Aller au contenu


Photo

L'humus


  • Veuillez vous connecter pour répondre
89 réponses à ce sujet

#1 korrotx

korrotx
  • Localisation:Euskal Herria

Posté 12 aot 2005 - 18:14

Bon les filles (et les gars), on parle pas mal de pic pétrolier, la fin de la civilisation thermo-industrielle, tout ça (pour plus d'infos voir ici et , c'est très bien expliqué) mais pour ma part il y a quelque-chose qui me préoccupe plus sérieusement, c'est la disparition des sols, la perte de l'humus, c'est à mes yeux aujourd'hui le problème numéro 1 de l'humanité, puisqu'il met en péril sa capacité à se nourrir.
Le problème de l'humus a déjà été mentionné ça et là sur le forum mais sans qu'il y ait spécialement un topic à ce sujet, aussi du fait de l'importance du problème il m'a semblé intéressant d'en lancer un.
En guise d'introduction à ce sujet je vous invite à lire cette interview passionante de Claude Bourguignon (directeur du Laboratoire d’Analyse Microbiologique des sols, ingénieur agronome (INA PG), enseignant à la première Chaire Française de Pédologie et de Microbiologie du sol (Beaujeu), expert du sol auprès de la CEE) sur le lien suivant : http://www.passerell...?id_article=113
Plutôt que d'en donner des extraits (durs à choisir tellement tout est intéressant) je préfère vous laisser lire l'intégralité, cela pourra servir de base de discussion sur le thème "que mettre en oeuvre pour regénérer les sols?".
J'attends vos impressions ;)

#2 Didoune

Didoune
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Poitiers

Posté 12 aot 2005 - 19:28

Merci Korrotz, je ne m'imaginais pas tout ça sur les sols... Ce témoignage est vraiment très intéréssant...
J'aime aussi beaucoup la vision qu'il renvoit de pasteur...


Les bactéries des sols fixent l’azote de l’air pour faire des nitrates. Gratuitement ! L’homme, lui, utilise 10 tonnes de pétrole pour fixer une tonne d’azote. Qu’il vend. Cher.

:o

L’Inra a rejeté en bloc l’agriculture biologique, bio-dynamique, sans l’avoir jamais étudiée ! C’est une faute professionnelle grave de la part de cet Institut face à la déontologie scientifique.

L'église faisait pas la même chose à une époque ?

Ce n’est plus réellement un Institut d’état. C’est un Institut au service des grandes entreprises marchandes d’engrais.

...Qui dirige vraiment le monde ? ;)

Il y a un passage super intéressant dans ce texte (enfin non, il y en a plein) :

Des tas de manuscrits du début du XIVe siècle décrivent des orages terrifiants venant de la mer, provoqués par la disparition des forêts qui tamponnaient le climat. Au XVIIe siècle, l’Europe sort de ce cauchemar écologique à travers la pratique du labourage et du pasturage.
"..."
Mais au me moment où l’on résout le problème écologique en réintroduisant l’animal dans le système agricole, l’industrie arrive et fout tout par terre.

Je relie ça à un article dans je sais plus quelle revue qui détruisait la décroissance en disant qu'une société évoluait en U à l'envers par rapport à la pollution : Elle polue polue polue, puis stagne, puis réduit sa pollution en utilisant les connaissances acquises qui lui ont permis de se rendre compte de sa pollution, puis de venir à bout de ses erreurs. (Mais moi j'utiliserais le même discours pour défendre la décroissance ; quel moyen met-on en place pour vivre dans la même société, sans polluer ? Hein ?)
L'exemple qu'il donne c'est exactement ça qui est décrit : la destruction des forêts entrainant des problèmes écologiques graves, puis résolution de ces problèmes... Jusqu'à l'arrivée de l'industrie. Mais n'est ce pas le même chemin pour l'industrie ? Arrive t'on à nouveau en haut du U renversé ? N'est-ce pas d'ailleurs par ce qu'il y a plein d'alerte que nous sommes là à discuter sur ce forum ?
... Cette hypothèse serait rassurante en tout cas... Ca voudrait dire qu'on est peut-être pas si mal barrés, et que nous n'assisteront pas à la fin du monde... Mais à une résolution de problèmes...
Ce n'est en tout cas pas ce qu'il dit après, où l'on arriverait selon lui à la fin de notre civilisation... C'est ce que je crois depuis longtemps... Mais l'hypothèse que j'ai mis juste au-dessus et qui est toute nouvelle pour moi, je me dit qu'elle est pas plus mal dans le sens où elle donne de l'espoir, permet de se dire aussi qu'on peut changer les choses...
Peut-être qu'en fait on arrive entre ces deux chemins. Soit cette civilisation arrive à sa perte, soit les choses vont changer et la courbe va s'inverser...

