Aller au contenu


Photo

Telephones mobiles, portables, gsm, attention !


  • Veuillez vous connecter pour répondre
137 réponses à ce sujet

#121 nidhalg

nidhalg
  • Localisation:Limousin
  • Intérêts:Contes, musique, nature...

Posté 23 juin 2010 - 22:45

ezza je ne comprend pas le sens de ta remarque..

tw si je ne voulait pas discutter je ne serait pas là..

Pour ce qui est de la justice, les juges ne sont pas des scientifiques, ni des médecins.. Leur avis n'a aucun légitimité pour moi.. ils ont le pouvoir, pas la connaissance, ni la démarche..

#122 l'ombre

l'ombre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 1 616 messages
  • Genre: Homme

Posté 24 juin 2010 - 02:08

ezza je ne comprend pas le sens de ta remarque..

tw si je ne voulait pas discutter je ne serait pas là..

Pour ce qui est de la justice, les juges ne sont pas des scientifiques, ni des médecins.. Leur avis n'a aucun légitimité pour moi.. ils ont le pouvoir, pas la connaissance, ni la démarche..

ta dernière phrase est une chose très importante et je dois reconnaitre que je suis a 100% avec ton propos

car beaucoup parlent ici et ne connaissent par les 10premieres lois de la république et pire les droits de l'homme qui a été amputé d'une phrase très importante :bravooo: malgré les centaines de milliers de morts ;)


tu dois regarder bien mieux ...Le premier est de réunir des chercheurs scientifiques critiques


Greenpeace est une association A politique

11.11.2005

Genève (GE) L'initiative sans OGM remporte toujours plus de soutien dans les milieux scientifiques. A ce jour, près de quatre-vingt professeurs, enseignants, chercheurs et scientifiques ont signé une déclaration approuvant en sept points le moratoire de cinq ans sur l'utilisation de plantes génétiquement modifiées dans l'agriculture.

Les scientifiques romands et alémaniques veulent que certaines questions importantes sur les avantages, les limites et les risques du génie génétique dans l'agriculture soient discutées et éclaircies durant ces cinq ans.

L'émergence d'un collectif de scientifiques issus des Hautes Ecoles témoigne du fait que la communauté scientifique est très partagée à propos des applications du génie génétiques dans l'agriculture. Les membres de ce collectif ne sont pas fondamen-talement opposés au génie génétique, mais ils refusent que l'on commercialise dans la précipitation des plantes génétiquement modifiées en ne privilégiant que des intérêts économiques à courte vue. La quasi-totalité des plantes génétiquement modifiées commercialisées à ce jour, résistant à un herbicide ou contenant un insecticide, sont grosses de grandes déconvenues écologiques.

Le collectif de scientifiques en faveur de l'initiative " pour des aliments produits sans manipulations génétiques " entend exploiter le délai de cinq ans pour débattre des limites du génie génétique dans l'agriculture et pour examiner les possibilités alternatives, comme par exemple la lutte biologique ou la recherche d'espèces résistantes sans recours au génie génétique.

