Aller au contenu


Photo

Vigne et vin


  • Veuillez vous connecter pour répondre
106 réponses à ce sujet

#41 juskiame

juskiame

Posté 28 septembre 2006 - 08:10

Tis,

L'herbe dans les vignes est utile dès les 1ères années.

Oui, mais ... non! lol utile bien sur pour tout points de vue mais comme je l'ai expliqué plus haut l'herbe capte le peu d'humidité donc sevre la vigne de cette eau cqfd ;) mes potes vignerons qui travaille le sol mecaniquement ont une jeune vigne qui souffre. On peut tjrs compenser en "tombant" une paire de grappes par souches mais vu le rendement autorisé (40HL/Hectare) que nous reste t'il? D'ailleurs eux meme ne le font pas et se contente d'observer les feuilles se decrepir :o D'ou une alternative à ce manque d'eau (sans arroser of course). En theorie je pense l'avoir trouver en adoptant cette technique de paillage qui m'a l'air fort efficace. On m'a parlé hier d'un vigneron qui a testé le BRF mais avec des copeaux de rames et souches ce qui est une abberation sachant que les maladies (esca, oidium, mildiou..) se developpe sur les bois :bleu: . Enfin, petit à petit on trouve des solutions et je me languis de "travaillé" mon sol apres defoncage.
Jmiruch t'en es ou?

#42 jmiruch

jmiruch

Posté 03 octobre 2006 - 01:01

Salut jmi, t'en est ou dans ta vinife?


salut juskiame. Excuses-moi de te répondre tardivement, mais j'étais absent.

Donc, suite à tes recommandations concernant la chaptalisation j'ai ajouté du sucre dans les proportions prescrites pour que mon vin titre entre 12,5° et 13°.
Tout est dans un fût étanche, et je laisse "travailler".
Juste un tuyau qui plonge dans un récipient empli d'eau pour laisser sortir le gaz carbonique sans laisser entrer d'oxygène.
Ca commence timidement à faire quelques bulles. Il parait que quand ça ne produit plus de bulles c'est que la fermentation est achevée.
Je crois que viendront ensuite les étapes de clarification. Je reprendrai alors contact avec toi pour que tu me briffes là-dessus.

Je ne sais pas ce que ça va donner, mais avec les années je ne peux que m'améliorer. Avec ma vigne c'est une longue histoire d'amour qui a commencé.

Si ces premiers résultats s'avèrent d'ici quelques temps "comestibles", pour sûr je t'en mets un échantillon de côté.

Rendez-vous donc pour mon prochain syphonage : je n'ai malheureusement pas pris le temps d'équiper mon fût d'un robinet pour le soutirage - ERREUR à réparer !

Bye, Je te tiens au jus dès qu'il y a du neuf

:sourire: :roll: :-? :-? ;) :diable2: :sourire: :sourire: :sourire: :bravo: :oops: :D 8) ;) ;) ;) ;) ;)

#43 juskiame

juskiame

Posté 03 octobre 2006 - 20:02

Ca commence timidement à faire quelques bulles. Il parait que quand ça ne produit plus de bulles c'est que la fermentation est achevée.

Pour les vinifes en rouge c'est carrement de la mousse (ecume) . Mesure tes densités de temps en temps vers 995 990 ta fermentation alcoolique est achevée mais laisse macerer un peu car il subsiste des gazs (ce que tu ne peux voir de visu :ptdr: ). Puis goute de temps en temps et regarde ton futur nectar evoluer.
Je souhaite de tout coeur que tu reussisses ton 1er tour de maitre :P

#44 allonsbon

allonsbon

Posté 03 octobre 2006 - 20:42

Excellent sujet et bien traité par juskiame. Voila mon souci, j'ai récolté un peu de raisin rouge ce week end, et les fait fouler aux pieds par mes filles (elles ont enormement appreciées). La mixture est restée en bassine sous un linge jusqu' ce soir (mauvais point !!). J'ai pressé et ai transvasé le jus dans un cubi.

Puis je continuer sans risque le processus par le sulfitage, pesage, debourbage, puis chaptelisation ?


Mon précedent essai n'avait pas fonctionné, probablement pas assez de sucre (je n'avais pas chaptelisé) et donc mauvaise fermentation.

Resultat, jus de raisin acide

Merci d'avance.

Modifié par allonsbon, 03 octobre 2006 - 20:48 .