D’ailleurs que l’on ait extrait de l’huile à chaud pendant la dernière guerre mondiale, parce qu’on n’avait pas d’huile à donner aux Français, on comprend tout à fait. Mais que les huiliers aient gardé le procédé d’extraction à chaud alors que c’était interdit avant la guerre, là c’est scandaleux. Là, ils font de l’argent sur le dos des gens et cela ne correspond plus du tout à un problème de survie. C’est devenu un problème de gros sous.

8)

Modifié par Didoune, 12 aot 2005 - 20:16 .


#3 Mag

Mag

    Jardinière d'UN possible...

  • Membres
  • 204 messages
  • Localisation:Morbihan

Posté 12 aot 2005 - 20:27

Merci Korrotz de lancer ce sujet il me tient à coeur depuis que j'ai commençé a apprendre avec la terre à soigner et préserver cet état d'humus vivant, je lirai les liens que tu donne, mais là je voudrai laisser parler mon coeur sur ce sujet,
je vis depuis 2 ans en Bretagne sans pluie, et j'ai fait une expérience particulière de jardin à partir d'un tas de sable landeux épandu au tractopelle par mon proprio, et sur lequel j'ai mis en pratique tout ce que j'avais appris en montagne et tout ce que j'avais lu depuis que j'étais partie de ma montagne pour favoriser "avec la persévérance d'une jument" comme dit le Yi King, le tube digestif de la terre, son humus.
Le protèger d'une couverture permanente, l'ouvrir à l'air tout en ménageant les petits canaux de ses précieux gaz, lui apporter du compost des cendres des algues des coquilles des merdes de poules et mange et mange et mange belle et bonne terre!
Déposer précieusement les graines de ce que j'aime manger dans cette matrice noire qui sent si bon et laisser faire...

Je suis la seule aujourd'hui dans le coin a ramasser des courgettes des tomates des haricots et des fraises, en ayant que des bouteilles pantées remplies par l'eau du toit conservée depuis la dernière pluie, ma terre est couverte de tréfle blanc, de phacellie, de moutarde, à travers lesquels les légumes poussent, elle a été nourri par moi entre avril 2004 et mai cette année, et aidée à lutter contre la sécheresse en faisant des rigoles et des buttes de culture entre...jamais à nue, elle deviens progresssivement vivante sur 20 cm ce qui ne suffit pas à la sauver du désastre de l'épuisement des nappes phréatiques qui sont pompées inconsidérément!
Le problème de l'humus se groupe avec le probléme de l'asséchement en profondeur et de la non concordance harmonique avec les nuages porteurs de pluie qui fuient vers plus d'humide pour lâcher leur pluie...

Si je continuais ce jardin peut être que j'aurais pu l'an prochain atteindre la couche sableuse et gagner dix centimetres...Mais je dois déménager...
Je suis catastrophée de l'état de la terre des champs agricoles autour de moi.
Catastrophée de voir la france des jardins que je connaissait ressembler aux plaines de la beauce de mon enfance parisienne, terre blanche, sans odeur, poussière...

Ce sera pas difficile d'entrer en famine!

Jean db m'a appris sur Onnouscachetout.com et aider à comprendre pourquoi et comment la sécheresse va finir le travail des exploitants agricoles pour stériliser la terre...
Korrotz j'ai cru comprendre que tu étais en montagne basque ? On entretient les biefs encore là bas?

