Aller au contenu


Photo

Abeilles, ruches, rucher...

abeilles ruches warré apiculture kéfir

  • Veuillez vous connecter pour répondre
181 réponses à ce sujet

#41 geispe

geispe
  • Genre: Homme
  • Localisation:Strasbourg

Posté 04 septembre 2006 - 14:16

c'est le moment de les "capturer" et de leur offrir une ruche : elles s'y installeront la plupart du temps volontiers ...
mais c'est seulement au printemps et début de l'été que çà se passe come çà...
  • EugeneSox et BogdanGag aiment ceci

#42 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 440 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 05 octobre 2006 - 14:20

Il faut un grillage en fer, sinon les souris le rongent et pénètrent dans la ruche de 3mm², [à 4mm² l’abeille passe].

Je n'ai pas compris.

Bonobo, je ne comprends pas comment une souris peut passer dans un trou plus petit que celui qui est nécessaire à une abeille.

Par ailleurs que pensez-vous de la "ruche écologique" qui ne nécessiterait pas de traitement contre le varroa d'après ses auteurs ?
http://ruche-warre.levillage.org

#43 bonobo

bonobo

    Décroissant 100 beurre & 100 reproche

  • Membres
  • 132 messages
  • Localisation:rhône-alpes

Posté 05 octobre 2006 - 23:38

Les souris ne se permettent pas d'approcher une ruche en pleine saison, car il ya les gardiennes qui veillent dare/dare.
Mais pendant une partie de l'hiver, en dessous de 5° environ (à l'extèrieur), la grappe se forme trés compact, et les gardiennes délaissent l'entrée de la ruche. Pour que les avettes qui sont en périphérie de la grappe ne soient pas trop refroidies, elles vont faire des rotations du centre vers la périphérie de l'essaim. Les abeilles vont consommer du miel (en déplassant l'essaim entier entre les cadres) créer des vivrations et maintenir une température d'environ 20° au centre de l'essaim où se trouve la reine.

C'est cette chaleur qui attire les rongeurs opportunistes.
Les souris vont agrandir l'entrée de votre ruche, ou venir ronger votre grillage de fond de ruche si celui-ci est en plastique.

{Tis, c'est sur ce point que je me suis mal exprimé. Cela ne vient pas de la section du grillage, mais de sa composition. Il faut absolument qu'il soit en fer... (j'ai oublié une virgule quelque part).}

J'ai une anecdote croustillante à propos de ces souris qui pénétrent dans les ruches :

Elles nichent au chaud pendant l'hiver et occasionnent beaucoup de dégats dans les rayons de cire. Aux premières chaleurs les abeilles ne supportant pas cet intrus, s'acharnent sur la souris, et avec une centaine de piqûres, la tuent... Ne pouvant transporter le cadavre à l'extèrieur, ne pouvant le déchiqueter car absence de mandibules puissantes comme la guêpe, si elles laissent se décomposer l'animal, la putréfaction va condamner la colonie. Elles vont donc patiement injecter, enrober la souris de propolis qui est un antiseptique.
Chose que les Egyptiens avaient observé, et c'est pour cela que l'on retrouve de la propolis dans certains baume de momie Egyptienne.

Pour en revenir à la protection de vos ruches, en automne réduisez vos entrées au minimum. Il exsiste dans le commerce des grilles (galva) avec de petits arceaux, qui aident à lutter également contre la fausse teigne, les sphinx ou le pillage.... Dans une brusc j'ai une entrée faite par un picvert, j'y glisse un hérisson de chataigne pour ne laisser qu'un petit espace pour 2 ou 3 abeilles.

Pourquoi les planchers grillagés aident à combattre le varroa ?

Car en temps normal, la femelle varroa pond dans le couvain ouvert. A la naissance de l'abeille, le varroa tombe au fond de la ruche et remonte sur le dos des abeilles adultes pour leurs sucer le thorax. Avec le plancher grillagé la plupart tombent à l'extèrieur et meurent.