Les signataires de la déclaration sont: <small>Rodolphe SPICHIGER, Professeur, Directeur des Conservatoire et Jardins botanique de la Ville de Genève Pascal PEDUZZI, Scientifique, spécialiste en impacts des activités humaines sur l'environnement, Genève Stéphane KLUSER, Biologiste, spécialiste en impacts des activités humaines sur l'environnement, Genève Pablo ACHARD, Dr es physique, chercheur en neurosciences à l'Université d'Anvers Daniel AMMANN, Chimiste EPFZ, Chargé d'enseignement au Département des sciences de l'environnement de l'EPFZ Stephan BAUMGARTNER, Dr Dipl. Phys., collaborateur scientifique, Université de Berne Bettina BILLMANN, Dipl. Ing. Agr., Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Gérard BRANLARD, Directeur de recherche INRA, Amélioration et santé des Plantes, Clermont Ferrand (France) Lilian CEBALLOS, Dr en Pharmacie, DEA Ecologie & Evolution, Montpellier (France) Bruno CHATENOUX, Géologue, spécialiste en impacts des activités humaines sur l'environnement, Genève Yves CHILLIARD, Ing. Agron., Dr. ès Science, Dir. de Recherche, Unité de Recherche sur les Herbivores (URH) INRA-Theix (France) Maurice CLERC, Ing. Agr. EPFZ, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Lausanne Philippe CLERC, Dr, Conservatoire et Jardin botaniques de la Ville de Genève. Christophe CLIVAZ, Dr en Administration publique, Professeur à la Haute Ecole Valaisanne, Institut Economie & Tourisme, Sierre Michele COURANT, Dr, Maître d'Enseignement et de Recherche en Informatique, Université de Fribourg Claudia DANIEL, Doktorandin Entomologie, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Hy DAO, Dr, Géographe Joan S. DAVIS, Dr en biochimie, EAWAG/ETH 1970-1999 Benoît FERRARI, Dr ès science, Écotoxicologue, Université de Genève, Institut F.-A. Forel Salvador V. GARIBAY, Dr, Coopération internationale, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Cesare GESSLER, Dr, Institut de recherche sur les plantes, EPFZ Christina GIESCH SHAKYA, Dr es sciences techniques EPFZ (sciences forestières) José GRANADO, Dr en biologie, Qualité alimentaire et microbiologie, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Andreas HÄSELI, Ing. Agr. HTL, Technique de Production des Cultures pérennes, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Gerhard HASINGER, Ing. Agr. HESA, Service romand de vulgarisation agricole (SRVA), Lausanne Peter HEUSSER, Dr en Médecine, Chargé d'enseignement en médecine anthroposophique, Université de Berne Beate HUBER, Dipl. Ing. Agr., Coopération internationale, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Silvia IVEMEYER, Dipl. Ing. Agr., Doctorante, Santé animale, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Daniel JEANMONOD, Dr ès Sciences, Responsable " Enseignement et recherches " du Conservatoire et Jardin botaniques de Genève Peter KLOCKE, Dr en méd. vét., Directeur de la section Santé animale, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Peter KNOEPFEL, prof. ordiniare, IDHEAP Florianne KOECHLIN, Biologiste, Blauen-Institut, Auteure de "Zellgeflüster" Hellmut VON KOERBER, Dipl. Informatique, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Bettina LANDAU, Dr sc. agr., Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Elias LANDOLT, Prof. Dr, Professeur de géobotanique à l'EPFZ de 1964 à 1993 H. Peter LINDER, Prof. Directeur du Jardin botanique, Institut de botanique systématique de l'Université de Zurich Ralph LUGON, Dr ès sciences, Maître d'enseignement et de recherche, Alpes, environnement et société, Institut Universitaire Kurt Bösch, Valais Paul MÄDER, Dr. Phil.II, Dipl. Ing. Agr. EPFZ, Directeur Technique de Production des Cultures annuelles, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Vera MAJEWSKY, Vétérinaire, Santé animale, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Cécile MARTIN, DIMA, Unité de Recherche sur les Herbivores (URH), INRA Theix (France) Danièle MARTINOLI, Dr ès science, Biologiste et archéobotaniste, Université de Bâle Rafael MATOS-WASEM, Dr en géographie, Haute école valaisanne Veronika MAURER, Dr. Dipl. Ing. Agr., Directrice Parasitologie vétérinaire, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Matthias MEIER, dipl. sc. de la nature et de l'environnement EPFZ, EcoStrat GmBH, Zürich Eric MEILI, Dipl. Ing. Agr. ETH/SIA, Vulgarisation et Formation, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Samuel B. MOSER, Dr. Ing. Agr. EPFZ, Coopération internationale coordinateur de projet Asie, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Yamama NACIRI, Dr ès Sciences, Laboratoire de génétique et de phylogénie moléculaires, Conservatoire et Jardin botaniques de Genève Urs NIGGLI, PhD et Diplôme en Agronomie, Directeur de l'Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Christophe NOTZ, Tierarzt, Fachgruppe Tiergesundheit, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick k Karin NOWACK, dipl. sc. de la nature et de l'environnement EPFZ, Directrice de projet Qualité alimentaire, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Bernadette OEHEN, Dipl. Botaniste MAS EPFZ, Qualité alimentaire, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick John POTÉ, Dr, Université de Genève, Institut Forel Hans PRIMAS, Professeur de chimie à l'EPFZ de 1961 à 1995 Emmanuel REVAZ, Biologiste, Station ornithologique suisse Stephan RIST, Dr. Agr., collaborateur scientifique, Université de Berne Philippe ROCH, Dr en biochimie, ancien Secrétaire d'Etat et directeur de l'Office fédéral de l'environnement, des forêts et du paysage Yvanne ROCHETTE, Unité de Recherche sur les Herbivores, INRA de Theix, Saint Genès Champanelle (France) Walter ROSSELLI, Dr ès sciences, WSL-Antenne romande Jean ROSSIAUD, Dr. en Sociologie, Enseignant et Chercheur, Université de Genève Rodolphe SCHLAEPFER, Professeur, EPFL, Gestion écosystémique et écologie du paysage Hans-Jakob SCHÄRER, Protection des Plantes "Maladies et Antagonistes", Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Christian SCHLATTER, Analyse d'information géographique (SIG), Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Martin SCHÜPBACH, Dr. Dipl. Chimie alimentaire, Dornach Otto SCHMID, Socio-économie en agronomie, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Walter SCHNEIDER, Prof. Dr de chimie non organique, EPFZ 1964-1993. Premier président de la section des sciences naturelles pour l'environnement 1989-1992 Anet Spengler NEFF, Ing. Agr. EPFZ, Santé animale, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Francisco SUTER, Dipl. Ing. Agr., Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Dieter STEINER, Prof. em. EPFZ, Géographie quantitative et écologie humaine Lucius TAMM, Dr, Directeur Phytopathologie, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Joseph TARRADELLAS, Professeur titulaire, EPFL Andreas THOMMEN, Dipl. Ing. Agr. EPFZ, Directeur sélection variétale biologique, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Bernhard WEHRLI, Prof. Dr., Eawag: Institut de recherche sur l'eau, EPFZ Franco WEIBEL, Dr Ing. Agr. EPFZ, Directeur Arboriculture, variétés et pratiques culturales, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Walter WILDI, Professeur, Université de Genève, Institut Forel Eric WYSS, Dr Biologie, Protection des Plantes "Insectes, Ravageurs et Auxiliaires", Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Nikola ZARIC, ing. forestier dipl. EPFZ, dipl. arts visuels ESBA, Echo - communication nature et paysage, Lausanne Esther ZELTNER, Biologiste, Institut de recherche de l'agriculture biologique (FiBL), Frick Renatus ZIEGLER, Dr. rer. nat., Collaborateur scientifques en recherche clinique, Institut Hiscia, Verein für Krebsforschung, Arlesheim</small>