Des fois j'aimerai revenir à une exploitation plus grande et favoriser en un lieu la culture de l'humus afin que des portions de régions soient préservées et montrent l'exemple aux voisins, aux étudiants agricoles...
J'ai plus de temps à utiliser mon énergie à me préserver des mal façons régionales...Et elles sont lourdes toutes ces malfaçons s'aditionnant avec la politique agricole extensive choisie par la fnsea dominante, la mainmise du crédit agricole, etc, à composter tout ça!

Bou je voudrais une révolution de jardiniers ! Mais même les agriculteurs anciens paysans que je rencontre sont coincés...Ou le croient...

Préserver l'humus c'est mettre de l'amour dans la terre, elle sait faire, elle fait toute seule, elle à pas besoin de nous pour ça, c'est pour ça que j'apprend le jardinage permaculture, ça fait manger, c'est pas coté en bourse, et pas besoin de subventions.
Si je note dans mon budget le prix que j'aurais payé ne serait ce que pour les kilos de haricots beurres que je me suis régalée... ben mon RMI coté nourriture il est pas dépensé.

Mais ceci est une autre histoire :o

Hasta luego ;)

#4 korrotx

korrotx
  • Localisation:Euskal Herria

Posté 12 aot 2005 - 21:43

Merci pour vos commentaires ;).

Cette hypothèse serait rassurante en tout cas... Ca voudrait dire qu'on est peut-être pas si mal barrés, et que nous n'assisteront pas à la fin du monde... Mais à une résolution de problèmes...
Ce n'est en tout cas pas ce qu'il dit après, où l'on arriverait selon lui à la fin de notre civilisation... C'est ce que je crois depuis longtemps... Mais l'hypothèse que j'ai mis juste au-dessus et qui est toute nouvelle pour moi, je me dit qu'elle est pas plus mal dans le sens où elle donne de l'espoir, permet de se dire aussi qu'on peut changer les choses...

Pour ma part je mets l'espoir de côté, ça me laisse le champ plus libre pour agir :o (voir ici)

Peut-être qu'en fait on arrive entre ces deux chemins. Soit cette civilisation arrive à sa perte, soit les choses vont changer et la courbe va s'inverser...

C'est sûr, ce sera l'un ou l'autre, impossible que cela continue ainsi sans faire de très gros dégâts.

Le protèger d'une couverture permanente, l'ouvrir à l'air tout en ménageant les petits canaux de ses précieux gaz, lui apporter du compost des cendres des algues des coquilles des merdes de poules et mange et mange et mange belle et bonne terre!
Déposer précieusement les graines de ce que j'aime manger dans cette matrice noire qui sent si bon et laisser faire...

;)

Ce sera pas difficile d'entrer en famine!

C'est bien ce qui m'inquiète aussi...

Korrotz j'ai cru comprendre que tu étais en montagne basque ? On entretient les biefs encore là bas?

Moi je suis plutôt dans la partie Nord entre le piémont et la côte, mais les biefs effectivement il y en a encore, on les trouve plutôt vers l'Est, en Xiberua (Soule) et dans la vallée de l'Erronkari (Est de la Navarre).

Des fois j'aimerai revenir à une exploitation plus grande et favoriser en un lieu la culture de l'humus afin que des portions de régions soient préservées et montrent l'exemple aux voisins, aux étudiants agricoles...[...] Préserver l'humus c'est mettre de l'amour dans la terre, elle sait faire, elle fait toute seule, elle à pas besoin de nous pour ça, c'est pour ça que j'apprend le jardinage permaculture, ça fait manger, c'est pas coté en bourse, et pas besoin de subventions.

C'est clair qu'il est important de développer le plsu possible des îlots d'humus préservé, cela servira certainement de point de départ et/ou de modèle pour regénérer des sols maltraités.
Pour ma part je me mets dès cet automne au biointensif (voir ici et ) avec culture sur buttes pour les légumes. Avec la crise pétrolière qui arrive, je risque de faire des émules 8)

Bou je voudrais une révolution de jardiniers !

