Aller au contenu


Photo

Le cinéma documentaire


  • Veuillez vous connecter pour répondre
117 réponses à ce sujet

#21 David

David

    Bricoleur du dimanche

  • Membres
  • 301 messages

Posté 05 avril 2005 - 00:20

À noter : la justice française n'a pas encore bien pris ses marques vis-à-vis de ces méthodes de diffusion.

C'est un peu le grand cafouillage entre droit à la copie privée et contrefaçon.


Pour ce qui est des sites de référencement de liens p2p, ils sont pour l'instant considérés comme illégaux si les œuvres sont protégées par copyright.

#22 melle papillon

melle papillon
  • Localisation:grenoble
  • Intérêts:"visez toujours la lune vous atterirez au moins dans les étoiles"

Posté 05 avril 2005 - 16:48

Pour revenir au sujet global du documentaire n'est ce pas une preuve peut etre que des gens veulent changer :) , c'est à dire qu'ils veulent faire évoluer les pensées, faire ouvrir les yeux au 50 % qui regardent au ciné des films "pas très haut " , peut etre si le documentaire passe au cinéma il va peut etre attiré plus de monde que le documentaire sur arte.
En ce moment il y a le cauchemar de darwin , les cirtiques sont très bonnes je vais allé le voir ce soir...il y a aussi beaucoup de documentaire sur l'afrique...
En tout cas moi je trouve ça très bien :) :) :) :)

#23 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 05 avril 2005 - 22:38

Pour ce qui est des sites de référencement de liens p2p, ils sont pour l'instant considérés comme illégaux si les œuvres sont protégées par copyright.


Avec ce type de raisonnement, je propose une nouvelle constitution européenne en 3 articles:

1 tout ce qui fait dépenser de l'argent aux pays membres doit être privatisé. (Santé, armée, justice...) à l'exception des salaires des parlementaires et des membres du gouvernement.

2 Tout ce qui fait gagner de l'argent à une société privée ou à un particulier est légal.

3 Tout ce qui est gratuit est illégal

4 Si vous êtes en désaccord, reportez vous à l'article 1 et suivant. :)

David, c'est de l'humour, j'avais juste envie de me lacher. Je répondrai plus sérieusement ultérieurement.

#24 David

David

    Bricoleur du dimanche

  • Membres
  • 301 messages

Posté 06 avril 2005 - 00:58

Je ne disais pas ça pour moraliser, mais pour modérer tes propos vis-à-vis de ceux qui ne connaissent pas trop ce système. Pour ma part, je suis encore plus opposé au principe de propriété quand il s'applique aux productions de l'esprit. Mais il me semblait important de préciser qu'il y a une véritable chasse aux sorcières à l'encontre de ces sites en France.

#25 _mirza_

_mirza_

Posté 06 avril 2005 - 07:15

2 Tout ce qui fait gagner de l'argent à une société privée ou à un particulier est légal.
3 Tout ce qui est gratuit est illégal

Ça peut pas marche ton truc: les trucs gratuits rapportent de l'argent aux particuliers, qui peuvent dépenser cet argent à d'autres choses...

#26 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 370 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 06 avril 2005 - 07:47

Pour ma part, je suis encore plus opposé au principe de propriété quand il s'applique aux productions de l'esprit.

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi car je trouve normal d'un écrivain, un musicien ou un réalisateur puisse vivre de ses créations au moins pendant quelques années.
Par contre ce qui me semble choquant c'est que ces droits de propriété durent des décennies puis soient ensuite versés après leur mort à leurs "ayant-droit".
Il me semblerait plus juste qu'ils soient à durée déterminée.

Par ailleurs l'inconvénient de ses sites de chargement c'est qu'ils privent ces mêmes créateurs de toute ressource quand leur production (surtout les docus) n'a pas accès aux lieux de diffusion (télé et cinéma).

#27 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 06 avril 2005 - 15:03

les trucs gratuits rapportent de l'argent aux particuliers

:) :) :) :)

A la limite, les trucs gratuits évitent de dépenser mais de là à rapporter de l'argent, franchement ça m'intéresse. J'adore ce site, il y a plein de bonnes infos!! :)

#28 aigleenvol

aigleenvol
  • Genre: Homme
  • Localisation:40

Posté 06 avril 2005 - 15:30

cool la linguista a fourchada!!!

