Aller au contenu


Photo

Arrachage de plan OGM


  • Veuillez vous connecter pour répondre
32 réponses à ce sujet

#21 jai

jai

Posté 25 septembre 2004 - 18:41

Traitement TV de l'action des faucheurs volontaires d'OGM du 25/09 :

Je viens de regarder le JT de France3, qui fait son ouverture sur la journée d'arrache de plans d'OGM : assez étonnament neutre, indique 15 blessés légers, et surtout, interview une vieille dame... J'ai trouvé que médiatiquement, ça donne une super image.

#22 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 407 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 02 octobre 2004 - 10:54

Le 30 septembre 2004 les faucheurs d'OGM ont reçu un soutien inattendu !

En voici un extrait :

Communiqué de presse du syndicat SUD Intérieur (membre de l’Union Syndicale G10 Solidaire, et dont le champ de syndicalisation est les salariés du ministère de l’intérieur, dont les policiers) relatif aux actions de "désobéissance civile" menées contre les OGM.

NON A L’UTILISATION DE LA FORCE PUBLIQUE POUR MUSELER LE DEBAT PUBLIC
[...]
SUD INTERIEUR :
- soutient les « faucheurs volontaires » dans leur démarche,
- rappelle l’article 12 de la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen affirmant que l’usage de la force publique se fait pour l’usage de tous et non en fonction de buts particuliers de certains (en l’espèce utiliser la force publique pour protéger les multinationales est une faute : la police n’a pas à être utilisée pour brider ceux contestant l’ordre libéral, grand destructeur de la planète),
- exige donc l’ouverture d’un débat public sur les OGM et la poursuite d’un réel moratoire à leur sujet (tant dans l’alimentation que dans l’expérimentation transgénique en champ ouvert).


SUD INTERIEUR déplore que ce type d’évènement ne fasse que creuser davantage le fossé entre les citoyens et leur police et que ceci est intolérable dans une démocratie.

Annick Coupé
Union syndicale G10 SOLIDAIRES


Source : www.altermonde.levillage.org


:) 8) :)

#23 Frido

Frido
  • Genre: Homme
  • Localisation:La Patrie
  • Intérêts:Écovillage, energie renouvelables, simplicité volontaire.spiritualité, animisme.

Posté 04 octobre 2004 - 12:50

Sauvons les OGM  !, par Michel Debrand
LE MONDE | 07.09.04
Le mauvais feuilleton de l'été a repris : déjà 64 % des essais au champ d'organismes génétiquement modifiés (OGM) ont été détruits. Pour la première fois, le 14 août, nos chercheurs, accompagnés de nombreux agriculteurs du Puy-de-Dôme, ont fait rempart de leur corps pour tenter de protéger leur travail. Devant cette détermination que personne n'attendait, les pouvoirs publics ont réagi en empêchant le 5 septembre une nouvelle destruction.

Cela suffira-t-il à éviter la déconfiture des biotechnologies françaises, qui rappelle celle de l'informatique il y a vingt ans ? En peu de temps, le panorama a tourné à la déroute, laissant les Etats-Unis entrer seuls, ou presque, dans l'"âge d'or" des sciences du vivant. Tout avait pourtant si bien commencé...

1980 : Léon Hirth est le premier à identifier la séquence d'un gène d'origine virale. 1985 : Luc Montagnier publie pour la première fois la séquence du virus du sida. 1990 : Jean Weissenbach et ses collaborateurs esquissent la première carte du génome humain. La France brille alors par ses découvertes... et son dynamisme.

La recherche publique fait alors des biotechnologies une priorité stratégique et des entreprises comme Rhône-Poulenc, Sanofi, Limagrain ou Transgene ouvrent des laboratoires. La France est aussi la première, en 1986, à établir des règles encadrant les expérimentations en plein champ sur les plantes génétiquement modifiées. A cette époque, il y a autant d'essais réalisés en France sur les plantes génétiquement modifiées qu'aux Etats-Unis. Rhône-Poulenc, en partenariat avec la Seita, homologue, en première mondiale, un tabac génétiquement modifié.

