Aller au contenu


Photo

noix, noisettes et chataîgnes


  • Veuillez vous connecter pour répondre
50 réponses à ce sujet

#41 _ophildelo_

_ophildelo_

Posté 06 novembre 2009 - 10:28

Je sais pas s'il y a un sujet sur les moulins , mais çà serait peut être intéressant d'en discuter car il y a beaucoup à dire sur la question , et les plus chers ne sont pas forcément les meilleurs .
En tout cas je trouve qu'il y a une grosse arnaque autour des moulins à meule de pierre , et je ne suis pas sur que pour les petits moulins fassent une farine meilleure (confusion entre écrasement des grosses meules d'antan et abrasion des petites meules modernes !
En tout cas le meulage manuel donne une farine incontestablement plus belle et meilleure .... mais faut pas être pressé .
J'ai commencé avec çà , et pour une famille de 5 personnes , çà me prenait des heures chaque semaine !

#42 Corpse Grinder 666

Corpse Grinder 666

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 317 messages
  • Genre: Homme

Posté 20 octobre 2010 - 12:28

je profite de cette discution qui a un titre bien précis (ce qui n'était pas le cas des discution où l'on parlait de la chataigne) .
j'ai un livre à proposer :
châtaignes et marrons d' Ariane Bruneton-Governatori
c'est en gros 108 pages sur le suet .
un livre qui ne paie pas de mine , mais qui se trouve être une mine pour comprendre comment les anciens faisaient pour la conservation (bien que cela reste rapide) et les outils utilisé . bien sur il y a l'histoire de la chataigne , mas aussi des recettes , les différentes variétés , les nutriments de la chataigne : glucide protide ...etc ....

voili voilou :nuts:

#43 _Henri_

_Henri_

Posté 22 octobre 2012 - 12:46

Je viens d'essayer la methode de trempage pour conserver les chataignes ( Voir plus haut Tis)super , existe-t-il d'autres méthodes : j'ai une annexe qui servait qu'au fumage des chataignes ? comment doit-on procéder ?
c'est vraiment une année a chataignes, cela remplacera les noix manquantes .

#44 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 357 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 01 novembre 2012 - 19:32

Clède
Cet édifice a un étage. En bas, on entretient un feu de bogues qui doit fumer sans flamme et chauffer modérément mais continuellement. À l'étage, un plancher percé de trous (d'où le nom de claie = cleda) supporte la récolte de châtaignes qui est entassée sur 50 cm d'épaisseur.
Tous les jours, le feu est entretenu et les châtaignes retournées. Au bout de trois à six semaines, elles sont sèches. Elles sont alors dépiquées : on retire la peau sèche pour obtenir les châtaignons blancs. Ceux-ci se conservent secs et peuvent être moulus en farine ou servir à faire le badjana.
Une clède associative fonctionne chaque automne à Saint-Martin-de-Boubaux en Lozère.


https://fr.wikipedia...org/wiki/Clède

Traditionnellement, les châtaignes se retournent avec une pelle en bois

 

1449337086.jpg

http://casinca.canal...iens/p10-0.html


  • Artska aime ceci

#45 Le Ret

Le Ret
  • Genre: Homme
  • Localisation:ardèche
  • Intérêts:tout

Posté 09 mars 2013 - 11:28

La Clède est la meilleure solution, mais c'est souvent difficile (grosses quantités oblige), mais pour des petites quantités, tremper 10jours, en mélangeant tous les jours et en enlevant régulièrement celles qui flottent, changer l'eau tous les jours aussi, puis bien étaler au soleil et laisser sécher en ne gardant que les "saines". elles se garderont quasi indéfiniment dans un endroit sec et pas trop chaud



#46 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 357 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 23 janvier 2014 - 11:03

La châtaigneraie d'Yvoy révèle ses secrets
26/11/2013

1511304072.jpg
Pierre Aucante en compagnie de Gérald Yart, membre actif de l'association, dans l'un des nombreux alignements de châtaigniers, survivants de la châtaigneraie historique d'Yvoy-le-Marron.

C’est un gigantesque verger de milliers d’arbres dont il ne reste que des vestiges, et une histoire à écrire. En projet : un conservatoire.
 
Alignés comme de vieux têtards au milieu d'un champ, en bordure d'un chemin ou en lisière d'un bois, dans les jardins auprès des maisons, le châtaignier est partout à Yvoy-le-Marron, depuis longtemps. La carte de Cassini fait figurer l'existence d'une châtaigneraie fruitière, parfaitement ordonnée en croissant autour du village. Six cents hectares, un gigantesque verger de plus de 5.000 arbres plantés tous les 17,50 m, tous greffés. Une châtaigneraie exceptionnelle, décimée, arrachée mais bien présente.
 
