Aller au contenu


Photo

Changer de métier quand on est prof ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
120 réponses à ce sujet

#21 Yeye

Yeye

    Ziploïde gloupexiforme

  • Membres
  • 1212 messages
  • Localisation:Lotharingie inférieure

Posté 01 novembre 2005 - 12:07

J'ai deux choses à dire sur ton cas, qui m'intéresse puisqu'il ressemble finalement au mien:


De la réalité des FAITS et de la perception que tu en as:

Ma mère est institutrice depuis maintenant environ 30 ans, son métier est une vocation, et je patauge dans le milieu professoral depuis mon enfance.
Ce que j'ai à en dire, et que ma mère finit par reconnaître aujourd'hui, c'est que beaucoup d'enseignants se plaignent d'aise.
Non pas que leur métier soit facile, loin de là, mais il est moins difficile que la plupart des métiers (hors niches exceptionnelles) auxquels tu pourras accéder pour 2000 € par mois.
Il s'agit à mon avis d'une différence de perception des choses, qui vient du fait que la plupart des enseignants n'ont JAMAIS connu autre chose que l'enseignement.
Certes l'éducation nationale est le plus gros mais le plus mauvais employeur de France, certes le salaire n'est pas mirobolant, certes les parents n'éduquent pas leurs enfants, certes les classes sont de plus en plus chargées, certes les responsabilités sont de plus en plus lourdes et le respect de plus en plus léger.
MAIS, enseigner c'est aussi bénéficier de 4 mois de vacances par an, c'est être soustrait aux objectifs financiers, c'est la garantie d'un salaire à vie, c'est un syndicalisme un peu bordélique mais puissant, c'est ne jamais avoir besoin de cravate pour aller au travail, c'est le travail à mi-temps, les congés de formation, c'est de la richesse relationnelle, et enfin, c'est depuis très longtemps et encore pour très longtemps le métier le plus beau et le plus noble du monde !
Ne perds jamais ça à l'esprit, et sois certain de l'objectivité de ton jugement avant de choisir de perdre tout ça.




De ton nouveau choix de vie:

Si tu es vraiment décidé à ne plus enseigner malgré ce que je viens te dire, alors je souscris à la première réponse de Noëlle, à savoir que l'important est surtout de savoir ce que tu VEUX faire plutôt que de savoir ce que tu ne veux pas faire.
Tu dois tout faire pour te découvrir et savoir qui tu es vraiment, ton métier fait partie de ta propre réalisation.
Lorsque tu sauras ce que tu veux faire (et qui est ce qu'il FAUT que tu fasses), tu trouveras naturellement toutes les clés qui te permettront d'y accéder.
Tu parles de bois, et on peut en discuter: est-ce que tu connais le bois, l'as-tu déjà travaillé ?
Si c'est quelque chose que tu connais bien et pour quoi tu éprouves une réelle passion, il n'y a pas à hésiter !
Sinon, poursuis ta recherche...
  • EcliptuX aime ceci

#22 moimaime

moimaime
  • Localisation:france

Posté 01 novembre 2005 - 15:08

oui,c'est clair que le systeme scolaire est mauvais pour les profs aussi pas seulement pour lmes eleves.

Un systeme perdant/perdant ou tout le monde est triste et malheureux.

ps: 2000 euros par mois c'est beaucoup je trouve enfin tout est question de point de vue.

Modifié par moimaime, 01 novembre 2005 - 15:09 .


