Aller au contenu


Photo

Quitter la ville pour vivre à la campagne


  • Veuillez vous connecter pour répondre
152 réponses à ce sujet

#21 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 040 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 10 novembre 2004 - 11:03

Une réponse, parmi d'autres, dans un village qui est très loin d'être une banlieue : "L'Atelier"



#22 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 040 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 10 novembre 2004 - 20:21

Pour voir quelles sont les communes réellement peu peuplées, mais où certains sont ravis de vivre, vous pouvez jeter un coup d'oeil sur cette carte de répartition de la population

1450007597.gif



#23 laly

laly

Posté 10 novembre 2004 - 21:11

Ben moi je viens de le faire et au moins je participe à la déconcentration du pays. Et au moins je connais mes voisins, on est plus solidaires et on vit moins dans la consommation. Je reviens à des valeurs plus saines, je ne fais plus des heures d'embouteillage et donc je polue moins. C'est vraiment quelque chose à encourager , car c'est important de redynamiser les villages.

#24 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 11 novembre 2004 - 09:55

je ne fais plus des heures d'embouteillage et donc je polue moins.

Tu fais donc moins de kilométres par ans que tu ne le faisais précédament ?

#25 jai

jai

Posté 11 novembre 2004 - 10:59

Comme laly, on est installés depuis peu en pleine campagne (village de 170hab à une heure de la première ville), et pour répondre à la question de Johan, nous en tout cas, on pollue plus, parcequ'on a désormais deux voitures (une pour le boulot du môssieur, une pour l'école du petiot) (mais bon, je suis pas certaine qu'en terme de pollution, ce soit bien plus qu'une seule voiture qui reste une heure par jour dans les embouteillages), et qu'avant je prennais les transports en commun, alors qu'ici il n'y en a pas (première gare ferroviaire à 1 heure de route et un réseau de bus assez limité (trois bus par jour).
Mais je ne desespère pas, pour moi ce n'est qu'une étape.

#26 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 11 novembre 2004 - 11:47

Justement, parle nous de la deuxiéme étapes.

#27 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 040 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 12 novembre 2004 - 09:49

Les artisans sont très présents dans les zones rurales (un tiers d'entre eux sont installés dans des communes de moins de 2000 habitants) et contribuent largement à l'équilibre entre les villes et les campagnes.

Quelques chiffres :
- 250 métiers
- 830 000 entreprises
- 3 058 000 actifs
846 000 chefs d'entreprise
2 347 000 salariés
31 000 conjoints collaborateurs


http://bnoa.net/
www.apcm.com/artisanat



#28 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1 174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 31 dcembre 2004 - 11:14

Ludovic a dit :

moi je cherche des personnes désirant s'implanter en campagne ou montagne dans le sud ouest, pour celà faudrait que des personnes se réunissent pour acheter du terrain et une grange ou deux, dans un endroit un peu perdu, je suis ouvert à toute proposition, ce qui serait intéressant aussi c'est que les personnes ait différents champs de compétences, fabrication, médecine, bien être, connaissances biologiques et autres, le temps passe et celà fait déjà bien longtemps que tout celà trotte dans ma tete et quand çà arrivera il sera trop tard, et ce sera une vrai galère, donc il est nécessaire à mon avis de s'y préparer, et de commencer à construire quelque choses, merci de vos suggestions et propositions..........

Ludovic


Johan a repondu :

C'est bien Ludo, pour le moment, j'ai un peu d'avance. Mais pour des raisons culturelles et historiques peut-être comme toi d'ailleurs, je suis attaché à mes montagnes.
Je te souhaite de trouver ton bonheur et celui de ceux ou celles qui t'accompagnerons dans les Pyrénnées (au fait Basques, Béarnaises, Occitannes, où Catalannes ? ).


Ludovic a rerépondu :

beh moi çà serait plutot l'ariege, mais bon je suis aussi un passionné de la montagne et ailleurs me plairai également, l'essentiel est que je trouve un endroit qui me plaise et qui permette d'y vivre, même de façon rudimentaire



#29 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 31 dcembre 2004 - 16:02

Réponse à ludovic

Il existe deja un lieu comme tu recherches dans l'ariège.
Baluet
09290 Le Mas d’Azil
tel : 05 61 60 68 69

lien:
http://www.passerell...echerche=baluet

#30 Mélodie

Mélodie
  • Localisation:Languedoc Roussillon

Posté 01 janvier 2005 - 08:32

Bonjour,
D'abord meilleurs voeux, pour que le plus grand nombre de voeux justement, se réalisent.
A Taoupet: je connais Baluet par information d'un copain poëte paysan en Ariège, pas très loin de ce lieu. Ce n'est pas un écovillage mais une ferme squattée, et rien ne dit que ça durera éternellement, à moins qu'un véritable accord soit conclu entre les propriétaires et les occupants; les ariégeois n'étant jamais bien pressés, ça peut durer un moment.