Ces planchers ont failli être subventionner par l'état, mais une circulaire du 16/11/05 annule ce projet.

Je conseil à tous les possesseurs de ruches d'utiliser ce type de plateau grillagé ou celui-ci à tubes http://www.apiservic...m?accueil.htm
Cela évite beaucoup de traitement de M....e.
Vous pouvez aussi bruler quelques feuilles de noyer dans votre enfumoir, elles sont acaricide...


A bientôt

#44 Fleur de Diamant

Fleur de Diamant

    ARTISTE TALENTUEUSE

  • Membres
  • 506 messages
  • Localisation:66

Posté 06 octobre 2006 - 10:51

D’ailleurs lorsque je récupère des essaims au mois de mai, juin, bons nombres se réfugient en ville.( pas bête les bêtes). Il y a des colonies qui construisent sous les toits, dans les moindres cavités abandonnées (compteurs EDF, clochers, etc…) tous ça au nez de tout le monde, sans que vous le sachiez.


Ah ! La désertification... même les abeilles s'y mettent !!!

J'ai eu l'agréable plaisir de voir un de mes fusains en fleur être butiné :) cet été par une colonie d'abeilles. Elles sont parties avant que je leur ai demandé l'adresse de leur coopérative afin qu'elles puissent me fournir du miel :-) . Je dois vous dire que je suis plutôt citadine, et que je n'ai pas de connaissance particulière en nature et en agriculture (même si j'aime la nature). Mais quand il m'arrive un évènement exceptionnel comme celui que je viens de vous citer, j'ai plaisir à l'écrire. Ceci dit, j'apprend beaucoup de choses à travers ce site qui est formidable et je tiens à remercier tous les participants pour ces échanges. Pour en revenir à l'abeille, il m'est arrivé d'en sauver une qui était entré dans mon domicile. Elle ne voulait pas partir, elle restait accrochée au rideau. Instinctivement, je lui ai donné un peu de miel (je ne suis pas non plus apicultrice), mais quelle a été ma joie de voir qu'elle sortait sa "paille" pour aller "chuquer" le miel. Puis elle s'est envolée, a déployé son "radar" en tournant au dessus du toit de la maison, pour retrouver le chemin de sa ruche et... des hirondelles sont arrivées et je n'ai plus vu cette abeille Tout ce que je peux vous dire lorsque vous parlez d'abeilles citadines, est qu'elles aiment aussi les embruns :angeaile: ; je réside à quelques mètres de la mer !

#45 rousseau

rousseau
  • Localisation:arriere pays grassois

Posté 06 octobre 2006 - 12:54

Bonjour à tous,
je traîne mes guêtres sur le forum et trouve ces histoires d'abeilles...
Pour vous donner envie....
Sachez que posséder, enfin, je veux dire, héberger des abeilles, procure un grand bonheur...
ma première ruche, un copain me l'a offerte...
la 2ème, effectivement, une voisine m'a téléphoné pour me dire "ah, vous êtes apicultrice? Je vais vous donner les vieilles ruches que j'ai dans mon grenier..." :-o
Ok, madame et merci...
Les vieilles ruches faites maison ont été posées devant la porte de la maison... le même jour, ma copine me prévient qu'elle voit de l'activité autour de la ruche...
ne sachant pas ce qu'il arrivait, elle a soulevé le toit et a découvert des centaines d'abeilles agglutinées ensembles... Malheureusement dérangées par mon amie curieuse, elles sont parties... Ma copine était bien triste...
Qu'à cela ne tienne ! le lendemain, elle m'appelle pour me dire qu'ELLES sont là; ELLES sont revenues... huhu; Alors là, on bouge plus!
On a fait un périmètre de sécurité autour des "FILLES" pour qu'elles s'installent... C'est vrai, la vieille ruche sentait très bon la cire...
On a déménagé avec ordre aux amis de ne pas bousculer, ni déranger la vieille ruche... Ces abeilles ne nous ont jamais piqué... ELLES bossent! Si on regarde bien, finalement, on s'aperçoit qu'elles butinent tout près de nous... les fleurs du yuccas, l'arbre en forme de "goupillon de bouteille" (oui, je me rappelle plus du nom)... Enfin, ce sont des êtres magnifiques, courageuses, tranquilles, qui, si on y réfléchit, nous refile leur "bave" sucrée gratuitement, comme tant d'autre chose de la nature...
Les abeilles sont maintenant installées sur mon terrain, en pleine nature; cette ruche est donc travaillée "à la sauvage"... Et c'est vraiment beau; comme des cathédrales... J'ai voulu partager ça avec vous, parce que j'ai lu ce que Tis a dit concernant les formes adéquates pour une ruche... C'est vrai que si on les laisse faire, dans la nature, elles construisent en forme ronde...
je vais essayer de mettre une photo...

