Aller au contenu


Photo

Biodiesel - Le produit agricole


  • Veuillez vous connecter pour répondre
13 réponses à ce sujet

#1 galimba

galimba
  • Localisation:Creuse

Posté 12 avril 2006 - 16:34

"Biodiesel - Le produit agricole le plus destructeur sur Terre n’est pas la solution a la crise de l’energie, The Guardian, 06/12/05
George Monbiot (Traduction rapide par Jerome, 30/01/06)

En faisant la promotion du biodiesel comme substitut, nous sommes passes a cote du fait qu’il est pire que de bruler le combustible fossile qu’il remplace
Au cours de ces deux dernieres annees, j’ai fait une decouverte inconfortable. Comme la plupart des environnementalistes, j’ai ete aussi aveugle aux contraintes affectant notre approvisionnement energetique que mes opposants l’ont ete vis a vis du changement climatique. Aujourd’hui, je me rends compte que j’ai entretenu une certaine croyance en la magie.
En 2003, le biologiste Jeffrey Dukes calcula que les combustibles fossiles que nous brulons en un an etaient faits de matiere organique "contenant 44 x 1018 grammes de carbone, ce qui est plus de 400 fois la productivite primaire nette du biotope courant de la planete". En bon francais, cela signifie que chaque annee nous utilisons quatre siecles d’equivalent plantes et animaux.
L’idee que nous puissions simplement remplacer cet heritage fossile - et la densite d’energie extraordinaire qu’il nous fournit - avec de l’energie ambiante est un truc pour la science-fiction. Il n’y a simplement aucune maniere de remplacer la diminution de notre consommation. Mais partout on cherche des substituts. Ils ont ete promus aujourd’hui lors des discussions sur le climat a Montreal, par les etats - comme le notre - qui cherche a eviter les decisions difficiles imposee par le changement climatique. Et un substitut au moins est pire que le combustible fossile qu’il remplace.
La derniere fois que j’ai prete attention aux dangers de fabriquer du carburant diesel a partir d’huiles vegetales, j’ai recu autant d’injures qu’apres ma position sur la guerre en Irak. Les missionnaires du biodiesel, ai-je decouvert, sont aussi bruyants dans leurs denegations que les cadres dirigeant d’Exxon. Je suis maintenant pret a admettre que mon article precedent etait faux. Mais ils ne vont pas aimer ca. J’avais tort parce que je sous-estimais l’impact destructif du combustible.
Avant d’aller plus loin, je devrais etre clair sur le fait que transformer de l’huile de friture en carburant pour moteur est une bonne chose. Les gens qui vident toute la journee entre ces cuves de salete rendent un vrai service a la societe. Mais il y a suffisamment d’huile de cuisson usagee en Grande-Bretagne pour satisfaire seulement 1/380 eme de nos besoins en carburant pour le transport. Ensuite, les ennuis commencent.
Lorsque j’ai ecrit sur ce sujet l’annee derniere, je pensais que le plus gros probleme cause par le biodiesel etait qu’il mettait en place une competition pour l’utilisation des champs. Les surfaces cultivables qui pourraient etre utilisee pour faire pousser des aliments le seraient pour cultiver du carburant. Mais aujourd’hui, je pense que quelque chose de pire est en train d’arriver. L’industrie du biodiesel a accidentellement invente le carburant produisant le plus de carbone au monde.
En faisant la promotion du biodiesel - comme le font l’UE, les gouvernement britanniques et des USA, et des milliers de militants environnementalistes - vous pouvez imaginer creer un marche pour la vieille huile de friture, ou l’huile de colza, ou l’huile faite a partir d’algues cultivees dans des mares desertes. En realite, vous creez un marche pour les cultures les plus destructrices sur Terre.
La semaine derniere, le president de l’autorite federale pour le developpement agricole en Malaisie annoncait qu’il etait en train de construire unenouvelle usine de production de biodiesel. Quatre nouvelles raffineries sont en train d’etre construites sur la peninsule malaisienne, une a Sarawak et deux a Rotterdam. Deux consortium etrangers - un allemand, l’autre americain - mettent en place des usines concurrentes a Singapour. Toutes fabriqueront du biodiesel a partir de la meme source : l’huile de palme.
"La demande en biodiesel", selon le Malaysian Star, "viendra de la Communaute europeenne ... Cette demande toute neuve ... fera, de facon ultime, un sort a toutes les reserves potentielles d’huile de palme brute de Malaisie." Pourquoi ? Parce que c’est la culture la moins chere comme source de biodiesel.