http://kropot.free.fr/stz.htm

#5 Didoune

Didoune
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Poitiers

Posté 12 aot 2005 - 22:11

Merci pour ces liens !
Quand je parlais d'espoir, ce n'était pas un espoir passif, c'était un espoir dans le sens : c'est possible. Bien sur qu'on ne sait pas de quoi sera fait l'avenir, et qu'il ne sert à rien de perdre son énergie en tergiversation sur ce que ce sera... Simplement bah des fois on a l'impression de se battre contre des moulins à vent, qu'on est seuls face à toutes ces mauvaises nouvelles écologiques, et que de toute façon notre civilisation est décadente et qu'on arrive à sa fin... Ca ne m'empeche pas d'agir, parce que je ne serais pas heureuse si je ne vivais pas en accord avec ce que je crois, mais des fois je trouve ça... Déprimant...
Se dire qu'il y a un espoir, ça ne me le fait pas attendre, mais ça donne un sens à ce que l'on fait.
C'est ce que je ressens en tout cas.
Mais sinon je suis d'accord avec ce que tu dis dans "organisons nous"...

Merci pour la Guerilla jardinière ! ;)

#6 tocyob

tocyob

Posté 13 aot 2005 - 13:28

interview très interessante ;) qui m'as rappelé la lecture de Biocontact : la qualité des sols. C'est évidemment un problèmes énorme que la destruction de l'humus, finalement notre civilisation est celle de la destruction: de la terre, de l'eau, de l'air, de la diversité des cultures, des humains (dette et faim, guerre économique). Heureusement qu'une minorité est active contre cet état de fait.
Je précise tout d'abord que je suis un novice. Mon problème est le suivant: sur un carré de 2m x 2m j'ai fait poussé des carottes, radis, oignon, persil, maintenant que la maigre récolte est fini la terre est à nu, que faire pour garder le sol vivant, pour le nourrir ? sur un article parlant de biodynamie dans biocontact, il est écrit qu'en été, la relance de l'activité microbienne doit restée modérée, contrôlée, afin d'amorcer seulement le compostage de surface, qui ne démarrera réellement qu'avec le travail de déchaumage et de mulchage.
J'avait pensé à ramassé des feuilles séches, à les émiettés grossièrement sur le sol nu et les arroser avec de l'eau récupéré, du bain par exemple, est-ce bien pour régénérer le sol..?
merci d'avance

Modifié par tocyob, 13 aot 2005 - 13:28 .


#7 Didoune

Didoune
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Poitiers

Posté 13 aot 2005 - 13:48

Va ici, ça t'aidera peut-être... ;)

#8 Perchou

Perchou
  • Localisation:Drôme

Posté 13 aot 2005 - 17:00

Salut Tocyob ! ;)

Je serais toi, je ressèmerai des légumes d'hiver à croissance rapide, genre mâche, navet, épinards, salades d'hiver, autres au choix. Et quand les plants auront suffisament germés, là tu peux y mettre les feuilles mortes pour faire un comppostage en surface.

De cette façon, le sol ne reste pas nu et en plus, il te rapporte des légumes.

Le seul problème qui pourrait apparaître c'est que une matière organique riche en carbone pompe beaucoup d'azote (qu'elle restitue plus tard). En effet, les bactéries et champignons qui dégradent la cellulose et la lignine ont besoin d'azote pour travailler. Ils servent alors dans le sol et risquent de priver les plantes des nitrates nécessaires à leur croissance. On appelle ça la faim d'azote. Puis, bien plus tard, lorsque ces organismes meurent et se minéralisent, ils restituent cet azote (c'est aussi le principe de la culture piège à nitrate).

Mais les cultures citées plus haut ont des besoins d'azote relativement faibles. De plus, si tu prends soin d'équilibrer le rapport C/N des feuilles que tu vas mettre, ça roule tout seul. Par exemple, Pour un compostage en surface, cours de culture, mieux vaut mettre des végétaux verts séchés plutôt que des végétaux morts (feuilles mortes, paille) car ils sont plus équilibrés.

Voilà, c'est ce que j'éssaie de faire chez moi (mais avec 400 m² je ne fais pas de mulchage, je composte en tas).

#9 Mag

Mag

    Jardinière d'UN possible...