1539932122.jpg

oauis, ça marche on dirait...
Bon, voilà, les abeilles c'est du bonheur assuré... :love: mais faut s'en occuper quand même...
Allez j'y retourne!
A+



#46 Yardenia

Yardenia
  • Localisation:Limousin

Posté 23 octobre 2006 - 13:11

j'ai eu des abeilles un temps puis je suis devenue allergique grave au venin. j'ai toujours deux ruches qui produisent des essaims à défaut de miel, et comme tout le village est à l'abandon les vieux murs sont squattés d'essaims sauvages qui perdurent des années, varroa ou non. le lierre qui a tout envahi est en fleurs depuis un mois, on entend vrombir du matin au soir et çà embaume! j'avais commencé à faire des ruches warré, j'ai plusieurs livres très bien là dessus, çà me semble moins stressant que les ruches à cadre mobiles pour les abeilles.

#47 bonobo

bonobo

    Décroissant 100 beurre & 100 reproche

  • Membres
  • 132 messages
  • Localisation:rhône-alpes

Posté 12 dcembre 2006 - 16:21

Un petit cadeau de l'avant!!!

vu sur http://www.apiservic...m?accueil.htm


Les abeilles qui voulaient imiter les hommes

Un essaim d’abeilles on ne sait par quel mystère
Élu domicile derrière le volet d’un grand ministère.
Elles y bâtirent des rayons de cire en toute hâte
Les remplirent de bon miel abondant à cette date.

On était au mois de mai l’air sentait bon l’acacia,
Les œufs éclosaient les larves naissaient à tour de bras.
Peu d’études, c’est sur le tas qu’on apprenait son métier,
La colonie vivait sans fastes mais dans la prospérité.

La vieille reine fatiguée arrivant à la fin de sa vie
Fut remplacée sans ménagement et sans préavis.
Il n’y eut pas d’élection pour choisir la nouvelle,
Puisque la première née était bien la plus belle.

Un matin de pluie sans travail ou la ruche était calme
Elles eurent cette folle idée d’observer les hommes.
Bien placées derrière la fenêtre d’un grand bureau,
Elles voyaient, entendait tout, elles apprirent leurs mots.

En admiration, derrière la vitre, elles décidèrent de faire pareil.
La jeune souveraine au pouvoir rassembla tout le conseil,
On fit des réunions, on nomma de nouveaux responsables,
Comment être aussi inorganisées… elles se sentirent coupables.

Pour chaque tâche on inventa des nouvelles normes,
Des commissions, des polices et encore des contrôles.
On créa de nouveaux métiers, de nouveaux protocoles,
Fini l’initiative individuelle, on créa la Hiérarchie.
Fini la pagaille, fini le désordre, fini la chienlit…

Désormais pour qu’une butineuse puisse quérir son nectar,
On fait d’abord des plans de vol, des analyses : pas de hasard.
Demandes d’autorisation permis de ceci, permis de cela.
Pendant ce temps les alvéoles de nectar ne se remplissent pas
On puise dans les réserves, les stocks de pollen sont au plus bas.