Le risque: qu'ils travaillent pour les propriétaires. Tout ce qu'ils construisent, ils n'ont pas le droit de le détruire. Je vous laisse imaginer une suite :)
Pour un projet qui démarre, c'est bien de visiter des lieux et se faire une idée par soi-même, puis de constituer un groupe à partir de rien. Se joindre à un groupe existant peut être bien, dans certains cas de figure. Pas forcé que ça le fasse non plus.


A Johan de Dina: personne n'est dupe qu'on est issu d'un système et qu'on fonctionne dedans, pour mille et une raisons. Donc oui, il y a des voitures, il y a une part de nos habitudes d'occidentaux qui est fortement ancrée, et ça n'empêche pas nombre de personnes attirées par les alternatives d'être à l'aguet des modes d'emplois pour une décroissance supportable sinon soutenable (pour reprendre des termes qui commencent à être connus).

Pour ce qui est des étapes suivantes, il ne faut pas oublier qu'on est pas seuls, et que des gens que je qualifierai en disant "qui savent faire" travaillent pour créer les éléments de remplacement.
Perso je sais mener un attelage, et j'ai les diplômes qui le permettent, mais je ne le ferai pas seule et à mon compte, pour des raisons pratiques et de sécurité principalement. Il y a près de Nice une entreprise qui fabrique des voitures à air comprimé. Il y a des gens qui commencent à développer les systèmes Pantône pour les moteurs thermiques de toutes sortes. Il s'agit pas de se décourager.
Il y a des tas de choses qui apparaissent et se développent tout doucement.

Mélodie, décidément très intéressée (parce que je lis ici des gens qui ont les mêmes envies que moi, où tout du moins des bases communes)

#31 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 01 janvier 2005 - 17:13

A Johan de Dina: personne n'est dupe qu'on est issu d'un système et qu'on fonctionne dedans, pour mille et une raisons.


Mêmes sur ce forum et d'autres forums, où un certain nombre de gens commencent à se poser des questions sur la finalité de la croissance et du développement; il y en a qui se fourvoyent dans des illusions consistant à améliorer où à aménager le système par des réformes ou des comportements individuels éthiques. Celà au bénéfice de petits malins qui ont trouvé là un crénaux commercial, leur permettant un choix de vie agréable, à conditions toute fois que la crise ne s'agrave pas afin d'augmenter leur part de marché et se garantir une clientéle durable.
Voir Alter-Business.

Donc oui, il y a des voitures, il y a une part de nos habitudes d'occidentaux qui est fortement ancrée, et ça n'empêche pas nombre de personnes attirées par les alternatives d'être à l'aguet des modes d'emplois pour une décroissance supportable sinon soutenable (pour reprendre des termes qui commencent à être connus).