  • Membres
  • 204 messages
  • Localisation:Morbihan

Posté 14 aot 2005 - 15:20

Merci korrotx :

Bou je voudrais une révolution de jardiniers !
http://kropot.free.fr/stz.htm

Je vais prendre le temps de lire ce site, à première vue il me renvoie à mon "c'est la lutte finaaaaaale" ;)
Quand je pense que c'est par chez toi que j'ai été fiché par la dst comme terroriste!
Bon c'étais quand j'étais jeune et que j'ai collé des affiches pour la lutte basque... j'en suis très fière! Mais c'est pourtant vrai que pour moi c'est la douceur et la bonté profonde de l'esprit de la planéte qui l'emporte dans mon ardeur actuelle...
J'avais aimé lire les expériences des permaculteurs américain qui à New York faisaient un jardin dans une friche immobilière pour qu'il soit assez grand vu d'avion...
Et tu sais tocyob? ben ton petit 2m2 de jardin, tu sais pas combien grand ça fait pour tout l'amour qu'il recelle!
Moi je sais pas si beaucoup ressentent ce que je ressent de la joie qui émane de la cocréation de la terre avec nous,
Je sais que ce n'est pas mon imagination puisque j'ai testé grandeur une montagne la vérité de ce ressenti.
C'est comme notre corps quand on a bien vécu, y'a de la joie réelle à fonctionner.
C'est ça pour moi la base de la révolution encore à venir et qui me presse de voir arriver, la révélation de la joie du partenaria avec la planète terre par en dessus et par en dessous...
Lyrique moi? non mystik mytique peut être, ou lémurienne pourquoi pas, quoi qu'il en soit et pour en revenir à l'humus, il a beaucoup à m'apprendre et pas seulement qu'en jardinage, je compare mes pensées, mes émotions, à l'humus... ne dit on pas nos humeurs?
La chimie, l'alchimie, se comprend par tout les bout du grand corps que nous formons ensemble l'humanité, les animaux, les plantes, les pierres, l'eau, le feu, le métal, le bois, le vent, l'air, et la terre...
Cultiver l'humus vivant c'est aussi se cultiver terreau vivant, par nos émotions recyclées, nos pensées aérées, nos paroles comme des chants des sons qu'emportent le vent...
Puisse le vent apporter des graines de bonheur dans vos jardins!



:o

#10 _Goéland_

_Goéland_

Posté 14 aot 2005 - 16:08

Très beau ce que tu écris Mag

Mais

Je vis depuis 2 ans en Bretagne sans pluie

;)

T'es dans quel coin , Presqu'ile De Ruys ???

#11 Mag

Mag

    Jardinière d'UN possible...

  • Membres
  • 204 messages
  • Localisation:Morbihan

Posté 15 aot 2005 - 09:16

:o Heureuse que ce qui s'écrit par moi te plaise, je suis près d'Auray dans le Morbihan et ma rue porte ton pseudo! Hihi 8)
Le proprio à creusé deux puits l'an dernier (il est sourcier), ils avaient 9m d'eau chacun, aujourd'hui l'un est à sec, l'autre à 40cm...
depuis 2 ans j'ai observé la participation des schemtrails , j'ai senti la métalisation de l'air, aux périodes de chemtrails le ciel va s'emplir de nuages qui ne pleuvent pas, quand arrivent des vrais nuages de pluie ils passent et ne lachent pas leur pluie, je commence aussi à chercher du coté des puisages arthèsiens du coin, pour suivre le raisonnement de Jean db cela expliquerait pourquoi la pluie tombe à Auray et pas dans mon coin, la sècheresse interne profonde de la terre ferai fuir les nuages de pluie.
Bon c'est comme ça, la bretagne pluvieuse : pas vu! ;)

#12 tocyob

tocyob

Posté 16 aot 2005 - 13:16

Mmmmmmm de la mâche :o bonne idée
je vais me pencher un peut plus sur ces histoires d'azote et autres,
bien que j'ai commencé à lire des trucs, j'ai du mal à les mettre en pratique,
comme le mulchage, le paillage, etc
manque cruel d'expérience, normal pour un débutant de même pas un an ...
ce que j'ai réussit de mieut est le jardin sauvage, normal il faut juste laisser la nature a elle même, du coup y as pas grand chose à faire...
La regénération des sols peut aussi par là: ne rien faire en laissant pousser, ;)
en plus c'est économique au niveau énergétique.
Chaque mètre carré de terre est important

