Aller au contenu


Photo

Faire reverdir le désert


  • Veuillez vous connecter pour répondre
93 réponses à ce sujet

#41 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 158 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 29 juin 2008 - 08:06

Il ne suffit pas de choisir des espèces d'arbres en fonction du type de sol et de climat; il faut aussi qu'ils soient locaux et qu'on cesse les plantations monoculturales massives car sinon on risque de perturber gravement le milieu :

 

 

Au Burkina Faso, les scientifiques [de l'Inera] ont pu montrer, dans des conditions expérimentales contrôlées, que le développement d'E. camaldulensis, l'espèce d'eucalyptus la plus plantée dans le monde, en dehors de son aire d'origine, réduisait significativement la diversité des communautés de champignons mycorhiziens indispensables au bon fonctionnement de l'écosystème.
Cet effet négatif a également été mis en évidence dans le sol d'une plantation sénégalaise d'Acacia holosericea où, quelques mois à peine après son introduction, les caractéristiques microbiennes du sol ont été totalement transformées. Cette essence à croissance rapide a en effet sélectionné certaines espèces de champignons mycorhiziens et de bactéries du genre Rhizobium, aboutissant à une réduction de la diversité spécifique de ces peuplements d'organismes symbiotiques.
Alors que la distribution des espèces de champignons mycorhiziens était équilibrée dans le sol prélevé aux alentours de la plantation d'A. holosericea, le décompte de spores fongiques issues du sol de la plantation a révélé la prédominance d'une espèce et donc un déséquilibre profond dans la composition de la communauté de champignons mycorhiziens. Sachant que la productivité d'un écosystème végétal est étroitement dépendante de la diversité mycorhizienne d'un sol, l'acacia australien risque de créer un nouvel écosystème dont les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques ne seront pas nécessairement favorables à la re-colonisation du milieu par les espèces natives.
L'étude a également pu démontrer que les milieux conditionnés par cette essence étaient peu résistants aux stress hydrique et thermique. Dans un contexte de changement climatique global, de tels milieux pourraient donc voir leur activité microbienne chuter fortement et perdre ainsi leur capacité à assurer le développement de la couverture végétale.

http://www.ird.fr/fr...2008/fas296.pdf


Modifié par Tis, 10 mai 2014 - 10:40 .


#42 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 29 juin 2008 - 10:34

Nous sommes bien d'accord Tis, il n'y a pas d'espèce miracle, par contre il y a des importations qui génèrent plus de problèmes qu'elles n'apportent de solutions.
Ce qui rejoint le soucis franco-français du Robinia pseudoacacia que j'évoquais plus haut.

Je remarquerai que le topic a montré l'existence de techniques locales ou non, d'espèces locales ou non, de techniciens locaux… ou non.
La conclusion qui semble se dégager met une fois encore en avant l'intérêt de penser et d'agir localement…

#43 chatelot16

chatelot16
  • Genre: Homme

Posté 29 juin 2008 - 12:22

evidement il y a 2 solution

1) laisser la diversité naturelle et attendre

2) introduire artificiellement les espece que l'on croit etre bonne

mais quand on parle de verdir le desert , c'est que la nature seule n'y arrive pas : dès que l'on introduit une nouvelle plante on modifie tout : et il faudra donc assumer la suite , corriger un par un tous les problemes qui se poseront ensuite

laisser faire la nature c'est facile a dire en france , ou la moindre parcelle de terre abandoné a elle meme se transforme en foret ...

#44 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 29 juin 2008 - 15:03

"Penser et agir localement", ça veut dire réfléchir, tester puis gérer la mise en œuvre des premières solutions. Ca veut dire également que les gens du pays avec leurs savoir-faire et avec l'appui de conseillers soient totalement impliqués dans la suite des opérations. De la collecte de graines jusqu'à …

#45 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 158 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 29 juin 2008 - 15:44

:D

C'est ce que propose d'ailleurs cette étude :

Divers modes de régénération de Guiera senegalensis J.F. Gmel. et de Combretum micranthum G. Don, espèces très répandues et économiquement importantes notamment dans les brousses tigrées et les jachères d'Afrique de l'Ouest, sont étudiés au Burkina Faso et au Niger. Après la germination des graines, la survie des semis naturels est le plus souvent compromise par les aléas climatiques. Mais les branches des arbres plus âgés en contact continu avec le sol s'enracinent très fréquemment durant la courte saison des pluies. Le taux de marcottage varie notamment suivant l'espèce, la micro-topographie et la mise en culture des stations observées. Les branches plagiotropes accentuent ce phénomène, notamment sur des pentes fortes. Divers traumatismes, tels que le bris de branches, les arcures, le recouvrement par des sédiments peuvent le stimuler. Au vu de ces premières observations empiriques, il serait intéressant d'expérimenter l'induction du marcottage terrestre (par couchage et buttage), notamment chez ces deux espèces (pour ensuite l'étendre à d'autres espèces). Ce mode de régénération permet de conserver le potentiel génétique et d'augmenter à très faible coût la densité des ligneux et les productions de bois et d'autres coproduits de ces formations forestières. En zones semi-arides, la méthode de revégétalisation par voie végétative, notamment par le marcottage terrestre, est très économique, au vu des investissements en temps de travail. Ceux-ci sont modestes comparés à d'autres techniques telles que les semis artificiels et les plantations. Cette méthode est de plus réplicable selon les habitudes des populations locales.