En septembre, les Amis de la Terre ont publie un rapport sur l’impact de la production d’huile de palme. "Entre 1985 et 2000", ont-ils decouvert, "on estime que le developpement des plantations pour l’huile de palme a ete responsable de 87% de la deforestation en Malaisie." A Sumatra et Borneo, quelques 4 millions d’hectares de foret on ete converties en fermes de palme. Aujourd’hui, 6 millions d’hectares supplementaires sont programmes pour faire place nette, et 16,5 millions en Indonesie.
Presque tout le reste de la foret est en danger. Meme le celebre parc national Tanjung Putin a Kalimantan est pille par les planteurs d’huile. L’orang-outang sauvage est voue a l’extinction. Rhinoceros, tigres, gibbons, tapirs, nasiques, et des milliers d’autres especes pourraient prendre leur suite. Des milliers d’habitants de ces regions ont ete chasses de leurs terres, et quelques 500 indonesiens ont ete tortures lorsqu’ils ont essaye de resister. Les feux de foret qui si souvent etouffent la region sous la fumee sont pour la plupart demarres par les cultivateurs de palme. La region dans son entier est transformee en un gigantesque champ petrolifere vegetal.
Avant que les palmes a huile, qui sont petites et rabougries, soient plantees, d’immenses arbres de la foret, contenant une bien plus grande quantite de carbone, doivent etre abattus et brules. Ayant sature les terres les plus seches, les plantations doivent s’etendre dans les forets marecageuses, qui poussent sur des tourbieres. En sechant ses oxydes, la tourbe relache encore plus de dioxide de carbone que les arbres. En terme d’impact sur l’environnement local comme sur le global, le biodiesel de palme est encore plus destructif que le petrole brut du Nigeria.
Le gouvernement britannique comprend cela. Dans un rapport publie le mois dernier, lorsqu’il annoncait qu’il obeirait aux regles de l’UE et ferait en sorte du 5,75% de notre carburant pour le transport vienne des plantes pour 2010, il a admis que "les plus grand risques environnementaux seraient certainement ceux concernant toute large expansion dans la production de biocarburant, et particulierement au Bresil (avec la canne a sucre) et en Asie du sud-est (avec les plantations de palmes a huile."
Il a suggere que le meilleur moyen de traiter ces problemes etait d’empecher les combustibles destructeurs pour l’environnement d’etre importes. Le gouvernement a demande a ses consultants si une interdiction violerait les lois du commerce international. La reponse fut oui : "Des criteres environementaux obligatoires... augmenteraient considerablement le risque d’un probleme legal international sur la politique dans son entier." Donc il a laisse tomber l’idee d’interdire les importations, et a appele a "une sorte de schema volontariste" a la place. Sachant que la creation de ce marche amenera un mouvement puissant en faveur des importations d’huile de palme, sachant qu’il n’y avait rien de significatif qu’il puisse faire a faire contre cela, qu’il accelererait au lieu d’ameliorer les changements climatiques, le gouvernement a quand meme decide de continuer.
En d’autres temps, il aurait defie l’UE avec joie. Mais ce que l’UE veut et ce que le gouvernement veut, c’est la meme chose : "Il est essentiel que nous trouvions un equilibre face a la demande pour les transports qui augmente", dit le rapport du gouvernement, "avec nos objectifs de protection de l’environnement". Jusqu’a recemment, nous avions une politique de reduction de la demande de transports. Maintenant, bien qu’aucune annonce n’ait ete faite, cette politique est abandonnee.
De meme que les Tories au debut des annees 90, l’administration du Labour cherche a satisfaire la demande, quelque soit la hauteur a laquelle elle puisse grimper. Les chiffres obtenus la semaine derniere par le groupe militant Road Block montre que pour l’elargissement de la M1 seul, le gouvernement allait payer 3,6 milliards de livres - plus qu’il ne depense pour son programme entier au sujet du changement climatique. Au lieu de tenter de reduire la demande, il essaie de modifier l’approvisionnement. Il est pret a sacrifier les forets vierges du sud-est asiatique dans le but de se montrer actif, et pour permettre une augmentation du confort des automobilistes.
Tout ceci illustre la futilite des technopansements mis au point a Montreal. Essayer de satisfaire la demande de carburant en augmentation est une folie, quelle que soit la source du carburant. Les decisions difficules ont ete evitees, et une nouvelle portion de la biosphere disparait en fumee.
Source : http://www.guardian....1659036,00.html
Traduction : http://www.velorutio...ticles/175.html "