Modifié par l'ombre, 24 juin 2010 - 02:11 .


#123 nidhalg

nidhalg
  • Localisation:Limousin
  • Intérêts:Contes, musique, nature...

Posté 24 juin 2010 - 03:36

Le moratoire devait durer 5 ans, il devrait normalement prendre fin cette année sauf si le conseil fédéral décide de le prolonger..

Ce qui dans l'absolu ne fait que retarder l'inévitable.. un choix devra finalement être pris un jours ou l'autre.. Mais les hommes politiques voudront faire ce choix le plus tard possible, ce qui est une érreur car plus ils tarderont, plus ils prendrons de retard dans le dévellopement des OGMs ou de leur alternative, à cause de leur indécision..

#124 Zaou

Zaou
  • Genre: Homme
  • Localisation:Reims

Posté 24 juin 2010 - 07:30

Il n'y a aucun argument logique pour qualifier les OGM de menace pour la survie de notre espèce.


C'est aussi ce qu'on disait il y a quelques années pour l'amiante ... tout les OGMs actuellement sur le marché sont soit 1) des plantes produisant des pesticides (et en contenant donc 1000 x plus que la "normale" de l'agriculture industrielle) soit 2) des plantes résistantes aux pesticides (et donc traitées 4 à 5 x plus en moyenne).

Bon après peut être que tu crois que les pesticides ne sont pas mauvais pour la santé ... ou pour l'environnement?

En parlant d'environnement le pollen des OGMs polluent les plantes environnantes en les empêchant de se reproduire normalement (la diversité génétique des plantes est la première richesse nécessaire à notre survie), de même le pollen des OGMs chargé en pesticides tue les abeilles et sans abeilles pas de pollinisation !

Je continue, les OGMs sont des plantes qui, certes grâce aux pesticides n'ont pas de problème de mauvaises herbes ou d'insectes (les 6-7 premières années seulement parce qu'après, avec les doses massives auxquels ils sont exposés, ils y résistent ). Mais ce sont aussi et surtout des plantes plus faibles qui produisent moins en quantité, en qualité, qui nécessitent beaucoup plus d'eau et d'engrais chimiques ...

En résumé les OGMs menacent notre autonomie alimentaire déjà énormément mise à mal par l'agriculture intensive. La production de pétrole baisse déjà, l'agriculture va devoir évoluer, auront nous encore assez de ressources pour survivre sans? En tout cas les OGMs ne nous y aideront pas, c'est des hybrides comme les F1 qui qui donnent des chimères improductives en deuxièmes génération, ça aide à prendre le monopole commerciale de la vente de graine ... et à détruire des espèces qui, résistante à la sècheresse, ou à certains insectes etc, pourrait nous aider à survivre plus tard, sans pétrole.