L'article complet est ici : http://www.secheress...id_article=2342

#46 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 29 juin 2008 - 16:02

Une remarquable publication scientifique, un modèle du genre.
L'afrique ne doit plus perdre ni la main d'œuvre ni la matière grise dont elle a tant besoin pour accéder à un développement soutenable.

#47 nicole sa tribu et sa ménagerie

nicole sa tribu et sa ménagerie

    deux mains gauches

  • Membres
  • 1 408 messages

Posté 29 juin 2008 - 22:38

Au fond de moi, je pense que n'importe quel arbre adapté fait l'affaire, le tout est de mettre beaucoup d'espèces.

L'arbre qui pose problème c'est l'acacia?
J'en rêve, je récupère les branches d'une voisine, j'ai des rejets que j'entretiens "amoureusement" pour faire du brf.

#48 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 29 juin 2008 - 23:01

Bon, c'est bien parce que c'est toi, mais t'es prévenue…

#49 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 158 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 30 juin 2008 - 11:14

Certains considèrent le robinier comme une ressource plutôt qu'une nuisance :

Le Robinier, communément dénommé faux acacia, pourrait bel et bien offrir une alternative crédible à l'utilisation des bois exotiques, comme le teck ou l'iroko, en exterieur (terrasses) ou en intérieur (parquet). C'est en tous les cas le pari de la société Alternabois, basée en Gironde. Avec 8000 hectares de robiniers plantés, la région a de quoi fournir une industrie demandeuse. A l'heure où les couts de transport augmentent, et les préocupations environnementales se font pressantes, la pertinence du retour à des bois locaux se renforce. Avec une croissance plus rapide que les éternels chênes et chataigners, le robinier offre les mêmes avantages : dureté et résistance aux agressions.
http://www.ecolopop....e-bois-exotique

Le débat qui suit cette brève est un peu houleux mais très intéressant.
On y trouve entre autres une info à vérifier : son écorce serait toxique pour les chevaux.

Modifié par Tis, 10 mai 2014 - 10:28 .


#50 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 30 juin 2008 - 11:59

Houleux? on a connu pire.
Enfin je pense que le cœur de l'info y était.

La toxicité de l'écorce, désolé jamais entendu parlé.
En matière de piquet, préféré les pieux écorcés plus faciles à clouer de façon durable, et plus propres d'aspect.

Le chataignier peut être conduit en "grumettes" aptes au sciage pour fabriquer les lattes. Les techniciens forestiers diffusent le message et les savoir-faire nécessaires.

#51 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 158 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 01 juillet 2008 - 06:59

C'est parce que je n'en avais jamais entendu parlé auparavant que j'ai mis cette info au conditionnel.
En fait, après une petite recherche sur différents sites sur les plantes toxiques, elle est confirmée et décrite pour les enfants, les bovins, ovins, chevaux et volailles.
Que ce soit à partir d'ingestion d'écorce, de jeunes pousses, de graines ou de racines.
Seules les fleurs seraient comestibles, en beignet et en sirop.
Voir par exemple:
http://www.cbif.gc.c..._x=px&p_lang=fr
http://www.vegetox.e...l/Robinier.html

Pour les vrais acacias, ils sont tellement nombreux qu'ils ont des propriétés très différentes les uns des autres.
Il est donc préférable de les choisir après avoir bien étudié leurs fiches botaniques, pour évaluer leurs avantages et inconvénients.


Le chataignier peut être conduit en "grumettes" aptes au sciage pour fabriquer les lattes.

Je n'ai pas compris ce que tu veux dire.

#52 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 01 juillet 2008 - 09:33

Grumette pour petite grume. Une grume c'est ce qui reste d'utilisable d'un arbre pour le sciage, on dit aussi la bille.

Le chataignier est très souvent conduit en taillis pour l'approvisionnement en pieux et en perches pour clôture. Sa vitesse de croissance et l'absence d'aubier en font un bois recherché (comme autrefois) pour la charpente, les lambris, les bardeaux.

Il faut alors des diamètres plus importants, de 25 à 40 cm. C'est en matière de développement durable une façon de valoriser mieux les taillis de chataigniers.