La voilà la ligne de démarquation. Au départ, il y a l'Altermondialisation ( face à un modéle libéral de la mondialisation); on propose non de s'opposer à la Mondialisation qui est le stade suprême du totalitarisme mais de l'aménager de façon a contenter les divers intêret. De la prends naissance le concept de développement durable. Cette phase ne dure guère. En effet, l'on s'apperçoit que le malheur de cette planète et de ses habitants, n'est pas due à la façon dont on a employé les fruits de l'accumulation du capital, mais a l'essence même du progrés technique et social.
C'est le développement lui-même qui porte les germes des malheurs de l'humanité.
Surtout que la grande utopie du communisme n'a en aucun cas remis en cause cette notion de développement et de progrés, le camarade devant soumettre la nature.
C'est la phase Défaire le développement et Refaire le Monde.
Que faire pour l'Aprés-Développement.
Mais dans le cas où le Developpement ( dont la croissance est un des vecteurs) ne se casserait pas la gueule tout seul.
- Fin des ressources naturelles bon marchées.
- Crise de partage de ces ressources naturelles.
- Crises économiques non-maitrisées.
- Crises issuent du déréglement écologique de la planète.
- Crises issues du déréglement climatique.
Cet à dire la phase où nous subirions à marche forcée une décroissance imposée....
Où pour mieux appréhender une société de pénurie ( Si vis pacem etc...)
Certains se disent:"Plutot de continuer à attendre comme si rien n'allait arriver; essayons de prendre les devants"
D'où l'idée de décroissance organisée avec des petits groupes à l'échelle locale ou régionnale, volontai!re, individuelle, insurection des consciences, contagions, effet domino etc...
Il reste évident que si cette préoccupation de revenir sur la notion de développement qui fait partie de l'universalité du modèle occidental est aujourd'hui remis en cause par ceux que nous appelons:" Pays en voie de développement, démunis, pauvres, tiers monde etc..."
Sa phase la plus significative nous concerne au premier degrés puisque les nantis que nous sommes devrons faire l'effort essentiel.
La dessus afin de ne pas effrayer "le petit bourgeois" qui à la place de consommer vulgaire (comme une bonne partie des décrus du monde des riches) veut continuer de consommer avec bonne conscience (éthique, écolo, etc...), on affuble la décroissance de complément (Supportable, Soutenable, conviviale, douce, heureuse etc...)
Vous remarquerez qu'on a évité le mot durable; ce qui signifierait qu'il n'y a pas de limites en durée ou en quantité à la décroissance.
Jadis, on disait il ne faut pas désespérer Billancours aujourd'hui : " Il ne faut pas désespérer, les lecteurs du diplo, de courrier international ou de village-magasine".

Pour ce qui est des étapes suivantes, il ne faut pas oublier qu'on est pas seuls, et que des gens que je qualifierai en disant "qui savent faire" travaillent pour créer les éléments de remplacement.


Vous remarquerez que si nous sommes dans une situation catastrophique c'est que nous avons toujours fait confiance et déléguer nos responsabilité à des "Gens qui savent faire".
C'est fous comme, nous sommes incapables de nous débarasser de ces boulets idéologiques du systéme:" Les avis autorisés, les sources officielles, les experts (dont je fus avant mon autosuicide professionnel,), les spécialistes, les professionnels, les ceux qui savent et les ceux qui savent faire".
Vous remarquerez au passage que la plupart de ces "braves gens" vivent ou comptent vivre de leur art et pas en applicant la décroissance fusse-t'elle soutenable.
Maintenant; il est vrai que si l'on prend conscience qu'il n'existe pas de solutions technologiques généralisable pour permettre la continuation de notre niveau de vie . Il est inutile de continuer à rechercher des solutions pour nous permettre de maintenir le systême et ne pas décroître.
C'est un paradoxe d'ailleurs que de se dire pour la décroissance et de chercher à tout pris des solutions pour continuer la civilisation du moteur à explosion. ( Routes, Transport des marchandises, Loisirs motorisés, avoir ses clients en ville et sa résidence à la campagne etc...).

Perso je sais mener un attelage, et j'ai les diplômes qui le permettent,


Est-ce que tu te rends comte de ce que tu vient d'écrire.
" J'ai les diplômes qui le permettent".

Mais il n'y a que dans le cadre du système où l'on a crée une telle discrimination sociale basée sur l'accés au travail ( voire à une activité vivriére) sur la base d'un diplôme délivré par les agences du systéme.
C'est çà le progrés, pour élever 4 bêtes: Il faut un diplôme.
Pour faire pousser 4 légumes, il faut un diplôme.
Pour conduire une charrue,: il faut un diplome.
Pour couper des arbres: il faut un diplôme.
Pour démonter et nettoyer un carburateur: il faut un diplôme.
Pour monter un mur: il faut un diplôme.
Pour cueillir des champignons: il faut un diplome.
Pour se ballader à pied en montagne: il faut un diplome.
Pour animer une soirée, il faut un diplome.
Pour faire preuve de solidarité envers son prochain: il faut un diplôme.

Maintenant; si tu veux dire que pour exploiter un crénaux dans l'AlterBusiness; il faut des diplômes reconnus par le systéme qui permettent d'exercer et de souscrires aux dossiers d'habilitation d'organisation de stages et d'octroie d'aides et de subventions.
C'est logique.
Mais faut vraiment prier pour que le système ne s'effondre pas et militer pour le rendre supportable.....

Il y a près de Nice une entreprise qui fabrique des voitures à air comprimé.

