Aller au contenu


Photo

Rendre le bois imputrescible


  • Veuillez vous connecter pour répondre
40 réponses à ce sujet

#21 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 357 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 05 juin 2006 - 08:36

D'après ce que j'ai pu trouver, la demi-vie de ce type de produit (Pentachlorophénol = PCP ) dans l'air serait de 29 jours. Hypertoxique, cancérigène, provoquant des troubles de la fertilité, etc, c'est le type même de produit à ne plus jamais utiliser. :calin:

Malheureusement nos maisons en ont largement été imprégnées depuis une 50aine d'années et pour lutter contre ces toxiques je ne connais que 2 solutions :
- aérer le plus souvent possible et dormir avec les fenêtres entr'ouvertes à la belle saison,
- mettre des plantes vertes dans la maison pour qu'elles purifient l'air. Contre le PCP, le phylodendron est efficace paraît-il. On a commencé à en parler ici : http://www.onpeutlef...?showtopic=4094

Pour traiter ton meuble, tu peux utiliser de l'essence naturelle de térébenthine mais surtout fais-le à l'extérieur ou dans un garage car elle est très volatile.

#22 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 357 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 05 juin 2006 - 19:57

En fait cela fait plus de 60 ans que ces produits nous empoisonnent puisque "des produits contenant des chlorophénols sont enregistrés au Canada depuis 1942."
Source : http://www.pmra-arla...rdd_d8702-f.pdf


Le conseil d'un pro, M. Studer, charpentier, dans les archives du forum "Bâtir Sain" :

J'abonde dans le sens que la meilleure solution et la plus économique reste de ne pas traiter.
En effet si l'on utilise les bois adaptés à l'usage que l'on désire, il n'y a généralement pas de problèmes, nos forets produisent suffisamment d'essences résistantes pour ce faire. J'en parle avec mon expérience de 25 ans de chantiers divers sur lesquels à part quelques attaques d'aubier mal purgés, nous n'avons jamais rencontré de problème important.
Le traitement chimique a été inventé par une industrie qui désire valoriser des bois de mauvaise qualité, ou plutôt de qualité inadaptée à l'usage qu'on veut en faire, la gestion de la foret ayant été pendant de longues décennies assez déplorable (plantations de résineux bas de gamme en grande quantités)

http://www.mail-arch...t/msg00307.html

#23 geispe

geispe
  • Genre: Homme
  • Localisation:Strasbourg

Posté 06 juin 2006 - 11:31

pour les jardinières ou pots en bois destinés à recevoir des plantes, on peut, lorsqu'il sont prêts, les faire flamber à l'intérieur en y faisant brûler du papier et en les faisant tourner pour brûler et noircir et durcir toute la surface intérieure.
çà ne les rend pas imputrescibles mais çà les faire durer bien plus longtemps. Il n'existe rien d'imputrescible dans la nature : faut s'y faire.

#24 Soconelle

Soconelle
  • Localisation:Brocéliande

Posté 06 juin 2006 - 17:43

Pour traiter ton meuble, tu peux utiliser de l'essence naturelle de térébenthine mais surtout fais-le à l'extérieur ou dans un garage car elle est très volatile.


Donc Tis juste de l'essence de térébenthine fera fuir ces petites bêtes? Tu sais combien de temps le meuble reste ainsi protégé, ou faut-il renouveler l'opération souvent?

Merci Tis et Geispe :calin:

#25 paonie

paonie
  • Localisation:centre bretagne

Posté 13 juin 2006 - 14:08

pour compléter, quelques pistes bien rôdées...

Pour traiter un bois qui va devoir rester dehors ou resister à la pluie et à l'humidité : goudron de norvège : 1/3 huile de lin, 1/3 térébenthine et 1/3 goudron de bois (bon, je sais pas facile toujours à trouver, mais dans les boutiques d'acastillage ou le scoop maritimes (pas employés parles touristes, mais connus des pro de la mer).
Pas polluant. A utiliser à chaud (donc prévoir un mode de chauffe). La couleur est assez foncée, mais en revnahc,e si l'odeur est forte, elle n'es tpas désagréable : pas une i mpression de chimique ou de synthétique, si vous voyez c'que j'voulions dire...)
C'est ce que nous allons utiliser pour protéger le bois de notre bâtis sur ourdis cet été : ça évite les polyanes et autres trucs pas propres et protègera bien notre extension.

