prépare les futurs travaux


Bise à l'oeil


Jérôme

#64 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 277 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 16 novembre 2011 - 20:09

C'est si bien raconté qu'on s'y croirait!
Merci en tout cas de ces retours.

Question de détails… quelle épaisseur as-tu laissé pour la couche de mortier de chaux?
La couche de mortier est-elle traditionnellement arasée sur les colombages localement?

OUi il faudra brosser les colombages maculés d'argile avant la pose de l'enduit, pour ne pas risquer de le salir plus tard.
Les pluies d'automne vont dégrossir le boulot… enfin peut-être un peu. ;)

Pour l'accrochage de l'enduit sur le torchis, la surface de ce dernier doit être rugueuse, striée, voire ponctuée de trous fait du bout des doigts. On conserve les fentes de retrait: le mortier viendra les boucher et s'y accrocher.

Gobetis ou pas? Pour le mortier au plâtre je me souviens que c'était tout en un coup! Mais le plâtre prend vite.

#65 Yamabushi

Yamabushi
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bretagne(29)
  • Intérêts:Vivre sainement, l'élevage d'oiseaux, l'habitat bioclimatique autonome, l'autarcie mais pas reclus, ... et plein d'autres choses.

Posté 17 novembre 2011 - 01:37

Pour les amoureux des vieilles bâtisses, il y a des merveilles à sauver d'urgence de la disparition...

Celle-ci a été photographiée par Agnès Maillard, il y a 6 mois, à Sainte-Christie-d'Armagnac (Midi-Pyrénées), dont le maire Pierre Barrail cherche à sauver les monuments de son village, sans en avoir les moyens financiers.

:-o purée c'est à 2 km de chez moi ça, et je l'ai jamais vu !!!

Moi aussi je voudrais rénover une moitié de maison en colombage ... la maison de mes grands-parents, qui est délaissée depuis plus de 10 ans ... mon père par un coup de folie a décidé un jour de faire un appart sur la moitié de la maison ...
Résultat : des travaux à moitié commencés depuis 3 ans, avec de la laine de verre de partout, et qui tiens même pas, du placos bien dégueu qui a remplacé le double parquet en bois remplie à l'intérieur de terre, des fenêtres achetés toutes faites et qui bien sûr ne sont pas sur mesure sur le colombage donc de gros écarts et on voit la laine de verre de dehors ....
Et un toit qui va pas tarder à s'écrouler .. mais mon père doit le faire refaire ... mais il n'a consulté qu'un seul charpentier, qui n'est pas forcément habitué à travailler dans la rénovation, et qui lui a dit qu'il fallait un minimum de 50 000 euros :-o

Y a pas longtemps mon père m'a proposé de finir les travaux et de le louer ... je lui ai répondu que je vivrai pour rien au monde dans sa maison de cochon :siffle: Mais que par contre j'étais intéressée par l'autre moitié plus ou moins intacts, qui a toujours le planché en bois et les tommettes au sol ... faut dire que dans la famille on a pas que des lumières, parce que mon grand-père avait eu la géniale idée de modifier tout l'intérieur de la maison et l'extérieur de la maison ... c'est à dire de transformer la vieille cuisine à l'ancienne en chambre accessible de l'extérieur ... donc cloisons en parpaings, abimage du torchis extérieur au passage, et destruction du vieux four à pain qui était dans la cuisine. Puis d'enlever les tommettes pour les remplacer par des petits carreaux tout à fait hideux :tss: Et à l'extérieur il avait eu le génie d'enduire la maison d'une espèce de trucs gris dégueu en béton qui a fini par faire moisir toute une façade, ce qui a valu qu'il a viré le torchis et l'a remplacé par du béton sur la face sud :horreur_grosyeux:
Bref y a un très gros boulot pour que la partie que mon père n'a pas encore bousillé soi habitable !!! Surtout qu'elle est prise en sandwich entre la partie placo-laine de verre et un vieux chai à armagnac vide

Je voulais savoir par rapport à la toiture ... sur une grande maison paysanne à colombage de deux étages ( trois en comptant le rez de chaussée) vous croyez que 50 000€ c'est raisonnable ? Et est-ce qu'il y a des organismes experts en matière de rénovations qu'on peut consulter ?


Je ne sais pas en quoi est la couverture de cette maison mais j'ai refait la toiture complete de ma maison en meuse. Je n'ai gardé que les poutres maitresses.
Pour ue toiture de presque 300m2, j'en ai eu pour 7000€ de matiere. Par contre, j'ai tout fait moi meme.

