Aller au contenu


Photo

planter un bois ou une forêt


  • Veuillez vous connecter pour répondre
93 réponses à ce sujet

#81 _khalil_

_khalil_

Posté 30 juin 2015 - 07:56

un autre article qui confirme...là on parle de la notion d'albédo...çà se complique...

 

Même si les forêts sont des puits de carbone, les projets de reforestation n'auront qu'un impact très limité sur le changement climatique, affirme une étude scientifique publiée dimanche dans la revue Nature Geoscience. Vivek Arora de l'Université de Victoria en Colombie britannique (Canada) et Alvaro Montenegro de l'Université de St. Francis Xavier en Nouvelle-Écosse (Canada) ont modélisé cinq scénarios de reboisement sur cinquante ans, de 2011 à 2060. Ils ont alors examiné les effets sur la terre, l'eau et l'air si la température à la surface de la terre augmentait de 3 degrés d'ici 2100, par rapport aux niveaux préindustriels de 1850.

Il s'avère que même si toutes les terres cultivées du monde étaient reboisées, le réchauffement ne serait réduit que de 0,45° d'ici 2081-2100. Ceci s'explique notamment par le fait qu'il faut des décennies aux forêts pour être suffisamment mûres pour capter le CO2, qui stagne durant des siècles dans l'atmosphère. Dans le deuxième scénario, le reboisement de l'ordre de 50 % des terres cultivées n'entraînerait une réduction de la hausse de la température que de 0,25°. Aucun de ces scénarios n'est évidemment réaliste, dans la mesure où ces terres cultivées sont cruciales pour nourrir la planète qui devrait abriter 9 milliards d'individus en 2050.

Les forêts réduisent l’albédo

D'après les trois autres scénarios, reboiser des zones au niveau des tropiques est trois fois plus efficace pour réduire le réchauffement que dans les latitudes plus élevées et les régions tempérées. Les forêts sont plus sombres que les terres cultivées et donc absorbent plus de chaleur. Les planter à la place d'une terre recouverte de neige ou de céréales de couleurs claires diminue l'albédo, c’est-à-dire la réflexion d'énergie solaire vers l'espace. C’est ainsi que, finalement, une région boisée absorbe davantage d’énergie solaire et élève la température de la région, particulièrement dans les hautes latitudes (voir le communiqué de l'Université St Francis Xavier).

« Le reboisement en soi n'est pas un problème, il est positif. Mais nos conclusions indiquent qu'il n'est pas un outil pour maîtriser la température si on émet des gaz à effet de serre comme on le fait actuellement », a déclaré M. Montenegro à l'AFP. « Reboiser ne peut pas se substituer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre », affirme l'étude. Rappelons que la déforestation, principalement dans les forêts tropicales, est à l'origine de 10 à 20 % des émissions de gaz à effet de serre.

http://www.futura-sc...imatique-31024/



#82 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 549 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 02 juillet 2015 - 11:46

La mode est aux méta-études, qui compilent tant bien que mal des données partielles pour tenter de former des conclusions généralistes.

… le tout dans l'urgence. J'ai souvent des doutes sur la fiabilité des titres et autres formules choc.

 

Si comme l'on dit, la forêt précède les hommes, je suis certain que le désert les suivra si rien n'est fait qui aille dans le sens d'un couvert végétal efficace. (humus, anti-érosion, biomasse, biodiversité)

Pour les océans, la complexité est encore plus grande.


  • l'ombre aime ceci

#83 l'ombre

l'ombre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1 702 messages
  • Genre: Homme

Posté 02 juillet 2015 - 14:19

je partage les propos de FLOYD :roi2:  et de rajouter comme c'est la mode > la modélisation a tout les étages :rolleyes:



#84 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 549 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 02 juillet 2015 - 22:38

Merci. 

 

L'humain est comme ça, il veut toujours connaitre l'avenir.

La modélisation est sans doute la voie d'avenir, pour rendre "prédictive" la science, qui ne peut se contenter d'être l'accumulation de constats et la validation des choses biens connues (et faciles).

La planète Terre est cependant un objet trop complexe pour l'outillage intellectuel actuel. Par contre l'outillage informatique permet des travaux de compilation rapides; c'est un peu comme une formule 1 livrée à un gamin…

 

Planter, semer des arbres il est encore temps. 

(mais attendre l'automne…)


Modifié par FLOYD, 02 juillet 2015 - 22:39 .


#85 gunday

gunday

Posté 14 aot 2015 - 15:24

Rendement de 3% l'an, un investissement spéculatif, une arnaque organisée par les requins de la finance ???

Connaissant un peu le sujet, je peux te répondre.
Le rendement est ce qu'on gagne par rapport à une somme investi.
En gros là pour 100 investi, tu récupère 3 par an.