Il y a prés de St Tropez une usine de torpile qui a fabriqué des moteurs à air comprimé pendant 60 ans.
Au fait l'énergie pour les compresseurs destinés à la fabrication de l'air comprimé ( à l'air comprimé, au gaz, à la biomase, au nucléaire etc... ou c'est l'âne qui tourne la roue ?).

Il y a des gens qui commencent à développer les systèmes Pantône pour les moteurs thermiques de toutes sortes. Il s'agit pas de se décourager.


Il y aurais des gens qui se décourageraient de voir la civilisation de développement et de croissance occidentale se casser la gueule ? Ici, sur ce forum. Faut qu'ils demandent l'assistance de la cellule de crise psycologique.
Au secours le systéme s'écroule.....

En conclusion, ma chère Mélodie: si ton but est de créer un site "alternatif" pour mettre en relation des clients en recherche de solutions dites altenatives et des "fournisseurs" dit alternatif qui vont leur vendre des biens et des services; et d'essayer de tirer un maigre revenu (subventionné ou pas): cette activité étant exercé à partir d'un lieu de vie si possible agréables (éviter les quartiers nords de Nice à Marseille) appellé Ecolieu.
Ce n'est pas une activité plus honteuse ou éthique que d'autre (plombier , menuisier etc...).
Je ne comprends pas toutes ces "précautions".

#32 Mélodie

Mélodie
  • Localisation:Languedoc Roussillon

Posté 01 janvier 2005 - 20:09

Salut Johan de Dina,
Moi je te dirai en quelques lignes et très simplement que tout ce que je lis de toi, même si ce que tu dis n'a rien de faux, n'est pas fait pour encourager à faire quoi que ce soit. Et tu ne sembles pas chercher ou proposer de solution non plus à quelque problème que ce soit parmi ceux posés, tu te contentes d'énumérer les problèmes et les présenter sous leur jour le plus sombre. Ce qui est un point de vue, mais ne peut absolument pas tous les exprimer.

En ce qui me concerne ayant toujours fait avec ce que j'avais, depuis le début même si parfois j'ai passé pas mal de temps à avoir rien du tout, puisque j'ai vécu plusieurs de mes jeunes années délibérément en SDF, je ne suis pas inquiète que la société se casse la gueule, mais inquiète qu'elle mette trop longtemps à le faire.

De plus il y a quand même encore une énorme majorité de gens de tous âges milieux classes ce que tu veux, qui n'ont aucune conscience claire de ce qui se passe, que ce soit pour le climatique, pour la santé de tout un chacun, pour la liberté, qu'elle soit individuelle ou simplement la liberté de pensée.... alors toujours, faire avec ce que j'ai, et contribuer par ma goutte d'eau, à améliorer, dans la mesure de ce qui est à ma portée pour le faire.

Quand je vois poindre le sarcasme: je fuis! rien ne me contrarie autant que le négativisme et l'absence de constructivité. Oui, j'ai des diplômes, non, ils ne sont pas tamponnés par l'état: pas de chance tu t'es trompé. Mon diplôme d'attelage a été mis au point par des meneurs confirmés ayant reçu leurs connaissances en héritage. On n'oserait même pas leur demander si eux-même on quelque diplôme que ce soit. D'ailleurs on peut mettre un diplôme ou pas sur la plantation de la tomate, ça me gène pas. Pour l'attelage qui est une activité autrement plus dangereuse que la conduite d'une voiture, je peux te dire que je vois de suite à la manière dont le harnais est réglé si le meneur s'est improvisé, ou s'il a été prendre ses enseignements à une bonne source.

Pour ce qui est de l'activité associative, tu peux supputer ce que tu veux, c'est ton problème.
Je fais sous forme associative depuis un an ce que je faisais déjà depuis des années, à une échelle trop petite pour que ça continue de me convenir.

Je te souhaite pour l'année 2005 les meilleures pensées, et de retrouver la foi de la jeunesse.
Mélodie.

PS: lire un peu Masaru Emoto, pour l'impact de la qualité de la pensée sur l'environnement observable (la mémoire de l'eau). Et le manuel:
Manuel du Guerrier de la lumière

#33 _mirza_

_mirza_

Posté 01 janvier 2005 - 20:34

Pour l'attelage qui est une activité autrement plus dangereuse que la conduite d'une voiture, je peux te dire que je vois de suite à la manière dont le harnais est réglé si le meneur s'est improvisé, ou s'il a été prendre ses enseignements à une bonne source.