J'ai pas évoqué non plus le fait que l'OGMs sont sérieusement soupçonnée d'avoir un effet mutagène, cancérigène à long terme (comme l'amiante on y revient). Mais comme il faudrait plusieurs dizaines d'années et des études couteuses pour le prouver ... on oublie le principe de précaution.

Tu parles d'études mais pour les OGMs il y a deux types d'études qui se contredisent formellement, exemple :
Étude sur des rats qui mangent du mais OGM pendant 2 mois => aucune incidence sur la santé. Les OGMs sont sans danger.
Étude sur des rats qui mangent du mais OGM pendant 6 mois => incidence importante sur la santé. Les OGMs sont très dangereux à moyen terme.

Malheureusement l'étude prise en compte par les gouvernements est la première ! Et si tu vas voir en détail tu t'aperçois qu'il y avait une incidence sur la santé (faible) même à deux mois mais que ça a été truqué !!


Bien deuxième point, le réchauffement climatique. Il y a une différence importante entre 1) les réchauffements et glaciations régulières qui affectent naturellement ( de la même manière que les saisons) la planète (même si ces événements mettent à chaque fois en danger notre survie, la dernière glaciation a amené à l'extinction bien des peuples...) et 2) un réchauffement artificiel qui va perturber le cycle "normal" de la terre vers un climat sans doute hostile à l'être humain.

Le carbone qui est aujourd'hui relâché dans l'atmosphère et celui qui a été piégé au Carbonifère, ce qui a permis ensuite l'apparition des plantes à fruits, des dinosaures et des mammifères. Le relâcher massivement, ça n'aura vraiment pas d'autres influences que celles que tu cites?

Au hasard :
Arrêt du Gulf Stream.
Destruction des massifs de coraux (ce qui perturberait la composition de l'atmosphère, notre air).
Désertification.
etc ...

Nidhalg as tu vraiment étudié le sujet en profondeur ou te contentes tu de réflexions superficielles basé sur "de toute façon l'homme saura s'adapter"?

#125 _cerisette_

_cerisette_

Posté 24 juin 2010 - 07:37

bon bon, ça ne sert à rien de discuter :bravooo:

Revenons sur le sujet du téléphone portable si vous le voulez bien.

(Nidahlg, fait un post sur les ogm, le progrès industriels, le chimique (puisque tu es pour le DDT), et là ceux qui pensent comme toi où d'autres viendront débâter avec toi. Mais arrête de casser tous les discours des autres sur leur post c'est pénible et moi j'appelle ça du troll. Tant mieux pour toi si tu es résistant à tout mais respecte les personnes électrosensibles et celles sensibles à l'environnement. )

Donc pour en revenir à la téléphonie mobile, il est très important d'interdire dans les lieux publics le téléphone portable . Nous ne pouvons plus aller dans les cinémas par exemple.
Bien sur qu'il y a eu des condamnation sur les antennes relais, et c'est quand même bizarre qu'on les vite retirer, donc y a bien un soucis quelque part. Je le rereredis, les antennes relais des autres pays émettent largement moins que celles de la France. Celle ci est montrée du doigt, mais elle ne fait rien ! Pourquoi ?????

#126 chardon

chardon

Posté 09 juillet 2011 - 15:00

Coucou; jai beau chercher je nai pas vu ou lu ce que je cherchais comme reponse
alors desolée au cas ou

jai jamais eu de portable parce que jai un pb avec ce quil veut dire; pour moi cest une perte de liberte
mais ma soeurette a fond dedans a dormi 2années consecutives avec son natel sous loreiller
elle a eu une tumeur ds le conduit auditif
mais elle ne veut toujours pas arreter le tel meme si elle ne peut plus aller en disco; ni au cinema
chacun son truc!
bref elle ma parlé dune emission quelle a regarder, moi jai pas la tele ouais bon je me rapelle plus
cest les aprem elle ma dit avec Bern? enfin passons
parait que maintenant ils sont obligés de mettre un code securite ds la notice
info ou intox?

#127 libertie

libertie
  • Genre: Femme
  • Localisation:au bout de mon coeur

Posté 09 juillet 2011 - 21:24

Bonsoir chardon, c'est exact, une dernièrement a montré la nocivité des téléphones portables et le grand danger d'exposer de jeunes cerveaux aux ondes émises par les téléphones portables.