Et Yvoy-le-Galeux devint Yvoy-le-Marron

« On n'en trouve trace nulle part, aucune publication, aucune recherche n'en fait état », s'étonne Pierre Aucante. Le journaliste et écrivain n'en reste pas à cette constatation, avec un groupe d'amis et d'habitants du village il vient de constituer un groupe d'étude pour la sauvegarde des variétés anciennes de châtaigniers d'Yvoy-le-Marron. Le groupe travaille en collaboration avec la municipalité à la création d'une pépinière. Ce conservatoire va faire l'objet d'une convention passée avec la commune afin qu'un terrain d'un demi-hectare puisse être planté de châtaigniers de plusieurs variétés locales.
Durant cette longue gestation, du semis de châtaignes aux premiers plants puis au greffage, une multitude de sujets vont être fouillés. Qui a mené cet ouvrage gigantesque autour d'Yvoy il y a plus de trois cents ans ? Avec quels moyens ? D'où viennent ces variétés ? « C'est l'identité d'un village dont il est question », poursuit Pierre Aucante. « Et pourtant aucun de ces arbres n'est protégé. Le plus gros, le plus ancien a été abattu dans les années cinquante, lorsque les tanneries de Brive avaient besoin de tanin. On en a tiré 65 stères de bois ! Il avait un nom : l'Ardille. »
En 2004 et 2005, un premier recensement de ces arbres a permis de constituer une solide base de données. Sept cent cinquante châtaigniers, dont une partie morts sur pied ou identifiés à leur souche, ont désormais leur fiche. La menousière est la variété dominante, à 60 %. C'est aussi le nom d'une ferme du pays. Une châtaigne précoce, récoltée pour la grande foire du premier lundi d'octobre. « Sucrée, claire, facile à ramasser, assez proche de la jouannette, elle aussi très précoce. Cela permettait de prendre de l'avance sur la concurrence, sur les marchés régionaux. » Parce qu'il devient de plus en plus évident qu'une telle production, si judicieusement sélectionnée, ne pouvait être entreprise que dans un but commercial, assurant la prospérité des populations au XVIIIe et XIXe siècle. Au point que le nom même du village en fut modifié en 1841 par ordonnance de Louis Philippe sur la demande du conseil municipal. Yvoy-le Galeux qui tenait son nom de la fontaine Saint-Caprais réputée pour guérir la gale fut débaptisé pour devenir Yvoy-le-Marron.

Henri Lemaire
 
Une convention pour un conservatoire

 
http://www.lanouvell...ecrets-1701031#


  • Panthera Pardhus et SHERLIE aiment ceci

#47 Aska

Aska

Posté 29 janvier 2014 - 07:21

En passant, Les fruits secs sont excellents pour la santé. Ils contiennent des protéines végétales et l'huile qui en est tiré est bonne pour équilibrer le cholestérol.
C'est d'ailleurs une collation recommandée aux sportifs, autant en phase de construction musculaire que d'entretien.

#48 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 357 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 29 octobre 2015 - 10:47

Il existe des outils manuels bien pratiques pour faciliter les récoltes des fruits à coque (noix, noisettes, etc.) et des fruits frais pour transformation (olives, prunes, pommes, etc.) :

 

1446109207.jpg

Celui-ci, pour ceux qui ont mal au dos, les ramasse et se vide dans un seau sans avoir à se baisser.

 

1446109697.jpg

Celui-là pour ceux qui ont un grand verger et font de belles récoltes pourrait peut-être être installé devant un vélo ?

 

+ d'infos et vidéos : http://mapassionduve...que-des-fruits/


  • michmuch80 aime ceci

#49 yannouk

yannouk
  • Genre: Homme
  • Localisation:Cévennes ardéchoises
  • Intérêts:Ecologie, autonomie, autoconstruction, système D, naturisme

Posté 29 octobre 2015 - 22:55

super bien pensés ces outils. A voir à l'utilisation, ce doit être en fonction de la configuration des lieux. Dans ma chataigneraie par exemple, c'est assez accidenté, avec beaucoup de gros cailloux. Je ne pense pas que ça marcherait.

Dans le coin (ardèche) la technique de récolte privilégiée semble être la mise en place de filets sous les arbres, au bon moment


  • Tis aime ceci

#50 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 357 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 02 dcembre 2019 - 08:14

Une méthode simple pour éplucher facilement les châtaignes sans les briser :
https://www.youtube....h?v=lCn0WOz7oVw
 



#51 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 4 755 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 02 dcembre 2019 - 19:44

j ai essayé, ça marche (faut un couteau qui va -très- bien).

Merci.