Aller au contenu


Photo

Le survivalisme


  • Veuillez vous connecter pour répondre
114 réponses à ce sujet

#21 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 4 439 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 06 dcembre 2014 - 19:12

Ceux qui seront les premiers dans la panade seront sans conteste ceux qui habitent dans les zones à fort entassement humain. En zone rurale on a toujours des réserves, des plans B et surtout des connaissances et des savoir faire pour pouvoir subvenir au quotidien mais concernant ceux qui habitent à babylone au 5 eme étage d'un clapier...

 

c est clair !

Exemple chez nous pendant la derniere guerre. C est pas pour rien que les parents envoyaient des qu ils pouvaient leurs gamins chez les grand parents à la campagne.



#22 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 1 945 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 06 dcembre 2014 - 20:11

C'est pas sur que ces gens ne seront attaqués voir massacrés pour récupérer les trésors et leurs nombres n'est pas des plus important par rapport aux gens des villes :fumeur:

Et comme en france les armes sont interdite :roule:  je vois bien comment les incidents se multiplie dans les Champs  :roule: avec maintenant des caméras sur des exploitations 

Bonjour la survie :roule:



#23 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 4 439 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 07 dcembre 2014 - 10:42

dans les scenarios de survie il n y a pas systematiquement des hordes d affreux mechants même si dans ces situations les profils violents peuvent laisser libre cours + facilement

à leurs pulsions (la securité des personnes n est souvent + assurée -> police ou armée debordée).

 

Dossier à lire dans le dernier NEXUS (n°95) : http://www.nexus.fr/



#24 trx

trx

    Grand commandeur de l'ordre du poireau

  • Modérateurs
  • 3 671 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Autonomie, agriculture, apiculture, construction.

Posté 07 dcembre 2014 - 12:25

A la campagne tout le monde a de quoi se défendre et connait très bien la topographie de la région et les chemins de traverse. Pour venir ici il y a quand même près de 30 km depuis la première zone d'habitations "hors sol". Sans pétrole pour franchir cette distance il y en a au moins pour 7 heures de marche. Good luck.



#25 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 1 945 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 07 dcembre 2014 - 12:43

Tu n'a certainement jamais connu la foule et la monté en puissance de la force  :sleep: 

Car ta distance n'est pas un rempart a l'intrusion et surtout un ventre qui a faim est sans limite car tes munitions sont pas infini

De plus un coup de feu cela s'entend de très loin et ta position ne sera pas des plus favorable dans les jours qui vont suivre

Quand au reste je te laisse croire que tu pourras repousser les intrus voir les force de l'ordre si elles te demande de coopérer pour le bien de la société

RAMBO  SORT DE CE CORPS :roule:



#26 _Auguste_

_Auguste_

Posté 07 dcembre 2014 - 13:24

On ne prétend pas que la campagne est une forteresse infranchissable ; toujours est-il qu'en cas d'éffondrement, de chaos généralisé, il vaut mieux être paumé dans la cambrousse qu'en plein centre ville ; pour des raisons évidentes, la foule nottament.


Modifié par Auguste, 07 dcembre 2014 - 13:25 .

  • trx, Edenguard40 et Anonimo aiment ceci

#27 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 1 945 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 07 dcembre 2014 - 13:36

A la campagne tout le monde a de quoi se défendre et connait très bien la topographie de la région et les chemins de traverse. Pour venir ici il y a quand même près de 30 km depuis la première zone d'habitations "hors sol". Sans pétrole pour franchir cette distance il y en a au moins pour 7 heures de marche. Good luck.

La Campagne est pas un lieu de non Droit

 

On ne prétend pas que la campagne est une forteresse infranchissable ; toujours est-il qu'en cas d'éffondrement, de chaos généralisé, il vaut mieux être paumé dans la cambrousse qu'en plein centre ville ; pour des raisons évidentes, la foule nottament.

Si le chaos survient le premier endroit ou les villes vont débarquer est la campagne

Ne pas le savoir est pas le principe de précaution élémentaire

Pour moi en tout cas :salut: 



#28 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 807 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 07 dcembre 2014 - 14:33

Nous sommes hantés par ces images médiévales montrant les invasions normandes faites de pillages et de meurtres.