#128 chardon

chardon

Posté 10 juillet 2011 - 07:40

Bonsoir chardon, c'est exact, une dernièrement a montré la nocivité des téléphones portables et le grand danger d'exposer de jeunes cerveaux aux ondes émises par les téléphones portables.




hello..merci a toi
jai trouvé cela:
Informations de Certification

CE MODÈLE 6085 DE TÉLÉPHONE EST CONFORME AUX EXIGENCES GOUVERNEMENTALES RELATIVES À L'EXPOSITION AUX ONDES HERTZIENNES

Votre téléphone mobile est un appareil émetteur-récepteur. Il a été conçu et fabriqué de manière à ne pas dépasser les limites relatives à l'exposition à l'énergie radiofréquence établies par Industrie Canada. Ces limites font l'objet de directives et déterminent les niveaux autorisés pour la population en général. Ces directives s'appuient sur des normes qui ont été élaborées par des organismes scientifiques indépendants à la suite d'études périodiques et exhaustives. Ces directives prévoient une marge de sécurité substantielle afin d'assurer la sécurité de toutes les personnes, quel que soit leur état de santé ou leur âge.

Les normes d'exposition applicables aux téléphones mobiles utilisent une unité de mesure appelée taux d'absorption spécifique (SAR). La limite SAR établie par Industrie Canada est de 1,6 W/kg*. Les tests relatifs à la limite SAR sont basés sur les positions normales d'utilisation alors que le téléphone émet à la puissance certifiée maximale dans toutes les bandes de fréquences testées. Bien que le SAR soit déterminé au plus haut niveau de puissance certifié, le SAR exact du téléphone en fonctionnement peut être nettement inférieur à la valeur maximale. Cet écart tient au fait que le téléphone est conçu pour fonctionner à différents niveaux de puissance afin d'utiliser seulement la puissance nécessaire pour communiquer avec le réseau. De façon générale, plus l'utilisateur est proche d'une antenne de station de base, plus la puissance de sortie est faible.

Avant qu'un téléphone ne soit proposé aux consommateurs, la preuve doit être faite qu'il ne dépasse pas les limites établies par les normes canadiennes. La valeur SAR la plus élevée mesurée pour ce modèle lors d'essais au niveau de l'oreille est de 1.00W/kg. Bien qu'il puisse y avoir des différences entre les niveaux SAR de différents téléphones et dans différentes positions, tous sont conformes aux exigences officielles.

*La limite SAR pour les téléphones mobiles utilisés par le public est fixée à 1,6 W/kg en moyenne par gramme de tissu. La norme prévoit une marge de sécurité importante afin d'assurer une protection accrue du public et pour prendre en compte les écarts de mesure possibles. Les valeurs du SAR varient selon les exigences de rapport de chaque pays et la bande de fréquence du réseau. Pour d'autres renseignements sur le SAR dans d'autres régions, consultez l'information sur les produits à www.nokia.com.


mais cest pas vraiment ce que je cherchais , je voulais essayer de comprendre cet indice de securité quils appellent; en avoir un tableau
comme ca jaurais pu acheter un natel pour lui offrir sans que cela la remette en danger
mais surtout savoir si cest une facon de nous rassurer non fondé
ou si reellement ca peut limiter les "degats"
et ou trouver cet indice; lequel prendre ect...toutes ces petites questions quoi

#129 _strychnine_

_strychnine_

Posté 28 janvier 2013 - 12:58

Le gouvernement expurge tout ce qui gène et les écolos d'EELV continuent de bouffer chapeaux, vestes....

http://www.rue89.com...s-ecolos-238960

 

 

 

Ondes des mobiles, WiFi : comment le gouvernement a censuré les écolos

 

Une proposition de loi contre les nuisances électromagnétiques va être discutée cette semaine. Elle a été expurgée de tout ce qui aurait pu fâcher les opérateurs.
0506-francois-hollande-smartphone.jpg

François Hollande regarde son smartphone dans les studios de Martinique première, le 4 juillet 2011 (Patrick Coppée/AFP)

Y a-t-il, en germe dans les ondes électromagnétiques, un potentiel « scandale de l’amiante » ? Au nom du principe de précaution, les écologistes ont déposéune proposition de loi, en décembre dernier, pour protéger le public des technologies sans fil. Le débat, qui démarre jeudi prochain au Parlement, est un pétard mouillé.

Il ne reste déjà presque plus rien du texte d’origine, après son passage mercredi en commission. Denis Baupin, vice-président Europe écologie - Les Verts de l’Assemblée nationale, résume :

« La logique du gouvernement est plus dictée par l’envie de développer les services en matière de nouvelles technologies que de protéger la population.

Nous, on pense que ce ne sont pas les opérateurs qui décident des politiques publiques. »

C’était pourtant écrit en toutes lettres dans l’accord de gouvernement PS-EELV, signé avant la victoire de François Hollande :

« Nous appliquerons le principe de précaution sur les champs électromagnétiques. »

Le principe de précaution, ôté du titre

Las, la commission des affaires économiques a dépouillé le texte de la députée Laurence Abeille (EELV) point par point, allant même jusqu’à faire changer son titre (le « principe de précaution » a disparu).