#45 juskiame

juskiame

Posté 03 octobre 2006 - 21:38

Salut Allonsbon,
tout d'abord, une vinife en rouge est totalement differente d'une vinife en blanc. Petit resumé rapidos:
vendange, egrapage (facultatif), foulage, fermentation alcoolique (pigeage qutotidien, remontage, chaptalisation (facultative), pressurage, fermentation malolactique (pendant l'elevage).
Ce que tu devais faire :ptdr: : foulage aux pieds ok, mais surtout pas presser, le pressurage se fait fin de fermentation . Donc il te fallait laisser ton mout une fois foulé dans un recipient quelquonque (un sceau par ex.) et laisser la fermentation alcoolique demarrer . Puis pendant une 10ene de jour piger (consiste à enfoncer le chapeau de marc pour eviter qu'il ne s'aigrisse ) 2 fois par jour et remonter (valable pour les cuves avec robinet) tout les 2 jours afin d'alimenter les levures et les oxygener. En gros je pense que tu peux faire un bon vinaigre loll
S'il te reste des raisins, je veux bien t'aiguiller.

#46 allonsbon

allonsbon

Posté 03 octobre 2006 - 22:15

J'ai eu la formation d'un chapeau effectivement avec le jus en dessous et un debut de fermentation. J' vais essayer de recupéré le coup avec le mout qui me reste et attendre 10 jours comme tu le suggères

Faut il que la fermention se fasse à l'air libre, ou avec le système du tuyau dans l'eau ?

Sinon comme tu le dit j'aurais du vinaigre lol;

A dans une semaine pour la suite.

Modifié par allonsbon, 03 octobre 2006 - 22:16 .


#47 juskiame

juskiame

Posté 04 octobre 2006 - 07:18

J'ai eu la formation d'un chapeau effectivement avec le jus en dessous et un debut de fermentation. J' vais essayer de recupéré le coup avec le mout qui me reste et attendre 10 jours comme tu le suggères

Si un chapeau c'est formé c'est que la fermentation Al° a demarré donc il te faut enfoncer ce chapeau dans le mout matin et soir. Tu peux sentir ton mout afin de remarquer une eventuelle odeur de vinaigre ou d'aigre. Si c'est le cas, c'est cuit! :ptdr:

Faut il que la fermention se fasse à l'air libre, ou avec le système du tuyau dans l'eau ?

A l'air libre pendant la formation du chapeau mais tu peux recouvrir ton recipient pour eviter les poussieres ou autres moucherons. Ensuite pendant la maceration tu pourra recouvrir pour eviter le contact avec l'oxygene .

#48 jmiruch

jmiruch

Posté 01 novembre 2006 - 23:27

Ben alors!? ca a foiré?



Salut Juskiam !

Alors voilà, je crois que ça tourne..............vinaigre.
On m'avait dit d'attendre que la fermentation s'arrête, or elle ne s'est pas arrêtée : ça fait encore et encore des bulles dans ma petite installation.

J'ai voulu en avoir le coeur net il y a deux jour et j'ai ouvert pour prélever un peu et ...taster le vin.

:bravooo: ;) Ca a bien le goût du vin blanc doux qu'on vend par ici au mois d'octobre, mais il y a comme un arrière-goût et une petite odeur de méthane (pourri ?) en plus. C'est bien fruité, bien sucré, mais c'est légèrement acide.

Je suis toujours à la traque d'un fut en chêne ou d'une grosse bonbonne sur eBay. J'ai raté deux bonnes occases parceque je n'avais pas surveillé d'assez près les enchères.

Voilà où j'en suis. Pour l'instant c'est encore dans mon cubi de 30l, mais j'ai peur que ce soit en voie de dauber.
J'avais pourtant bien ajouté du sulfure et du sucre.

Alors je m'interroge : qu'est-ce qui empêche un vin qui travaille de pourrir au bout d'un moment ?

Je n'ai toujours pas filtré (clarifié) mon jus, n'est-il pas trop tard ?

Le diagnostic du Docteur juskiam ??? :roi2:

#49 juskiame

juskiame

Posté 02 novembre 2006 - 09:57

Ben Jmi il faut debourber tout de suite (la cause de cette odeur de "pourri" que l'on appele communement le "reduit"). Conseil: soutire, clarifie et transvase le dans un recipient etanche. Tu peux acheter des futs neufs meme en petite contenance (30, 50L etc..) en chataigner (moin cher) ou trouves une bonbonne verre. Allez, c'est ptete pas trop tard, une bonne oxygenation lui fera sans doute du bien.
Bonne chance :bravooo:
PS: apres soutirage si tu as encore cette odeur de reduit tu peux sulfiter en raison de 3 a 4 Gr, ce n'est pas conseillé (blocage des malo) mais bon... pas le choix!