Par contre, le rendement est souvent présenté brut (car plus intéressant), donc une fois enlever les différents frais, il est souvent plus faible.
Dans les groupements forestiers, les chiffres annoncés sont plutôt allant de 1% "jusqu'à 3%". (ce qui fait un légère différence).
Ensuite le rendement est variable d'une année à une autre selon les prélèvements, les frais, les dégâts, ...

 

En forêt l'éhoupeur, le bûcheron, le débardeur traditionnel se font rares. Les machines à chenilles et à bras hydraulique armé d'une tronçonneuse côtoient les tracteurs forestiers et leur paire de pince géante capable de manier une bille comme vous maniez la pince à sucre!

Problème de vocation, le métier était dur, il l'est toujours. Les accidents devenus rares heureusement, mais les troubles musculo-squelettiques prennent le relais.

Ce qui ne change pas, les salaires bas des ouvriers payés à la tâche. On rencontre aussi des auto-entrepreneurs, qui ne comptent pas leurs heures, ils ont les échéances de la machine à assumer

Ceci dit, la forêt est belle en automne pour le promeneur tranquille.

Ca dépent un peu du type de forêt.
Au niveau professionnel, effectivement, la machine est la norme.
Au niveau particulier, on est encore à la main.
Et là vers chez moi :
- Soit on rase tout à nu (courant quand la coupe est délégué contre 2 tiers du bois).
- Soit on rase à nu tout le bois de chauffage en laissant le bois d'oeuvre grandir
- Soit le bois d'oeuvre est déjà à maturité et on le vend sur pied. (là j'ai surtout du on-dit, les bois familiaux déjà connu sont trop jeune, soit trop petit)

La méthode 1 est la plus courante! ^^

#86 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 549 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 14 aot 2015 - 16:36

Oui dans ce cas n°1 on est loin de la gestion durable. 

Par contre on connait bien les défauts et les conséquences graves de cette pratique.

 

Bref, un peu de jugeote pour appuyer les gros bras, ne sera pas du luxe.



#87 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 218 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 18 octobre 2018 - 11:30

Les forêts riches en espèces absorbent deux fois plus de carbone 
05.10.2018

Les forêts qui comptent de nombreuses espèces d'arbres absorbent deux fois plus de carbone que celles qui sont composées d'une seule sorte. C'est le résultat d'une étude menée en Chine qui pourrait profiter à la protection du climat.
La Chine a lancé en 2009 une expérience sur l'importance de la diversité des espèces d'arbres dans les forêts. Dans une région montagneuse à 400 km à l'ouest de Shangaï, 500 parcelles de 670 mètres carrés chacune ont été replantées avec différentes quantités d'espèces dans chaque zone, de la monoculture jusqu'à 16 sortes, a indiqué vendredi l'Université de Zurich, qui participe à cette étude.
Après huit années, les parcelles comptant 16 espèces d'arbres ont absorbé en moyenne 32 tonnes de carbone par hectare. Les zones de monoculture, en revanche, n'ont retenu en moyenne que 12 tonnes par hectare.
Ecologie et économie
'Ces résultats ont une grande importance écologique et économique', souligne Bernhard Schmid, professeur à l'Université de Zurich et auteur d'un article publié dans la revue Science. Des projets de reforestation voient le jour un peu partout sur la planète, avec pour objectif la protection du climat.
Contrairement à une idée reçue, la biodiversité des forêts n'empêche pas la productivité, au contraire. Si on extrapole les résultats obtenus en Chine au reste de la planète, un recul de 10% du nombre d'espèces d'arbres provoquera une perte de productivité estimée à 20 milliards de dollars par année. Ca montre bien qu'il faut éviter les monocultures dans les forêts, affirme le professeur zurichois.
Une vingtaine d'universités et d'instituts chinois, allemands et suisses sont associés au projet près de Shangaï. C'est la plus grande expérience du genre au monde.
/ATS

https://www.rfj.ch/r...de-carbone.html



#88 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 218 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 09 janvier 2019 - 10:20

Pour diversifier les haies et les bois on peut aussi s'inspirer de la forêt gourmande bourguignonne que Fabrice Desjours crée depuis 8 ans à Diconne (71) :

 

Fabrice, porté par sa passion des plantes et son militantisme, a mis des années à collecter 4000 souches de variétés anciennes de potagères aux 4 coins de monde, explorations lui ayant permis de découvrir et d’étudier les jardins-forêts tropicaux. De retour en Bourgogne en 2010, il teste le concept en climat tempéré et implante seul une forêt comestible de 2.5 hectares comptant plus de 1000 espèces pérennes alimentaires (arbres, lianes, buissons, herbacées terrestres ou aquatiques). Autour de ce projet, s’est peu à peu fédéré un noyau dur de bénévoles et de membres permactifs déterminés à faire la promotion des jardins-forêts pour changer le monde ! Ainsi est née en 2018 l’association Forêt Gourmande.