#53 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 158 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 01 juillet 2008 - 10:42

OK. Je connaissais les termes mais ne voyais pas ce que tu voulais dire car il me semblait qu'on utilisait les arbres de futaie pour faire des planches ou des lattes larges et le taillis de recépage pour les autres usages.
En fait c'est plus compliqué !
Ce que tu évoques c'est le genre de conseils qu'on trouve sur ces sites ?
http://www.crpf-poit...chataignier.pdf
http://lechataignier...ylviculture.htm

#54 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 01 juillet 2008 - 11:48

Je ne doutais pas de tes immenses connaissances, Tis.

Les deux liens donnent des indications très techniques, il est vrai.
La pratique est très documentée parce qu'il s'agit de convaincre des propriétaires d'adopter une gestion plus "fine" de leurs parcelles.

Le rôle du technicien forestier se trouve ainsi mieux justifié!

Pour fabriquer des bardeaux de couverture ou d'essentage, on doit disposer de billons de 25 cm de diamètre et de 33 cm de hauteur. Le fil du bois doit être le plus droit possible, sans nœuds bien sûr. Qui pratique ce savoir faire?

#55 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 513 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 01 juillet 2008 - 18:43

Un bon article sur les replantations d'un site dégradé en Thaïlande.
Une leçon de management!

Voir aussi le niveau en "A" pour être certain de planter sur des courbes de niveaux.
http://www.fao.org/d...5f/y2795f10.htm

#56 komj'peu

komj'peu
  • Localisation:Bourgogne 71 entre prés et vignes
  • Intérêts:<br>juste un rêve pour vivre

Posté 02 juillet 2008 - 08:22

http://www.farmradio.../radio-scripts/

ce cites a en archives de courts textes présentant des réussites à reproduire ....

#57 komj'peu

komj'peu
  • Localisation:Bourgogne 71 entre prés et vignes
  • Intérêts:<br>juste un rêve pour vivre

Posté 02 juillet 2008 - 08:37

sur la 5 dans l'émission des passeurs d'espoirs on rencontrait les acteurs au Rajasthan
de la mise au vert d'une région en voie de désertification et d'exode rural....
sur le site "on peut le faire "on peut lire l'article de journaliste http://www.france5.f...16769376-fr.php

même en faisant plusieurs recherches je n'ai pas retrouvé ce texte ...
mais en faisant une recherche goggle "Taxman Rajasthan " choisir la 8 ème entrée "main"
je vous invite à lire le compte rendu ....

"si une personne sincère commence à fournir des efforts celà en attire un... puis d'autres ...qui s'unissent pour l'aider "....le Radja Taxman

expérience universelle ....

belle journée à toi qui me lit , à toi qui me lie ..qui me relit , qui me relie à la Vie ....

#58 nicole sa tribu et sa ménagerie

nicole sa tribu et sa ménagerie

    deux mains gauches

  • Membres
  • 1 408 messages

Posté 30 juillet 2008 - 17:46

Un des principaux enjeux des années à venir en Afrique est de permettre à chaque famille d'assurer sa subsistance en cultivant un potager.
Certains individus ou associations se sont impliqués dans ce projet depuis plusieurs années et ont développé des idées qui méritent d'être connues et diffusées.  :sourire:
En voici quelques unes :

Le bocage sahélien

Irrigation raisonnée

La potion magique

Et apparemment ça marche : :sourire:

Le recul du désert

Fukuoka a écrit que pluie et arbres étaient liés...

En tous les cas, hasard ou pas: on replante les forêt, la pluie revient...

Modifié par nicole sa tribu et sa ménagerie, 30 juillet 2008 - 17:47 .


#59 samich

samich
  • Localisation:ici et ailleurs

Posté 31 juillet 2008 - 08:01

Chateaubriand a dit "les forets précède les hommes, les déserts les suivent"

les pluies reviennent sur des sites reboisés car l'humidité ambiante au lieu de passer au dessus d'une zone aride est arrêté par les couvert végétale.

l'arbre qui pose problème c'est l'acacias?


il faut reboiser des essences locales qui ne vont pas modifié les structures locales.

Au mali, burkina, beaucoup d' eucalyptus ont été reboisé. Si ils ont la capacité de grandir vite et de re-créer un couvert végétale en 2à 5 ans il faut reboiser des espèce locale qui vont prendre le relais car l'eucalyptus acidifie la terre avec ses feuilles et demandes beaucoup d'eau. L'avantage c'est qu'il pousse en plusieurs tronc et donc peut être exploité.
au mali terry bougou http://www.bourlingu...ali/page_08.htm a été dans son temps une réussite passé du désert à une foret. Seulement les eucalyptus n'ont pas été remplacé et quand on va sur place (on le voit sur les photos) les eucalyptus de 15-20 mètres laisses un sol sec où il n'est pas possible de cultiver les arachides ou le mil...

suit le conseil de l'ancien si tu ne gagnes rien tu ne perds rien écoutons les anciens....

Modifié par samich, 31 juillet 2008 - 08:13 .


#60 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 158 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 03 novembre 2009 - 17:35

Komj'peu est-ce cet article de Pierre Prakash que tu cherches ?

Le Rajasthan met le désert au vert