#23 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 01 novembre 2005 - 15:29

il y a aussi la possibilité de ne pas choisir de metier précis, de découvrir moultes choses sans forcément travailler, dans le sens être salarié, passer du temps içi et là à apprendre des savoirs faire qui peuvent nous interesser.
et avoir un enfant n'est pas une raison pour ne pas vivre ainsi, car je connais des gens, avec enfants, qui vivent ainsi, et qui vivent bien, et qui vivent de ce qu'ils aiment, ce qui n'empêche évidenment pas les difficultés, les galères, etc....

après ce n'est pas forcément ce que tu recherches... mais des possibilités, il y en a une infinité, et pour cela faut sortir sa tête du casque du stéréotypage, et voir que les conditionnements celophane sous lequels l'on vend notre temps de vie, ne sont pas les seuls possibles, loin de là.

c'est réussir à se détacher de la peur de manquer, et se rapprocher de la joie de partager.
c'est des trucs qui prennent du temps, mais à mes yeux il est indispensable de sortir la tête du formatage pour concrétiser l'autre monde possible que l'on rêve.

En region paca, ça bouge bcp à ce niveau là, et il y a d'autres regroupements, dans le monde entier, et dans une palette de thèmes immenses : education, art, agriculture, batiment, artisanat...

un tas de possible qui, à mon sens, ne peuvent être atteind qu'en refusant le formatage, et donc un certain confort, et une soit disante sécurité.

avoir une paye pour acheter au supermarché les produits qui nous rendent malades et que l'on soignera via la sécu
aller bosser, perdre goût à la vie, laisser ses rêves s'etouffer de quotidien, en tomber malade, et acheter les medocs adventis pour mieux polluer terre et rivière, que la sécu réparera peut être aussi ?

biensûr que l'on peut gagner de l'argent, et le dépenser intelligenment, mais cela n'empêchera pas le fait que si l'on travaille pour l'etat, on travaille pour le grand bandit à la tête de l'etat, on travaille et on paye sarko pour que la pauvreté augmente avec le nombre de flics....
pour la dernière centrale nucléaire hight tech, pour la PAC, pour la course à l'armement, pour des fusées, pour l'assistanat, pour l'education de plus en plus nazionale...

je ne pense pas qu'il soit possible de s'épanouir tant que l'on sera mené par la menace et nos peurs.

on peut pas s'opposer à l'agriculture intensive et la subventionner
on peut pas soutenir et travailler pour la diversité du vivant, en payant pour sa destruction via les parterres de fleurs des labos municipaux, pourri de produits pour zigouiller les escargots et créer non mellifères pour qu'on ai surtout pas d'abeilles, via le betonnage et les nouvelles autoroutes !
on peut pas souhaiter que nos enfants se rapprochent de la terre en les parquant 6 heures par jours dans des batiments et des cours bêtonnées.

je vois et rencontre tout un tas de possible concret mais le minimum est la base est à mon sens d'arrêter de nourrir le trou noir qui devient de plus en plus béant...
et je vois pas comment c'est possible autrement qu'en reprenant nos vies et en cessant de les leur vendre. :ptdrasrpt2:

#24 _mirza_

_mirza_

Posté 01 novembre 2005 - 18:28

si l'on travaille pour l'etat, on travaille pour le grand bandit à la tête de l'etat

Mhhh... pas trop d'ac. P't'êt' même au contraire, j'dirais.

Quelque part, on travaille à la limite "avec" eux (et pas "pour" eux, ah non ! y'en a des qui bossent pour le peuple, pas pour leur employeur ! :D), mais eux restent moins longtemps à leurs fonctions que nous, hé hé !

Donc d'une certaine façon, on a une meilleure expérience, une meilleure connaissance des choses qu'eux et on est suffisamment pérenne pour les changer, les choses. (encore faut-il le faire, oui, je sais :biglol: mais bon on peut être optimiste un peu des fois !)

Et puis alors, quand je lis:

voir que les conditionnements celophane sous lequels l'on vend notre temps de vie, ne sont pas les seuls possibles, loin de là.

et puis aussi:

on peut pas souhaiter que nos enfants se rapprochent de la terre en les parquant 6 heures par jours dans des batiments et des cours bêtonnées.

alors là, je dis: :ptdrasrpt2:, :nonnonnon: et :biglol:

#25 Yeye

Yeye

    Ziploïde gloupexiforme

  • Membres
  • 1212 messages
  • Localisation:Lotharingie inférieure

Posté 01 novembre 2005 - 18:57

C'est vrai que les classes ont toujours été des espaces clos et que c'est bien regrettable, mais là encore, tout est question de perception des choses, et de comparaison.