#2 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 12 avril 2006 - 17:31

Très bon article, que je vais probablement publier sur le site.
Il me paraît surréaliste de ne pas apprendre de ses erreurs et de continuer, encore et toujours plus fort dans la connerie humaine.
En France par exemple, là où l'utilisation d'Huile Végétale Pure produite localement pourrait être salvateur à la fois pour les agriculteurs et pour l'environnement, on s'empresse vers la course à la productivité en délocalisant la production d'huile. Huile de palme qui est sous nos latitudes, pour ceux qui l'ignoreraient, à l'état solide. Que vont-il lui ajouter comme saloperie pour qu'elle reste fluide à 20°C ?

La France a la possibilité, sur ses terre en jachère, de produire une grosse partie de sa consommation en carburant. Le tournesol est une plante peu friande en eau et qui pousse très bien sans des tonnes de produits chimiques.
Il y a eu quelques études sérieuses sur le sujet.

Concernant la quantité de carbone rejeté dans l'air lors de la combustion d'HVP et celle du Diesel, ça vaudrait le coup en effet de se renseigner. Mais je doute que ce qui sort du pôt d'échappement d'une voiture roulant à l'huile soit plus nocif que les vapeur de Diesel.

Ensuite, il convient de bien faire la différence entre les Biodiesel (tjrs rafiné par les mêmes lobbies pétrolières) et l'HVP (qui elle favorise une agriculture locale et intelligente).

Enfin, je suis parfaitement d'accord avec l'auteur de l'article lorsqu'il dit que seule une réduction de notre consommation pourra nous éviter d'aller dans le mur, si ça n'est pas trop tard. Remplacer 100% de notre consommation de pétrole par 100% d'HVP est en effet une nouvelle impasse.

Comme toute alternative, il convient de l'appréhender avec intelligence et recul.
Tout n'est pas à jeter dans l'HVP, loin de là...

#3 galimba

galimba
  • Localisation:Creuse

Posté 12 avril 2006 - 17:43

Je suis en train de faire un article sur l'HVP sur la prochaine herbe. Ca t'ennuie si je publie ton post? Ou bien arrange le à ta sauce s'il ne te convient pas.

?

#4 lool

lool
  • Localisation:Bruxelles

Posté 12 avril 2006 - 19:12

Une culture d'huile carburant locale et la réduction de la consommation ce sont les deux solutions à appliquer ensembles

Voir ici Les biocarburants, la peste à la place du choléra ? et particulièrement le passage sur la Pourghère dont, bizarrement on ne fait que très peu la promotion...

Peur de l'arrivée d'une nouvelle génération des rois du désert sans doute ...

#5 galimba

galimba
  • Localisation:Creuse

Posté 12 avril 2006 - 19:53

Moi ce qui me dépasse c'est que beaucoup doivent faire 100 bornes par jour pour aller travailler. Et sans faire de philosophie.

#6 lool

lool
  • Localisation:Bruxelles

Posté 12 avril 2006 - 19:58

Moi ce qui me dépasse c'est que beaucoup doivent faire 100 bornes par jour pour aller travailler. Et sans faire de philosophie.

j'ajouterais : pour s''installer devant un clavier, alors que ce job pourrait être très facilement fait à distance.

Mais si patron veut pas, il veut pas ... :calin:

Modifié par lool, 12 avril 2006 - 20:00 .


#7 EcliptuX

EcliptuX
  • Genre: Homme
  • Localisation:sur Terre
  • Intérêts:la Vie et les gens :)

Posté 13 avril 2006 - 11:19

Je suis en train de faire un article sur l'HVP sur la prochaine herbe. Ca t'ennuie si je publie ton post? Ou bien arrange le à ta sauce s'il ne te convient pas.

?