Une vieille ouvrière consciente de cette fulgurante décadence
Prit la parole pour dire que les guêpes auraient enfin leur vengeance.
Celles qui ne savent pas faire le miel, habitent des maisons de papier,
Voient la famine et la mort du bas peuple à la fin de chaque été !

Heureusement un vieil apiculteur passionné décida de les loger.
Leur offrit une ruche neuve, des cadres aux alvéoles bien dessinés
De peuple plein de vaillance elles devinrent une horde d’assistées.

Voyant le peu de réserves, il décida de les aider dans leur ruine,
Il leur offrit du miel bon marché, de celui qui vient de Chine.
La morale de cette fable c’est que la plus brillante des civilisations
Peut être rapidement réduite à néant par un excès d’administration.

Emile Molès
MUSEE DU MIEL
EARL LA MIELLERIE
82120 GRAMONT - FRANCE


#48 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 440 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 07 janvier 2007 - 23:31

Sur France Culture, l'émission "De bouche à oreille" d'aujourd'hui est consacrée à Olivier Darné, l'apiculteur de Saint Denis créateur du "miel béton" que Mamat nous a fait découvrir l'été dernier.

A écouter rapidement car elle ne sera disponible qu'une semaine : http://www.radiofran...le/archives.php

#49 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 440 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 24 mai 2007 - 22:03

Un article à lire d'urgence pour comprendre la catastrophe qui est en cours : "Requiem pour nos Abeilles" de Dominique Guillet.
http://www.liberterr.../requiem01.html

#50 _ophildelo_

_ophildelo_

Posté 24 mai 2007 - 22:30

Un article à lire d'urgence pour comprendre la catastrophe qui est en cours : "Requiem pour nos Abeilles" de Dominique Guillet.
http://www.liberterr.../requiem01.html

Je trouve toute cette histoire plutôt bizarre !

#51 adeline

adeline

    en pleine réflexion...

  • Membres
  • 363 messages
  • Localisation:Namur (Belgique)

Posté 25 mai 2007 - 05:52

je n'ai pas lu en entier. et j'ai l'impression que c'est présenté de façon fort dramatique (ça l'est mais quand même)

Mais en tout cas, en Belgique, nous assistons à la même chose. Et c'est clairement dans les zones avec des cultures que les ruches se vident...
Mon père a plusieurs ruchers et le désastre n'avait pas du tout la même ampleur dans chaque. Pourtant ils les traitent de la même façon... Je dis avait, pcq maintenant, pour éviter ça, il déplace ses ruches quand le maïs est en fleurs et va les mettre dans une zone plutôt d'élevage...
je ne connais pas le processus chimique exact mais en gros, les pesticides font perdre le sens de l'orientation aux abeilles qui forcément, ne savent plus rentrer à la ruche...

Voir aussi cet article de "Inter Environnement Wallonie"
ou celui-ci du "Centre de Médias Alternatifs de Bruxelles"

Modifié par adeline, 25 mai 2007 - 05:53 .


#52 _ophildelo_

_ophildelo_

Posté 25 mai 2007 - 06:53

Pour l'instant je n'ai rien remarqué , mes ruches sont hyper-actives ...mais je n'ai qu'un petit rucher familial .
Hier je suis allé acheter du matériel chez un apiculteur professionnel...nous avons discuté un peu , il n'a pas évoqué ce problème...ses affaires semblaient florissantes .

Affaire à suivre donc .