Pour le bois domestique de l'intérieur de la maison, qui craint les taches de toutes sortes et l'eau : 1/3 huile de lin 1/2 térébenthine, appliquer 1à 2 fois / an ça suffit largement en utilisation normale.
Je traite ainsi les plans de travail de ma cuisine, et ils en voient quand même passer !

Sinon, pour les amateurs de sensations forte,s il y a aussi le suint de mouton, mais là, il faudra que je demande des précisions à mon homme, c'est lui qui a étanchéifié un bateau en cuir avec cette technique....


#26 doudouka

doudouka
  • Localisation:grece

Posté 17 juillet 2006 - 11:20

Une idee,

Je voudrais fraire construire une maison en bois. A l'exterieur, ils peuvent mettre ce qu'ils veullent. (je vis a l'etranger et ici on ne trouve pas tous les produits que vous avez en France ou en Belgique), mais pour l'interieur, stop aux saletes. :(

De l'huil de lin avec certaines huiles essentielles (ca reviendra peut etre un peut cher)
- anti-champigons: theetree
- anti-insectes: lavende, sauge, et un tas d'autres.

Qu'est ce que vous en dites? :sourire:

#27 doudouka

doudouka
  • Localisation:grece

Posté 20 juillet 2006 - 16:18

Peut'etre quelqu'un de vous pourrait me dire (parce que je ne me souviens plus) comment s'apelle l'organisation de protection des consommateurs en belgique et peut etre en france qui pourrait m'aider a comparer les marques de produits pour la protection du bois.
il y a surement un site www.

merci. :(

#28 scombrax

scombrax

Posté 23 aot 2006 - 16:22

pour compléter, quelques pistes bien rôdées...

Pour traiter un bois qui va devoir rester dehors ou resister à la pluie et à l'humidité : goudron de norvège : 1/3 huile de lin, 1/3 térébenthine et 1/3 goudron de bois (bon, je sais pas facile toujours à trouver, mais dans les boutiques d'acastillage ou le scoop maritimes (pas employés parles touristes, mais connus des pro de la mer).
Pas polluant. A utiliser à chaud (donc prévoir un mode de chauffe). La couleur est assez foncée, mais en revnahc,e si l'odeur est forte, elle n'es tpas désagréable : pas une i mpression de chimique ou de synthétique, si vous voyez c'que j'voulions dire...)
C'est ce que nous allons utiliser pour protéger le bois de notre bâtis sur ourdis cet été : ça évite les polyanes et autres trucs pas propres et protègera bien notre extension.

Le goudron de pin pout tout naturel qu'il soit est une vraie cochonnerie particulièrement toxique même s'il a été utilisé depuis des lustres pour l'étanchéité des bateaux et la protection des maisons nordiques.

A tel point que son utilisation comme produit de protection du bois est interdite par la directive biocide à partir du 1er septembre 2006.

Au passage la térébenthine n'est pas beaucoup mieux. A passer dehors ... le vent dans le dos ou avec un masque anti-solvant.

#29 S6hw

S6hw

Posté 23 aot 2006 - 16:59

Au passage la térébenthine n'est pas beaucoup mieux. A passer dehors ... le vent dans le dos ou avec un masque anti-solvant.

Bonjour,

Pour l'essence de térébenthine, même remarque que scombrax.
Mais si vous désirez tout de même en utiliser, prenez de l'essence de térébenthine balsamique naturelle, c'est la moins toxique que je connaisse.