La niche parlementaire dévolue au groupe écologiste est déjà étroite (une journée par an pour 17 députés). Mais le sort que subit sa proposition de loi-phare en dit long sur le rapport de force que le gouvernement est en train d’imposer à son allié. Plus fort, la ministre de l’Ecologie Delphine Batho a l’intention de réglementer elle-même sur les seuils d’exposition, après la remise en juin 2013 d’un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), nous confirme son cabinet.

« Nous voilà revenus à avant 2009 et l’organisation du Grenelle des ondes », se désole Etienne Cendrier, porte-parole de l’association Robin des toits, qui milite depuis dix ans pour empêcher un « scandale sanitaire ».

cendrier.jpg

« Et si la téléphonie mobile devenait un scandale sanitaire ? » de Etienne Cendrier, éd. du Rocher (RobinDesToits.org)

Pourtant, les champs électromagnétiques de radiofréquences, ont été classés en mai 2011 dans la catégorie « peut-être cancérogènes pour l’homme » par le Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS. La seule mesure prise par la France depuis est d’édicter des règles de bonne conduite aux usagers des téléphones mobiles.

Pour la première fois donc, les pouvoirs publics allaient se doter d’outils coercitifs. Mais la volonté de ne pas fâcher les opérateurs, quicommencent à déployer la 4G, ajoutée à ce que Noël Mamère a appelé le « problème culturel [des écologistes] avec le reste de la gauche » ont eu raison de la promesse initiale.

Récit en trois moments d’un minutieux torpillage.

1
Attendre... la fin des expérimentations

L’abaissement des seuils à 0,6 V/M serait possible, mais...

 

La pollution par les ondes a été l’une des grandes oubliées du Grenelle de l’Environnement, en 2007. Mais devant l’inquiétude des riverains d’antennes-relais, et les démontages ordonnés par la justice, la ministre Nathalie Kosciusko-Morizet avait voulu calmer le jeu. Et mit tout le monde autour de la table, dans une grand-messe qui s’est terminée par un claquage de porte d’une partie des ONG.

Principale avancée de ce Grenelle : la mise en place d’un comité opérationnel sur la diminution de l’exposition aux ondes électromagnétiques. Pilotée par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) et le ministère de l’Ecologie, associant opérateurs et associations, une expérimentation a été menée sur la faisabilité d’une moindre exposition du public aux ondes. Les seuils maximum, actuellement situés entre 41 et 61 volts/mètre sont obsolètes : l’exposition moyenne du public est de l’ordre d’1 V/M.

Du coup, a été testé l’abaissement à 0,6 V/M, seuil déjà adopté par la ville de Salzbourg en Autriche et recommandé par le Conseil de l’Europe, au nom du principe de précaution. Les résultats de ces tests réalisés dans seize villes sont attendus pour juin, mais déjà disponibles pour : Paris, Grenoble et la commune rurale de Grandchamp (Morbihan). Prolème : ils n’arrangent pas les opérateurs et l’Agence nationale des fréquences va les retravailler. L’association Robin des toits a décidé de suspendre sa participation au groupe de travail, estimant, selon son porte-parole Etienne Cendrier, que :

« Le contrat initial n’est pas respecté : nous avions obtenu de haute lutte la reconfiguration, c’est-à-dire la reconstitution concrète de la baisse de l’exposition à 0,6 V/M et on voit que c’est possible. Or ils refusent de donner les résultats car ça ne les arrange pas.

A Paris, il faut multiplier par trois le nombre d’antennes, à Grenoble par 1,6, ils auraient préféré qu’il faille les multiplier par dix, ç’aurait été dissuasif. »

A l’Agence nationale des fréquences, le directeur de la stratégie, Bernard Celli, voit une « impossibilité pratique » à multiplier par trois le nombre d’antennes (il y en a déjà 60 000 en France), et craint que ça ne « renchérisse considérablement le prix des abonnements ».

Face à ce que Robin des toits qualifie de « sabotage », l’association annonce qu’elle ne « joue plus » et va reprendre les recours en justice contre les antennes.

2
Attendre... encore les études sanitaires

Les effets sur la santé sont potentiels, mais...

 

Le rapport que va rendre l’Anses à l’été est le troisième sur le sujet depuis 2003. Un groupe de travail désormais pérenne va analyser la littérature scientifique récente. L’agence jure que ses experts sont dénués de lien d’intérêts avec l’industrie, mais la composition du groupe n’étant pour l’instant pas connue, il n’est pas possible de le vérifier.