#53 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 440 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 25 mai 2007 - 08:41

Pour en savoir plus, tu peux écouter l'émission "Ecolographie" de Michel Field sur la disparition des abeilles du 1er février 2007 :
et lire l'article "Mortalité des abeilles 2006/2007 - Recherche des causes et hypothèses de travail" de Joël Schiro : http://www.apiservic...TML/000047.html

#54 rousseau

rousseau
  • Localisation:arriere pays grassois

Posté 25 mai 2007 - 09:10

Je retrouve avec plaisir le fil de ce post...
J'avais mis une belle photo de ma ruche colonisée par des filles ( c'est comme ça qu'on les appelle) sauvages...
Et bien, pour apporter ma pierre à l'édifice, je voudrais témoigner à mon tour, de la disparition subite des abeilles ayant peuplées cette ruche "sauvage"... Dans l'hiver, par un beau matin du Sud de la France, j'ai découvert avec stupeur que toutes la population de cette ruche avait quitté leur petite maison, ne laissant sur la planche d'envol que des petits morceaux de propolis, comme des miettes... Et plus rien... mon amie américaine m'a parlé de ces disparitions soudaines, prise très au sérieux par les apiculteurs américains.
Alors voilà, je vais lire les liens pour m'informer...
En attendant, voilà de quoi s'émerveiller de la beauté simple de la Nature et de ces habitants...

Image IPB

Essaim de filles récupérée en début de printemps... merci à elle!!
A bientot à tous

#55 _ophildelo_

_ophildelo_

Posté 25 mai 2007 - 09:39

Je n'ai pas le temps d'écouter en ce moment , mais je le ferais .
Que suppose t-on ?
Les abeilles meurent à l'extérieur , ou elles fuient la ruche .

Dans le deuxième cas ce serait génial que les abeilles soient les premières à se rebeller massivement contre le travail ....et si cela anticipé un mouvement humain similaire !!...non faut pas rêver...nous sommes sur terre pour travailler , le travail c'est la liberté et la dignité de l'homme !
Dommage !

;)

#56 _ophildelo_

_ophildelo_

Posté 25 mai 2007 - 13:13

Pour en savoir plus, tu peux écouter l'émission "Ecolographie" de Michel Field sur la disparition des abeilles du 1er février 2007 :
et lire l'article "Mortalité des abeilles 2006/2007 - Recherche des causes et hypothèses de travail" de  Joël Schiro : http://www.apiservic...TML/000047.html

Autre chose aussi : les dernières pluies tombées lors des orages (tempête brève d'1/2 heure) de mai ont en surface une couche de "gras", et mon chat qui préfère l'eau de pluie à l'eau du robinet refuse de boire dans le jardin...Quid?


J'ai extrait de http://www.apiservic...TML/000047.html
ce qui précéde , et que j'ai moi-même constaté...en rapport avec une autre discussion sur la qualité de l'eau de pluie , et à laquelle j'avais renoncé à discuter (pour cause de mauvaise foi de certains intervenants)...mais je ne résiste pas au déplaisir de te le faire partager .

Pour ce qui concerne les abeilles ( j'ai lu en diagonale ) je n'ai pas vu qu'il faisait allusion à une disparition massive généralisée des abeilles ....mais à des pertes localisées ...ce qui n'est pas vraiment nouveau .

#57 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 440 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 25 mai 2007 - 13:57

Ophildelo, je ne doute malheureusement pas que l'eau de pluie puisse être polluée. Je suis simplement persuadée, en particulier depuis la lecture de cet article, qu'elle l'est beaucoup moins que les rivières et nappes phréatiques.
Je ne partage pas tous les points de vue de cet auteur belge, surtout à propos du béton, mais son étude me paraît plutôt sérieuse.
Par ailleurs des pluies grasses occasionnelles, j'en connais depuis longtemps quand le vent nous apporte par exemple les fumées de l'incinérateur d'ordures situé à quelques km.

Pour les abeilles, ce qui est nouveau c'est surtout l'ampleur du phénomène actuel et la multitude d'endroits où il se produit simultanément sur la planète.

#58 Muros

Muros

    Aquaticien passionné !