#29 _mirza_

_mirza_

Posté 06 avril 2005 - 16:55

hé hé hé... oui bien évidemment je voulais dire que ça leur évitait d'en dépenser pour ça, et que donc ils allaient pouvoir dépenser ailleurs ce qu'ils n'avaient pas dépensé là... bon bref je m'enfonce :)
mais je vais réfléchir, si ça se trouve... on sait jamais...

#30 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 06 avril 2005 - 18:28

Par ailleurs l'inconvénient de ces sites de chargement c'est qu'ils privent ces mêmes créateurs de toute ressource quand leur production (surtout les docus) n'a pas accès aux lieux de diffusion (télé et cinéma).


Que fait le créateur, si personne ne veut le diffuser alors qu'il a du talent? Il reste chez lui et il attend que ca passe en espérant qu'un jour peut etre tf1 lui ouvre ses portes!

Il existe des exemples qui prouvent l'inverse de ce quetu dis, Tis. Je pense particulièrement à la musique, certains groupes ont été révélé grace à internet. Aucun label n'a voulu les produire, ils ont réussit à percer grace à internet.

Si on prend l'exemple de pierre Carles, il n'a pu diffuser son documentaire à la télé (pasvu, pas pris). Aujourd'hui il est disponible sur le net. Et il n'est toujours pas mort de faim, il a produit dangers travail :)

Pourquoi les majors attaquent les internautes qui téléchargent? Car elles ont un manque à gagner, pas pour respecter les droits d'auteurs.

cet article en témoigne:

"Cruel dilemme


Apres avoir été impliqué puis relaxé dans des affaires de fraudes fiscales, Pascal Nègre, le Monsieur Morale de la lutte anti-piratage qui est aussi, durant son temps libre, PDG d'Universal Music, nous pose à nous, internautes, un cruel dilemme.

En effet selon son gimmick favori, « télécharger un titre sans payer, c'est participer aux funérailles de la création musicale », l'internaute peut revenir dans le droit chemin via les offres légales en ligne. Mais voilà que l'on apprend que la S.A.C.E.M. vient d'assigner en justice "e-Compil", le service de musique en ligne d'Universal Music France et demande par la même 47.000 euros de dommages et intérêts. La raison? Universal jugeant les taux de royalties exigés par la S.A.CE.M. trop élevés, décide tout bonnement de ne pas payer.

"e-Compil" n'est pas la seule plate forme de téléchargement à avoir des problèmes avec la S.A.C.E.M.
L'internaute de bonne foi est donc bien ennuyé et ne peut décemment soutenir un tel mépris pour les droits d'auteurs...
Universal qualifie cette assignation d'absurde et dénonce la position dominante de la S.A.C.E.M. ainsi que son intransigeance tout en étant la figure de proue de l’action judiciaire contre les simples internautes qui eux n'en font pas commerce, méthode qui avouons le devrait faire hésiter avant de parler d'intransigeance.

Devant tant de contradictions et de mauvaise foi, peut être Pascal Nègre devrait-il prendre exemple sur Hervé Gaymard et donner sa démission, ceci pour le bien de la musique et de ceux qui l'aiment vraiment"
source : www.divxovore.com

L'état est contre le téléchargement car cela atteind l'industrie du disque. Ca n'a rien a voir avec les droits d'auteurs comme ils le laissent entendre. L'industrie du disque va mal mais la musique va très bien. On n'a jamais autant vendu de place de concert qu'en 2004.
Le téléchargement ne nuit pas aux gros artistes mais aux petits. Si l'état avait voulu les défendre, il n'aurait pas réformer le statut des intermitents! On est vraiment tous manipulés par l'état, avec la compicité des médias.

que pense manu chao du téléchargement?

"Manu Chao : "Les grosses maisons de disques sont en train de mourir, il n'y a plus de place pour elles. C'est comme la fin des dinosaures: il y a un changement de climat"

29/10/2004 - Manu Chao donne son opinion sur l'avenir de l'industrie du disque, et sur les campagnes de procès contre les internautes : les magnats du disque sont en train de mourir de leur propre loi , les procès qu'ils intentent sont débiles, et sont la preuve la plus totale qu'ils sont perdus...

C'est une dépêche AFP qui nous dévoile la position de Manu Chao, à l'occasion de la sortie de son livre album "Sibérie m'était contée".

Extraits:

Le téléchargement pirate de la musique sur internet est "inévitable", estime le chanteur Manu Chao, selon qui les grosses maisons de disques "meurent de leur propre loi", la loi du marché, et réagissent en "bête blessée" en poursuivant des internautes en justice.