Essence de térébenthine balsamique naturelle :
R10 : Inflammable.
R38 : Irritant pour la peau.
R43 : Peut entraîner une sensibilisation par contact avec la peau.
R50 : Toxique pour les organismes aquatiques.
R53 : Peut entraîner des effets néfastes à long terme pour l'environnement aquatique.
S24 : Eviter le contact avec la peau.
S37 : Porter des gants appropriés.

+ masque anti-solvant comme le préconise scombrax.

Bien cordialement.

#30 bad bic

bad bic
  • Localisation:finistère sud
  • Intérêts:pleins de choses

Posté 11 mars 2009 - 00:17

oui, et puis l'huile de vidange , comment peut on dire -comme cité plus haut- que "ca n'est pas inécologique ? "

c'est pas pour rien s'il existe des collectes d'huiles ! ces huiles synthétiques concentrent toutes les saloperies de nos moteurs, dont des micro particules de métaux divers... ainsi, des calculs en sont arrivés a la conclusion qu'un litre d'huile de vidange pouvait polluer 1 million de litres d'eau ... bravo pour l'écologie économe ...

alors nos " ancètres " on peut etre usé de ce procédé, mais ceux sont aussi nos ancètres qui ont utilisé a foison du chlorate de soude dans les champs...

le carbonyl ... il respecte les normes maintenant ? ca me surprend ! je me souviens quand j'était petit, avoir repeint une barrière avec ca ... ben il doit etre bien gorgé de saloperies celui la ...quand on voyait la couleur argentée-hydrocarbure des gouttes de pluie qui ruisselait dessus pendant plus d'une année ...par contre c'est sur, il pourrit pas le bois...


non, je pense que de manière générale, plus le bois est imputrescible, et plus le produit qui l'a traité est nocif ... rien n'est inaltérable dans la nature, je suis d'accord . ( a part peut etre certains métaux comme l'or )

pour tout cela je pense a l'huile de lin, la cire d'abeille ... encore que l'huile de lin, on l'achète, elle est produite industriellement...

je me pose des questions a propos de l'eau de mer . du genre les bois qui tombent des porte-conteneurs et qui baignent trois semaines avant de s'échouer sur les plages . comment ces bois résistent-ils dans le temps ? parait il que beaucoup de xylophages ne supportent pas le sel de mer ? en contre partie ce sel contenu dans le bois retiendrait il l'humidité ?

je me questionne aussi sur les lichens. quel est leur role dans la pourriture, comment fonctionnent ils ?

#31 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 994 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 11 mars 2009 - 10:11

les bois qui tombent des porte-conteneurs et qui baignent trois semaines avant de s'échouer sur les plages, comment ces bois résistent-ils dans le temps?

les lichens, quel est leur rôle dans la pourriture?

Le genre de question qu'un savoyard ne pouvait poser!

Les bois flottés, ceux qui sont tombés d'un navire, sont souvent des bois exotiques. Le sel de l'eau de mer ne les imprègnent pas "à cœur". Un lavage à l'eau de pluie suffirait à les dessaler.

J'aimais, jeune, aller avec mon père récupérer de tel bois sur les plages normandes. Nous avons utilisé nos trouvailles, parfois de qualité (chêne, okoumé, thuyas, pin) à toutes sortes de travaux de menuiserie, sans difficulté particulière.


Les lichens sont aujourd'hui utiles à la détection et au dosage des polluants aériens. (un suivi scientifique en cours aux abords d'un incinérateur angevin, vu à la TV)

Les lichens sont parmi les premiers à s'installer sur tout support. Ils vont contribuer progressivement par l'accumulation de poussières minérales et végétales à former un "sol". C'est l'humidité de mieux en mieux stockée qui permet à la flore des mousses de s'installer.

Le bois rentre dans le grand cycle



#32 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 11 mars 2009 - 12:59

sinon pour notre toonoo nous avions vu ca (anti UV) car une partie sera à l'exterieur .

Maintenant que vaut la cire d'abeille à l'exterieur (chauffé et appliqué au pinceau) ? Combien de fois par an il faut l'appliquer ? ;)

Modifié par Corpse Grinder 666, 11 mars 2009 - 13:01 .