#50 jmiruch

jmiruch

Posté 02 novembre 2006 - 19:45

J'ai soutiré et repassé le jus à travers un morceau de tulle.
J'ai jeté les boues et tout ce qui me paraissait un peu plus épais et tout le fond de mon füt soit près de 10l
Il reste environs 20l¨. Le jus obtenu n'est pas rassurant :
- la couleur est trouble (ça c'est peut-être normal ?), mais sombre (caca d'oie), et à mon avis c'est pas bon signe
- l'odeur de pourri a disparu, mais il reste une petite odeur vinaigrée
- le gout est fort, fruité et plûtot acide
- le mustimetre ne me rassure pas : valeur = 1028 !!!
ou bien il est cassé ou alors tout est daubé...

j'ai bien peur d'avoir laissé fermenter trop longtemps. Je crois qu'on va au vinaigre.... si j'avais eu des bonbonnes plus tôt j'aurais mieux controlé tout ça.
Je laisse en bonbonnes fermées, on verra ce que ça va donner. Faut-il que j'y laisse de l'air ?

Modifié par jmiruch, 02 novembre 2006 - 19:49 .


#51 jmiruch

jmiruch

Posté 02 novembre 2006 - 19:48

PS : concernant le sulfite :

Tu me conseilles d'en rajouter, mais ça ne me rassure pas. Et puis si le mal est fait, est-ce que ça peut rétablir la situation ?

#52 juskiame

juskiame

Posté 02 novembre 2006 - 20:13

Salut Jmi,
ben c'est pas le top ce que tu m'annonces la :roi2:
L'odeur de couvé (pourri) partit c'est bien normal du à l'oxygenation mais cette odeur de vinaigre hum... ton mout c'est piqué et la j'ai bien peur qu'il n'y ai aucune solution hormis laisser le temps faire son oeuvre et prier :bravooo:
il fallait debourber rapidement tu le sauras pour l'an prochain. Par contre tu peux tjrs controler tes densités et voir si elles chutent regulierement. De toute facon ta fermentation al° n'est pas achevée et l'idée du SO2 ne fonctionne pas dans ce cas la car ca va bloquer la ferm. Al°.
Pour l'aspect trouble c'est "normal" aussi mais la couleur ;) (longue maceration = plus de couleur (anthocyanes)).
Une forte acidité est logique aussi elle partira post fermentation malolactique .
Que te dire de plus...

#53 jmiruch

jmiruch

Posté 10 novembre 2006 - 16:17

salut juskiame !

Des nouvelles fraîches :

Quand j'ai soutiré et débourbé mon jus j'en avais profité pour remplir deux bouteilles-test bien étanches.

Et voilà ce que j' observe, après une dizaine de jours:
1/ le jus s'est bien éclairci, il y a un dépot au fond (quelques mm) et il a pris une jolie couleur paille.
2/ l'odeur de vinaigre s'est estompée
3/ quand j'ouvre une de ces bouteilles, il se produit une effervescence qui brouille à nouveau le contenu.
4/ LE GOUT : difficile à définir mais je le trouve assez proche du cidre. On sent l'alcool, le gout de fruit s'est modifié vers quelquechose de plus ...fleuri ?, légèrement âcre comme le cidre et un peu pétillant.
En tous cas ça ressemble beaucoup moins à du jus de raisin...

Donc tout cela est en train de travailler, sauf erreur de ma part.

Alors ma grande question : faut-il aérer tout ça et laisser travailler à l'air libre, ou au contraire conserver à l'abri de l'oxygène, (en remplissant des bouteilles soigneusement refermées, par exemple) ??

est-ce que je dois refaire une clarification plus fine pour supprimer ces dépots d'éléments en suspension, ou au contraire laisser tout ça travailler tranquillement ?

j'ai hâte de te lire...

#54 juskiame

juskiame

Posté 10 novembre 2006 - 19:51

Ahh enfin de bonnes nouvelles .... fleuries! :calin:

quand j'ouvre une de ces bouteilles, il se produit une effervescence qui brouille à nouveau le contenu.


Bon, 2 choses, soit ton vin continue tjrs sa fermentation al° (bien souvent longue pour les blancs) ou a t'il demarré ses malos (fermentation malolactique (transformation de l'acide malique en acide lactique)) . Tout depend le la T° du lieu ou tu stockes les contenants (T° à plus de 20°= ferm. malo precoce).