"Les grosses maisons de disques sont en train de mourir, il n'y a plus de place pour elles. C'est comme la fin des dinosaures: il y a un changement de climat", déclare Manu Chao à l'AFP avant la sortie en librairie, lundi 1er novembre, de "Sibérie m'était contéee", recueil de textes, dessins et chansons élaboré avec le dessinateur Wozniak.

Le téléchargement gratuit "est inévitable, c'est la marche du temps, ajoute-t-il. C'est obligé, c'est la loi du marché. C'est le capitalisme qui a inventé ça: on choisit le moins cher! Ils (les responsables des multinationales du disque, ndlr) sont en train de mourir de leur propre loi".

Pour Manu Chao, dont les opinions sont marquées très à gauche, les poursuites judiciaires engagées par les responsables de l'industrie du disque contre les internautes utilisateurs des réseaux d'échange "peer-to-peer" (P2P) constituent "la preuve la plus totale qu'ils sont perdus".

"C'est débile, ridicule, c'est une réaction de bête blessée", juge le chanteur, qui avait sorti une version courte de "Sibérie m'était contéee" fin septembre en kiosque, hors du circuit de distribution classique des maisons de disques.

Manu Chao fait cependant une distinction entre "majors" et petits labels indépendants: "Les grosses boîtes morflent mais les petites aussi. C'est là qu'il faudrait une éthique du public: que les jeunes piratent les gros comme moi, mais qu'ils fassent l'effort d'acheter chez les petits labels".
//
"La seule chose qui n'est pas piratable, c'est la scène."
source: www.odebi.org

Je rapelle qu'un collectif d'artiste avait signé une pétition pour faire cesser les poursuites judiciaires envers les telechargeurs!
Vous avez déja vu des artistes manifesters contre le téléchargement en demandant à l'état de réagir? moi non! et pourtant l'état va lancer une campagne dans les écoles!
http://www.odebi.org...ion=&var_page=1

autre question, une émission télé est elle protégée par un copyright?
Si oui, un peut faire un procés à tous les possésseurs de magnétoscope, car ils auraient pu échanger des cassettes sans autorisation!

pour finir et répondre à mirza, je pense que l'important dans la vie n'est pas de gagner de l'argent mais de savoir le dépenser.

#31 _mirza_

_mirza_

Posté 06 avril 2005 - 19:43

pour finir et répondre à mirza, je pense que l'important dans la vie n'est pas de gagner de l'argent mais de savoir le dépenser.

:)

Elle est bien ta façon d'expliquer les choses.

Au fait, parmi les docs que tu as cités ici, est-ce que tu pourrais nous dire lesquels sont libres de droits, et lesquels non? Est-ce que c'est une question pertinente d'abord? Je veux dire, "Danger travail" et l'autre du même réalisateur, ont-ils un "statut" particulier par rapport au "cauchemar de darwin" ou à "supersize me" par exemple? Ça a un sens, ce que je demande, ou alors pas du tout?

#32 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 06 avril 2005 - 22:15

Je ne comprends pas trop pourquoi tu poses cette question. Ces 4 docs sont sortis au cinéma, ils appartiennent au réalisateur.(pour plus d'info www.allocine.fr) Pour un usage privé c'est ok, sauf si tu fais payer les entrées!

telecharger des fims sur internet ne pose pas vraiment de problème. Il ne faut pas raisonner en terme de droit d'auteur mais en terme financier!! faites un effort mettez vous à la place du capitaliste! :)

Pourquoi les internautes qui telechargent des films ne sont pas poursuivi, alors qu'en théorie c'est la même logique des droits d'auteurs que pour la musique?
Pour la simple raison qu'un film gagne de l'argent au nombre d'entrée en salle et non sur les ventes de dvd. les résultats des entrées en salle pour 2004 sont positives. S'il y avait un manque à gagner, il y aurait de quoi s'affoler mais là, aucun problème.

Je voudrais quand même rappeler qu'un artiste qui se respecte (musicien, réalisateur...) crée pour pouvoir montrer ses productions et non pour faire du fric, sinon c'est plus de l'art.(ex: grosse production américaine, star académy...)