#33 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 994 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 11 mars 2009 - 13:24

De la cire d'abeille ou plutot de l'encaustique?
Je n'ai jamais tenté, les chaleurs de l'été ou les rigueurs de l'hiver doivent laver rapidement la protection qui reste superficielle.

Les huiles antiUV, huile-dure, huile-cire du site cité; je n'ai pas lu de compositions… Sans doute la seule solution.
Ou alors une peinture bois micro-poreuse?

Ce toonoo doit être aussi accessible que la clé de voute de mon zome. Pour appliquer un produit, le pinceau dans une main, le pot dans l'autre et la troisième pour se tenir à l'échelle?

Par contre j'ai été surpris de voir préconiser une huile de soja (!) pour le carrelage.

#34 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 11 mars 2009 - 23:50

j'y repense : huile de lin + térébenthine pure gemme pour traiter le bois intérieur est ce que ca le fait ?
car a priori la térébenthine pure gemme se volatilise rapidement , malgré cela y a til des problème de pollution ou de COV par ce dissolvant ?
je lis sur différents site que le white-spirit spirit est moins nocif que la térébenthine mais est ce vrai par rapport à de la pure gemme ( et non essence de térébenthine qui est = 50% térébenthine + 50% toluène) ?

#35 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 994 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 12 mars 2009 - 00:53

Bois intérieur; huile de lin chaude, puis encautique, ça me parait largement bien et beau.

Le 50% toluène je ne savais pas. Pure gemme, j'aime bien l'odeur… une sorte de rappel mémoire.

#36 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 12 mars 2009 - 10:03

disons que la térébenthine sèche plus vite ... certes il y a moyen d'attendre , en plus les beau jours arrivent , mais l'autre avantage c'est que le bois absorbe plus facilement l'huile avec la térébenthine ... d'où ma question : est ce qu'après séchage il n'y pas pollution de la part du solvant : la térébenthine ou de rejet de COV ? :roi2:

#37 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 12 mars 2009 - 10:15

je me répond en partie par le biais d'un autre post volontairement ;) :

sur ce lien il est noté que :

les produits de nettoyage (détergents, décapants, détachants, diluants, alcool à brûler, essence de térébenthine, etc.), constituent des sources ponctuelles de COV. Leur utilisation conduit à une émission instantanée de COV dans l'atmosphère.


bien mais c'est de l'ESSENCE et non du pure gemme .

sur ce pdf

OICI QUELQUES EXEMPLES DE COV RÉPANDUS,
POTENTIELLEMENT NUISIBLES OU ALLERGÈNES:
Propane, butane
Acétone
Alcools (éthanol/alcool éthylique ou alcool isopropylique)
Acétate déthyle
Paradichlorobenzène
Perchloroéthylène
Toluène/Toluol
Xylène/Xylol
Styrène
formaldehyde
white spirit (sangayol)
essence de terebenthine


La encore cela donne des pistes sans en donner et oui dans l'essence de terebenthine il y a du toluène et le toluène est dans cette liste , donc forcément l'ESSENCE de terebenthine y est aussi .... :cogite:


sinon il y a cette discution qui peut être interessant : suivre le lien
;)

#38 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 994 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 12 mars 2009 - 13:18

me semble avoir lu un post très pertinent d'une certaine Moxaline… sur le forum cité.

  l'huile de lin n'est pas toxique en soi, les solvants nécessaire à son utilisation bien. Que ce soit la térébenthine ou les très à la mode terpènes d'agrumes, ils ne sont pas à sniffer, voilà tout.

Le débat entre "nouveaux" produits naturels-bio-qui ne polluent pas et les produits conventionnels de l'industrie chimique tourne autour de trois points:

- la toxicité lors de la mise en oeuvre.

- la toxicité à long terme qui peut polluer l'air de nos maison. On pense aux formaldéhydes émis par la colle des panneaux d'agglo ou de contreplaqué, certaines moquettes, les benzènes, tout ce qui est regroupé sous le terme COV (composants organiques volatiles, je crois), les fongicides, les pesticides, les conservateurs...
C'est là le premier grand argument pour les produits naturels style huile de lin, sel de bore, laine de chanvre, etc.