Ca doit exister des super métiers où on se prend la gueule avec personne, où on bosse avec des moyens et des outils adéquat, dans un cadre enthousiasmant et proche de la nature avec une paye intéressante, pas de stress et un quota d'heures modeste....ouais, ça doit exister....

Mais on l'a pas encore trouvé !

A chaque fois, il y a un compromis à faire, une contrepartie à payer.
La liberté est sans doute LE critère que nous cherchons tous, et je remarque qu'elle va souvent de pair avec le dénuement.
Courir les routes en camping-car ou les fleuves en péniche pour vendre des jouets en bois: pourquoi pas ?
Mais il y a forcément un mais, et je pense que celui qui va avec cette vie est le dénuement: pas de maison et peu d'argent.
Ca ne veut pas dire qu'on ne peut pas être heureux ainsi, bien au contraire !

Si ce genre de suggestion t'interpelles, tu peux t'inspirer du parcours de Francis Dumelie, un potier Rémois qui vit de son art, à bord de sa péniche, prouvant ainsi que c'est possible.


La chance sourit aux audacieux et à ceux qui sont sur le chemin de la découverte de leur propre personne.

#26 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 01 novembre 2005 - 22:50

si l'on travaille pour l'etat, on travaille pour le grand bandit à la tête de l'etat

Mhhh... pas trop d'ac. P't'êt' même au contraire, j'dirais.

Quelque part, on travaille à la limite "avec" eux (et pas "pour" eux, ah non ! y'en a des qui bossent pour le peuple, pas pour leur employeur ! :nonnonnon:), mais eux restent moins longtemps à leurs fonctions que nous, hé hé !

Donc d'une certaine façon, on a une meilleure expérience, une meilleure connaissance des choses qu'eux et on est suffisamment pérenne pour les changer, les choses. (encore faut-il le faire, oui, je sais :biglol: mais bon on peut être optimiste un peu des fois !)

ben mirza, on peut avoir de meilleures expériences, toujours est il que ce sont eux qui prennent decisions et créer lois, etc...
on a qu'à voir l'opposition lors du référundum à une europe que l'on a refusé mais qu'ils appliquent quand même...
et puis ils bossent moins longtemps mais on les paye à vie !

que l'on parviennent à fortement influencer sur le local je suis ok, mais la politique actuelle ralentie et embâcle considérablement les innitiatives individuelles ou collectives d'autonomisation, et ça, ça me fout sérieusement en rogne.

les politiciens font les lois alors que c'est leur carrières qui compte avant tout.
comme dirait coluche... ils sont comme des timbres, de face ils sourient, mais si tu leur passe la main dans le dos tu t'apperçois que ça colle :ptdrasrpt2: !
Si l'on continues à suivre le modèle de vie occidentale, il est clair que l'on va pas faire long feu.

yeye : Ca doit exister des super métiers où on se prend la gueule avec personne, où on bosse avec des moyens et des outils adéquat, dans un cadre enthousiasmant et proche de la nature avec une paye intéressante, pas de stress et un quota d'heures modeste....ouais, ça doit exister....