Donc tout cela est en train de travailler, sauf erreur de ma part.

Hé oui, et c'est pas fini lol

Alors ma grande question : faut-il aérer tout ça et laisser travailler à l'air libre, ou au contraire conserver à l'abri de l'oxygène, (en remplissant des bouteilles soigneusement refermées, par exemple) ??

les bouteilles ne sont pas forcemment indiquées mais bon pourquoi pas!?
de toute facon l'oxygene est un ennemi du vin sauf à certain moment propice comme tu as pu le voir pour enlever cette odeur de couvé (pourri) par exemple.
Alors gardes moi tout ca à l'abri.
par ailleurs je te conseille de laisser ton mout sur lie (depot) .
Bon j'ai fais vite et j'espere avoir repondu à tes interrogations.

#55 jmiruch

jmiruch

Posté 10 novembre 2006 - 22:52

merci pour tes réponses éclairées.

Juste un truc : je crois que c'est du gaz carbonique qui est en train de se faire. J'ai ouvert ma bonbonne qui est remplie à raz-bords, pour changer le bouchon car j'avais un doute sur son étanchéité :
ça s'est mis à bouillonner bigrement !! est-ce que je ne serais pas en train de fabriquer du mousseux ??
Quand vous mettez le vin en cuve ou en barrique, est-ce que vous remplissez à raz-bord ?

Comment dois-je interpreter mon mustimètre ? il indique des valeur d'alcool assez faibles, 1010 <> 1020.
Est-ce normal ?

Réponds-moi quand tu as le temps, je t'ai déjà bien sollicité, s'cuses pour toutes ces questions...

#56 juskiame

juskiame

Posté 11 novembre 2006 - 08:48

Jmi,
exact pour le gaz carbonique. Pour les mousseux et autres champagnes, la fermentation se fait en bouteille mais bien muselées pour eviter que le bouchon pete du à la pression du gaz carbo.. mais te conseille pas d'en faire car c'est une autre histoire :calin: (mutage par liqueur , obligation de tourner les bouteille d'un quart de tour /jour etc..).

Quand vous mettez le vin en cuve ou en barrique, est-ce que vous remplissez à raz-bord ?

Oui, on fait le niveau (ouillage) 1 fois tout les 15 jours environs et on bouche les futs avec une bonde (gros bouchon) .Une methode (bordelaise je crois) consiste à tourner les futs d'un quart apres malo et de ne plus ouiller.

Comment dois-je interpreter mon mustimètre ? il indique des valeur d'alcool assez faibles, 1010 <> 1020.
Est-ce normal ?

C'est tout à fait normal, tu arrives en fin de fermentation al° donc le mustimetre t'affiche des valeurs qui chutent (env.990 995 fin de fermentation).

Réponds-moi quand tu as le temps, je t'ai déjà bien sollicité, s'cuses pour toutes ces questions...

T'inquietes, c'est un plaisir :calin:

#57 jmiruch

jmiruch

Posté 14 novembre 2006 - 03:18

:cpasmafaute: :sommeil: :calin: :D ;) ;) :calin: :sun2: :roi2: :roi2: :oops: :oops: :D ;) :bravooo:

Spéciale dédicace à Maître Juskiam, et en exclusivité pour ceux qui auront suivi nos tâtonnements depuis deux mois :

Image IPB


Jolie robe, non ? et bientôt une bouteille plus adéquate, promis

Affaire à suivre... oui,ONPEUTLEFAIRE !!!!

:bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo: :bravooo:

#58 juskiame

juskiame

Posté 14 novembre 2006 - 19:48

:cpasmafaute: Jmi
belle couleur qui me fait penser à une vendange tardive et ou botrytiser (tu m'etonnes vu la longue maceration y'a de l'extraction :D ) pi je sents des aromes d'accacia et de miel sur une note de grillé :calin:
Humm j'en veux! :sommeil:

#59 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 10 mars 2008 - 17:50

Cet extrait d'article me semble très instructif sur les effets positifs de l'herbe dans la vigne :

2003 était une année particulière... comme chaque année me direz-vous ?
Certes, mais 2003 était la première année marquée par un phénomène auquel il faut s'attendre de manière plus fréquente en raison du réchauffement climatique: les vendanges en Champagne avaient débuté le 18 Août dans les secteurs les plus précoces au lieu de la mi-septembre habituellement... le 4 septembre chez nous.