Ça mélodie ce sont tes connaissances qui te le permettent, et non ton diplôme, et l'idée soulevée doit se situer dans ces eaux-là.

(et aussi : Chacun peut prendre ce qu'il trouve à sa portée ici.)

#34 _mirza_

_mirza_

Posté 01 janvier 2005 - 20:45

Tiens, et puisqu'on est dans ce sujet au fait, "quitter la ville pour vivre à la campagne" (et non pour y habiter si j'ai bien compris :) )... quid de la solitude quand on habite dans un endroit où il y a moins de voisins, et où l'on n'est pas amené par son travail à rencontrer quotidiennement d'autres personnes? C'est sans doute une question naïve, mais je me la pose souvent quand-même.

Hier soir j'ai rencontré un ami de la personne chez qui on a fêté la nouvelle année, et ledit ami est agriculteur, bon bref. Il habite un endroit apparemment splendide, son activité lui plait, ça va sans dire, mais il vit seul avec ses enfants et j'ai bien l'impression qu'il s'ennuie ferme dans le fond. Est-ce que c'est toujours un peu comme ça? Est-ce qu'au bout d'un moment on n'en a pas marre de voir tout le temps les mêmes quelques gens, à tel point qu'on finit sur un forum web par exemple :) ?

#35 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 01 janvier 2005 - 21:03

Pour l'attelage qui est une activité autrement plus dangereuse que la conduite d'une voiture, je peux te dire que je vois de suite à la manière dont le harnais est réglé si le meneur s'est improvisé, ou s'il a été prendre ses enseignements à une bonne source.


Ça mélodie ce sont tes connaissances qui te le permettent, et non ton diplôme, et l'idée soulevée doit se situer dans ces eaux-là.

(et aussi : Chacun peut prendre ce qu'il trouve à sa portée ici.)

Merci, d'avoir reformuler; c'est effectivement dans ces eaux là.

#36 Mélodie

Mélodie
  • Localisation:Languedoc Roussillon

Posté 01 janvier 2005 - 21:06

Ça mélodie ce sont tes connaissances qui te le permettent, et non ton diplôme


Hello Mirza,
Le diplôme n'est délivré _que_ si les connaissances ont bien été acquises
_j'insiste lourdement_ pratique comprise.
Je ne me sens pas d'énumérer les divers volets sur lesquels ces connaissances portent, de la maréchalerie de secours à la réglementation en passant par la pratique sur divers terrains, ville et campagne. C'est très complet et doit permettre de faire face à _toutes_ les conditions, du matin qu'on se lève pour soigner jusqu'au soir, et d'un bout de l'année à l'autre pour gérer l'alimentation en fonction du travail prévu, de l'état des bêtes etc ...

Voilà :)

Ceux qui voudraient aller faire une initiation peuvent s'inscrire dans une association franc-comtoise pour le stage d'automne, ça donne un avant-goût, sur un week-end.
Mais je crois qu'il vaut mieux connaître déjà un peu le contact avec les chevaux dans ce cas.

Tiens, et puisqu'on est dans ce sujet au fait, "quitter la ville pour vivre à la campagne" (et non pour y habiter si j'ai bien compris icon_wink.gif )... quid de la solitude quand
on habite dans un endroit où il y a moins de voisins, et où l'on n'est pas amené par son travail à rencontrer quotidiennement d'autres personnes? C'est sans doute une question naïve, mais je me la pose souvent quand-même.


En deux mots un "désert culturel" ? ça existe, j'ai aussi entendu parler de gens qui sont isolés. C'est un choix, voulu ou non, de leur part. Il faut visiter et séjourner pour faire le tour des raisons qui les amènent à rester seuls.

Hier soir j'ai rencontré un ami de la personne chez qui on a fêté la nouvelle année, et ledit ami est agriculteur, bon bref. Il habite un endroit apparemment splendide, son activité lui plait, ça va sans dire, mais il vit seul avec ses enfants et j'ai bien l'impression qu'il s'ennuie ferme dans le fond. Est-ce que c'est toujours un peu comme ça?

Non, ce n'est pas toujours comme ça. Il n'y a pas encore beaucoup de coins en France où les gens se sont bien trouvés, je crois que ça ne va pas plus loin. Je pense aussi que ce ne sera pas toujours comme ça, surtout si les réalisateurs de projets réussissent à savoir ce qu'elles veulent vraiment.