Mais on l'a pas encore trouvé !


je vois pas où tu as pu lire des propos aussi iddyliques, j'ai personnellement pourtant bien parler d'autres difficultés et d'autres galères.

yeye : A chaque fois, il y a un compromis à faire, une contrepartie à payer.
La liberté est sans doute LE critère que nous cherchons tous, et je remarque qu'elle va souvent de pair avec le dénuement.
Courir les routes en camping-car ou les fleuves en péniche pour vendre des jouets en bois: pourquoi pas ?
Mais il y a forcément un mais, et je pense que celui qui va avec cette vie est le dénuement: pas de maison et peu d'argent.
Ca ne veut pas dire qu'on ne peut pas être heureux ainsi, bien au contraire !


je ne pense pas que pour chaque chose il faille faire des compromis, c'est ce que l'on nous fait croire : "le on a rien sans rien" le "il faut souffrir pour y arriver" "donnant donnat" etc... sont pour moi de ces petites phrases populaires qui entérinent les peurs.
evidenment, je suis tout à fait d'accord, pour le dénuement, ce que j'entendais par détachement d'un certain confort, et de cette soit disante sécurité.
Et encore, dénuement relatif.

Je commence à peine à prendre conscience de la formidable palette de possibilité en marge de l'ordre établi et qui roulent tournent et sont richissimes en partages, apprentissage, projet,etc...

Je citerais l'exemple d'un couple rencontré la semaine dernière en region paca, avec une gosse, des personnes qui connaissent vraiment bien la legislation relative aux squats. Ils investissent des lieux abandonnés, laissés à pourrir et y montent des projets pour les refaire vivre, des projets artistiques.
vont au devant des institutions, suscite la curiosité, et ont un grand respect du lieu qu'ils entretiennent permettant d'inspirer à leurs tours le respect des autres.
evidenment ils tombent sur des cons qui les haissent sans les connaitre parce qu'ils sont hors la loi, evidenment des personnes leur mettent des batons dans les roues, evidenment il y a des soirs où ils pleurent, ou ils cafardent, mais il y a une telle dynamique, un tel réseau, que l'on ne reste pas longtemps dans cet état, car il faut rebondir et qu'il y a plein de monde pour nous y aider.
la femme qui habite là bas est particulièrement informée et battante, et exprimait par exemple le fait qu'il n'y avait pas de problème pour trouver de l'argent tellement le réseau est important.
Si tu as un projet pour faire évoluer ce merdier, il est toujours possible de trouver.

parlant avec eux, je me suis rendue compte à quel point les repères ne sont plus les mêmes lorsque l'on a coupé le cordon d'avec la mère patrie.
en fait, on a un mal fou à rompre avec ces repères car cela fait des générations qu'on le vit (je parle pour ceux qui ne sont pas nés dans un milieu déjà en marge) et ces repères sont profondément encrées.

De toutes façons on voit déjà la réaction des politiciens quant à l'autonomisation du peuple, et je pense qu'on va en voir bientôt des facettes encore plus facho, car les personnes s'autonomisant sont en croissance constante et ça ça fait chaud aux miches du compte en banque du gouvernement !

je ne veux plus alimenter un système triste, formateur et destructeur.
evidenment qu'il existe des personnes travaillant pour le système ayant des actions qui permettent de calmer cette course infernale, mais quand je vois l'energie dépensée pour le résultat obtenu !
tant de barrières contextuelles !!!
l'etat par exemple ne favorise pas et n'a jamais favorisé un contexte de travail d'equipe au sein de l'education nationale car c'est le tout con "diviser pour mieux regner". Faudrait pas que les profs s'unissent, car ils auraient un pouvoir énorme !

je pense à une amie qui bosse à saint denis pour les personnes dans la noire mouize, pas de papiers, pas de rmi, et donc droit à aucune aide.
femmes seules avec enfants dormant dans un lavomatic, ou s'étant enfui d'un mari violent... Cette amie est obligée de frauder pour leur procurer de simples transports gratuits ! Et parallèlement à cela ils ont fait installer 150 ou 200 caméras de vidéo surveillance dans les gares d'ile de france !
on parle de l'uranium ?
on parle des authorisations de construire ?
des supers mesure type iso 14001 !?
et si on reparlait d'hervé gaymard, ou que l'on déclinait la luxure dans laquelle se vautrent ceux qui décident pour nous, les augmentations de salaires qu'ils s'octroient, leurs réunions sur des iles paradisiaques, chacun déposés un à un en hélicoptère pour faire leur trafic d'armes ?

non, mirza, j'ai de l'optimisme, beaucoup même je pense, mais pas pour eux.