- la toxicité lors de la démolition ou la destruction, accidentelle ou non. On pense au fameux fibro-ciment dont l'amiante est précisément libérée lors de la démolition, mais aussi au PVC, très dangereux en cas d'incendie (et, semblerait-il, simplement en vieillissant), aux mousses PU, aux polystyrènes type styrodur, etc.
Deuxième grand argument des produits naturels.

On peut encore ajouter des arguments du type développement durable, écobilan global mais là, on s'éloigne de la toxicité immédiate.

Et comme toujours, il faut être logique avec ses objectifs et la matière sur laquelle on travaille. Cela n'a aucun sens d'investir dans une huile bio/naturelle/écorespectueuse pour protéger un parquet collé sur une base mdf et traité aux fongicides et pesticides... (encore que chacun fait ce qu'il veut)

Et pour revenir à la question initiale, les produits de vitrification à base d'huile contiennent généralement différentes huiles et cires (huile de lin, huile de bois, colophane, cire), un solvant (souvent des terpènes d'agrume), un siccatif et quelques autres composants moins net (conservateur, entre autres). Leur durée de vie est similaire à une vitrification conventionnelle. Ils ont l'avantage de pénétrer dans le bois (au lieu de former une pellicule dure comme les vitrificateurs classiques). Ils sont nettement moins dangereux à poncer lors du renouvellement de la vitrification. Ils donnent un aspect "naturel" très à la mode en ce moment... mais les vitrificateurs actuels proposent aussi un fini "mat" ou "bois brut". Leur prix est comparable à un produit haut de gamme classique.



#39 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 12 mars 2009 - 22:53

Cette essence est obtenue par distillation de la gemme du pin maritime - d'où son odeur caractéristique. Elle accélère le séchage des peintures. Pourtant issue d'une résine naturelle, elle peut s'avérer allergisante. Les pins d'Europe du Nord contiennent naturellement une substance pouvant déclencher de l'eczéma (on parle d'eczéma du peintre) : le delta-3-carène. Les pins du Sud de l'Europe en sont exempts. C'est pourquoi, il est préférable d'utiliser une essence de térébenthine "pure gemme" du Portugal. C'est celle-ci que les fabricants de peinture naturelle utilisent généralement.


je l'ai trouvé ici :roi2:

#40 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 357 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 23 novembre 2019 - 11:39

A propos de l'eau de mer, voici quelques infos sur la technique qui était utilisée dans le parc à bois de Lanester :
 

Si c'est bien la Compagnie des Indes qui, la première, a utilisé l'immersion pour la conservation du bois dans l'anse de Caudan et sur la Prée-aux-vases, la Marine nationale a « industrialisé » cette technique. À Lorient, mais aussi à Brest-Penfeld et dans les autres arsenaux. « L'immersion dans une eau saumâtre (mélange d'eau de mer et d'eau douce) ou dans un parc soumis à l'alternance des marées s'est révélée être la meilleure technique de conservation du bois avant usage dans la construction navale ». C'était la seule solution pour les préserver de la voracité des tarets, des vers aquatiques. Les deux solutions ont été expérimentées à Lorient : l'immersion dans l'eau saumâtre dans la fosse aux mâts de l'anse de Caudan et dans une zone soumise aux marées, à Saint-Isidore.
 
(...) Entouré d'une palissade, « on a compté jusqu'à 5.000 pieux », indique Gérard Le Bouëdec. Des pieux installés par quatre et plantés jusqu'à deux mètres de profondeur, avec sur le sol des lambourdes qui supportaient les pièces de bois à conserver, tandis que des « clés de bois » les retenaient au-dessus. « De larges travées étaient aménagées pour permettre à marée haute aux radeaux à bigues de venir récupérer ou installer le bois ».


L'article complet : https://www.letelegr...15-10650574.php


  • permazen aime ceci