Est-ce qu'au bout d'un moment on n'en a pas marre de voir tout le temps les mêmes quelques gens, à tel point qu'on finit sur un forum web par exemple


Si j'en ai marre de voir toujours les mêmes têtes, je bouge, je fais un voyage, je vais rencontrer du monde.

Peut-être certains viennent sur des forums par ennui, mais pas moi. J'ai assez hésité avant de faire rentrer un ordinateur chez moi.
Amicalement, Mélodie.

#37 _mirza_

_mirza_

Posté 01 janvier 2005 - 21:31

Le diplôme n'est délivré _que_ si les connaissances ont bien été acquises _j'insiste lourdement_


C'est gentil d'_insister lourdement_ :) mais tu sais très bien que ce qui fait ta capacité dans le fond c'est ce que tu as /appris/ et non *uniquement* ce dans quoi tu as obtenu tel ou tel diplôme. Allez, quoi! Tiens par exemple, tu sais faire des sites web maintenant? Tu n'as pas de diplôme pour ça, mais tu as les connaissances nécessaires pour le faire, pourtant? C'est ça l'idée (ou dans ces eaux-là :) ), il ne s'agit pas de remettre en question la valeur d'un diplôme (quel qu'il soit: le tien ou n'importe quel autre) mais de reconnaître qu'il est absurde de vouloir tout "diplômiser". Il existe encore quelques irréductibles qui ne te délivrent pas de "diplôme" pour reconnaître que tu as les connaissances nécessaires à l'application de ce qu'ils t'ont appris. Et quelques personnes qui vont accorder leur confiance à des personnes qui n'ont pas le diplôme requis, mais les connaissances correspondantes.

#38 Johan de Dina

Johan de Dina
  • Localisation:Comtat de Nissa
  • Intérêts:Oeuvre du phylosophe Inuit : Apert SooN

Posté 01 janvier 2005 - 21:33

Tiens, et puisqu'on est dans ce sujet au fait, "quitter la ville pour vivre à la campagne" (et non pour y habiter si j'ai bien compris :) )... quid de la solitude quand on habite dans un endroit où il y a moins de voisins, et où l'on n'est pas amené par son travail à rencontrer quotidiennement d'autres personnes? C'est sans doute une question naïve, mais je me la pose souvent quand-même.

Hier soir j'ai rencontré un ami de la personne chez qui on a fêté la nouvelle année, et ledit ami est agriculteur, bon bref. Il habite un endroit apparemment splendide, son activité lui plait, ça va sans dire, mais il vit seul avec ses enfants et j'ai bien l'impression qu'il s'ennuie ferme dans le fond. Est-ce que c'est toujours un peu comme ça? Est-ce qu'au bout d'un moment on n'en a pas marre de voir tout le temps les mêmes quelques gens, à tel point qu'on finit sur un forum web par exemple :) ?

Ayant eu dans ma vie la possibilité de comparer les deux styles de vie.
Je dois dire que je me sens moins seul dans ma montagne qu'à l'époque où je vivais à Paris.
Du moins si les relations sont moins nombreuses, moins de gens se fréquentes en se posant la question à quoi pourrait-t'il me servir.
Le jours où j'ai fêté mon suicide professionnel ; mes collaborateurs ont organisé une fêtes: Il y avait 1400 personnes.
7 ans aprés les "relations" de mon carnets d'adresse se compte sur les doigts d'une main.
Des "adversaires" entre guillemets et des (amis) entre parenthèses.

En ce moments on est 1O sur 870 hectares et en plus il fait froid et l'on se couche bonne heure; de plus il y a déja 3 clans irreconciliable ( les pro 4X4 et développement touristique et les autres). Les copains de la ferme du Collet sont à une heure de route et ceux de jansiac à 3h.

En plus il y a une question d'ages, à 20 ans on est capable de se faire 20 nouveaux copains en quelques semaines; on est plus ouvert et peut être aussi plus naîf. on a l'impression d'être indispensable aux autres et que les autres vous sont indispensables. A 50 avec l'expérience, les déceptons, les trahisons, ceux qui sont déja parti pour le cimetiére; on compte ses amis sur les doigts des deux mains, et pour les relations, on est plus sélectif.

Il y a une différence entre habiter un village et un quartier isolé. Celà dit même si je faisait les 14 Km pour descendre au village: il n'y a plus de bistrot (le dernier gérant de l'auberge communale à jetté l'éponge- un par ans depuis 6 ans).
Il reste donc le foyer des chasseurs et celui des jeunes.
Les péres chasseurs se shootent au ricard et aux blagues FN et leurs rejetons imittent les jeunes de banlieux en difficultés en se shootant au kif et au soda.