#27 brunov99

brunov99
  • Localisation:France Centre

Posté 02 novembre 2005 - 09:30

Réponse à llalllal


"J'ai l'impression que tu as fait plusieurs jobs, mais est-ce-que tu avais des enfants pour pouvoir bouger de la sorte ? Et en ce qui concerne les diplômes, ce n'est pas le problème, bac +5, mais de toute façon, si je faisais quelque chose, je devrais surement repasser au moins un CAP ou autre chose, puisqu'il s'agit de changer radicalement de cap."

llalllal
J'ai aujourd'hui 42 ans et quand je suis parti j'en avais 30.
J'ai 3 enfants : 12 ans, 4 ans et 2 ans.
Je n'ai aucun diplôme (CAP d'instituteur uniquement).
Je suis ce que l'on appelle un "gros bosseur", et j'apprends assez vite.
Je change de région en moyenne tous les 4/5 ans.

Les postes que j'ai occupés vont de formateur en informatique à directeur de projet en passant par responsable de communication et autres.

Si tu veux faire autre chose, regarde bien POURQUOI tu veux le faire (ou ce que tu ne veux plus faire) et qu'est-ce que tu en attends. L'herbe n'est jamais plus verte ailleurs. Elle a quelquefois un goût différent c'est tout. (ce goût peut-être sucré ou amer....).

Bruno

#28 charlyvale

charlyvale

    Relayeur de la vie

  • Membres
  • 602 messages
  • Localisation:Territoire de Belfort

Posté 02 novembre 2005 - 10:18

En réponse à llalllal, je reprendrai quelques phrases de Miette

et je vois pas comment c'est possible autrement qu'en reprenant nos vies et en cessant de les leur vendre.


Je commence à peine à prendre conscience de la formidable palette de possibilité en marge de l'ordre établi


C'est marrant, j'suis dans le même type de réflexion depuis quelques temps, et peut être ma première fois que je ressent une note d'optimisme dans mes pensées, vent de liberté (avec respect) et de richesses que l'on imagine même pas !

Ici, même nos rêves sont étroits !!! JJG



#29 _Goéland_

_Goéland_

Posté 02 novembre 2005 - 10:33

Par rapport à ce que dit Miette , ce serait un comble que je défende l'état français , mais maintenant il faut quand même distinguer ce qui relève de la responsabilité de l'état et ce qui est de notre responsabilité à nous tous . Et penser que l'état est plus ou moins responsable de tout ce qui nous entoure , c'est à mon sens adopter un comportement infantile pour mieux fuir sa part de responsabilité .

Je suis de ceux qui pensent que c'est à chacun d'inventer sa vie et de bâtir sa cathédrale là où il est . Il n'est pas forcément nécessaire pour cela de tout quitter et de se mettre en marge . Au niveau de l'éducation nationale par exemple , si tous les profs qui auraient quelquechose à dire et à faire se barrent , il ne restera plus que les autres ... Ce qui ne fait guère avancer le schmilblick ...

Modifié par Goéland, 02 novembre 2005 - 10:34 .


#30 LILA

LILA
  • Localisation:sud-ouest

Posté 02 novembre 2005 - 10:41

de miette :"De toutes façons on voit déjà la réaction des politiciens quant à l'autonomisation du peuple, et je pense qu'on va en voir bientôt des facettes encore plus facho, car les personnes s'autonomisant sont en croissance constante et ça ça fait chaud aux miches du compte en banque du gouvernement !"


d'accord avec toi goeland mais comme le fait si bien remarquer miette le gouvernement ,pour une question de gros sous , va tout faire pour que les gens ne soient pas autonomes...à suivre...exemple:ceux qui veulent rouler à l'huile...

Modifié par LILA, 02 novembre 2005 - 10:41 .