Mirza, si tu veux une réponse claire, Pierre Carles n'attend qu'une chose c'est que tu vois ses reportages, ils sont faits pour ça. :)

#33 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 06 avril 2005 - 22:53

Je suis d'accord avec toi Taoupet sur le fait qu'il faille arrêter de cautionner le capitalsme à tout va.
Néanmoins, qd je vois un documentaire tel que "The Corporation", et le boulot qu'il y a derrière, j'aurai mauvaise conscience de le télécharger sur la Mule. J'ai été voir sur le site officiel du film et j'y ai vu cette mention :

Buy the DVD
It probably goes without saying, but it would really help our efforts if as many people as possible buy a copy of the film. Like most grassroots organizations, we're perpetually short on funding.

http://www.thecorpor....php?page_id=10

... ben je me suis dit que c'était qd même sucrer les armes de nos confrères qui se battent pour un monde meilleur.
Surtout qd tu apprends que ce film n'a été diffusé que dans une dizaine de salles en France lors de sa sortie !!!!
Bref : je différencierai 2 sortes de documentaires sur la Mule : ceux qui sont passés à la télévision (soit parcequ'ils ont été fait pour celle ci ou si le délais entre sa sortie cinéma et télé a été suffisant), et les autres.
Les autres, à partir du moment où ils sont disponibles en DVD (ce qui est le cas par exemple de SuperSize Me), j'éviterai au possible de les pirater......

#34 _mirza_

_mirza_

Posté 07 avril 2005 - 13:36

taoupet, je posais cette question simplement parce que j'ai une autre démarche que la tienne vis-à-vis de ce que tu expliques: toi, tu connais les détails de ces choses, et moi par contre je ne les connais pas. Par exemple je ne savais pas que tous les docs que tu cites étaient passés au cinéma (je rappelle pour info que chez moi il n'y a que des Grandes Salles Qui Diffusent Des Grosses Productions), et je ne savais pas non plus du tout qu'on ne poursuivait actuellement que les téléchargeurs de mp3 et pas ceux de divx. Je croyais que c'était pareil (= tout aussi "risqué" du point de vue poursuites), je suis jamais allée vérifier. Je ne m'étais même jamais posé la question parce que de mon point de vue de "téléchargeuse potentielle" faire l'un ou l'autre revient exactement au même.

Je te posais cette question parce que je pensais que ça pouvait marcher comme pour la zique, disons: certains diffusent via des maisons de disques, d'autres en copyleft p.ex. (et on ne risque pas de se faire poursuivre pour avoir téléchargé de la zique en copyleft). Ben je me demandais si ça marchait pareil pour les vidéos. D'après ta réponse j'en conclus que non, c'est pas pareil.

Maintenant que tu me dis tout ça ben... j'apprends des choses, tant mieux. :)

Modifié par mirza, 07 avril 2005 - 13:38 .


#35 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 07 avril 2005 - 21:38

je ne savais pas non plus du tout qu'on ne poursuivait actuellement que les téléchargeurs de mp3 et pas ceux de divx


J'ai fait une recherche sur le net et......

Mercredi 23 mars 2005
500 films sur CD : relaxé en appel

Il y a quelques jours se tenait le procès d'un internaute de notre pays qui a été poursuivi après que la police ait mis la main sur près de 500 films au format Divx sur CD. Le jeune homme, originaire de la région de Montpellier, se trouvait certes dans une situation somme toute assez courante de nos jours mais surtout, illégale aux yeux de la justice.

Alors que la plupart des gens s'attendaient à une peine exemplaire de cet individu, c'est une situation totalement opposée qui s'est produite. En effet, le premier jugement prononcé avait décidé de relaxer cet internaute en arrêtant toutes les poursuites menées à son encontre. Comme vous pouvez vous en doutez, le plaignant, qui n'est autre que l'industrie cinématographique, a fait appel de ce jugement. Et contre toute attente, la cour d'appel a décidé de maintenir son premier arrêt et donc, de ne pas condamner l'accusé.

L'argument avancé par la justice est le suivant : « lorsqu'une oeuvre a été divulguée, l'auteur ne peut interdire les copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Plus concrètement, les juges ont estimé que le téléchargement d'œuvres protégées par les droits d'auteurs dans un cadre strictement personnel ne portait pas atteinte à ces derniers et qu'il n'y avait donc aucune raison d'inculper le pirate.