Donc, j'ai trouvé un bistrot sympa où moi qui ne boit pas; je ne suis pas obligé de consommer. c'est un certain nombre de forum dont celui-là.

Celà dit, il y a des bistrots, où au bout d'un moment les discours du viel habitué emmerde la clientéle.
Quand je vous lasse; il suffit de me le dire.
Allez papé, c'est l'heure, rentre chez toi.

#39 _mirza_

_mirza_

Posté 01 janvier 2005 - 21:43

En deux mots un "désert culturel" ?


Heu non, je parlais véritablement d'un désert social. Je parlais de solitude au sens propre.

ça existe, j'ai aussi entendu parler de gens qui sont isolés. C'est un choix, voulu ou non, de leur part. Il faut visiter et séjourner pour faire le tour des raisons qui les amènent à rester seuls.


C'est quoi un "choix non voulu"?
C'est bizarre, moi quand je pense à "quitter la ville" (avec un vrai sens profond de "quitter") je ne peux pas m'empêcher de m'imaginer dans un endroit où il n'y aura physiquement pas beaucoup de monde, la campagne quoi :)
Et j'ai l'impression que tu vois ce que j'essaie d'expliquer comme un phénomène tout à fait hors du commun que les gens vivant dans un endroit où il y a moins de monde, rencontrent moins de monde (tu dis "j'ai (...) entendu parler de gens qui sont isolés", comme si c'était inhabituel). J'aimerais bien comprendre où est-ce qu'on voit les choses différemment sur ce point.

Non, ce n'est pas toujours comme ça. Il n'y a pas encore beaucoup de coins en France où les gens se sont bien trouvés, je crois que ça ne va pas plus loin.


Je ne comprends pas ta réponse.

Je pense aussi que ce ne sera pas toujours comme ça, surtout si les réalisateurs de projets réussissent à savoir ce qu'elles veulent vraiment.


Ah, peut-être que l'on voit les choses différemment parce que tu penses en termes d'"écolieu" (si je n'emploie pas un gros mot) alors je vois ça comme un acte personnel, pas un projet de groupe. C'est peut-être ça?

Si j'en ai marre de voir toujours les mêmes têtes, je bouge, je fais un voyage, je vais rencontrer du monde.


Oui mais quand tu rentres chez toi, t'es toujours aussi seul(e).

#40 _mirza_

_mirza_

Posté 01 janvier 2005 - 21:59

Du moins si les relations sont moins nombreuses, moins de gens se fréquentes en se posant la question à quoi pourrait-t'il me servir.


C'est vrai? Ce n'est alors pas une fatalité?

En plus il y a une question d'ages, à 20 ans on est capable de se faire 20 nouveaux copains en quelques semaines; on est plus ouvert et peut être aussi plus naîf. on a l'impression d'être indispensable aux autres et que les autres vous sont indispensables. A 50 avec l'expérience, les déceptons, les trahisons, ceux qui sont déja parti pour le cimetiére; on compte ses amis sur les doigts des deux mains, et pour les relations, on est plus sélectif.


Ben oui mais regarde: s'il faut compter une bonne dizaine d'années, au bas mot, pour se construire un endroit où l'on a de quoi être véritablement autosuffisant (ah que j'aime pas ces mots j'ai l'impression d'être une journaliste) et que ça tourne, ça veut dire qu'il faut commencer tôt.

Il y a une différence entre habiter un village et un quartier isolé.


C'est vrai. J'étais en train de me dire ça avant de te lire. Que peut-être que pour limiter cette peur de solitude, on peut toujours habiter dans (ou près) d'un village et avoir ses terres plus loin. Non? Quoi qu'encore plus dur de se lever le matin...

Donc, j'ai trouvé un bistrot sympa où moi qui ne boit pas; je ne suis pas obligé de consommer. c'est un certain nombre de forum dont celui-là.
Celà dit, il y a des bistrots, où au bout d'un moment les discours du viel habitué emmerde la clientéle.
Quand je vous lasse; il suffit de me le dire.
Allez papé, c'est l'heure, rentre chez toi.


Hé hé, si je viens au comptoir, c'est pas pour y virer ceux qui y sont, c'est plutôt pour venir les rencontrer. :)