Ces hommes du Nord étaient jeunes, forts et organisés.

 

Rien à voir avec des citadins, affamés, désarmés, malades et désorganisés par l'effondrement lent du mode de vie actuel.

Quant aux campagnes ce ne sont plus ces greniers pleins et ces riches basse-cours des images d'Epinal.

La ruralité se sera effondrée elle aussi, privée des importations (soja) et de l'énergie (électricité, gasoil).

 

Des milices armées (armes blanches) mises sur pieds par quelques citoyens pour l'auto-défense ne tarderont pas à piller et à rançonner leurs voisins, leurs concitoyens.

Les plus prévoyants des "survivalistes" seront nécessairement les chefs de ces bandes.

 

Je le vois plutôt par là le grand danger.


Modifié par FLOYD, 07 dcembre 2014 - 14:33 .

  • Anonimo aime ceci

#29 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 1 945 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 07 dcembre 2014 - 15:12

Le fait de ne pas prendre en compte les milliers d'armes qui sont chez bon nombres de personnes pour ne pas en dire plus " c'est pas le lieu :fumeur: "

 

Le Survivalisme est a l'image d'une société qui n'a plus d'idéal plus de vision

Détruit l’essentiel pour le superflu  :grognon2:



#30 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 807 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 07 dcembre 2014 - 15:15

Une corde et un bâton suffisent bien à faire le mal.

En tout cas à faire peur.



#31 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 4 439 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 07 dcembre 2014 - 18:00

Dans ce scenario violent je pense que les violences,pillages auraient lieu un bon moment dans les villes car bcp d objets,aliments etc...

A coté dans un bled il n y a pas grand chose comme le dit justement Floyd.

Dans un 2eme temps, je ne sais pas. Le chaos est difficilement previsible par definition...


Modifié par DzC, 07 dcembre 2014 - 18:37 .


#32 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 07 dcembre 2014 - 18:43

Je rejoins plutôt ce point de vue :
 

Les tremblements de terre qui ont ravagés Haiti ou le Chili, l’ouragan Katrina à la Nouvelle Orléans : les exemples de catastrophes naturelles ne manquent pas ces dernières années. Loin d’être le théâtre d’une guerre opposant les survivants les uns aux autres tels des bêtes sauvages, ces situations ont vu nombre de survivants déployer des trésors de solidarité collective et d’entraide.
Cet article étant déjà assez long, concluons simplement sur un exemple : après l’ouragan, à la Nouvelle Orléans, les habitants se sont organisés ensemble. Ils ont mis en commun leurs moyens, protégés les malades et les personnes âgées. Les ouvriers des raffineries sont rentrés dans les entrepôts des bateaux, pour les prendre et sauver leurs voisins agrippés aux toits dans les eaux de l’inondation ; les mécaniciens ont aidés à démarrer toutes les voitures trouvables pour qu’elles acheminent des gens en dehors de la ville ; les ouvriers de restauration ont récupérés tout ce qu’ils pouvaient pour improviser des repas communaux pour des centaines des personnes abandonnées.
Et ils ont du faire tout cela sans aide et même de facto contre les policiers, puis les mercenaires de black water déployés sur place, qui ont protégés les propriétés privées au détriment des besoins de la population.
C’est que la ligne de conflit, n’en déplaise au survivalistes, n’était pas « tous contre tous ». Elle était entre l’organisation collective, de classe, de la solidarité et la gestion capitaliste de la pénurie. Une gestion capitaliste qui aggrave encore le désastre, et ne voit dans la catastrophe qu’une nouvelle occasion de se faire du fric (en virant les prolétaires noirs de la Nouvelle Orléans, par exemple).
Il en est de même dans la crise.

 

Tout l'article mérite d'être lu :http://www.tantquil....-des-imbeciles/



#33 FLOYD

FLOYD

    brainstormeur

  • Membres
  • 14 807 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:LE MANS

Posté 07 dcembre 2014 - 19:00

Propos nuancés et teintés d'optimisme.