#66 j.mouche

j.mouche

    Stagiaire Balai/ Toile à pavés

  • Membres
  • 778 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Au bout de son marteau
  • Intérêts:Auto-construction ; écologie ; géologie ; toponymie ; histoire

Posté 03 dcembre 2011 - 16:38

Bonjour à tous,

Floyd : Alors heu tout le torchis es griffé, chacun y étant allé de son dessin, des signatures, des étoiles, un poulpe, une baleine, des motifs africains... plus les fentes, je pense que l'enduit devrait accrocher. Localement il n'y a pas vraiment de regles, ou plutot il y a de tout, je vois des enduits affleurer avec les combages ou en saillie, quand c'est en retrait c'est qu'il s'agit d'un remplissage autre que du torchis (bétons briques creuses siporex... la connerie n'a pas de limite...). Pour ma par il y en théorie 1 cm de retrait pour l'enduit, mais certains on laissé un peu plus, du coup je referais peut etre de la retouche en avril aux beaux jours.

Bises à l'oeil

#67 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 15 277 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 03 dcembre 2011 - 16:56

J'imagine la tête des archéologues, un jour lointain, s'ils découvrent cette galerie de décors…

Un centimètre ou deux, ça convient pour l'enduit de mortier, ne change rien, n'ajoute rien.
Arasé c'est simple, rapide et sans discussion!

Finition talochée puis un très léger brossage à la balayette humide.

#68 j.mouche

j.mouche

    Stagiaire Balai/ Toile à pavés

  • Membres
  • 778 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Au bout de son marteau
  • Intérêts:Auto-construction ; écologie ; géologie ; toponymie ; histoire

Posté 03 dcembre 2011 - 17:11

Bien chef!

quel mélange? Gobetis ou pas?

#69 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 407 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 17 dcembre 2019 - 14:46

Bretagne: Les emblématiques maisons à pan de bois dévoilent leurs secrets
PATRIMOINE Un livre dévoile les secrets de ce « patrimoine insoupçonné » qui est l’une des richesses de Rennes et ses alentours
Camille Allain - Publié le 28/11/19
 
On les trouve en Normandie, en Alsace, au Pays basque et bien évidemment en Bretagne. Construites à partir du XVe siècle, les maisons à pan de bois sont devenues les cartes postales de villes comme Rennes, Vannes, Quimper ou Dinan. Adulées par les photographes et les touristes mais parfois craintes par les autorités pour leur fragilité, les façades aux poutres colorées ont peu à peu été délaissées, la crainte du feu poussant les constructeurs à préférer la pierre au bois. Les siècles ont passé et les bâtisses sont restées. « Il est impératif que ce patrimoine ne disparaisse pas », insiste Gérard Lenain, président de Tiez Breiz, association de préservation du patrimoine bâti breton.

Pour mieux connaître son héritage, la région Bretagne a demandé à son service inventaire de recenser toutes les constructions à pan de bois du pays rennais. Un travail colossal mené depuis un peu moins de deux ans qui a débouché sur la publication du livre Architectures en pan de bois dans le pays rennais  qui vient de paraître. « Nous disposions d’études mais souvent anciennes, parfois incomplètes. C’est une architecture qui n’est pas très connue », assure Stéphanie Bardel, l’une des auteures.
 
Pour boucler cet inventaire très illustré, les spécialistes ont arpenté les bourgs de la métropole, à la recherche de structures en bois parfois cachées derrière des enduits. « Le bois faisait peur, à cause du risque d’incendie. Mais il a longtemps été utilisé car il présentait un rapport qualité prix plus intéressant que la pierre. Le granit, il fallait le faire venir de Bécherel et le transport coûtait extrêmement cher », précise Jean-Jacques Rioult.
 
« Aujourd’hui, on revient à ces matériaux naturels »
Les maisons à pan de bois offrent en plus l’avantage d’être rapides à monter. A l’aube du XXIe siècle, la technique semble même revenir à la mode. « Ces constructions ont été décriées par le passé. Mais on voit qu’aujourd’hui, on revient à ces matériaux naturels. Les techniques utilisant du bois, du chanvre ou de la terre font leur retour », ajoute Gérard Lenain, le président de Tiez Breiz.

Très visible dans la capitale bretonne, l’architecture à pan de bois s’est également répandue dans le pays rennais, sous l’impulsion de familles bourgeoises. « On appelait ça des retenues. Ces maisons leur servaient de lieu de villégiature à la campagne », détaille l’auteur Jean-Jacques Rioult. De nombreuses communes parmi lesquelles Chavagne, Melesse ou Saint-Sulpice-la-Forêt en portent encore les traces.
 
Grâce à leurs recherches, les auteurs ont également découvert que le bois utilisé pour façonner l’ossature des maisons n’était pas issu des forêts, mais plutôt de haies bocagères ou des talus qui entouraient les maisons. Nombre de talus ont disparu aujourd’hui. Mais les maisons restent.


L'article complet et photos : https://www.20minute...voilent-secrets

 

Juste un point de détail, ce mode de construction est beaucoup plus ancien et les villes gauloises antérieures à la conquête romaine étaient déjà bâties ainsi (souvent sur plusieurs étages, d'après les archéologues)..


  • FLOYD aime ceci