Cette décision intervient quelques mois seulement après le lancement d'une campagne médiatique forte contre le piratage dans notre pays. Rappelons tout de même que les pirates s'exposent à des amendes lourdes et à des peines d'emprisonnement lorsqu'ils téléchargent des contenus protégés.

http://www.presence-...un-pirate-9071/

c'est vrai que 500 films, c'est un peu abuser, ca devient pathologique, je rappelle qu'il n'y a que 365 jours par an! :)

Comme le dit ecliptux, il y a plusieurs sortes de documentaires.
- Ceux qui ont des difficultés à etre diffusé: mondovino, the corporation, mémoire d'un saccage, (à voir au cinéma ou à acheter en dvd si disponible!) cela reste quand même une minorité.
- ceux qui font un carton à la sortie: (farenheit, super size me...) qui n'ont plus besoin des ventes de dvd pour vivre mais qui demande à être vu
- ceux qui viennent de la télé française (vous l'avez sur le net mais vous auriez plus l'avoir par un copain)
- ceux qui viennent des télés étrangères et là impossible à trouver autre que sur le net
- ceux qui sont en copyleft et qui ne demande qu'à être diffusé.


Sinon ce qui me gène vraiment, c'est que l'état utilise les droits d'auteurs pour attaquer en justice et que de l'autre coté il bride tous les documentaires qui dérange, et c'est là que les réalisateurs ont besoin d'être soutenu.

A l'avenir, je vais bien détailler la source du documentaire. :)

Quand je trouve un documentaire, il vaut mieux que je le mette dans ce post, dans le sujet approprié ou dans les deux?

#36 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 07 avril 2005 - 21:52

Juste pour info pour ecliptux :)
Super size me a fait 18 millions de $ de recette aux USA!! Son but n'est pas de se faire de l'argent mais de diffuser l'information.

L'info vient du documentaire:
complement d'enquête - manger tue

Cette émission a été enregistré sur france2.
Elle englobe différents reportages:
- la contre attaque de mac do à super size me
- les marques traquent les enfants jusque dans l'école
- grandes marques, petits mensonges (alicaments, tel que l'actimel)
- le prix des légumes de qualités

#37 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 27 avril 2005 - 22:01

Lorsqu'un documentaire exceptionnel par sa qualité n'a pas été assez diffusé pour que le réalisateur puisse en vivre, il me semble qu'il lui reste une chose à faire: se faire connaitre par tous les moyens. C'est en cela ou emule peut etre un outil intéressant.
Cependant, grace aux bénéfices, le réalisateur peut continuer son travail. C'est le cas de Pierre Carles, qui grace à attention danger travail a pu financer VOLEM RIEN FOUTRE AL PAÏS

Le film est désormais en montage. Sa sortie est programmée vers fin 2005.***
Un mot reçu pendant le tournage : "ce qui nous amène à filmer des gens qui après avoir déserté le salariat cherchent à être autonomes. Nous nous focalisons sur des pratiques collectives privilégiant un fonctionnement en autogestion. Après avoir tourné pendant 15 jours du côté de la Bretagne et des Pays de Loire, nous nous apprêtons à rejoindre l'Ariège, le Larzac et les Cévennes.(...)

Peut etre que johan va témoigner!!! :calin: :calin:

http://www.homme-mod...utre/index.html

#38 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 27 avril 2005 - 22:09

autres documentaires:

The Yes Men
Les "Yes Men", un petit groupe d'activistes, créent un faux site internet affilié à l'Organisation Mondiale du Commerce. Leur ruse fonctionnant au-delà de leurs espérances, ils parviennent à intégrer les rangs de l'OMC, alors qu'ils sont politiquement opposés à la dite organisation. Se rendant de conférences internationales en conférences internationales, ils profitent alors de leur nouveau statut pour défendre leurs "points de vue" et égratigner les manières du libre-commerce mondial.
projeté dans 5 salles :calin:
http://www.allocine....film=57494.html

Profils paysans, chapitre 1 : l'approche
Raymond Depardon propose un voyage dans le monde rural. Il dresse un portrait des paysans, une catégorie socio-professionnelle trop souvent oubliée, que seules des catastrophes climatiques ou des épizooties mettent sous les feux de l'actualité.
projeté dans 4 salles! décidément, c'est une habitude! date de sortie: 9 mai 2001
http://www.allocine....film=34734.html


Profils paysans, chapitre 2 : le quotidien
De jeunes agriculteurs s'installent en Lozère, en Ardèche et en Haute-Loire. Dans le même temps, de nombreuses exploitations se transforment en résidences secondaires. Les problèmes de transmission du patrimoine agissent sur la vie de tous les jours
projeté dans 11 salles, date de sortie: 23 février 2005
http://www.allocine....film=59191.html

#39 taoupet

taoupet
  • Localisation:aveyron

Posté 05 mai 2005 - 18:18

Le boom du documentaire engagé

C'est l'Afrique en ruines ou l'Argentine en reconstruction ; le souvenir de l'extrême gauche américaine ou la mémoire du génocide au Cambodge ; les vestiges industriels de la Chine communiste ou la mondialisation appliquée au commerce du vin. Chaque semaine ou presque, le cinéma complète pièce après pièce le puzzle de la planète et de ses dysfonctionnements.