 

Les situations évoquées ont pour cause des événements naturels soudains et catastrophiques.

Pas tout à fait cette effondrement lent par manque de ressources alimentaires, de carburants et d'énergie qui nous guette.

 

D'une catastrophe on peut espérer se remettre, avec des aides trouvées auprès des voisins.

Dans un chaos général, quand les réserves sont épuisées et impossibles à reconstituer, le pronostic est moins favorable.



#34 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 4 439 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 07 dcembre 2014 - 20:21

Je rejoins plutôt ce point de vue :

 

c est vrai qu il y a bcp de survivalistes dans cet etat d esprit. Il y a aussi des gens comme Jade Allegre (voir + haut).

Voir aussi l itv de Ch. Lozato (qui parle de survie ou disons de resilience par l entraide,la solidarité).

Pour la Nouvelle Orleans ça n a pas été si idyllique que ça.

Ce qui m interesse dans ce mouvement (tres heterogene) c est d envisager comment se préparer, s'adapter à des situations graves comme

on peut le faire avec differentes situations difficile qu on va rencontrer dans l existence.

Dans un sens, c est être un peu + responsable.



#35 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 1 945 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 07 dcembre 2014 - 20:35

Ne surtout pas tout mélanger la NO =  le cout est de X millards ( et c'est au USA ) et c'est pas encore fini des zones entières sont encore dévaster

Haiti est toujours HS malgré les efforts et n'est pas pret de se relever ( avec les bénévoles qui font portant beaucoup )

Et combien de pays sont dans une situation catastrophique et silence radio des médias >

Pas de solution possible le chacun pour soit est souvent le réflexe premier



#36 _khalil_

_khalil_

Posté 08 dcembre 2014 - 10:49

on peut lire le roman de maurice G. Dantec  " cosmos incorporated" pour avoir un aperçu du monde post-humain...affreux !



#37 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 1 945 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 08 dcembre 2014 - 12:25

Je me pose la question ? de tout ces écrivains combien ont été a Haïti , Louisiane ,philippine et autres catastrophes ?

Faire un livre et vivre une catastrophe il doit y avoir un vrai gouffre ?

Je suis dehors :fumeur: 



#38 DzC

DzC

    Bricoleur de génie

  • Membres
  • 4 439 messages
  • Genre: Homme
  • Localisation:Est

Posté 08 dcembre 2014 - 12:52

Ne surtout pas tout mélanger la NO =  le cout est de X millards ( et c'est au USA ) et c'est pas encore fini des zones entières sont encore dévaster


Pas de solution possible le chacun pour soit est souvent le réflexe premier

 

on ne melange pas, on est justement en plein dans le sujet. Les catastrophes dues à la meteo sont nombreuses et peuvent comme dans ce cas necessiter

des connaissances en survie pour sauver des vies au moins pendant qq heures ou qq jours.

 

Chacun pour soi ? Justement à la Nouvelle Orleans il y a eu bcp de solidarité...mais pas tjrs.

En fait 2 philosophies s affrontent : d un coté le liberal/libertarisme/darwinisme (seuls les + forts s en sortent) et de l autre, qqchose de + humaniste

(plus que dans la tête, c est souvent dans le coeur que ça se passe). En cas de gros probleme, on regroupe ses connaissances,ses competences

pour que tt le monde s en sorte le mieux possible, notament les plus "faibles"  (personnes agées,enfants,handicapés...).

Dans ce cas, des notions de survie un peu poussées me semblent bienvenues.


Modifié par DzC, 08 dcembre 2014 - 12:54 .


#39 l'ombre

l'ombre

    Summum jus, summa injuria.

  • Membres
  • 1 945 messages
  • Genre: Homme
  • Intérêts:Summum jus, summa injuria.