#31 LILA

LILA
  • Localisation:sud-ouest

Posté 02 novembre 2005 - 10:51

j'ai constaté que le métier d'enseignant est fort apprécié par ceux qui ont touché à autre chose avant.

et je pense que 20 ans là-dedans c'est suffisant.

#32 _Goéland_

_Goéland_

Posté 02 novembre 2005 - 11:04

Exact LILA , le principal reproche qu'on pourrait faire aux enseignants c'est sans doute qu'ils n'ont pour la plupart jamais quitté l'école . D 'où une certaine incompréhension notamment quand les profs se plaignent de leurs conditions de travail et de leurs salaires .
J 'ai plusieurs amis profs et on en parle souvent .
Et puis aussi , il faudrait que les profs relativisent un peu , on dirait qu'ils sont responsables à 100% du devenir des mômes à qui ils enseignent ... C 'est oublier les parents .

Modifié par Goéland, 02 novembre 2005 - 11:08 .


#33 Didoune

Didoune
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Poitiers

Posté 02 novembre 2005 - 11:16

Tu as peut-être raison... Je sais que ma mère a toujours adoré faire ce boulot et s'y est toujours plus qu'investie, mais au final elle en a changé tous les dix ans... Dix ans dans l'animation professionnelle, dix ans Maître E (instit' spécialisée pour enfant en difficultés scolaire) et maintenant directrice de Segpa.
Elle a toujours adoré bosser avec les enfants, mais au final elle ressentait à chaque fois le besoin de changer. Ce qui fait qu'elle n'a jamais vraiment saturé.
La force, c'est peut-être ça, de pouvoir se dire que même si notre métier est très confortable, qu'on pourrait y rester jusqu'à la retraite, tout simplement qu'on le ferait pas aussi bien si on n'en change pas, parce qu'on sature. Ou qu'on correspond plus aux attentes de la jeunesse aussi, qui sait ?
Concernant ce qui vient d'être dit plus tôt, je suis complètement d'accord. Ca me révolte aussi... Mais je me dit vraiment que c'est à nous de changer les choses... Vu qu'on ne peut pas compter sur eux...

#34 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 02 novembre 2005 - 12:13

Par rapport à ce que dit Miette , ce serait un comble que je défende l'état français , mais maintenant il faut quand même distinguer ce qui relève de la responsabilité de l'état et ce qui est de notre responsabilité à nous tous . Et penser que l'état est plus ou moins responsable de tout ce qui nous entoure , c'est à mon sens adopter un comportement infantile pour mieux fuir sa part de responsabilité .

je ne fuis pas des responsabilités que l'on m'impose.
je les refuse.
je vois difficilement comment je pourrais travailler à mon autonomisation en bossant à contrat indeterminé pour l'etat qui travaille à démonter cette autonomie.
je ne vois pas comment m'autonomiser dans un appart hlm, comment vivre sans EDF, sans la lyonnaise des eaux, etc...
evidenment je pourrais me mettre en coloc avec des personnes de sensibilités voisines, ou du moins qui sont ouvertes à ce genre d'experience, ce que j'ai cherché mais pas trouvé içi.
je ressents personnellement une forte inertie en banlieue parisienne.
Les personnes que j'ai rencontré, mes amis aussi, préfèrent vivre seuls, ou en famille.

les regroupements artistiques sont importants, surtout sur paname, mais il n'y a pas ou peu le paramêtre ecologique tout simplement aussi parce que c'est pas evident de faire pousser des patates sur le bitumes ou dans des pots... :ptdrasrpt2:

le fait de vouloir partir, est lié à la fois à un attachement affectif pour la provence, pour une "liberté de la terre" mais aussi pour les réseaux actifs existants là bas.