#13 korrotx

korrotx
  • Localisation:Euskal Herria

Posté 17 aot 2005 - 12:56

Comme vous le savez sûrement déjà, une des meilleurs façons de multiplier les îlots de sol regénéré (et par la même occasion de produire une partie de sa nourriture ;)) c'est de cultiver des plantes, à l'échelle agricole ou à l'échelle jardinière, selon des méthodes qui permettent de produire de l'humus, c'est à dire au choix selon les principes de :
- la permaculture, comme la pratique par exemple Mag
- la biodynamie
- la micro-agriculture biointensive (voir ici et ici).
Le principe commun à ces méthodes étant de nourrir le sol pour nourrir la plante.
D'autre part, il est important, en plus des méthodes de production de céréales et légumes, de recréer des espaces boisés ou du moins des haies.

L'idée que j'ai (et que je soumets à vos commentaires avisés) serait de réunir, par le biais de ce topic, plusieurs personnes partantes pour expérimenter une façon de regénérer l'humus sur la terre dont elles disposent*, et pour faire part de leurs astuces, de leurs difficultés, de leurs réussites, de leurs hésitations, de leurs idées, etc., de façon que l'ensemble progresse plus efficacement, bref, c'est pas à vous que je vais expliquer le principe d'un forum :o.
Qui serait partant pour expérimenter?

PS : pour ceux qui sont sur Paris, le collègue Deun (de la zecc) propose ce dimanche (21 août) un pique-nique vers midi à l'entrée Sud du jardin solidaire, rue des haies, 20è, métro maraîchers, pour discuter de tout ça en chair et en os (voir ce topic pour tous les détails).

PPS : une autre action sympa dans le même esprit : casser le bitume

* Pour ce qui est de disposer d'un coin de terre, plusieurs cas de figure sont possibles, entre ceux qui sont agriculteurs, ceux qui ont un grand jardin ou un petit, et ceux qui habitent dans un appartement. Pour ce dernier cas, en plus des pistes intéressantes évoquées par Deun (cf. plus haut), j'ajouterais l'occupation, notamment des terrains inconstructibles sans propriétaire privé, comme par exemple les bords de voies ferrées (à condition que le terrain soit plus haut que la voie, herbicides obligent 8)), ou des terrains en bordures de petites routes ayant juridiquement un statut de route, et sur lesquels il y a la place de cultiver un potager.

#14 Didoune

Didoune
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Poitiers

Posté 17 aot 2005 - 16:04

Pour ce dernier cas, en plus des pistes intéressantes évoquées par Deun (cf. plus haut), j'ajouterais l'occupation, notamment des terrains inconstructibles sans propriétaire privé, comme par exemple les bords de voies ferrées (à condition que le terrain soit plus haut que la voie, herbicides obligent ), ou des terrains en bordures de petites routes ayant juridiquement un statut de route, et sur lesquels il y a la place de cultiver un potager.

Alors là tu m'interesse, vu que j'habite en appart. Mais il faudrait se renseigner pour ces terrains, non ? Ca appartient à la mairie, j'imagine, on peut pas forcément en disposer comme on veut ?
Une question, sans cultiver de potager, est-ce possible - dans l'esprit de "Sème ta zone"- de prendre simplement l'habitude, au quotidien, de jeter tout plein de détritus organiques, de compost ménager, sur son chemin, simplement en marchant en ville ? Dans ce cas là j'imagine qu'il faut se renseigner aussi, vu que tout ces terrains sont en général pris en charge par les services d'entretiens de la ville ?
Tout le monde ne peut pas forcément cultiver son potager... Mais peut on agir quand même pour la protection de l'humus (c'est la lutteu finaaaale...), en prenant ce genre d'habitude ?
C'est juste une question comme ça...

#15 korrotx

korrotx
  • Localisation:Euskal Herria

Posté 17 aot 2005 - 16:39

Alors là tu m'interesse, vu que j'habite en appart. Mais il faudrait se renseigner pour ces terrains, non ? Ca appartient à la mairie, j'imagine, on peut pas forcément en disposer comme on veut ?