A cela, deux raisons:
- la première: les gelées de printemps avaient détruit une grande partie de la récolte du vignoble, notamment les Chardonnays... le rendement moyen en Champagne en 2003 a été bien plus faible que généralement
- la seconde: LA Canicule était passée par là, accélérant fortement la moyenne des températures du mois d'Août, d'où une avance considérable de la maturité des raisins.

Ce climat atypique cause des soucis: les acidités des vins, brûlées par le soleil, sont très faibles. 2003 est considéré comme une année moyenne en Champagne, notamment pour les Pinots Meuniers jugés lourds et manquants de finesse en raison d'une forte maturité et d'un manque d'acidité.

C'est pourtant un 100% Pinot Meunier 2003 que nous avons sélectionné pour la cuvée Emeric. Il s'agit de vieilles vignes de Pinot Meunier, sur un sol très argileux (54% d'argiles) à calcaires durs. C'est un type de sol avec une grande capacité de rétention en eau tout en étant filtrant. Comme à son habitude, le rendement dans ces vieilles vignes fût de 9900 kg/ha, soit 60 hl/ha.

Cette parcelle n'a subi aucun désherbage, aucun insecticide ni aucun anti-botrytis depuis 1998. De plus, cette parcelle était cultivée sans pesticide ni engrais depuis plusieurs années et avait connu deux années de biodynamie.

Dans cette parcelle, l'enherbement naturel a retardé le réchauffement du sol au printemps. Ceci a retardé le débourrement de quelques jours et les bourgeons ont échappé à la gelée. C'est le premier point positif pour la conservation du rendement cette année là.

La seconde raison de la conservation du rendement habituel dans cette parcelle est liée au sol. La vigne est maintenue partiellement enherbée toute l'année pour permettre la présence d'une grande biodiversité floristique et faunistique. Le sol est vivant grâce aux préparations biodynamiques; et surtout grâce à l'absence de pesticide. La vie des micro-organismes fut maintenue pendant la canicule grâce à l'ombre que représente l'herbe et aux binages sur la partie de sol travaillée à la charrue. Ce binage avait  pour rôle de briser les canaux de remontée capillaire de l'eau, préservant ainsi les réserves hydriques pour la vigne.

Le 17 Août 2003, un orage de 53 mm a pu s'infiltrer dans le sol sans causer la moindre érosion. Les réserves hydriques ainsi rechargées, couplées à un travail du sol précis, ont permis à la vigne de bénéficier d'une bonne hydratation.

Aux vendanges, les raisins étaient magnifiques, sans la moindre trace de stress hydrique. Le pressurage s'est déroulé parfaitement. On m'avait prévenu que l'extraction du jus des baies serait difficile en fin de pressurage, ça ne fût pas le cas car la sécheresse n'avait pas altéré les baies.

http://blogfranckpas...ve-11-2007.html

#60 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 03 avril 2009 - 08:37

Ayant taillé ma treille il y a une dizaine de jours, j'étais un peu chagrine car la montée de sève ayant débuté, elle "pleurait" pas mal et je craignais que cela ne l'affaiblisse.
Puis j'ai trouvé cet extrait d'article qui m'a rassurée sur la validité du dicton qui m'aide à savoir quand tailler :

lundi, mars 09, 2009
"Taille tôt, taille tard" ... Pour le Mourvèdre rien ne vaut la taille de Mars !

Depuis début Janvier, nous avons repris tranquillement la taille de tous les cépages, exceptée celle du Mourvèdre.
Ce cépage singulier se veut plutôt fragile et tardif. On le soigne différemment et à une période propice.
Habituellement nous taillons tous nos cépages en "lune descendante", cela favorise la "coulure" qui permet d'avoir des grappes aérées et des rendements maitrisés.
À partir de mercredi, nous sommes non seulement dans cette phase de lune descendante, mais également à la "vieille lune de Mars" (lune décroissante). Tous les paramètres sont maintenant réunis pour la taille du Mourvèdre.
De plus, La maladie que craint particulièrement ce cépage est l'ESCA. C'est une maladie attaquant le bois qu'aucun traitement ne peut contrer et qui a pour conséqence la mort du cep.
La remontée des températures et l'arrivée du printemps, activent les souches et favorise le remontée de la sève. On dit aussi que la vigne "pleure".
Lorsqu'on le taille à la remontée de la sève (en Mars), la maladie ne peut pas pénétrer par les plaies de taille. On protège donc le Mourvèdre de manière efficace et naturelle.

http://domainelabarr...rd-pour-le.html