Depuis, le groupe Rhône- Poulenc a disparu dans l'indifférence générale, emporté par une vague anonyme de mondialisation. Malgré la lueur d'espoir créée par la fusion Sanofi-Aventis, tous les indicateurs sont à la baisse. La recherche pharmaceutique est en perte inquiétante de vitesse à l'heure où les experts annoncent que, dans dix ans, un médicament sur deux sera issu du génie génétique. Combien seront mis au point en France ?

En agriculture, la situation est catastrophique : on a définitivement jeté l'anathème sur les OGM - ce poison venu d'Amérique. Plus personne ne sait que la France est (encore) le deuxième exportateur mondial de productions agricoles et qu'elle détient l'une des toutes premières industries agroalimentaires. Comment imaginer que notre pays tienne longtemps son rang alors que l'innovation se fait ailleurs, aux Etats-Unis, en Chine, en Afrique du Sud ? Comment rester compétitifs alors que nos régions tentent d'interdire, les unes après les autres, les essais de recherche en plein champ ?

Il est de bon ton, en France, de mettre en avant tout ce que la science peut générer comme dérives. Que n'a-t-on lu sur la Frankenfood, les fraises au saumon, Terminator, le clonage ! Les innombrables articles écrits pour faire peur à l'opinion publique pourraient alimenter un bêtisier du même niveau que ce qu'on a pu écrire au moment de l'apparition du chemin de fer. Contrairement aux Anglo-Saxons, qui présentent régulièrement le potentiel offert par les biotechnologies en mesurant la balance bénéfices-risques, nos politiques, à de trop rares exceptions, ont préféré céder aux gesticulations et menaces d'une poignée d'activistes agissant au nom d'un "environnement sain".

Etrange retour de l'histoire : déjà en 1948, la France connaît un débat passionné sur la génétique autour des étranges théories véhiculées par le citoyen soviétique Lyssenko. A l'heure actuelle, combien de néo-Lyssenko et de gourous prêchent le catastrophisme en accusant leurs opposants de suppôts des multinationales ou des lobbies ? Combien de prophètes de malheur donnent le ton en France sur l'écologie et l'environnement, sans que personne prenne soin de vérifier la réalité des arguments qu'ils mettent en avant ? Il suffit de se rappeler l'accueil que reçut le rapport de l'Académie des sciences sur les plantes génétiquement modifiées : la probité et l'honnêteté intellectuelle des académiciens furent immédiatement mises en cause.

Il est quasiment impossible désormais de réaliser des expérimentations dans des conditions normales. C'est vrai dans le domaine pharmaceutique - où l'on a besoin d'expérimenter sur des cellules souches - comme dans le domaine végétal, où l'on teste des plantes en plein champ. Entre les demandes d'autorisation pour semer qui n'arrivent qu'en juillet alors que les semis doivent être réalisés en mai, l'affichage sur les sites Internet du ministère de l'agriculture des lieux d'implantation, qui facilite le travail des destructeurs, et le principe de précaution brandi à tort et à travers, les chercheurs français n'ont plus qu'une alternative : s'autocensurer ou décider d'aller travailler ailleurs.

Si l'engouement français pour les biotechnologies s'est rapidement émoussé, c'est enfin à cause de ce moratoire européen imposé depuis 1999 sur la culture et la commercialisation des plantes génétiquement modifiées. Privées de marché intérieur, les entreprises se sont délocalisées, les investisseurs se dont détournés des biotechnologies, asséchant les fonds pour la création de nouvelles entreprises. Récemment, sous la pression américaine, le moratoire a été levé. Mais l'horizon reste bouché : l'Europe a mis en place des conditions tellement restrictives pour cultiver des plantes génétiquement modifiées que plus aucun acteur n'osera se lancer dans leur culture.

67 millions d'hectares d'OGM sont déjà cultivés sur la planète, avec des progressions à deux chiffres d'une année sur l'autre. Partout, sauf en Europe, les avantages de ces plantes améliorées sont reconnus, leur principal atout étant de réduire les épandages de pesticides. Ce progrès écologique embarrasse les organisations anti-OGM qui agissent au nom de l'environnement. Elles en arrivent à se voiler la face et à tordre la vérité pour nier des évidences. Du néolyssenkisme dans toute sa misère.