Si tu vas au cadastre ils sont indiqués comme "route" (donc tu peux aller vérifier si t'en as trouvé un sympa), ça n'appartient pas aux mairies, qui ne peuvent donc pas les vendre ni y faire quoi que soit, ce qui est rare et autant en profter. En fait ce sont des terrains appartenant à l'Etat, "en réserve" au cas où il faudrait y faire un élargissement de route. Donc il convient de choisir des endroits qui ont peu de chances de voir des travaux de voirie avant longtemps (genre un bout de terrain coincé entre un champ et une petite route qui ne risque pas de se faire transformer en 2*3 voies, tu y plantes une haie de ce que tu veux, et hop, ton potager ;))

Une question, sans cultiver de potager, est-ce possible - dans l'esprit de "Sème ta zone"- de prendre simplement l'habitude, au quotidien, de jeter tout plein de détritus organiques, de compost ménager, sur son chemin, simplement en marchant en ville ? Dans ce cas là j'imagine qu'il faut se renseigner aussi, vu que tout ces terrains sont en général pris en charge par les services d'entretiens de la ville ?

Pour éviter que les services d'entretien ne détruisent ton oeuvre en toute bonne conscience professionnelle il vaut mieux repérer un endroit tranquille où le processus d'humification ne sera pas perturbé 8), ce qui rejoint l'idée précedente sur les petits terrains des bords de routes.
Sinon, dans l'esprit de "sème ta zone", tu peux semer un peu partout des plantes sauvages robustes, notamment dans des endroits non passés au désherbant et peu fréquentés : fissures des murs, toits, trous dans des vieux platanes, etc... à toi de voir :o

#16 finestere

finestere
  • Localisation:Québec, Canada

Posté 17 aot 2005 - 22:49

bonjour korrotx et bonjour a tous!

pour faire suite a ta suggestion oui je suis partant
c'est un sujet qui m'allume de ce temps-ci
je sens l'urgence de regénérer la terre, enfin celle qu'on possede
qu'il soit tout petit comme un fond de cours
ou qu'il soit tres grand, peu importe il faut absolument mettre la main a la pate, ou a la terre....
j'ai la chance d'avoir un tres grand terrain peu aménagé, donc toutes les possibilités s'offrent a moi.
je compte acquérir sous peu un bout de champs avec un puit de surface juste derriere chez moi.
malheureusement ce champs est en monoculture depuis des lustres, donc tres pollué par les
insecticides, fertilisants etc etc etc. et j'ai bien l'intention d'en faire un jardin protégé que je leguerai
a mes enfants un de ces jours. Et bien sur en faire ma principale source alimentaire pour ma famille
les jours qui s'en viennent vont etre dur et je veux etre pret.
donc oui ton idée est excellente et j'aimerais bien échanger avec vous mes expériences
et d'apprendre des votres.

patience et longueure de temps valent mieux que force et brutalité..............................

#17 Mag

Mag

    Jardinière d'UN possible...

  • Membres
  • 204 messages
  • Localisation:Morbihan

Posté 18 aot 2005 - 11:28

Bonjour!

L'idée que j'ai (et que je soumets à vos commentaires avisés) serait de réunir, par le biais de ce topic, plusieurs personnes partantes pour expérimenter une façon de regénérer l'humus sur la terre dont elles disposent*, et pour faire part de leurs astuces, de leurs difficultés, de leurs réussites, de leurs hésitations, de leurs idées, etc., de façon que l'ensemble progresse plus efficacement, bref, c'est pas à vous que je vais expliquer le principe d'un forum .
Qui serait partant pour expérimenter?

Je suis pas sure que mes commentaires soient à visée... ;) Réforme totale intérieure vers ? oblige... (grosse réflexion actuelle sur l'urgence d'engager une action au niveaux des décideurs des politiques régionales en matière d'eau entre autre....
J'ai suivi mon enquète et suis tombée sur la plaquette " Réussir à l'Ouest 2003" et l'entreprise de création de forages pour les particuliers...)
Peut être que j'en ai trop mare de voir se rétrécir mon éspace de liberté de cocréation avec la terre par des phénomènes d'ugage collectif du patrimoine terrestre entraînant des disfonctionnements climatiques devenant incessament sous peu irréversibles
( voir les topic de discutions là dessus éparpillés sur Onnouscachetout.com - y'a aussi une fonciton recherche là bas ! :o .....)

