Aller au contenu


Photo

Abeilles, ruches, rucher...

abeilles ruches warré apiculture kéfir

  • Veuillez vous connecter pour répondre
181 réponses à ce sujet

#181 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 368 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 03 mai 2018 - 10:03

17 septembre 2012
Un kit d'extraction simplissime

Quand on démarre l'aventure des abeilles, c'est rarement avec 200 ruches...
Et lorsque l'on en a deux ou trois, largement suffisant pour sa consommation familiale (au sens large), on ne se sent pas forcément d'investir dans du matériel d'extraction onéreux, volumineux, et finalement utilisé peu de jours dans l'année...
On peut, bien sûr, profiter du matériel d'un "amipiculteur" proche, ou adhérer à une association proposant du matériel en commun.
 
Voilà une solution ultra-simple, à la portée de toutes les bourses, moins physique et moins chronophage que le pressage à la main, dont le matos est utilisable dans plein d'autres domaines également, et permettant la désoperculation, l'extraction et la maturation pour une récolte de trois cadres à la fois...
Cette solution miraculeuse, c'est...
Suspense !!
La Cocotte-Minute !
(ça vaut bien une majuscule !!)

Sa majesté, que vous choisirez d'une contenance de 10 litres, et pourquoi pas en inox, tant qu'à faire...
Euhhhh, c'est pas pour chauffer le miel, hein !!
Laissons cette merveille bien vivante, en extrayant à froid !
Le panier à pommes de terre bien calé au fond, introduisez un cadre dans cette merveille japonaise bourrée d'électronique ultra-intelligente...
Et c'est parti pour un grattage des alvéoles, jusqu'à la couche centrale, avec une grande cuillère, par exemple...
L'autre face est un peu plus délicate à gratter, car la couche centrale est plus fragile à ce moment-là sans le renfort des alvéoles au dos.
 
1525338091.jpg

Il y a bien des trous, mais les abeilles ne s'offusqueront pas le moins du monde de cela... Une fois le cadre remis en ruche, elles se feront un plaisir de boucher les trous, reconstruire les alvéoles et bien sûr y remettre du nectar.
Ce la laisse même la possibilité aux cirières de se décharger de leur butin de cire, parfois inutilisé quand on ne laisse pas de cadres à bâtir en pleine miellée, ce qui peut participer à déclencher un essaimage... Euh, je ne sais pas si c'est très clair, là...
 
Le cadre est encore un peu lourd de miel : un égouttage de quelques dizaines de minutes est utile ! (ou plus par temps très sec !!)
Le panier mis en position haute afin de laisser le miel percoler, et le couvercle une fois fermé, voilà l'outil multipass transformé en mâturateur...
Pensez à boucher le pitit trou à vapeur par un morceau de cire pour éviter l'invasion de fourmis...
Quelques jours plus tard, la cire est égouttée au dessus :
 
1525338164.jpg
 
et le miel bien propre dessous !
Si l'écume ne vous gène pas, c'est la mise en pot directe, à la louche par exemple...
Si vous vouler un miel irréprochable, enlevez l'écume avec cette astuce...
Et voilà le travail ! :)
Pratique, la cocotte !
Le jour où vous vous sentez limités en ne récoltant que 3 cadres à la fois, c'est que vous êtes mûrs pour passer  une étape plus conséquente... Signe de bonne santé du rucher, finalement !

 
+ de photos : http://bi-ne-drehu.o...-110175687.html



#182 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 368 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 19 octobre 2018 - 17:32

Le mur à miel de Vauluisant, patrimoine méconnu
Publié le 08/01/2016

1539966407.jpg
Le mur à miel est situé près du verger. © MILLAT Pierre

Parmi les dépendances de l'abbaye de Vauluisant à Courgenay, au sud-ouest des jardins, le visiteur peut découvrir une élégante construction nommée « mur à miel ». Cette partie discrète, et finalement peu connue du patrimoine de l'ancien établissement monastique, a été restaurée fin 2015 par l'entreprise de maçonnerie et charpente Jean-Claude Grand.
Il s'agit d'une construction vernaculaire d'environ douze mètres de long sur trois de large, couverte en ardoises et encadrée par deux petits bâtiments en retour. En façade, les maçons de l'époque ont inséré un curieux décor en bois d'une douzaine d'éléments représentant un décor stylisé d'arbres et de branches, du meilleur effet. De part et d'autre du décor, une quarantaine d'alvéoles ont été aménagées permettant le passage des abeilles et l'accès aux ruches.
La datation est aléatoire. Pour Hélène Sire, présidente de Résonances de Vauluisant, « le rucher ne figure pas sur les plans de l'abbaye levés par Léopold Javal à son arrivée à Vauluisant, en 1835, ce qui situerait son installation dans la seconde moitié du XIX e ».

https://www.lyonne.f...u_11730626.html


  • Panthera Pardhus aime ceci