Point de départ possible, le choc de The Big One, de Michael Moore (deux cent mille spectateurs pendant l'hiver 1999-2000 !), une analyse de la mondialisation alors même que ce mot n'est pas encore sur les lèvres. Le docu d'antan y perdait son côté pédago et, sans rien lâcher de sa vocation d'informer, cherchait à secouer le spectateur, utilisait les recettes du cinéma de fiction, voire de divertissement.

Ménageant un triple en- jeu, esthétique, commercial et citoyen, ces films-là peuvent-ils encore être baptisés « documentaires » ? Leur palette est large, des pamphlets de Michael Moore (Bowling for Columbine, en 2002 ; Fahrenheit 9/11, Palme d'or à Cannes, en 2004) à la fresque enneigée de Wang Bing (A l'ouest des rails, 2004), via la thérapie mémoriale de Rithy Panh (S-21, La machine de mort khmère rouge, 2003) ou la démonstration économique de Jonathan Nossiter (Mondovino, 2004). Chaque fois un auteur, un regard, une investigation : celle-ci peut être énergique, « à l'américaine », ou simplement observatrice. Le genre est ainsi à la confluence du journalisme audiovisuel à l'anglo-saxonne et du pur cinéma.

De ce choix - traquer l'information ou saisir le réel sur la longueur - dépend la place du cinéaste, interventionniste ou en retrait, en demande ou à l'écoute. Michael Moore construit chacune de ses apparitions comme s'il était son propre personnage principal. Avant lui, Marcel Ophuls, l'un des plus grands documentaristes français, aimait aussi provoquer et se mettre en scène, comme dans le magnifique Veillées d'armes (1994), sur la couverture médiatique du conflit en ex-Yougoslavie.Raymond Depardon, au contraire, est invisible à l'écran et refuse la voix off. Hubert Sauper, le réalisateur du Cauchemar de Darwin, n'apparaît pas non plus à l'image, et la lisibilité de son enquête y gagne.

Ces nouveaux types de documentaires se multiplient dans les salles. Certains ont un large destin public, d'autres n'ont droit qu'à des sorties confidentiel- les. Quelques-uns ont une origine purement télévisuelle - il faut croire que les chaînes anglophones ont de vraies ambitions de production. Tous participent d'une éducation citoyenne : au détour d'une séance, suivie souvent d'un débat, on comprend mieux l'endettement du tiers-monde (Life and Debt, de Stephanie Black, 2001), ou les voies de l'altermondialisme (Pas assez de volume et Davos, Porto Alegre et autres batailles, de Vincent Glenn, récemment édités en DVD). Transformer les salles de cinéma en lieux d'échanges et de débats, c'est l'utopie d'une nouvelle génération de cinéastes de l'agit-prop. Surprise, ça marche !

Aurélien Ferenczi

http://cinema.telera...21156381&srub=1

#40 _mirza_

_mirza_

Posté 05 mai 2005 - 19:19

j'ai quand-même l'impression que c'est pas complètement un hasard si les réalisateurs français (européens) cités ont pur usage de ne pas paraître dans leurs docs, alors que l'américain Moore en fait un moyen d'action, une base stable pour ses oeuvres.

Transformer les salles de cinéma en lieux d'échanges et de débats, c'est l'utopie d'une nouvelle génération de cinéastes de l'agit-prop. Surprise, ça marche !

heu, moi j'ai jamais vu de débat dans les salles de cinoche... les gens y vont, voient le doc, éventuellement applaudissent, puis sortent accompagnés des mêmes personnes qu'à leur entrée et vont vers leurs voitures en se disant "ha la la quand même c'est incroyable ce qu'ils font ces gens le monde va mal"... je sais pas, je ne suis pas spécialiste de ça, mais c'est l'impression que ça me donne. Celle d'un moyen bien pratique d'offrir de la révolte molle à des citoyens acculés au désespoir en leur montrant qu'ailleurs c'est pire, que les méchants sont méchants (et quasi-intouchables), que la planète part en couille, que la machine est très grosse a un sacré élan. Et eux qui sont au milieu, ben, ok ils sont informés, mais... et alors?

(je me fais un peu l'avocat du diable hein, je force le trait exprès)