Par contre je veux tout vous donner de mes apprentissages depuis l'an 1976
- 12 ha + le sauvage à 1050m d'altitude dans la drome provençale
climat continental sec (avant)...
- mes "périodes balcon" pendant mes années d'érrance en appartement sous différents climats
- mon jardin 2004-05 en bretagne sèche 8)

Et je suis heureuse d'apprendre vos choses à vous !
Je ne sais pas où et si je vais cultiver le mois prochain.... mais ce sera toujours ça d'enmagaisné comme graine de ça voir pour le prochain jardin !

Alors pour rester centrée : ici maintenant...

Je vais manger mes haricots beurre cueillis ce matin avec deux oeufs ramassés aussi ce matin... miam...
Bon appétit à touste ;)

Après je vous concocte un post ;)

patience et longueure de temps valent mieux que force et brutalité...


C'est vrai ça.... Je me penche sur la terre et "avec la persévérance d'une jument" je la favorise dans sa créativité et elle prend soin et magnifie la mienne...

Modifié par Mag, 18 aot 2005 - 11:35 .


#18 korrotx

korrotx
  • Localisation:Euskal Herria

Posté 27 novembre 2005 - 19:21

Pour ceux que ça branche, une commande groupée de l'édition française du livre "How to grow more vegetables" de John Jeavons est en préparation. Il s'agit du manuel de référence sur la micro-agriculture biointensive, un peu comme Permaculture 1 & 2 de Holmgren et Mollison sont les ouvrages de référence en permaculture.
Pour la version française il s'agit de la seconde édition (115 pages, 8 dollars), la dernière en date est la sixième (280 pages, 20 dollars), en anglais uniquement.
Si ça vous branche, contacter Jeuf (qui est très occupé en ce moment :D) en MP avant mercredi, ou (pour les non-membres) par mail à <jeuft[lemachinaumilieu]yahoo.fr> (remplacer [lemachinaumilieu] par @)
Pour ceux qui ont pas envie d'acheter le bouquin mais que la méthode bio-intensive intéresse, pas moyen de le voler car il ne se trouve pas en librairie :nonnonnon:, par contre moi je l'ai donc je peux vous passer des tuyaux :euh:

#19 korrotx

korrotx
  • Localisation:Euskal Herria

Posté 29 novembre 2005 - 11:39

Pour ceux qui veulent commander le bouquin vous pouvez en fait contacter Jeuf jusqu'à vendredi 2 décembre 21H.
(au fait j'ai oublié de préciser que le paiement est en euros (faute de mieux :nonnonnon:))

Comme vous le savez sûrement déjà, une des meilleurs façons de multiplier les îlots de sol regénéré (et par la même occasion de produire une partie de sa nourriture :love:) c'est de cultiver des plantes, à l'échelle agricole ou à l'échelle jardinière, selon des méthodes qui permettent de produire de l'humus, c'est à dire au choix selon les principes de :
- la permaculture, comme la pratique par exemple Mag
- la biodynamie
- la micro-agriculture biointensive (voir ici et ici).
Le principe commun à ces méthodes étant de nourrir le sol pour nourrir la plante.

J'en profite pour dire que cette liste serait incomplète sans l'ingénieuse technique du bois raméal fragmenté, qui fait l'objet d'un sujet sur ce forum.

#20 Jeuf

Jeuf
  • Localisation:Auvergne

Posté 29 novembre 2005 - 13:20

Si ça vous branche, contacter Jeuf (qui est très occupé en ce moment ) en MP avant mercredi, ou (pour les non-membres)


ha non, ha non! pas par mp! juste par mail.
Sinon, je risque de pas voir votre mp.

Oui, donc, avec une commande groupé, ça reviendra à 8-10euros par livre en français, plus les frais d'envoi par la poste en france.