Ca ne me gêne pas dans l'absolu, mais je trouve l'article présenté par lool peut-être mieux écrit :calin:
Après il est tjrs possible de reprendre les arguments et les ré-arranger pour en faire quelque chose d'original ;)

#8 biomat

biomat

Posté 13 avril 2006 - 12:41

Roulant à l'hvp je suis tout à fait d'accord sur cet article du fait que tant que l'on ne se decidera pas à changer complétement nos attitudes vis à vis de nos deplacments , c'est à dire améliorer les transports en commun pour reduire le nombre de deplacement, covoiturage etc... on restera dans un objectif de production intensive et donc le risque de voir apparaitre des plantes modifiées pour accroitre leur capacité de production ! Sans parler de la production de diester ou d'ethanol qui demandent en plus une transformation industrielle :calin: !
Je pense qu'il en est de m^me avec tout ce qui est carburation à l'hydrogène !! si on utilises l'eau pour se déplacer c'est encore pire !!!
ON est pas sorti de l'auberge !!!
en tout cas je me permet de prendre cet article pour le positionner sur oliomobile histoire de lancer le debat .

Modifié par biomat, 13 avril 2006 - 12:42 .


#9 Frido

Frido
  • Genre: Homme
  • Localisation:La Patrie
  • Intérêts:Écovillage, energie renouvelables, simplicité volontaire.spiritualité, animisme.

Posté 13 avril 2006 - 14:17

Le bio diesel est en effet une fausse solution. Cela est discuté depuis quelques années sur des sites sur l'après pétrole et n'est pas encore exposé sur les médias à fort tirage.
Ici quelques sites font la promotion de l'usage de l'huile de friture pour remplacer le diesel, mais comme vous le dites, c'est une solution pour une minorité qui durera le temps que les produits agricoles seront subventionnés par l'usage du pétrole bon marché. Lorsque la réalité de la déplétion pétrolière commencera à se faire sentir tout sera bien différent.
La solution passe évidement par une décroissance et un recentrage des activités localement pour éviter les déplacements inutiles. Comme vous le constatez tous, on est loin du compte et même les Cie aériennes voient le nombre de passager croître. Jusqu'ou iront-nous dans la démesure avant de changer nos habitudes ? Nous irons évidement jusqu'à frapper le mur.
Ceux qui auront sauté du train avant la collision, seront ceux qui s'en sortiront.
Nous connaissons tous la solution mais très peu d'entre nous ont le courage de l'appliquer, parce que cela implique de changer radicalement notre mode de vie, celui là même qui nous semble si confortable.

Ceux qui ont cultivé un jardin avec des moyens naturels et peu d'outils mécanisés savent bien que la nourriture ne pousse dans les tablettes des super marchés, mais que pour subvenir à ses propres besoins il faut y mettre bien des efforts. PLusieurs se tournent maintenant vers ceux qui hier nous voulions coloniser et former, pour apprendre leurs façons de faire, leurs manières de survivre avec si peu de ressources.
je ne peux que conseiller ce qui pour moi à bien fonctionné, soit de se placer dans une situation sans autre issue que d'avancer en avant. Autrement il existera toujours des détours que nous seront tentés d'emprunter.

Bien des politiciens savent que nos sociétés se dirigent vers une crise majeure et ne peuvent sans risquer de précipiter les événements alerter le peuple. Pour maintenir un semblant de paix sociale, ils retiennent l'information alors qu'elle est depuis longtemps disponible. Les gens en général trouvent réconfortant de se rallier aux nouvelles solutions, même si dans leur for intérieur, ils se doutent qu,elles sont sans avenir. Le biodiesel est dans cette même veine des solutions miraculeuses misent de l'avant pour régler les problèmes soulevés par les écologistes.

Plus de pétrole ? pas de problème, nous avons toujours le bio diesel, mettant de l'avant la solution sans mentionner tout ce qui doit être fait pour la mettre en œuvre. Comme le loup qui dit à ses potes qu'il a trouvé un troupeau de moutons bien gras sans dire qu'ils sont derrière des fortifications gardées par des hommes armés de mitraillettes !