Le résultat de cette politique de Gribouille est que l'Europe ne peut empêcher l'importation massive de récoltes américaines produites avec des OGM alors qu'elle s'est pratiquement interdit d'en produire. Les agriculteurs européens en sont réduits à continuer à travailler avec des techniques qui vont devenir très vite obsolètes, et surtout bien plus polluantes pour l'environnement.

Avec ces incohérences et cette succession d'aveuglements collectifs, l'Europe a déjà pris dix ans de retard. L'innovation en biotechnologie est passée dans d'autres mains. Saura-t-on avoir le sursaut nécessaire pour redresser la barre ? A défaut d'un signal fort des pouvoirs publics, les rares entreprises européennes encore en activité envisagent, elles aussi, de traverser l'Atlantique.

La seule et unique entreprise française de biotechnologie végétale créée par et pour les agriculteurs doit travailler en France pour mettre au point des plantes adaptées à nos sols et nos terroirs. Le pourra-t-elle ? A une condition : qu'on en finisse avec ces destructions.

Michel Debrand est directeur général de Biogemma, société qui mutualise les recherches des principales coopératives et entreprises de la filièreagricole française.


• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 08.09.04

#24 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 04 octobre 2004 - 14:10

Depuis, le groupe Rhône- Poulenc a disparu dans l'indifférence générale, emporté par une vague anonyme de mondialisation. Malgré la lueur d'espoir créée par la fusion Sanofi-Aventis, tous les indicateurs sont à la baisse. La recherche pharmaceutique est en perte inquiétante de vitesse à l'heure où les experts annoncent que, dans dix ans, un médicament sur deux sera issu du génie génétique. Combien seront mis au point en France ?


Non sans blague ! Il a peur de rien lui !!!
D'ici a ce qu'on finisse par prouver que c'est justement le tabac OGM qui rend les gens dépendants au tabac !!
Bref... je voulais juste souligner ce passage qui est un gros mensonge éhonté.
Ne pleurez pas sur les millions d'euros de bénéfice de l'industrie pharmaceutique française.
Rhone Poulenc a disparu ?? Depuis quand ? Depuis qu'ils ont fait une fusion avec Hoestch Marion Roussel. Ca s'appelle du business, de la finance... C'était pas une OPA c'était une fusion volontaire et murement réfléchie : personne n'a forcé RP à le faire, ca leur permettait de faire de plus gros bénéfices. Et ca continue aujourd'hui. Le recentrage se fait sur ce qui est le plus rentable.
Il pleure sur quoi ce monsieur ? Sur le fait que les français en ont ras le bol de se laisser empoisonner sans rien dire...
Il voudrait que chacun se taise pour que l'industrie se porte mieux ??? 8)
Il fait pitié avec ses arguments fallacieux : qu'il empoisonne ses enfants et qu'il foute la peine aux autres :)

Shivaya

#25 akktarius

akktarius
  • Localisation:rennes

Posté 04 octobre 2004 - 14:30

Sauvons les OGM  !, par Michel Debrand
LE MONDE | 07.09.04
Le mauvais feuilleton de l'été a repris : déjà 64 % des essais au champ d'organismes génétiquement modifiés (OGM) ont été détruits ...

Cela suffira-t-il à éviter la déconfiture des biotechnologies françaises, qui rappelle celle de l'informatique il y a vingt ans ? En peu de temps, le panorama a tourné à la déroute, laissant les Etats-Unis entrer seuls, ou presque, dans l'"âge d'or" des sciences du vivant. Tout avait pourtant si bien commencé...

Il est quasiment impossible désormais de réaliser des expérimentations dans des conditions normales
...
Le résultat de cette politique de Gribouille est que l'Europe ne peut empêcher l'importation massive de récoltes américaines produites avec des OGM alors qu'elle s'est pratiquement interdit d'en produire. Les agriculteurs européens en sont réduits à continuer à travailler avec des techniques qui vont devenir très vite obsolètes, et surtout bien plus polluantes pour l'environnement.

Michel Debrand est directeur général de Biogemma, société qui mutualise les recherches des principales coopératives et entreprises de la filièreagricole française.

• ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 08.09.04

c'est le genre d'article qui énerve ... :)
c prévu pour quand le démontage des locaux de la biogemma ? 8)

la partie la plus révélatrice de sa pensée, c'est quand il compare avec l'informatique : "depechons nous de développer les OGMs pour prendre des parts de marché le plus vite possible !"

sinon 64% des essais détruits, c'est bien, je pensais pas que c'était autant.
et le champ de solomiac, il est toujours gardé ?

#26 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 04 octobre 2004 - 18:20

Les champs sont rarement détruit lors des journées de fauchages médiatiques...
Ca se pratique beaucoup de nuit et en petit comité... et c'est sur que c'est plus efficace 8)
Comme dit le monsieur plus haut, les champs sont indiqués sur un site internet du ministère...


Shivaya

#27 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 10 octobre 2004 - 20:40

Si vous êtes dans le coin :

Auto fauchage symbolique d'une parcelle de maïs biologique contaminée par un champ OGM voisin,
sur la commune de PESSOULENS (32).

Rendez vous MERCREDI 13 OCTOBRE À 18 HEURES

GABB 32 : 05 62 61 77 55 - gabb32@wanadoo.fr


Là il n'y aura pas de CRS puisque que c'est le proprio du champs qui demande de l'aide pour détruire sa récolte.

Shivaya

#28 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 11 octobre 2004 - 10:25

Comment se fait il que c'est le proprio qui le demande : lui aurait on pris son champ sans son autorisation ??? :D ou aurait il mis des semences OGM alors qu'il n'était pas au courant ??? :bravooo:

Sinon ou est il possible d'avoir des infos (dates) sur le fauchage car je ne pense pas que cela sois affiché publiquement sur le site de la confederation paysanne ... ??? en attendant je vais contacter par mail le gars :na:

#29 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 11 octobre 2004 - 10:29

Ce proriétaire avait un champs bio.
Malheureusement, un semencier transgénique a planté un champs à qques km du champs bio.
Avec la pollénisation, le vent... le champs bio a été contaminé (le proprio a du faire des études sur sa parcelle)
Du coup, pour protester, il invite des volontaires à détruire sa parcelle qui de toute manière ne pourra plus être vendu en bio.
Lui n'a plus rien à perdre : il a déjà tout perdu :bravooo:

Pour la date et le lieu, tout est indiqué dans le précédant post :na:

#30 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 11 octobre 2004 - 10:59

wouai ! ok ! Je vois le truc ... C'est vraiment de la m**** ces OGMs . *Quand je pense que je vais regulierement en coop bio je n'ai pas envie d'ogm dans mes plats :bravooo: .
Encore une fois : ces OGM sont des dangers !!!

#31 _Shivaya_

_Shivaya_

Posté 12 octobre 2004 - 10:37

OGM : Assemblée générale des Faucheurs volontaires, les 6 et 7 novembre, Toulouse, et procès le lundi 8 novembre 2004 au Palais de Justice de Toulouse

Le procès des faucheurs volontaires d'OGM (suite au fauchage de Menville le 25 juillet 2004) aura lieu le lundi 8 novembre 2004 à Toulouse. Un rassemblement est prévu devant le Palais de justice de Toulouse, entre 8h et 9h.

9 militants sont convoqués (Noel Mamère, Gérard Onesta, Pierre Labeyrie, François Simon, Gilles Lemaire, José Bové, Jean Baptiste Libouban, Michel Daverat et Jean-Aimé Gravat), choisis pour des raisons d'opportunité parmi le millier de participants à l'action.

Tout au long du week-end qui précède, le collectif des faucheurs volontaires d'Ogm organise une Assemblée générale à Toulouse, le samedi après midi et le dimanche matin. Une fête est prévue le dimanche soir à Ramonville).

Les militant(e)s écologistes et anti-OGM sont convié(e)s aux différentes activités qui seront organisées autour de ce procès.

Contact :
Collectif de faucheurs volontaires, Tél : 05.65.59.14.36/ 06 86 40 10 72
faucheurs.ogm@laposte.net
http://www.monde-solidaire.org

source : mail hebdo Agir pour l'environnement