 

Les buts de l’association sont les suivants :

- Promotion des jardins-forêts, notamment par le site internet (http://foretgourmande.fr) et la page Facebook

- Pédagogie (accueil de public lors de visites commentées, de formations, de conférences, présence à des salons, signalétique dans les sentiers du jardin, accueil prochain de classes lors d’ateliers découverte…)

- Réserve de biodiversité (présence de nombreux animaux sauvages sur le lieu et d’une flore native associée)

- Expérimentations (création variétale, phytosociologie, recherches d’associations de plantes par guildes saisonnières, cuisine-crusine nouvelles…)

- Propagation et diffusion de plantes pérennes et annuelles rares pour jardins-forêts.

- Accompagnement gratuit de projets collectifs ou participatifs centrés sur la création de jardins-forêts et utilisant des espèces pérennes, alimentaires et stratégiques.

https://www.helloass...ur-jardin-foret



#89 PORTIER

PORTIER

Posté 10 janvier 2019 - 18:28

Bonne question, la ça me dépasse xD. Je ne sais pas trop se que veux dire bénéfice ou rendement. Pour ça que je pose la question.

Mon questionnement c'est aussi de savoir à quoi ça sert de posséder son propre bois ou sa propre foret.

La rentabilité d’une entreprise concerne ses bénéfices.  Ou en d’autres termes, une activité est considérée rentable en fonction de la relation entre son bénéfice net et le total de ses revenus.

La formule de base pour calculer la rentabilité d’une entreprise est la suivante :

Rentabilité = Bénéfice net x 100 ÷ Revenu total

Souvenez-vous que le bénéfice net est le bénéfice total d’une entreprise après avoir soustrait les dépenses et le revenu total est le montant total d’argent reçu. La rentabilité est un indicateur d’efficacité opérationnelle dont le résultat est sous forme de pourcentage.



#90 PORTIER

PORTIER

Posté 10 janvier 2019 - 18:34

Rendement de 3% l'an, un investissement spéculatif, une arnaque organisée par les requins de la finance ???

J'ai déjà investie il y a 12 ans dans une foret en directe et la commune m'a obligé a faire énormément de coupe. Je ne gagne rien au vu du temps que je passe.
L'année dernière, j'ai décidé de racheter des bois et des forets, mais cette fois ci par le biais d'un groupement foncier forestier Lien supprimé par la modération et avec comme objectif non seulement la rentabilité, mais aussi des réductions d'impôts.



#91 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 549 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 10 janvier 2019 - 19:06

La propriété forestière privée est effectivement une niche fiscalement intéressante.

L'état qui contraint l'ONF a "optimiser" la gestion et la rentabilité des forêts domaniales, sait bien que sans aide fiscale et sans contrainte, la forêt privée serait gérer avec encore plus de productivisme.

Propriétaire sylviculteur reste une occupation qui aide à penser l'avenir, avec un peu d'optimisme.



#92 Livy-Dagore

Livy-Dagore
  • Genre: Homme
  • Localisation:France
  • Intérêts:L'écologie,les écovillage,la permaculture,la spiritualité,Le Yoga,et les alternatives éducatives.

Posté 12 janvier 2019 - 15:48

L'idéal,cest de planter une forêt en utilisant des bombes à graines.



#93 l'ombre

l'ombre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1 702 messages
  • Genre: Homme

Posté 12 janvier 2019 - 17:30

Une foret est un équilibre fragile qui ne s'improvise pas et et ne se décret pas :roule: Sauf par richelieu  :salut: 



#94 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 549 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 13 janvier 2019 - 17:43

Petit aparté, je crois me souvenir que la notion "d'équilibre" n'a plus vraiment cours dans le monde de l'écologie en général, de la forêt en particulier.

La forêt est en perpétuel évolution, en perpétuel renouvellement.  La sylviculture actuelle intègre beaucoup de nouvelles précautions pour que la forêt soit durablement une forêt qui stocke du carbone dans des bois d'œuvre.

 

Certains souhaiteraient même la mise en réserve totale de tous les boisements, dans le but de recréer une forêt primaire perpétuelle.

 

Ce que Colbert a voulu jadis pour la construction des flottes royales, fait envie à pas mal de citoyens et d'entrepreneurs.

J'entends certains discours qui voudraient qu'une gestion "citoyenne" soit substituée à la gestion par l'ONF, pari étant fait que cette gestion par le peuple ou par le "marché"  serait de loin meilleure.

 

Il est clair qu'on ne trouvera pas facilement un consensus entre les tenants d'une écologie conservatrice  et les tenants d'une captation des revenus issus de l'exploitation.