#10 korrotx

korrotx
  • Localisation:Euskal Herria

Posté 28 mars 2007 - 14:24

Article de Kokopelli au sujet des agro-carburants, un peu carton dans la forme, mais qui mérite d'être diffusé pour faire contrepoids au discours ambiant du développement durable à base d'éthanol.
http://www.kokopelli....cgi?id_news=90

#11 nidhalg

nidhalg
  • Localisation:Limousin
  • Intérêts:Contes, musique, nature...

Posté 25 avril 2007 - 16:23

kokopelli veut faire un moratoire sur les "biocarburants"!
Je me suis désincrit de cette liste carr je ne suis pas d'accord.
Il ne suffit pas de dire que les biocarburant c'est maaaaaal!
Kokopelli ne propose en échange aucune solution: autrement dit on reste en l'état et on continue de polluer avec des carburants fossiles!
Si l'on est contre les biocarburants, ce qui est concevable avec un bon argumentaire, il faut avoir le courage de demander la fin des transports! Or je n'ai rien lu de tel sur leur site.
Soyons clair, je suis avant tout un écologiste et je penses en priorité a la planète pour laquelle une production massive de biocarburant serait une catastrophe. Mais tant qu'on est dans un système où se déplacer est une nécéssité, les biocarburants sont une alternative locale fiable au tout pétrole!

#12 nidhalg

nidhalg
  • Localisation:Limousin
  • Intérêts:Contes, musique, nature...

Posté 25 avril 2007 - 16:43

le problème des carburants et avant tout un problème de mode de vie et de surpopulation.
C'est comme cette histoire d'empreinte écologique. On nous dit par exemple, que si tous le monde vivait comme nous il faudraiy une planète et demi ou deux!
Mais la conclusion doit-elle être uniquement " nous conssomons trop, il faut réduire notre conssomation!" ou alors il y a t-il aussi une part de "la planète est surpeuplée, nous sommes trop nombreux!".
Le but de l'humanité est-il de faire vivre au minimum de conssomation, un maximum de gens au mépris de l'espace sauvage, ou est-il de faire vivre un peuple peu nombreux en harmonie avec la nature et qui peu s'épanouir sans gêner!?

#13 Yeye

Yeye

    Ziploïde gloupexiforme

  • Membres
  • 1 212 messages
  • Localisation:Lotharingie inférieure

Posté 26 avril 2007 - 11:38

Je pense qu'une valeur essentielle a été oubliée, éliminée du débat depuis plusieurs décennies.

Cette valeur, c'est la proximité.


Pendant des années, sous couvert de dynamisme, de jeunisme, d'esprit de conquête, on nous a bourré le mou avec la mobilité, faisant l'éloge de cette dernière et de la nécessité pour le bien de tous d'être capable de bouger.
La clause de mobilité est d'ailleurs devenue un élément incontournable de tous les contrats de travail pas trop vieux.


Tout ça pour permettre les mouvements de fusion / centralisation des grands ensembles au détriment de l'homogénéité et de l'autonomie des cambrousses.
Nous habitons actuellement dans une ancienne minoterie qui faisait travailler tout le village il y a encore 50 ans.
Aujourd'hui, les habitants du même village prennent tous leur voiture le matin pour aller bosser à une distance comprise entre 25 et 50 kms....où est le progrès ?

Et c'est comme ça dans TOUS les villages de France, il n'y a plus de travail, la voiture est un outil INDISPENSABLE même lorsqu'on a de la bonne volonté.


On peut imaginer une voiture hybride mûe à l'éthanol, elle consommera forcément plus que le simple vélo qui servait à emmener grand-père à la mine ou à l'usine...



J'espère de tout mon coeur que cette valeur de proximité va revenir en force et qu'on va calmer ce délire, peut-être que la flambée du prix de l'énergie va nous y aider... :ptdrasrpt2:

#14 nidhalg

nidhalg
  • Localisation:Limousin
  • Intérêts:Contes, musique, nature...

Posté 02 mai 2007 - 15:47

La proximité ne reviendra pas si les écologiste eux même se refusent d'en parler.
Ensuite il faut savoir que l'alternative au pétrole carburant existe depuis longtemp mais que ce n'est pas là le problème. Le problème c'est qu'avec du pétrole on, fabrique du plastique utilisé dans toutes les industries modernes. Si on suprime le pétrole ce n'est pas seuleument le transport qu'on remet en cause mais toute l'industrie! Voilà, il faut savoir! C'est ça qui pose le plus problème!