L’agence espère arriver à une position tranchée, alors que les points de vue sont aujourd’hui irréconciliables entre :

  • le rapport de Bioinitiative, un rassemblement de chercheurs sans lien avec l’industrie, selon lesquels « le risque biologique est clairement établi », même à faible exposition, avec des effets sur la fertilité, et sur la barrière hémato-encéphalique, et un risque accru de cancer du cerveau ;
  • l’avis de l’Académie de médecine, publié en réaction et qui dit exactement le contraire : aucun risque, selon les pontes. Pas étonnant, puisqu’il est piloté par André Aurengo, qui a été membre du conseil scientifique de Bouygues Télécom.

L’Anses ne veut évidemment pas dire dans quel sens elle penchera, mais le chef de l’unité qui conduit l’évaluation, Olivier Merckel, nous confie que :

« D’après les études épidémiologiques, on est plutôt sur des risques faibles. A des niveaux de champs élevés on sait ce qui se passe (ça chauffe), mais LA question là c’est de savoir si la nature des signaux, modulés et par exemple avec des modulations différentes, a un effet sur le vivant, c’est la question.

Aucune étude sanitaire ne pourra être faite en préalable au déploiement de la 4G, on va analyser les modifications sur l’exposition que cela va entraîner, mais il n’y a pas encore d’étude biologique, ou sur le comportement des animaux. »

3
Ne pas attendre pour retirer les mesures simples

Une à une, toutes les restrictions ont été retirées

 

La proposition pragmatique, lancée par Corinne Lepage en 2011, qui consiste à rendre l’oreillette obligatoire, ne figure même pas dans la proposition de loi de Laurence Abeille. L’interdiction d’utilisation pour les enfants n’existe pas, seule la publicité pour les moins de 14 ans est retenue.

L’idée d’interdire le WiFi dans les crèches et de le limiter dans les écoles, collèges et lycées a aussi été supprimée par le PS, pour ne pas contrarier leplan numérique de Peillon. Ce à quoi la députée Laurence Abeille répond :

« L’école numérique, ce n’est pas l’école du WiFi, on pourrait se connecter par câble, y compris pour les iPad, à terme. »

« On est pour la modernité ET la réduction des impacts, c’est comme quand on a imposé les ceintures de sécurité dans les voitures », ajoute son collègue Denis Baupin.

La mutualisation des réseaux, c’est-à-dire la possibilité pour les opérateurs, de partager les antennes (effective depuis l’arrivée sur le marché de Free, qui loue le réseau d’Orange), est une autre piste pour réduire l’exposition des populations. René Dutrey, adjoint au Développement durable de Paris et élu du XIVe arrondissement, est persuadé que :

« C’est l’avenir, cela permettrait d’abaisser le seuil à 0,6 V/m, et les opérateurs y ont intérêt car ils savent que la concurrence ne se joue plus sur la couverture mais sur les services. »

Mais l’article prévoyant un réseau unique a lui aussi été supprimé en commission.

Finalement que restera-t-il de ce qui devait être la grande proposition de loi écologiste de l’année ? Quelques mesurettes comme :

  • la désactivation par défaut du WiFi,
  • l’indication de l’émission électromagnétique sur tout appareil qui émet des ondes,
  • une campagne de prévention sanitaire...

Bref, des broutilles. « Au moins, le débat aura été ouvert », se consolent des élus EELV.

 

 

Ils se consolent avec des postes à droite et à gauche... Tout va bien...



#130 _chaudron_

_chaudron_

Posté 28 janvier 2013 - 13:55

Y pourraient faire comme pour les clopes, taxé à 90% et bombarder de messages du genre "téléphoner rend stérile" "le gsm rend idiot" pendant qu'on téléphone et sur le téléphone en lui même et régulièrement par sms, comme ça on sera conscient.
  • pitibonom et PATI 5 aiment ceci

#131 _chaudron_

_chaudron_

Posté 28 janvier 2013 - 17:14

http://actuwiki.fr/actu/13691

#132 ambre

ambre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 343 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 29 janvier 2013 - 01:07

C'est qu'ils nous font croire que la plupart des cancers viennent du tabac pour éviter de dire la vérité soit qu'ils sont dù au taux de radioactivité dans l'air...Faut bien soutenir les lobbys non????



#133 Zaou

Zaou
  • Genre: Homme
  • Localisation:Reims

Posté 29 janvier 2013 - 08:46

Je ne sais pas si c'est ce que tu veux dire mais je précise juste en passant que la radioactivité n'a rien à voir avec la pollution électromagnétique.