un exemple bien significatif relatif à l'institution : j'ai eu le malheur de faire quelques heures de taf, en parallèle de mon emploi jeune lorsque je bossais à l'education nationale (disons environ 300h) + un mois de taf dans un centre social avant d'enquiller mon taf actuel. Ce que j'ai décider de ne pas déclarer. Résultat ? avec la taxe d'habitation cette année c'est 3300 € que l'etat me fait sortir, en bref, la quasi totalité de mes economies. A peine avais je la possibilité de sortir un peu la tête au dessus du niveau de l'eau en investissant un petit peu, il me la renfonce illico. Pendant que eux se vautrent dans le luxe.... Ben ça tu vois, c'est pas possible que je me disent : "c'est comme ça pour tout le monde on y peut rien"
De plus, je ne suis pas contente de ce en quoi passe mes impôts : au niveau etatique pour tout l'argent qui passent dans l'armement, la pac, la construction de nouvelles centrales nucléaires, augmentation des flics, pour mettre du kerozen dans les avions qui racompagnent plus ou moins violenment les immigrés dans leur pays en guerre, puis qu'ils investissent des sommes folles pour construire stade et infrastructures pour acceuillir les J.O et pour plein d'autres raisons encore, à un niveau local pour qu'il rebitume des rues et routes avant les elections, pour qu'ils construsent des batiments ideux sans aucunes reflexions sur les matériaux, des cités pavillonnaires où les faux riches se parquent pour qu'ils agrandissent la station d'epuration de valenton, et j'en passe tant et tant...

alors oui, il existe en effet des personnes responsables de budgets, au sein de la société, qui sont honnêtes et réinvestissent de façon intelligente l'argent, mais ils sont tellement peu nombreux...

j'ai des amis qui sont profs, et qui font indéniablement avancer le chmilblik (par exemple un prof de bts technique qui est en train de construire une eolienne avec les élèves pour alimenter une partie du lycée) mais le parcours du combattant par lequel il a du passer et dans lequel il est encore, me fait halluciner, alors que michel berson président du conseil général de l'essonne s'est clairement affiché en tant que personne soutenant les projets sur les energies renouvelables. Et bien on va voir si ça passe parce que la dernière fois que je l'ai vu c'était pas gagner...

qu'il est lui par exemple la force et l'energie pour cela s'est super mais moi je ne l'ai pas. Qu'il y est des possible à la ville, evidenment.
attention, je sais très bien que j'aurais moi aussi à me battre pour concrétiser mes projets, et que j'aurais mal au dos et des ampoules plein les doigts, et que les institutions nous mettrons des bâtons dans les roues, et que des fois j'en aurais ras le cul mais on sera plus nombreux et au moins je ne travaillerais pas le jour à demonter ce que je ferais la nuit telle la pénélope moyenne. Içi, je le vois bien, tous mes amis sont fatigués, car dans un environnement tel, je vois difficillement comment c'est possible autrement : environnement citoyens, et environnement tout court (bêton partout, avec quelques carrés pour des hybrides bien rangés le long des trottoirs, l'air plein de petrole, le bruit constant...)

sans vouloir refléchir avec la peur je pense qu'il est important de passer à des actions radicales (qui agissent sur la racine) et sans être croyante dans le sens inquisiteur et déformé de la religion, je pense que l'histoire de babylone, tombe sous le sens.
comme un chien qui a trop de puce, il est naturelle que la terre se secoue pour se débarrasser d'une trop forte abondance de parasites...

je ne suis pas contre le travail mais contre le salariat, pour ce qu'il nourrit, et tous les moyens qu'il offre à la corruption, à la destruction massive, pour la peur et l'irresponsabilité qu'il entretient au quotidien.

#35 _Goéland_

_Goéland_

Posté 02 novembre 2005 - 13:14

Te trompes pas Miette , je trouve ça super que tu te donnes les moyens de quitter la région parisienne . :nonnonnon: . Je serais bien incapable d'y vivre !
Je répondais plus sur à ton truc sur l'état . Tu vois , je vis à la campagne et ne me sens pas trop oppressé par lui ...
Par ailleurs , moi j'ai choisi le salariat parceque je suis incapable de vendre quoi que ce soit et donc de gérer la moindre micro entreprise de façon à ce qu'elle tienne un minimum la route . :ptdrasrpt2: Je suis du genre à me faire plumer total par les requins ...