  • Membres
  • 1 097 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:sud-ouest

Posté 25 mai 2007 - 14:04

Bonjour tous ,

mais je ne résiste pas au déplaisir de te le faire partager .


ah .... ????? et quel plaisir de faire partager quoi ???????? ....

une autre discussion sur la qualité de l'eau de pluie , et à laquelle j'avais renoncé à discuter (pour cause de mauvaise foi de certains intervenants)


ha ha ha ....
avant de parler de mauvaise foi des autres , balaies donc un peu devant ta porte en étayant un peu tes affirmations ........

et je te retrouve volontiers sur le sujet concerné pour que tu nous explique clairement le fond de notre mauvaise foi .......
car accuser c'est bien beau ..... , maintenant si tu pouvais justifier ... ce serait mieux !! ....
à bon entendeur ....

salutations ;)

#59 Muros

Muros

    Aquaticien passionné !

  • Membres
  • 1 097 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:sud-ouest

Posté 25 mai 2007 - 14:12

re ,

salut Tis ,

je connais très bien ta réticence au béton ..... la comprend et l'accepte ....
(je crois que tu le sais ..)
ici n'est pas le sujet , mais on peut en reparler ailleurs si tu veux ....
mais je ne pense pas que ce soit utile pour nous , chacun ayant droit à ses convictions et préférences .... , juste , je peux te rassurer que J. Orszagh , que je viens encore de rencontrer chez lui dernièrement , m'a à nouveau confirmé que toutes les études qu'ils ont encore mené ces dernières années ne démontrent aucun problème sanitaire sur des installations béton avec potabilisation ... !!!!

FIN DU H.S. !! ...

salutations ;)

#60 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 440 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 24 aot 2007 - 20:59

Article paru récemment dans le journal économique Les Echos :

La mort des abeilles met la planète en danger
[ 20/08/07 ]
Les abeilles s'éteignent par milliards depuis quelques mois. Leur disparition pourrait sonner le glas de l'espèce humaine.

C'est une incroyable épidémie, d'une violence et d'une ampleur faramineuse, qui est en train de se propager de ruche en ruche sur la planète. Partie d'un élevage de Floride l'automne dernier, elle a d'abord gagné la plupart des Etats américains, puis le Canada et l'Europe jusqu'à contaminer Taiwan en avril dernier. Partout, le même scénario se répète : par milliards, les abeilles quittent les ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible, pas plus que de squatter pourtant prompt à occuper les habitats abandonnés.

En quelques mois, entre 60 % et 90 % des abeilles se sont ainsi volatilisées aux Etats-Unis où les dernières estimations chiffrent à 1,5 million (sur 2,4 millions de ruches au total) le nombre de colonies qui ont disparu dans 27 Etats. Au Québec, 40 % des ruches sont portées manquantes.

En Allemagne, selon l'association nationale des apiculteurs, le quart des colonies a été décimé avec des pertes jusqu'à 80 % dans certains élevages. Même chose en Suisse, en Italie, au Portugal, en Grèce, en Autriche, en Pologne, en Angleterre où le syndrome a été baptisé « phénomène «Marie-Céleste» », du nom du navire dont l'équipage s'est volatilisé en 1872. En France, où les apiculteurs ont connu de lourdes pertes depuis 1995 (entre 300.000 et 400.000 abeilles chaque année) jusqu'à l'interdiction du pesticide incriminé, le Gaucho, sur les champs de maïs et de tournesol, l'épidémie a également repris de plus belle, avec des pertes allant de 15 % à 95 % selon les cheptels.
« Syndrome d'effondrement »

Légitimement inquiets, les scientifiques ont trouvé un nom à la mesure de ces désertions massives : le « syndrome d'effondrement » - ou « colony collapse disorder ». Ils ont de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, ni pollinisation, et pratiquement ni fruits, ni légumes. « Trois quart des cultures qui nourrissent l'humanité en dépendent », résume Bernard Vaissière, spécialiste des pollinisateurs à l'Inra (Institut national de recherche agronomique). Arrivée sur Terre 60 millions d'année avant l'homme, Apis mellifera (l'abeille à miel) est aussi indispensable à son économie qu'à sa survie. Aux Etats-Unis, où 90 plantes alimentaires sont pollinisées par les butineuses, les récoltes qui en dépendent sont évaluées à 14 milliards de dollars.