 

Sinon c'est scandaleux cette réécriture du projet de débat ... j'avais presque de l'espoir de devoir moins supporter toutes ces merdes, mais non.


  • Shivaya aime ceci

#134 ambre

ambre

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 343 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Cévennes
  • Intérêts:nature, simplicité, création, spiritualité....

Posté 29 janvier 2013 - 09:30

Je sais que la radioactivité n'a rien à voir avec l'électromagnétique mais il me semble qu'elle a beaucoup à voir avec le taux de cancer dans le monde...(mince j'ai pas vu le nom du topic, je suis peut être HS....Mince, oui on dirait, 1000 excuses)



#135 naturel

naturel

    Bricoleur autonome

  • Membres
  • 2 260 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Bruxelles (Belgique)
  • Intérêts:énergies douces, spiritualité, parapente...

Posté 29 janvier 2013 - 11:46

 Au Etats-Unis ils ne veulent surtout pas que les gens déverouilles leur gsms (je ne savait pas qu'ont pouvait téléphoner sans opérateur)

 

http://bigbrowser.bl...aux-etats-unis/

 

L'Etat ne veux surtout pas perdre le contrôle de nous contrôler...


Modifié par naturel, 29 janvier 2013 - 11:51 .


#136 Shivaya

Shivaya
  • Genre: Femme
  • Localisation:Sud est

Posté 02 septembre 2017 - 15:53

L'art de berner le consommateur en deux organismes d'état...

 

http://arazi.fr/wp2/...r-sept-2017.png

 

http://arazi.fr/wp2/...3-juin-2017.jpg

 

http://arazi.fr/wp2/...2-août-2017.jpg



#137 joseck

joseck
  • Genre: Homme
  • Localisation:Sospel
  • Intérêts:Spagyrie et Aromathérapie

Posté 08 novembre 2018 - 18:27

Des centaines d’oiseaux morts lors d’une expérimentation de la téléphonie mobile 5G

À La Haye, il y a environ une semaine, de nombreux oiseaux morts sont spontanément tombés morts dans un parc. Vous n’en avez probablement pas beaucoup entendu parler, car il semble que garder le silence était le plan depuis le début. Mais quand environ 150 autres oiseaux sont morts subitement, portant leur nombre à 297, certains ont commencé à y prêter attention.

Et si vous regardez autour de ce parc, vous avez peut-être vu ce qui se trouve au coin du toit face à l’endroit où ils sont morts : un nouveau mât de la 5G, ayant servi à faire un essai, en liaison avec la gare, pour voir si la portée était grande et si l’équipement ne produisait aucun nuisance sur et autour de la station.

Et la nuisance s’est effectivement produite. Immédiatement après, des oiseaux sont tombés morts des arbres. Et les canards qui nageaient à proximité semblaient aussi réagir très étrangement ; ils plongeaient tous ensemble la tête sous l’eau pour échapper à la radiation tandis que d’autres s’envolant, atterrissaient dans la rue ou dans le canal.

Encore une fois, près de la station Holland Spoor, presque au même moment où a été testé un mât émetteur de 5G, ces animaux sont morts.

S’ils ont tous une insuffisance cardiaque, avec le corps en bonne santé, aucun signe de virus, aucune infection bactérienne, un sang sain, aucun poison trouvé, etc., etc., la seule explication raisonnable est que cela vient des effets des nouvelles micro-ondes 5G sur le cœur des oiseaux ! …

https://reseauintern...onie-mobile-5g/


Modifié par joseck, 08 novembre 2018 - 18:27 .


#138 michmuch80

michmuch80
  • Genre: Homme
  • Localisation:Picardie
  • Intérêts:Nature, environnement et développement durable et plein d'autres choses

Posté 14 novembre 2018 - 09:07

Un test sans fil 5G a-t-il eu lieu près du parc Huijgens au moment de la mort des oiseaux?

La 5G est le réseau cellulaire proposé de 5ème génération et c'est une technologie qui est encore largement en développement. Plusieurs pays en ont testé les formes, y compris les Pays-Bas, mais son adoption à grande échelle n'est pas attendue avant 2020. Nous aborderons les aspects techniques de la 5G par rapport à la technologie cellulaire existante dans la section suivante, mais l'accès généralisé à cette technologie est un priorité pour le gouvernement néerlandais, et ils ont effectué des tests de la technologie une poignée de fois.

Un tel test a eu lieu dans une zone généralement proche Huijgenspark, mais il s’est déroulé le 28 juin 2018, et il n’a pas été suivi par une mortalité massive d’oiseaux. 

https://fr.good-anim...doiseaux/12234/