#36 Miette

Miette

    Terrienne en période d'essai

  • Membres
  • 1174 messages
  • Localisation:vaucluse eheh

Posté 02 novembre 2005 - 13:51

ce que je n'aurais pas pu me rendre compte si je n'étais allée rencontrer des gens qui vivent en marge de l'ordre établi c'est que l'argent reprend nettement plus sa place d'outil parmis les outils, et est naturellement détrôné de sa position dictatoriale qui veut nous faire croire qu'elle gère et conditionne notre viabilité.

l'ordre établi conduit l'irrigation de notre esprit avec la même politique que celle qui irrigue les champs... detruisant têtes et terre.

Modifié par Miette, 02 novembre 2005 - 13:51 .


#37 Didoune

Didoune
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Poitiers

Posté 02 novembre 2005 - 13:54

A nous de le renverser...

#38 llalllal

llalllal
  • Localisation:Thonon
  • Intérêts:J'ai l'impression que plus rien depuis quelques années...

Posté 02 novembre 2005 - 17:30

Et bien merci pour toutes ces bonnes choses, en attendant, on va parrer au plus pressé, a savoir remettre les pieds au collège puisque les vacances sont bel et bien terminées...vivement Noël...

Bye

#39 _Goéland_

_Goéland_

Posté 02 novembre 2005 - 17:47

Tu es prof de quoi ?

#40 llalllal

llalllal
  • Localisation:Thonon
  • Intérêts:J'ai l'impression que plus rien depuis quelques années...

Posté 02 novembre 2005 - 17:59

Non, je vais quand même répondre à Goéland sur les parents. Pour résumer, et en remarquant qu'il y a néanmoins quelques irréductibles qui tiennent bon, c'est à dire qui éduquent leurs enfants (puisque ce n'est pas le role de l'école), nous avons aujourd'hui environ 60% de "pondeuse-géniteur". Autrement dit, je pose l'enfant à la crèche, je le récupère à 25 ans, je veux qu'il ait une bonne situation, qu'il soit poli, qu'il sache vivre en société, qu'il ait une reconnaissance immense pour ces parents, qu'il assure mes vieux jour etc etc...

C'est dur, mais il suffit d'assister à une réunion parent-prof, ou d'observer la réaction des parents d'élèves quand il y a un problème au collège (absence, grève, violence etc), pour constater que les parents n'en ont rien à faire.

Pourquoi les parents sont favorables aux remplacements, parce qu'on garde le petit chérubin, savoir ce qu'il fera durant le remplacement du prof absent, peu importe. Mais bon, j'aurais quand même appris qu'avec mon bac+5 visant à enseigner la technologie au collège, je suis également à même d'enseigner le français, les maths, l'anglais etc etc. Merci à ce bon gouvernement qui m'a fait découvrir tout ces dons cachés qui sommeillaient en moi.

C'est bizarre, mais en tant que boucher, j'aurais pas l'idée d'aller remplacer le boulanger malade... Mais je dois me tromper, puisque mon bon gouvernement sait mieux que moi ce qui est bon pour nos enfants...


Ah, et autre chose pour Miette ou Didoune, mai 68 venait des jeunes mais là, je ne pense pas qu'il faille compter sur eux, c'est triste à dire, mais du moment qu'ils ont leur barette de toch et leur scooter, le reste importe peu, les débats d'idées dans la classe manquent toujours...d'idées.
Pour certains (mais la responsabilité est à beaucoup de monde), il ne pourront même pas faire parti d'une "génération presse bouton", puisqu'on devra appuyer à leur place...


- Mais restons positif
- Ah oui pourquoi ?
- Heu, attends, je vais y réfléchir.