Faut-il incriminer les pesticides ? Un nouveau microbe ? La multiplication des émissions électromagnétiques perturbant les nanoparticules de magnétite présentes dans l'abdomen des abeilles ? « Plutôt une combinaison de tous ces agents », assure le professeur Joe Cummins de l'université d'Ontario. Dans un communiqué publié cet été par l'institut Isis (Institute of Science in Society), une ONG basée à Londres, connue pour ses positions critiques sur la course au progrès scientifique, il affirme que « des indices suggèrent que des champignons parasites utilisés pour la lutte biologique, et certains pesticides du groupe des néonicotinoïdes, interagissent entre eux et en synergie pour provoquer la destruction des abeilles ». Pour éviter les épandages incontrôlables, les nouvelles générations d'insecticides enrobent les semences pour pénétrer de façon systémique dans toute la plante, jusqu'au pollen que les abeilles rapportent à la ruche, qu'elles empoisonnent. Même à faible concentration, affirme le professeur, l'emploi de ce type de pesticides détruit les défenses immunitaires des abeilles. Par effet de cascade, intoxiquées par le principal principe actif utilisé - l'imidaclopride (dédouané par l'Europe, mais largement contesté outre-Atlantique et en France, il est distribué par Bayer sous différentes marques : Gaucho, Merit, Admire, Confidore, Hachikusan, Premise, Advantage...) -, les butineuses deviendraient vulnérables à l'activité insecticide d'agents pathogènes fongiques pulvérisés en complément sur les cultures.
Butineuses apathiques

Pour preuve, estime le chercheur, des champignons parasites de la famille des Nosema sont présents dans quantités d'essaims en cours d'effondrement où les butineuses, apathiques, ont été retrouvées infectées par une demi-douzaine de virus et de microbes.

La plupart du temps, ces champignons sont incorporés à des pesticides chimiques, pour combattre les criquets (Nosema locustae), certaines teignes (Nosema bombycis) ou la pyrale du maïs (Nosema pyrausta). Mais ils voyagent aussi le long des voies ouvertes par les échanges marchands, à l'image de Nosema ceranae, un parasite porté par les abeilles d'Asie qui a contaminé ses congénères occidentales tuées en quelques jours.

C'est ce que vient de démontrer dans une étude conduite sur l'ADN de plusieurs abeilles l'équipe de recherche de Mariano Higes installée à Guadalajara, une province à l'est de Madrid réputée pour être le berceau de l'industrie du miel espagnol. « Ce parasite est le plus dangereux de la famille, explique-t-il. Il peut résister aussi bien à la chaleur qu'au froid et infecte un essaim en deux mois. Nous pensons que 50 % de nos ruches sont contaminées. » Or l'Espagne, qui compte 2,3 millions de ruches, est le foyer du quart des abeilles domestiques de l'Union européenne.

L'effet de cascade ne s'arrête pas là : il jouerait également entre ces champignons parasites et les biopesticides produits par les plantes génétiquement modifiées, assure le professeur Joe Cummins. Il vient ainsi de démontrer que des larves de pyrale infectées par Nosema pyrausta présentent une sensibilité quarante-cinq fois plus élevée à certaines toxines que les larves saines. « Les autorités chargées de la réglementation ont traité le déclin des abeilles avec une approche étroite et bornée, en ignorant l'évidence selon laquelle les pesticides agissent en synergie avec d'autres éléments dévastateurs », accuse-t-il pour conclure. Il n'est pas seul à sonner le tocsin. Sans interdiction massive des pesticides systémiques, la planète risque d'assister à un autre syndrome d'effondrement, craignent les scientifiques : celui de l'espèce humaine. Il y a cinquante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l'homme : « Si l'abeille disparaissait du globe, avait-il prédit, l'homme n'aurait plus que quatre années à vivre. »
PAUL MOLGA

http://www.lesechos....gie/4611614.htm