Posté 08 dcembre 2014 - 13:31

le survivalisme est un filon que beaucoup exploite avec des retours souvent pécuniaires et l'homme tant dans ces gènes que dans sa tête est avant tout un opportuniste et ce n'est pas quelques milliers d'actions Humaniste ( sur 7,5 milliards ) qui vont modifier son comportement primaire 

L'homme est ainsi depuis l'aube des temps et le restera



#40 Tis

Tis

    Curieuse palmée

  • Membres
  • 7 307 messages
  • Genre: Non spécifié
  • Localisation:Limousin

Posté 10 dcembre 2014 - 17:42

Si la majorité de l'humanité était égoïste il y a belle lurette qu'elle n'existerait plus et nous ne serions pas 7,5 milliards.
 
D'ailleurs la plupart des témoignages en provenance des populations en difficulté montrent le contraire, y compris quand la régression est plus lente :
 

Μπορούμε (Boroumé) - "Nous Pouvons" : la solidarité en marche en Grèce
Par Okeanos / 15 mars 2012

Elles sont désormais estimées à 400 000 personnes, qui, victimes de la crise, vont chaque jour trouver un repas à la soupe populaire, soit 3.6% de la population grecque. Et une nouvelle solidarité a émergée depuis le début de la crise. Une société très fortement repliée sur cette idée de s'occuper d'abord de soi et de son propre avenir est-elle en train de changer ?

Avec la révolution des patates, mouvement très récent et en expansion très rapide dans toute la Grèce (des municipalités s'y mettent désormais), on peut déjà apercevoir une nouvelle forme d'économie : celle qui consiste à supprimer les marges des intermédiaires et des grandes surfaces pour fournir directement la population à prix coûtant.  Une manière équitable de s'en sortir : la population peut retrouver des produits grecs dans leurs assiettes pour un coût modique et les producteurs ne perdent pas leur production que les intermédiaires souhaitent acheter au prix du marché "mondial", moins cher donc que le coût de "fabrication". Et ce mouvement ne semble pas prêt de s'arrêter : on parle désormais d'huile d'olive, de riz, de lentilles. La saison des fruits et légumes va sans-doute suivre le même chemin. Espérons que la population pourra enfin retrouver la savoureuse tomate grecque dans sa salade cette année pour un prix attractif. Les perdants de l'histoire ? Les grossistes et les supermarchés. Peu importe, la situation ne semble pas permettre de trop se préoccuper de leurs situations (et ils sont bien gavés au passage depuis des années). Et au pire, ils seront contraints de baisser leurs prix, ce qui sera positif pour la population.
 
(...) Et l'augmentation de la pauvreté a provoqué une autre solidarité. Le mouvement Boroumé ("Nous pouvons"), partie de l'idée simple que le pain jeté en fin de journée par les restaurants pourrait servir aux plus faibles est également en train de faire des émules. Né en mai 2011 et en plein développement, ce mouvement  propose de faire le lien entre les restaurants, boulangeries hôtels et autres enseignes et les associations qui distribuent de la nourriture. L'idée est simple : permettre de redistribuer les invendus gratuitement. Quand on sait qu'une boulangerie peut avoir 30kg d'invendus de pains par jour, le potentiel est énorme ! Pour plus d'info sur Boroumé, je vous conseille la lecture de cet article du Guardian, comme d'habitude à la pointe de l'actualité grecque !
Et cette solidarité naît aussi dans l'éducation, avec Tutorpol qui propose des cours gratuits pris en charge par des bénévoles. Ils sont 500 bénévoles à ce jour et les propositions d'aide affluent. Une autre éducation est-elle en marche ?
Sans compter les monnaies complémentaires qui naissent à droite et à gauche, les échanges de services ou le troc. La vie s'organise. Se ré-organise. S'oriente. Pas forcement dans la meilleure direction pour ce qui concerne la levée d’impôts et de taxes, puisque ces activités ne rapporteront rien à l'Etat. Mais dans un pays dans lequel l'Etat est fortement critiqué, où tous les avantages sociaux sont en perdition, où les aides pour la santé sont en train de s'effondrer, l'action solidaire devient une arme.
Une arme symbolique pour certains.
Une bonne dose d'espoir pour d'autres.
Et je choisis l'espoir !

http://www.okeanews....marche-en-grece